Archivé — Sommaires de recherche : Document de travail 2008-01 : Tendances de l'investissement direct étranger – Une perspective canadienne

par Ram Acharya et Someshwar Rao

Les multinationales jouent un rôle de plus en plus important dans l'économie mondiale en raison de la mondialisation de toutes leurs activités. Les stocks d'investissement direct étranger (IDE) entrant et sortant sont environ 16 fois plus élevés qu'il y a 25 ans. Ils atteignaient 10 billions de dollars américains en 2005. Le Canada a lui aussi activement participé au processus de mondialisation des entreprises. Il est à la fois un importateur et un exportateur majeur d'IDE et, fait encore plus important, un exportateur net de capital. Comme d'autres économies développées, le Canada se trouve actuellement dans la phase de croissance d'un grand cycle de l'IDE, qui est, comme d'habitude, dominé par les fusions et les acquisitions, tiré par les bas taux d'intérêt, les prix à la hausse des valeurs mobilières et une participation accrue sous forme de capitaux propres. Dans cette phase, comme dans le passé, des entreprises étrangères font mainmise sur des entreprises canadiennes, et des entreprises canadiennes font l'acquisition d'entreprises étrangères au Canada et à l'étranger. Peu de données empiriques permettent de conclure que l'économie canadienne souffre de la perte de sièges sociaux canadiens importants au profit de l'étranger. Les études existantes laissent croire que les bienfaits économiques à long terme de l'IDE, y compris les fusions et les acquisitions étrangères, dépassent de loin toute difficulté économique à court terme due à l'ajustement dans le pays hôte, à condition que celui-ci présente un environnement d'affaire concurrentiel et qu'il possède un marché des produits et un marché de facteurs flexibles et dynamiques.

Date de modification :