Document de consultation a l’intention du Comite consultatif de l’espace : Propulser l'avenir du Canada dans l’espace

1. Introduction

Le Canada est une puissance spatiale qui compte à son actif un grand nombre de réalisations dans l'espace. En 1962, nous sommes devenus le troisième pays à avoir un satellite en orbite terrestre et avons joué depuis un rôle de premier plan au niveau des vols spatiaux habités et de l'utilisation de l'espace au profit des télécommunications, de la recherche scientifique et de l'amélioration de la vie sur Terre. Nos programmes « phares » tels que nos satellites de télécommunications d'avant-garde, notre contribution en matière de robotique aux programmes de la Station spatiale internationale et de la navette spatiale, ainsi que la famille de systèmes radars spatiaux RADARSAT — sans oublier nos astronautes—, sont devenus des symboles d'innovation et une grande source de fierté.

Le Canada est devenu un pionnier des télécommunications par satellite et de l'observation de la Terre en réponse aux défis associés aux besoins particuliers en télécommunications d'une population éparse disséminée sur des milliers de kilomètres – notamment dans des communautés nordiques éloignées –, mais aussi face aux besoins d'observer et surveiller le plus long littoral et le deuxième plus grand territoire du monde. Aucun autre domaine ou technologie n'aurait pu fournir à notre pays des solutions aussi puissantes pour relever ces défis. De nos jours, tous les ordres de gouvernement comptent sur les données et les technologies spatiales pour mener à bien leur mandat et fournir des services aux Canadiens, qu'il s'agisse d'établir des prévisions météorologiques, de veiller sur l'environnement, d'appuyer les réseaux de transport canadiens ou d'assurer la défense nationale.

L'espace est aussi de plus en plus accessible au secteur privé. Les avancées technologiques qui transforment l'économie de la conception, du lancement et de l'exploitation d'engins spatiaux ouvrent la voie à des activités commerciales nouvelles et rentables qu'on appelle désormais « nouveau secteur spatial » ou « New Space ». Cette tendance a mené d'une part à de nouvelles possibilités de partenariats entre les gouvernements et l'industrie, notamment par le recours croissant à des satellites et à des services commerciaux dans le but d'appuyer les missions canadiennes, et d'autre part, à de nouvelles opportunités pour les entreprises canadiennes et le milieu de la recherche du pays. De plus en plus, de nouvelles possibilités émergent afin d'être « clients » de services spatiaux plutôt que d'être propriétaires ou exploitants de systèmes spatiaux, ce qui pourrait transformer le rôle du gouvernement du Canada en matière d'innovation spatiale ainsi que ses relations avec le secteur privé. L'émergence de nouveaux joueurs et de nouvelles formes de partenariats dans le secteur spatial ont aussi créé de nouveaux défis comme ceux liés à la sûreté et la sécurité des opérations dans l'espace.

Le Canada est déterminé à maintenir sa capacité à accéder, développer, opérer et utiliser les technologies spatiales afin de répondre aux besoins de sa population dans un contexte mondial en rapide évolution. Nous sommes aussi déterminé à soutenir les entrepreneurs et les chercheurs canadiens à profiter des possibilités nouvelles et prometteuses, tant au pays qu'à l'étranger. En effet, notre pays s'efforce d'appuyer le développement et l'essor de l'industrie spatiale de manière à contribuer à l'émergence de nouvelles technologies, au progrès scientifique, à la mise sur pied d'entreprises de calibre mondial et à la promotion d'une croissance qui respecte l'environnement.

La future stratégie spatiale canadienne tiendra compte du rôle central de l'espace dans l'avancement des intérêts et des priorités du Canada, et reflètera l'importance du secteur spatial afin de soutenir la croissance économique du Canada dans le cadre du Plan pour l'innovation et les compétences du Canada. Comme l'a précisé le ministre Bains en novembre 2016 :

« [La] stratégie relative à l'espace est de fait une stratégie en faveur de la recherche et de l'innovation. Celle-ci favorisera la croissance du secteur et permettra de tirer parti des avantages de l'espace pour le bénéfice de tous les Canadiens. »

Source : Discours prononcé par le ministre Bains lors du Sommet de l'Association des industries aérospatiales du Canada le 16 novembre 2016.

Afin de concrétiser cet engagement et aller de l'avant avec la mobilisation des intervenants dans le but d'établir une nouvelle stratégie spatiale pour le Canada, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique a renouvelé le Comité consultatif de l'espace.

Ses membres contribueront à établir les priorités à long terme pour l'espace, et ce, en menant des activités de communication et de consultation en vue de jeter les bases du développement d'un secteur spatial durable à long terme susceptible de mener à la création d'emplois bien rémunérés et de qualité pour les Canadiens. Le présent document de consultation a pour objet d'établir le contexte des discussions continues qui mèneront à la définition des principaux éléments de la future stratégie spatiale qui sera lancée d'ici juin 2017.

2. L'importance grandissante du secteur spatial

L'espace : point de jonction entre le Canada et le monde

L'espace est désormais omniprésent et profondément ancré dans le quotidien des Canadiens. Ce secteur mondial connaît un essor rapide, soutient la croissance économique et favorise les percées scientifiques et technologiques, tout en procurant des avantages considérables pour les Canadiens.

