Manuel de l'inspecteur — Appareils de pesage à fonctionnement non automatique

Partie 3, Section 15 : MEN-15 : Essai d'excentricité

Table des matières


Référence

Articles 11 et 13 des Normes applicables aux appareils de pesage à fonctionnement non automatique (1998).

Objet

Le but du présent essai est de déterminer l'aptitude des cellules de pesage, des supports et des systèmes de retenue des cellules de pesage à compenser ou à ne pas tenir compte des effets de torsion des charges non axiales. L'essai vise également à vérifier que les cellules de pesage des balances électroniques ou les leviers des balances mécaniques, ou les deux dans le cas des balances électroniques, peuvent être adéquatement « équilibrés » pour obtenir un pesage exact. L'appareil doit être capable de peser avec précision en dépit des changements de position de la charge d'essai sur l'élément récepteur de charge.

Généralités

Les essais d'excentricité des appareils de pesage à échelons multiples doivent être réalisés à la charge indiquée ci-dessous et en fonction du Max de l'appareil. Si la charge couvre deux échelons, les essais et l'évaluation doivent être effectués à l'échelon le plus petit.

Les essais d'excentricité des appareils de pesage à étendues multiples doivent être réalisés à la charge indiquée ci-dessous pour chaque étendue de l'appareil. Dans un tel cas, le Max est considéré comme le Max de l'étendue choisie.

Méthode

1. Balances de table, de comptoir, à plate-forme et à bras égaux

Tous les appareils ayant quatre points d'appui ou moins.

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Déposer une charge d'essai égale à ⅓ de Max (une charge entre 30 % et 35 % est acceptable) au centre du plateau (position numéro 1 sur le croquis ci-dessous). Consigner la valeur indiquée. Cette position détermine l'erreur maximale permise applicable à la charge. Il est obligatoire de déposer une charge à cette position si la charge utilisée ne comprend pas d'étalons connus (charge inconnue), mais il est facultatif de le faire lorsque la charge est connue.
  3. Déposer la même charge d'essai sur l'appareil de manière à ce que le centre de gravité de la charge soit à peu près au centre d'une des cases numérotées des croquis suivants. Consigner la valeur indiquée.
  4. Répéter la même opération dans chacune des autres cases numérotées. La charge d'essai ne doit pas dépasser le bord de l'élément récepteur de charge (ERC). Consigner la valeur indiquée.
  5. La plupart des ERC sont rectangulaires. Cependant, peu importe leur forme, les ERC devraient être subdivisés en quadrant, comme il est illustré, et la charge d'essai appropriée devrait être appliquée approximativement au centre de chacun des quadrants.
Figure 1 : Nombre de points d'appui ≤ 4
schéma de chargement de 4 cellules de pesée
Description complète—Figure 1 : Nombre de points d'appui ≤ 4

Voici une balance de table à quatre cellules de pesage dont les points d'appui se trouvent à chaque coin. La balance est divisée, dans le sens vertical et dans le sens horizontal, en quatre quadrants égaux. Le centre de la balance est représenté par le chiffre 1. Les quatre quadrants sont numérotés de 2 à 5, au centre de chacun, dans le sens horaire, en commençant par le quadrant supérieur gauche. Ces quadrants correspondent à l'endroit où doivent être déposées les charges d'essai.

⊕ indique un point d'appui (support de levier, bâti de la cellule de pesage, élément de flexion, etc.)

Option : La charge correspondant à 25 % de Max placé sur l'ERC, juste au-dessus de la cellule de pesage, peut également servir pour les essais de coins des balances à plate-forme, des balances de sol et de table ayant quatre (4) points d'appui.

Balance à deux plateaux

Les étapes pour déposer une charge sur les balances à deux plateaux sont les mêmes que pour les balances de table et les balances à plate-forme. La méthode d'essai est également la même, mais il faut utiliser le modèle de chargement suivant.

