Composition de l'industrie, renouvellement des établissements et croissance de la productivité : Étude de cas sur l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques

Les idées et les opinions exprimées dans le document de recherche sont celles des auteurs et ne représentent aucunement les idées ou opinions du ministère de l'Innovation, Sciences et Développement économique, de Statistique Canada ou du gouvernement du Canada.

Kelvin Ka Yin Chan,
Innovation, Sciences et Développement économique Canada

,
Statistique Canada

Note de bas de page *,
Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Juillet 2011

Résumé

Le taux de croissance annuel de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques est passé de 21 % au cours de la période 1997-2000 à −4 % de 2000 à 2006. La présente étude vise à déterminer si la restructuration de l'industrie et la redistribution des parts de marché et des ressources après l'éclatement de la bulle technologique en 2000 ont contribué au ralentissement de la croissance de la productivité. La redistribution peut être le résultat de changements dans la composition de l'industrie (branches), de l'entrée ou de la sortie d'entreprises ou encore de l'expansion ou du déclin des entreprises en activité continue. Les données révèlent que le ralentissement de la croissance de la productivité dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques découle essentiellement de la diminution de la productivité des branches qui la composent, laquelle est en grande partie attribuable à l'affaiblissement de la croissance de la productivité du travail dans les établissements en activité continue. Selon les résultats, la redistribution a joué un certain rôle, mais il ne s'agit pas du principal facteur du déclin. Enfin, les résultats donnent à penser que même si la composition de l'industrie canadienne avait été la même que celle de l'industrie américaine au cours de la période visée par l'étude, le profil de croissance de la productivité de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques n'aurait pas été différent.

 

Table des matières

  1. Introduction
  2. Méthode
  3. Sources des données et ajustements
  4. Portrait de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques au Canada et aux États-Unis
  5. Constatations empiriques au sujet de l'effet de la composition de l'industrie
  6. Constatations empiriques au sujet de l'effet du taux de roulement des établissements au Canada
  7. Conclusion
 

haut de la page

1. Introduction

L'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques, qui comprend la fabrication de produits informatiques et électroniques (Système de classification des industries de l'Amérique du Nord [SCIAN] 334) et la fabrication de matériel électrique (SCIAN 335), compte parmi les industries manufacturières les plus dynamiques, les plus novatrices et à plus forte intensité de compétences (graphique 1). L'industrie, qui a connu une avancée technologique sans précédent, surtout au chapitre de la fabrication de produits informatiques et électroniques, a considérablement contribué à la croissance de la productivité globale au Canada avant 2000 (Ho, Rao et Tang, 2004).

Toutefois, la productivité de cette industrie au Canada a beaucoup diminué depuis 2000. D'après une récente étude réalisée par Tang, Rao et Li (2010), la production par heure travaillée a reculé de 3,0 % par année de 2000 à 2008, alors qu'elle avait grimpé de 7,8 % par année entre 1987 et 2000, ce qui représente un écart de plus de 10 points de pourcentage entre les deux périodes. D'après les travaux de Baldwin et Gu (2009), l'industrie des produits électroniques est celle qui a le plus contribué au ralentissement de la croissance de la productivité du travail dans le secteur de la fabrication entre 1988-2000 et 2000-2005 : elle explique 0,2 point de pourcentage dans le recul de 2,4 points de pourcentage du taux de croissance de la productivité du travail dans l'ensemble du secteur de la fabrication.

L'industrie canadienne a par ailleurs été moins performante que l'industrie américaine après 2000. Selon Hao et coll. (2008), la productivité du travail dans l'industrie canadienne des produits électroniques et électriques se situait à 36 % du niveau de la productivité du travail dans l'industrie américaine en 2004, comparativement à 86 % en 2000. Le taux de croissance relativement faible de la productivité dans l'industrie canadienne, par rapport à l'industrie américaine, est un facteur important de l'élargissement de l'écart de productivité entre le Canada et les États-Unis dans le secteur de la fabrication de même que dans l'ensemble du secteur des entreprises (graphique 2).

Les travaux de recherche montrent que la redistribution de la production et des ressources au sein de l'industrie a contribué à la croissance de la productivité globale. Une certaine part de cette redistribution peut découler des changements dans la composition de l'industrie (branches). Elle peut aussi s'expliquer par le taux de roulement des  entreprises (entrée et sortie d'entreprises, et redistribution des ressources et de la production entre les entreprises déjà en place).

Nadeau et Rao (2002) sont parvenus à la conclusion que le ralentissement de la croissance de la productivité dans l'ensemble du secteur de la fabrication au Canada avant 2000, par rapport aux États-Unis, s'explique en partie par le fait que le Canada a moins bien réussi que son voisin du Sud à réorienter les ressources vers les activités affichant une productivité plus élevée et une plus forte croissance. En outre, les auteurs montrent que les résultats inférieurs du Canada étaient partiellement attribuables au fait que le pays est fortement tributaire des industries manufacturières de transformation des ressources, lesquelles sont caractérisées par une croissance relativement modérée de la productivité, tandis que les États-Unis ont tiré avantage de la forte concentration d'industries dynamiques, comme la fabrication de produits informatiques et électroniques.

La croissance de la productivité de l'industrie est au bout du compte fonction de la croissance qui s'opère à l'échelle des entreprises (ou des établissements) ainsi que du processus concurrentiel qui donne lieu à une redistribution constante des parts de marché, des établissements sortants aux nouveaux établissements ou des entreprises en déclin aux entreprises en expansion. L'étude de Baldwin et Gu (2004) révèle que dans la plupart des industries manufacturières, le principal moteur de croissance de la productivité est le processus concurrentiel ou le renouvellement des établissements qui a pour effet de transférer les parts de la production aux établissements les plus productifs. Selon Beckstead et Brown (2005), les proportions de nouvelles entreprises et d'entreprises sortantes dans l'industrie canadienne des technologies de l'information et des communications, par exemple, étaient supérieures à la moyenne du secteur de la fabrication, tant au moment de l'éclatement de la bulle technologique en 2000 que par la suite.

La présente étude a pour but d'examiner comment les changements structurels et la dynamique des entreprises ont contribué au ralentissement de la croissance de la productivité dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques. Dans un premier temps, nous cherchons à déterminer dans quelle mesure le ralentissement – dans les années 2000 et par rapport aux États-Unis – est attribuable aux changements dans la composition de l'industrie et dans quelle mesure il est attribuable à la baisse du taux de croissance de la productivité dans les différentes branches. Dans un deuxième temps, nous examinons dans quelle mesure le recul des taux de croissance de la productivité à l'échelle des branches au Canada découle d'une baisse de la croissance de la productivité à l'échelle des établissements et de l'évolution de la dynamique des entreprises (création et fermeture d'entreprises, redistribution entre les entreprises en activité continue).

Le présent rapport ne traite que la productivité du travail puisque les données sur les investissements ou le stock de capital à l'échelle des établissements ne sont pas disponibles au CanadaNote de bas de page 1. Les analyses sont effectuées dans un cadre axé sur la valeur ajoutée, où la productivité du travail est définie comme la valeur ajoutée par heure travaillée.

Le rapport est structuré comme suit. À la section 2, nous présentons le cadre d'analyse des effets des changements structurels dans l'industrie et de la dynamique des établissements sur la croissance de la productivité du travail. À la section 3, nous traitons des sources de données et des ajustements apportés. Aux sections 4 et 5, nous exposons les résultats empiriques en ce qui a trait à l'effet de la composition de l'industrie et à l'effet du renouvellement des établissements sur la croissance de la productivité de l'industrie. Enfin, à la section 6, nous résumons les principales constatations et examinons les raisons qui pourraient expliquer le ralentissement de la croissance de la productivité dans l'industrie.

 

haut de la page

2. Méthode

Dans la présente section, nous décrivons la méthode utilisée pour analyser l'effet des changements structurels dans l'industrie et l'effet de la dynamique des entreprises sur la croissance de la productivité du travail.

2.1. Composition de l'industrie et productivité

L'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques comprend 17 branches (Tableau 1). La croissance de la productivité de l'industrie peut être décomposée en différents éléments : une composante représentant la croissance de la productivité à l'échelle des branches, et des composantes reflétant les changements dans la structure de l'industrie. Pour décomposer ainsi la croissance de la productivité de l'industrie, nous avons suivi la méthode de Tang et Wang (2004).

Examinons une industrie comptant n branches; (Q) désigne la production nominale, (P) représente l'indice implicite de prix et (L) représente le facteur travail. La productivité du travail réelle dans l'industrie peut être décomposée à l'échelle des branches :

1) Z = Q P L = i Q i P L = i ( P i L i Z i ) P L = i ( P i P ) ( L i L ) Z i

Supposons que pi=PiP, soit le prix relatif de la production dans la branche i; que li=LiL soit la part du travail dans la branche i, et que s i = p i l i , soit la part du travail ajustée en fonction du prix relatif de la production, que nous appellerons ici la taille relative de la branche i. La part du travail est ajustée en fonction du prix relatif de la production parce qu'un changement dans les prix de la production influe également sur l'importance de la branche dans la production globaleNote de bas de page 2. Ce changement a à son tour un effet sur la contribution de la branche à la productivité du travail totale, même si la part du travail et la productivité du travail demeurent constantes dans la branche.

Substituons les nouvelles variables dans l'équation (1) :

2) Z = i ( P i p ) ( L i L Z i ) = i ( p i l i Z i ) = i ( s i Z i )

Ainsi, la productivité du travail dans l'industrie peut être exprimée comme étant la somme pondérée des niveaux de productivité du travail dans les différentes branches. Le poids attribué à chaque branche correspond à la taille relative de la branche, c.-à-d. la part du travail ajustée en fonction du prix relatif de la productionNote de bas de page 3.

