P-E-03 — Procédures relatives à la vérification et à la revérification des compteurs en vertu des exigences de la norme S-E-02

Catégorie : Électricité
Norme : P-E-03
Date de distribution :
Date d'entrée en vigueur :


Table des matières


1.0 Domaine d'application

Les présentes procédures s'appliquent aux compteurs d'électricité soumis à la vérification et à la revérification en vertu des exigences de la norme S-E-02, Spécifications relatives à la vérification et à la revérification des compteurs d'électricité.

2.0 Objet

Ce document a pour objet de fournir du soutien à la vérification et à la revérification des compteurs d'électricité effectuées en vertu des exigences de la norme S-E-02. Il contient des descriptions et explications détaillées, ainsi que des procédures d'essai en rapport avec des exigences particulières. Les procédures fournies dans les sections qui suivent décrivent les processus nécessaires pour évaluer les compteurs d'électricité aux fins de la vérification et de la revérification.

3.0 Ouvrages de référence

  1. Loi sur l'inspection de l'électricité et du gaz.
  2. Règlement sur l'inspection de l'électricité et du gaz.
  3. Norme provisoire relative à la vérification et à la revérification des compteurs d'électricité (S-E-02).
  4. Norme d'étalonnage, de certification et d'utilisation des consoles d'étalonnage de compteurs d'électricité (S-E-01).
  5. Bulletins de Mesures Canada.
  6. Avis d'approbation de Mesures Canada.

4.0 Définitions

Aux fins du présent document, on peut se référer aux définitions de la norme S-E-02.

5.0 Procédures d'évaluation des exigences administratives

5.1 Généralités

La mise en application de la norme et des procédures prévoit la vérification et la revérification des compteurs d'électricité. Toutefois, tout compte fait, le propriétaire du compteur est légalement responsable d'assurer la conformité des compteurs à la Loi et aux politiques et programmes connexes de Mesures Canada (MC). Les propriétaires de compteur sont également tenus de soumettre les compteurs aux essais en vertu des programmes de surveillance du marché établis par MC, qui garantissent que ces spécifications continueront d'être valides aux fins de la vérification et de la revérification.

5.2 Conditions d'essai

5.2.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.1 de la norme. Elle vise à garantir que le compteur sera mis à l'essai dans les conditions prescrites pour l'évaluation des compteurs.

5.2.2 Généralités

Il incombe au vérificateur du compteur de s'assurer qu'il connaît la norme et les présentes procédures et qu'il y a accès. Il doit en comprendre le contenu et l'application au(x) compteur(s) à l'essai. Lorsque la norme prescrit des conditions d'essai, ces dernières doivent être respectées avant qu'on procède à l'évaluation du compteur à des fins de vérification ou de revérification.

5.2.3 Procédure

Aucune procédure particulière n'est requise.

5.3 Essai de la plage de précision

5.3.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.2.1 de la norme. Elle vise à veiller à ce que le vérificateur du compteur connaisse les conditions et les exigences spécifiques pour la vérification d'un compteur approuvé.

5.3.2 Généralités

Tous les compteurs qui doivent être vérifiés à des fins d'établissement d'un prix doivent être approuvés par MC. Chaque grandeur et fonction de mesure a été évaluée conformément aux directives de la Direction de l'ingénierie et des services de laboratoire (DISL) et aux exigences des normes et des procédures existantes. La DISL émet un avis d'approbation pour chaque type de compteur. L'avis d'approbation peut approuver certaines fonctions ou grandeurs dont quelques-unes peuvent ne pas être exigées ni souhaitées par le propriétaire du compteur pour l'utilisation prévue du compteur. Toute fonction ou grandeur non nécessaire doit être invalidée par le propriétaire avant les essais du compteur.

On s'attend à ce que les points d'essai et les tolérances établis dans la norme s'appliquent à la plupart des compteurs évalués aux fins d'une vérification. Dans des cas exceptionnels, l'avis d'approbation pourrait indiquer qu'il faut effectuer des essais supplémentaires pour compléter les essais prescrits ou permettre une dérogation à certains essais prescrits, selon les besoins de la vérification.

Les bulletins de politique ou les circulaires d'information technique fournissent des interprétations ou des éclaircissements de la norme ou des procédures.

5.3.3 Procédure

  1. Le vérificateur du compteur doit avoir pris connaissance de l'avis d'approbation de MC visant le compteur à l'essai et y avoir accès.
  2. Le vérificateur du compteur doit avoir pris connaissance de tous les bulletins et de toutes les circulaires d'information technique de MC visant le compteur à l'essai et y avoir accès.
  3. Veiller à ce que toutes les conditions nécessaires pour effectuer une évaluation en bonne et due forme du compteur (prescrite dans la norme, les procédures, l'avis d'approbation, les bulletins et les circulaires d'information technique) soient respectées avant de commencer l'évaluation d'un compteur à des fins de vérification.
  4. Veiller à ce que seules les fonctions ou les grandeurs approuvées devant être évaluées à des fins de vérification soient accessibles. Toute autre fonction ou grandeur approuvée doit être invalidée et rendue inaccessible avant la vérification et le scellage.

5.4 Précision implicite de chaque fonction de mesure

5.4.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.2.2 de la norme. Elle vise à préciser, à l'intention des propriétaires de compteurs, qu'ils sont tenus de s'assurer que tout compteur vérifié est réellement précis dans la totalité de sa plage de service.

5.4.2 Généralités

Tout compteur qui est vérifié et scellé en vertu du paragraphe 9 (1) de la Loi sur l'inspection de l'électricité et du gaz (Loi) doit être précis dans l'ensemble de sa plage de service.

5.4.3 Procédure

Aucune procédure particulière n'est exigée.

5.4.4 Remarques

  1. Un compteur doit être conforme à toutes les exigences prescrites et à tous les critères de vérification avant d'être vérifié et scellé afin de servir à établir un prix.
  2. Lorsqu'un compteur présente des erreurs supérieures à la tolérance admise à un point donné à l'intérieur de sa plage de service, quel que soit l'essai effectué, le compteur n'est pas conforme aux exigences, que l'essai soit ou non effectué en vertu de la norme.

5.5 Détermination de l'erreur

5.5.1 Domaine d'application

La présente procédure décrit la façon de déterminer l'erreur du compteur. Elle sert à garantir que toute erreur attribuée aux compteurs sera déterminée adéquatement et uniformément.

5.5.2 Généralités

Bien qu'il y ait plusieurs expressions de l'exactitude d'une mesure, MC exige que les erreurs de compteur soient exprimées en pourcentage d'erreur vraie, ce qui respecte les dispositions de l'article 46 du Règlement sur l'inspection de l'électricité et du gaz (Règlement).

5.5.3 Procédure

  1. Déterminer la valeur de la grandeur à mesurer, indiquée par le compteur à l'essai à une résolution d'au moins quatre chiffres.
  2. Déterminer la valeur de la grandeur à mesurer, indiquée par le compteur de référence certifié (étalon), à une résolution d'au moins quatre chiffres.
  3. Effectuer toute conversion nécessaire pour garantir que les valeurs déterminées aux étapes 1 et 2 seront exprimées dans les mêmes unités (wattheures, var, impulsions, etc.).
  4. Diviser la valeur obtenue à l'étape 1 par la valeur de l'étape 2 et soustraire un (1) du résultat.
  5. La valeur résultante obtenue à l'étape 4 se définit comme « l'erreur (vraie) relative ». Multiplier cette valeur par 100 pour obtenir l'erreur exprimée en pourcentage. Cette valeur est également désignée « pourcentage d'erreur (vraie) relative ».

5.5.4 Formule

E = ((R ÷ T) − 1) × 100%

Où :

  • E est l'erreur (vraie) du compteur exprimée en pourcentage (pourcentage d'erreur)
  • R est la grandeur indiquée par le compteur à l'essai
  • T est la valeur vraie de la grandeur indiquée par le compteur de référence et exprimée dans les mêmes unités que R.

5.6 Correction en fonction des erreurs connues

5.6.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.3 de la norme. Elle vise à garantir que toute erreur attribuée à un compteur ne sera pas faussée en raison d'erreurs inhérentes de la console d'étalonnage ou de l'étalon de référence.

5.6.2 Généralités

À compter du 1er septembre 2006, les résultats des essais de compteurs effectués en vue de la vérification et de la revérification doivent être corrigés en fonction des erreurs connues de la console d'étalonnage.

D'ici le 1er septembre 2006, les exigences suivantes sont applicables :

Les consoles d'étalonnage et les étalons de référence ont habituellement des erreurs certifiées à divers points d'essai. En ce qui concerne les compteurs mis à l'essai conformément à des plans d'échantillonnage de conformité, cette procédure permettra d'établir l'erreur vraie d'un compteur en corrigeant l'erreur observée du compteur à l'aide de l'erreur certifiée de la console d'étalonnage.

Pour tous les autres essais du compteur effectués d'ici le 1er septembre 2006, les erreurs observées sont corrigées seulement lorsqu'elles sont très près (à l'intérieur des limites prescrites à l'article 5.2.3 de la norme) de la tolérance admise pour un point d'essai donné. Ainsi, il est possible de s'assurer que les erreurs certifiées de la console ne permettront pas la vérification des compteurs ayant des erreurs supérieures à la tolérance admise ni le rejet de compteurs ayant des erreurs inférieures à la tolérance admise.

5.6.3 Procédure

5.6.3.1 Exigences relatives à l'essai des échantillons de conformité en vigueur jusqu'au 1er septembre 2006 et applicables à tous les essais à compter de cette date.
  1. Observer les erreurs affichées ou fournies par la console d'étalonnage d'un compteur aux points d'essai prescrits.
  2. Trouver l'erreur certifiée de la console d'étalonnage pour ces points d'essai. Les erreurs sont inscrites sur le certificat de la console d'étalonnage.
  3. Lorsqu'il n'existe aucune erreur certifiée pour un point d'essai donné, à l'étape 2, interpoler à partir des erreurs indiquées sur le certificat de la console d'étalonnage conformément à la norme S-E-01.
  4. Soustraire l'erreur obtenue à l'étape 2 de l'erreur observée à l'étape 1. Le résultat est une erreur (vraie) relative, exprimée en pourcentage, du compteur au point d'essai en cause.
  5. Consigner l'erreur calculée.
5.6.3.2 Autres essais de vérification jusqu'au 1er septembre 2006
  1. Observer les erreurs affichées ou fournies par la console d'étalonnage d'un compteur aux points d'essai prescrits.
  2. En ce qui concerne les compteurs d'énergie et les compteurs de puissance appelée hybrides ou électroniques, déterminer si les erreurs observées se trouvent à l'intérieur de la fourchette de pourcentages prescrite d'après la tolérance admise pour ce type de compteur.
  3. En ce qui concerne les compteurs de puissance appelée électromécaniques, déterminer si les erreurs observées se trouvent à l'intérieur de la fourchette de pourcentages prescrite d'après la tolérance admise pour ce type de compteur.
  4. Si les erreurs observées respectent la tolérance admise, aucun réglage n'est nécessaire. Consigner les erreurs observées à l'étape 1.
  5. Si les erreurs observées ne respectent pas la tolérance admise, un réglage est nécessaire. Pour déterminer quel réglage s'impose, suivre la démarche de l'article 5.6.3.1.
  6. Consigner l'erreur (vraie) relative qui a été déterminée.

5.6.4 Formule

E = EMM − ECC

Où :

  • E est l'erreur (vraie) relative du compteur, exprimée en pourcentage
  • EMM est l'erreur affichée ou fournie par la console d'étalonnage, exprimée en pourcentage
  • ECC est l'erreur certifiée de la console d'étalonnage, exprimée en pourcentage

5.6.5 Remarques

La correction des erreurs connues d'une console d'étalonnage peut être effectuée manuellement ou automatiquement lorsque la console d'étalonnage est munie de tableaux contenant les erreurs connues pour des points d'essai particuliers et d'un logiciel qui corrige automatiquement en fonction de l'erreur connue à ces points d'essai. Lorsque ces tableaux sont utilisés pour établir l'erreur corrigée d'un compteur, la correction doit être effectuée conformément à la procédure énoncée à l'article 5.6.3.1 ci-dessus.

5.7 Consignation des erreurs

5.7.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.4 de la norme. Elle a pour but d'établir le degré de résolution auquel les erreurs doivent être consignées.

5.7.2 Généralités

Les erreurs doivent être consignées avec au moins un chiffre significatif après la virgule. Les vérificateurs des compteurs peuvent consigner les erreurs à une plus grande résolution s'ils le veulent. Les erreurs établies et corrigées en vertu de l'article 5.5.4 des présentes procédures et de l'article 5.2.4 de la norme peuvent être arrondies au premier chiffre après la virgule décimale.

5.7.3 Procédure

Lorsque la valeur du deuxième chiffre après la virgule est de « cinq (5) » ou plus, le premier chiffre après la virgule ne doit être arrondi que si l'on décide d'arrondir.

5.7.4 Remarques

Dans la mesure du possible, il faut éviter d'ajouter un trop grand nombre de chiffres après la virgule. La valeur de ces chiffres n'est pas valide du point de vue métrologique si la console d'étalonnage n'a pas été certifiée à ce degré de précision.

5.8 Limites d'étalonnage

5.8.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.2.5 de la norme. Elle vise à garantir que des compteurs neufs et/ou remis à neuf seront étalonnés pour enregistrer avec le moins d'erreur possible.

5.8.2 Généralités

Des marges d'erreur admissibles sont prescrites pour certains types de compteurs et/ou certains points d'essai. L'étendue de la marge d'erreur admissible a pour but de tenir compte des situations où il est impossible de maîtriser toutes les conditions dans lesquelles le compteur est étalonné.

5.8.3 Procédure

  1. Lorsqu'il est possible de faire des réglages mécaniques, électroniques ou informatiques, un compteur neuf ou remis à neuf doit être réglé pour enregistrer des erreurs aussi près du zéro (0) que possible avant d'être soumis à la vérification ou à la revérification.
  2. L'étape 1 s'applique à chaque point d'essai prescrit pour le compteur en question.

5.9 Installations d'essai

5.9.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.3 de la norme. Elle vise à garantir que toutes les installations et tout l'équipement nécessaires pour les essais de vérification des compteurs seront disponibles et certifiés selon les exigences.

5.9.2 Généralités

L'article 19 de la Loi stipule qu'un fournisseur doit fournir sans frais à MC l'électricité, le matériel et les installations nécessaires pour effectuer les essais des compteurs. L'article 5 de la Loi stipule que seuls des appareils de mesure étalonnés et certifiés peuvent être utilisés à des fins de vérification des compteurs.

5.9.3 Procédure

  1. Faire en sorte que des installations d'essai soient disponibles.
  2. Établir l'équipement d'essai nécessaire pour effectuer tous les essais de vérification des compteurs prescrits et veiller à ce qu'il soit disponible.
  3. Veiller à ce que l'endroit où se dérouleront les essais respecte toutes les exigences environnementales prescrites et toutes les conditions d'essai de compteurs applicables, notamment la température, l'humidité, le niveau d'éclairement et l'accessibilité.
  4. Faire en sorte que tout appareil de mesure et/ou étalon utilisé pour la vérification des compteurs soit disponible, étalonné et certifié conformément aux dispositions de la Loi, du Règlement et de toute norme pertinente (telle que S-E-01).

5.10 Méthodes de vérification et de revérification

5.10.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.4 de la norme. Elle vise à expliquer les différentes méthodes de vérification de compteurs.

