Archivé — Une main-d'oeuvre qualifiée pour l'innovation et la croissance –Aperçu des principales constatations et des répercussions sur le plan des politiques de l'Initiative de recherche sur les compétences

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Document préparé par Direction générale de la recherche économique et de l'analyse des politiques (alors Direction générale de l'Analyse de la politique micro-économique), Industrie Canada et Direction de la recherche en politiques, Ressources humaines et développement social Canada

Avril 2008

Le document présente les travaux de recherche effectués dans le cadre de l'Initiative de recherche sur les compétences (IRC) et résume les résultats et leurs implications discutés lors des ateliers de l'IRC. Le rapport fait état des points de vue des chercheurs et des participants aux ateliers et ne reflète pas nécessairement les politiques et les opinions d'Industrie Canada, de Ressources humaines et Développement des compétences Canada ou du gouvernement du Canada.


Si vous ne pouvez pas accéder au document ci-dessous, veuillez communiquer avec nous afin de l'obtenir dans un autre format approprié.


Télécharger ce document (PDF, 306 Ko)


Table des matières

Domaines de recherche et principales constatations des études de l'IRC
Les incidences du vieillissement de la population canadienne sur le marché du travail et les compétences
La mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés
La formation parrainée par l'employeur
L'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés au Canada
Répercussions sur le plan des politiques
Diagnostic — pour l'avenir

L'Initiative de recherche sur les compétences (l'IRC, voir l'encadré) est un programme concerté de recherche sur les politiques à moyen terme qui a été parrainé par Industrie Canada, Ressources humaines et Développement social Canada et l'Initiative de la nouvelle économie du Conseil de recherches en sciences humaines. L'IRC a été créée en raison des préoccupations qui existaient, à savoir que l'offre de main-d'oeuvre qualifiée n'augmente pas suffisamment pour soutenir la croissance rapide de l'innovation et l'augmentation de la productivité. La grande conclusion tirée des études de l'IRC est que l'offre de main-d'oeuvre qualifiée ne représente pas un obstacle majeur à la performance du Canada en matière d'innovation, même s'il est possible pour le Canada d'accroître son offre de main-d'oeuvre qualifiée en ayant recours aux politiques. Sur le plan de l'offre de main-d'oeuvre qualifiée, le point qui devrait retenir l'attention des décideurs est la performance du système d'enseignement postsecondaire du Canada.

Les auteurs des études de l'IRC ont examiné l'offre de main-d'oeuvre qualifiée, et ils se sont demandé si l'adaptation du marché du travail convenait à l'évolution de la demande. Ces questions sont tout à fait pertinentes, compte tenu des politiques actuelles destinées à accroître la productivité et la performance du Canada en matière d'innovation. Dans le document intitulé Avantage Canada, on souligne l'importance que revêt « une population active qualifiée, scolarisée et adaptable ». On y préconise l'établissement de mesures permettant l'examen de la quantité, de la qualité et de l'efficacité de l'offre de main-d'oeuvre. Le plan stratégique du gouvernement pour les sciences et la technologie, Réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada, vise l'atteinte d'un avantage humain créé grâce à « la main-d'oeuvre la plus instruite, la plus compétente et la plus flexible dans le monde entier ».

Réparties sous les quatre thèmes suivants, les études de l'IRC portent sur des questions qui intéressent les politiques et qui ont trait à la qualité et à la quantité de main-d'oeuvre ainsi qu'à l'efficacité des marchés du travail :

  • les incidences du vieillissement de la population canadienne sur le marché du travail et les compétences;
  • la mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés;
  • la formation parrainée par l'employeur au Canada;
  • l'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés au Canada.

L'Initiative de recherche sur les compétences (IRC)

L'Initiative de recherche sur les compétences a été créée en 2003 dans le cadre d'un protocole d'entente entre Industrie Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines. Elle avait pour but :

  • de favoriser la recherche sur les compétences, dans une optique d'élaboration des politiques, qui s'articule autour de quatre grands thèmes :
    • les incidences du vieillissement de la population canadienne sur le marché du travail et les compétences
    • la mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés
    • la formation parrainée par l'employeur au Canada
    • l'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés au Canada
  • d'alimenter les discussions entre les chercheurs, les décideurs et les praticiens grâce à la tenue de conférences et à la production de publications;
  • d'appuyer la diffusion et l'application aux politiques de recherches sur les compétences, surtout au sein de l'administration publique et du secteur universitaire et entre d'autres intervenants.

