PS-G-14 — Norme provisoire pour la vérification des appareils de correction et des fonctions de linéarisation intégrées aux compteurs et aux débitmètres-ordinateurs

Catégorie : Gaz
Norme : PS-G-14 (rév. 1)
Date de diffusion :
Entrée en vigueur :
Remplace : PS-G-14


Table des matières


1.0 Domaine d'application

Le présent document contient les exigences visant la vérification des fonctions d'amélioration de la performance de débitmètres fondées sur la linéarisation ou l'ajustement de la courbe des données d'étalonnage du débit.

Le présent document porte sur des fonctions intégrées aux compteurs, aux débitmètres-ordinateurs électroniques, aux appareils de correction et au logiciel de soutien externe.

2.0 Autorité

La présente norme est publiée en vertu de l'article 18 du Règlement sur l'inspection de l'électricité et du gaz (RIEG).

3.0 Références

4.0 Application

4.1 Fonctions d'essai

Le protocole d'essai varie selon le type d'appareil et l'endroit où se trouvent les fonctions de linéarisation.

Les compteurs dotés de composantes électroniques contenant des fonctions de linéarisation programmables par l'utilisateur (coefficients propres à chaque compteur) doivent d'abord être évalués par rapport aux tolérances de précision prescrites dans la norme visant l'appareil en particulier, avec les fonctions de linéarisation désactivées. Le compteur doit ensuite être testé de nouveau de la manière décrite dans les paragraphes suivants, avec les fonctions de linéarisation activées.

Les débitmètres-ordinateurs qui sont dotés de fonctions de linéarisation programmables par l'utilisateur (coefficients propres à chaque compteur) doivent être testés à l'aide d'une impulsion d'entrée simulée ou, lorsqu'il est impossible de les séparer du débitmètre, ils doivent être testés de la manière indiquée dans le paragraphe ci-dessus.

4.2 Exigences de vérification

Pour vérifier ou revérifier la performance d'une fonction de linéarisation point à point, il faut connaître la forme ou le type de l'équation. Ces renseignements doivent figurer dans l'avis d'approbation et comprendre :

  1. les formes des équations et/ou la méthode d'interpolation;
  2. le type de compteur que les équations modélisent, si la fonction réside dans le débitmètre-ordinateur ou l'appareil de correction;

5.0 Évaluation des fonctions d'interpolation linéaireNote de bas de page 1

Cette méthode s'applique aux compteurs :

Elle peut aussi être appliquée à des débitmètres-ordinateurs qui font partie d'un système de mesure utilise pour des essais de débit. Habituellement, cette méthode est utilisée pour certains types de compteurs à ultrasons.

Le processus d'évaluation des fonctions d'interpolation linéaire d'un débitmètre ou d'un débitmètre-ordinateur se décompose en deux étapes fondamentales. La première étape comprend l'étalonnage du débitmètre dans une installation reconnue par Mesures Canada pour caractériser la performance du débitmètre (dans des conditions de service normales ou quasi normales en utilisant du gaz naturel comme produit d'essai). La seconde étape est la vérification de l'application de la fonction de linéarisation.

Étape 1

Les protocoles d'essai normalisés exigent que le compteur soit évalué à au moins cinq (5) débits (10 %, 25 %, 50 %, 75 % et 100 % de Qmax). Compte tenu des limites pratiques de détermination des débits, ces points cardinaux doivent être utilisés comme points d'étalonnage pour l'étalonnage du débit. Une variante de cette distribution des points peut mettre plus d'accent sur les débits faibles. Des données d'étalonnage à haute pression doivent être fournies avec une incertitude ne dépassant pas ±0,33 %. Les valeurs elles-mêmes doivent se trouver à l'intérieur de la plage de ±1 %. Les valeurs à l'extérieur de cette plage ne sont pas acceptables.

Avec cette méthode d'interpolation linéaire, les valeurs des erreurs et des débits correspondants sont introduites dans le débitmètre-ordinateur ou le compteur. La forme dans laquelle les données sont saisies (coefficient K ou facteur de compteur) dépendra de l'appareil. Il faut veiller à ce que la forme soit adaptée au compteur ou au débitmètre-ordinateur et que les facteurs d'échelle additionnels et leur influence sur la sortie du compteur ou du débitmètre-ordinateur soient compris.