Figure 2 : Balance à deux plateaux (balance à bras égaux ou inégaux)
schéma de chargement de balances à bras égaux
Description complète—Figure 2 : Balance à deux plateaux (balance à bras égaux ou inégaux)

Voici les deux plateaux ronds d'une balance à plateaux. Le premier plateau est divisé, par deux diagonales, en quatre quadrants égaux. Le centre du premier plateau est représenté par le chiffre 1. Les quatre quadrants sont numérotés de 2 à 5, au centre de chacun, dans le sens horaire, en commençant par le quadrant supérieur gauche. Ces quadrants correspondent à l'endroit où doivent être déposées les charges d'essai. La lettre L est marquée au centre du deuxième plateau. Il s'agit de l'endroit où sera placé le contrepoids. Une fois que le plateau gauche a été soumis à l'essai, il faut répéter la méthode pour le plateau à droite.

Nota : Pour les essais des balances à deux plateaux de type « plateau sur fléau », la charge d'essai devrait être déposée d'abord sur un ERC, puis sur l'autre ERC de l'appareil. Un contrepoids (L) approprié devrait être déposé au centre de l'ERC opposé.

Balances à plate-forme de plus grande portée et autres balances avec plus de quatre points d'appui

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Déposer une charge d'essai égale à 1 ÷ (n − 1) de Max au centre du plateau (position numéro 1). Consigner la valeur. Cette position détermine l'erreur maximale tolérée applicable à la charge. (n = nombre de points d'appui).
  3. Il est obligatoire de déposer une charge à cette position si la charge utilisée ne comprend pas d'étalons connus (charge inconnue), mais il est facultatif de le faire lorsque la charge est connue.
  4. Diviser la surface de l'élément récepteur de charge (ERC) en 1⁄n sections, chacune d'elle située au‑dessus d'un des points d'appui de la charge.
  5. Déposer la même charge d'essai sur l'appareil de telle manière que le centre de gravité de la charge d'essai repose au centre de chaque section. Consigner la valeur indiquée. (n = nombre de points d'appui).
  6. Répéter la même opération pour chacune des autres sections. La charge d'essai ne devrait pas déborder du bord de l'ERC. Consigner la valeur indiquée.
Figure 3 : Points d'appui >4
schéma de chargement de plus de 4 cellules
Description complète—Figure 3 : Points d'appui >4

Voici une balance à plate-forme à six cellules de pesage dont les points d'appui se situent aux quatre coins et au centre des deux côtés longs de la plate-forme. La balance est divisée, dans le sens vertical et dans le sens horizontal, en six rectangles égaux, chacun comportant une cellule de pesage. Le centre de la balance est représenté par le chiffre 1. Les six rectangles sont numérotés de 2 à 7, au centre de chacun, dans le sens horaire, en commençant par le rectangle supérieur gauche. Ces rectangles correspondent à l'endroit où doivent être déposées les charges d'essai.

⊕ indique un point d'appui (support de levier, bâti de la cellule de pesage, élément de flexion, etc.)

2. Balances sur chariot élévateur à fourche motorisé ou chariot manuel

En suivant le modèle de chargement approprié illustré ci-dessous, effectuer les mêmes essais que ceux utilisés pour les balances à plate-forme décrits ci-dessus. Les poids doivent être placés sur la palette la plus large que le chariot soulèvera. Si l'espacement des bras de la fourche est réglable, refaire l'essai à l'espacement minimal et à l'espacement maximal.

En raison de la nature de l'équipement, il faut prendre de grandes précautions pour assurer la stabilité du chariot au cours de l'essai. Les essais doivent toujours être effectués avec la fourche dans la position la plus basse.

Figure 4 : Chariot élévateur (toutes les configurations)
schéma de chargement de balances montées sur chariot élévateur
Chariot élévateur
Description complète—Figure 4 : Chariot élévateur (toutes les configurations)

Voici une balance sur chariot élévateur à deux cellules de pesage. Les deux cellules de pesage se trouvent dans le mât. La charge est disposée sur la fourche en porte-à-faux par rapport au mât. Une palette est placée sur la fourche pour pouvoir réaliser l'essai. La palette est divisée, dans le sens vertical et dans le sens horizontal, en quatre quadrants égaux. Le centre de la palette est représenté par le chiffre 1. Les quatre quadrants sont numérotés de 2 à 5, au centre de chacun, dans le sens horaire, en commençant par le quadrant supérieur gauche. Ces quadrants correspondent à l'endroit où doivent être déposées les charges d'essai.

Voici une image d'un chariot élévateur à fourche.