5.10.2 Généralités

Les compteurs peuvent être vérifiés ou revérifiés individuellement ou dans le cadre de plans d'échantillonnage approuvés par MC. Les procédures décrites dans le présent document ne s'appliquent qu'à la vérification et/ou à la revérification de compteurs individuels. Pour la vérification et la revérification de compteurs selon des méthodes d'échantillonnage, se reporter à la série de documents d'échantillonnage applicables aux méthodes statistiques.

5.10.3 Procédure

Aucune procédure particulière n'est exigée.

5.11 Sceau de vérification et exigences de marquage

5.11.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.5 de la norme. Elle vise à garantir que les compteurs vérifiés seront scellés et marqués conformément aux dispositions de la Loi.

5.11.2 Généralités

Le paragraphe 9 (1) de la Loi stipule qu'un compteur vérifié ne doit pas être mis en service avant qu'il soit scellé. MC a établi des exigences particulières pour le scellage et le marquage des compteurs vérifiés. Le sceau ou la marque doit indiquer qui a vérifié le compteur et l'année de la vérification. Les sceaux sont utilisés pour empêcher un accès non détecté aux composants ou aux réglages métrologiques d'un compteur.

5.11.3 Procédure

5.11.3.1

  1. Passer en revue toute norme et tout bulletin publié par MC concernant le scellage et le marquage de compteurs vérifiés.
  2. Lire l'avis d'approbation du compteur à vérifier.
  3. S'assurer que les compteurs vérifiés sont scellés ou marqués conformément aux dispositions des normes, des bulletins et de l'avis d'approbation et qu'ils portent un sceau ou une marque d'identification accepté par MC.
  4. Les compteurs vérifiés par échantillonnage de conformité doivent porter le sceau d'origine appliqué lors de la vérification initiale. Ce sceau doit être intact, lisible et en bon état. Dans le cas des compteurs dont le sceau doit être brisé pour permettre les inspections, MC doit être avisé par écrit avant l'inspection par le vérificateur accrédité des précautions qui seront prises pour assurer l'intégrité des résultats. Si le lot est acceptable, les compteurs individuels qui sont également acceptables doivent être rescellés, une marque d'identification apposée sur l'ensemble de scellage indiquant l'année du sceau d'origine.
  5. Les compteurs dont les sceaux sont brisés, détériorés ou illisibles, ou qui présentent des erreurs supérieures à la tolérance admise, sont retirés du lot et doivent être vérifiés de nouveau selon une autre méthode.

5.12 Traitement d'un compteur d'une précision suspecte

5.12.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.6 de la norme. Elle vise à garantir que les compteurs soupçonnés de ne pas être conformes à la norme ne seront pas mis en service.

5.12.2 Généralités

Le fait qu'un compteur soit vérifié et scellé ne garantit pas sa conformité aux exigences de la norme. Un compteur vérifié doit toujours respecter les exigences de la norme chaque fois qu'il est utilisé pour établir le prix de l'électricité.

5.12.3 Procédure

  1. Lorsqu'on soupçonne qu'un compteur est non conforme à la norme, en raison de dommages possibles, il faut le revérifier.

Des dommages sont possibles dans les cas suivants (liste non limitative) :

  1. Chute du compteur.
  2. L'emballage a été endommagé pendant le transport.
  3. Le compteur a été exposé à des conditions environnementales extrêmes, comme un incendie ou une inondation.
  4. Le compteur a été exposé à des produits chimiques qui peuvent réagir avec le matériau constitutif du compteur.

5.13 Documentation

5.13.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.7 de la norme. Elle vise à garantir que la documentation requise par la Loi sera remplie et qu'elle comprendra tous les renseignements pertinents exigés relativement au compteur vérifié.

5.13.2 Généralités

La Loi stipule qu'un certificat doit être délivré au propriétaire d'un compteur lorsque ce dernier a été vérifié par un inspecteur ou une organisation accréditée qui n'est pas le propriétaire du compteur. Le Règlement mentionne les renseignements qui doivent figurer sur le certificat. D'autres renseignements relatifs au compteur et à son état de vérification sont également nécessaires. Lorsque l'organisation accréditée est aussi le propriétaire du compteur, elle peut soit délivrer un certificat, soit conserver tous les renseignements exigés dans ses dossiers de propriétaire ou dans ses dossiers d'organisation accréditée.

5.13.3 Procédure

5.13.3.1 Éclaircissement des exigences et des termes figurant à l'article 21 du Règlement
  1. « Date de vérification » s'entend de la date où la vérification a été terminée.
  2. « Numéros d'identification du compteur » comprend le numéro de série désigné par le fabricant et le numéro d'inspection attribué par le fournisseur.
  3. « Classe, type ou modèle » font partie de la désignation du modèle.
  4. « Numéros d'identification de tous les appareils de mesure » comprend le numéro normalisé attribué par MC, le numéro d'identification attribué par l'organisation accréditée ou le numéro de série attribué par le fabricant de l'appareil de mesure certifié.
  5. « Erreurs » s'entend de toutes les erreurs déterminées à tous les points d'essai.
  6. « Identification ou liste du groupe ou lot parent » peut être obtenue en attribuant un code alphanumérique au lot. Chaque compteur du lot doit être identifié, mais il n'est pas nécessaire qu'il figure sur un certificat ou sur la liste attachée à ce dernier. Les compteurs mis à l'essai doivent être identifiés sur le certificat ou sur une liste séparée qui y est attachée.
5.13.3.2 Éclaircissement des exigences et des termes énoncés à l'article 5.7.1. de la norme
  1. « Vérifié » s'entend d'un compteur qui n'a jamais été vérifié ni scellé. « Revérifié » désigne un compteur qui a déjà été vérifié et scellé.
  2. « Valeur d'impulsion » s'entend de la valeur de la grandeur mesurée pour chaque impulsion de sortie, exprimée en unités par impulsion (KP). « Type ou forme d'impulsion » s'entend soit de la forme A (2 fils), la forme C (3 fils) ou semi-conducteur (numérique).
  3. « État de conformité » signifie que le compteur est conforme aux exigences (accepté) ou non conforme (rejeté).
  4. « Année prévue de revérification du compteur » s'entend d'une période déterminée comprenant l'année où le compteur sera vérifié plus la période de vérification applicable au compteur conformément aux directives de MC.
  5. « Multiplicateurs d'échelle » sont les facteurs par lesquels il faut multiplier l'indication du compteur pour obtenir la valeur exacte de la grandeur mesurée.
  6. « Tension nominale » et « courant nominal » devraient être enregistrés avec des valeurs minimale et maximale dans le cas des compteurs à gammes nominales ou en tant que maximum dans le cas des compteurs à valeurs nominales.
  7. « Valeurs de toutes les statistiques » comprend la moyenne(x̄) et l'écart-type de la population (s).
  8. « État de conformité » signifie que le lot est conforme aux exigences (accepté) ou qu'il n'y est pas conforme (rejeté).
  9. « Niveau » est déterminé d'après des plans d'échantillonnage prescrits par MC.
  10. « Période de prolongation » est déterminée à partir d'une liste de prolongation des périodes de revérification des compteurs établie et prescrite par MC.
  11. « Type de compteur de puissance appelée » est établi d'après la caractéristique de réponse des compteurs à une charge donnée. Par exemple : compteurs à périodes d'intégration, à fenêtre mobile ou à réponse exponentielle.
  12. « Configuration des éléments » s'entend de toutes les configurations applicables d'éléments ou « détection automatique du service » le cas échéant, comme indiqué sur la plaque signalétique du compteur.
  13. Dans certains cas, des essais de vérification peuvent se dérouler alors que le compteur ne fonctionne pas dans son état normal de service. Lorsque, par suite d'une autorisation, des paramètres métrologiques ont été changés lors des essais du compteur, le certificat doit indiquer la liste de ces paramètres ou y renvoyer. Ceux-ci peuvent comprendre un nouveau multiplicateur d'échelle, une nouvelle constante de sortie (Kh) ou la suppression d'une grandeur de mesure approuvée.
  14. Le certificat doit comporter la liste de toutes les grandeurs de mesure approuvées et de toutes les fonctions, ou y faire référence, pour lesquelles le compteur a été programmé. La liste doit comprendre toutes les unités légales d'énergie et de puissance appelée applicables, les compensations des pertes, les sorties (y compris les registres, les ports optiques, les semi-conducteurs, etc.), le multiplicateur d'échelle et la version du micrologiciel.
5.13.3.3 Compteurs vérifiés et scellés en vertu de la Loi par un inspecteur ou une organisation accréditée qui n'est pas propriétaire du compteur
  1. Consigner tous les renseignements exigés en vertu de l'article 21 du Règlement.
  2. Consigner tous les renseignements applicables exigés en vertu de l'article 5.7.1 de la norme.
  3. S'assurer que tous les renseignements consignés aux étapes 1 et 2 figurent sur le certificat d'inspection et que celui-ci est signé par la personne qui le délivre.
  4. Délivrer le certificat au propriétaire du ou des compteurs. Le certificat doit être conservé par le propriétaire dans ses dossiers.
5.12.3.4 Compteur vérifié et scellé en vertu de la Loi par une organisation accréditée qui est propriétaire du compteur
  1. Suivre les étapes 1 et 2 de l'article 5.13.3.3 ci-dessus.
  2. S'assurer que les renseignements consignés sont conservés dans les dossiers du propriétaire ou dans les dossiers du vérificateur de compteurs accrédité.

5.14 Marquage de la plaque signalétique

5.14.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 5.8 de la norme. Elle vise à garantir que le compteur portera les marques d'identification appropriées.

5.14.2 Généralités

Chaque compteur doit porter une marque d'identification exclusive et être identifié comme étant approuvé. Il s'agit d'une exigence de la norme Caractéristiques pour l'approbation des types de compteurs d'électricité, qui doit être confirmée pour chaque compteur pendant la vérification.

5.14.3 Procédure

S'assurer que tous les renseignements requis sont indiqués sur le compteur conformément aux exigences de la norme.

5.14.4 Remarques

  1. Si une marque est non conforme ou absente, le compteur ne doit pas être scellé.
  2. En plus des marques d'identification, les compteurs doivent contenir certains renseignements et marques techniques. La méthode d'évaluation de ces marques est présentée à la section 6 de la norme.

6.0 Procédures d'évaluation des exigences techniques

6.1 Généralités

Ces procédures sont prévues pour vérifier que les compteurs respectent toutes les exigences techniques établies dans la norme.

6.2 Intégrité mécanique

6.2.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.1.1 de la norme. Elle vise à assurer l'intégrité mécanique des compteurs et à garantir que ceux-ci seront exempts de dommages, de défauts et de défectuosités qui pourraient les rendre non conformes aux exigences de la norme.

6.2.2 Généralités

Pour instaurer un certain degré de confiance que le compteur continuera de fonctionner conformément aux exigences, une inspection visuelle est effectuée pour détecter tout dommage ou défaut apparent.

6.2.3 Procédure

Examiner le compteur pour vérifier que :

  1. la composition, la construction et les performances du compteur sont identiques à tous les égards à ce qui est décrit dans l'avis d'approbation;
  2. le compteur est doté des caractéristiques qui permettent l'application du sceau de vérification conformément à l'avis d'approbation;
  3. le compteur est exempt de tout dommage matériel qui pourrait le rendre non conforme aux exigences de la norme relatives à l'utilisation du compteur;
  4. le compteur est exempt de saletés, de débris et d'autres substances étrangères à l'intérieur comme à l'extérieur;
  5. le compteur comporte le nombre approprié de connexions temporaires lorsque des cavaliers sont utilisés pour le configurer. Se reporter à l'avis d'approbation.

6.3 Plaque signalétique et marquage de la plaque signalétique

6.3.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.2 de la norme. Elle vise à garantir que le compteur comportera le nombre requis de plaques signalétiques ainsi que toutes les inscriptions requises sur les plaques.

6.3.2 Généralités

Les marques d'un compteur fournissent une façon rapide d'identifier les caractéristiques techniques et de nature administrative, de s'assurer que le compteur est approprié pour les conditions de service prévues et d'identifier clairement les fonctions métrologiques pour lesquelles le compteur a été approuvé et vérifié.

6.3.3 Procédure

  1. Examiner visuellement le compteur pour vérifier que la plaque signalétique et les marques applicables respectent les exigences de l'article 6.2.1 de la norme.
  2. S'assurer que :
    1. la plaque signalétique est fixée à la base ou au bâti du compteur et qu'elle est visible depuis l'avant du compteur conformément aux articles 6.2.1. 2) et 3) de la norme.
    2. la plaque signalétique auxiliaire (pour les compteurs qui sont dotés d'une plaque signalétique auxiliaire pour contenir tous les renseignements requis) est visible lorsque le compteur est installé.
    3. la plaque signalétique porte le numéro attribué au compteur par le fournisseur.
    4. la plaque signalétique ne peut pas être modifiée, une fois le compteur scellé.
  3. Examiner visuellement le compteur pour s'assurer que toutes les marques sur la plaque signalétique exigées en vertu de l'article 6.2.2 de la norme (applicables à chaque compteur), sont présentes et qu'elles correspondent à l'état opérationnel réel du compteur et à l'avis d'approbation.
  4. Vérifier que toutes les marques exigées en vertu de l'article 6.2.2 de la norme sont présentes et que les marques sont indélébiles, distinctes et visibles depuis l'avant du compteur, une fois le couvercle du compteur en place.
  5. Examiner visuellement le compteur pour s'assurer que toutes les marques exigées (applicables à chaque compteur) en vertu de l'article 6.2.2.3 de la norme sont présentes et correspondent à l'état opérationnel réel du compteur et à l'avis d'approbation.
  6. Vérifier que :
    1. les compteurs monophasés autonomes sans embase portent l'inscription « line/ligne » sur le cache-bornes et les entrées prévues pour les connexions en ligne et que les compteurs monophasés autonomes avec embase portent l'inscription « line/ligne » sur le socle.
    2. la plaque signalétique de tous les compteurs, sauf les compteurs monophasés à embase, porte un schéma complet des connexions internes.
    3. les compteurs munis d'accessoires, comme un cliquet de marche arrière ou des contacts de retransmission, ont les marques indiquant leur présence sur la plaque signalétique ou sur une plaque signalétique auxiliaire de même qu'un schéma de connexion de ces accessoires conformément aux avis d'approbation et aux autres exigences de MC.
    4. la plaque signalétique ou la plaque signalétique auxiliaire des compteurs dotés d'accessoires auxiliaires qui fonctionnent sous une tension nominale différente de celle du compteur porte l'inscription de cette tension nominale.
    5. les compteurs de type monophasé à transformateur portent les mots « transformer type/compteur à transformateur » inscrits en rouge sur la plaque signalétique ou affichés de manière appropriée pour être bien visibles.
    6. tous les compteurs branchés sur transformateur (compteurs conçus pour être utilisés avec des transformateurs de courant et/ou des transformateurs de tension d'une puissance particulière) portent les marques suivantes :
      1. l'inscription « transformer rated/branché sur transformateur »;
      2. la constante de disque du primaire;
      3. la valeur nominale du transformateur de courant, p. ex. 1 000-5A;
      4. la valeur nominale du transformateur de tension, p. ex. 2 400-120 V.
    7. pour les compteurs de puissance appelée équipés d'un registre de puissance électromécanique, la puissance appelée nominale maximale est inscrite sur la plaque signalétique.
    8. l'affichage des compteurs de puissance appelée comprend ce qui suit :
      1. le(s) type(s) de réponse de la puissance mesurée (exponentiel, à périodes d'intégration, à fenêtre mobile, etc.);
      2. durée de la période de réponse des compteurs de puissance appelée de type thermique ou exponentiel;
      3. la durée d'une période d'intégration de la puissance appelée pour les compteurs de puissance appelée de type à périodes d'intégration;
      4. la durée de toute sous-période d'intégration utilisée pour le mesurage de puissance appelée à fenêtre mobile.
      5. les compteurs comportant une compensation interne des pertes en ligne ou dans le transformateur portent l'expression « LOSS COMPENSATED/COMPENSATION DES PERTES » en lettres rouges indélébiles ou écrites de façon bien visible sur la plaque signalétique.
    9. la plaque signalétique des compteurs approuvés et capables de déterminer automatiquement la configuration du service porte l'inscription « auto service detect/détection automatique du service ».
    10. les compteurs équipés de générateurs d'impulsions portent sur la plaque signalétique les renseignements suivants inscrits de manière claire :
      1. le type ou la forme, le nombre de contacts (2 ou 3 fils);
      2. la valeur des impulsions pour chaque sortie d'impulsions;
      3. un schéma de connexion ou des indications semblables des bornes ou des fils pour que chaque borne de sortie d'un générateur d'impulsions soit clairement marquée pour la connexion à un compteur récepteur d'impulsions.
  7. Lorsque l'utilisation d'un wattheuremètre à induction avec des transformateurs déphaseurs approuvés est prévue pour mesurer les varheures ou les Q-heures, s'assurer que le compteur comporte les marques suivantes (conformément à l'article 6.5.5 de la norme) :
    1. indication des unités à mesurer;
    2. indication que des transformateurs déphaseurs externes sont nécessaires.
  8. Lorsqu'un wattheuremètre à induction doit être interconnecté afin de mesurer des Q-heures, s'assurer que le compteur affiche les marques suivantes (conformément à l'article 6.5.5 de la norme) :
    1. indication des unités à mesurer;
    2. indication qu'il a été interconnecté.

