Manuel de l'inspecteur — Appareils de pesage à fonctionnement non automatique

Partie 3, Section 28 : MEN-28 : Appareils de pesage à échelon multiples et à étendues multiples

Références

Articles 3, 5, 6, 8, 9, 16 et 31 à 33 des Normes applicables aux appareils de pesage à fonctionnement non automatique (1998). MEN-3, MEN-11 et MEN-13.

Objet

Le présent article fournit des lignes directrices supplémentaires pour l'examen et l'essai des appareils à échelons et à étendues multiples.

Nota : Un indicateur pondéral mis à l'essai séparément doit avoir été réglé et testé pour un nombre maximal d'échelons nmax et une valeur minimale de l'échelon de vérification emin sur toute l'étendue.

28.1 Appareils à échelons multiples

Appareil à échelons multiples - désigne un appareil ayant une seule étendue de pesage laquelle est divisée en étendues de pesage partielles ayant chacune un échelon différent; l'étendue de pesage étant déterminée automatiquement selon la charge appliquée (étendues/échelons prédéterminés), pour les charges croissantes et décroissantes.

Les marges de tolérance sont établies en fonction de la classe de l'appareil et de la valeur de l'échelon de vérification e de l'étendue partielle correspondant à la charge appliquée.

Échelons et capacités

28.1.1 Dans le cas d'un instrument à échelons multiples, la valeur de l'échelon de vérification d'une étendue de pesage donnée doit être inférieure à l'échelon de vérification de l'étendue suivante (e1 < e2 < e3, etc.)

28.1.2 Chaque étendue partielle d'un appareil à échelons multiples doit avoir un échelon de vérification réel de même valeur pour les charges croissantes et décroissantes. L'échelon réel d doit être égal à l'échelon de vérification e.

28.1.3 Chaque étendue partielle d'un appareil à échelons multiples doit avoir le nombre d'échelons n établi à l'article 3 de la norme.

Exemple : Chaque étendue partielle d'un appareil de classe III doit avoir au moins 500 n et au plus 10 000 n. Le nombre d'échelons n pour chaque étendue de pesage partielle est déterminé en divisant la capacité de chaque étendue de pesage partielle par l'échelon de vérification e de l'étendue partielle en question. Voir les tableaux suivants.

Exemple d'appareils qui ne satisfont pas aux exigences de l'article 28.1.3

Exemple avec le nombre total d'échelon supérieur aux exigences
Étendue partielle e n Max ÷ e
Première 0 – 3 kg 1 g 3 000 3 000 ÷ 1
Deuxième 3 – 6 kg 2 g 3 000 6 000 ÷ 2
Troisième 6 – 60 kg 5 g 12 000Nombre d'interval érroné 60 000 ÷ 5
Exemple avec le nombre total d'échelon inférieur aux exigences
Étendue partielle e n Max ÷ e
Première 0 – 1 kg 1 g 1 000 1 000 ÷ 1
Deuxième 1 – 5 kg 5 g 1 000 5 000 ÷ 5
Troisième 5 – 8 kg 20 g 400Nombre d'interval érroné 8 000 ÷ 20

Exemple d'un appareil qui satisfait aux exigences de l'article 28.1.3

Exemple avec le nombre total d'échelon respectant les exigences
Étendue partielle e n Max ÷ e
Première 0 – 1 kg 1 g 1 000 1 000 ÷ 1
Deuxième 1 – 5 kg 2 g 2 500 5 000 ÷ 2
Troisième 5 – 8 kg 5 g 1 600 8 000 ÷ 5

Capacité maximale des étendues de pesage partielles (à titre de recommandation seulement — OIML R76 3.3.3)

28.1.4 À l'exception de la dernière étendue de pesage partielle, les exigences suivantes doivent être satisfaites, selon la classe de précision de l'appareil.

Tableau 4
Classe I II III IIIHD IIII
Maxi ÷ e(i + 1) ≥50 000 ≥5 000 ≥500 ≥500 ≥50

Tare

28.1.5 La valeur maximale de la tare pouvant être entrée ne doit pas être supérieure à Max1.

28.1.6 Lorsque le poids brut et la tare tombent dans différentes étendues de pesage, il doit y avoir concordance mathématique entre le poids net et le poids brut et la tare affichés et enregistrés (simultanément ou en séquence) (net = brut - tare).

