Archivé — Transcription - profils vidéo des récipiendaires 2009

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Casey Brown a comme objectif de susciter la fierté dans la collectivité de l'école de Fort McKay. Elle s'assure que les élèves sont prêts à apprendre. Mme Brown s'efforce également de répondre aux besoins émotionnels et physiques des élèves. Ses élèves échangent de la malbouffe pour des options santé. À l'extérieur de la classe, elle réunit des fonds pour de nouveaux programmes et de nouvelles technologies. Quoi qu'elle fasse, sa devise est toujours « les enfants d'abord »!


Dan Buchanan s'est récemment joint à une nouvelle école. Par contre, où qu'il enseigne, il utilise la nouvelle technologie à bon escient en vue d'améliorer l'apprentissage des élèves dans l'ensemble du programme. Ses élèves forment des groupes d'expert pour maîtriser les sujets et partager leurs connaissances. L'école de plein air qu'il a mise sur pied offre une programmation complète des matières du niveau primaire dans le paysage accidenté des montagnes.


Rob Dougherty estime que personne ne doit avoir honte d'être passionné par la Guerre des étoiles, les activités à vocation sociale ou les arts. Il met sur pied et dirige des clubs scolaires. Ses élèves font du bénévolat pour des oeuvres de charité locales. En outre, il organise de grandes productions éducatives et théâtrales. Il veille également à ce que ses élèves ne doutent pas qu'ils réalisent quelque chose d'utile et qui en vaut la peine.


L'école Poplar Ridge a comme dicton : « Bon, meilleur, le meilleur, ne vous relâchez jamais jusqu'à ce que votre bon soit meilleur, et votre meilleur, le meilleur ! » Les élèves de
Wayne Phillips évaluent eux-mêmes ce qu'ils font et tentent par la suite de s'améliorer. Ils présentent des demandes d'emploi dans leur classe et sont récompensés pour leur rendement. Dans sa classe, M. Phillips crée un environnement imitant le monde réel où les rires et les marques d'affection ont leur place tout comme l'apprentissage.


Marc Pelech aime sortir du cadre scolaire pour saisir les occasions de créer de l'art. Comme toile, ses élèves se sont servis des espaces publics et des immeubles de la ville de Surrey. Ils ont créé des murales pour promouvoir l'art en tant que substitut aux graffitis. Travaillant ensemble, ils ont impressionné la collectivité, sans compter eux-mêmes, avec leurs chefs-d'oeuvre primés plus grands que nature.


Shirley Turner se fait la championne de la science et de l'importance de l'éducation dans la plus grande école centrale de Vancouver. Elle fait appel à une variété de techniques lorsqu'elle enseigne à des mères monoparentales et aux nombreux élèves de l'école qui ne parlent pas anglais. Elle est également à la tête d'un programme accéléré en mathématiques et en sciences. Pour élargir son programme, elle a instauré les Prix du Duc d'Édimbourg, qui portent sur le service et les activités de plein air.


L'objectif de Christopher Koop est d'aider ses élèves à acquérir des compétences et à devenir des personnes bien équilibrées. Il leur montre comment travailler avec des clients du monde réel et respecter les normes industrielles. C'est un être très passionné par tout ce qu'il fait. Il arbore fièrement cette passion lorsqu'il porte son costume de superhéros pour encourager les équipes de l'école.


Les élèves de James Kostuchuk apprennent rapidement que l'histoire est quelque chose que l'on fait et qui ne se trouve pas uniquement dans les livres. Ils apprennent à manipuler, à analyser et à organiser des artefacts historiques. Se fondant sur cette approche, M. Kostuchuk a créé un programme d'archives, le premier de son genre au Canada. Dans sa classe, les élèves effectuent une collecte organisée de tous les documents et souvenirs liés à l'école.


Ron Blair estime que la faculté d'adaptation, la créativité et l'innovation sont les clés de l'enseignement. Au cours de sa longue carrière dans des collectivités éloignées, il a dû se débrouiller avec les installations existantes, quelles qu'elles soient. Que ce soit dans un gymnase ou dans la salle de classe, il établit une relation respectueuse avec ses élèves, ce qui leur permet d'être confiants, autonomes, créatifs et de réussir leur vie.


Eileen Erasmus a travaillé fort pour devenir membre à part entière de la collectivité Ndilo. Chaque jour, elle vise à aider ses élèves à se tenir loin des activités de gang et à trouver leur chemin dans le monde. Avec l'aide de spécialistes, ses élèves et elles apprennent sur l'industrie de la fourrure du Nord, le trappage, la préparation des fourrures, les déplacements au sol et la préparation de la nourriture.


Steven Van Zoost permet aux élèves de prendre en mains leur propre apprentissage. Ils apprennent également à travailler dans le cadre de différents groupes et à utiliser la technologie pour élargir ces groupes à l'extérieur des murs de l'école. Avec d'autres enseignants, M. Van Zoost guide les élèves dans la création de pièces. Les élèves en histoire peuvent effectuer la recherche pendant que les élèves en anglais rédigent des scripts qui seront mis en scène par les élèves en théâtre.


Muriel Sawyer est une administratrice et une leader énergique, enthousiaste et compétente. Au cours de sa carrière de 25 ans, elle a enseigné à tous les niveaux, de la maternelle à l'université. Elle est également une gardienne émérite de la langue Ojibwé. Mme Sawyer intègre le vocabulaire et la culture dans l'environnement scolaire et, en faisant appel à divers moyens astucieux, elle aide les élèves à développer une aisance dans cette la langue.


Ron Vandecasteele travaille à un centre de traitement résidentiel pour adolescents qui passent en moyenne deux ans avec lui. Au cours de cette période, il se sert de diverses technologies, méthodes d'enseignement novatrices et objectifs à atteindre pour préparer ses élèves à réussir à l'école ou ailleurs. Il s'assure également que ces jeunes hommes savent qu'il est derrière eux en tout temps.


À son école en milieu urbain de Montréal, Michael Sweet a monté de A à Z une presse étudiante reconnue à l'échelle internationale. Ses élèves publient des anthologies sur des essais portant sur des questions d'actualité. Il invite à l'école des dirigeants communautaires et des personnes éminentes et établit des relations avec des organismes internationaux pour soutenir le programme. Il encourage ses élèves à penser au-delà de ce qui existe, à ce qui pourrait exister.


Jean-Pierre Frigon aide ses élèves à concrétiser leur apprentissage de l'histoire. Il a, entre autres, organisé un voyage en Normandie. L'an dernier, Monsieur Frigon a reçu un Prix du Gouverneur général pour l'excellence en enseignement. Il a consacré la bourse à l'installation de matériel multimédia de pointe dans sa classe. Car ce passionné d'histoire est résolument un homme de son temps.