6.3.4 Remarques

Tout compteur qui ne comporte pas les inscriptions requises n'est pas conforme aux prescriptions de la norme.

6.4 Registres mécaniques et affichages électroniques

6.4.1 Indication des unités de mesure

6.4.1.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.1.1 de la norme. Elle sert à vérifier que, lorsqu'un compteur fournit des unités de mesure légales approuvées, ces unités sont indiquées.

6.4.1.2 Généralités

Lorsque des unités de mesure légales sont enregistrées et affichées par un compteur et qu'elles sont approuvées pour être utilisées aux fins de la facturation, elles doivent être indiquées pour permettre de s'assurer que la valeur enregistrée correspond bien à l'unité de mesure convenue.

6.4.1.3 Procédure
  1. Examiner chaque grandeur de mesure affichée pour s'assurer que cette grandeur correspond à l'unité de mesure appropriée. Ces unités peuvent être représentées par leurs abréviations standard, p. ex. kWh pour kilowattheure, VA pour voltampère.
  2. Lorsque le compteur est équipé d'un affichage électronique qui utilise un identificateur codé pour définir les grandeurs de mesure, examiner chaque grandeur de mesure affichée pour vérifier que les identificateurs chiffrés correspondent au tableau des codes des unités de mesure associées qui se trouvent dans la mémoire du compteur. (Le tableau des codes doit être affiché par le compteur ou figurer sur la plaque signalétique du compteur, ou encore être placé en tout autre endroit facilement visible du compteur qui porte le sceau.)
  3. Dans le cas des compteurs à plusieurs registres capables d'afficher des grandeurs multiples, examiner chaque grandeur de mesure affichée pour vérifier qu'elle est accompagnée d'un identificateur qui permet de distinguer les différentes grandeurs mesurées et que chaque grandeur est définie par l'unité de mesure appropriée.

6.4.2 Multiplicateurs d'échelle

6.4.2.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.2 de la norme. Elle sert à vérifier que les compteurs qui affichent ou fournissent des relevés avec des unités de mesure légales approuvées (dont les valeurs doivent être multipliées pour obtenir la valeur vraie) comportent l'inscription de la valeur du ou des multiplicateurs.

6.4.2.2 Généralités

Certains compteurs affichent ou fournissent des relevés avec des unités de mesure qui ne représentent qu'une fraction de la valeur vraie de la grandeur enregistrée. Lorsque c'est le cas, le compteur doit comporter l'inscription de la valeur appropriée du ou des multiplicateurs requis pour obtenir la valeur vraie de la grandeur à utiliser pour la facturation.

6.4.2.3 Procédure
  1. Lorsque le multiplicateur d'échelle est différent de l'unité (1), vérifier le compteur conformément à la procédure suivante pour établir s'il comporte la marque du multiplicateur approprié.
  2. En ce qui concerne les compteurs d'énergie électromécaniques, s'assurer que le multiplicateur d'échelle est marqué de manière indélébile et bien en vue, de préférence en rouge, sur la platine du registre ou de l'échelle.
  3. Dans le cas des compteurs de puissance appelée ou des compteurs combinés d'énergie et de puissance appelée électromécaniques, le multiplicateur d'échelle doit être inscrit de façon indélébile et bien en vue, de préférence en rouge, sur le registre ou la plaque signalétique.
  4. Lorsqu'un compteur électromécanique comporte différents multiplicateurs pour différentes grandeurs de mesure, s'assurer que le multiplicateur applicable pour chaque registre et/ou échelle est inscrit à proximité des marquages des unités d'énergie et de puissance appelée, de manière à identifier facilement le multiplicateur de la grandeur associée.
  5. Dans le cas des compteurs électroniques, s'assurer que le multiplicateur d'échelle figure clairement sur la plaque signalétique ou l'afficheur électronique du compteur.

6.4.3 Marquage des registres mécaniques et rapport de registre

6.4.3.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie aux articles 6.3.3 et 6.3.4 de la norme. Elle sert à vérifier que les registres mécaniques d'un compteur ne comportent que les marquages correspondant aux renseignements nécessaires pour identifier les valeurs et les grandeurs enregistrées.

6.4.3.2 Généralités

Seuls certains renseignements peuvent être inscrits sur un registre mécanique pour identifier avec clarté et concision les valeurs et les grandeurs enregistrées par le registre et indiquer sa marque de commerce.

6.4.3.3 Procédure
  1. Examiner tous les compteurs ayant des registres mécaniques pour s'assurer :
    1. qu'il n'y a aucune autre inscription sur la platine du registre sauf le nom du fabricant, la marque de commerce, l'indicateur du sens de rotation, le rapport de registre, l'index-repère de rotation, le multiplicateur ou les marques ayant trait à l'indication du registre;
    2. que lorsque la platine du registre et la plaque signalétique forment un tout, aucun marquage ne gêne la lecture du registre;
    3. que la valeur d'une indication complète ou des divisions n'est pas indiquée au-dessus ou en dessous d'un cadran ou d'un rouleau individuel.
  2. Examiner tous les compteurs à induction pour vérifier si le rapport de registre est marqué sur le registre de manière indélébile et est lisible lorsque le registre est installé à l'intérieur du compteur.
  3. S'assurer que le registre est le registre qui convient au compteur en consultant l'avis d'approbation pour déterminer le rapport de registre associé à la valeur Kh et au multiplicateur d'échelle.
6.4.3.4 Exemples
  1. RR = 13 89, Kh = 7,2, Mult. = 1
  2. RR = 138 89, Kh = 7,2, Mult. = 10

6.4.4 Registres de puissance appelée

6.4.4.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.5 de la norme.

6.4.4.2 Procédure

Examiner les compteurs dotés de registres mécaniques de puissance appelée pour vérifier que l'aiguille d'entraînement est d'une couleur différente de celle de l'aiguille entraînée.

6.4.5 Affichages électroniques

6.4.5.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.6 de la norme. Elle sert à vérifier que les affichages électroniques d'un compteur fournissent les renseignements nécessaires pour assurer l'identification des valeurs et grandeurs enregistrées.

6.4.5.2 Procédure
  1. Activer la fonction de contrôle des segments de l'affichage et vérifier que tous les segments sont allumés.
  2. Lorsqu'un compteur de puissance appelée affiche les marques de sa plaque signalétique sur un afficheur électronique conformément à l'article 6.2.2.3 g) de la norme (y compris le type de réponse de la puissance appelée, la période de réponse ou la sous-période d'intégration de la puissance appelée par fenêtre mobile), s'assurer que ces renseignements sont adéquatement affichés plutôt qu'inscrits sur la plaque signalétique.
6.4.5.3 Remarques

Si des segments manquent pendant l'exécution de l'étape 1 ci-dessus, le compteur n'est pas conforme aux exigences de la norme.

6.4.6 Remise à zéro des registres

6.4.6.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.7 de la norme. Elle sert à vérifier que les valeurs sont stockées de manière sûre et qu'elles ne sont pas remises à zéro ou remplacées par d'autres valeurs. Elle a également pour but de permettre de vérifier le bon fonctionnement du dispositif de remise à zéro.

6.4.6.2 Généralités

Certains compteurs peuvent faire appel à un dispositif de remise à zéro pour remettre à zéro des valeurs accumulées; si c'est le cas, le compteur doit transférer la valeur cumulative enregistrée dans le registre de remise à zéro à un autre registre pour stockage. Sinon, les registres qui accumulent des valeurs ne peuvent pas être remis à zéro. Les compteurs de puissance appelée peuvent être dotés de registres aptes à être remis à zéro, mais la remise à zéro ne doit pas avoir d'incidence sur les registres d'énergie ni nuire au fonctionnement normal du compteur en tout autre temps.

6.4.6.3 Procédure
  1. Examiner le dispositif de remise à zéro pour vérifier qu'il n'est pas possible de faire la réinitialisation (remise à zéro ou à une autre valeur) ou de modifier les registres d'énergie lorsque le compteur est scellé.
  2. Lorsqu'il est possible de faire une remise à zéro ou de modifier les registres d'énergie, s'assurer que les valeurs stockées dans le registre avant la remise à zéro sont transférées à une autre mémoire scellée ou à un autre registre et qu'il est possible de les récupérer en tout temps.
  3. Vérifier le dispositif de remise à zéro de la puissance de crête pour s'assurer :
    1. que, dans le cas des compteurs électromécaniques, le dispositif de remise à zéro n'entre pas en contact ni n'interfère avec les aiguilles de puissance ou les registres de puissance sur toute l'échelle de puissance lorsqu'il est au repos;
    2. qu'il remet à zéro ou qu'il est capable de remettre à zéro l'indicateur de maximum dans des conditions de charge nulle ou à la position équivalente de la puissance du moment dans des conditions de charge;
    3. que, lorsqu'il est activé, les valeurs enregistrées dans le registre de puissance de crête avant la remise à zéro sont ajoutées progressivement à tout registre de puissance cumulative associé.
6.4.6.4 Remarques

La vérification des exigences susmentionnées visant les registres peut être effectuée en même temps que l'essai de puissance appelée du compteur. Un compteur qui ne respecte pas toutes les exigences applicables du présent article sera rejeté.

6.5 Essai du registre d'énergie mécanique

6.5.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.3.2 2) de la norme et vise à vérifier l'assemblage, l'entraînement et le fonctionnement du registre mécanique d'un compteur.

6.5.2 Généralités

L'essai en cause consiste à appliquer une charge au compteur pendant une période d'essai prolongée et à comparer le nombre de révolutions du disque avec l'énergie accumulée enregistrée par le registre. Cet essai peut être combiné à l'essai d'enregistrement comparatif prescrit à l'article 7.3.2.2 de la norme.

6.5.3 Procédure

  1. Configurer le compteur pour les essais suivant la procédure d'essai d'enregistrement comparatif présentée à l'article 7.3.2.2 du présent document.
  2. Configurer le compte-tours du disque de la console d'essai suivant les instructions figurant dans les documents d'accompagnement de la console d'essai.
  3. Déterminer le nombre de révolutions du disque requises pour que le cadran d'essai ou le cadran du chiffre le moins significatif du compteur fasse un tour complet, à l'aide de la constante du disque Kh et du multiplicateur d'échelle.
  4. Consigner les positions de l'aiguille du registre du compteur.
  5. Exécuter l'essai du compteur en comptant le nombre de révolutions du disque. Terminer l'essai une fois que le nombre de révolutions du disque calculé ci-dessus est exécuté.
  6. Observer où se trouvent les aiguilles du registre à la fin de l'essai.
  7. Comparer la position du cadran d'essai (ou l'aiguille du chiffre le moins significatif) pour s'assurer qu'il a exécuté une rotation complète. L'aiguille suivante doit avoir avancé d'une division complète.

6.6 Rétention des données

6.6.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.4 de la norme. Elle sert à vérifier que toutes les valeurs enregistrées et les données métrologiques significatives sont retenues en cas de rupture d'alimentation. Cette exigence s'applique à tous les compteurs qui font appel à une mémoire électronique pour la programmation ou pour la rétention des données enregistrées.

6.6.2 Généralités

Les compteurs doivent avoir la capacité de retenir des données métrologiques significatives et les valeurs enregistrées dans des conditions de fonctionnement normales, ainsi que pendant des ruptures d'alimentation.

6.6.3 Procédure

  1. Consigner ou imprimer les fonctions programmées et la configuration du compteur.
  2. Enregistrer les indications de chaque registre d'énergie et de puissance appelée à la fin de tout essai de vérification, lorsque tous les registres ont une valeur supérieure à zéro.
  3. Si le compteur est doté d'un registre des ruptures d'alimentation, consigner le nombre de ruptures d'alimentation affiché.
  4. Mettre hors tension toutes les entrées de tension du compteur pour une période d'au moins une minute ou toute autre période approuvée par MC.
  5. Après la remise sous tension (en tenant compte de la période de démarrage nécessaire au compteur), examiner la programmation et la configuration pour vérifier s'il y a des changements. Lorsque le compteur est approuvé avec une fonction de report chronologique, examiner toutes les données chronologiques.
  6. Comparer les indications du registre de puissance appelée et du registre d'énergie du compteur avec toutes les données déjà enregistrées dans ces deux registres.
  7. Si le compteur est doté d'un registre des ruptures d'alimentation, s'assurer que le nombre de ruptures d'alimentation enregistrées dans le registre s'est accru de 1.

6.6.4 Remarques

Le compteur est considéré comme ayant respecté les exigences de rétention des données s'il a correctement conservé tous les renseignements relatifs au programme ou à la configuration du compteur, les accumulations des données courantes pour tous les registres d'énergie et toutes les indications de puissance de crête.

6.7 Pile de protection de la mémoire

6.7.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.4.2 de la norme. Elle sert à vérifier que, lorsque le compteur est doté d'une pile de protection de la mémoire en cas de rupture d'alimentation, l'état de la pile permet au compteur de respecter les exigences relatives à la rétention des données prescrites à l'article 6.4.1 de la norme.

6.7.2 Généralités

Les compteurs doivent pouvoir retenir les données métrologiques significatives et les valeurs enregistrées dans des conditions de fonctionnement normales, ainsi que pendant les ruptures d'alimentation. L'état de la pile peut être évalué lors de la vérification du compteur de plusieurs façons. Il est conseillé de suivre la procédure recommandée par le fabricant du compteur.