28.1.7 La valeur de la tare doit être égale à la valeur de l'échelon affiché pour toutes les méthodes d'entrée de la tare (dtare = d). Toute tentative d'entrée d'une tare qui n'est pas égale à d dans la première étendue de mesure d'un appareil à échelons multiples, doit être rejetée ou la tare doit être arrondie à l'échelon le plus près.

Exemple : Une balance à échelons multiples présente un échelon de 2 g dans la première étendue et de 5 g dans la deuxième étendue. Une valeur de 5 g entrée au clavier dans la première étendue doit être arrondie à 4 g ou 6 g ou être rejetée.

28.1.8 Les valeurs pondérales (poids net ou poids brut) doivent toujours commencer avec l'étendue de pesage la plus faible de l'appareil, quelle que soit la valeur de la tare entrée au clavier ou au plateau.

Exemple : Une balance à échelons multiples présente deux étendues. La première est de 0 – 2 kg par échelons de 2 g, et la deuxième est de 2 – 5 kg par échelons de 5 g. Une tare au plateau de 1 kg est entrée, l'appareil indique zéro. L'appareil doit alors indiquer un poids net de 0 à 2 kg par échelons de 2 g; et de 2 à 4 kg, par échelons de 5 g.

28.1.9 Lorsque le poids brut, le poids net et la tare sont affichés ou imprimés, il doit y avoir concordance mathématique en tout temps. Pour permettre cette concordance, la valeur de tare doit être arrondie.

Exemple : Un appareil à échelons multiples comporte deux étendues de pesage. La première est de 0 – 2 kg par échelons de 2 g, et la deuxième est de 2 – 5 kg par échelons de 5 g. Une tare au clavier de 1,998 kg est entrée (échelon de 2 g) et une charge brute de 2,115 kg (par échelons de 5 g) est déposée sur le plateau. Le poids net indiqué doit être soit 0,116 kg ou 0,118 kg (première étendue : les valeurs sont arrondies à l'échelon de 2 g). Si le poids brut, le poids net et la tare sont affichés, ils doivent correspondre à ce qui suit :

Brut
Tare
Net
soit
2,115 kg
1,999 kg
0,116 kg
ou
2,115 kg
1,997 kg
0,118 kg

28.1.10 Une tare entrée dans l'étendue de mesure inférieure doit être arrondie à l'échelon le plus près de l'étendue supérieure où le pesage se situe, ou elle doit demeurer inchangée. Dans ce dernier cas, le poids net pourrait être affiché avec un échelon plus petit que celui de l'étendue dans laquelle le pesage se situe. Lorsqu'un appareil affiche ou imprime le poids brut, le poids net et la tare, l'équation mathématique (tare + poids net = poids brut) doit être satisfaite en tout temps.

Exemple : Une balance à échelons multiples présente un échelon de 2 g pour l'étendue de 0 à 2 kg et de 5 g pour l'étendue de 2 kg à 10 kg. Une tare de 12 g est entrée dans la première étendue et le poids brut est de 2 500 g (deuxième étendue). La balance peut afficher soit 2 488 g (tare enregistrée de 12 g) ou 2 490 g (tare arrondie à 10 g).

Marquage

28.1.11 La capacité Maxet l'échelon de vérification e doivent être marqués de façon visible et à proximité de l'afficheur pondéral (voir MEN-3).

Rendement

28.1.12 Les marges de tolérance sont établies en fonction de la classe de l'appareil et de la valeur de l'échelon de vérification e de l'étendue partielle correspondant à la charge appliquée.

L'exemple suivant montre comment déterminer la marge de tolérance applicable aux appareils de la classe III, 15 kg avec étendues partielles et ensemble d'échelons de vérification e suivants :

Première étendue
0,000 – 2,000 kg × 0,001 kg (1 gramme)
Deuxième étendue
2,000 – 5,000 kg × 0,002 kg (2 grammes)
Troisième étendue
5,000 – 15,000 kg × 0,005 kg (5 grammes)

Les marges de tolérance applicables aux appareils de pesage de classe III sont les suivantes :

Tableau 5
Charge exprimée en nombre d'échelons de vérification e Marge de tolérance à l'acceptation exprimée en nombre d'échelons de vérification e
0 – 500 +0,5 e
> 500 – 2 000 +1 e
> 2 000 – 4 000 +1,5 e
> 4 000 +2,5 e

Les marges de tolérance applicables à chaque étendue sont donc les suivantes :

