Inventaire des fréquences radioélectriques : Aperçu 2010 — Canada

Chapitre 8 – Services des sciences spatiales (SETS, SRS, MetSat, SOS, MetAids, SRA)

8.1 Contexte

8.1.1 Définition des services des sciences spatiales

  1. Service d'exploration de la Terre par satellite (SETS) Ce service est défini à l'article 5 du Règlement sur la radiocommunication de l'UIT-R comme étant un service de radiocommunication entre des stations terrestres et une ou plusieurs stations spatiales, qui peut comprendre des liaisons entre stations spatiales, et dans lequel :
    • des renseignements relatifs aux caractéristiques de la Terre et de ses phénomènes naturels, y compris les données en rapport avec l'état de l'environnement, sont obtenus à partir de détecteurs actifs ou de détecteurs passifs sur des satellites de la Terre;
    • des renseignements analogues sont recueillis à partir de plates-formes aéroportées ou situées sur la Terre;
    • ces renseignements peuvent être distribués à des stations terrestres appartenant au même système;
    • les plates-formes peuvent également être interrogées.

    Ce service peut également inclure les liaisons de connexion nécessaires à son exploitation.

  2. Service de recherche spatiale(SRS) : ce service est défini comme étant un service de radiocommunication dans lequel on utilise des engins spatiaux ou d'autres objets spatiaux aux fins de recherche scientifique ou technique.
  3. Service de météorologie par satellite (MetSat) : ce service est défini comme étant un service d'exploration de la Terre par satellite pour les besoins de la météorologie.
  4. Service des auxiliaires de la météorologie (MetAids) : ce service est défini comme étant un service de radiocommunication destiné aux observations et aux sondages utilisés pour la météorologie, y compris l'hydrologie.
  5. Service d'exploitation spatiale (SES) : ce service est défini comme étant un service de radiocommunication destiné exclusivement à l'exploitation des engins spatiaux, en particulier la poursuite spatiale, la télémesure et la télécommande spatiale.
  6. Service de radioastronomie (SRA) : ce service utilise la radioastronomie basée sur la réception des ondes radio d'origine cosmique.