6.7.3 Procédure

  1. Pour les compteurs munis d'un indicateur d'état de pile, vérifier si celui-ci indique que la pile est en bon état.
  2. Mesurer la tension de la pile, à condition que cette mesure donne une indication valable de l'état de la pile.
  3. Comparer la tension mesurée avec ce qu'elle devrait être d'après les spécifications de la pile. La tension devrait correspondre à au moins 95 % de la tension nominale.
  4. Évaluer la pile en fonction de la durée de vie prévue de la pile, spécifiée par le fabricant.
  5. S'assurer que la durée de vie restante de la pile est suffisante pour la période de scellage du compteur.

6.8 Essai de correspondance des circuits

6.8.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.5.1 de la norme. Elle sert à vérifier que chaque circuit de tension et chaque circuit de courant d'un compteur à éléments multiples sont connectés de façon appropriée à l'intérieur du compteur.

6.8.2 Généralités

Pour qu'un service polyphasé soit mesuré correctement, il faut un compteur d'électricité à éléments multiples. Le compteur à éléments multiples fait appel à plusieurs circuits de mesure de tension et de courant. Pour que le compteur mesure correctement l'énergie ou la puissance appelée d'un service polyphasé, chaque circuit de tension doit mesurer la tension associée à un circuit de courant donné et vice versa. L'essai de correspondance des circuits consiste à appliquer la tension à un circuit de tension particulier du compteur et à appliquer en même temps le courant à tout circuit de courant qui ne correspond pas au circuit de tension.

6.8.3 Procédure

6.8.3.1 Généralités

Effectuer l'essai en appliquant la tension nominale du compteur. Appliquer un courant qui correspond à au moins 25 % du courant nominal du compteur sans toutefois lui être supérieur.

6.8.3.2 Compteurs électromécaniques d'énergie et d'intégration de puissance appelée

Nota : Le présent essai devrait être combiné à l'essai de correspondance des bobines de puissance lorsque c'est possible.

  1. Configurer et connecter le compteur pour effectuer un essai de vérification normal d'un seul élément (tous les circuits de tension du compteur et un seul circuit de courant du compteur doivent être mis sous tension).
  2. Mettre sous tension le compteur et s'assurer que le disque tourne.
  3. Mettre la console d'essai hors tension et connecter l'entrée de tension à un seul circuit de tension du compteur.
  4. Déconnecter l'entrée de courant du circuit de courant du compteur à l'essai. Connecter l'entrée de courant aux autres circuits de courant du compteur (ceux qui ne sont pas associés au circuit de tension à l'essai).
  5. Mettre le compteur sous tension et vérifier si le disque tourne.
  6. Répéter les étapes 3 à 5 pour chaque circuit de tension restant du compteur.
  7. S'il se produit un enregistrement ou si le disque tourne à l'étape 5, le compteur n'est pas conforme aux exigences de la norme.
6.8.3.3 Compteurs de puissance appelée de type thermique (non à redresseur)
  1. Configurer et connecter le compteur pour effectuer un essai de vérification du courant d'un seul élément (tous les circuits de tension et un seul circuit de courant du compteur doivent être mis sous tension).
  2. Mettre sous tension le compteur et s'assurer que l'aiguille de la puissance appelée dévie vers le haut de l'échelle.
  3. Mettre la console d'essai hors tension et connecter l'entrée de tension à un seul circuit de tension du compteur.
  4. Déconnecter l'entrée de courant du circuit de courant à l'essai. Connecter l'entrée de courant aux autres circuits de courant du compteur (ceux qui ne sont pas associés au circuit de tension à l'essai).
  5. Mettre le compteur sous tension et observer si l'aiguille de puissance appelée dévie vers le haut ou vers le bas de l'échelle.
  6. Répéter les étapes 3 à 5 pour chaque circuit de tension restant.
  7. Si l'aiguille de puissance appelée dévie de manière notable vers le haut de l'échelle pendant l'exécution de l'étape 5, le compteur n'est pas conforme aux exigences prescrites. Si l'aiguille de puissance dévie de manière notable vers le bas de l'échelle pendant l'étape 5, le compteur est conforme aux exigences prescrites.
6.8.3.4 Compteurs électroniques avec afficheur du registre à haute résolution
  1. Configurer et connecter le compteur pour effectuer un essai de vérification d'un seul élément; connecter seulement le circuit de tension qui alimente les circuits électroniques du compteur et seulement le circuit de courant associé au circuit de tension en question.
  2. Mettre le compteur sous tension et s'assurer qu'il enregistre. S'il n'y a pas d'enregistrement, le compteur n'est pas conforme.
  3. Mettre la console d'essai hors tension et connecter l'entrée de tension à un seul circuit de tension du compteur.
  4. Déconnecter l'entrée de courant du circuit de courant à l'essai. Connecter l'entrée de courant aux autres circuits de courant du compteur (ceux qui ne sont pas associés au circuit de tension à l'essai).
  5. Mettre le compteur sous tension et observer s'il enregistre. Mettre la console d'essai hors tension. Il n'y a aucun autre essai nécessaire pour un compteur à deux éléments ou à deux éléments et demi.
  6. Pour un compteur à trois éléments, connecter deux circuits de tension et seulement le circuit de courant associé au circuit de tension qui n'est pas sous tension.
  7. Mettre le compteur sous tension et observer s'il enregistre. Mettre la console d'essai hors tension.
  8. Répéter les étapes 6 et 7 tout en interchangeant le circuit de tension qui n'est pas sous tension avec un autre circuit de tension, déconnecter le circuit de courant qui était connecté et connecter le circuit de courant associé au circuit de tension qui n'est pas sous tension.
  9. S'il se produit un enregistrement au cours des étapes 5 ou 7, le compteur n'est pas conforme aux prescriptions.
6.8.3.5 Remarque

Pour toute autre combinaison de circuits n'ayant pas été mis à l'essai, la correspondance des bobines se vérifiera par voie d'élimination au moyen des essais effectués et des résultats obtenus lors des essais métrologiques des éléments individuels.

6.9 Générateurs d'impulsions

6.9.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.5.2 de la norme. Elle sert à vérifier que les générateurs d'impulsions d'un compteur sont conformes aux exigences de performance prescrites par la norme et à la configuration et au marquage figurant sur le compteur.

6.9.2 Généralités

  1. Tous les générateurs d'impulsions approuvés représentant des unités de mesure légales en vertu de la Loi doivent être vérifiés. La vérification des générateurs d'impulsions peut exiger des essais complets de vérification de la précision en fonction des tolérances admises ou des essais de fonctionnalité générale pour confirmer le bon fonctionnement et les valeurs des impulsions. La précision des générateurs d'impulsions qui sont utilisés comme le moyen principal d'établir la puissance appelée en fonction du temps doit être vérifiée selon une tolérance de ±1,0 % et une résolution de 0,1 %. Les générateurs d'impulsions faisant partie d'un système de télémesure pour transmettre de l'information de mesure de l'électricité d'un compteur source à un emplacement éloigné ne sont pas assujettis à la vérification et au scellage s'ils ne font que reproduire les unités de mesure légales établies et enregistrées dans le compteur source (voir le bulletin GEN 33, Autorisation conditionnelle de mise en service d'appareils et de systèmes de télémesure de l'électricité et du gaz, sans vérification ni scellage).
  2. Le degré d'essai exigé pour vérifier le générateur d'impulsions se définit comme suit :
    1. Tout générateur d'impulsions qui représente une fonction métrologique qui n'est pas vérifiée par d'autres moyens, comme l'essai de précision du registre des fonctions, doit être vérifié à tous les points d'essai applicables du compteur d'énergie en utilisant les tolérances applicables aux fonctions d'énergie, conformément aux directives de la section 7 (Exigences métrologiques) de la norme. Par exemple, dans le cas d'un compteur ayant une sortie d'impulsions en VAh sans être muni d'un registre en VAh, il faut faire l'essai du générateur d'impulsions à tous les points d'essai applicables. L'essai des générateurs d'impulsions peut être effectué en suivant la procédure ci-dessous, selon une résolution de 0,1 %.
    2. Lorsque l'avis d'approbation indique qu'un compteur comporte des générateurs d'impulsions qui produisent des impulsions de sources indépendantes des circuits qui assurent l'enregistrement pour la même fonction d'énergie, les générateurs d'impulsions doivent être vérifiés au moyen d'un essai de vérification complet de la précision.

6.9.3 Procédure

Pour vérifier les générateurs d'impulsions, procéder comme suit :

Nota : Cet essai peut être exécuté pendant l'essai au cadran ou l'essai de puissance appelée, selon le cas, pour plus d'efficacité.

  1. Connecter le compteur d'impulsions aux bornes KY ou KYZ du compteur, selon le cas.
  2. S'assurer que les sorties d'impulsions du compteur fonctionnent et sont validées avant de commencer les essais. Remettre le registre d'énergie du compteur à zéro.
  3. Tout en utilisant la constante d'impulsions (KT) du compteur, calculer la quantité minimale d'énergie nécessaire pour produire le nombre voulu d'impulsions pour obtenir la résolution requise (au moins 1 000 impulsions).
  4. Commencer l'essai d'impulsions en appliquant la tension nominale et en augmentant graduellement le courant jusqu'à l'intensité nécessaire pour exécuter l'essai sans toutefois dépasser le courant nominal maximal du compteur.
  5. Pendant le déroulement de cet essai, effectuer un essai de vérification pour déterminer l'erreur du compteur à la tension et au courant qui ont été appliqués.
  6. Au terme de l'essai (au moins 1 000 impulsions), consigner le nombre d'impulsions obtenu. Consigner l'énergie mesurée et affichée par le compteur.
  7. Calculer l'énergie représentée par le nombre d'impulsions produites par le compteur. Multiplier le nombre d'impulsions par la constante d'impulsions du compteur (KT).
  8. Soustraire le résultat consigné à l'étape 6 de celui obtenu à l'étape 7, puis diviser ce résultat par celui de l'étape 7 et multiplier par 100 [(R − T) ÷ T × 100 %]. Le produit est l'erreur (%) du générateur d'impulsions par rapport à l'erreur du compteur (%).
  9. Soustraire l'erreur du compteur obtenue à l'étape 5 du résultat de l'étape 8. Le résultat est l'erreur vraie des générateurs d'impulsions exprimée en pourcentage.

6.10 Enregistreurs d'impulsions

6.10.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.5.3 de la norme. Elle sert à vérifier que les enregistreurs d'impulsions sont conformes aux exigences de performance de la norme.

6.10.2 Généralités

Il faut vérifier tous les enregistreurs d'impulsions approuvés pour s'assurer que les canaux d'entrée qui enregistrent des impulsions correspondant à des unités de mesure légales en vertu de la Loi le font avec exactitude. La vérification des enregistreurs exige que les essais confirment que chaque canal d'entrée approuvé enregistre avec exactitude un minimum de 100 impulsions ou à une résolution de ± 2 impulsions. Les appareils destinés à déterminer la puissance appelée doivent faire l'objet de la vérification des périodes d'intégration de la puissance appelée selon l'article 6.6.5 de la norme. Les enregistreurs d'impulsions qui convertissent les impulsions en valeurs d'énergie sont assujettis aux exigences visant les compteurs à registres multiples (article 6.6.2 de la norme).

6.10.3 Procédure

  1. Connecter un générateur d'impulsions à tous les canaux d'entrée d'impulsions du compteur selon les besoins.
  2. Régler le taux d'impulsions du générateur à une valeur inférieure à la capacité maximale nominale de l'enregistreur.
  3. S'assurer que l'enregistreur est initialisé et que chaque canal est validé et opérationnel avant de procéder aux essais.
  4. Mettre le générateur d'impulsions en marche à un taux d'impulsions déterminé et injecter un minimum de 100 impulsions dans chaque canal d'entrée.
  5. À la fin de l'essai, consigner le nombre réel d'impulsions enregistrées par chaque canal et le comparer avec le nombre d'impulsions générées. Les nombres doivent être égaux à ± 2 impulsions près.
  6. Dans le cas des enregistreurs destinés à déterminer des unités de mesure légales de puissance appelée, la période d'intégration de la puissance appelée doit être vérifiée conformément aux exigences de l'article 6.6.5 de la norme.
  7. Les enregistreurs d'impulsions qui convertissent les impulsions en valeurs d'énergie doivent être vérifiés conformément aux exigences visant les compteurs à registres multiples (article 6.6.2 de la norme).

6.11 Fonctionnement à débit inverse

6.11.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.5.3 de la norme. Elle sert à vérifier que les compteurs destinés à mesurer l'énergie dans les deux sens respectent les exigences de la norme.

6.11.2 Généralités

Les compteurs conçus pour mesurer l'énergie à débit inverse doivent fonctionner de manière à indiquer le sens du débit d'énergie. Les compteurs munis de sorties d'impulsions doivent être dotés de cliquets adéquats qui empêchent la production d'impulsions de sortie à partir de l'énergie globale mesurée dans les deux sens.

6.11.3 Procédure

6.11.3.1

Examiner les compteurs conçus pour un débit d'énergie bidirectionnel ou inverse pour vérifier si l'indicateur indique correctement le sens du débit.

  1. Injecter le courant d'entrée dans le compteur de la manière habituelle pour que le compteur mesure le courant dans le sens normal du débit. Consigner le sens du débit indiqué.
  2. Mettre la console d'essai hors tension et inverser la polarité des connexions de courant du compteur de manière à inverser le courant qui arrive au compteur.
  3. Mettre la console d'essai sous tension et consigner le sens du courant indiqué.
  4. Tout compteur dont l'indicateur de sens du débit n'indique pas correctement le sens du débit n'est pas conforme aux exigences.

6.11.3.2

Examiner les compteurs dotés de générateurs d'impulsions pour vérifier que les cliquets empêchent la production d'impulsions de sortie lorsque le compteur est soumis à une charge en sens inverse.

  1. Cet essai devrait être effectué après les essais de vérification de chaque générateur d'impulsions.
  2. Mettre la console d'essai hors tension et inverser la polarité des connexions de courant du compteur de manière à inverser le débit du courant. Remettre à zéro les compteurs d'impulsions.
  3. Mettre la console d 'essai sous tension, s'assurer que l'indicateur du sens du débit est inversé et poursuivre l'essai pendant la période de temps nécessaire à la production d'impulsions multiples si le compteur fonctionnait dans le bon sens.
  4. Répéter les étapes 2 et 3 pour tous les générateurs d'impulsions, selon le besoin.
  5. Si des impulsions sont produites pendant l'exécution de l'étape 3, le compteur n'est pas conforme aux exigences.

6.11.3.3

En ce qui concerne les compteurs munis de registres à cliquet, examiner chaque registre pour s'assurer qu'il n'y a aucune variation des indications des registres si le compteur est connecté à une charge en sens inverse.

  1. Cet essai devrait être effectué après les essais de vérification de chaque générateur d'impulsions.
  2. Consigner les indications des registres ou régler les registres à zéro.
  3. Inverser la polarité des connexions de courant du compteur de sorte que le débit du courant d'entrée soit inversé.
  4. Mettre sous tension la console d'essai, s'assurer que le débit du courant est inversé et poursuivre l'essai pendant une période de temps qui permettrait l'affichage d'une certaine quantité d'énergie si le compteur fonctionnait dans le bon sens.
  5. Répéter les étapes 2 à 4 pour tous les registres à cliquet.
  6. Si les indications d'un ou de plusieurs registres varient pendant l'exécution de l'étape 4, le compteur n'est pas conforme aux exigences prescrites.

