Archivé — Es-tu prêt à être ici aujourd'hui?

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Selon Ron Vandecasteele, les enseignants qui travaillent avec des enfants depuis un certain temps peuvent généralement se fier à leur instinct pour savoir lorsque quelque chose ne va pas. « Je ne présume pas que quelque chose ne va pas, insiste-t-il. Je me fie simplement à mon instinct pour m'interroger. »

Une des approches efficaces de son répertoire consiste à demander : « Es-tu prêt à être ici aujourd'hui? » « Comment puis-je t'être utile pour t'aider à traverser la journée? » Les élèves reconnaissent que j'ai un minimum d'attentes et apprécient la flexibilité de négocier une situation gagnant-gagnant. Il est important de permettre aux élèves de résoudre leurs propres problèmes ou de trouver parfois une échappatoire.

Comme les élèves de Ron vivent dans une résidence supervisée, il peut leur laisser le choix d'y retourner. La plupart du temps, cependant, il peut s'attendre à ce que les élèves disent vouloir rester à l'école ce jour-là.

Dans une école ordinaire, les enseignants ont tout de même la possibilité d'offrir une échappatoire à des élèves qui connaissent une mauvaise journée. Ils peuvent leur proposer une activité moins exigeante, modifier les échéances ou leur permettre de ne pas participer à certaines activités. Les choses peuvent reprendre leur cours le lendemain.

Pour Ron, la clé pour que les élèves s'en remettent, c'est d'affirmer que « chaque jour est un jour nouveau ». « Ils veulent être à l'école. Ils peuvent parfois se dire que l'école est ennuyeuse, mais en vérité, leurs amis sont à l'école. Cela représente un puissant facteur de motivation. »

Voir aussi l'article L'éducation permanente