Étape 2

Comme mentionné ci-dessus, la seconde étape de l'évaluation est de vérifier l'application de la fonction de linéarisation. On y parvient en faisant l'essai de débit du compteur à deux débits additionnels (0,1 Qmax et 0,5 Qmax). Le résultat doit indiquer une diminution de l'erreur du compteur.

6.0 Autre méthode d'essai des débits linéarisés

Cette méthode est habituellement utilisée pour des débitmètres-ordinateurs et des compteurs qui intègrent des fonctions d'interpolation linéaire pouvant être évaluées à l'aide d'une entrée simulée.

Avec cette méthode, on présume que les effets des autres facteurs de correction peuvent être déterminés et isolés de la détermination du volume (ou de la masse) mesuré. Cette méthode peut aussi être utilisée lorsque la valeur de linéarisation déterminée et appliquée par le débitmètre-ordinateur ne peut être directement affichée.

Étape 1

Les protocoles d'essai normalisés exigent que le compteur soit évalué à au moins cinq débits

(10 %, 25 %, 50 %, 75 % et 100 % de Qmax). Se trouvant à l'intérieur des limites pratiques de détermination des débits, ces points cardinaux doivent être utilisés comme points d'étalonnage pour l'étalonnage du débit. Une variante de cette distribution des points peut mettre plus d'accent sur les débits faibles. Des données d'étalonnage à haute pression doivent être fournies avec une incertitude ne dépassant pas ±0,33 %. Les valeurs elles-mêmes doivent se trouver à l'intérieur de la plage de ±1 %. Les valeurs à l'extérieur de cette plage ne sont pas acceptées.

Avec cette fonction d'interpolation linéaire, les valeurs des erreurs et des débits correspondants sont introduites dans le débitmètre-ordinateur. La forme dans laquelle les données sont saisies (facteur de compteur ou coefficient K) variera selon l'appareil. Il faut veiller à ce que la forme soit adaptée au compteur ou au débitmètre-ordinateur.

Étape 2

Ici aussi, la seconde étape de l'évaluation est de vérifier l'application de la méthode de linéarisation.

Tout d'abord, et lorsque c'est possible, il faut vérifier manuellement si la saisie de valeurs dans le débitmètre-ordinateur ou le compteur a été faite correctement. L'essai de débit doit alors être simulé à des débits de 10 %, 25 %, 50 %, 75 % et de 100 % de Qmax.Note de bas de page 2

Les points d'essai doivent être calculés d'après le compte des impulsions d'entrée et la fréquence associée. On peut alors calculer et comparer, à partir de ces données, l'indication du volume (ou de la masse) prévu à mesurer et la valeur déterminée par le débitmètre-ordinateur. Les détails de ce calcul seront une fois de plus fondés sur les méthodes utilisées dans le débitmètre-ordinateur.

En général, on peut classer ces méthodes en deux types :

Équation 1
(V prévu) = Compte d'impulsions ÷ Coefficient K calculé pour la linéarisation
Équation 2
(V prévu) = (Compte d'impulsions x Fc calculé pour la linéarisation) ÷ Coefficient K de base

Dans les deux cas, la fréquence des impulsions d'entrée simulées doit être connue pour déterminer la valeur du facteur de compteur ou coefficient K qui aurait dû être utilisée par le débitmètre-ordinateur. Une fois la fréquence déterminée, la valeur correspondante du tableau 1 peut être utilisée dans l'équation 1 ou 2 pour déterminer le volume prévu (Vprévu) indiqué sur le débitmètre-ordinateur. Il est peu probable qu'on obtienne la même valeur de débit et d'impulsions que la valeur figurant au tableau 2, il faudra donc utiliser la fréquence d'entrée mesurée pour calculer le facteur de compteur ou coefficient K correspondant. L'équation servant à ce calcul doit être identique à l'équation de linéarisation utilisée par le débitmètre-ordinateur. Cette procédure doit être répétée pour chaque débit du tableau 1.