6.11.4 Remarques

Sur certains compteurs mécaniques, il se produit un jeu avant l'enclenchement du cliquet. La légère rotation inversée du disque peut faire en sorte que le générateur d'impulsions produise une seule impulsion. Le générateur d'impulsions est considéré acceptable lorsque aucune autre impulsion n'est enregistrée, une fois que le cliquet est enclenché.

6.12 Vérification des fonctions de mesure avancées

6.12.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.6 de la norme. Elle sert à garantir que les compteurs dotés de fonctions avancées seront inspectés de manière à confirmer l'exécution adéquate de la fonction.

6.12.2 Généralités

Les fonctions de mesure avancées sont des caractéristiques des compteurs électroniques qui traitent des données mesurées pour fournir des renseignements additionnels qui peuvent être utilisés pour établir un prix de l'électricité. Il peut y avoir un certain nombre de facteurs utilisés dans les fonctions de mesure avancées qui sont programmables ou fixes à l'intérieur du micrologiciel du compteur. Les fonctions avancées sont évaluées au moment de l'approbation du compteur et n'exigent pas d'essai dynamique complet au moment de la vérification. La vérification de ces fonctions s'effectue habituellement par un examen approfondi du fichier de configuration du compteur ou par l'interrogation de l'affichage du compteur. La vérification de ces fonctions avancées permet de s'assurer que la programmation du compteur est conforme aux marques inscrites sur la plaque signalétique et aux valeurs des grandeurs métrologiques indiquées. Il importe que le vérificateur effectuant la vérification de compteurs dotés de ces fonctions avancées détermine que chacune des fonctions avancées programmées dans le compteur s'exécute avec précision.

6.12.3 Procédures

6.12.3.1 Généralités

Nota : Certaines fonctions avancées du compteur peuvent être vérifiées au moyen d'une procédure normalisée faisant appel à une ou plusieurs des méthodes suivantes :

  1. Examiner le programme du compteur en suivant la documentation du fabricant et les procédures d'exploitation, pour vérifier la grandeur ou la fonction à l'examen. L'examen peut exiger l'utilisation d'un logiciel ou de boutons-poussoirs. Lorsque la grandeur ou la fonction à l'examen est programmée dans l'une des séquences d'affichage du compteur, consigner la valeur ou le réglage.
  2. Effectuer un essai de vérification dynamique du type et de la durée convenant au degré de précision nécessaire.
  3. Effectuer l'essai ou l'évaluation du compteur à l'aide d'autres moyens approuvés par MC que le vérificateur du compteur a jugés comme étant adéquats pour évaluer la grandeur ou la fonction à l'examen.
6.12.3.2 Programmation du compteur

6.12.3.2.1

Les étapes suivantes ne sont pas nécessaires lors d'une revérification si le compteur n'a pas été reprogrammé et si le sceau du compteur n'a pas été brisé ni endommagé.

6.12.3.2.2

Examiner le compteur pour s'assurer qu'il a été programmé ou configuré comme demandé par le propriétaire du compteur, que les fonctions et les valeurs programmées correspondent aux renseignements inscrits sur la plaque signalétique du compteur et que ce dernier, dans sa configuration finale programmée, respecte les exigences figurant sur l'avis d'approbation pertinent. Cet examen doit avoir lieu à la fin du processus de vérification puisque certaines fonctions ou valeurs programmables peuvent avoir été changées pendant la vérification pour accélérer le processus.

Procédure :

  1. Vérifier que la configuration du compteur affichée correspond à la configuration inscrite sur la plaque signalétique.
  2. S'assurer que toutes les fonctions de facturation désirées par la compagnie d'électricité ou le fabricant sont présentes.
  3. S'assurer que chaque élément affiché est relié à un afficheur ou à un code qui détermine quelle grandeur ou fonction l'élément représente.
6.12.3.3 Fonctions des compteurs à registres multiples
  1. Vérifier les fonctions des compteurs à registres multiples selon une des méthodes décrites à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  2. Lorsque la vérification des fonctions de compteur à registres multiples est effectuée par inspection dynamique, appliquer une charge au compteur de façon à faire fonctionner chaque registre applicable. Vérifier visuellement que le compteur fonctionne bien et s'assurer que l'accumulation de l'énergie est appliquée à chaque registre.
6.12.3.4 Compteurs à prépaiement
  1. Vérifier la fonction de prépaiement du compteur selon une des méthodes décrites à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  2. Lorsque la vérification de la fonction de prépaiement est effectuée par inspection dynamique, appliquer une charge au compteur en faisant fonctionner le mécanisme de prépaiement applicable. Vérifier visuellement que le compteur fonctionne bien et vérifier l'accumulation exacte de l'énergie en fonction du paiement applicable.
6.12.3.5 Multiplicateur
  1. Vérifier le multiplicateur d'échelle du compteur selon une des méthodes décrites à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  2. Lorsque la vérification du multiplicateur est effectuée par inspection dynamique, elle peut être effectuée pendant un essai de puissance appelée et un essai d'accumulation d'énergie; vérifier que l'enregistrement de l'énergie par le compteur à la fin de la période d'essai est exact sous réserve d'une tolérance de ± 1,0 %.
6.12.3.6 Période d'intégration de la puissance appelée
  1. Vérifier la période d'intégration de la puissance appelée en utilisant une des méthodes présentées à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  2. Lorsque la vérification de la période de puissance appelée est effectuée par inspection dynamique, elle peut être réalisée en chronométrant la période (et les sous-périodes) pendant l'essai de puissance appelée prescrit à l'article 7.3.3.2.2.2 des présentes procédures.
  3. Dans le cas des compteurs faisant appel à plusieurs périodes d'intégration de la puissance appelée pour différentes grandeurs de puissance appelée ou des canaux multiples d'entrée de la puissance appelée (p. ex. pour la mémoire de masse), chaque période d'intégration doit être évaluée selon une des méthodes de l'article 6.12.3.1 (Généralités).
6.12.3.7 Type de puissance appelée
  1. Le type de puissance désigne la méthode de calcul programmée dans le compteur pour mesurer la puissance appelée. Les types de puissance appelée comprennent la puissance intégrée (à périodes d'intégration/à fenêtre mobile) ou la puissance appelée exponentielle.
  2. Vérifier le type de puissance appelée en utilisant l'une des méthodes présentées à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  3. Lorsque la vérification du type de puissance appelée s'effectue par inspection dynamique, l'examen peut consister à contrôler le rythme d'accumulation de la puissance pendant l'essai de puissance appelée prescrit à l'article 7.3.3.2.2 des présentes procédures.
6.12.3.8 Constantes d'impulsions
  1. Examiner les constantes (KT) d'impulsions pour chaque groupe de sorties d'impulsions (p. ex. KYZ) du compteur pour assurer l'exactitude de la valeur programmée.
  2. Lorsqu'un seul paramètre programmé détermine la constante d'impulsions pour toutes les sorties d'impulsions, un seul essai de vérification suffit.
  3. Vérifier la constante d'impulsions en utilisant l'une des méthodes présentées à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  4. Lorsque la vérification des sorties d'impulsions s'effectue par inspection dynamique, elle peut se faire pendant l'essai de vérification prescrit à l'article 6.9 des présentes procédures.
6.12.3.9 Cliquet de sortie d'impulsions
  1. Examiner le cliquet de chaque sortie d'impulsions des compteurs équipés de plus d'une sortie d'impulsions dont les cliquets sont programmables séparément.
  2. Lorsqu'un seul paramètre programmé détermine le cliquet pour l'ensemble des sorties d'impulsions, un seul essai de vérification suffit.
  3. Vérifier le cliquet d'impulsions à l'aide d'une des méthodes présentées à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  4. Lorsqu'on choisit de vérifier le cliquet de sortie d'impulsions au moyen de la méthode 3 de l'article 6.12.3.1, suivre la procédure présentée à l'article 6.11.3.2.
6.12.3.10 Compensation des pertes
  1. Examiner les compteurs munis d'une fonction de compensation des pertes pour vérifier si le ou les facteurs de compensation des pertes programmés sont appliqués correctement.
  2. Vérifier l'application des facteurs de compensation des pertes à l'aide d'une des méthodes présentées à l'article 6.12.3.1 (Généralités).
  3. Lorsque la vérification de la compensation des pertes est effectuée par inspection dynamique, on peut effectuer cet examen en appliquant la charge correspondant aux conditions de base du facteur de compensation applicable (p. ex. 1,8 % de compensation à des conditions de base de 120 volts, 5 ampères, cos phi 100 %). Effectuer l'essai de précision métrologique standard nécessaire pour tout registre auquel on a appliqué des facteurs de compensation des pertes. La durée de cet essai doit être suffisante pour déterminer la valeur du facteur à une résolution de 0,1 %.
  4. Consigner l'enregistrement mesuré et affiché par le compteur (compensé).
  5. Consigner l'enregistrement affiché sur la console d'étalonnage ou l'étalon certifié (non compensé). Il s'agit de la valeur « enregistrée ».
  6. Multiplier le facteur de compensation par le résultat obtenu à l'étape 4. Soustraire cette valeur du résultat obtenu à l'étape 5. Il s'agit de la valeur « vraie ».
  7. À l'aide de la formule pour déterminer l'erreur (article 5.4 des présentes procédures), calculer l'erreur compensée du compteur.

6.13 Vérification du micrologiciel

6.13.1 Domaine d'application

La présente procédure renvoie à l'article 6.7 de la norme. Elle sert à vérifier que le compteur est programmé avec une version approuvée du micrologiciel.

6.13.2 Généralités

Nombre de compteurs électroniques sont programmés à l'aide d'un micrologiciel particulier. Puisque les fonctions et les paramètres métrologiques sont déterminés au moyen du micrologiciel, chaque version du micrologiciel utilisée dans un compteur doit être approuvée. Seules les versions approuvées du micrologiciel ou leurs révisions peuvent être utilisées pour programmer un compteur conçu pour établir le prix de l'électricité.

6.13.3 Procédure

  1. Déterminer la version du micrologiciel en examinant la séquence d'affichage du compteur dans lequel le numéro de la version se trouve. L'examen pourrait nécessiter l'utilisation d'un logiciel ou de boutons-poussoirs.
  2. Lorsque le numéro de la version ne figure pas dans la séquence d'affichage du compteur ou dans le registre interne, il doit être inscrit sur la puce du microprocesseur du compteur. Accéder à cette puce pour déterminer la version du micrologiciel.
  3. Examiner l'avis d'approbation visant le type de compteur et vérifier si la version du micrologiciel du compteur à l'essai a été approuvée.

7.0 Procédures d'évaluation des exigences métrologiques

7.1 Généralités

  1. Les présentes procédures doivent être utilisées conjointement avec les exigences, les points d'essai et les tolérances de la section 7.0 des Spécifications relatives à la vérification et à la revérification des compteurs d'électricité, S-E-02.
  2. Bien que les procédures, les points d'essai et les tolérances spécifiés dans la norme suffisent pour évaluer la plupart des types de compteurs, MC peut établir des points d'essai et des tolérances supplémentaires qui peuvent être nécessaires pour un type de compteur particulier.
  3. Sauf indication contraire, tous les essais doivent être effectués afin d'établir les erreurs du compteur en pourcentage de l'erreur vraie. La procédure de détermination de l'erreur est présentée à l'article 5.5.4 des présentes procédures.
  4. Les compteurs devraient être entièrement assemblés et étalonnés avant de subir les essais de vérification ou de revérification. Il est permis d'enlever le couvercle du compteur ou d'accéder aux éléments scellables ou de reprogrammer le compteur pendant le processus de vérification seulement lorsque les procédures d'essai utilisées ont été publiées ou approuvées par MC. Il est interdit de régler ou de réétalonner des compteurs une fois les essais commencés. Cependant, lorsque c'est autorisé, certains paramètres programmables peuvent être modifiés dans le cas de certains compteurs électroniques qui exigent d'être programmés pour permettre des essais efficients ou efficaces du compteur.
  5. Toutes les erreurs déterminées lors des essais de vérification de la précision prescrits dans la norme doivent être déterminées selon une résolution de 0,1 %, sauf prescription contraire.
  6. Pendant la vérification ou la revérification des compteurs de puissance appelée à réponse thermique, les erreurs de puissance appelée doivent être déterminées après que la charge d'essai aura été appliquée pendant trois périodes complètes de réponse à la puissance appelée.

7.2 Conditions de référence pour les exigences métrologiques

S'assurer que toutes les conditions de référence requises prescrites à l'article 7.2 de la norme sont respectées.

7.3 Exigences de performance

7.3.1 Généralités

Sauf prescription contraire, chaque fonction d'un compteur d'électricité doit satisfaire aux exigences applicables de la section 7.3.

7.3.1.1 Configuration
  1. Bien que chaque type de compteur exige des configurations spéciales pour en faire l'essai, le présent article fournit les renseignements nécessaires pour faire l'essai de la plupart des types de compteurs.
  2. Sauf indication contraire, il faut utiliser une console d'étalonnage certifiée conformément aux exigences de MC énoncées dans la norme Étalonnage, certification et utilisation des consoles d'étalonnage de compteurs d'électricité (S-E-01) pour tous les essais prescrits dans la présente procédure. La console devrait être équipée du compteur de référence applicable.
  3. Au moment d'effectuer des essais de vérification du compteur, il faut s'assurer d'utiliser la console d'étalonnage conformément aux procédures et aux manuels existants.
  4. S'assurer que les conditions suivantes sont respectées, s'il y a lieu :
    1. Toutes les connexions d'essai doivent être ouvertes ou fermées comme prescrit.
    2. Toutes les connexions de tension et de courant doivent être conformes au manuel d'utilisation de la console d'essai.
    3. La console d'étalonnage doit être réglée pour fournir la charge d'essai requise.
    4. Tous les éléments auxiliaires de la console, notamment les voyants, les capteurs de disque, les portes et le logiciel, doivent être montés et fonctionner adéquatement.

7.3.2 Compteurs électromécaniques

7.3.2.1 Performances à vide

La présente procédure sert à vérifier qu'un compteur d'énergie électromécanique n'enregistre pas d'énergie lorsqu'une tension est appliquée en l'absence de courant.

7.3.2.1.1 Configuration
  1. La procédure générale de configuration des compteurs présentée à l'article 7.3.1.1 ci-dessus peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console de façon qu'elle applique la tension nominale (inscrite sur la plaque signalétique du compteur) au(x) circuit(s) de tension du compteur.
  3. Sur les consoles d'étalonnage munies d'un interrupteur d'essai de courant de fuite, actionner cet interrupteur de manière à ce que les circuits de courant du compteur soient mis hors tension. Dans le cas des consoles d'étalonnage qui ne sont pas équipées d'un interrupteur d'essai de courant de fuite, déconnecter les circuits de courant du compteur de la console.

S'assurer que les circuits de courant de la console sont mis en court-circuit si c'est nécessaire pour que la console fonctionne adéquatement et en toute sécurité.

7.3.2.1.2 Procédure
  1. Mettre sous tension les circuits de tension du compteur et surveiller le disque.
  2. La durée de l'essai est déterminée suivant les critères ci-dessous :
    1. Si le disque s'est arrêté, on peut terminer l'essai et considérer que le compteur répond aux critères de l'article 7.3.2.1 de la norme.
    2. Si le disque tourne, il faut le surveiller pendant dix minutes au plus. Si le disque cesse de tourner dans moins de dix minutes, on peut terminer l'essai et considérer que le compteur répond aux critères de l'article 7.3.2.1 de la norme.
7.3.2.1.3 Critères d'acceptation

Les critères d'acceptation des performances à vide sont présentés à l'article 7.3.2.1 de la norme.