Figure 5 : Chariot manuel (3 appuis)
schéma de chargement de balances de chariot manuel
Chariot manuel
Description complète—Figure 5 : Chariot manuel (3 appuis)

Voici une balance sur chariot manuel ou transpalette à main à trois cellules de pesage. Les trois cellules de pesage se trouvent au niveau ou près des roues. Une palette est placée sur les fourches pour pouvoir réaliser l'essai. La palette est divisée, dans le sens vertical et dans le sens horizontal, en quatre quadrants inégaux. De la poignée aux extrémités des bras de la fourche, la palette est divisée en sections 23 et 13, respectivement. Entre les deux côtés, la palette est séparée en deux parties égales. Le point où les lignes de division se rencontrent est représenté par le chiffre 1. Les quatre parties sont numérotées de 2 à 5, au centre de chacun, dans le sens horaire, en commençant par la partie supérieure gauche. Ces parties correspondent à l'endroit où doivent être déposées les charges d'essai.

Voici une image d'un chariot manuel ou transpalette à main.

⊕ indique un point d'appui (support de levier, bâti de la cellule de pesage, élément de flexion, etc.)

3. Balances monorails

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Déposer une charge roulante correspondant à la charge roulante habituelle, la plus lourde et la plus concentrée pouvant être pesée, qui toutefois ne dépasse pas 80 % du Max, à différents points de l'ERC. Les extrémités et le centre de l'ERC doivent, à tout le moins, être soumis à l'essai.
  3. Consigner les valeurs indiquées.
Figure 6 : Balance monorail
schéma de chargement de balances de type monorail
Description complète—Figure 6 : Balance monorail

Voici une balance à rail aérien. Les cellules de pesage ne sont pas situées à des endroits expressément désignés, mais se trouvent généralement à l'about du rail mobile ou près de celui-ci. L'about gauche du rail est représenté par L1, le centre du rail par L2 et l'about droit du rail par L3, qui correspondent aux endroits où seront placés les poids d'essais sur l'appareil.

Pendant l'essai, observer le rail afin de détecter tout mouvement, fléchissement, blocage ou frottement indu qui pourrait nuire au rendement de la balance.

4. Balance-réservoir ou trémie de pesage

Il peut être difficile, voire dangereux de fournir la quantité requise d'étalons d'essai lorsque le Max de la balance d'essai, réservoir ou trémie, est supérieur à 10 000 kg. Puisque ces appareils ne sont pas très touchés par des erreurs d'excentricité, les exigences relatives au chargement peuvent être réduites. Pour ces appareils de plus grande portée, une charge de 50 à 100d peut être utilisée au lieu d'une charge de 10 % à 25 % de Max. Cette charge permettra à l'inspecteur de vérifier que chaque cellule de pesage est sous tension et qu'elle contribue à l'indication pondérale globale. Si la charge est constituée de poids d'essai placés au centre de gravité de l'appareil, elle est assujettie à la marge de tolérance applicable. Cependant, si la charge pour l'essai d'excentricité est décentrée sur la balance, celle-ci risque de basculer et la charge serait considérée comme une charge de diagnostic seulement et ne serait pas assujettie à la marge de tolérance applicable.

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Utiliser une charge d'au moins :
    1. 10 % de Max sans dépasser 25 % de Max pour un appareil ayant un Max ≤ 10 000 kg.
    2. de 50 à 100d pour les appareils ayant un Max > 10 000 kg.
  3. Appliquer la charge à chaque point d'appui. Il faut prendre soin de maintenir le centre de gravité de la charge entre les points d'appui afin d'empêcher la balance de basculer.
  4. Consigner les valeurs indiquées.
Figure 7 : Balance-réservoir et trémie de pesage
schéma de chargement de balances de type trémie ou réservoir
Description complète—Figure 7 : Balance-réservoir et trémie de pesage

Voici une trémie de pesage à quatre cellules de pesage. Les points d'appui peuvent être situés en dessous ou sur le dessus de la trémie, dans les coins, si l'élément récepteur de charge (ERC) est carré ou à distance égale sur le pourtour de l'appareil si l'ERC est rond. Il peut y avoir plus ou moins de points d'appui pour une installation donnée. Chaque point d'appui est numéroté selon un ordre séquentiel en commençant par 1 jusqu'à ce que tous les points d'appui aient été numérotés. Chaque endroit doit être soumis à un essai avec des poids d'essai.

