Notes pour une allocution de l'honorable John Manley ministre de l'Industrie

Déclaration à l'occasion de

L'annonce des licences accordées aux STML à Ottawa

le

L'allocution livrée fait foi

Bonjour, mesdames et messieurs. Je vous remercie de vous être joints à nous en cette occasion.

Aujourd'hui, le gouvernement du Canada ouvre un nouveau volet de sa stratégie sur l'autoroute de l'information, afin d'en réaliser le plein potentiel et de promouvoir, au Canada, la croissance de la nouvelle économie, fondée sur les connaissances.

En accordant des licences aux Systèmes de télécommunications multipoint locaux, que nous appelons couramment les STML, nous ouvrons la voie à une nouvelle technologie qui deviendra l'un des principaux éléments de l'autoroute canadienne de l'information. Ces nouveaux services permettront d'accroître la concurrence, d'offrir aux consommateurs et consommatrices du Canada un choix plus varié qu'aujourd'hui et de créer de nouveaux débouchés pour les entreprises canadiennes.

Notre objectif est de nous servir du potentiel que recèle l'autoroute de l'information comme d'un tremplin, afin de contribuer à relancer notre économie, à créer des emplois pour les Canadiens et à améliorer la vie de nos concitoyens.

Les STML vont nous aider à atteindre notre objectif. Ces systèmes représentent la pierre angulaire de la nouvelle orientation du Canada vers une économie essentiellement fondée sur les connaissances. Ou encore, comme certains les caractérisent, les STML représentent la construction d'une voie additionnelle sur l'autoroute de l'information.

Aujourd'hui, la plus grande partie des Canadiens reçoivent leurs émissions télévisées par l'entremise de la compagnie de câblodistribution locale, et le service téléphonique de base, par l'entremise de la compagnie de téléphone locale.

Il y a quelques mois de cela, nous avons décrété une politique dite de la convergence, où ces deux groupes pourront se livrer concurrence et ainsi offrir aux consommateurs deux possibilités de choix, pour tous ces services.

Mais avec l'arrivée des STML, les Canadiens se verront proposer encore un autre choix. Les STML vont faire en sorte que les citoyens du Canada disposeront désormais de trois choix possibles pour se brancher sur l'inforoute. Par conséquent, la concurrence va encore s'accroître, tout comme la gamme des choix, tandis que les prix vont diminuer.

Figurez-vous la télévision de câblodistribution, mais qui vous parvienne sans câble. Ou encore, que vous ayez accès à Internet, sans même une ligne téléphonique. Les STML vont ouvrir la voie à tout un nouveau monde de possibilités intéressantes.

En particulier, l'octroi de licences aux fournisseurs de STML aura trois conséquences fondamentales.

Traduiront par des investissements dans les technologies de pointe, qui se refléteront par la création de nouveaux emplois pour les Canadiens. L'industrie, qui compte investir plus d'un milliard de dollars dans cet important secteur de notre économie, prévoit que les STML créeront au moins 8 000 emplois au cours des cinq prochaines années.

Ces emplois et ces investissements viendront étayer la base déjà dynamique dont le Canada jouit en matière de recherche et de développement aussi bien qu'en matière de fabrication. Nous donnons ainsi à nos compagnies de STML, aussi bien aux développeurs de systèmes qu'aux fabricants, une longueur d'avance dans le marché mondial. Aujourd'hui, où la moitié de la population mondiale n'a encore jamais fait un appel téléphonique, cette technologie recèle un potentiel d'exportation extraordinaire.

Deuxièmement, les STML ajouteront au pouvoir concurrentiel des entreprises de tous les secteurs de l'économie. Les STML devraient permettre aux petites, au moyennes et aux grandes entreprises de concurrencer davantage sur un pied d'égalité. En effet, ayant accès plus facilement qu'aujourd'hui à l'autoroute de l'information, elles seront mieux placées pour élaborer et livrer sur le marché denouveaux produits et services.

Enfin, comme je l'ai déjà mentionné, les STML se traduiront pour les consommateurs par un plus vaste choix de services, des services dont le rendement sera meilleur et dont le coût sera moindre. Cette nouvelle avenue, sur l'autoroute de l'information, viendra concurrencer les services téléphoniques et de câblodistribution existants. Et ce sont les consommateurs canadiens qui en profiteront le plus.

Dans l'offre de ces nouveaux services, pour nous assurer de la présence de nouveaux compétiteurs sur le marché, nous n'avons pas ouvert cette première ronde d'octroi de licences aux compagnies existantes de services téléphoniques et de câblodistribution. Ces dernières pourront participer à la prochaine ronde à cet égard. Cette prochaine ronde se fera sous le couvert d'un processus de soumissions concurrentielles. J'ai l'intention d'ouvrir à la distribution de licences au moins deux des quatre blocs de fréquences qui restent, dans 24 mois.

En ce qui concerne la première ronde des candidats aux licences de STML, les compagnies qui se verront décerner une licence sont:

  • CellularVision Canada Ltd.,
  • Digital Vision Communications, et
  • Regional Vision Inc.

Ces compagnies ont fait la preuve de leur esprit d'entreprise et de leur capacité d'innovation. Elles disposent des compétences et de l'expertise nécessaires pour monter une infrastructure de télécommunications d'avant-garde, qui pourra répondre aux besoins de tous les Canadiens.

Ces compagnies donneront des emplois aux Canadiens. Elles mettront en pratique des idées innovatrices. Elles offriront de nouveaux services et de nouveaux moyens de s'intégrer à l'autoroute de l'information, qui en accroîtront les avantages pour les Canadiens et les entreprises, partout au pays.

Je me suis permis d'inviter à cet événement des spécialistes de mon ministère. Ceux-ci se feront un plaisir de répondre à vos questions à propos de cette nouvelle technologie. Nous avons également à votre disposition de la documentation expliquant les détails techniques sur lesquels reposent les STML.

Mais avant de terminer, il me fera plaisir de répondre moi-même à toute question d'ordre général.

Date de modification :