7.3.2.2 Enregistrement comparatif (essai au cadran)

La présente procédure vise l'article 7.3.2.2 de la norme. L'essai a pour but de vérifier que le registre, les engrenages et le disque rotatif d'un compteur électromécanique sont directement et adéquatement engrenés.

7.3.2.2.1 Généralités

L'essai d'enregistrement comparatif des compteurs électromécaniques consiste à appliquer une charge au compteur et à vérifier si l'enregistrement de l'énergie par le compteur à la fin de la période d'essai respecte la tolérance admise.

7.3.2.2.2 Configuration
  1. La procédure générale de configuration des compteurs décrite à l'article 7.3.1.1 peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de façon qu'elle fournisse une charge d'essai au facteur de puissance unité.
  3. Régler la tension d'essai à la tension nominale inscrite sur la plaque signalétique du compteur à l'essai.
  4. Régler le courant d'essai à la valeur la plus élevée possible sur la console d'essai sans dépasser le courant nominal maximal du compteur à l'essai.
7.3.2.2.3 Procédure
  1. Consigner l'indication du registre du compteur, y compris la position du cadran d'essai. Dans la mesure du possible, s'assurer que l'aiguille sur le cadran d'essai ou le premier cadran (le cadran du chiffre le moins significatif lorsqu'il n'y a pas de cadran d'essai), dévie vers le haut lorsque le compteur est mis sous tension.
  2. Consigner l'indication du compteur de référence.
  3. Déterminer l'équivalent énergétique de ce qui est nécessaire pour exécuter un tour complet du cadran d'essai ou du premier cadran dans le cas où il n'existe pas de cadran d'essai.
  4. Mettre le compteur sous tension et surveiller le compteur de référence jusqu'à ce qu'il enregistre l'équivalent énergétique déterminé à l'étape 3 ci-dessus.
  5. Mettre la console hors tension lorsque le compteur de référence a enregistré la quantité d'énergie déterminée à l'étape 3 ci-dessus.
  6. Observer la position du cadran d'essai ou de l'aiguille du premier cadran lorsqu'il n'y a pas de cadran d'essai.
  7. Comparer l'enregistrement final et la position finale du cadran d'essai avec l'enregistrement initial et la position initiale du cadran d'essai.
7.3.2.2.4 Critères d'acceptation

La tolérance admise pour l'essai de registre est indiquée à l'article 7.3.2.2 de la norme.

7.3.2.2.5 Remarques
  1. Si la comparaison faite à l'étape 7 de l'article 7.3.2.2.3 ci-dessus montre que la position finale du cadran d'essai se trouve à moins d'un tiers de division de sa position initiale et que le cadran suivant indique un déplacement d'une division sur son échelle, le compteur sera jugé comme ayant réussi l'essai.
  2. Pendant que le compteur est sous tension, il convient de surveiller la rotation des cadrans du registre pour vérifier que leurs mouvements relatifs concordent avec la charge d'essai appliquée. Si l'on constate qu'un cadran se déplace beaucoup plus loin que son alignement prévu, il faut vérifier avec plus de soin l'exactitude de l'enregistrement.
7.3.2.3 Compteurs d'énergie électromécaniques — Généralités
7.3.2.3.1 Compteurs monophasés à 1 élément et à 1½ élément

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.3.1 de la norme. Elle sert à garantir que les compteurs d'énergie monophasés à 1 élément et à 1½ élément seront évalués à l'aide de points d'essai et des tolérances du tableau 7.1.

7.3.2.3.1.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être suivie pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.1 de la norme.

7.3.2.3.1.2 Procédure

  1. La vérification des compteurs électromécaniques s'effectue le plus aisément en observant les révolutions du disque du compteur.
  2. Suivre la procédure établie pour la console utilisée pour faire l'essai du compteur et s'assurer que les révolutions du disque sont comptées adéquatement.
  3. Les erreurs de compteur peuvent être déterminées manuellement dans le cas des consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Se reporter au document d'accompagnement de la console et aux renseignements relatifs au compteur de référence pour établir comment déterminer manuellement les erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable présenté au tableau 7.1 de la norme.

7.3.2.3.1.3 Critères d'acceptation

La tolérance acceptable pour les erreurs consignées à l'étape 4 de l'article 7.3.2.3.1.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.2.3.1 de la norme.

7.3.2.3.2 Compteurs d'énergie polyphasés à 2½ éléments, en étoile

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.3.2 de la norme. Elle sert à garantir que les compteurs d'énergie polyphasés à 2½ éléments en étoile seront évalués à l'aide des points d'essai et des tolérances indiqués au tableau 7.2 de la norme.

7.3.2.3.2.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être suivie pour la configuration initiale du compteur.

    Nota : Dans le cas des varheuremètres et des Q-heuremètres qui sont conçus pour être mis à l'essai à l'aide d'un wattheuremètre étalon, des connexions différentes ou des transformateurs à variation de phase pourraient être nécessaires. À titre d'exemple, les varheuremètres qui fonctionnent selon le principe des phases croisées (p. ex. VA-63, KYR FMFR) doivent être mis à l'essai comme s'ils étaient des wattheuremètres. Se reporter à la documentation du fabricant et/ou aux avis d'approbation applicables.

  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.1 de la norme.

7.3.2.3.2.2 Procédure

  1. La vérification des compteurs électromécaniques s'effectue le plus aisément en observant les révolutions du disque du compteur.
  2. Suivre la procédure établie pour la console utilisée pour faire l'essai du compteur et s'assurer que les révolutions du disque sont comptées adéquatement.
  3. Les erreurs de compteur peuvent être déterminées manuellement dans le cas des consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Se reporter au document d'accompagnement de la console et aux renseignements relatifs au compteur de référence pour établir comment déterminer manuellement les erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable présenté au tableau 7.2 de la norme.

7.3.2.3.2.3 Critères d'acceptation

La tolérance acceptable pour les erreurs consignées à l'étape 4 de l'article 7.3.2.3.2.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.2.3.2 de la norme.

7.3.2.3.3 Compteurs d'énergie polyphasés à 2 éléments, à 2½ éléments en triangle et à 3 éléments

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.3.3 de la norme. Elle sert à garantir que les compteurs d'énergie polyphasés à 2 éléments, à 2½ éléments en triangle et à 3 éléments seront évalués à l'aide des points d'essai et des tolérances indiqués au tableau 7.3 de la norme.

7.3.2.3.3.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être suivie pour la configuration initiale du compteur.

    Nota 1 : Dans le cas des varheuremètres et des Q-heuremètres qui sont conçus pour être mis à l'essai à l'aide d'un wattheuremètre étalon, des connexions différentes ou des transformateurs à variation de phase pourraient être nécessaires. À titre d'exemple, les varheuremètres qui fonctionnent selon le principe des phases croisées (p. ex. VA-63, KYR FMFR) doivent être mis à l'essai comme s'ils étaient des wattheuremètres. Se reporter à la documentation du fabricant et/ou aux avis d'approbation applicables.

    Nota 2 : L'élément à 2 fils et l'élément à 3 fils (en série) d'un compteur à 2½ éléments, en triangle, doivent être soumis à tous les essais d'élément individuel.

    Nota 3 : Les essais de chaque élément doivent être menés sous la tension nominale de la bobine de potentiel respective. Les essais en série d'un compteur à 3 éléments à 4 fils doivent être effectués au moyen de la bobine de potentiel ayant la plus basse tension nominale.

  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.3 de la norme.

7.3.2.3.3.2 Procédure

  1. La vérification des compteurs électromécaniques s'effectue le plus aisément en observant les révolutions du disque du compteur.
  2. Suivre la procédure établie pour la console utilisée pour faire l'essai du compteur et s'assurer que les révolutions du disque sont comptées adéquatement.
  3. Les erreurs de compteur peuvent être déterminées manuellement dans le cas des consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Se reporter au document d'accompagnement de la console et aux renseignements relatifs au compteur de référence pour établir comment déterminer manuellement les erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable présenté au tableau 7.3 de la norme.

7.3.2.3.3.3 Critères d'acceptation

La tolérance acceptable pour les erreurs consignées à l'étape 4 de l'article 7.3.2.3.3.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.2.3.3 de la norme.

7.3.2.3.4 Compteurs d'énergie électromécaniques bidirectionnels

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.3.4 de la norme. Elle sert à vérifier que le compteur d'énergie électromécanique bidirectionnel approuvé enregiste l'énergie dans les deux sens d'écoulement de l'énergie.

7.3.2.3.4.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage pour qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée à partir des données applicables du tableau 7.1, 7.2 ou 7.3 de la norme.

7.3.2.3.4.2 Procédure

  1. La vérification des compteurs électromécaniques s'effectue le plus aisément en observant les révolutions du disque du compteur.
  2. Suivre la procédure établie pour la console utilisée pour faire l'essai du compteur et s'assurer que les révolutions du disque sont comptées adéquatement.
  3. Les erreurs de compteur peuvent être déterminées manuellement dans le cas des consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Se reporter au document d'accompagnement de la console et aux renseignements relatifs au compteur de référence pour établir comment déterminer manuellement les erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable présenté au tableau 7.1, 7.2 ou 7.3 de la norme.
  6. Inverser le sens d'écoulement de l'énergie et répéter les étapes 1 à 5.

7.3.2.3.4.3 Critères d'acceptation

La tolérance admise pour les erreurs de compteur consignées à l'étape 4 de l'article 7.3.2.3.4.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.2.3.1, 7.3.2.3.2 ou 7.3.2.3.3 de la norme, selon le cas.

7.3.2.4 Compteurs électromécaniques de puissance appelée
7.3.2.4.1 Généralités

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.4 de la norme. Elle s'applique aux compteurs électromécaniques de puissance appelée de type thermique.

7.3.2.4.1.1 Essais d'hystérésis

L'essai d'hystérésis a pour but de vérifier que l'aiguille entraînée d'un compteur électromécanique de puissance appelée de type thermique conserve sa liberté de mouvement pour maintenir sa position lorsqu'elle n'est plus engrenée avec l'aiguille d'entraînement. Cet essai peut être mené après n'importe quel autre essai de puissance appelée de type thermique alors que l'aiguille entraînée se trouve dans la partie supérieure de l'échelle.

7.3.2.4.1.2 Procédure

  1. Utiliser le mécanisme de remise à zéro de la puissance appelée pour déplacer l'aiguille entraînée d'au moins deux (2) divisions majeures de l'échelle vers le bas jusqu'à une marque de division importante sur l'échelle. Maintenir cette position pendant trois (3) secondes au plus.
  2. Prendre note de la marque de l'échelle où l'aiguille entraînée est maintenue.
  3. Ramener le mécanisme de remise à zéro de la puissance appelée à la position inactive (maximum de l'échelle).
  4. Surveiller le mouvement de l'aiguille entraînée et prendre note à quelle position celle-ci s'arrête.

7.3.2.4.1.3 Critères d'acceptation

Le mouvement maximal admissible de l'aiguille entraînée observé à l'étape 4 de l'article 7.3.2.4.1.2 ci-dessus est indiqué à l'article 7.3.2.4.1 1) de la norme.

7.3.2.4.1.4 Essai de retrait de la charge

L'essai de retrait de la charge a pour but d'évaluer l'aptitude d'un compteur électromécanique de puissance appelée de type thermique à conserver l'indication de puissance appelée par l'aiguille entraînée après le retrait de la charge.

7.3.2.4.1.5 Procédure

  1. L'essai de retrait de la charge peut être mené à la fin de l'essai de performance lorsqu'une charge a déjà été appliquée au compteur.
  2. Consigner l'indication de la puissance appelée par l'aiguille entraînée du compteur lorsqu'une charge est appliquée.
  3. Retirer la charge appliquée au compteur.
  4. Consigner l'indication de la puissance appelée par l'aiguille entraînée du compteur une fois que l'aiguille d'entraînement s'est dégagée de l'aiguille entraînée.

7.3.2.4.1.6 Critères d'acceptation

L'indication obtenue à l'étape 4 de l'article 7.3.2.4.1.5 ci-dessus devrait être la même que celle consignée à l'étape 2 du même article. Les limites admissibles de la déviation vers le bas de l'échelle de l'aiguille entraînée sont données à l 'article 7.3.2.4.1 (2) de la norme.

7.3.2.4.1.7 Enregistrement à vide

L'essai d'enregistrement à vide a pour but de vérifier que, lorsque la charge est retirée et que l'équilibre thermique est atteint, un compteur de puissance appelée de type thermique maintient une indication de charge nulle.

7.3.2.4.1.8 Procédure

  1. Retirer la charge appliquée au compteur.
  2. Laisser le compteur se refroidir pendant au moins trois périodes de réponse. Certains types de compteurs peuvent nécessiter plus de temps de refroidissement. Consulter le matériel de référence approprié (avis d'approbation, documentation des fabricants, etc.) d'un type de compteur particulier pour déterminer s'il faut plus de temps de refroidissement.
  3. Consigner la position de l'aiguille d'entraînement, une fois que l'équilibre thermique du compteur est atteint.

7.3.2.4.1.9 Critères d'acceptation

La position de l'aiguille d'entraînement observée à l'étape 3 de l'article 7.3.2.4.1.8 ci-dessus, devrait être le zéro sur l'échelle à l'intérieur de la tolérance admise de l'article 7.3.2.4.1 (3) de la norme.

7.3.2.4.1.10 Détermination des erreurs de puissance appelée thermique

Aux fins de l'évaluation des erreurs de puissance appelée thermique, les indications de l'aiguille entraînée ne doivent être relevées qu'une fois que l'aiguille d'entraînement s'est dégagée.

7.3.2.4.2 Essais de performance — Compteurs électromécaniques de puissance appelée thermique à 1 et à 1½ élément

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.4.2 de la norme. Elle sert à évaluer la précision des compteurs électromécaniques de puissance appelée thermique à 1 et à 1½ élément.

7.3.2.4.2.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être suivie pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.4 de la norme.

7.3.2.4.2.2 Procédure

  1. Appliquer la charge d'essai déterminée à l'étape 2 de l'article 7.3.2.4.2.1 ci-dessus pour trois périodes de réponse.
  2. Retirer la charge appliquée et consigner l'indication de l'aiguille entraînée.
  3. Remettre le compteur à zéro.
  4. Répéter les étapes 1, 2 et 3 ci-dessus pour chaque point d'essai applicable conformément au tableau 7.4 de la norme.

7.3.2.4.2.3 Critères d'acceptation

Les indications consignées à l'étape 2 de l'article 7.3.2.4.2.2 ci-dessus ne doivent pas dépasser les tolérances admises du tableau 7.4 de la norme.

7.3.2.4.3 Essais de performance — Compteurs électromécaniques de puissance appelée thermique à 2, à 2½ et à 3 éléments

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.4.3 de la norme. Elle sert à évaluer la précision des compteurs électromécaniques de puissance appelée thermique à 2, à 2½ et à 3 éléments.

7.3.2.4.3.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.5 de la norme.

7.3.2.4.3.2 Procédure

  1. Appliquer la charge d'essai conformément à l'étape 2 de l'article 7.3.2.4.3.1 ci-dessus pour trois périodes de réponse.
  2. Retirer la charge appliquée et consigner l'indication de l'aiguille entraînée.
  3. Remettre le compteur à zéro.
  4. Répéter les étapes 1, 2 et 3 ci-dessus pour chaque point d'essai applicable conformément au tableau 7.5 de la norme.