Trois ateliers ont eu lieu dans la région de la capitale nationale en 2006 : Les incidences du vieillissement de la population sur le marché du travail et les compétences, La mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés et L'adaptation des marchés du travail aux travailleurs qualifiés (y compris La formation parrainée par l'employeur). À la suite des ateliers, les versions définitives des rapports de synthèse de chaque atelier ainsi que de l'aperçu ont été établies. Les rapports de synthèse contiennent un exposé des résultats des recherches sur chaque thème et de leurs grandes répercussions sur le plan des politiques. L'aperçu fait la synthèse des résultats des recherches effectuées sur chaque thème et présente les grandes répercussions sur le plan des politiques, y compris un diagnostic général.

Le thème « Les incidences du vieillissement de la population canadienne sur le marché du travail et les compétences » a été choisi en raison des préoccupations que soulève l'effet d'une main-d'oeuvre vieillissante sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée. Les auteurs des études ont examiné les conséquences du vieillissement de la population pour l'économie canadienne, et ils ont tenté de cerner les obstacles au maintien sur le marché du travail des travailleurs plus âgés.

On pense souvent que l'immigration pourrait atténuer le vieillissement de la main-d'oeuvre et constituer une source de main-d'oeuvre qualifiée à faible coût. Les études menées sous le thème « La mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés » ont porté sur l'incidence de l'augmentation de la mobilité internationale temporaire ou permanente des travailleurs hautement qualifiés sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée au Canada.

L'acquisition de nouvelles compétences par les travailleurs est un facteur de plus en plus important dans l'économie du savoir. En outre, l'importance de la formation en tant que source de nouvelles compétences est susceptible de s'accroître, étant donné le vieillissement de la main-d'oeuvre. Selon des comparaisons établies entre divers pays, il semble que la formation parrainée par l'employeur soit moins forte au Canada que dans la plupart des autres économies avancées. Les auteurs des études effectuées sous le thème « La formation parrainée par l'employeur au Canada » ont examiné les raisons de ce présumé écart, et ils ont évalué les programmes d'apprentissage au Canada à titre de formation parrainée par l'employeur.

La capacité du marché du travail canadien d'assurer l'offre de main-d'oeuvre qualifiée dont l'économie du savoir a besoin dépendra de la façon dont cette offre s'adaptera à l'évolution de la demande. Les auteurs des études effectuées sous le thème « L'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés au Canada » ont examiné trois aspects de ce processus d'adaptation. Premièrement, puisque les nouveaux travailleurs qualifiés proviendront encore en majorité du système d'enseignement postsecondaire (SEP), dans quelle mesure ce dernier réussira-t-il à suivre l'évolution de la demande de main-d'oeuvre qualifiée? Deuxièmement, l'adaptation des marchés de la main-d'oeuvre qualifiée au Canada se fait-elle rapidement? Troisièmement, l'information sur le marché du travail peut-elle faciliter le processus d'adaptation?

Les politiques publiques jouent un rôle de premier plan dans chacun des domaines visés par les études de l'IRC, comme en témoignent les exemples suivants. La principale source de nouveaux travailleurs qualifiés sera l'arrivée sur le marché du travail de diplômés postsecondaires canadiens. Les établissements d'enseignement postsecondaire canadiens reçoivent des sommes importantes des gouvernements, et les gouvernements répartissent les fonds entre les divers niveaux d'enseignement postsecondaire. Les politiques gouvernementales déterminent ceux qui peuvent immigrer de façon temporaire ou permanente au Canada, et elles ont donc une incidence sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée provenant de l'immigration dans l'économie. Les fonds publics servent aussi à appuyer les programmes d'apprentissage. Une augmentation de l'appui aux programmes d'apprentissage ou à d'autres types de formation parrainée par l'employeur est souvent préconisée. Les politiques publiques ont une incidence sur la décision des travailleurs plus âgés de rester sur le marché du travail ou de le quitter soit directement, par des politiques fiscales ou des politiques qui touchent les régimes de revenu de retraite de l'État, soit indirectement, par des politiques qui touchent les options offertes aux travailleurs cotisant à un régime de retraite privé.