Suivant l'équation (2), la croissance de la productivité du travail dans l'industrie au cours d'une période (un an ou plus) allant de t 1 à t peut être exprimée ainsi :

3) g ( Z t ) = Z t Z t 1 Z t 1 = i ( s t i Z t i s t 1 i Z t 1 i ) Z t 1 = i s t i ( Z t i Z t 1 i ) + ( s t i s t 1 i ) Z t 1 i Z t 1
= i Z t 1 i Z t 1 s t i g ( Z t i ) + ( s t i s t 1 i )

Définissons zt1 i=Zt1 i/Zt1 comme le niveau de productivité du travail dans la branche i par rapport au niveau de productivité du travail dans l'industrie au début de la période, et Δ s t i = s t i s t 1 i , comme la variation de la taille relative de la branche i entre t1 et t. Ensuite, nous additionnons et retranchons i z t 1 i s t 1 i g ( Z t i )  dans l'équation (3), ce qui donne :

4) g ( Z t ) = i z t 1 i s t 1 i g ( Z t i ) + 1 + g ( Z t i ) Δ s t i

Définissons w t 1 i = z t 1 i s t 1 i , qui équivaut à Qt1i / Qt1, the nominal output share of sub-industry i , comme étant la part de la production nominale de la branche i au début de la période. L'équation (4) peut être reformulée de cette façon :

5) g ( Z t ) = i w t 1 i g ( Z t i ) + i z t 1 i 1 + g ( Z t i ) Δ s t i

Donc, la croissance de la productivité du travail dans l'industrie peut être décomposée en deux éléments ou effets. L'effet de croissance de la productivité pure, i w t 1 i g ( Z t i ) , correspond à la somme des taux de croissance pondérés de la productivité du travail dans les différentes branches, le poids de chaque branche étant égal à la part de la production nominale de la branche au début de la période. Ainsi, l'effet de croissance de la productivité pure reflète la contribution des branches uniquement attribuable à l'amélioration de la productivité du travail au sein de chacune des branches. Il est important d'isoler cet effet puisqu'il est indépendant des facteurs de non efficience et que ni la variation de la part du travail ni la variation du prix relatif de la production n'a d'influence sur lui.

L'effet de redistribution, i z t 1 i 1 + g ( Z t i ) Δ s t i , correspond à la somme pondérée des variations de la taille relative des branches, le poids de chaque branche étant égal à la productivité du travail relative de la branche au début de la période, ajustée en fonction de la croissance de la productivité du travail. Il est à noter qu'aux fins de la présente étude, la variation de la taille relative reflète la variation de l'importance de la branche au sein de l'industrie, qui peut découler d'un changement dans la part du travail ou dans le prix relatif de la production. L'effet de redistribution contribue positivement à la croissance de la productivité si les branches dont l'importance au sein de l'industrie augmente sont celles qui affichent une productivité relativement élevée ou une croissance de la productivité relativement forte.

2.2. Renouvellement des établissements et productivité

La croissance de la productivité du travail dans une branche de l'industrie peut être décomposée en plusieurs éléments : un effet intra établissement et différentes composantes associées à la redistribution de la production et des ressources entre les établissements. L'effet intra établissement mesure la contribution issue de l'amélioration de la productivité des établissements en activité continue, si on maintient constante leur part des intrants et de la production. En ce qui concerne l'effet de redistribution, il s'agit de la contribution découlant de la redistribution de la production et des intrants entre les entreprises en activité continue et de la contribution issue du renouvellement des établissements (entrées et sorties).

Différentes méthodes ont été proposées pour tenir compte de l'effet de redistribution sur la croissance de la productivité, notamment par Griliches et Regev (1995), Foster, Haltiwanger et Krizan (2001) ainsi que Baldwin et Gu (2006)Note de bas de page 4. Ces méthodes diffèrent essentiellement par leurs hypothèses quant au processus de substitution permettant de distinguer la contribution des entrées de la contribution des sorties.

Griliches et Regev (1995) supposent implicitement que les nouvelles entreprises remplacent les entreprises moyennes et ils comparent les nouvelles entreprises et les entreprises sortantes à une entreprise moyenne au cours d'une période donnée. De même, Foster, Haltiwanger et Krizan (2001) supposent implicitement que les nouvelles entreprises remplacent les entreprises moyennes, mais ils comparent les nouvelles entreprises et les entreprises sortantes à une entreprise moyenne au début de la période. Baldwin et Gu (2006) posent l'hypothèse que les nouvelles entreprises remplacent les entreprises sortantes, et ils comparent les deux. Si ces différentes hypothèses donnent lieu à des estimations variables de la contribution des entrées et des sorties, la contribution de l'entrée nette (ou la somme des effets des entrées et des sorties) est semblable d'une méthode à l'autre.

Dans le cadre de la présente étude, nous utilisons la méthode de Griliches et Regev (1995) – la méthode GR – et nous axons notre analyse sur l'entrée nette. Le processus de décomposition est semblable au processus de décomposition de la croissance de la productivité de l'industrie à l'échelle des branches, à la différence qu'on tient compte des nouveaux établissements et des établissements sortants.

Dans un premier temps, on peut représenter la productivité d'une branche de l'industrie comme étant la somme pondérée des taux de productivité de tous les établissements qui la composent :

6) Z i = Σ j s i j Z i j

Dans l'équation (6), le facteur de pondération s équivaut à la part de l'emploi de l'établissement, ajustée en fonction du prix relatif de la production. Toutefois, comme nous le verrons à la section 3.2, les déflateurs à l'échelle des établissements ne sont pas disponibles. Il nous faut donc appliquer le déflateur de la branche à tous les établissements. Par conséquent, le prix relatif de la production de chaque établissement de la branche est 1, et le poids s correspond à la part de l'emploi de l'établissement.

La croissance de la productivité d'une branche de l'industrie équivaut à g ( Z t i ) = Δ Z t , t 1 i / Z t 1 i . La variation de la productivité durant cette période, Δ Z t , t 1 i , peut être exprimée ainsi :

7) Δ Z t , t 1 i = i s t i j Z t i j i s t 1 i j Z t 1 i j

À la période t les établissements peuvent être répartis en deux groupes : les établissements entrants (E), qui n'existaient pas à la période t 1 , et les établissements en activité continue (C), qui étaient déjà présents à la période t 1 . À la période t 1 les établissements peuvent aussi être répartis en deux groupes : les établissements en activité continue (C) et les établissements sortants (X), qui n'existent plus à la période t. Cette façon de regrouper les établissements nous permet de reformuler l'équation (7) en fonction de trois composantes (établissements en activité continue, entrants, sortants) :

8) Δ Z t , t 1 i = ( j C s t i j Z t i j + j E s t i j Z t i j ) ( j C s t τ i j Z t 1 i j + j X s t 1 j j Z t 1 i j )
= ( j C s t i j Z t i j j C s t 1 i j Z t 1 i j ) + j E S t i j Z t i j j X s t 1 i j Z t 1 i j

Nous réorganisons l'équation ci-dessus, qui devient :

9) Δ Z t , t 1 i = j C s ¯ i j ( Z t i j Z t 1 i j ) + j C ( s t i j s t 1 i j ) ( Z ¯ i j Z ¯ i )
+ j E s t i j ( Z t i j Z ¯ i ) j X s t 1 i j ( Z t 1 i j Z ¯ i )

où les variables surmontées d'une ligne horizontale représentent la moyenne des deux périodes (t1 et t), et Z¯i désigne la productivité moyenne de la branche au cours des deux périodes.

Le premier terme représente l'effet intra établissement découlant de la variation de la productivité dans les établissements en activité continue. Ce terme est indépendant des variations dans la répartition des intrants et témoigne uniquement de l'amélioration de la productivité des établissements en activité continue. Le deuxième terme représente l'effet inter établissements, c'est-à-dire l'effet de la redistribution de l'emploi entre les établissements en activité continue. Ce terme prend une valeur positive lorsque les établissements dont la part de l'emploi augmente sont plus productifs que la moyenne de la branche, et que les établissements dont la part de l'emploi diminue sont moins productifs que la moyenne de la branche.

Les deux derniers termes représentent les effets des nouveaux établissements et des établissements sortants, respectivement. Comme dans le cas du deuxième terme (l'effet inter-établissements), la productivité des établissements entrants et des sortants est comparée à la moyenne de la branche. Lorsque les établissements entrants sont plus productifs que la moyenne de la branche, leur venue a un effet positif sur la productivité de la branche. De même, lorsque les sortants sont moins productifs que la moyenne, leur départ se traduit aussi par un effet positif. La somme des effets associés à la création et à la disparition d'établissements correspond à l'effet de l'entrée nette.

 

haut de la page

3. Sources des données et ajustements

Cette section présente les sources des données utilisées dans l'analyse et traite des ajustements apportés aux données.

3.1. Sources des données

Nous avons utilisé les données des programmes de recensement des manufactures du Canada et des États-Unis. Les deux programmes recueillent de façon similaire les données sur la production et les intrants.

Les données canadiennes sont tirées d'un fichier longitudinal créé à l'aide des microdonnées de l'Enquête annuelle des manufactures (EAM) de Statistique Canada. Le fichier, qui contient des données d'enquête et des données administratives, couvre tout le secteur canadien de la fabrication et permet de suivre les établissements et les entreprises au fil du temps. Les données portent entre autres sur la valeur ajoutée et l'emploi. Elles concernent environ 54 000 établissements de fabrication, dont quelque 3 200 fabriquent des produits électroniques et électriques.

Les données américaines sur la valeur ajoutée totale et l'emploi proviennent du U.S. Census Bureau. Ces données sont très détaillées (codes à six chiffres du SCIAN) et ont été regroupées pour notre analyse. Elles proviennent aussi des fichiers de microdonnées de l'Annual Survey of Manufactures (ASM) réalisée par le U.S. Census Bureau. Fait à noter, contrairement aux données canadiennes sur la valeur ajoutée, les données américaines rendent compte de la valeur ajoutée totale, c'est-à-dire de la valeur ajoutée des activités de fabrication et de la valeur ajoutée des activités de marchandisage (la différence entre la valeur des ventes et le coût des produits vendus sans transformation, traitement ou assemblage supplémentaires).

L'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques comprend la fabrication de produits informatiques et électroniques (SCIAN 334) et la fabrication de matériel électrique (SCIAN 335). Aux fins de la présente étude, nous avons divisé ces deux groupes en 17 branches correspondant à des codes à cinq ou six chiffres du SCIAN. Il s'agit du niveau le plus détaillé autorisé par la politique de Statistique Canada sur la confidentialité (tableau 1).

Pour les besoins de notre analyse, nous avons choisi la période allant de 1997 à 2006, pour laquelle nous avons des données pour le Canada comme pour les États-Unis. Nous examinons l'effet de la composition de l'industrie et du renouvellement des établissements sur la croissance de la productivité de 1997 à 2000 et de 2000 à 2006. Nous avons opté pour l'année 2000 comme point de coupure afin de pouvoir comparer les tendances avant et après l'éclatement de la bulle technologique.

3.2. Ajustements apportés aux données

Pour faciliter les comparaisons dans le temps et entre les deux pays, nous avons apporté plusieurs ajustements aux données à l'échelle de l'industrie tirées des enquêtes canadienne et américaine sur les manufactures.

En premier lieu, les données de l'EAM ne sont pas nécessairement toutes comparables dans le temps en raison des changements apportés à la classification des industries (p. ex. SCIAN de 1997 et SCIAN de 2002) et à la méthode d'échantillonnage. Ainsi, au Canada, les microdonnées de l'EAM pour les périodes 1997-1999, 2000-2003 et 2004-2006 sont extraites de populations différentes.