Le gouvernement du Canada dépend de l'espace pour ses opérations quotidiennes et pour la prestation de services aux Canadiens. Plus particulièrement, l'espace est un endroit unique pour observer le Canada et le monde. Il permet au gouvernement de recueillir de façon ininterrompue des données essentielles aux opérations quotidiennes, qu'il s'agisse de la surveillance et de la protection du territoire national, des interventions à la suite de catastrophes naturelles ou d'origine humaine, des prévisions météorologiques, du soutien aux opérations de recherche et de sauvetage, de la détection de la pollution ou de l'optimisation de la production agricole. À titre d'exemple, la Défense nationale dépend de l'espace (entre autre pour les télécommunications et la navigation) afin de mener à bien ses missions et ses responsabilités au pays ou à l'étranger. Les investissements que nous avons réalisés à ce jour sur le plan des technologies spatiales ont permis aux Forces armées canadiennes de contribuer de manière significative aux capacités de nos alliés. Un secteur spatial dynamique est essentiel pour que le Canada puisse recueillir, traiter et analyser de façon autonome les données requises dans le cadre des processus décisionnels nationaux.

En plus de soutenir les activités gouvernementales, le secteur spatial est un moteur d''innovation et de croissance économique. Les Canadiens dépendent des systèmes spatiaux dans presque tous les domaines de la vie moderne. Les satellites constituent un élément indispensable de nos infrastructures de télécommunications, que ce soit pour la prestation de services de téléphonie cellulaire et de télévision ou pour la réalisation de transactions financières. Notre utilisation de l'espace croîtra vraisemblablement à mesure que de nouveaux systèmes et technologies amèneront de nouveaux produits et services créés pour répondre à nos besoins changeants. À titre d'exemple, le système mondial de navigation par satellite (GNSS), en plus de faciliter la navigation, fait aujourd'hui fonctionner plus de 40 millions de dispositifs GPS au Canada, transformant ainsi la façon dont les Canadiens agissent et interagissent quotidiennement dans le cadre d'un vaste éventail d'activités. Le signal de synchronisation intégré au GNSS est essentiel à la science, car il assure le maintien de nos infrastructures et facilite l'activité économique. Il permet notamment les activités d'observation de la Terre, la synchronisation des réseaux de télécommunications, la gestion des réseaux électriques et la validation des transactions financières électroniques. Le Canada dépend aussi de systèmes développés et maintenus par les États-Unis (le Global Positioning System-GPS), et l'Union européenne (le système Galileo).

Jouant un rôle important au chapitre de la coopération internationale, l'espace unit les États dans leur désir commun d'explorer, de réaliser des découvertes scientifiques et de trouver des solutions aux défis mondiaux. Non seulement le Canada contribue aux réseaux mondiaux de systèmes spatiaux et de collecte de données, il est aussi un grand utilisateur de ces systèmes à l'instar de gouvernements des quatre coins du monde dans le but de surveiller les changements climatiques et de soutenir les opérations de recherche et de sauvetage, entre autres activités.

Des défis émergeants

L'espace est également un environnement hautement règlementé et les actifs spatiaux y sont très vulnérables. À mesure que l'espace devient plus accessible en raison des avancées technologiques, des efforts sont déployés — notamment par l'intermédiaire du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'Organisation des Nations Unies et d'autres tribunes — pour établir des normes et des cadres internationaux qui permettraient à l'humanité de continuer à explorer l'espace et à innover d'une manière sécuritaire, durable et responsable. À l'échelle internationale, les États se penchent également sur des façons d'assurer la sécurité de ce réseau croissant d'infrastructures spatiales, tout en atténuant l'incidence des dangers naturels et d'origine humaine sur les activités spatiales, notamment les menaces posées par des adversaires éventuels, les conditions météorologiques dans l'espace ainsi que les débris spatiaux.

Les pays investissent de plus en plus dans leurs capacités spatiales de manière à défendre leurs intérêts stratégiques. Ils offrent un soutien et des incitatifs importants pour assurer la croissance des sociétés spatiales nationales et pour recruter des entreprises et des spécialistes internationaux. Cette situation offre au Canada — dont la réputation n'est plus à faire dans le domaine spatial — d'importantes possibilités de tisser de nouveaux partenariats afin de favoriser le développement de son industrie spatiale et appuyer ses intérêts économiques, tout en assurant l'atteinte de ses objectifs en matière de sécurité nationale. Le nombre croissant d'acteurs privés et publics actifs dans le secteur spatial signifie également que le Canada doit poursuivre ses investissements dans le but de conserver son expertise et son leadership à l'échelle internationale dans le domaine des technologies et services liés à l'espace. Cette expertise et ce leadership sont essentiels au maintien de la capacité du pays à développer et à exploiter ces technologies afin de défendre ses intérêts nationaux.

Le secteur spatial et l'innovation

Le secteur spatial canadien est un bon exemple du succès que le Canada peut récolter en innovation. Il s'agit d'un élément clé du milieu canadien de la haute technologie, qui a permis des avancées dans les domaines de l'innovation, des technologies et des talents, et dont les retombées s'étendent à de nombreux autres secteurs.

De concert avec ses partenaires de l'industrie spatiale et du milieu universitaire, le Canada a formé et employé quelques-uns des experts les plus brillants au pays et a créé des milliers d'emplois de qualité bien rémunérés. La volonté de progrès et de découvertes inhérente à ce secteur témoigne de l'intérêt renouvelé du Canada à l'égard des technologies et de la science fondamentale. À l'heure actuelle, le Canada compte quelques-uns des plus grands spécialistes et organismes de recherche du domaine spatial dans le monde, ainsi que des entreprises renommées de toute taille, dont quelques entreprises en démarrage prêtes à prendre de l'expansion.