Dans la section qui suit, nous présentons les domaines de recherche et les principales constatations, par points, pour chacun des quatre thèmes de recherche de l'IRC. Dans la dernière section, nous examinons les répercussions éventuelles des résultats des études de l'IRC sur le plan des politiques.

haut de la page

Domaines de recherche et principales constatations des études de l'IRC

Les incidences du vieillissement de la population canadienne sur le marché du travail et les compétences

Les décideurs connaissaient déjà les faits démographiques sous-jacents au vieillissement de la population lorsque les études de l'IRC ont commencé. La plupart des études dans ce domaine avaient été concentrées jusqu'alors sur des questions telles que le financement des régimes de retraite de l'État et les dépenses en soins de santé. On s'était peu attardé aux incidences du vieillissement de la population sur le marché du travail et la main-d'oeuvre qualifiée. Parmi les questions qui méritent d'être étudiées, notons l'effet des plus petites cohortes de jeunes sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée, les différences entre les compétences des travailleurs plus âgés et celles des jeunes travailleurs, les obstacles à la poursuite de la vie active des travailleurs plus âgés et la possibilité d'atténuer les conséquences de l'évolution démographique sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée par l'immigration.

Statistiques historiques du Canada et Statistiques démographiques annuelles; (2006-2015)

Les domaines étudiés sous ce thème sont les suivants :

  • Déterminer la façon dont le vieillissement de la main-d'oeuvre influera sur la capacité du Canada de continuer à développer une économie du savoir novatrice, reposant sur une main-d'oeuvre hautement qualifiée.
  • Évaluer si le vieillissement de la main-d'oeuvre entraînera des coûts d'adaptation plus élevés pour l'économie et pour les Canadiens.
  • Cerner les obstacles qui empêchent les Canadiens plus âgés à rester sur le marché du travail.

Voici les principales constatations des études :

  • L'immigration ne peut pas compenser le vieillissement de la population et de la main-d'oeuvre - le nombre de nouveaux arrivants éventuels est trop petit; les immigrants entrant sur le marché du travail sont plus vieux en moyenne que les Canadiens qui arrivent sur le marché du travail en provenance du système d'enseignement.
  • Malgré une baisse probable du taux d'épargne mondial, la main-d'oeuvre deviendra probablement plus rare par rapport au capital, ce qui fera croître les salaires.
  • Les jeunes seront donc plus motivés à investir dans l'acquisition de compétences.
  • La question à savoir s'ils le feront dépend de la capacité du système d'enseignement postsecondaire à répondre à la hausse de la demande.
  • Les régimes de retraite privés comportent d'importantes désincitations à la poursuite de la vie active des travailleurs plus âgés, et ces désincitations s'appliquent souvent à partir de 60 ans.
  • Les désincitations contenues dans les régimes de retraite de l'État sont moins importantes au Canada que dans de nombreux pays européens. Les régimes de retraite de l'État au Canada comportent certains incitatifs au retrait du marché du travail à 60 ans et d'importants incitatifs au retrait du marché du travail après 65 ans.
  • L'effet le plus marqué de désincitation au travail est dû aux dispositions de récupération du régime du Supplément de revenu garanti (et l'interaction de ces dispositions et des prestations du Régime de pensions du Canada ou du Régime de rentes du Québec) qui touchent avant tout les personnes peu qualifiées.

La mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés

La mobilité internationale des travailleurs est de plus en plus grande, et la migration permanente ou temporaire de travailleurs hautement qualifiés est de plus en plus un aspect important de la mondialisation de l'économie et de l'économie du savoir. Les questions qui ressortent de ces tendances vont au-delà des impacts à court terme sur le recrutement par les employeurs et le transfert de ressources humaines appelé « exode des cerveaux ». La plus grande mobilité des travailleurs peut se traduire par des gains d'efficience, la gamme de biens et services exportés étant plus vaste ou les incitatifs à l'investissement privé dans le capital humain étant plus importants. Il nous faut mieux comprendre la façon dont les politiques peuvent influencer la répartition des coûts et des avantages provenant de la plus grande mobilité des travailleurs hautement qualifiés. Toutefois, au début de l'IRC, il existait très peu de renseignements sur ce sujet.

Personnes nées à l'étranger, de 15 ans et plus, ayant fait des études de troisième cycle, pays de l'OCDE,  2000-2001

Les domaines étudiés sous ce thème sont les suivants :

  • Les tendances mondiales de la migration de travailleurs hautement qualifiés et la performance du Canada pour ce qui est d'attirer des immigrants hautement qualifiés.
  • Le recensement des facteurs principalement à l'origine de la hausse de la migration internationale de travailleurs hautement qualifiés.
  • Les effets de la mobilité internationale des travailleurs sur l'offre de main-d'oeuvre qualifiée au Canada.

Voici les principales constatations des études :

  • Comparativement à d'autres pays, le Canada réussit assez bien à attirer des immigrants permanents qui ont fait des études postsecondaires, mais une proportion relativement faible d'entre eux possèdent un doctorat.
  • De nombreux immigrants titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires sont mal préparés au marché du travail canadien, étant donné que leur niveau de littératie en français ou en anglais est inférieur en moyenne à celui des personnes nées au Canada et possédant les mêmes niveaux de scolarité. Cela remet en question le caractère approprié d'un système de sélection des immigrants économiques basé sur le niveau de scolarité.
  • L'augmentation des flux de travailleurs temporaires et d'étudiants étrangers fait partie de la mondialisation de l'économie.
  • Le Canada réussit moins bien que les autres économies avancées à attirer des immigrants temporaires hautement qualifiés et des étudiants étrangers.
  • Les travailleurs hautement qualifiés sont attirés vers les endroits qui offrent des salaires élevés pour leurs compétences; une structure salariale qui récompense fortement les « vedettes » est susceptible d'attirer les travailleurs hautement qualifiés.
  • Les pays peuvent profiter de leur accès aux flux de savoir provenant de l'immigration et de l'émigration temporaires.
  • Les travailleurs temporaires et les immigrants permanents peuvent contribuer à la création de grappes du savoir en offrant des compétences en demande et en faisant croître la participation du Canada à des réseaux du savoir internationaux.

La formation parrainée par l'employeur

Compte tenu de la plus petite taille des cohortes de jeunes qui entrent sur le marché du travail, il sera peut-être de plus en plus important de recourir à la formation des travailleurs déjà en place pour répondre à la demande de nouvelles compétences. Selon les données qui étaient disponibles au début de l'IRC et qui pouvaient être comparées d'un pays à l'autre, les taux de formation parrainée par l'employeur sont plus faibles au Canada que dans d'autres économies avancées, en particulier aux États-Unis, ce qui laisse craindre que les employeurs canadiens n'investissent peut-être pas suffisamment dans les compétences dans leurs employés. Il nous fallait mieux comprendre les facteurs qui motivent les entreprises à former leurs employés (y compris les effets des politiques existantes) et les raisons qui expliquent les différences au chapitre de la formation par les entreprises.

Taux de participation à une formation professionnelle

Les domaines étudiés sous ce thème sont les suivants :

  • Les raisons qui expliquent les différences entre les niveaux de formation parrainée par l'employeur au Canada et dans les autres pays, surtout les États-Unis.
  • Les facteurs qui motivent les employeurs à offrir une formation liée à l'emploi.
  • Les effets des obstacles et des imperfections du marché du travail sur l'offre de formation parrainée par l'employeur.
  • La performance du système d'apprentissage au Canada.