En deuxième lieu, la « valeur ajoutée » établie selon les données de l'EAM, souvent désignée comme la « valeur ajoutée recensée », tient compte des paiements pour les services achetés, qui font partie des intrants intermédiaires. Le fait d'inclure dans l'analyse les services achetés a un effet important, car la tendance accrue à l'externalisation des activités de services dans le secteur de la fabrication et des activités de développement au Canada peut être différente de la tendance observée aux États-Unis au même chapitre. De plus, la valeur ajoutée recensée ne comprend pas la production des travailleurs autonomes.

En troisième lieu, comme il en a été question à la section 3.1, la « valeur ajoutée » au Canada désigne la valeur ajoutée des activités de fabrication tandis qu'aux États-Unis, il s'agit de la valeur ajoutée totale, qui comprend aussi la valeur ajoutée des autres activités, c'est-à-dire les activités de marchandisage.

Enfin, le nombre d'employés établi d'après les données du recensement des manufactures n'est pas exactement le même que celui utilisé par les organismes statistiques pour comptabiliser les statistiques de productivité officielles; il faut y ajouter les travailleurs autonomes. De plus, il faut convertir l'emploi à temps plein et à temps partiel en heures travaillées pour tenir compte de la variation de l'intensité du travail au fil du temps.

Pour faire ces ajustements, en ce qui concerne le Canada, nous comparons l'emploi dans l'industrie et la valeur ajoutée établis d'après l'EAM aux données sur les heures travaillées et la valeur ajoutée issues du programme de Statistique Canada sur la productivité (tableaux CANSIM 383-0021 et 383-0009)Note de bas de page 5. Pour ce qui est des États-Unis, les données de l'ASM sont comparées aux données sur la valeur ajoutée et l'emploi tirées des comptes de l'industrie du U.S. Bureau of Economic Analysis (valeur ajoutée) et du U.S. Bureau of Labor Statistics (heures travaillées totales). Compte tenu des données disponibles, les ajustements sont apportés au niveau des codes à quatre chiffres du SCIAN pour le Canada et des codes à trois chiffres du SCIAN pour les États-Unis.

Les ajustements à l'échelle de l'industrie, au Canada et aux États-Unis, sont indiqués dans le tableau 2. Ces ajustements aux fins de comparaison ont peu d'effet sur les taux de croissance de la valeur ajoutée et de l'emploi au Canada. Pour ce qui est des États-Unis, les ajustements ont peu d'effet sur les taux de croissance de la valeur ajoutée, mais ils influent sur le taux de croissance du facteur travail. Le taux de croissance des heures travaillées provenant du U.S. Bureau of Economic Analysis est plus élevé que le taux de croissance de l'emploi issu de l'ASM, ce qui témoigne en partie de l'augmentation de l'intensité du travail dans l'industrie américaine au cours de cette période.

Les ajustements ont un effet sur le niveau de la production, car le coût des services achetés est inclus dans la valeur ajoutée établie selon l'EAM alors que la valeur ajoutée tirée des comptes de l'industrie ou du programme sur la productivité n'en tient pas compte. Le ratio de la valeur ajoutée issue des comptes nationaux à la valeur ajoutée issue de l'EAM est plus élevé au Canada puisque l'enquête annuelle sur les manufactures aux États-Unis (ASM) rend compte de la valeur ajoutée totale mais que les données canadiennes témoignent seulement de la valeur ajoutée des activités de fabrication. Le ratio des heures travaillées (valeur de référence) à l'emploi selon les données des enquêtes annuelles sur les manufactures est plus faible au Canada qu'aux États-Unis, car les Canadiens travaillent généralement moins d'heures que les Américains.

Pour obtenir la valeur ajoutée réelle, il faut utiliser les déflateurs de la valeur ajoutée pour ajuster la valeur ajoutée nominale. Comme les déflateurs ne sont pas disponibles à l'échelle des établissements ou des branches (tableau 1), il nous faut recourir aux déflateurs à un niveau supérieur de la classification de l'industrie. Ainsi, pour les États-Unis, nous avons opté pour les déflateurs au niveau des codes à trois chiffres du SCIAN : produits informatiques et électroniques (334) et matériel électrique (335). Les déflateurs proviennent du U.S. Bureau of Economic Analysis. Pour le Canada, nous utilisons les déflateurs au niveau des codes à quatre chiffres du SCIAN (parfois combinés), obtenus auprès de Statistique Canada.


haut de la page

4. Portrait de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques au Canada et aux États-Unis

Au Canada, les branches de la fabrication de produits informatiques et électroniques ont été plus productives que celles de la fabrication de matériel électrique (tableau 3). En 2006, la productivité du groupe des produits informatiques et électroniques a été de 12 % supérieure à la moyenne de l'industrie tandis que celle du groupe du matériel électrique a été de 25 % inférieure à la moyenneNote de bas de page 6. La fabrication de matériel informatique et périphérique était la branche la plus productive.

Le profil de productivité de l'industrie américaine des produits électroniques et électriques était généralement similaire à celui de l'industrie canadienne. Toutefois, l'écart de productivité entre les branches de la fabrication de produits informatiques et électroniques et les branches de la fabrication de matériel électrique était encore plus grand aux États-Unis qu'au Canada. En 2006, la productivité du groupe des produits informatiques et électroniques aux États-Unis a été de 38 % supérieure à la moyenne de l'industrie tandis que celle du groupe du matériel électrique a été de 76 % inférieure à la moyenne. Le matériel téléphonique a été la branche la plus productive, suivie du matériel informatique et périphérique.

L'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques est plus petite au Canada qu'aux États-Unis. Au Canada, la part des heures travaillées de cette industrie représentait environ 7,5 % des heures totales travaillées dans le secteur de la fabrication en 2008, et cette proportion est assez stable depuis 1997. Toutefois, la part de cette industrie dans la valeur ajoutée nominale a diminué, passant de 7,7 % en 1997 à 6,2 % en 2008. En revanche, aux États-Unis, l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques revêt une importance beaucoup plus grande dans le secteur de la fabrication : elle représentait plus de 12 % des heures travaillées et de la valeur ajoutée nominale en 2007.

Au Canada, plus des deux tiers de la valeur ajoutée nominale de l'industrie proviennent de la fabrication de produits informatiques et électroniques, la fabrication de matériel électrique représentant moins du tiers de la valeur ajoutée nominale (tableau 3). Parmi les 17 branches de l'industrie, seulement trois ont été à l'origine de plus de 10 % de la valeur ajoutée nominale en 2006 : le matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil (11,0 %), les semi-conducteurs (13,7 %) et les instruments (21,7 %).

Aux États-Unis, la fabrication de produits informatiques et électroniques a été plus importante que la fabrication de matériel électrique (72,2 % de la production en 2006, comparativement à 66,6 % au Canada). La branche des semi-conducteurs, en particulier, était beaucoup plus importante aux États-Unis qu'au Canada : elle a été à l'origine de 23,9 % de la production en 2006 aux États-Unis, comparativement à 13,7 % au Canada. En revanche, la branche du matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil était relativement plus petite aux États-Unis (6,1 % de la production) qu'au Canada (11,0 %).

Fait intéressant à noter, la part du matériel téléphonique dans la valeur ajoutée a considérablement diminué au Canada entre 2000 (24,5 %) et 2006 (4,6 %). C'est aussi le cas pour les semi-conducteurs, dont la part est passée de 20,0 % à 13,7 %. Au cours de la même période, la part du matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil et celle des instruments ont plus que doublé au Canada, passant de 5,0 % à 11,0 % et de 11,0 % à 21,7 % respectivement.
Aux États-Unis, la contribution du matériel téléphonique et celle des semi-conducteurs à la valeur ajoutée ont aussi diminué, mais de façon plus modérée qu'au Canada (passant de 10,1 % à 4,6 % pour le matériel téléphonique et de 29,6 % à 23,9 % pour les semi-conducteurs). De même, comme au Canada, la part de la valeur ajoutée attribuable à la fabrication d'instruments s'est accrue aux États-Unis au cours de la période, passant de 17,0 % à 23,7 %.

Dans les deux pays, la répartition de l'emploi dans l'industrie a aussi assez bien changé, quoique moins que la répartition de la valeur ajoutée. Les variations ont surtout été observées dans les branches de la fabrication de produits informatiques et électroniques après 2000 (tableau 4). Tant au Canada qu'aux États-Unis, la part de l'emploi du matériel informatique et périphérique, du matériel téléphonique et des semi-conducteurs a reculé, principalement au profit du matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil et des instruments au Canada et au profit des instruments aux États-Unis.

Sur le plan de la taille relative, qui tient aussi compte du prix relatif de la production, le groupe de la fabrication de produits informatiques et électroniques a subi un recul plus prononcé, surtout aux États-Unis. Cette situation s'explique par le fait que l'écart entre le prix relatif de la production dans les produits informatiques et électroniques et le prix relatif de la production dans le matériel électrique est beaucoup moins grand au Canada qu'aux États-Unis, et ce, parce que le prix à la production dans les produits informatiques et électroniques a diminué beaucoup plus rapidement aux États-Unis qu'au Canada au cours de la période.


haut de la page

5. Constatations empiriques au sujet de l'effet de la composition de l'industrie

Nous appliquons maintenant la méthode de décomposition de Tang et Wang (2004) aux variations de la productivité dans les industries canadienne et américaine des produits électroniques et électriques de 1997 à 2000 et de 2000 à 2006. Nous analysons d'abord la situation de l'industrie canadienne, puis nous comparons les résultats à ceux de l'industrie américaine.

Canada

Comme l'indique le tableau 5, les variations de la productivité dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques au cours des deux périodes sont surtout attribuables aux variations de la productivité pure au sein des différentes branches. L'effet de redistribution est mineur.

De 1997 à 2000, la productivité de l'industrie s'est accrue de 21,1 % par année. La croissance de la productivité pure a été le principal moteur, expliquant 90 % de la croissance globale de la productivité. La fabrication de produits informatiques et électroniques a été à l'origine de 77 % de la croissance, résultat essentiellement de la croissance de la productivité pure.

Une proportion de 29 % de la croissance de la productivité de l'industrie est le fruit de la branche des semi-conducteurs. Vient ensuite la branche du matériel téléphonique (27 %). Fait intéressant à souligner, la fabrication de matériel informatique et périphérique, qui affiche le taux de croissance de la productivité le plus élevé au cours de la période, a peu contribué à la croissance de la productivité de l'industrie. Cette situation s'explique par le fait que l'important effet de croissance de la productivité pure a été neutralisé par la forte variation négative de la taille relative de la branche, en raison de la baisse marquée du prix relatif de la production et, dans une moindre mesure, de la diminution de la part de l'emploi.