7.3.2.4.3.3 Critères d'acceptation

Les indications consignées à l'étape 2 de l'article 7.3.2.4.3.2 ci-dessus, ne doivent pas dépasser les tolérances admises du tableau 7.5 de la norme.

7.3.2.4.4 Compteurs électromécaniques de puissance appelée de type intégration

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.4.4 de la norme. Elle sert à évaluer les compteurs de puissance appelée qui sont munis d'un indicateur de maximum entraîné par un disque rotatif d'un compteur d'intégration (énergie).

7.3.2.4.4.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage pour qu'elle fournisse une charge d'essai permettant au compteur de puissance appelée d'indiquer 66 % du maximum de l'échelle fourni par le registre de puissance appelée du compteur à l'essai.

7.3.2.4.4.2 Procédure

  1. Mettre le compteur sous tension pendant deux périodes d'intégration complètes de la puissance appelée.
  2. Retirer la charge appliquée.
  3. Consigner l'indication de puissance appelée sur le compteur.

7.3.2.4.4.3 Critères d'acceptation

Les indications consignées à l'étape 3 de l'article 7.3.2.4.4.2 ci-dessus ne doivent pas dépasser la tolérance admise de l'article 7.3.2.4.4 de la norme.

7.3.2.4.5 Exactitude de la période d'intégration de la puissance appelée

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.2.4.5 de la norme. Elle sert à vérifier que la période d'intégration de la puissance pour les compteurs de puissance appelée du type à intégration par périodes respecte la tolérance admise.

7.3.2.4.5.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Un chronomètre est nécessaire pour cette procédure.
  3. Régler la console d'étalonnage pour qu'elle fournisse une charge d'essai convenable qui permettra d'enregistrer une puissance correspondant à au moins 35 % du maximum de l'échelle.

7.3.2.4.5.2 Procédure

  1. Appliquer la charge d'essai.
  2. Remettre la puissance appelée à zéro.
  3. Observer la minuterie associée à la période d'intégration de la puissance appelée du compteur à l'essai. Lorsque la minuterie s'enclenche pour une période d'intégration, faire démarrer le chronomètre.
  4. Continuer d'observer la minuterie de la période d'intégration de la puissance appelée du compteur à l'essai. Lorsque la minuterie se dégage, arrêter le chronomètre.
  5. Consigner l'indication du chronomètre.

7.3.2.4.5.3 Critères d'acceptation

L'indication consignée à l'étape 5 de l'article 7.3.2.4.5.2 ci-dessus devrait respecter la tolérance admise de l'article 7.3.2.4.5 de la norme.

7.3.3 Procédures d'évaluation des exigences de performance relatives aux compteurs électroniques

7.3.3.1 Performances à vide

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.1 de la norme. Elle sert à vérifier qu'un compteur électronique d'énergie n'enregistre pas d'énergie lorsque la tension est appliquée sans la présence de courant.

7.3.3.1.1

Les compteurs électroniques peuvent être évalués à l'égard des performances à vide suivant différentes méthodes, et trois d'entre elles sont décrites dans la présente procédure. La quatrième permet au vérificateur du compteur d'élaborer une procédure qui, avec l'approbation de MC, peut aussi être utilisée pour évaluer les performances à vide. La décision d'utiliser l'une des trois procédures présentées ci-dessous devrait être fondée sur l'efficacité de l'essai et l'aptitude d'un compteur en particulier à fournir un enregistrement d'une résolution nécessaire pour confirmer tout enregistrement à vide.

7.3.3.1.2

Les trois procédures présentées pour évaluer les performances à vide d'un compteur consistent à contrôler l'enregistrement de puissance appelée, la sortie d'impulsions ou l'enregistrement d'énergie. La période de temps nécessaire pour mener chaque essai est fondée sur le temps nécessaire au compteur pour enregistrer l'énergie produite par une charge de 0,05 % d'Imax à la tension nominale et aux conditions d'essai décrites aux articles 7.3.3.1.3 à 7.3.3.1.7 ci-dessous.

7.3.3.1.3 Évaluation des performances à vide à l'aide de la méthode de l'essai de puissance appelée

La présente procédure d'essai exige d'utiliser la fonction de puissance appelée pour déterminer si un compteur enregistre une puissance appelée à charge nulle. Elle vise les compteurs qui peuvent enregistrer selon une résolution suffisante pour afficher une charge de puissance appelée de 0,05 % d'Imax sous la tension nominale du compteur et au facteur de puissance unité. Les compteurs inaptes à enregistrer une puissance appelée à cette charge ne peuvent être évalués à l'égard des performances à vide au moyen de la présente procédure.

7.3.3.1.3.1 Configuration

  1. La configuration de base pour évaluer la fonction de puissance appelée peut être utilisée pour cette fonction.
  2. Régler les circuits de tension de la console pour qu'ils fournissent la tension nominale du compteur à l'essai.

7.3.3.1.3.2 Procédure

  1. Régler le compteur pour qu'il fonctionne en mode d'essai, le cas échéant.
  2. Appliquer aux circuits de tension du compteur la tension nominale indiquée sur la plaque signalétique. Ne pas injecter de courant dans le compteur.
  3. Si la console d'étalonnage est munie d'un interrupteur d'essai de courant de fuite, il faut l'actionner.
  4. Consigner tout enregistrement après au moins trois périodes de réponse.

7.3.3.1.3.3 Critères d'acceptation

Aucun enregistrement ne doit s'effectuer conformément aux exigences de l'article 7.3.3.1.2 de la norme.

7.3.3.1.3.4 Évaluation des performances à vide à l'aide de la méthode de la sortie d'impulsions ou du simulateur de rotation de disque

La présente procédure exige d'observer la sortie d'impulsions ou les voyants DEL (ou les sorties équivalentes du simulateur de rotation de disque) pendant une période équivalente à celle requise par le compteur pour produire une impulsion à une charge de 0,05 % d'Imax sous la tension nominale du compteur et à un facteur de puissance unité. Cette procédure est plus pratique et est recommandée pour les compteurs qui ont une sortie d'impulsions programmable de sorte que la valeur d'impulsion peut être réglée pour permettre l'enregistrement d'une charge théorique à l'intérieur d'une période de temps acceptable.

7.3.3.1.3.5 Configuration

  1. La configuration de base pour évaluer les fonctions d'énergie peut être utilisée pour cette fonction.
  2. Régler les circuits de tension de la console pour qu'ils fournissent la tension nominale du compteur à l'essai.

7.3.3.1.3.6 Procédure

  1. Appliquer aux circuits de tension du compteur la tension nominale indiquée sur la plaque signalétique. Ne pas injecter de courant dans le compteur.
  2. Si la console d'étalonnage est munie d'un interrupteur d'essai de courant de fuite, il faut l'actionner.
  3. Observer la sortie d'impulsions du compteur ou le voyant DEL ou la sortie du simulateur de rotation de disque, selon le cas, pour une période de temps équivalant à celle nécessaire au compteur pour enregistrer de l'énergie via la sortie d'impulsions ou le voyant DEL ou via la sortie du simulateur de rotation de disque, selon le cas, si une charge de 0,05 % d'Imax, la tension nominale et le facteur de puissance unité étaient appliqués au compteur. (Se reporter à l'article « Remarques » ci-dessous pour déterminer la durée nécessaire de l'essai.)
  4. Consigner le nombre d'impulsions observées pendant l'essai.

7.3.3.1.3.6.1 Remarques

  1. Le temps nécessaire pour observer les impulsions est influencé par les constantes Kp, Kh et Ke, etc., selon le cas, et peut être déterminé à l'aide de l'exemple suivant.

    Caractéristiques du compteur :

    • Tension nominale : 120 V (V)
    • Intensité nominale : 200 A (Imax)
    • Valeur d'impulsion : 3 Wh/impulsion (Kp)
    • Multiplicateur d'échelle : 1
    • Nombre d'éléments : 2

    Temps requis pour l'essai en minutes :

    Tessai = (Kp × 100 × 60 × 1 ) ÷ (0,05 × Imax × V × 2)
    Tessai = (3 × 100 × 60 × 1) ÷ (0,05 × 200 × 120 × 2) = 7,5 minutes

  2. S'il ne s'est produit aucune sortie d'impulsions ni de clignotement du voyant DEL pendant la période de contrôle de l'étape 4 de l'article 7.3.3.1.3.6 ci-dessus, le compteur est considéré comme ayant satisfait aux exigences de performance à vide.

7.3.3.1.3.7 Évaluation des performances à vide à l'aide de la méthode de l'essai d'énergie

La présente procédure permet d'évaluer les performances à vide d 'un compteur en vérifiant l'enregistrement d'énergie lorsque aucun courant n'est appliqué au compteur.

7.3.3.1.3.8 Configuration

  1. La configuration de base pour évaluer les fonctions d'enregistrement d'énergie peut être utilisée pour évaluer la fonction en cause.
  2. Régler les circuits de tension de la console d'étalonnage pour qu'ils fournissent la tension nominale du compteur à l'essai.

7.3.3.1.3.9 Procédure

  1. Appliquer aux circuits de tension du compteur la tension nominale inscrite sur la plaque signalétique. Ne pas injecter de courant dans le compteur.
  2. Si la console d'étalonnage est munie d'un interrupteur d'essai de courant de fuite, il faut l'actionner.
  3. Observer l'enregistrement d'énergie du compteur au moyen des indications de l'affichage ou au moyen de la fonction de communication du compteur pour une période de temps équivalant à celle nécessaire au compteur pour enregistrer de l'énergie si une charge de 0,05 % d'Imax, la tension nominale et le facteur de puissance unité étaient appliqués au compteur. (Se reporter à l'article « Remarque » ci-dessous pour déterminer la durée nécessaire de l'essai.)
  4. Consigner l'énergie enregistrée, s'il y a lieu, par le compteur.

7.3.3.1.3.10 Remarques

  1. Le temps nécessaire pour observer l'enregistrement d'énergie peut être déterminé à l'aide de l'exemple suivant :

    Caractéristiques du compteur :

    • Tension nominale : 120 V (V)
    • Intensité nominale : 10 A (Imax)
    • Résolution d'énergie maximale affichable : 0,1Wh (Drés)
    • Multiplicateur d'échelle : 1
    • Nombre d'éléments : 2

    Temps requis pour l'essai en minutes :

    Tessai = (Drés. × 100 × 60 × 1) ÷ (0,05 × Imax × V × 2)
    Tessai = (0,1 × 100 × 60 × 1) ÷ (0,05 × 10 × 120 × 2) = 5,0 minutes

  2. Si aucune énergie n'est enregistrée à l'étape 4 de l'article 7.3.3.1.3.9 ci-dessus, le compteur est considéré comme ayant satisfait aux exigences de performance à vide.

7.3.3.2 Exigences de précision relatives aux compteurs électroniques

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2 de la norme et vise les compteurs électroniques satisfaisant aux critères indiqués dans la norme.

7.3.3.2.1 Généralités — Compteurs électroniques d'énergie non programmés avec la fonction W·h
  1. Cette procédure s'applique à tous les compteurs électroniques. On ne s'attend pas à ce que des compteurs soient programmés sans la fonction W·h. Cependant, les compteurs électroniques qui ne sont pas programmés avec la fonction W·h doivent être mis à l'essai pour chaque fonction programmée aux points d'essai applicables spécifiés au tableau 7.6 de la norme, pour les fonctions d'énergie, et au tableau 7.7 de la norme, pour les fonctions de puissance appelée.
  2. Les compteurs électroniques programmés avec la fonction W·h doivent être mis à l'essai aux points d'essai spécifiés au tableau 7.8 de la norme, pour les fonctions d'énergie, et au tableau 7.9 de la norme, pour les fonctions de puissance appelée selon le cas.

7.3.3.2.1.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.6 de la norme.

7.3.3.2.1.2 Procédure — Compteurs électroniques d'énergie non programmés avec la fonction W·h

  1. La vérification de la fonction d'énergie des compteurs électroniques peut se faire selon une de différentes méthodes, tout dépendant des dispositions d'essai du compteur. Cependant, il est supposé que le compteur est muni d'une DEL ou d'un LCD d'essai à impulsions ou d'un autre dispositif à impulsions. Les compteurs dépourvus d'une telle disposition exigent une procédure d'essai supplémentaire propre au compteur à l'essai.
  2. Utiliser les procédures établies pour la console d'étalonnage pour essayer des compteurs avec une sortie à impulsions sous forme de LED, de LCD ou autre.
  3. Les erreurs des compteurs peuvent être déterminées manuellement pour les consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Consulter la documentation sur la console et l'information sur le compteur de référence afin de déterminer la méthode de calcul manuelle des erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur avec une résolution minimale de 0,1 %.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable du tableau 7.6 de la norme.

7.3.3.2.1.3 Critères d'acceptation

La tolérance admise pour les erreurs déterminées à l'étape 4 de l'article 7.3.3.2.1.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.3.2.1 de la norme.

7.3.3.2.1.4 Compteurs électroniques de puissance appelée non programmés avec la fonction W·h

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.1 de la norme et s'applique aux compteurs électroniques qui ne sont pas programmés avec la fonction W·h. Elle permet de s'assurer que les compteurs électroniques de puissance appelée fonctionnent avec précision.

7.3.3.2.1.5 Configuration

Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai de la puissance appelée, déterminée d'après les données applicables du tableau 7.7 spécifiées à l'article 7.3.3.2.1 de la norme.

7.3.3.2.1.6 Procédure — Compteur de puissance appelée de type exponentiel

  1. Mettre le compteur en mode d'essai, si cette fonction existe et est approuvée.
  2. Appliquer la charge d'essai établie à l'article 7.3.3.2.1.5 ci-dessus, pendant trois périodes de réponse.
  3. Retirer la charge appliquée et consigner l'enregistrement du compteur.
  4. Répéter les étapes 1 à 3 pour tous les points de charge applicables à la puissance appelée spécifiés au tableau 7.7.

7.3.3.2.1.7 Procédure — Compteur de puissance appelée à périodes d'intégration

  1. Mettre le compteur en mode d'essai, si cette fonction existe et est approuvée.
  2. Appliquer la charge d'essai établie à l'article 7.3.3.2.1.5 ci-dessus, pendant au moins une période d'intégration de la puissance appelée.
  3. Retirer la charge appliquée et consigner l'enregistrement du compteur.
  4. Répéter les étapes 1 à 3 pour tous les points de charge applicables à la puissance appelée spécifiés au tableau 7.7.

7.3.3.2.1.8 Critères d'acceptation

Les indications consignées à l'étape 3 des articles 7.3.3.2.1.6 et 7.3.3.2.1.7 ci-dessus ne doivent pas dépasser les tolérances prescrites à l'article 7.3.3.2.1 de la norme.

7.3.3.2.2 Généralités — Compteurs électroniques d'énergie programmés avec la fonction W·h

La présente procédure s'applique à tous les compteurs électroniques programmés avec la fonction W·h. Les points d'essai applicables se trouvent au tableau 7.8 de la norme.

7.3.3.2.2.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de manière qu'elle fournisse une charge d'essai déterminée d'après les données applicables du tableau 7.8.

