Table ronde du Comité consultatif de l’espace (CCE) sur l’avenir du Canada dans l’espace

Le 12 mai 2017 – Vancouver

Hôtes du CCE : Mac Evans, Michelle Mendes et Afzal Suleman

Priorités

  • Développer le secteur spatial du Canada;
  • Innover et explorer l'espace;
  • Renforcer les partenariats internationaux à long terme;
  • Inspirer la prochaine génération;
  • Contribuer à notre compréhension de la Terre;
  • Améliorer la qualité de vie des Canadiens;
  • Préserver une nation sûre et sécurisée.

Points saillants

Pour soutenir les entreprises en démarrage ou déjà établies de l'industrie spatiale et attirer des investissements au pays, le Canada doit leur offrir un environnement plus favorable, notamment en modernisant les cadres réglementaires relatifs aux activités spatiales. Le rapport sur l'examen quinquennal indépendant récemment déposé au Parlement souligne que la Loi sur les systèmes de télédétection spatiale est désuète, et certains intervenants considèrent que c'est un obstacle à l'innovation et à la croissance au Canada.

Il est possible de renforcer le soutien aux sciences de l'espace dans le cadre de l'objectif de croissance du secteur spatial. Le secteur spatial est en déclin au Canada, ce qui a une incidence sur les milieux universitaires et l'industrie au niveau du développement technologique. Toutefois, la possibilité existe de tirer parti des sciences et des technologies pour créer des emplois, ainsi que pour attirer et conserver des scientifiques et des ingénieurs de calibre mondial au Canada. Le programme spatial canadien doit être souple et adaptable pour permettre de mettre à profit les débouchés internationaux.
Le programme spatial canadien nécessite un effort pangouvernemental, y compris par l'Agence spatiale canadienne (ASC) et les autres ministères et organismes clés ayant un rôle à jouer et des responsabilités dans le secteur spatial. Une meilleure coopération entre les ministères devrait permettre de collaborer et de mettre en commun les ressources de manière efficace, et une collaboration accrue avec les partenaires provinciaux et territoriaux devrait permettre d'appuyer l'innovation et les possibilités de développement économique.

Plus particulièrement, le secteur spatial et le gouvernement doivent de manière collective promouvoir plus activement les réalisations du Canada dans l'espace au-delà du Programme des astronautes et de la Station spatiale internationale. L'ASC devrait également jouer un rôle plus important dans l'éducation et la sensibilisation du public. Il est important de donner aux étudiants l'occasion de participer à des concours et de relever des défis. Le Concours de conception d'un satellite pour un défi canadien (CCSDC) a été présenté comme une initiative offrant aux étudiants de l'ensemble du Canada de différents établissements postsecondaires une occasion de relever un défi en concevant et en construisant un CubeSat. Avec le soutien et les conseils de l'industrie, du milieu universitaire et de l'ASC, des concours comme le CCSDC sont un excellent moyen de faire participer les élèves aux disciplines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STIM). Les concours étudiants devraient se poursuivre afin d'inspirer la prochaine génération.

Principales considérations et principaux défis de mise en œuvre

Travailler ensemble efficacement : La collaboration et la coordination entre les organismes de financement fédéraux (p. ex. l'ASC et les conseils subventionnaires, comme le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada [CRSNG]) ainsi qu'entre les entreprises de l'industrie et le milieu universitaire sont nécessaires pour développer le secteur spatial. La croissance du secteur ne dépend pas seulement de l'activité industrielle. Le milieu universitaire et l'industrie doivent collaborer efficacement - le gouvernement doit examiner la possibilité d'établir des stratégies visant à intégrer les communautés du milieu universitaire et de la recherche industrielle.

Relations fédérales-provinciales : Le Canada peut accroître la collaboration avec les ministères provinciaux et territoriaux dans le secteur spatial et contribuer aux activités de ce secteur capables de stimuler l'innovation et la croissance (p. ex. en favorisant les possibilités d'investissement, d'exportation et de commerce international). En outre, il faudrait envisager de donner une représentation plus locale à l'Agence spatiale canadienne, ce qui pourrait convaincre les organisations et les associations d'entreprendre des activités de sensibilisation et d'engagement.

Partenariats avec l'industrie : Le gouvernement fédéral devrait saisir les occasions de partenariat avec les acteurs de l'industrie à l'échelle internationale, afin de favoriser la croissance des petites et moyennes entreprises (PME) locales de même que des connaissances et de la capacité locales. Le réseau Mathématiques des technologies de l'information et des systèmes complexes (MITACS) et le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l'innovation au Canada (CARIC) ont été cités comme d'excellents programmes qui incitent les sociétés multinationales à investir dans des projets de recherche et développement (RD) liés à des PME/universités locales.