8.1.2 Description générale du type de services et des applications

  • Systèmes d'exploration de la Terre par satellite : ces systèmes sont utilisés pour recueillir des données sur la Terre et ses phénomènes naturels. Ces satellites utilisent des détecteurs actifs ou passifs à bord des engins spatiaux pour obtenir des données portants sur la terre, la mer et l'atmosphère de la Terre dans le but d'étudier et de surveiller le climat et l'environnement de la Terre, parmi plusieurs autres applications scientifiques connexes. Les détecteurs actifs sont semblables à des instruments radar de mesures du service d'exploration de la Terre qui obtiennent des renseignements en émettant des ondes radio et en recevant ensuite leur énergie réfléchie. Les détecteurs passifs sont des récepteurs très sensibles du service d'exploration de la Terre qui mesurent l'énergie électromagnétique qui est émise, absorbée ou dispersée par la surface ou l'atmosphère de la Terre. Les données des satellites d'exploration de la Terre permettent une variété d'applications qui offrent de nombreux avantages sociétaux à tous les humains. Les données scientifiques et les produits de données connexes ont pour règle d'être partagés avec tous les pays, peu importe quel pays a construit, lancé ou exploite le satellite.
  • Satellites météorologiques (MetSat) : satellites d'exploration de la Terre utilisés aux fins de la météorologie. Les MetSat peuvent fonctionner dans le cadre du service d'exploration de la Terre par satellite, ou selon un service plus spécialisé qui leur est propre, appelé service météorologique par satellite.
  • En plus des données recueillies par les satellites, des données supplémentaires peuvent être recueillies depuis des plates-formes aéroportées ou situées sur la Terre afin de compléter et de calibrer les données des satellites. À titre d'exemple, le service MetAids procure généralement une liaison entre un système de détection in situ pour les paramètres météorologiques et une station de base éloignée. Le système de détection in situ peut être transporté, par exemple, par un ballon sonde météorologique. Il peut également être en chute à travers l'atmosphère avec un parachute après avoir été déployé d'un aéronef ou d'une fusée météorologique. La station de base peut être située dans un endroit fixe ou montée sur une plate-forme mobile comme celles qui sont utilisées par les opérations de la défense. Certaines stations de base sont transportées sur les navires ou sur les aéronefs expérimentaux. Toutes les données recueillies doivent également être transmises aux autres plates-formes ou aux stations terrestres pour leur traitement et leur distribution.
  • Service de recherche spatiale : ces systèmes permettent à un ensemble de disciplines scientifiques et de programmes portant sur la technologie de procurer des avantages à la race humaine. Ces disciplines scientifiques comprennent : la physique des relations Soleil-Terre, la cosmophysique et la recherche sur les systèmes planétaires.
    • La physique des relations Soleil-Terre étudie le Soleil, l'activité solaire et son influence sur la Terre. Ces études sont effectuées à l'aide d'un réseau d'engins spatiaux scientifiques situés à plusieurs endroits à travers l'espace interplanétaire, généralement entre le Soleil et la Terre, qui sont équipés d'une gamme d'instruments scientifiques pour détecter les radiations magnétiques solaires, les particules de plasma et les ondes plasmatiques.
    • La recherche sur la cosmophysique a pour objet l'étude des lois fondamentales de la physique à l'intérieur de notre système solaire. L'information recueillie est utilisée pour améliorer le design des engins spatiaux, leurs instruments et leurs capacités de navigation.
    • Les planètes, les lunes, les astéroïdes et les comètes sont étudiés dans le but d'acquérir des connaissances sur l'origine et l'évolution de notre système solaire. Les engins spatiaux, les sondes spatiales et les modules d'exploration planétaire nous fournissent une manne d'information portant sur les planètes et leurs lunes à l'intérieur de notre système solaire.
  • Service d'exploitation spatiale : ce service est destiné uniquement à l'exploitation des engins spatiaux, en particulier la poursuite spatiale, la télémesure spatiale et la télécommande spatiale (TT&C). Ces fonctions sont associées aux satellites à charge utile. Un satellite à charge utile offre les fonctions de soutien nécessaire au fonctionnement des instruments comme le contrôle de la puissance et de l'attitude (maintien de l'orientation désirée ou de la direction du satellite), les commandes et le traitement des données, le contrôle de l'état des systèmes (du satellite et de la charge utile), le maintien en position (c'est-à-dire le maintien de l'orbite désirée et les corrections pour compenser la traînée atmosphérique, la précession des orbites, etc.), le maintien de l'environnement thermique correct (p. ex. démarrer les éléments chauffants si nécessaire), etc. En général, la liaison du satellite à charge utile demande des bandes passantes relativement étroites puisqu'elle traite des débits d'information d'environ un mégabit par seconde et souvent beaucoup moins, alors que les débits d'information des données scientifiques (charge utile) sont généralement de l'ordre de cent mégabits par seconde.
  • Service de radioastronomie : l'article 1 du Règlement sur la radiocommunication définit ce service comme étant l'astronomie basée sur la réception des ondes radio cosmiques. Le regroupement des émissions cosmiques constitue le bruit de fond des communications. Étant donné qu'il s'agit d'un service passif, la radioastronomie n'entraîne pas d'émissions d'ondes radio dans ses bandes attribuées, donc l'utilisation de ces bandes ne peut causer de brouillage aux autres services. D'autre part, les signaux cosmiques reçus sont extrêmement faibles et par conséquent leur réception est très sensible au brouillage des émissions provenant des autres services. Les meilleurs moments pour l'observation des sources d'ondes radio sont généralement dictés par les phénomènes naturels (la position de la source dans le ciel et la rotation de la Terre). Contrairement à la situation des services actifs (émission), le radioastronome ne peut changer les caractéristiques du signal à recevoir, la puissance d'émission ne peut être augmentée, ni celle du signal codé pour en améliorer la détectabilité. La plupart de l'information obtenue par la radioastronomie est unique et ne peut être obtenue à d'autres longueurs d'onde. À titre d'exemple, l'hydrogène atomique neutre (HI), l'élément primordial de l'univers, n'est détectable qu'à sa plage de fréquences de 1 420 MHz.

    Le service de radioastronomie, par sa contribution à notre connaissance de l'astronomie, a également apporté une contribution à d'autres domaines. Ce service a fourni de l'information sur l'absorption atmosphérique des ondes radio, qui est d'intérêt aux télécommunications. Il a contribué à la technologie de l'information et ses activités pionnières ont mené au développement soutenu de techniques d'amplifications à faible bruit, qui se sont par la suite graduellement élargies aux fréquences supérieures et aux bandes plus larges, ainsi qu'à la production de systèmes de réception d'une sensibilité croissante. Des contributions importantes ont été apportées au design des systèmes de liaisons de connexion et des grandes antennes orientables. La technique de l'interférométrie à très grande base (ITGB) est également importante pour les mesures géodésiques et pour la poursuite précise des engins spatiaux. Les techniques raffinées de traitement de l'image mises au point par les radioastronomes ont une application directe dans des domaines comme la médecine et l'exploitation minière.