5. Essais des sections et essai de déplacement - ponts-bascules routiers

Figure 8 : Pont-bascule routier (3 sections)
schéma de chargement de ponts-bascules routiers
Description complète—Figure 8 : Pont-bascule routier (3 sections)

Voici une vue en plan et une vue de profil d'un pont-bascule routier à trois sections. On place un véhicule sur le pont-bascule pour effectuer les essais de déplacement. Le pont-bascule routier doit être réglé à zéro, puis on commence le chargement de la droite vers la gauche. Le centre de gravité du véhicule est placé sur chaque point d'appui du pont-bascule. Après avoir consigné la valeur indiquée, il faut déplacer le véhicule jusqu'à la prochaine position. Répéter les mêmes étapes jusqu'à la dernière position. Il faut ensuite arrêter le véhicule juste avant qu'il ne quitte l'ERC et consigner la dernière valeur indiquée. Répéter la méthode de la gauche vers la droite.

⊕ indique un point d'appui (support de levier, bâti de la cellule de pesage, élément de flexion, etc.)

Charge concentrée maximale

Le poids de l'essieu (ou du groupe d'essieux) le plus lourd du véhicule utilisé ne doit pas dépasser 75 % de Max dans le cas d'un pont-bascule à deux sections, ni dépasser 50 % de Max dans le cas d'un pont‑bascule comportant plus de deux sections. La charge disponible la plus lourde et la plus concentrée doit être utilisée, tout en tenant compte du maximum susmentionné.

Avertissement : Il est interdit d'utiliser des véhicules chenillés sur le tablier d'un pont-bascule - seuls des véhicules à pneus sont admis.

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Conduire le véhicule chargé sur le pont-bascule et placer le centre du groupe d'essieux le plus lourd sur la première section; consigner la valeur indiquée.
  3. Déplacer la charge concentrée sur la deuxième section. Consigner les valeurs indiquées.
  4. Répéter ces étapes pour toutes les autres sections.
  5. Faire monter le véhicule sur le pont-bascule en sens inverse et tester à nouveau chacune des sections. Au moins deux séries complètes d'essais de déplacement doivent être effectuées sur chaque section du pont-bascule afin de déterminer la fidélité de ce dernier.

Nota : On ne peut pas peser, de façon adéquate, un camion d'essai type sur chacune des sections aux extrémités du pont-bascule. La dernière position d'arrêt doit être juste avant que le premier groupe d'essieux, habituellement l'essieu directeur, quitte le pont-bascule.

Essai de déplacement—fléchissement

La charge concentrée doit également être placée entre les sections afin de déterminer si un fléchissement du tablier ou de la structure produit des mesures inexactes.

Figure 9 : Fléchissement
fléchissement de moyenne portée
Description complète—Figure 9 : Fléchissement

Voici un véhicule placé sur un pont-bascule routier dont le centre de gravité se trouve à mi-chemin entre les points d'appui. Cet essai vise à vérifier que le fléchissement entre la section n'est pas suffisamment important pour causer des inexactitudes de mesure.

Nota : Si on se sert d'une chargeuse pour effectuer l'essai de déplacement, il faut placer le centre de gravité de la machine au-dessus des cellules de pesage. Cette position changera en fonction de la configuration de la chargeuse. De plus, il faut abaisser le plus possible les bennes et les grappins des chargeuses frontales lorsqu'ils servent de charges pour les essais par charge de contrainte ou pour les essais de déplacement, afin d'abaisser le centre de gravité et de réduire l'effet de prise au vent.

Essai de déplacement—tablier large

Si la largeur du pont-bascule est supérieure à trois mètres (ou si l'inspecteur le juge nécessaire), effectuer une première série d'essais en déplaçant le véhicule sur le côté droit du tablier, puis effectuer une deuxième série d'essais sur le côté gauche.

Figure 10 : Tablier large
schéma de chargement de larges ponts-bascules routiers
Description complète—Figure 10 : Tablier large

Voici une vue en plan d'un pont-bascule routier à quatre sections de largeur. On place un véhicule sur le pont-bascule pour effectuer les essais de déplacement. Le chargement s'effectue de la droite vers la gauche avec le véhicule du même côté du tablier, soit le gauche ou le droit. Le centre de gravité du véhicule est placé sur chaque point d'appui du pont-bascule. Après avoir consigné la valeur indiquée, il faut déplacer le véhicule jusqu'à la prochaine position. Répéter les mêmes étapes jusqu'à la dernière position. Il faut ensuite arrêter le véhicule juste avant qu'il ne quitte l'ERC et consigner la dernière valeur indiquée. Répéter la méthode de la gauche vers la droite.