Conception des programmes : Les intervenants mettent en garde contre les programmes d'innovation susceptibles de créer de la concurrence entre l'industrie et le gouvernement (comme l'initiative Catapult du Royaume-Uni). Il a été suggéré que les niveaux de cumul des programmes liés à l'espace soient augmentés.

Crédits d'impôt : Le gouvernement fédéral devrait envisager d'offrir des crédits d'impôt supplémentaires à l'industrie pour appuyer les activités commerciales et d'investissement au Canada.

Investissements dans le secteur en aval : Le gouvernement souhaitera peut-être faire la transition vers un modèle de fournisseur de services davantage en aval en devenant un client d'attache. Il a été mentionné qu'il existe des programmes en amont bien soutenus (comme l'Initiative stratégique pour l'aérospatiale et la défense [ISAD]) et que des programmes similaires en aval devraient être envisagés. Le programme canadien RADARSAT et les politiques connexes en matière de données ont permis de créer une base de fournisseurs à valeur ajoutée au Canada. La politique en matière de données de la Mission de la Constellation RADARSAT (MCR) est importante pour l'ensemble de l'industrie, et on craint qu'elle ne profite pas à l'industrie si elle ne lui permet pas d'utiliser les satellites.

Nations nouvellement actives dans le secteur spatial : Le Canada peut envisager de s'associer à d'autres pays dans des secteurs émergents, tels que les possibilités d'investissement dans l'exploitation minière dans l'espace avec le Luxembourg. On remarque que le Canada est un chef de file dans les secteurs des ressources naturelles et de l'exploitation minière, et que cette expertise devrait être mise à profit dans l'exploration et dans l'exploitation minière spatiale. Le Canada devrait également envisager de favoriser davantage les partenariats avec les pays d'Asie. Il pourrait être possible de faire appel aux délégués commerciaux fédéraux et provinciaux pour accroître les possibilités de partenariats internationaux. Afin de faire mieux connaître le secteur spatial, l'ASC pourrait examiner la possibilité d'affecter des ressources humaines pour travailler avec les délégués commerciaux.

Accords commerciaux : Le gouvernement devrait s'assurer que les conditions de concurrence sont égales dans les accords commerciaux internationaux qui ont été négociés (p. ex. l'Accord économique et commercial global [AECG]), y compris en ce qui a trait à l'accès aux marchés. Il pourrait également être nécessaire de s'assurer que l'industrie canadienne est au courant des dispositions commerciales et des nouvelles possibilités pertinentes.

Liens intersectoriels : Le gouvernement fédéral pourrait jouer un rôle en favorisant les discussions entre le secteur spatial et les autres industries dans lesquelles les technologies et les services spatiaux pourraient être utilisés.

Inclusivité : Le Canada doit adopter une approche inclusive concernant l'espace qui est accessible et qui tient compte des rôles des enseignants, des étudiants, des experts juridiques – les STIM ne se limitent pas à la science et à la technologie. Une sensibilisation et un engagement précoces et soutenus à l'égard de la STIM sont nécessaires (pour inspirer les enfants à poursuivre des études en STIM, il est bon d'éveiller leur intérêt à un jeune âge, ce qui favorise plus tard un choix de carrière dans un domaine scientifique).

Principales idées et réalisations

Réformes réglementaires : Les cadres réglementaires du Canada devraient être modernisés, et certains changements à apporter aux règlements sur l'attribution des licences de télédétection ont été reconnus comme un champ d'action prioritaire à faible coût. Ce qui est nécessaire, c'est la volonté politique. De manière similaire aux États-Unis, où le département du Commerce est chargé de l'attribution des licences, il faudrait examiner la possibilité de confier la coordination de la législation relative à l'espace et des cadres d'attribution de licence à Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE), puisque cela permettrait d'assurer un meilleur équilibre entre la sécurité nationale et les intérêts commerciaux. (Affaires mondiales Canada administre actuellement la législation). 

Programme spatial équilibré : Le gouvernement devrait viser à établir une programmation équilibrée (c.-à-d. un ensemble de petits et de grands programmes). Les missions phares permettent la collaboration internationale et ouvrent pour le Canada des possibilités de contribution importantes, ce qui stimule l'activité dans le secteur spatial, si bien que la garantie de retombées pour les PME est essentielle. Le soutien visant à assurer un rythme de missions suffisant permettrait de s'assurer que le programme spatial canadien est en mesure de répondre aux priorités clés.