Les compagnies spatiales canadiennes sont reconnues à l'échelle internationale pour leur excellence. Comme l'indique le rapport État du secteur spatial canadien en 2014 de l'Agence spatiale canadienne (ASC), le secteur spatial génère des recettes globales de 5,4 milliards de dollars (dont 27 % sont issues d'exportations) et contribue au PIB à hauteur de 2,9 milliards de dollars. Les activités en amont liées à la recherche, à l'ingénierie et à la fabrication représentent 1 milliard de dollars, tandis que les activités en aval liées à l'exploitation, aux applications, aux produits et aux services satellitaires totalisent 4,4 milliards de dollars, un secteur d'activité oùdominent les télécommunications par satellite. La rémunération moyenne des 10 000 travailleurs du secteur est de 96 000 dollars par année. Un peu moins de la moitié de ceux-ci sont hautement qualifiés. L'intensité des activités de recherche et développement y est six fois plus élevée que dans le secteur manufacturier dans son ensemble.

Consultations sur le Plan pour l'innovation et les compétences du Canada: le point de vue de l'industrie et du milieu universitaire

Durant le processus de consultation publique sur le Plan pour l'innovation et les compétences du Canada, l'Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) a lancé un appel au gouvernement du Canada pour que soit établie une vision pangouvernementale à long terme sur le secteur spatial, qui fixerait les priorités tant civiles que militaires dans le domaine.

La présentation de l'AIAC souligne que, dans un contexte en constante évolution, s'il veut que le Canada ne perde pas de terrain et qu'il maintienne sa place à titre de puissance spatiale novatrice, le gouvernement doit reconnaître l'importance du secteur spatial et renouveler son engagement à l'égard de celui-ci en se dotant d'une vision à long terme. L'AIAC a proposé que cette vision à long terme du Canada sur le programme spatial civil se centre sur trois éléments clés :

  • des programmes qui permettent au Canada de demeurer un chef de file dans le domaine spatial;
  • un programme équilibré de missions spatiales abordables;
  • un programme solide en matière de développement de technologies spatiales.

Durant les mois qui ont suivi cette présentation, l'ASC et Innovation, Sciences et Développement économique Canada ont tenu une série de réunions avec l'AIAC et ses membres pour connaître leurs points de vue sur l'avenir du secteur spatial et pour trouver des façons d'améliorer la relation entre le Canada et son secteur spatiale.

Parallèlement, l'ASC a préparé un document sur les possibilités et les défis du milieu de la recherche spatiale ainsi que sur l'harmonisation des priorités du secteur spatial avec celles du Programme d'innovation. Ce document se fonde sur les interactions de l'ASC avec le milieu de la recherche spatiale au cours des dernières années.

L'ASC a transmis ce rapport à plusieurs personnes et à des comités scientifiques ou consultatifs du milieu de la recherche afin de confirmer qu'elle comprenait bien leurs préoccupations. De plus, l'ASC leur a demandé de dire, selon eux, comment le secteur spatial pourrait contribuer à la réussite du Programme d'innovation. Des 76 personnes et groupes que nous avons contactés, 50 ont répondu.

Les vues du milieu scientifique sur les possibilités et les défis de la recherche spatiale peuvent être résumées comme suit :

  • Les chercheurs et les étudiants doivent compter sur un financement soutenu et prévisible, qui doit aussi appuyer les activités de communication liées à la science, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques.
  • Il faut compter sur un accès suivi aux missions spatiales, pour favoriser l'établissement de partenariats internationaux et tirer parti des points forts du Canada en matière de recherche afin de permettre un meilleur rendement du capital investi dans les missions scientifiques.
  • Il est nécessaire d'avoir accès à l'infrastructure de recherche et aux plateformes suborbitales à faible coût.
  • Il faut encourager la collaboration entre le milieu universitaire, le gouvernement et l'industrie, et veiller à une coopération efficace entre les partenaires des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux en vue d'améliorer les capacités et les forces du secteur spatial canadien.

Il s'agit là d'activités essentielles pour attirer, former et maintenir en poste des personnes hautement qualifiées de manière à assurer l'avenir du secteur spatial canadien.

3. La voie à suivre — Buts et objectifs proposés

Conformément au Cadre de la politique spatiale du Canada, nos activités spatiales sont actuellement guidées par cinq principes de baseNote de bas de page 1. Les futures priorités canadiennes pour l'espace s'articuleront autour de ces principes. Le Canada est aussi appelé par le secteur spatial à assumer un leadership national et à tisser des partenariats avec des intervenants de l'industrie et du milieu universitaire en vue d'assurer la croissance du secteur et de tirer encore plus profit de l'exploitation de l'espace.

La Stratégie spatiale canadienne énoncera les orientations et les priorités du programme spatial et du secteur spatial canadiens, et enverra un signal clair de la volonté d'établir des partenariats et de tirer parti éventuellement de nouvelles possibilités d'investissement. Les investissements nationaux demeurent importants en raison de la croissance soutenue du marché mondial des activités spatiales commerciales, mais l'approche du Canada doit également évoluer pour continuer à préparer efficacement le terrain de sorte que les sociétés canadiennes de toute taille puissent accroître la portée de leurs activités dans le « nouveau secteur spatial » et générer des bénéfices pour les Canadiens, tout en attirant de nouveaux investissements et de nouveaux talents au Canada.