Avertissement : Il ne faut pas effectuer cet essai de déplacement sur des balances à tablier en bois s'il faut déplacer le véhicule pour que ce dernier ne repose plus sur les poutres longitudinales destinées à supporter les pneus. Il se peut que les tabliers transversaux ne puissent pas supporter la charge concentrée du véhicule.

Essai de déplacement—balances modulaires et balances à tabliers multiples

Si le pont-bascule est fait de modules (pont-bascule routier à tabliers multiples), il faut aussi effectuer les essais de déplacement en plaçant la charge de façon à chevaucher la jonction des modules. Il faut effectuer au moins un essai de déplacement sur la balance en plaçant la charge d'essai sur un côté de la ligne de jonction du module, puis sur l'autre côté de la ligne de jonction. Il se peut que cet essai ne soit pas faisable si les modules sont séparés par des zones sans élément capteur.

(Voir la MEN-26, Systèmes de pesage à multiples éléments peseurs, pour plus de détails sur les exigences.)

Figure 11 : Pont-bascule routier modulaire
schéma de chargement de ponts-bascules routiers modulaires
Description complète—Figure 11 : Pont-bascule routier modulaire

Voici une vue en plan et une vue de profil de deux ponts-bascules routiers à deux sections. Les deux ponts-bascules sont placés bout à bout pour augmenter la longueur utile de l'ERC. On place un véhicule sur le pont-bascule pour effectuer les essais de déplacement. Le centre de gravité du véhicule est placé à la jonction des deux tabliers. On effectue d'abord l'essai à l'extrémité du premier tablier puis à la jonction des deux tabliers, et enfin à l'extrémité du deuxième tablier. Répéter la méthode dans l'autre direction.

Ponts-bascules routiers montés côte à côte

Ponts-bascules routiers montés de façon non traditionnelle. Ils sont souvent utilisés pour peser du matériel d'exploitation minière non routier ou du matériel d'exploitation forestière de grande taille. Ces ponts-bascules comportent habituellement deux tabliers montés côte à côte; cependant, d'autres configurations sont possibles, notamment une configuration en « T ».

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Si cela est possible, tester l'excentricité de chaque pont-bascule séparément, en suivant les modèles de chargement susmentionnés appropriés. Procéder aux essais de manière suivante.
  3. Conduire un véhicule chargé sur le pont-bascule et placer le centre du groupe d'essieux le plus lourd sur le premier point d'appui ou la première section. Consigner la valeur indiquée.
  4. Déplacer la charge concentrée sur le deuxième point d'appui ou la deuxième section. Consigner les valeurs indiquées.
  5. Répéter la méthode pour tous les autres points d'appui ou toutes les autres sections.
  6. Si cela est possible, faire monter le véhicule sur le pont-bascule en sens inverse et tester à nouveau chacun des points d'appui ou chacune des sections.
  7. Les essais doivent se rapprocher autant que possible des modèles de chargement normal.

(Voir la MEN-26, Systèmes de pesage à multiples éléments peseurs, pour plus de détails sur les exigences.)

Figure 12 : Pont-bascule routier monté côte à côte
schéma de chargement de balances montées côte à côte
Description complète—Figure 12 : Pont-bascule routier monté côte à côte

Voici une vue en plan de deux ponts-bascules routiers à deux sections. Les ponts-bascules sont installés côte à côte pour augmenter la largeur utile de l'ERC. Les ponts-bascules sont chargés à partir de la droite vers la gauche et à la jonction des tabliers. Le centre de gravité du véhicule est placé sur chaque point d'appui du pont-bascule. Après avoir consigné la valeur indiquée, il faut déplacer le véhicule jusqu'à la prochaine position. Répéter les mêmes étapes jusqu'à la dernière position. Il faut ensuite arrêter le véhicule juste avant qu'il ne quitte l'ERC et consigner la dernière valeur indiquée. Répéter la méthode de la gauche vers la droite. Si les tabliers sont suffisamment longs, il est possible d'effectuer un essai de déplacement sur chacun d'eux, sans chevauchement des joints.