De 2000 à 2006, la croissance de la productivité de l'industrie canadienne a régressé de 4,1 % par année, ce qui représente une baisse de 25,2 points de pourcentage par rapport à la période 1997-2000. Cette baisse découle principalement de l'effet de croissance de la productivité pure négatif, qui explique 88 % du ralentissement de la croissance de la productivité. Environ 80 % de la baisse de croissance de la productivité résulte du recul du taux de croissance de la productivité dans la fabrication de produits informatiques et électroniques, principalement dans la branche du matériel téléphonique et celle des semi-conducteurs.

États-Unis

La situation de l'industrie américaine est semblable à celle de l'industrie canadienne : on observe un écart de taux de croissance de la productivité de 21,1 points de pourcentage entre la période 1997-2000 et la période 2000-2006 (tableau 6). Toutefois, contrairement à l'industrie canadienne, où le taux de croissance de la productivité a régressé de 4,1 % par année entre 2000 et 2006, la productivité du travail dans l'industrie américaine a continué de progresser à bon rythme (25,6 % par année).

De plus, comme au Canada, l'exercice de décomposition révèle que la fabrication de produits informatiques et électroniques a été le moteur de la productivité aux États-Unis, expliquant plus des deux tiers de la croissance. Au cours des deux périodes examinées, ce sont les branches des semi-conducteurs et des instruments qui ont le plus contribué à l'augmentation de la productivité et, encore une fois, la croissance de la productivité pure est à l'origine de la totalité de la hausse.

Analyse hypothétique

Ainsi qu'il en a été question à la section 4, la composition de l'industrie canadienne des produits électroniques et électriques était différente de la composition de l'industrie américaine. Les branches des semi-conducteurs et des instruments, en particulier, étaient beaucoup plus importantes aux États-Unis qu'au Canada sur le plan de la production et de l'emploi.

Dans cette sous-section, nous réalisons une analyse hypothétique dans le but d'examiner comment les différences structurelles entre l'industrie canadienne et l'industrie américaine influent sur la productivité de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques au Canada. Pour ce faire, nous remplaçons, dans l'exercice de décomposition, les données canadiennes sur la répartition de la production et de l'emploi entre les différentes branches par les données américaines, sans changer les valeurs des autres variables.

Selon les résultats de l'analyse hypothétique, la productivité de l'industrie canadienne des produits électroniques et électriques augmenterait presque au même rythme qu'avant (tableau 7). À l'échelle des branches, comme on pouvait s'y attendre, les changements dans la structure de l'industrie augmenteraient considérablement la contribution des semi-conducteurs à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie. Par contre, ces changements auraient aussi pour effet de diminuer l'importance de certaines autres branches. La contribution du matériel téléphonique, par exemple, diminuerait de plus de 50 %.

En somme, les résultats de l'analyse hypothétique donnent à penser que les différences structurelles entre l'industrie canadienne et l'industrie américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques n'ont pas de lien avec la productivité inférieure de l'industrie canadienne.


haut de la page

6. Constatations empiriques au sujet de l'effet du taux de roulement des établissements au Canada

Dans cette section, nous approfondissons notre analyse de la situation au Canada en examinant la contribution du taux de roulement des établissements à la productivité. Pour ce faire, nous répartissons les établissements de chacune des branches en trois groupes : les établissements en activité continue, les nouveaux établissements (entrants) et les établissements sortants. En raison de cette nouvelle décomposition, nous avons dû combiner certaines branches pour respecter la politique de Statistique Canada sur la confidentialité, de sorte que notre analyse a été faite en fonction de cette nouvelle classification comportant six branches regroupées : matériel informatique et périphérique; matériel de communication; semi-conducteurs; instruments; autres produits électroniques; matériel électrique. Les quatre premières branches représentaient 59 % de la valeur ajoutée de l'industrie et 56 % de l'emploi total en 2006. Nous avons greffé la branche du matériel téléphonique à celle des autres produits électroniques, même si sa part de la production est élevée et que les variations de la productivité sont importantes, parce que les données sur les entrées et les sorties sont confidentielles pour cette branche.

6.1. Taux de roulement des établissements dans l'industrie canadienne des produits électroniques et électriques

Dans cette section, nous analysons le taux de roulement des établissements dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques avant et après 2000, et nous comparons les deux périodes.

1997-2000

En ce qui concerne la période 1997-2000, les établissements sortants constituaient environ le quart de tous les établissements recensés en 1997, et les nouveaux établissements formaient près de 40 % de la population d'établissements en 2000 (tableau 8)Note de bas de page 7. Il y a eu une augmentation nette du nombre d'établissements. Ce ratio était relativement uniforme dans l'ensemble des branches. 

Les nouveaux établissements et les établissements sortants étaient généralement plus petits que les établissements en activité continue : leur niveau d'emploi correspondait respectivement à 80 % et à 36 % environ de celui des établissements en activité continue en 1997-2000 (tableau 9). À l'échelle des branches, les variations dans la taille des établissements étaient plus grandes du côté des établissements sortants que du côté des nouveaux établissements. À l'extrémité supérieure de la fourchette de dispersion (matériel électrique), la taille des établissements sortants était de 31 % inférieure à celle des établissements en activité continue tandis qu'à l'extrémité inférieure de la fourchette (matériel informatique et périphérique), la taille des établissements sortants était de 4 % inférieure à celle des établissements en activité continue. Pendant cette période, l'emploi dans les entreprises en activité continue s'est accru de 15 % en moyenne.

Tant les nouveaux établissements que les établissements sortants ont été moins productifs que les établissements en activité continue au cours de la période (tableau 10). La productivité des établissements sortants était de 22 % inférieure à celle des établissements en activité continue en 1997, et la productivité des nouveaux établissements était de 30 % inférieure à celle des établissements en activité continue en 2000. Pendant cette période, les établissements en activité continue ont amélioré leur productivité de 58 %.

À l'échelle des branches, la productivité varie beaucoup. En 1997, la productivité des établissements sortants était de 63 % inférieure à celle des établissements en activité continue dans la branche des semi-conducteurs (extrémité inférieure de la fourchette de dispersion) et de 50 % supérieure à celle des établissements en activité continue dans la branche du matériel informatique et périphérique (extrémité supérieure de la fourchette de dispersion). De même, en 2000, la productivité des nouveaux établissements était de 73 % inférieure à celle des établissements en activité continue dans la branche des autres produits électroniques (extrémité inférieure de la fourchette de dispersion) et de 15 % supérieure à celle des établissements en activité continue dans la branche des instruments (extrémité supérieure de la fourchette de dispersion).

2000-2006

L'éclatement de la bulle technologique au tournant du siècle a entraîné une diminution du nombre d'établissements, les établissements sortants ayant été plus nombreux que les nouveaux venus. Les établissements sortants représentaient 51 % des établissements en 2000, mais 44 % seulement des établissements en 2006 étaient des nouveaux venus (tableau 8)Note de bas de page 8

Tout comme en 1997-2000, les nouveaux établissements et les établissements sortants étaient en 2000-2006 généralement plus petits que les entreprises en activité continue, mais la dispersion de l'emploi était grande à l'échelle des branches (tableau 9). En ce qui concerne les établissements sortants, la branche du matériel informatique et périphérique se situait à l'extrémité inférieure de la fourchette de dispersion (32 % de travailleurs en moins que les établissements en activité continue) et la branche des semi-conducteurs se situait à l'extrémité supérieure (25 % de travailleurs en plus que les établissements en activité continue). Pour ce qui est des nouveaux établissements par rapport aux établissements en activité continue, la fourchette allait de 53 % de travailleurs en moins dans la branche du matériel informatique et périphérique à 1 % de travailleurs en plus dans la branche des semi-conducteurs.

À l'échelle de l'industrie dans son ensemble, la part de l'emploi des établissements en activité continue s'est accrue de 1 % au cours de la période, mais les variations entre les branches sont grandes : dans la fabrication de matériel informatique et périphérique, le nombre de travailleurs a diminué de 41 % tandis que dans la fabrication de matériel de communication, le nombre de travailleurs a augmenté de 33 %.

En moyenne, la productivité des établissements sortants était de 33 % supérieure à celle des établissements en activité continue, alors que la productivité des nouveaux établissements était de 14 % inférieure (tableau 10). Toutefois, en 2000, la productivité des établissements sortants était de 43 % inférieure à celle des établissements en activité continue dans la branche du matériel informatique et périphérique et la branche du matériel de communication (extrémité inférieure de la fourchette de dispersion), et elle était de 86 % supérieure dans la branche des autres produits électroniques (extrémité supérieure de la fourchette de dispersion)Note de bas de page 9. De même, on observe un grand écart de productivité entre les nouveaux établissements et les établissements en activité continue. La productivité des nouveaux établissements était de 32 % inférieure à celle des établissements en activité continue dans la branche des semi-conducteurs en 2006 (extrémité inférieure de la fourchette de dispersion) et de 34 % supérieure dans la branche du matériel informatique et périphérique (extrémité supérieure de la fourchette de dispersion).

Le résultat selon lequel les entreprises sortantes ont été en moyenne plus productives que les entreprises en activité continue au cours de la période 2000-2006 contraste avec l'observation qui avait été faite précédemment, à savoir que les établissements sortants sont généralement moins productifs en moyenne que les établissements en activité continue dans le secteur de la fabrication (p. ex. Baldwin et Gu, 2006; Foster, Haltiwanger et Krizan, 2001).

De 2000 à 2006, la productivité des établissements en activité continue a diminué en moyenne de 9 %. Dans la branche du matériel informatique et périphérique et celle des instruments, toutefois, la productivité de ces établissements s'est améliorée de 100 % et de 9 %, respectivement.

6.2 Effet du taux de roulement des établissements sur la productivité

Comme l'indique le tableau 5, le ralentissement de la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques entre 1997-2000 et 2000-2006 s'explique essentiellement par la diminution des taux de croissance de la productivité à l'échelle des branches. Cet effet, appelé effet de croissance de la productivité pure, correspond à la somme pondérée des taux de croissance de la productivité du travail dans les différentes branches, la pondération étant fonction de la part de la production nominale de la branche au début de chacune des deux périodes. 

Dans cette section, nous décomposons, à l'aide de la méthode GR décrite à la section 2.2, la croissance de la productivité du travail à l'échelle des branches en composantes associées aux établissements en activité continue, aux nouveaux établissements et aux établissements sortants. Les résultats sont présentés autableau 11. Une valeur positive signifie que les nouveaux établissements (établissements sortants) sont en moyenne plus (moins) productifs que la moyenne de l'industrie, et vice versa. La composante « entrée nette » représente la somme des composantes pour les nouveaux établissements et les établissements sortants.