Tableau 6
  Nombre d'échelons de vérification e Valeur en kilogrammes Marge de tolérance (à l'acceptation)
Première étendue (e = 1 g) 0 – 500 e
> 500 – 2 000 e
0 – 500 g
> 500 g – 2 kg
0,5 g (0,5 e)
1 g (1 e)
Deuxième étendue (e = 2 g) 0 – 500 e
> 500 – 1 000 e
> 1000 – 2 000 e
> 2000 – 2 500 e
0 – 1 kg
> 1 – 2 kg
> 2 – 4 kg
> 4 – 5 kg
S/O
S/O
2 g (1 e)
3 g (1,5 e)
Troisième étendue (e = 5 g) 0 – 500 e
> 500 – 1 000 e
> 1000 – 2 000 e
> 2000 – 3 000 e
> 3 000 e
0 – 2,5 kg
> 2,5 – 5 kg
> 5 – 10 kg
> 10 – 15 kg
> 15 kg
S/O
S/O
5 g (1 e)
7,5 g (1,5 e)
S/O

Clarification :

  1. Pour tout essai effectué sur une balance à échelons multiples, la marge de tolérance est fonction de l'échelon de vérification e de l'étendue correspondant à la charge d'essai utilisée. Les points d'essai critiques sont calculés pour chaque échelon et comprennent la valeur Maxi.
  2. La plus petite valeur de l'échelon de vérification e s'applique aux essais afin de déterminer la valeur maximale du DMZA, l'erreur maximale admissible pour l'essai de retour à zéro et de l'essai dérive-retour à zéro, etc. L'exigence de détection du mouvement doit être satisfaite pour chaque étendue partielle. L'essai de déplacement doit être effectué une fois à la charge indiquée d'après la valeur Max de l'appareil (voir la MEN-15 pour plus de renseignements).
  3. Les appareils équipés pour entrer la tare au clavier ou au plateau doivent satisfaire les marges de tolérance établies pour les poids nets en fonction de toute tare entrée et jusqu'à la tare maximale.

28.2 Appareils à étendues multiples

Appareil à étendues multiples désigne un appareil qui, pour un même récepteur de charge a deux étendues de pesage ou plus, chacune ayant une capacité Maxdifférente, un échelon e différent et allant de zéro à sa capacité Max (deux appareils ou plus en un). La sélection de l'étendue peut se faire manuellement ou automatiquement.

Chaque étendue est considérée comme un appareil distinct pour la détermination des marges de tolérance. La marge de tolérance applicable à chaque étendue est déterminée en fonction de la valeur de l'échelon de vérification e de l'étendue en question.

Nombre d'échelons et capacité

28.2.1 Chaque étendue d'un appareil à étendues multiples doit avoir le nombre d'échelons n conformément aux exigences de l'article 3 de la norme.

28.2.2 Pour chaque étendue, l'échelon réel d doit être égal à l'échelon de vérification e.

Dispositif de mise à zéro

28.2.3 Le dispositif de mise à zéro de toute étendue de pesage doit également être actif dans les étendues de pesage supérieures, s'il est possible de passer à une étendue supérieure pendant que l'appareil est sollicité par une charge. L'écart du zéro ne doit pas dépasser 0,25 e. Cette exigence s'applique à la sélection manuelle autant qu'à la sélection automatique d'étendues de pesage.

Sélection de l'étendue de pesage

28.2.4. La sélection manuelle des étendues de pesage est permise pour :

  • une étendue plus petite à une étendue plus grande;
  • une étendue de pesage supérieure à une étendue inférieure lorsqu'il n'y a pas de charge sur le plateau et que le dispositif indicateur est à zéro ou affiche un poids net négatif. L'annulation de la fonction de tare et le réglage du zéro à + 0,25 e1 doivent se faire automatiquement.

28.2.5. La sélection automatique de l'étendue de pesage est permise pour :

  • une étendue inférieure à l'étendue supérieure suivante lorsque la charge est supérieure au poids brut maximal de l'étendue en fonction;
  • une étendue de pesage supérieure à une étendue inférieure lorsqu'il n'y a pas de charge sur le plateau et que le dispositif indicateur est à zéro ou affiche un poids net négatif. L'annulation de la fonction de tare et le réglage du zéro à + 0,25 e1, doivent se faire automatiquement.