Voici les principales constatations :

  • Les différences entre les niveaux de formation parrainée par l'employeur au Canada et aux États-Unis s'expliquent, en grande partie, par les différences aux chapitres du niveau de scolarité et de la répartition sectorielle de l'emploi.
  • L'adoption de nouvelles technologies est une raison importante qui pousse les employeurs à offrir de la formation.
  • La réglementation gouvernementale (par exemple en matière de santé et de sécurité) est une motivation importante à la formation.
  • La compression salariale (attribuable, par exemple, à la syndicalisation, à l'impôt progressif sur le revenu et à l'information asymétrique) diminue les incitations à la formation et les investissements des travailleurs hautement qualifiés, mais augmente les investissements des employeurs dans la formation d'employés peu qualifiés.
  • Le système d'apprentissage canadien éprouve de grandes difficultés :
    • il connaît un taux de réussite faible et à la baisse
    • ce n'est généralement pas un système de transition de l'école au travail.

L'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés au Canada

L'IRC fait suite à des préoccupations concernant la capacité des établissements canadiens et du marché du travail à s'adapter efficacement à l'évolution de l'ensemble de la demande de compétences spécialisées et de l'évolution de la composition de la demande de compétences spécialisées, compte tenu du vieillissement de la population. Ces préoccupations font en sorte qu'il est nécessaire d'évaluer la performance des établissements régissant la façon dont l'offre de main-d'oeuvre qualifiée canadienne s'adapte à l'évolution de la demande, d'examiner la performance des marchés canadiens de travailleurs hautement qualifiés et d'étudier les mécanismes de transmission des renseignements sur la conjoncture des marchés du travail.

Niveau de scolarité de la main-d'oeuvre salariée, 2000-2001

Les domaines étudiés sous ce thème sont les suivants :

  • L'adaptation des marchés aux travailleurs qualifiés.
  • L'enseignement postsecondaire :
    • la réaction des étudiants aux signaux du marché;
    • l'adaptation des établissements d'enseignement postsecondaire aux forces du marché.
  • L'information sur le marché du travail et les déficiences du marché.

Voici les principales constatations :

  • Le marché du travail des travailleurs qualifiés s'adapte bien. Toutefois, l'adaptation complète prend un certain nombre d'années en raison de la longue formation nécessaire aux travailleurs qualifiés.
  • Les étudiants s'adaptent aux signaux du marché du travail. Les gains potentiels jouent un rôle important, mais les préférences personnelles et la réussite scolaire antérieure sont aussi des facteurs importants.
  • Du côté de l'offre, le système d'enseignement postsecondaire (SEP) canadien n'est pas réactif au marché. Lorsque les établissements du SEP fixent leurs niveaux d'inscription, au total et par domaine d'études, ils ne répondent pas toujours à la demande des étudiants éventuels.
  • Si les inscriptions au SEP sont restreintes malgré la hausse de la demande, l'avantage salarial des diplômés postsecondaires par rapport aux diplômés du secondaire continuera probablement à augmenter.
    • Les taux de rendement privés et « sociaux » des études postsecondaires sont déjà élevés.
    • Une hausse soutenue pourrait signaler une offre insuffisante de diplômés postsecondaires.
  • Les réformes partielles effectuées dans les SEP d'autres pays n'ont pas mené à une différenciation relative aux frais de scolarité entre les universités et entre les domaines d'études.
  • L'adaptation au sein des entreprises est un facteur important d'adaptation du marché du travail, et elle est fortement tributaire des politiques. Par exemple, la possibilité d'adaptation des entreprises qui veulent embaucher leurs anciens employés à la retraite est limitée par la réglementation régissant les régimes de retraite privés.
  • L'information sur le marché du travail peut jouer un rôle très important dans l'adaptation, mais elle doit être exacte et ciblée et son efficacité doit faire l'objet d'une évaluation.
haut de la page

Répercussions sur le plan des politiques

L'IRC visait à accroître nos connaissances sur l'offre des marchés en ce qui a trait aux travailleurs qualifiés au Canada et sur la façon dont ces marchés s'adaptent à l'évolution de la demande. Il s'agissait de veiller à ce que l'insuffisance de travailleurs qualifiés disponibles ne nuise pas aux politiques destinées à rendre l'économie plus novatrice et plus productive. Les études de l'IRC ont porté sur les principales sources de l'offre de main-d'oeuvre qualifiée, le rôle des institutions et des marchés dans l'adaptation à l'évolution de la demande de travailleurs qualifiés, des tendances démographiques qui ont une incidence sur l'offre de main-d'oeuvre et la tendance vers une plus grande concurrence pour les travailleurs qualifiés.