Selon les résultats de la décomposition par la méthode GR, la baisse marquée du taux de croissance de la productivité du travail dans les établissements en activité continue entre 1997-2000 et 2000-2006 est le principal facteur qui explique le brusque ralentissement de la croissance de la productivité dans les branches de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques (tableau 11). La redistribution des ressources entre les établissements en activité continue, les nouveaux établissements et les établissements sortants ont eu un effet relativement faible, mais significatif, sur le ralentissement de la productivité. Par exemple, en 1997-2000, la productivité de la branche du matériel informatique et périphérique a progressé au rythme de 47,5 % par année tandis qu'en 2000-2006, le taux de croissance est tombé à 25,8 % par année. Ce vif repli du taux de croissance de la productivité est largement attribuable au ralentissement de la croissance de la productivité dans les établissements en activité continue.

La diminution de la productivité du travail dans les établissements en activité continue (l'effet intra-établissement) explique les deux tiers de la réduction de l'effet de croissance de la productivité pureNote de bas de page 10, cette réduction étant à son tour le principal facteur à l'origine de la baisse du taux de croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques entre 1997-2000 et 2000-2006, comme on l'a vu à la section 4. Bien que l'entrée nette ait contribué positivement à la croissance de la productivité avant 2000, elle a eu un effet négatif après 2000, 23,1 % du ralentissement lui étant attribuable. La redistribution des ressources entre les établissements en activité continue explique quant à elle 10,9 % du ralentissement.

 

haut de la page

7. Conclusion

Le taux de croissance de la productivité dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques a diminué entre 1997-2000 et 2000-2006, malgré les progrès technologiques et la forte concurrence (haut taux de roulement des établissements).

Selon les résultats de notre étude, le recul marqué de la croissance de la productivité est principalement le résultat de la baisse des taux de croissance de la productivité dans les différentes branches de l'industrie. Environ les deux tiers du ralentissement de la croissance de la productivité dans les branches de l'industrie s'expliquent par le ralentissement de la croissance de la productivité du travail dans les établissements en activité continue, surtout dans la fabrication de matériel informatique, de matériel de communication et de semi-conducteurs. Le dernier tiers de la baisse résulte de l'entrée nette d'établissements moins efficients et, dans une moindre mesure, de la redistribution de la main-d'œuvre entre les établissements en activité continue. Enfin, l'étude révèle que même si la composition de l'industrie canadienne avait été la même que celle de l'industrie américaine au cours des deux périodes, le profil de croissance de la productivité de l'industrie canadienne n'aurait pas été différent.

De nombreux facteurs ont pu avoir contribué au ralentissement de la croissance de la productivité, dont les coûts de restructuration et d'ajustement importants et l'utilisation moindre de la capacité de production au sein de l'industrie après l'éclatement de la bulle technologique en 2000. Cette bulle technologique, qui a résulté en partie de l'attention médiatique extrême et de l'exagération entourant le bogue de l'an 2000, a entraîné un surinvestissement dans les technologies de l'information et a laissé l'industrie en situation de grande surcapacitéNote de bas de page 11. Par exemple, la valeur des livraisons du groupe canadien des produits informatiques et électroniques est passée de 27,3 milliards de dollars en 1999 à 37,3 milliards de dollars en 2000, un bond de 37 % (tableau 12)Note de bas de page 12.

La demande de produits informatiques et électroniques a toutefois chuté immédiatement après le tournant du siècle, ainsi qu'en témoigne la baisse de la valeur des livraisons, qui sont passées de 37,3 milliards de dollars en 2000 à 27,0 milliards de dollars en 2001Note de bas de page 13. En conséquence, c'est en 2001 et 2002 que le taux d'utilisation de la capacité de production a été le plus faible dans l'industrie : de 97 % en 2000, il est tombé à 72 % en 2001 et à 67 % en 2002.

La bonne nouvelle, c'est que les données portent à croire que la pénible restructuration (ou l'ajustement) de l'industrie canadienne des produits électroniques et électriques pourrait être terminée. Entre 2006 et 2008, la productivité du travail a crû au rythme annuel de 4,5 % dans la fabrication de produits informatiques et électroniques et de 4,8 % dans la fabrication de matériel électrique. L'hypothèse d'une reprise est également appuyée par l'utilisation accrue de la capacité de production dans les deux branches ces dernières années, à un niveau supérieur à la moyenne, soit environ 88 % dans la fabrication de produits informatiques et électroniques et 83 % dans la fabrication de matériel électrique.


haut de la page

Bibliographie

  • Baily, M. N., C. Hulten et D. Campbell. 1992. « Productivity Dynamics in Manufacturing Plants », Brookings Papers: Microeconomics 1992, p. 187-268.
  • Baldwin, J., et W. Gu. 2004. Concurrence industrielle, évolution des parts de marché et croissance de la productivité, no 11F0027MIF au catalogue de Statistique Canada,  no 21. Document de recherche.
  • Baldwin, J., et W. Gu. 2006. « Plant Turnover and Productivity Growth in Canadian Manufacturing », Industrial and Corporate Change, vol. 5, no 3, p. 417-465.
  • Baldwin, J., et W. Gu. 2009. « La productivité du Canada de 1961 à 2008 : mise à jour des tendances à long terme », La revue canadienne de productivité.
  • Baldwin, J., W. Gu et B. Yan. 2011. Accounting for Slower Productivity Growth in the Canadian Manufacturing Sector after 2000: Evidence from Micro Data, Statistique Canada. Document polycopié.
  • Beckstead, D., et W. M. Brown. 2005. « Anatomie de la croissance et du déclin : industries des technologies de pointe pendant les années de prospérité et de débâcle, 1997-2003 », Aperçus sur l'économie canadienne, Statistique Canada.
  • Foster, L., J. Haltiwanger et C. J. Krizan. 2001. « Aggregate Productivity: Lessons from Microeconomic Evidence », dans C. R. Hulten, E. R. Dean et M. J. Harper (dir.), New Developments in Productivity Analysis, Chicago, University of Chicago Press.
  • Griliches, Z., et H. Regev. 1995. « Firm Productivity in Israeli Industry: 1979-1988 », Journal of Econometrics, vol. 65, no 1, p. 175-203.
  • Hao, L., S. Rao, J. Tang et M. Wang. 2008. Canada-U.S. Productivity Level Comparisons: New Estimates, Industrie Canada. Document de recherche.
  • Ho, M. S., S. Rao et J. Tang. 2004. « Sources de la croissance de la production dans certaines industries au Canada et aux États-Unis à l'ère de l'information », dans Dale W. Jorgenson (dir.), La croissance économique au Canada et aux États-Unis à l'ère de l'information, Industrie Canada. Monographie de recherche.
  • Nadeau, S., et S. Rao. 2002. « La structure industrielle et la performance du Canada au chapitre de la productivité », dans Someshwar Rao et Andrew Sharpe (dir.), Productivity Issues in Canada, University of Calgary Press.
  • Tang, J., S. Rao et M. Li. 2010. « Sensitivity of Capital Stock and Multifactor Productivity Estimates to Depreciation Assumptions: A Canada-U.S. Comparison », International Productivity Monitor, vol. 20, p. 22-47.
  • Tang, J., et W. Wang. 2004. « Sources of Aggregate Labour Productivity Growth in Canada and the United States », Revue canadienne d'économique, vol. 37, no 2, p. 421-444.

haut de la page

Tableaux

Tableau 1 – Branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques

Tableau 1 – Branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques
Branches de l'industrie Code du SCIAN
Canada États-Unis
Produits électroniques et électriques
Produits informatiques et électroniques 334 334
Matériel informatique et périphérique 334110 33411
Matériel téléphonique 334210 334210
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 334220 334220
Autres types de matériel de communication 334290 334290
Matériel audio et vidéo 334310 334310
Semi-conducteurs 334410 33441
Instruments 33451 33451
Supports magnétiques et optiques 334610 33461
Matériel électrique 335 335
Petits appareils électroménagers 335210 335210
Gros appareils ménagers 33522 33522
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 335311 335311
Moteurs et générateurs 335312 335312
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 335315 335313 et 335314
Batteries et piles 33591 33591
Fils et câbles électriques et de communication 335920 335920
Dispositifs de câblage 335930 335930
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 3351 et 33599 3351 et 33599
 

Tableau 2 – Ajustements apportés aux données canadiennes et américaines sur l'industrie des produits électroniques et électriques, 1997-2006

Tableau 2 – Ajustements apportés aux données canadienne et américaines sur l'industrie des produits électroniques et électriques, 1997-2006
Année Canada États-Unis
  Ajustement aux données sur la production
Q ˜ Q
(1)
Ajustement aux données sur le travail
H ˜ L
(2)
Ajustement total
( 1 ) ( 2 )
Ajustement aux données sur la production
Q ˜ Q
(1)
Ajustement aux données sur le travail
H ˜ L
(2)
Ajustement total
( 1 ) ( 2 )
1997 0,76 2,05 0,37 0,64 2,39 0,27
1998 0,74 2,01 0,37 0,66 2,39 0,27
1999 0,75 2,00 0,37 0,63 2,39 0,26
2000 0,74 2,04 0,36 0,68 2,38 0,28
2001 0,70 2,01 0,35 0,65 2,28 0,28
2002 0,73 1,97 0,37 0,67 2,43 0,27
2003 0,74 1,93 0,38 0,66 2,47 0,27
2004 0,75 2,15 0,35 0,62 2,56 0,24
2005 0,79 2,23 0,36 0,62 2,65 0,23
2006 0,73 2,04 0,36 0,67 2,68 0,25
Nota : Q ˜ et H ˜ représentent les valeurs de référence pour la valeur ajoutée et les heures travaillées, et Q et L désignent la « valeur ajoutée » et l'emploi selon les données des enquêtes annuelles sur les manufactures.
 