Tare

28.2.6 La valeur de la tare ne peut être transférée d'une étendue de pesage à une autre que si cette dernière à un échelon de vérification e plus grand.

28.2.7 La fonction tare doit également être active dans l'étendue de pesage supérieure, s'il est possible de passer à une étendue de pesage supérieure pendant que l'appareil est sollicité par une charge.

28.2.8 La valeur de la tare doit être égale à la valeur de l'échelon affiché pour toutes les méthodes d'entrée de la tare (dtare = d). Toute tentative d'entrer, dans l'étendue inférieure d'une balance à étendues multiples une valeur de tare qui n'est pas égale à d doit être rejetée ou arrondie à l'échelon réel d le plus proche.

Exemple : Une balance présente un échelon de 2 g dans la première étendue et de 5 g dans la deuxième étendue. Une valeur de 5 g entrée au clavier dans la première étendue doit être arrondie à 4 ou 6 g ou être rejetée.

28.2.9 Une valeur de tare entrée dans l'étendue inférieure doit être arrondie à l'échelon réel d le plus près de l'étendue supérieure où le pesage net s'effectue.

Exemple : Une balance automatique à étendues multiples présente un échelon de 2 g pour l'étendue de 0 à 2 kg (étendue inférieure), et de 5 g pour l'étendue de 0 à 10 kg (étendue supérieure). Une tare de 13 g est entrée dans l'étendue inférieure et le poids brut est de 2 500 g (deuxième étendue). La valeur de tare doit être arrondie à 15 g et la balance doit afficher 2 485 g (arrondi à 15 g).

28.2.10 Dans tous les cas, il doit y avoir concordance mathématique du poids net, du poids brut et de la tare affichés et imprimés (poids net = poids brut - tare).

Indication de l'étendue utilisée

28.2.11 L'indication de l'étendue dans laquelle l'appareil fonctionne doit être automatique et claire pour l'opérateur et pour le consommateur.

Clarification :

Si une balance affiche un signe décimal et un nombre différent de décimales dans chaque étendue de pesage, la position du signe décimal et le nombre de décimales qui suivent constituent une façon adéquate d'indiquer l'étendue de pesage en fonction. Si l'étendue de pesage n'utilise pas de signe décimal ni un nombre différent de décimales p. ex. des échelons de 20, 50 et 100 lb), il doit y avoir une autre méthode permettant d'identifier l'étendue de pesage en fonction. Un affichage de la capacité par échelon accompagné d'un voyant situé à proximité du dispositif d'affichage du poids, comme celui qui suit, est acceptable :

Étendue en fonction
Étendue 1
5 × 0,002 kg
Étendue 2
20 × 0,005 kg

Marquage

28.2.12 Chaque étendue de pesage par échelon doit être clairement indiquée à proximité de l'afficheur du poids. Si le fabricant choisit d'indiquer l'étendue de pesage en fonction en utilisant la méthode recommandée ci-dessus (avec voyant), aucun autre marquage de l'étendue par échelons n'est requis.

Rendement

28.2.13 Chaque étendue de pesage est considérée comme une balance distincte. Les marges de tolérance applicables à chaque étendue sont déterminées en fonction de la valeur de l'échelon de vérification de l'étendue en question.

Clarification :

  1. Chaque étendue de pesage d'une balance à étendues multiples est considérée comme une balance distincte et doit être évaluée en conséquence.
  2. Après un retour à zéro depuis toute charge supérieure àMax1 et immédiatement après le passage (manuel ou automatique) à l'étendue de pesage inférieure, l'indication près de zéro ne doit pas varier d'une valeur supérieure à e1 pendant les cinq (5) minutes qui suivent.

Révisions

La révision 2 vise à :

  • mettre à jour les exigences relatives à l'essai d'excentricité des appareils à échelons multiples en 28.1.12, clarification 2.
  • Clarification de la formule en 28.1.4 par l'ajout de parenthèses lorsque nécessaire.

La révision 1 visait à :

  • ajouter l'article 28.1.4, Capacité maximale des étendues de pesage partielles (OIML R76 3.3.3) à titre de recommandation seulement.
  • corriger la référence « d doit être égal à e ».
  • ajouter un tableau de données pour le calcul de n à l'article 28.1.3.
  • corriger des problèmes de mise en forme.
  • corriger les renvois aux Normes applicables aux appareils de pesage à fonctionnement non automatique (1998).
Date de modification :