    Présentement, la radioastronomie utilise le spectre électromagnétique à des fréquences allant de moins de 1 MHz à environ 1 000 GHz. La totalité du spectre radio est d'un intérêt pour le service de radioastronomie.

haut de la page

8.2 Attributions et utilisations actuelle

8.2.1 Liste des bandes attribuées

Tableau 8.1
Fréquence (MHz) Services des sciences spatiales
25,550-25,670 commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
37,5-38,25 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
40,98-41,015 commence service secondaireRecherche spatialefin service secondaire
73-74,6 commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
400,15-401 commence service primaireSERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (s-T)
SATELLITE MOBILE (s-T) 5.208A 5.208B 5.209
RECHERCHE SPATIALE (s-T) 5.263fin service primaire
commence service secondaireOpérations dans l'espace (s-T)fin service secondaire
401-402 commence service primaireSETS (T-s)
SERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (T-s)
OPÉRATIONS DANS L'ESPACE (s-T)fin service primaire
402-403 commence service primaireSETS (T-s)
SERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (T-s)fin service primaire
403-406 commence service primaireSERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIEfin service primaire
406,1-410 commence service primaireMOBILEfin service primaire sauf le mobile aéronautique
commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
460-470 commence service primaireMOBILE 5.286AA 5.287 C23
SETS fin service primaire
608-614 commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
1 215-1 240 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
1 240-1 300 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
1 300-1 350 commence service secondaireRadioastronomie 5.149fin service secondaire
1 350-1 390 commence service secondaireRadioastronomie 5.149fin service secondaire
1 390-1 400 commence service secondaireRadioastronomie 5.149fin service secondaire
1 400-1 427 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
1 559-1 610 commence service secondaireRecherche spatiale (passive) 5.341fin service secondaire
1 610,6-1 613,8 commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
5.149 5.341 5.364 5.366 5.367 5.368 5.372 (RA)
1 660-1 660,5 commence service primaireSATELLITE MOBILE (T-s) 5.351A
RADIOASTRONOMIEfin service primaire
5.149 5.341 5.351 5.354 5.376A
1 660,5-1 668 commence service primaireRADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
commence service secondaireFixefin service secondaire
5.149 5.341 5.379A
1 668-1 668,4 commence service primaireRADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
1 668,4-1 670 commence service primaireSERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
RADIOASTRONOMIEfin service primaire
1 670-1 675 commence service primaireSERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (s-T)fin service primaire
1 675-1 700 commence service primaireSERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (s-T)fin service primaire
1 700-1 710 commence service primaireSATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (s-T)fin service primaire
2 025-2 110 commence service primaireSETS (T-s) (s-s)
OPÉRATIONS DANS L?ESPACE (T-s) (s-s)
RECHERCHE SPATIALE (T-s) (s-s)fin service primaire
2 110-2 120 commence service primaireRECHERCHE SPATIALE (espace lointain) (T-s)fin service primaire
2 200-2 290 commence service primaireSETS (s-T (s-s)
OPÉRATIONS DANS L?ESPACE (s-T) (s-s)
RECHERCHE SPATIALE (s-T) (s-s)fin service primaire
2 290-2 300 commence service primaireRECHERCHE SPATIALE (espace lointain) (s-T)fin service primaire
2 655-2 686 commence service secondaireSatellite d'exploration de la Terre (passive)
Radioastronomie
Recherche spatiale (passive)fin service secondaire
2 686-2 690 commence service secondaireSatellite d'exploration de la Terre (passive)
Radioastronomie
Recherche spatiale (passive)fin service secondaire
2 690-2 700 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
4 200-4 400 commence service secondaire(Satellite  – fréquences étalons et signaux horaires) 5.440fin service secondaire
4 800-4 825 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
4 825-4 835 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
4 835-4 950 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
4 950-4 990 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
4 990-5 000 commence service primaireRADIOASTRONOMIEfin service primaire
commence service secondaireRecherche spatiale (passive)fin service secondaire
5 250-5 255 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE 5.447Dfin service primaire
5 255-5 350 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
5 350-5 460 commence service primaireSETS (active) 5.448B
RECHERCHE SPATIALE (active) 5.448Cfin service primaire
5 460-5 470 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
5 925-6 700 commence service secondaireRadioastronomie 5.149fin service secondaire
commence service primaireSETS 5.458fin service primaire
6 700-7 075 commence service primaireSETS 5.458fin service primaire
7 145-7 235 commence service primaireRECHERCHE SPATIALE (T-s) 5.460
SETS 5.458 fin service primaire
7 750-7 850 commence service primaireSATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (s-T) 5.461Bfin service primaire
8 025-8 175 commence service primaireSETS (s-T)fin service primaire
8 175-8 215 commence service primaireSETS (s-T)
SATELLITE MÉTÉOROLOGIQUE (T-s)fin service primaire
9 300-9 500 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
9 500-9 800 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
Tableau 8.2
Fréquence (GHz) Services des sciences spatiales
10,6-10,68 GHz commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
10,68-10,7 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
13,25-13,4 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
13,4-13,75 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active) 5.501Afin service primaire
commence service secondaireSatellite –  fréquences étalons et signaux horaires (T-s)fin service secondaire
13,75-14 commence service secondaireSatellite d'exploration de la Terre
Satellite –  fréquences étalons et signaux horaires (T-s)fin service secondaire
14,47-14,5 commence service secondaireRadioastronomiefin service secondaire
15,35-15,4 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
17,2-17,3 commence service primaireSETS (active)
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
18,6-18,8 commence service primaireSETS (passive)
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
21,2-21,4 commence service primaireSETS (passive)
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
22,21-22,5 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
23,6-24 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
25,5-27 commence service primaireSETS (s-T)
RECHERCHE SPATIALE (s-T)fin service primaire
commence service secondaireSatellite –  fréquences étalons et signaux horaires (T-s)fin service secondaire
31,3-31,8 commence service primaireSETS (passive)
RADIOASTRONOMIE
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
34,7-35,2 commence service secondaireRecherche spatialefin service secondaire
35,5-36 commence service primaireSETS (active)
SERVICE DES AUXILIAIRES DE LA MÉTÉOROLOGIE
RECHERCHE SPATIALE (active)fin service primaire
36-37 commence service primaireSETS (passive)
RECHERCHE SPATIALE (passive)fin service primaire
37-37,5 commence service primaireRECHERCHE SPATIALE (s-T)fin service primaire
Utilisation pour les sciences spatiales entre 52 MHz et 38 GHz (pour plus de renseignements, voir l'Annexe 1) :
Utilisation pour les sciences spatiales entre 52 MHz et 38 52 GHz (pour plus de renseignements, voir l'Annexe 1) : [Description de la figure]