Tableau 3a – Part de la production et productivité relative du travail, industries canadienne et américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006

Tableau 3a – Part de la production et productivité relative du travail, industries canadienne et américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006
Branches de l'industrie Part de la production nominale Productivité relative du travail
1997 2000 2006 1997 2000 2006
Produits électroniques et électriques 100,0 100,0 100,0 1,00 1,00 1,00
Produits informatiques et électroniques 69,6 72,4 66,6 1,04 1,13 1,12
Matériel informatique et périphérique 8,5 7,0 7,0 0,83 1,24 4,19
Matériel téléphonique 22,8 24,5 4,6 2,29 2,32 0,79
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 5,4 5,0 11 0,83 0,85 1,01
Autres types de matériel de communication 1,6 2,0 3,9 0,65 0,63 0,95
Matériel audio et vidéo 0,6 0,5 1,3 0,57 0,56 1,05
Semi-conducteurs 13,9 20 13,7 0,96 1,10 0,85
Instruments 13,6 11,0 21,7 0,71 0,64 0,90
Supports magnétiques et optiques 3,2 2,5 3,3 1,03 0,90 1,30
Matériel électrique 30,4 27,6 33,4 0,92 0,71 0,75
Petits appareils électroménagers 1,6 0,6 0,8 1,14 0,63 1,19
Gros appareils ménagers 5,0 3,0 3,7 1,18 0,77 0,96
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 2,7 2,7 3,5 0,81 0,63 0,66
Moteurs et générateurs 2,4 1,7 3,0 0,94 0,59 0,74
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 4,5 3,8 5,7 0,88 0,66 0,66
Batteries et piles 1,0 0,5 0,6 1,14 0,58 0,48
Fils et câbles électriques et de communication 4,8 9,5 6,7 1,09 1,09 0,93
Dispositifs de câblage 1,5 1,5 3,3 0,78 0,58 0,83
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 6,8 4,3 6,1 0,74 0,47 0,58
 

Tableau 3b – Part de la production et productivité relative du travail, industries canadienne et américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006

Tableau 3b – Part de la production et productivité relative du travail, industries canadienne et américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006
Branches de l'industrie Part de la production nominale Productivité relative du travail
1997 2000 2006 1997 2000 2006
Produits électroniques et électriques 100 100 100 1,00 1,00 1,00
Produits informatiques et électroniques 77,2 78,6 72,2 1,01 1,22 1,38
Matériel informatique et périphérique 13,5 12,2 11,0 1,24 1,52 2,18
Matériel téléphonique 7,3 10,1 4,6 1,55 2,36 2,9
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 6,7 6,7 6,1 0,88 1,08 1,47
Autres types de matériel de communication 0,8 0,8 0,8 0,70 0,88 0,92
Matériel audio et vidéo 0,7 0,9 1,0 0,53 0,81 1,09
Semi-conducteurs 28,8 29,6 23,9 1,09 1,23 1,32
Instruments 17,8 17,0 23,7 0,81 0,92 1,18
Supports magnétiques et optiques 1,7 1,3 1,0 0,69 0,75 0,68
Matériel électrique 22,8 21,4 27,8 0,96 0,44 0,24
Petits appareils électroménagers 1,1 0,9 0,8 1,04 0,45 0,23
Gros appareils ménagers 2,9 2,6 4,1 1,04 0,41 0,26
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 1,0 0,9 1,2 0,95 0,43 0,21
Moteurs et générateurs 2,4 1,8 2,7 0,83 0,33 0,21
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 4,2 3,8 5,1 0,98 0,44 0,24
Batteries et piles 1,4 1,4 1,6 1,10 0,51 0,23
Fils et câbles électriques et de communication 2,5 2,9 2,7 1,13 0,56 0,29
Dispositifs de câblage 2,4 2,6 3,3 0,88 0,45 0,26
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 4,8 4,6 6,3 0,92 0,42 0,24
 

Tableau 4a – Taille relative des branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques, Canada et États-Unis, 1997-2006

Tableau 4a – Taille relative des branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques, Canada et États-Unis, 1997-2006
Branches de l'industrie Part de l'emploi Prix relatif de la production Taille relative
1997 2000 2006 1997 2000 2006 1997 2000 2006
Produits électroniques et électriques 100,0 100,0 100,0 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00
Produits informatiques et électroniques 66,9 67,7 65,6 1,00 0,94 0,91 0,67 0,64 0,60
Matériel informatique et périphérique 10,2 11,5 7,4 1,00 0,49 0,23 0,10 0,06 0,02
Matériel téléphonique 9,9 10,1 5,3 1,00 1,04 1,11 0,10 0,11 0,06
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 6,5 5,6 9,8 1,00 1,04 1,11 0,07 0,06 0,11
Autres types de matériel de communication 2,5 3,0 3,7 1,00 1,04 1,11 0,03 0,03 0,04
Matériel audio et vidéo 1,0 0,8 1,1 1,00 1,04 1,11 0,01 0,01 0,01
Semi-conducteurs 14,5 17,5 14,5 1,00 1,04 1,11 0,15 0,18 0,16
Instruments 19,2 16,5 21,6 1,00 1,04 1,11 0,19 0,17 0,24
Supports magnétiques et optiques 3,1 2,7 2,3 1,00 1,04 1,11 0,03 0,03 0,03
Matériel électrique 33,1 32,3 34,4 1,00 1,20 1,30 0,33 0,39 0,45
Petits appareils électroménagers 1,4 0,9 0,8 1,00 0,98 0,93 0,01 0,01 0,01
Gros appareils ménagers 4,2 4,0 4,2 1,00 0,98 0,93 0,04 0,04 0,04
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 3,3 3,4 3,8 1,00 1,25 1,39 0,03 0,04 0,05
Moteurs et générateurs 2,5 2,3 3,0 1,00 1,25 1,39 0,03 0,03 0,04
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 5,1 4,6 6,2 1,00 1,25 1,39 0,05 0,06 0,09
Batteries et piles 0,9 0,8 0,9 1,00 1,25 1,39 0,01 0,01 0,01
Fils et câbles électriques et de communication 4,4 6,9 5,1 1,00 1,25 1,39 0,04 0,09 0,07
Dispositifs de câblage 2,0 2,1 2,9 1,00 1,25 1,39 0,02 0,03 0,04
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 9,2 7,2 7,5 1,00 1,25 1,39 0,09 0,09 0,10
 

Tableau 4b – Taille relative des branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques, Canada et États-Unis, 1997-2006

Tableau 4b – Taille relative des branches de l'industrie de la fabrication de produits électroniques et électriques, Canada et États-Unis, 1997-2006
Branches de l'industrie Part de l'emploi Prix relatif de la production Taille relative
1997 2000 2006 1997 2000 2006 1997 2000 2006
Produits électroniques et électriques 100,0 100,0 100,0 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00
Produits informatiques et électroniques 76,3 75,8 75,2 1,00 0,85 0,70 0,76 0,65 0,52
Matériel informatique et périphérique 10,8 9,4 7,2 1,00 0,85 0,70 0,11 0,08 0,05
Matériel téléphonique 4,7 5,0 2,3 1,00 0,85 0,70 0,05 0,04 0,02
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 7,5 7,3 6,0 1,00 0,85 0,70 0,08 0,06 0,04
Autres types de matériel de communication 1,1 1,0 1,2 1,00 0,85 0,70 0,01 0,01 0,01
Matériel audio et vidéo 1,4 1,3 1,4 1,00 0,85 0,70 0,01 0,01 0,01
Semi-conducteurs 26,5 28,2 26,0 1,00 0,85 0,70 0,27 0,24 0,18
Instruments 21,9 21,5 28,9 1,00 0,85 0,70 0,22 0,18 0,20
Supports magnétiques et optiques 2,4 2,0 2,2 1,00 0,85 0,70 0,02 0,02 0,02
Matériel électrique 23,7 24,2 24,8 1,00 2,02 4,63 0,24 0,49 1,15
Petits appareils électroménagers 1,1 1,0 0,8 1,00 2,02 4,63 0,01 0,02 0,04
Gros appareils ménagers 2,8 3,1 3,4 1,00 2,02 4,63 0,03 0,06 0,16
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 1,1 1,1 1,2 1,00 2,02 4,63 0,01 0,02 0,06
Moteurs et générateurs 3,0 2,7 2,8 1,00 2,02 4,63 0,03 0,05 0,13
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 4,3 4,3 4,6 1,00 2,02 4,63 0,04 0,09 0,21
Batteries et piles 1,3 1,3 1,6 1,00 2,02 4,63 0,01 0,03 0,07
Fils et câbles électriques et de communication 2,2 2,5 2,0 1,00 2,02 4,63 0,02 0,05 0,09
Dispositifs de câblage 2,7 2,8 2,7 1,00 2,02 4,63 0,03 0,06 0,13
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 5,2 5,4 5,7 1,00 2,02 4,63 0,05 0,11 0,27
 

Tableau 5a – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000

Tableau 5a – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail
(% par année)
Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques 21,1 21,1 19,0 2,1
Produits informatiques et électroniques 25,8 16,2 17,1 −1,0
Matériel informatique et périphérique 47,5 1,0 4,0 −3,1
Matériel téléphonique 21,6 5,7 4,9 0,8
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 21,8 0,9 1,2 −0,3
Autres types de matériel de communication 19,1 0,5 0,3 0,2
Matériel audio et vidéo 19,7 0,1 0,1 0,0
Semi-conducteurs 28,5 6,2 4,0 2,2
Instruments 15,9 1,5 2,2 −0,7
Supports magnétiques et optiques 13,8 0,3 0,4 −0,1
Matériel électrique 9,1 4,9 1,8 3,0
Petits appareils électroménagers −3,1 −0,2 0,0 −0,2
Gros appareils ménagers 1,9 0,0 0,1 −0,1
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 9,2 0,6 0,2 0,4
Moteurs et générateurs 1,0 0,1 0,0 0,1
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 7,4 0,6 0,3 0,2
Batteries et piles −5,6 0,0 −0,1 0,0
Fils et câbles électriques et de communication 21,1 3,5 1,0 2,6
Dispositifs de câblage 7,6 0,3 0,1 0,2
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 1,5 0,1 0,1 0,0
 

Tableau 5b – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006

Tableau 5b – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail (% par année) Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques −4,1 −4,1 −3,3 −0,8
Produits informatiques et électroniques −4,3 −3,7 −2,5 −1,3
Matériel informatique et périphérique 25,8 −0,3 1,8 −2,1
Matériel téléphonique −12,4 −3,5 −3,0 −0,5
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil −1,6 0,5 −0,1 0,6
Autres types de matériel de communication 2,3 0,2 0,0 0,1
Matériel audio et vidéo 7,1 0,1 0,0 0,0
Semi-conducteurs −6,9 −1,6 −1,4 −0,2
Instruments 1,0 0,9 0,1 0,7
Supports magnétiques et optiques 1,5 0,0 0,0 0,0
Matériel électrique −3,5 −0,4 −0,9 0,5
Petits appareils électroménagers 7,0 0,0 0,0 0,0
Gros appareils ménagers −0,9 0,0 0,0 0,0
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux −3,4 0,0 −0,1 0,1
Moteurs et générateurs −1,0 0,1 0,0 0,1
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel −4,1 0,1 −0,2 0,2
Batteries et piles −6,4 0,0 0,0 0,0
Fils et câbles électriques et de communication −5,9 −0,7 −0,6 −0,2
Dispositifs de câblage 1,1 0,2 0,0 0,1
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques −1,2 0,0 −0,1 0,1
 