Continuité et processus de prise de décision : il faut une continuité dans le programme spatial du gouvernement pour permettre à l'industrie et au milieu universitaire de planifier ses activités et d'obtenir un financement de manière plus stable. Les intervenants souhaiteraient mieux comprendre le processus utilisé pour la prise de décisions en matière d'investissement et de financement relativement aux missions spatiales, et la façon dont on débloque des fonds pour certaines initiatives. Ils souhaiteraient également que le programme spatial canadien ait une structure de financement souple et adaptable qui permettrait à la communauté spatiale de saisir les possibilités de mission qui se présentent. 

Coordination et alignement : Le secteur spatial a besoin d'une stratégie qui apportera un réel changement et qui donnera l'occasion aux intervenants de l'ensemble du secteur de s'engager dans la mise en œuvre. Le financement et le soutien du gouvernement fédéral envers la science spatiale et l'innovation doivent être coordonnés. Une stratégie spatiale pourrait procéder d'une approche pangouvernementale visant à créer des grappes de différents ministères travaillant ensemble et mettant en commun leurs ressources.

Apprentissage sur le terrain : Les concours et les défis, comme le CCSDC ou le Space Apps Challenge (concours sur les applications spatiales), sont un moyen efficace de perfectionner les compétences, offrent des occasions de mentorat et permettent d'intégrer le secteur spatial aux autres secteurs (p. ex. l'informatique de pointe et les sciences informatiques). Sur le plan des résultats, les possibilités d'apprentissage expérientiel aident les étudiants à étoffer leur curriculum vitæ; et il a été suggéré que les étudiants participant à des programmes de construction de petits satellites réussissent par la suite à lancer leur propre entreprise, ou à trouver un emploi dans des entreprises bien établies.

Sensibilisation et engagement : Il a été suggéré que l'Agence spatiale canadienne (ASC) devrait avoir un rôle renforcé dans l'éducation et la sensibilisation du public, et que des efforts devraient être renforcés pour sensibiliser les enfants à l'espace. En considération de l'objectif proposé d' «inspirer la prochaine génération», il a été souligné que l'ASC n'a pas de programme de sensibilisation et que cela pose un défi. Le gouvernement doit concentrer ses efforts pour créer une marque canadienne forte. Le secteur spatial doit mieux mettre en valeur les réalisations du Canada dans l'espace.

Vision audacieuse : Le Canada a besoin d'une vision audacieuse (comme le voyage vers Mars pour la NASA) afin d'éveiller l'intérêt des gens envers l'espace. Si vous demandez aux enfants quelle est leur vision pour le secteur spatial, ils ne vous répondront pas qu'ils veulent favoriser la croissance du secteur spatial, mais qu'ils veulent envoyer le premier Canadien sur Mars. Grâce au partenariat pour la Station spatiale internationale, le Canada a une occasion d'investir dans de nouvelles technologies pour la prochaine destination (la Lune ou Mars).

Présents

  • Adrian McCardle - 3v Geomatics Inc.
  • Adnan Khan - Ostara Nutrient Recovery Technologies
  • Adrian Bohane - Tre Altamira
  • Bernhard Rabus  - Université Simon Fraser, École des sciences de l'ingénierie
  • Cecile Lacombe - Gouvernement de la Colombie-Britannique, ministère de la Technologie, de l'Innovation et des Services aux citoyens
  • Derek Chen - Archiact VR
  • Donald F. Osborne - MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA)
  • Doug Johnstone- Université de Victoria, Département de physique et d'astronomie
  • Elena Ismail - Archiact VR
  • Eric Hine - Archiact VR
  • George Tyc - UrtheCast
  • Ian McEachern  - Orbital Research Ltd.
  • Ilaria Caiazzo - Université de la Colombie Britannique, Département de physique et d'astronomie
  • Javed Haque - Gouvernement de la Colombie-Britannique, ministère du Commerce international
  • Jaymie Matthews - Université de la Colombie-Britannique, Département de physique et d'astronomie
  • Jeremy Heyl - Université de la Colombie-Britannique, Département de physique et d'astronomie
  • John Hutchings - Université de Victoria, Département de physique et d'astronomie
  • Larry Reeves – Canadian Satellite Design Challenge Management Society
  • Matt Killick - Université internationale de l'espace – Anciens étudiants
  • Mike Safyan - Planet Labs
  • Norman Hannaford - MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA)
  • Robert Grace – Mitacs Inc.
  • Taylor Briggs – Association des industries aérospatiales du Canada
  • Warren Wall - D-Wave System Inc.
  • Ye Zhou - Dynamic Structures
Date de modification :