Le tableau suivant représente le pourcentage du spectre occupé par chaque science spatiale à titre primaire, dans la gamme de fréquences entre 52 MHz et 38 GHz :

Tableau 8.3
Service des sciences spatiales Spectre total (MHz) Spectre total (%)
Radioastronomie 1461,7 3,85
Satellite météorologique 583,85 1,54
Service des auxiliaires de la météorologie 837,45 2,21
Opérations dans l'espace 281,4 0,74
Recherche spatiale 8787,25 23,16
Satellite d'exploration de la Terre 6964 18,35

En règle générale, la fréquence attribuée au service de radioastronomie peut être réutilisée par les autres services, à l'exception de la région où se trouve la station de radioastronomie.

Veuillez consulter l'Annexe 5 « Utilisation actuelle et planifiée du spectre canadien des radiofréquences par les services des sciences spatiales »Note 33 pour de plus amples détails sur l'utilisation des bandes de fréquences.

8.2.2 Type de licence

Les stations terrestres et spatiales des services des sciences spatiales reçoivent des licences radio d'Industrie Canada.

8.2.3 Comparaison avec les États-Unis

Les bandes énumérées dans ce document sont identiques au Tableau des Attributions international. Par conséquent, le Canada et les États-Unis (ainsi que le reste du monde) ont des bandes de fréquences identiques attribuées aux services des sciences spatiales.


Notes de bas de page

  1. 33 retour à la référence de la note 33 Les commentaires du Tableau canadien d'attribution des bandes de fréquences ont été entrés par les utilisateurs du spectre de radiofréquences. En date du mois de septembre 2010, l'utilisation actuelle et planifiée, ainsi que les commentaires supplémentaires, n'ont pas été confirmés.
Date de modification :