Tableau 6a – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000

Tableau 6a – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail
(% par année)
Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques 46,7 46,7 49,0 −2,3
Produits informatiques et électroniques 62,9 37,2 48,3 −11,2
Matériel informatique et périphérique 64,7 5,3 8,7 −3,5
Matériel téléphonique 88,5 5,6 6,4 −0,8
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 64,5 3,2 4,3 −1,1
Autres types de matériel de communication 67,0 0,4 0,5 −0,1
Matériel audio et vidéo 88,4 0,5 0,6 −0,1
Semi-conducteurs 57,5 14,1 16,6 −2,5
Instruments 57,6 7,7 10,3 −2,5
Supports magnétiques et optiques 54,5 0,5 0,9 −0,5
Matériel électrique 2,9 9,5 0,6 8,9
Petits appareils électroménagers 1,4 0,4 0,0 0,3
Gros appareils ménagers −1,4 1,1 0,0 1,2
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 2,7 0,4 0,0 0,4
Moteurs et générateurs −1,7 0,6 0,0 0,7
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 2,5 1,6 0,1 1,5
Batteries et piles 3,7 0,6 0,1 0,6
Fils et câbles électriques et de communication 6,0 1,5 0,1 1,3
Dispositifs de câblage 8,1 1,3 0,2 1,1
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 3,1 2,1 0,1 2,0
 

Tableau 6b – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006

Tableau 6b – Contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie américaine de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail
(% par année)
Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques 25,6 25,6 28,8 −3,3
Produits informatiques et électroniques 31,3 17,4 27,3 −9,9
Matériel informatique et périphérique 44,0 2,6 5,4 −2,8
Matériel téléphonique 35,3 0,3 3,6 −3,3
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 40,7 1,5 2,7 −1,3
Autres types de matériel de communication 27,8 0,2 0,2 0,0
Matériel audio et vidéo 40,5 0,3 0,4 −0,1
Semi-conducteurs 28,6 5,2 8,5 −3,3
Instruments 37,2 7,2 6,3 0,9
Supports magnétiques et optiques 21,4 0,2 0,3 0,0
Matériel électrique 6,8 8,2 1,5 6,7
Petits appareils électroménagers 5,1 0,2 0,0 0,1
Gros appareils ménagers 9,8 1,3 0,3 1,1
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 3,7 0,4 0,0 0,4
Moteurs et générateurs 10,0 0,8 0,2 0,6
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 6,5 1,5 0,2 1,3
Batteries et piles 2,3 0,5 0,0 0,5
Fils et câbles électriques et de communication 5,2 0,7 0,1 0,5
Dispositifs de câblage 7,8 1,0 0,2 0,7
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 7,5 1,9 0,3 1,6
 

Tableau 7a – Analyse hypothétique de la contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques au moyen des données américaines sur la répartition de la production et de l'emploi, 1997-2000

Tableau 7a – Analyse hypothétique de la contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques au moyen des données américaines sur la répartition de la production et de l'emploi, 1997-2000
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail
(% par année)
Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques 22,4 22,4 22,1 0,3
Produits informatiques et électroniques 25,8 19,2 21,0 −1,8
Matériel informatique et périphérique 47,5 2,2 6,4 −4,2
Matériel téléphonique 21,6 2,2 1,6 0,7
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil 21,8 1,5 1,5 0,0
Autres types de matériel de communication 19,1 0,1 0,1 0,0
Matériel audio et vidéo 19,7 0,1 0,1 0,0
Semi-conducteurs 28,5 9,9 8,2 1,7
Instruments 15,9 3,0 2,8 0,2
Supports magnétiques et optiques 13,8 0,1 0,2 −0,1
Matériel électrique 9,1 3,2 1,1 2,0
Petits appareils électroménagers −3,1 −0,1 0,0 0,0
Gros appareils ménagers 1,9 0,2 0,1 0,1
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux 9,2 0,2 0,1 0,1
Moteurs et générateurs 1,0 0,1 0,0 0,1
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel 7,4 0,7 0,3 0,4
Batteries et piles −5,6 0,0 −0,1 0,1
Fils et câbles électriques et de communication 21,1 1,1 0,5 0,6
Dispositifs de câblage 7,6 0,4 0,2 0,2
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques 1,5 0,5 0,1 0,4
 

Tableau 7b – Analyse hypothétique de la contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques au moyen des données américaines sur la répartition de la production et de l'emploi, 2000-2006

Tableau 7b – Analyse hypothétique de la contribution des branches à la croissance de la productivité du travail dans l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques au moyen des données américaines sur la répartition de la production et de l'emploi, 2000-2006
Branches de l'industrie Taux de croissance de la productivité du travail
(% par année)
Contribution
Total Croissance de la productivité pure Redistribution
Produits électroniques et électriques −1,0 −1,0 −0,4 −0,5
Produits informatiques et électroniques −4,3 −0,8 0,0 −0,8
Matériel informatique et périphérique 25,8 1,6 3,2 −1,6
Matériel téléphonique −12,4 −1,5 −1,2 −0,2
Matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil −1,6 −0,2 −0,1 −0,1
Autres types de matériel de communication 2,3 0,1 0,0 0,0
Matériel audio et vidéo 7,1 0,1 0,1 0,0
Semi-conducteurs −6,9 −2,1 −2,1 −0,1
Instruments 1,0 1,3 0,2 1,1
Supports magnétiques et optiques 1,5 0,1 0,0 0,0
Matériel électrique −3,5 −0,2 −0,5 0,2
Petits appareils électroménagers 7,0 0,0 0,1 0,0
Gros appareils ménagers −0,9 0,0 0,0 0,0
Transformateurs de puissance et de distribution et transformateurs spéciaux −3,4 0,0 0,0 0,0
Moteurs et générateurs −1,0 0,0 0,0 0,1
Appareillage de connexion et de relais et commandes d'usage industriel −4,1 −0,1 −0,2 0,1
Batteries et piles −6,4 −0,1 −0,1 0,0
Fils et câbles électriques et de communication −5,9 −0,2 −0,2 −0,1
Dispositifs de câblage 1,1 0,1 0,0 0,0
Matériel électrique d'éclairage et autres produits électriques −1,2 0,0 −0,1 0,1
 

Tableau 8 – Proportions de nouveaux établissements, d'établissements en activité continue et d'établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006

Tableau 8 – Proportions de nouveaux établissements, d'établissements en activité continue et d'établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006
Sector 1997-2000
établ. sortants
1997-2000
établ. en activité continue
1997-2000
nouveaux établ.
2000-2006
établ. sortants
2000-2006
établ. en activité continue
2000-2006
nouveaux établ.
Produits électroniques et électriques 24,0 76,0
61,5
38,5 50,6 49,4
56,3
43,7
Produits informatiques et électroniques 25,0 75,0
58,8
41,2 53,7 46,3
56,1
43,9
Matériel informatique et périphérique 29,9 70,1
63,6
36,4 60,7 39,3
54,0
46,1
Matériel de communication 26,8 73,2
56,3
43,7 53,0 47,0
49,0
51,1
Semi-conducteurs 14,7 85,3
62,5
37,5 53,9 46,1
53,9
46,1
Instruments 27,7 72,4
58,8
41,2 49,0 51,0
61,6
38,4
Autres produits électroniques 25,6 24,4
50,0
50,0 60,5 39,5
51,7
48,3
Matériel électrique 22,2 77,8
66,7
33,3 44,6 55,4
56,8
43,2
Nota : (1) proportion (en 1997) des établissements présents en 1997, mais pas en 2000; (2) proportion des établissements présents en 1997 et en 2000 (proportion en 1997 et en 2000, respectivement); (3) proportion (en 2000) des établissements présents en 2000, mais pas en 1997; (4) proportion (en 2000) des établissements présents en 2000, mais pas en 2006; (5) proportion des établissements présents en 2000 et en 2006 (proportion en 2000 et en 2006, respectivement); (6) proportion (en 2006) des établissements présents en 2006, mais pas en 2000.
 

Tableau 9 – Niveau relatif de l'emploi dans les nouveaux établissements, les établissements en activité continue et les établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006 (emploi dans les établissements en activité continue = 1,00 en 1997 ou 2000)

Tableau 9 – Niveau relatif de l'emploi dans les nouveaux établissements, les établissements en activité continue et les établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006 (emploi dans les établissements en activité continue = 1,00 en 1997 ou 2000)
Sector 1997-2000
établ. sortants
(1)
1997-2000
établ. en activité continue
(2)
1997-2000
nouveaux établ.
(3)
2000-2006
établ. sortants
(4)
2000-2006
établ. en activité continue
(5)
2000-2006
nouveaux établ.
(6)
Produits électroniques et électriques 0,8 1
1,15
0,41 0,82 1
1,01
0,74
Produits informatiques et électroniques 0,85 1
1,19
0,36 0,78 1
0,95
0,82
Matériel informatique et périphérique 0,96 1
1,47
0,52 0,32 1
0,59
0,28
Matériel de communication 0,9 1
1,08
0,44 0,72 1
1,33
1,06
Semi-conducteurs 0,82 1
1,29
0,42 1,25 1
0,97
0,98
Instruments 0,83 1
1,02
0,36 0,68 1
1,3
0,99
Autres produits électroniques 0,85 1
1,23
0,18 0,79 1
0,66
0,62
Matériel électrique 0,69 1
1,05
0,51 0,9 1
1,06
0,59
Nota : (1) niveau relatif de l'emploi (en 1997) dans les établissements présents en 1997, mais pas en 2000; (2) niveau relatif de l'emploi dans les établissements présents en 1997 et en 2000 (niveau relatif de l'emploi dans ces établissements en 1997 et en 2000, respectivement); (3) niveau relatif de l'emploi (en 2000) dans les établissements présents en 2000, mais pas en 1997; (4) niveau relatif de l'emploi (en 2000) dans les établissements présents en 2000, mais pas en 2006; (5) niveau relatif de l'emploi dans les établissements présents en 2000 et en 2006 (niveau relatif de l'emploi dans ces établissements en 2000 et en 2006, respectivement); (6) niveau relatif de l'emploi (en 2006) dans les établissements présents en 2006, mais pas en 2000.
 