Le présent document de consultation établit de grands domaines prioritaires qui s'harmonisent avec le Plan pour l'innovation et les compétences du Canada afin d'assurer que le Canada soit la destination de choix de la main d'oeuvre la plus qualifiée au monde, un pays d'innovateurs qui soit aussi leader de l'économie mondiale de l'innovation. Par ailleurs, la Stratégie spatiale canadienne tiendra aussi compte de l'utilisation actuelle et future des technologies spatiales au Canada et des points de vue recueillis lors des consultations publiques et pangouvernementales sur l'utilisation de l'espace pour assurer l'atteinte des priorités canadiennes, comme la réponse aux changements climatiques, la croissance d'une économie verte et la sécurité nationale et internationale.

Pour y arriver, les discussions touchant les objectifs stratégiques canadiens pourraient se centrer sur deux principaux domaines. En premier lieu, le Canada se penchera sur la meilleure façon d'utiliser l'espace pour accélérer la croissance économique en veillant à ce que le secteur spatial soit bien positionné pour réussir, qu'il soit une source d'innovation, qu'il favorise l'établissement de partenariats et qu'il soit une source d'inspiration pour la prochaine génération de scientifiques, d'innovateurs et d'explorateurs. En deuxième lieu, nous évaluerons comment le Canada tirera parti de l'espace au profit des Canadiens en faisant appel à nos connaissances et notre expertise dans le domaine spatial afin de répondre à des défis mondiaux, et ce, en intégrant davantage les technologies spatiales dans notre quotidien et en continuant d'utiliser l'espace à l'appui des principales activités gouvernementales.

Nous pourrions atteindre ces deux buts en réalisant la série d'objectifs proposés ci-après qui témoignent des aspirations du Canada quant à l'avenir du programme spatial sur un horizon de dix ans.

Principaux buts et objectifs proposés pour la Stratégie spatiale canadienne
Utiliser l'espace pour accélérer la croissance économique Tirer parti de l'espace au profit des Canadiens
Assurer la croissance du secteur spatial canadien Contribuer à améliorer notre compréhension de la Terre
Innover et explorer l'espace Améliorer la qualité de vie des Canadiens
Renforcer les partenariats internationaux à long terme Assurer la sécurité nationale
Inspirer la prochaine génération  

4. Objectifs clés : Utiliser l'espace afin de stimuler la croissance économique

1. Assurer la croissance du secteur spatial canadien

Les technologies spatiales sont liées à l'économie dans son ensemble et obtiennent des résultats favorables dans d'autres marchés. Les services d'imagerie, de télécommunications et de navigation par satellite sont utilisés dans les secteurs suivants : ressources naturelles, Les services d'imagerie, de télécommunications et de navigation par satellite sont utilisés dans les secteurs suivants : ressources naturelles, infrastructures, transports, services publics, sciences, santé, sécurité publique, défense, services financiers, médias, télécommunications et ingénierie. Les technologies spatiales trouvent des applications dans les véhicules aériens sans pilote (drones), la protection contre les incendies, l'énergie nucléaire et l'industrie minière, des domaines qui posent des risques pour l'humain ou qui présentent de strictes exigences de précision et de fiabilité.

Le Canada reconnaît l'importance croissante de l'espace pour notre société, notre économie et notre sécurité, de même que pour les activités quotidiennes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et des administrations municipales. De même, le Canada reconnait l'importance stratégique de pouvoir compter sur un secteur spatial domestique à la fois dynamique, concurrentiel et novateur, et qui est à même de procurer au pays les technologies dont il a besoin en tant qu'État moderne oeuvrant au sein d'une économie mondiale hautement technologique, tout en affirmant une présence forte de notre industrie sur le marché international de l'espace.

Le secteur spatial canadien, bien qu'il soit de taille plutôt modeste en comparaison de celui d'autres pays, est un chef de file mondial dans certains créneaux technologiques comme les télécommunications par satellite, la robotique spatiale les systèmes radar et les instruments optiques et scientifiques spatiaux. Le Canada pourrait s'appuyer sur sa relation de longue date avec le secteur spatial en continuant à soutenir le développement et la mise à l'essai de nouvelles technologies et de nouveaux produits et services, qu'il s'agisse de sous-systèmes ou systèmes spatiaux novateurs, ou encore de nouveaux services pour améliorer notre capacité à traiter et à analyser des données. Le pays pourrait aussi évaluer les possibilités d'appuyer ses partenaires du secteur lorsque cela est avantageux, et ce, en devenant leur premier client, ce qui pourrait avoir une incidence positive sur les efforts de commercialisation à l'échelle internationale. De tels investissements par le Canada et d'autres puissances spatiales ont collectivement permis des avancées technologiques qui rendent l'espace plus accessible à une plus grande diversité d'intervenants.

D'autres pays ont entrepris un examen de leurs cadres législatifs et réglementaires, voire les ont remplacés, en vue de permettre de nouvelles activités spatiales de nature commerciale, comme l'exploitation minière spatiale ou des services d'observation de la Terre. Le Canada pourrait également chercher à s'assurer que ses cadres sont susceptibles d'être adaptés et remaniés en fonction des développements technologiques et d'instaurer les conditions nécessaires à la croissance et à l'innovation, et ce, tout en veillant à ce que les questions de sécurité nationale du Canada soient prises en compte.