7.3.3.2.2.2 Procédure Compteurs électroniques d'énergie programmés avec la fonction W·h

  1. La vérification de la fonction d'énergie des compteurs électroniques peut se faire selon une de différentes méthodes, tout dépendant des dispositions d'essai du compteur. Cependant, il est supposé que le compteur est muni d'une DEL ou d'un LCD d'essai à impulsions ou d'un autre dispositif à impulsions. Les compteurs dépourvus d'une telle disposition exigent une procédure d'essai supplémentaire propre au compteur à l'essai.
  2. Utiliser les procédures établies pour la console d'étalonnage pour essayer des compteurs avec une sortie à impulsions sous forme de LED, de LCD ou autre.
  3. Les erreurs des compteurs peuvent être déterminées manuellement pour les consoles qui ne les fournissent pas automatiquement. Consulter la documentation sur la console et l'information sur le compteur de référence afin de déterminer la méthode de calcul manuelle des erreurs de compteur.
  4. Consigner les erreurs de compteur avec une résolution minimale de 0,1 %.
  5. Répéter les essais pour chaque point d'essai applicable du tableau 7.8 de la norme.

7.3.3.2.2.3 Critères d'acceptation

La tolérance admise pour les erreurs déterminées à l'étape 4 de l'article 7.3.3.2.2.2 ci-dessus se trouve à l'article 7.3.3.2.2 de la norme.

7.3.3.2.3 Compteurs de puissance appelée électroniques programmés avec la fonction W·h

7.3.3.2.3.1 Généralités

  1. La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.3 de la norme et s'applique aux compteurs de puissance appelée électroniques programmés avec la fonction W·h.
  2. La procédure sert à vérifier que les compteurs électroniques dotés d'une fonction de puissance appelée fonctionnent avec précision.
  3. Le nota 1 au-dessous du tableau 7.9 de la norme a pour objectif de garantir qu'au moins une fonction de puissance appelée sera mise à l'essai et également d'introduire des dispositions pour exempter les autres fonctions de puissance appelée dont les fonctions d'énergie équivalentes ont déjà été vérifiées. À titre d'exemple, un compteur dont la fonction VA·h et/ou la fonction var·h a été évaluée n'a pas besoin d'être évalué à l'égard de la fonction équivalente de puissance appelée en VA et/ou var, à moins que la fonction VA ou var ne soit la seule fonction de puissance appelée programmée dans le compteur.

7.3.3.2.3.2 Configuration

Régler la console d'étalonnage de façon à appliquer une charge série égale à 50 % d'Imax telle que spécifiée à l'article 7.3.3.2.3. À titre d'option, une charge de 25 % d'Imax peut être substituée à la charge série, si le compteur peut produire un enregistrement de la puissance appelée avec une résolution de 0,1 %.

7.3.3.2.3.3 Procédure — Compteur de puissance appelée de type exponentiel

  1. Mettre le compteur en mode d'essai, si cette fonction existe et est approuvée.
  2. Appliquer une des charges d'essai établies à l'article 7.3.3.2.3.2 ci-dessus, pendant trois périodes de réponse.
  3. Retirer la charge appliquée et consigner l'enregistrement du compteur.

7.3.3.2.3.4 Procédure — Compteur de puissance appelée à périodes d'intégration

  1. Mettre le compteur en mode d'essai, si cette fonction existe et est approuvée.
  2. Appliquer la charge d'essai établie à l'article 7.3.3.2.3.2 ci-dessus pendant au moins une période d'intégration de la puissance appelée.
  3. Retirer la charge appliquée et consigner l'enregistrement du compteur.

7.3.3.2.3.5 Critères d'acceptation

Les indications consignées à l'étape 3 de l'article 7.3.3.2.3.3 ou 7.3.3.2.3.4 ci-dessus ne doivent pas dépasser les tolérances prescrites à l'article 7.3.3.2.3 de la norme.

7.3.3.2.4 Compteurs à tensions multiples ou à commutation automatique de calibre de tension

La procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.4 de la norme. Elle sert à évaluer les compteurs électroniques capables de fonctionner à des tensions multiples.

7.3.3.2.4.1 Généralités

Un compteur électronique capable de fonctionner à des tensions multiples devrait être évalué sous une seule tension supplémentaire correspondant à une tension de service nominal standard qui se trouve dans la gamme de tensions approuvée du compteur.

7.3.3.2.4.2 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage à la tension de service nominale qui se trouve à l'intérieur de la gamme de tensions approuvée du compteur et n'a pas été utilisée antérieurement dans les essais de vérification de ce compteur.
  3. Régler le courant et le facteur de puissance à des valeurs utilisées antérieurement (c.-à-d. 25 % d'Imax, cos phi 0,5).

7.3.3.2.4.3 Procédure

  1. Effectuer les essais de précision selon la procédure de l'article 7.3.3.2.1.2, 7.3.3.2.1.6 ou 7.3.3.2.1.7 dans le cas des compteurs non programmés avec la fonction W·h ou selon la procédure de l'article 7.3.3.2.2.2, 7.3.3.2.3.3 ou 7.3.3.2.3.4 dans le cas des compteurs programmés avec la fonction W·h.

7.3.3.2.4.4 Critères d'acceptation

Les mesures consignées à l'étape 1 ci-dessus ne doivent pas dépasser les tolérances spécifiées à l'article 7.3.3.2.2 de la norme.

7.3.3.2.5 Compteurs de tension-au-carré-heure

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.5 de la norme. Elle sert à vérifier les compteurs de tension-au-carré-heure.

7.3.3.2.5.1 Configuration

  1. La configuration générale d'évaluation des compteurs d'électricité peut être utilisée pour cette procédure.
  2. Régler la console d'étalonnage de façon qu'elle fournisse 95 % de la tension nominale du compteur à l'essai.
  3. Tout réglage de charge de courant commode compris entre 2,5 et 25 % d'Imax peut être utilisé pour cet essai.

7.3.3.2.5.2 Procédure

  1. Si la console n'est pas conçue pour déterminer automatiquement les erreurs du compteur pour la fonction de tension-au-carré-heure, la procédure suivante peut être utilisée.
  2. Consigner l'indication de tension-au-carré-heure du compteur à l'essai.
  3. Mettre le compteur à l'essai sous tension à la charge indiquée à l'article 7.3.3.2.5.1 ci-dessus.
  4. Observer l'enregistrement du compteur de référence sur la console jusqu'à ce qu'il soit suffisant pour obtenir une indication du compteur de référence à une résolution de 0,1 %.
  5. S'assurer que le compteur à l'essai a enregistré suffisamment d'énergie pour permettre au deuxième chiffre ou cadran le moins significatif d'effectuer au moins un tour complet.
  6. Mettre le compteur à l'essai hors tension et consigner l'enregistrement du compteur.
  7. Consigner l'enregistrement du compteur de référence.
  8. Déterminer l'erreur du compteur.
  9. Répéter les étapes 2 à 8 tout en réglant la tension à 105 % de la tension nominale du compteur.

7.3.3.2.5.3 Critères d'acceptation

Les erreurs déterminées à l'étape 8 de l'article 7.3.3.2.5.2 ci-dessus ne devraient pas dépasser la tolérance admise de l'article 7.3.3.2.5 de la norme.

7.3.3.2.6 Compteurs d'intensité-au-carré-heure (lorsque la fonction W·h n'a pas été évaluée)

La procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.6 de la norme. Elle sert à vérifier les compteurs d'intensité-au-carré-heure qui n'ont pas été évalués à l'égard de la fonction W·h.

7.3.3.2.6.1 Configuration

  1. La configuration générale d'évaluation des compteurs d'électricité peut être utilisée pour cette procédure.
  2. Régler la console d'étalonnage de façon qu'elle fournisse la tension nominale du compteur à l'essai.
  3. Régler la charge de courant à 2,5 % d'Imax.

7.3.3.2.6.2 Procédure

  1. Si la console n'est pas conçue pour déterminer automatiquement les erreurs de compteur pour la fonction d'intensité-au-carré-heure, la procédure suivante peut être utilisée.
  2. Consigner l'enregistrement d'intensité-au-carré-heure du compteur à l'essai.
  3. Mettre le compteur à l'essai sous tension à la charge indiquée à l'article 7.3.3.2.6.1 ci-dessus.
  4. Observer l'enregistrement du compteur de référence de la console jusqu'à ce qu'il soit suffisant pour obtenir une indication du compteur de référence à une résolution de 0,1 %.
  5. S'assurer que le compteur à l'essai a enregistré suffisamment d'énergie pour permettre au deuxième chiffre ou cadran le moins significatif d'effectuer au moins un tour complet.
  6. Mettre le compteur à l'essai hors tension et consigner l'enregistrement du compteur.
  7. Consigner l'enregistrement du compteur de référence.
  8. Déterminer l'erreur du compteur.
  9. Répéter les étapes 2 à 8 tout en réglant le courant à 25 % d'Imax.

7.3.3.2.6.3 Critères d'acceptation

Les erreurs déterminées à l'étape 8 de l'article 7.3.3.2.6.2 ci-dessus ne devraient pas dépasser la tolérance admise de l'article 7.3.3.2.6 de la norme.

7.3.3.2.7 Compteurs d'intensité-au-carré-heure (lorsque la fonction W·h a été évaluée)

La procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.6 de la norme. Elle sert à vérifier les compteurs d'intensité-au-carré-heure qui ont été évalués à l'égard de la fonction W·h.

7.3.3.2.7.1 Configuration

  1. La configuration générale d'évaluation des compteurs d'électricité peut être utilisée pour cette procédure.
  2. Régler la console d'étalonnage de façon qu'elle fournisse la tension nominale du compteur à l'essai.
  3. Régler la charge de courant à un point d'essai commode qui soit égal ou supérieur à 25 % d'Imax.

7.3.3.2.7.2 Procédure

Suivre les étapes 1 à 8 de la procédure 7.3.3.2.6.2 ci-dessus.

7.3.3.2.7.3 Critères d'acceptation

Les erreurs déterminées à l'étape 8 de l'article 7.3.3.2.6.2 ci-dessus ne devraient pas dépasser la tolérance admise de l'article 7.3.3.2.6 de la norme.

7.3.3.2.8 Type de puissance appelée de compteur électronique

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.7 de la norme. Elle sert à garantir que chaque type de puissance appelée (exponentiel, à périodes d'intégration, etc.) qui a été programmé dans un compteur sera vérifié. Elle s'applique aux types de puissance appelée qui n'ont pas encore été vérifiés.

7.3.3.2.8.1 Configuration

  1. Déterminer quel type de puissance appelée (c.-à-d. exponentiel ou à périodes d'intégration) n'a pas été vérifié.
  2. Veiller à ce que le compteur soit configuré pour produire l'enregistrement du type de puissance appelée qui n'a pas encore été vérifié.
  3. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  4. Régler la console d'étalonnage à une charge d'essai de puissance appelée commode sélectionnée dans le tableau 7.9 de la norme.

7.3.3.2.8.2 Procédure

Effectuer des essais de précision selon la procédure de l'article 7.3.3.2.1.6 ou 7.3.3.2.1.7 dans le cas des compteurs non programmés avec la fonction W·h ou selon la procédure de l'article 7.3.3.2.3.3 ou 7.3.3.2.3.4 dans le cas des compteurs programmés avec la fonction W·h.

7.3.3.2.8.3 Critères d'acceptation

Les indications consignées au cours de la procédure ci-dessus ne doivent pas dépasser les tolérances prescrites à l'article 7.3.3.2.3 de la norme.

7.3.3.2.9 Compteurs dotés de circuits de commutation de gain

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.8 de la norme et s'applique aux compteurs électroniques qui sont équipés de circuits de commutation de gain.

7.3.3.2.9.1 Généralités

Certains compteurs électroniques sont conçus pour améliorer les caractéristiques de réponse en présence de signaux faibles à l'aide d'amplificateurs qui augmentent le niveau d'un signal d'entrée. Cela permet de traiter les signaux qui se produisent dans une zone de fonctionnement où les effets des erreurs de quantification sont minimes. La présente procédure sert à vérifier le fonctionnement de tout circuit de commutation de gain. Un avis d'approbation indiquera si des circuits de commutation de gain sont utilisés dans un compteur en particulier.

Les compteurs équipés de circuits de commutation de gain doivent être essayés à un point d'essai dans chaque gamme de commutation de gain. Cela peut nécessiter des points d'essai supplémentaires, si les gammes de commutation de gain d'un compteur ne sont pas évaluées au moyen de points d'essai standard.

7.3.3.2.9.2 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Consulter l'avis d'approbation pour déterminer quelles charges sont nécessaires pour évaluer les circuits de commutation de gain du compteur.
  3. Régler la console d'étalonnage à la charge requise.

7.3.3.2.9.3 Procédure

Effectuer des essais de précision selon la procédure de l'article 7.3.3.2.1.4 dans le cas des compteurs non programmés avec la fonction W·h ou selon la procédure de l'article 7.3.3.2.2.2 dans le cas des compteurs programmés avec la fonction W·h.

7.3.3.2.9.4 Critères d'acceptation

Les erreurs déterminées en 7.3.3.2.9.3 ci-dessus ne devraient pas dépasser la tolérance admise de l'article 7.3.3.2.2 de la norme.

7.3.3.2.10 Compteurs d'énergie électroniques bidirectionnels

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.3.2.9 de la norme et s'applique aux compteurs électroniques permettant la mesure bidirectionnelle. Elle sert à vérifier que les compteurs électroniques bidirectionnels fonctionnent avec précision dans les deux sens. Il est présumé que le fonctionnement du compteur représentant l'énergie fournie (sens normal) a déjà été vérifié en vertu de toutes les sections pertinentes du présent document. La présente procédure s'applique au fonctionnement du compteur mesurant l'énergie reçue (sens inverse).

7.3.3.2.10.1 Configuration

  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être utilisée pour la configuration initiale du compteur.
  2. Régler la console d'étalonnage de façon qu'elle applique les charges spécifiées au tableau 7.10 de la norme pour chaque fonction d'énergie reçue qui doit être vérifiée au moyen de la procédure ci-dessous.

7.3.3.2.10.2 Procédure

Suivre la procédure de l'article 7.3.3.2.2.2 et vérifier chaque fonction approuvée pour le sens inverse.

7.3.3.2.10.3 Remarques

Les tolérances de précision sont données au tableau 7.10 de la norme.

7.3.4 Compteurs combinés électromécaniques et électroniques

La présente procédure renvoie à l'article 7.3.4 de la norme.

7.3.4.1 Généralités
  1. Certains compteurs d'électricité électromécaniques comportent un module électronique qui contrôle les révolutions du disque et utilise le nombre de révolutions pour fournir des renseignements métrologiques supplémentaires. Les compteurs ainsi constitués sont des compteurs hybrides. Ils doivent être vérifiés comme suit :
    1. pour chaque fonction d'énergie électronique approuvée, les exigences de l'article 7.3.2 de la norme s'appliquent.
    2. pour chaque fonction de puissance appelée électronique approuvée, les exigences de l'article 7.3.3 de la norme s'appliquent.
  2. Certains compteurs ont été conçus pour contenir un compteur électronique et un compteur électromécanique dans un même boîtier. Pour ce genre de compteur, la partie électromécanique est vérifiée en fonction des exigences de l'article 7.3.2 de la norme, et la partie électronique est vérifiée en fonction de l'article 7.3.3 de la norme.
7.3.4.2 Configuration
  1. La procédure générale de configuration des compteurs peut être suivie pour la configuration initiale du compteur.
  2. Passer en revue l'article 7.3.4.1 ci-dessus et déterminer les exigences applicables au compteur à l'essai.
  3. Régler la console d'étalonnage à la charge requise.
7.3.4.3 Procédure

Effectuer des essais de précision à l'aide de la procédure applicable selon la conception du compteur déterminée à l'aide des étapes de l'article 7.3.4.1 ci-dessus.

Date de modification :