En conclusion, généralement, lorsque l'on s'en remet aux forces du marché, l'offre de main-d'oeuvre qualifiée au Canada répond bien aux signaux du marché. Les entreprises sont motivées à offrir de la formation et, dans les faits, elles en offrent; les étudiants s'adaptent aux signaux du marché; le Canada peut attirer et garder au pays des travailleurs qualifiés étrangers. Toutefois, puisqu'il faut plusieurs années pour former un travailleur qualifié, l'adaptation de l'offre à l'évolution de la demande s'échelonne aussi sur plusieurs années. Entre-temps, les mécanismes du marché feront en sorte que l'affectation des travailleurs qualifiés sera la plus efficace possible. Le Canada pourra sans doute atteindre le niveau requis de travailleurs qualifiés pour une économie novatrice si l'adaptation du marché du travail se fait comme il se doit.

Les études de l'IRC soulèvent effectivement d'importantes questions sur le plan des politiques dans quatre domaines. Le premier a trait à l'adaptation du SEP à l'évolution de la demande de main-d'oeuvre qualifiée. Le SEP n'est pas axé sur le marché. Alors que les étudiants éventuels tiennent compte des signaux du marché, on a observé que les établissements du SEP ne répondent pas entièrement à la demande des étudiants lorsqu'ils établissent leurs niveaux d'inscription, au total et par domaine d'études. De meilleurs taux de rendement des études postsecondaires signifient peut-être qu'il faut augmenter les taux d'inscription, mais rien ne garantit que cela se produira, à moins que les mécanismes de financement du SEP n'incitent les établissements à répondre à la demande. Plusieurs pays ont appliqué des réformes partielles destinées à axer davantage les établissements du SEP sur le marché, mais ces tentatives ne semblent pas avoir été très efficaces. L'orientation stratégique la plus prometteuse est peut-être de poursuivre la tendance amorcée, c'est-à-dire de s'éloigner des subventions aux établissements du SEP et de privilégier les subventions aux étudiants (par des crédits d'impôt, des prêts subventionnés et des bourses).

Le deuxième domaine a trait à la suppression des obstacles et des freins à la poursuite de la participation des personnes plus âgées au marché du travail. Les régimes de retraite de l'État ne sont pas neutres relativement à l'âge de la retraite. Les programmes à cotisations maximales, tels que l'assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada/Régime de rentes du Québec, ne favorisent pas le travail à temps partiel ou le travail durant une partie de l'année, options souhaitées par de nombreux travailleurs âgés. On pourrait examiner la possibilité d'exempter le revenu gagné du calcul servant à établir l'admissibilité à certains crédits d'impôt. On pourrait examiner les règles concernant le revenu provenant des fonds enregistrés de revenu de retraite en vue de donner une plus grande marge de manoeuvre aux travailleurs visés.

Le troisième domaine a trait à l'amélioration du fonctionnement des marchés canadiens pour les travailleurs qualifiés par la suppression des obstacles et des freins à la mobilité de la main-d'oeuvre. Il s'agit, entre autres, de lever les obstacles relatifs à la reconnaissance des titres de compétences des travailleurs entre les provinces. Le récent accord entre l'Alberta et la Colombie-Britannique pourrait servir de modèle. Il faudrait aussi examiner les programmes qui appuient les activités économiques à faible productivité dans les régions rurales ou éloignées du Canada au détriment des économies urbaines dynamiques qui sont au coeur de l'innovation.