Tableau 1: Valeurs de correction prévues en fonction de la valeur Qmax
Points d'essaiNote de bas de page 3
(% Qmax)
Valeur prévue (%) Facteur de compteur prévu Coefficient K de compteur prévu
5 −1,00 1,010000 1,01000 × K de base
15 −0,33 1,003333 1,003333 × K de base
35 0,80 0,992000 0,992000 × K de base
60 0,30 0,996960 0,996960 × K de base
95 0,05 0,999500 0,999500 × K de base

On peut alors déterminer la performance de la fonction de linéarisation du débitmètre-ordinateur en comparant le volume calculé mathématiquement et le volume affiché.

L'erreur de linéarisation ne doit pas dépasser ±0,1 %.

Équation 3
(Erreur de linéarization %) = [(V indiqué – V prévu) ÷ V prévu] x 100

7.0 Évaluation des fonctions d'interpolation pour l'ajustement de la courbeNote de bas de page 4

Cette méthode est habituellement utilisée pour des compteurs qui comportent des fonctions d'interpolation pour l'ajustement de la courbe qui ne peuvent être mises à l'essai à l'aide d'une entrée simulée.Note de bas de page 5 Cette méthode peut aussi s'appliquer à des débitmètres-ordinateurs lorsqu'ils font partie d'un système de mesure utilisé pour des essais de débits. Habituellement, cette méthode s'applique à certains types de compteurs à ultrasons.

L'évaluation de la capacité du débitmètre-ordinateur à calculer des données volumétriques, compte tenu d'un ensemble prédéterminé de coefficients, s'effectue en deux étapes de base. La première étape est axée sur l'évaluation des coefficients de débit obtenus à l'aide du logiciel approuvé et la seconde consiste surtout à évaluer la capacité à appliquer les coefficients pendant un essai de débit réel ou simulé.

Étape 1

Ici aussi, les protocoles d'essai normalisés exigent que le compteur soit évalué à au moins cinq (5) débits (10 %, 25 %, 50 %, 75 % et 100 % de Qmax).

Le propriétaire du compteur peut souhaiter fournir des points d'essai supplémentaires aux endroits où la courbe de performance fluctue considérablement (habituellement, sous la barre des 20 % de Qmax). Généralement, les points d'étalonnage doivent suivre une distribution logarithmique égale en fonction du débit.

Une fois que les valeurs du débit et des erreurs d'étalonnage ont été introduites dans le logiciel et que les valeurs des coefficients ont été calculées, il faut en évaluer la précision. Pour ce faire, il faut comparer les erreurs de compteur calculées à l'aide de l'équation avec celles qui figurent sur le certificat d'étalonnage.

Pour chaque débit inscrit sur le certificat d'étalonnage, il faut déterminer une valeur de correction prévue à l'aide de l'équation. La différence ou variance résiduelle entre la valeur calculée et la valeur figurant sur le certificat d'étalonnage est alors établie. Deux fois l'écart type de toutes les variances ne doit pas dépasser 0,2 %. En outre, aucune valeur unique ne doit être supérieure à 0,5 %. Si l'écart est dépassé, d'autres points d'essai pourraient être nécessaires.

Étape 2

Comme mentionné ci-dessus, la seconde étape est d'évaluer la capacité du débitmètre-ordinateur à appliquer les coefficients dans des conditions de débit. Une fois que les valeurs des coefficients prédéterminées ont été introduites dans le débitmètre-ordinateur ou le compteur, et lorsque c'est possible, il faut vérifier manuellement si la saisie des valeurs a été faite correctement. Une fois de plus, la forme des valeurs saisies variera selon le type d'appareil. Il faut veiller à ce que la forme soit adaptée au compteur ou au débitmètre-ordinateur et que les facteurs d'échelle additionnels et leur influence sur les indications du compteur ou du débitmètre-ordinateur soient compris.

Il faut ensuite refaire l'essai du compteur à des valeurs de débit de 10 %, 25 %, 50 %, 75 % et 100 % de Qmax. Les résultats doivent indiquer une diminution de l'erreur du compteur et respecter toute autre tolérance applicable.

Lorsque c'est pratique de simuler les impulsions d'entrée d'un débitmètre-ordinateur, la méthode décrite à l'article 6.0 ci-dessus doit être utilisée.

8.0 Révisions

La révision 1 visait à :

Date de modification :