Archivé — Sommaires de recherche : Document de travail 2008-01 : Commercialisation des inventions des universités – Les Canadiens sont-ils moins productifs que les Américains? Éléments probants selon les données d'enquête

par Ajay Agrawal

L'étude examine l'évolution des transferts de technologie au cours des 10 dernières années et révèle que, malgré une augmentation constante des ressources investies dans le processus de commercialisation de la science universitaire, l'augmentation des résultats n'a pas été aussi régulière. La croissance irrégulière des revenus tirés de brevets et de licences ressort particulièrement et mérite un examen approfondi. Une comparaison entre une des principales institutions de recherche du pays (l'Université de Toronto) et une institution américaine d'importance semblable (le Massachusetts Institute of Technology) laisse croire que, à tout le moins dans ce cas précis et en normalisant les dépenses de recherche, l'institution canadienne serait moins efficace en ce qui a trait à la commercialisation de ses recherches. De plus, une analyse de régression portant sur un échantillon de 160 universités canadiennes et américaines appuie la théorie selon laquelle il y aurait un retard de productivité du Canada par rapport aux É.-U. en matière de transferts de technologie. Une entrevue approfondie avec le chef de la direction d'une entreprise canadienne qui a pris part à des transferts de technologie dans divers pays montre que, selon cette entreprise à tout le moins, la commercialisation de la recherche est plus efficace aux É.-U. Nous offrons quelques pistes d'explication inspirées de la littérature et de l'entrevue.

Date de modification :