Le Canada recherche des possibilités de renforcer le secteur spatial en assurant l'essor des entreprises, en accélérant la croissance des exportations et en soutenant la création d'emplois bien rémunérés qui appuient et font croître la classe moyenne. Un tel partenariat pourrait contribuer à maintenir et à rehausser le leadership du pays dans le monde tout en permettant au secteur de continuer à maintenir et à accroître sa capacité à fournir des solutions spatiales au Canada et dans le monde.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Quelles activités le secteur et le milieu universitaire poursuivent-ils pour faire progresser les principaux domaines d'expertise canadiens? Quelles mesures sont prises pour déterminer, évaluer et développer de nouveaux créneaux pouvant permettent au Canada de saisir de nouvelles opportunités sur le marché spatial?
  • Dans le cadre du programme spatial, comment pourrions-nous mieux cerner, planifier et offrir de nouvelles occasions de consolider l'expérience de vol et de participer à des missions qui permettent de perfectionner et de démontrer l'utilité de nouvelles technologies, de développer les capacités, de faire croître des entreprises et de générer des ventes internationales et des exportations?
  • Comment le Canada peut-il moderniser ses programmes et établir des partenariats avec le secteur afin de mieux aider des entreprises novatrices à croître et à tirer profit des possibilités commerciales émergentes?
  • Comment pourrions-nous améliorer la collaboration en vue de favoriser l'entrepreneuriat et la croissance des entreprises en démarrage dans le secteur spatial, en particulier pour explorer des applications novatrices des technologies et des données spatiales?
  • Le Canada possède-t-il des cadres législatifs et réglementaires appropriés pour encourager les investissements et la croissance dans le secteur spatial? Quels domaines doivent être modernisés et quels instruments de politiques publique mériteraient d'être explorés?

2. Innover et explorer l'espace

Le Canada possède une riche tradition spatiale qu'il a forgée grâce à des technologies de pointe et à l'innovation. Nous prévoyons demeurer actifs dans le domaine de l'exploration spatiale. Nous comptons également maintenir nos efforts de recherche dans l'ensemble des disciplines scientifiques spatiales, notamment les sciences de la vie, les sciences planétaires, l'astronomie, les sciences du système terrestre, les sciences atmosphériques et l'étude des relations Soleil-Terre. L'annonce récente du renouvellement jusqu'en 2024 de la participation du Canada au programme de la Station spatiale internationale permettra à un plus grand nombre d'astronautes canadiens d'y travailler à l'appui de la science, du développement technologique, de l'innovation et de l'établissement de partenariats, tout en permettant au Canada de demeurer à l'avant-garde de l'exploration spatiale habitée.

Sur Terre, les activités de recherche, d'exploration et de développement technologique dans le domaine spatial sont essentielles à la croissance et à l'innovation dans le secteur spatial. Les sciences fondamentales et appliquées, tant dans l'espace que sur Terre, sont une source importante d'innovations et de découvertes qui contribuent à la croissance. L'incidence technologique et scientifique de l'exploration spatiale a fait déferler au cours des dernières décennies une vague d'innovations qui ont changé la face du monde. La miniaturisation croissante des technologies — jusqu'au point où des microsatellites, voire des nanosatellites, peuvent maintenant fournir des services opérationnels — a fait baisser sensiblement les coûts de l'accès à l'espace. Certaines nouvelles technologies, comme l'informatique et l'encryption quantique, les télécommunications optiques, ainsi que l'intelligence artificielle, des domaines dans lesquels le Canada fait déjà figure de chef de file mondial, ont de nombreuses applications potentielles dans l'espace, que ce soit pour sécuriser les télécommunications ou pour mieux orienter les futures activités d'exploration.

Le projet MOST (microvariabilité et oscillations stellaires) est le fruit d'un partenariat de coopération scientifique parrainé par l'ASC qui a permis de créer le plus petit télescope spatial du monde. Celui-ci est capable de déterminer l'âge et la composition des étoiles de notre galaxie. Il pèse seulement 60 kg et comporte un télescope de haute précision dont la largeur ne dépasse pas celle d'une assiette à tarte. Le télescope MOST permet aux scientifiques d'observer durant de longues périodes les étoiles de façon directe et constante. Il a donné lieu à des découvertes qui ont amené les scientifiques à reconsidérer certaines théories établie sur la formation et le vieillissem

À titre de pays d'innovateurs, nous devons repousser les frontières de la recherche, du savoir et de la technologie, et chercher à mobiliser nos partenaires nationaux et internationaux en vue de définir et de préparer l'avenir.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Quels apports technologiques à des initiatives internationales majeures comme la Station spatiale internationale profiteraient le plus au Canada et contribueraient au développement de technologies de pointe au-delà de l'horizon du programme de la Station spatiale internationale?
  • Comment le Canada et le secteur spatial canadien pourraient-ils rehausser leur participation, de concert avec nos partenaires internationaux, à la prochaine étape des vols habités au-delà de la basse orbite terrestre tout en maximisant les possibilités pour nos entreprises et nos scientifiques?
  • Comment pouvons-nous mieux outiller, dans leur quête de l'excellence scientifique, les spécialistes canadiens de l'espace qui font figure de leaders mondiaux dans leur domaine, en plus de veiller à former la prochaine génération de scientifiques et d'innovateurs?
  • Le Canada devrait-il rechercher un meilleur équilibre entre la poursuite de ses investissements dans les disciplines scientifiques qu'il soutient actuellement et son positionnement en vue de s'adapter aux transformations au sein du secteur?
  • Comment les programmes canadiens de soutien à l'innovation pourraient-ils mieux servir le secteur spatial?