Tableau 10 – Productivité relative des nouveaux établissements, des établissements en activité continue et des établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006 (productivité des établissements en activité continue = 1,00 en 1997 ou 2000)

Tableau 10 – Productivité relative des nouveaux établissements, des établissements en activité continue et des établissements sortants, industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2006 (productivité des établissements en activité continue = 1,00 en 1997 ou 2000)
  1997-2000
établ. sortants
(1)
1997, 2000
établ. en activité continue
(2)
1997-2000
nouveaux établ.
(3)
2000-2006
établ. sortants
(4)
2000, 2006
établ. en activité continue
(5)
2000-2006
nouveaux établ.
(6)
Produits électroniques et électriques 0,78 1
1,58
1,11 1,33 1
0,91
0,78
Produits informatiques et électroniques 0,73 1
1,74
0,92 1,42 1
0,95
0,78
Matériel informatique et périphérique 1,50 1
3,03
1,52 0,57 1
1,99
2,66
Matériel de communication 1,14 1
1,61
1,82 0,57 1
0,88
0,68
Semi-conducteurs 0,49 1
1,94
0,71 1,25 1
0,79
0,54
Instruments 0,73 1
1,34
1,54 0,98 1
1,09
0,97
Autres produits électroniques 0,70 1
1,71
0,46 1,86 1
0,64
0,45
Matériel électrique 0,92 1
1,24
1,46 1,08 1
0,83
0,75
Nota : (1) productivité moyenne (en 1997) des établissements présents en 1997, mais pas en 2000; (2) productivité moyenne des établissements présents en 1997 et en 2000 (productivité moyenne de ces établissements en 1997 et en 2000, respectivement); (3) productivité moyenne (en 2000) des établissements présents en 2000, mais pas en 1997; (4) productivité moyenne (en 2000) des établissements présents en 2000, mais pas en 2006; (5) productivité moyenne des établissements présents en 2000 et en 2006 (productivité moyenne de ces établissements en 2000 et en 2006, respectivement); (6) productivité moyenne (en 2006) des établissements présents en 2006, mais pas en 2000.
 

Tableau 11a – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000

Tableau 11a – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 1997-2000
  Taux de croissance de la productivité du travail Au sein des établ. en activité continue Entre les établ. en activité continue Entrée nette Nouveaux établ. Établ. sortants
Matériel informatique et périphérique 47,5 43,0 2,7 1,7 −2,2 3,9
Matériel de communication 20,1 14,6 0,2 5,3 3,6 1,6
Semi-conducteurs 28,5 20,1 8,3 0,1 −3,6 3,7
Instruments 15,9 12,0 −2,5 6,4 2,7 3,7
Autres produits électroniques 22,1 13,0 8,2 0,9 −3,5 4,4
Matériel électrique 9,8 7,8 −1,3 3,3 2,1 1,1
 
Somme pondéréeNote de bas de page a 20,4 14,9 2,9 2,6 −0,4 3,0

Tableau 11b – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006

Tableau 11b – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, 2000-2006
  Taux de croissance de la productivité du travail Au sein des établ. en activité continue Entre les établ. en activité continue Entrée nette Nouveaux établ. Établ. sortants
Matériel informatique et périphérique 25,8 12,9 0,3 12,6 6,4 6,2
Matériel de communication −0,5 −5,6 4,2 1 −1,1 2,1
Semi-conducteurs −6,9 −1,4 0 −5,5 −2,6 −3
Instruments 1 1,1 −0,1 0 −0,3 0,3
Autres produits électroniques −10,4 −1,6 −0,6 −8,3 −3 −5,3
Matériel électrique −3,6 −2,4 0,6 −1,8 −0,8 −1,1
  aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée
Somme pondéréeNote de bas de page a −3,4 −0,7 0,3 −2,9 −1,2 −1,7

Tableau 11c – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, Écart – 2000-2006 moins 1997-2000

Tableau 11c – Décomposition de la croissance de la productivité du travail selon la méthode GR à l'échelle des établissements, selon la branche de l'industrie canadienne de la fabrication de produits électroniques et électriques, Écart – 2000-2006 moins 1997-2000
  Taux de croissance de la productivité du travail Au sein des établ. en activité continue Entre les établ. en activité continue Entrée nette Nouveaux établ. Établ. sortants
Matériel informatique et périphérique −21,7 −30,1 −2,4 10,9 8,6 2,3
Matériel de communication −20,6 −20,2 4 −4,3 −4,7 0,5
Semi-conducteurs −35,4 −21,5 −8,3 −5,6 1 −6,7
Instruments −14,9 −10,9 2,4 −6,4 −3 −3,4
Autres produits électroniques −32,5 −14,6 −8,8 −9,2 0,5 −9,7
Matériel électrique −13,4 −10,2 1,9 −5,1 −2,9 −2,2
  aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée aucune donnée
Somme pondéréeNote de bas de page a −23,8 −15,6 −2,6 −5,5 −0,8 −4,7
 

Tableau 12 – Indicateurs économiques choisis, industrie des produits électroniques et électriques

Tableau 12 – Indicateurs économiques choisis, industrie des produits électroniques et électriques
  Livraisons
(milliards de dollars)
Valeur ajoutée
(milliards de dollars)
Heures travaillées
(millions)
Utilisation de la capacité de production Taux de change
($US/$CAN)
  334 335 334 335 334 335 334 335
1994 18,1 6,9 5,7 2,9 166,5 94,1 77,3 82,4 0,73
1995 22,8 7,6 6,3 2,9 180,6 93,2 84,9 79,4 0,73
1996 22,1 7,8 6,3 3,2 180,1 90,8 76,2 83,6 0,73
1997 23,2 8,1 7,4 3,2 186,6 92,5 79,3 85,2 0,72
1998 25,4 8,5 7,9 3,5 193,3 90,1 85 91 0,67
1999 27,3 10,5 10,6 3,6 191,2 101,9 90,8 93,7 0,67
2000 37,3 11,6 11,4 4,4 211,2 100,7 96,7 92,5 0,67
2001 27 11,6 6,3 4,4 190,2 104,2 72,1 76,3 0,65
2002 22,7 10,1 5,7 3,8 177,5 98,3 66,8 74 0,64
2003 20,8 9,5 6,3 3,2 175,6 91,8 69,6 73,6 0,71
2004 20,7 9,5 6,8 3,5 189,8 93,4 80,8 77,3 0,77
2005 19,8 9,9 7,1 3,6 182 90,8 85,3 76,3 0,83
2006 19,5 10,5 6,9 3,5 176,4 92,4 87 79,7 0,88
2007 19 10,7 7,2 3,5 173,6 85,9 88,1 83,6 0,93
2008 19,1 10,4 7,2 3,5 172,1 83,6 88,7 83,3 0,94
Source : Statistique Canada

Tableau 13 – Part du Canada, de la Chine et du reste du monde dans les importations américaines de produits électroniques et électriques (%)

Tableau 13 – Part du Canada, de la Chine et du reste du monde dans les importations américaines de produits électroniques et électriques (%)
  Produits informatiques et électroniques Matériel et appareils électriques
  Canada Chine Reste du monde Canada Chine Reste du monde
1997 6,2 6,8 87,0 9,7 18,2 72,2
1998 6,2 8,2 85,5 10,4 18,7 70,9
1999 6,0 9,0 85,0 10,5 20,1 69,4
2000 7,2 9,8 83,0 10,0 21,6 68,4
2001 5,6 11,8 82,6 10,1 23,1 66,8
2002 4,2 16,1 79,6 9,3 26,2 64,5
2003 3,7 20,5 75,8 8,2 28,0 63,8
2004 3,6 25,7 70,7 7,9 30,0 62,1
2005 3,8 29,4 66,7 7,8 31,1 61,1
2006 3,3 32,4 64,3 7,7 32,3 59,9
2007 3,2 34,3 62,5 7,3 32,3 60,4
2008 3,1 35,6 61,3 7,1 33,4 59,5
2009 2,8 38,2 59,0 6,3 35,4 58,3
Source – Base de données de la U.S. International Trade Commission.
 

haut de la page

Graphiques

Graphique 1 : Renouvellement des établissements, main-d'œuvre qualifiée et innovation : situation de l'industrie des produits électroniques et électriques (PEE) par rapport à la moyenne du secteur de la fabrication

Graphique du renouvellement des établissements, main-d'œuvre qualifiée et innovation : situation de l'industrie des produits électroniques et électriques (PEE) par rapport à la moyenne du secteur de la fabrication (la description détaillée se trouve après l'image)
Source: Survey of Innovation and Business Strategy, 2009
Description du graphique 1
Renouvellement des établissements, main-d'œuvre qualifiée et innovation : situation de l'industrie des produits électroniques et électriques (PEE) par rapport à la moyenne du secteur de la fabrication
type PEE Fabrication
Renouvellement 10,2 7,8
main-d'œuvre qualifiée 28,3 13,2
Intensité de la R-D 31,2 4,6
 

Graphique 2 : Productivité du travail au Canada par rapport aux États-Unis (1997T1=100)

Graphique de la productivité du travail au Canada par rapport aux États-Unis (1997T1=100) (la description détaillée se trouve après l'image)
Source: Survey of Innovation and Business Strategy, 2009
Description du graphique 2
Productivité du travail au Canada par rapport aux États-Unis (1997T1=100)
Année et trimestre Secteur canadien des affaires Secteur canadien de la fabrication
1997T1 100 100
1997T2 100,89 99,49
1997T3 99,76 98,40
1997T4 98,92 97,30
1998T1 100,02 97,79
1998T2 99,47 98,63
1998T3 99,47 97,04
1998T4 100,17 98,84
1999T1 99,84 96,96
1999T2 99,33 97,06
1999T3 99,44 99,29
1999T4 99,58 97,80
2000T1 100,73 98,55
2000T2 100,53 99,44
2000T3 99,73 100,86
2000T4 98,37 99,83
2001T1 98,87 97,09
2001T2 97,20 96,96
2001T3 97,37 95,54
2001T4 96,99 92,81
2002T1 96,74 93,78
2002T2 96,82 92,25
2002T3 95,72 90,04
2002T4 94,85 88,12
2003T1 93,53 86,30
2003T2 93,02 86,09
2003T3 91,49 85,29
2003T4 90,74 86,62
2004T1 89,68 86,06
2004T2 89,84 84,83
2004T3 89,39 85,04
2004T4 89,24 84,48
2005T1 88,02 83,90
2005T2 86,86 83,42
2005T3 87,68 84,05
2005T4 87,54 84,38
2006T1 87,29 86,17
2006T2 85,95 85,15
2006T3 86,08 83,83
2006T4 85,49 84,36
2007T1 85,29 85,07
2007T2 84,87 84,97
2007T3 84,98 84,37
2007T4 84,13 83,54
2008T1 83,33 81,28
2008T2 82,98 82,02
2008T3 82,49 82,79
2008T4 82,28 82,70
2009T1 82,66 82,06
2009T2 82,31 80,64
2009T3 81,87 78,15

haut de la page

Date de modification :