Le dernier domaine concerne la politique d'immigration. Le processus de sélection des immigrants économiques doit être amélioré. Le Canada a accepté un grand nombre d'immigrants économiques qui ont un niveau de scolarité élevé. Toutefois, dans bien des cas, ces immigrants ont une faible capacité de lire et d'écrire l'anglais ou le français, et ils ont de la difficulté à trouver un emploi qui correspond à leurs qualifications. De plus, si le but de l'immigration économique est de contribuer à la création de grappes de savoir, les politiques qui visent à répartir les immigrants hautement qualifiés à l'extérieur des grands centres urbains sont mal orientées. Enfin, la migration temporaire de travailleurs hautement qualifiés revêt de plus en plus d'importance à l'ère de la mondialisation de l'économie. Il faut rationaliser le processus d'admission des migrants temporaires.

haut de la page

Diagnostic — pour l'avenir

Les diplômés postsecondaires demeureront la principale source de nouveaux travailleurs qualifiés dans l'économie canadienne. Le système d'enseignement postsecondaire du Canada se distingue des autres systèmes des économies avancées par son pourcentage très élevé de diplômés de collèges communautaires parmi les nouveaux diplômés d'études postsecondaires. Cette répartition a été déterminée, en grande partie, par les politiques publiques et non par les marchés.

Par rapport aux autres économies avancées, le système d'enseignement canadien forme une faible proportion de titulaires d'un doctorat. Selon les données disponibles, il semble que le faible taux d'obtention de doctorats au Canada soit attribuable au faible rendement d'un diplôme de cycles supérieurs au Canada. La proportion relativement faible d'immigrants titulaires d'un doctorat parmi les diplômés d'études postsecondaires témoigne aussi la faible demande. On a aussi observé qu'un grand nombre de titulaires d'un doctorat quittent le Canada pour les États-Unis en raison du « manque de débouchés. » En outre, la croissance du revenu des titulaires d'un doctorat en sciences et en génie est moins rapide au Canada qu'aux États-Unis. La faible demande de titulaires d'un doctorat au Canada semble liée à la faible demande des entreprises canadiennes en intrants novateurs complémentaires (recherche-développement, technologies de l'information et des communications, autres machines et matériel, pratiques de travail à haut rendement et stratégies organisationnelles).

Enquête nationale auprès des diplômés, 1992 et 2002

Tout indique que l'offre de main-d'oeuvre qualifiée n'est pas actuellement un obstacle majeur à la performance du Canada en matière d'innovation. Pour améliorer cette performance, il faudrait mettre l'accent sur les politiques qui facilitent les stratégies d'entreprise axées sur l'innovation.

Comme nous l'avons déjà dit, l'information disponible indique toutefois les domaines dans lesquels la capacité du Canada en matière d'offre de main-d'oeuvre qualifiée pourrait être améliorée. Du côté de l'offre de main-d'oeuvre qualifiée, les politiques devraient être axées à l'avenir sur la façon de veiller à ce que, malgré l'absence de mécanismes du marché, le système d'enseignement postsecondaire du Canada continue de former un nombre suffisant de diplômés aux niveaux requis par l'économie du savoir.


Pour obtenir une version imprimée de cette publication, s'adresser aux :

Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa (Ontario) K1A 0S5

Téléphone (sans frais) : 1-800-635-7943 (au Canada et aux États-Unis)
Téléphone (appels locaux) : 613-941-5995
ATS : 1-800-465-7735
Télécopieur (sans frais) : 1-800-565-7757 (au Canada et aux États-Unis)
Télécopieur (envois locaux) : 613-954-5779
Courriel : publications@tpsgc-pwgsc.gc.ca
Site Web : www.publications.gc.ca

On peut obtenir cette publication sur supports accessibles, sur demande. Communiquer avec la :

Section des services du multimédia
Direction générale des communications et du marketing
Industrie Canada
Bureau 264D, tour Ouest
235, rue Queen
Ottawa (Ontario) K1A 0H5

Téléphone : 613-995-8552
Télécopieur : 613-947-7155
Courriel : production.multimedia@ic.gc.ca

N.B. Dans cette publication, la forme masculine désigne tant les femmes que les hommes.

60344