3. Renforcer les partenariats internationaux à long terme

Les missions spatiales sont souvent des initiatives menées en coopération qui inspirent l'ambition et qui entraînent des retombées tangibles à l'échelle internationale par la création de connaissances, de capacités et de relations qui aident la société à gérer les défis mondiaux à long terme les plus urgents comme les changements climatiques. L'espace est un domaine unique qui a encouragé la collaboration étroite de pays du monde entier en matière d'exploration, d'observation de la Terre (p. ex. par l'échange de données météorologiques pour des fins opérationnelles et scientifiques) et de recherche et développement technologique, malgré les défis géopolitiques qui caractérisent notre monde. La collaboration spatiale incite les États à miser sur la compréhension mutuelle et la confiance dans leurs relations, à appuyer les efforts afin de répondre aux enjeux mondiaux et à établir de solides partenariats pour assouvir un désir commun de faire de nouvelles découvertes. Le Canada est déterminé à faire progresser les activités multilatérales visant la réglementation internationale et l'usage pacifique de l'espace coordonnées à l'échelle internationale par des organisations comme le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'Organisation des Nations Unies, dont le mandat consiste notamment à fixer des normes de comportement responsable dans l'espace. Le Canada doit maintenir sa collaboration avec ses principaux partenaires internationaux, notamment la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis et l'Agence spatiale européenne. Ces partenariats et ceux établis avec l'Agence japonaise d'exploration spatiale, l'Organisation indienne de recherche spatiale, l'Agence spatiale allemande et le Centre national d'études spatiales français, pour ne nommer que quelques organisations, ont permis d'ouvrir de nouveaux marchés et d'offrir de nouvelles opportunités aux entreprises et aux chercheurs canadiens. Le Canada pourrait maintenir et renforcer ses relations nouvelles et existantes afin d'encourager l'échange de connaissances et d'idées de même que la collaboration intersectorielle. Les partenariats entre gouvernements peuvent faciliter l'établissement de liens cruciaux entre des entreprises de manière à contribuer aux technologies canadiennes dans le cadre de missions internationales, et ce, afin de répondre à des enjeux mondiaux, d'accéder aux données et aux marchés internationaux, et de faire croître leur potentiel d'exportation. Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :
  • Quelles autres activités le Canada pourrait-il entreprendre pour renforcer ses relations internationales (p. ex. avec l'Agence spatiale européenne, entre autres) pour ouvrir de nouvelles possibilités pour les entreprises spatiales et les scientifiques canadiens? Quels nouveaux partenariats pourrions-nous envisager?
  • Quels obstacles empêchent les petites et moyennes entreprises spatiales canadiennes de se développer et d'accéder aux marchés internationaux?
  • Comment pourrions-nous gérer et utiliser plus efficacement la grande quantité de données générées mondialement par les partenariats et les études communes sur les conditions météorologiques, l'environnement et les changements climatiques?
  • Comment le Canada pourrait-il mieux contribuer aux discussions multilatérales internationales sur la gestion et la gouvernance des activités humaines et commerciales dans l'espace? Quelles normes de comportement seraient susceptibles de promouvoir un environnement spatial codifié et sécuritaire? Quel rôle l'industrie et le milieu universitaire pourraient-ils jouer pour soutenir ou promouvoir ces discussions?

4. Inspirer la prochaine génération

L'espace permet de rejoindre des millions de personnes pour les inspirer.
Les vidéos du commandant Hadfield diffusées depuis la Station spatiale internationale ont été vues par plus d'un demi-million de personnes. De même, en novembre 2016, les publications de l'ASC dans les médias sociaux portant sur la campagne de recrutement d'astronautes ont suscité 365 000 réactions (mentions « J'aime », partages et commentaires) et ont été vues à 9,25 millions de reprises sur différentes plateformes, comme Facebook et Twitter.

L'économie de l'innovation canadienne est tributaire de la capacité du pays à former une main-d'oeuvre technique hautement qualifiée. Pour que l'économie canadienne soit dynamique et concurrentielle à l'échelle internationale, nous devons favoriser une culture où innovation, créativité et connaissances sont à l'honneur. Grâce à l'espace, il est possible d'inspirer un intérêt généralisé à l'égard de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STIM) chez des gens de tous âges. Le Canada reconnaît l'importance de perfectionner les talents pour compter sur le bassin adéquat de compétences exceptionnelles, transférables et axées sur les connaissances qui lui permettra de maintenir un secteur spatial national novateur et de rehausser l'entrepreneuriat dans ce domaine.

Le secteur spatial emploie quelques-uns des ingénieurs et des scientifiques canadiens les plus qualifiés et les plus instruits au pays, dont plusieurs ont fait profiter d'autres secteurs de leurs connaissances et de leur expertise durant leur carrière. Les investissements que nous réalisons aujourd'hui assureront le dynamisme futur des domaines liés aux STIM, que ce soit à l'appui du secteur spatial ou d'autres domaines spécialisés.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Comment l'industrie, le milieu universitaire et le gouvernement peuvent-ils collaborer pour transmettre à la prochaine génération d'innovateurs, de scientifiques et d'entrepreneurs du domaine spatial, particulièrement les femmes et la jeunesse autochtone, les compétences nécessaires dans une économie du savoir?
  • Quelles activités sont nécessaires pour aider à perfectionner, à attirer, à diversifier et à retenir les talents dans le secteur spatial et pour veiller à ce que le Canada continue de compter sur un bassin adéquat de personnes hautement qualifiées faisant preuve d'un esprit novateur et entrepreneurial pour assurer le développement et la croissance de notre secteur spatial?
  • Comment l'industrie et le milieu universitaire collaborent-ils pour encourager l'échange des talents et des connaissances entre le secteur spatial et d'autres disciplines de pointe?
  • Comment l'industrie, le milieu académique et le gouvernement peuvent-ils collaborer afin de créer une meilleure connaissance et un plus grand intérêt pour les activités spatiales au Canada?