6. Essais des sections et essai de déplacement - ponts-bascules ferroviaires

Les modèles de chargement doivent être identiques à ceux des ponts-bascules routiers. Chaque section et chaque extrémité doivent être chargées tour à tour. Les essais doivent être effectués dans les deux sens.

Charge concentrée maximale

Le poids du bogie du wagon d'essai ne doit pas dépasser 75 % de Max dans le cas d'un pont‑bascule à deux sections et ne doit pas dépasser 50 % de Max dans le cas d'un pont-bascule à plus de deux sections. Sous réserve du maximum établi ci-dessus, la charge la plus lourde et la plus concentrée disponible doit être utilisée - habituellement, un wagon d'essai court devrait être disponible pour cet essai. Il est également possible d'avoir recours à un tracteur rail-route, s'il y en a un assez lourd de disponible.

Méthode

  1. Mettre l'appareil à zéro.
  2. Placer le wagon d'essai chargé sur le pont-bascule et le centrer sur la première section. Appliquer légèrement les freins du wagon d'essai et dételer et retirer l'unité de traction (tracteur rail-route, locomotive, etc.), s'il y a lieu. Consigner la valeur indiquée.
  3. Répéter la méthode pour toutes les autres sections.
  4. Faire monter le wagon sur le pont-bascule en sens inverse et tester de nouveau chacune des sections. Au moins deux séries complètes d'essais de déplacement doivent être effectuées sur chaque section du pont-bascule afin de déterminer la fidélité de ce dernier.

Avertissement : Ne jamais rouler une locomotive sur le tablier du pont-bascule, à moins d'obtenir l'autorisation du propriétaire du pont-bascule.

Utilisation de vérins hydrauliques

Pour des raisons de sécurité, il est interdit d'utiliser les vérins hydrauliques du camion de poids ou tout autre appareil de poids concentré. Au même titre, les stabilisateurs de camion‑grue ne devraient pas être abaissés sur le tablier du pont-bascule, sauf si des dispositifs ont été mis en place pour répartir le poids concentré. Il se peut que l'utilisation des stabilisateurs à proximité du pont-bascule exige également la mise en place de dispositifs de répartition du poids.

Utilisation de chariots de poids mobiles motorisés

Des chariots de poids mobiles motorisés ne peuvent être utilisés que pour des essais de ponts-bascules seulement dans les conditions suivantes :

  1. Le modèle de chargement et les restrictions applicables au chariot doivent être les mêmes que pour toute autre charge mobile concentrée, comme un camion ou une chargeuse. Le chariot ne doit être bougé sur le tablier que dans le sens de la longueur et n'être placé que dans les zones du tablier conçues pour soutenir un véhicule. En aucun cas, le chariot ne doit être placé sur des tabliers en bois ni être disposé transversalement sur un tablier en billots de bois et à l'extérieur des zones normalement conçues pour soutenir le poids d'un véhicule. Normalement, les chariots ne doivent pas être utilisés sur d'autres balances à plates-formes.
  2. Il faut être extrêmement prudent au moment de placer le chariot sur la balance ou de l'enlever de cette dernière. Il faut s'assurer que les approches utilisées permettent la manutention de la charge concentrée et que la transition s'effectue en douceur pour faciliter les mouvements du chariot.
  3. Le chariot doit être conçu et chargé de manière à ce que sa charge concentrée ne dépasse pas 14 kg/cm² ou 140 000 kg/m² (200 lb/po²).
Equation 1
Formule utilisée pour calculer la charge concentrée maximale, qui est la somme du poids total du chariot plus le poids des étalons placés sur le chariot, divisée par la surface totale de la zone de contact des pneus. On obtient cette dernière en multipliant chaque zone de contact par le nombre de pneus.

où :

Interprétation des résultats

La différence entre les résultats obtenus pour différentes positions de la charge ne doit pas dépasser la valeur absolue de la marge de tolérance en service applicable à cette charge.

Par ailleurs, chaque résultat doit respecter la marge de tolérance applicable à l'essai.

Révision

Rév 5.

Rév. 4.

Rév. 3.

Rév. 2.

Rév. 1.

Date de modification :