5. Deuxième but : Tirer parti de l'espace au profit des Canadiens

5. Contribuer à améliorer notre compréhension de la Terre

L'espace est un endroit sans égal pour observer notre monde. Les renseignements obtenus depuis l'espace, conjugués à d'autres sources de données, ont orienté les stratégies d'adaptation aux changements climatiques, de développement durable du Nord et de gestion des écosystèmes côtiers. L'espace est en outre essentiel à la compréhension et à la protection de notre environnement, notamment au suivi de l'état des glaces dans les régions nordiques. L'espace et le système mondial de navigation par satellite (GNSS) servent également à des fins scientifiques, comme la modélisation des tremblements de terre. Parmi les 50 « variables climatiques essentielles » reconnues internationalement et servant à surveiller les changements climatiques, 26 peuvent être observées seulement depuis l'espace. Les données d'observation de la Terre peuvent aussi servir à comprendre les problèmes de santé publique attribuables aux changements écosystémiques.

Le Canada dépend étroitement des technologies d'observation de la Terre nationales et internationales ainsi que des systèmes spatiaux connexes pour répondre à ses besoins opérationnels. Cela est particulièrement vrai pour l'établissement des prévisions météorologiques, où la majorité des données utilisées proviennent des États-Unis. En plus du satellite actuel RADARSAT-2 et de ceux de la mission de la Constellation RADARSAT qui seront lancés prochainement, le Canada utilise d'autres actifs spatiaux, comme le SCISAT, à l'appui des discussions scientifiques et internationales sur les changements climatiques. L'observation de la Terre continuera à jouer un rôle important, voire croissant, pour l'avenir de notre secteur et de notre programme spatial. Le Canada a été et aimerait continuer d'être un innovateur sur le plan du traitement et de l'analyse des données qui appui les processus décisionnels et plusieurs activités menées par les secteurs publics et privés.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Quels services, technologies et modèles d'approvisionnement le Canada devrait-il envisager d'adopter pour continuer à jouir d'un accès opportun et fiable aux données d'observation de la Terre dont il dépend pour fournir des services essentiels aux Canadiens?
  • Quels sont les principales opportunités et les défis en vue de faire croître le secteur en aval de l'utilisation des données au Canada?
  • Quelle est l'incidence des politiques gouvernementales liées à la gestion des données d'observation de la Terre sur la croissance et le développement des activités réalisées en aval?
  • Comment le Canada pourrait-il tirer un meilleur parti de son excellence dans les technologies, les services et les sciences spatiales afin de mieux contribuer aux efforts mondiaux liés aux changements climatiques, à la croissance verte, au développement et à la santé?
  • Comment les scientifiques et les experts techniques du secteur public peuvent-ils mieux collaborer avec le secteur et le milieu universitaire pour concevoir et découvrir de nouvelles technologies et solutions?

6. Améliorer la qualité de vie des Canadiens

Grâce au financement et au soutien de l'ASC, le Dr. Steven Boyd de l'Université de Calgary a conçu une expérience appelée TBone qui fait appel à une nouvelle technologie d'imagerie 3D pour étudier en haute résolution les changements dans la masse, la structure et la densité des os des astronautes ayant séjourné à bord de la Station spatiale internationale. Les résultats de l'étude TBone pourraient permettre de mieux comprendre la perte osseuse, de déterminer qui y est prédisposé et d'établir des stratégies de traitement personnalisées.

L'aventure spatiale du Canada, depuis le lancement du premier satellite de conception canadienne, à la construction de la Station spatiale internationale, ou encore aux palpitants voyages des astronautes canadiens, a permis la création de nouvelles technologies qui touchent maintenant tous les aspects de notre quotidien.

L'espace a une incidence directe sur notre qualité de vie en raison de ses liens avec la recherche en sciences de la vie, des retombées technologiques et des télécommunications. Les vols habités améliorent notre compréhension du vieillissement du corps humain et ont permis le développement de nouveaux outils diagnostiques. Grâce à des outils chirurgicaux spécialisés développé à partir des technologies héritées du Canadarm, les chirurgiens peuvent maintenant procéder à l'ablation de certaines tumeurs qui leur étaient auparavant inaccessibles. Les technologies de télécommunications par satellite aident à combler le fossé numérique grâce à la prestation dans les régions rurales ou éloignées de services à large bande offrant des vitesses de transmission croissantes à moindres coûts. Ces services rendus possibles par l'espace sont essentiels au développement économique, à la prestation de services, à la gestion des ressources naturelles et au maintien de la qualité de vie des communautés autochtones et des Canadiens vivant dans le Nord et dans d'autres régions éloignées.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Comment pouvons-nous effectuer plus efficacement le transfert des connaissances et des technologies créées grâce au programme spatial afin de soutenir le développement d'innovations et de nouvelles applications dans des secteurs non liés à l'espace?
  • Inversement, comment pouvons-nous faciliter le transfert des nouvelles innovations et des idées émanant d'autres secteurs vers le secteur spatial afin d'appuyer la compétitivité de l'industrie canadienne?
  • Comment pouvons-nous rendre plus accessible et mieux communiquer aux Canadiens les connaissances et les capacités générées par les activités spatiales?
  • Comment le Canada pourrait-il mieux tirer avantage de l'espace pour fournir des services aux Canadiens?

7. Appuyer la sécurité du Canada et la sûreté des Canadiens

L’espace est essentiel à la connaissance maritime et terrestre, de même qu’à la compréhension des menaces naturelles à notre infrastructure satellitaire. Les systèmes RADARSAT améliorent la sécurité et la productivité. L’imagerie SAR est essentielle à la gestion des catastrophes, à l’agriculture et à la surveillance maritime. Les missions scientifiques spatiales permettent de mieux connaître les conditions météorologiques spatiales qui peuvent toucher, voire perturber les infrastructures électriques et de communication, ainsi que les technologies de positionnement mondial.

L'immensité de notre territoire fait en sorte que les systèmes spatiaux constituent l'un des moyens les plus efficients et efficaces d'intervenir en cas de catastrophes, de localiser des personnes en détresse dans des régions éloignées, de surveiller nos approches maritimes et d'assurer la coordination des activités dans l'ensemble du pays. À titre d'exemple, les signaux GNSS améliorent la sécurité publique en prévenant les accidents de transport et en améliorant les délais d'intervention des ambulances, des pompiers et d'autres services d'urgence. En offrant des capacités de communication, de navigation et de surveillance, les technologies spatiales jouent aussi un rôle crucial en permettant aux Forces armées canadiennes de mener efficacement des opérations de défense du Canada et de l'Amérique du Nord, et de contribuer ainsi à la paix et à la sécurité à l'échelle internationale. Nos investissements stratégiques dans des créneaux clés sont aussi valorisés par nos alliés et nous permettent d'obtenir accès à leurs systèmes et à leurs capacités. Le Canada continuera d'entretenir, d'améliorer et, si possible, de préserver les infrastructures et les réseaux spatiaux qui nous unissent, soutiennent notre économie et assurent la sécurité de notre pays. Les partenariats bilatéraux avec des États aux visées semblables se révéleront essentiels pour atteindre ces objectifs.

À l'avenir, il importe que le Canada se penche sur la façon d'assurer un environnement sécuritaire et efficace pour les activités spatiales et les infrastructures terrestres connexes (p. ex. stations au sol). L'accès grandissant à l'espace par les acteurs publics et privés offre des occasions uniques de partenariats qui permettent d'accéder à des capacités de pointe à moindre coût. Ces activités amènent toutefois leur lot de questions associées à la sécurité et à la sûreté. Le nombre toujours croissant d'objets spatiaux en orbite autour de la Terre, incluant des milliers de débris, met en lumière l'importance d'améliorer la coopération internationale en matière de sécurité et la préservation utilitaire de l'espace extra-atmosphérique. Les menaces et les risques qui pèsent sur les infrastructures gouvernementales et commerciales dans l'espace, tel que des actes hostiles pouvant découler du développent d'armes anti-satellites visant des capacités stratégiques ou encore les conditions potentiellement néfaste de la météo spatiale doivent aussi être reconnus et atténués. Il ne faut pas négliger non plus d'assurer le transfert sûr des données entre les réseaux spatiaux.

Nous cherchons des pistes de réponse à des questions comme les suivantes :

  • Comment le Canada pourrait-il tirer un meilleur parti des technologies spatiales afin de contrer, surveiller, atténuer les risques et répondre à des catastrophes naturelles ou d'origine humaine, ou toute autre situation d'urgence majeure? Quelles améliorations aux technologies spatiales permettraient de mieux appuyer la réponse à ces menaces ou urgences?
  • Quelle est la plus grande difficulté pour garantir la sécurité et la cybersécurité des activités spatiales, notamment l'échange de données?
  • Alors que le Canada et d'autres pays profiteront grandement des services et des technologies émanant du « nouveau secteur spatial » (ou « New Space »), quels sont les risques liés à la sécurité et la sûreté de ce nouveau paradigme?
  • Quelles activités l'industrie a-t-elle entreprises pour répondre aux questions de sécurité de ses actifs spatiaux et de ses opérations terrestres? Quelles possibilités et quels obstacles les partenaires de l'industrie ont-ils cernés dans ce domaine?

6. Une invitation à passer à l'action

Le secteur spatial canadien est dynamique et compte des entreprises de renommée internationale en opérations spatiales, en télécommunications par satellite, en robotique spatiale, en radars spatiaux en instrumentation optique et scientifique, en services géospatial et autres activités de valeur ajoutée en observation de la Terre. Plusieurs spécialistes canadiens de l'espace sont des chefs de file mondiaux dans les domaines de l'astronomie, de l'exploration planétaire, de la recherche en sciences de la vie dans l'espace et des sciences environnementales, ces dernières étant essentielles à notre compréhension des aspects scientifiques et des répercussions des changements climatiques.

Le secteur mondial de l'espace est toutefois de plus en plus compétitif et l'émergence de la nouvelle économie spatiale offre de nouvelles opportunités à saisir et pour lesquelles les Canadiens peuvent jouer un rôle important. Nous devons nous assurer que le pays s'engage dans la bonne direction afin de nous permettre de continuer d'exceller et de développer davantage nos champs d'expertise.

L'industrie, le milieu universitaire et tous les Canadiens joueront un rôle de premier ordre dans la croissance future du Canada. Le Canada est déterminé à tisser des partenariats fructueux avec le milieu spatial afin de permettre l'avancement des sciences et des technologies spatiales ainsi que le passage aux prochaines étapes de l'exploration spatiale. Nous sommes impatients de connaître votre point de vue sur nos futures orientations et sur la façon dont le Canada pourrait mieux vous aider dans vos projets.

Note de bas de page

Note de bas de page 1

Voici les cinq principes sur lesquels repose le Cadre de la politique spatiale du Canada  :

  1. les intérêts canadiens d'abord,
  2. le positionnement du secteur privé à l'avant-plan des activités spatiales,
  3. le progrès grâce aux partenariats,
  4. l'excellence dans les capacités clés et
  5. une source d'inspiration pour les Canadiens.

Retour à l'appel de note 1 referrer

Date de modification :