CNR-199 — Matériel du service radio à large bande (SRLB) fonctionnant dans la bande 2 500-2 690 MHz

Notice:

Veuillez vous référer au CNR-199, 3e édition, l’édition la plus récente.

2e édition
Mai 2013

Préface

Le Cahier des charges sur les normes radioélectriques 199, 2e édition, Matériel du service radio à large bande (SRLB) fonctionnant dans la bande 2 500‑2 690 MHz, remplace la 1re édition du CNR‑199, datée de janvier 2010.

Le présent document entrera en vigueur à la date de publication de l'avis SMSE‑019‑12 dans la Gazette du Canada, Partie I. À compter de la date de publication, le public dispose de 120 jours pour soumettre des observations. Les observations ainsi reçues seront prises en considération dans la préparation de la prochaine édition du document.

Voici les modifications apportées au document :

  1. Le masque d’émission a été modifié pour être déterminé à partir des extrémités du bloc de fréquences au lieu des extrémités du canal.
  2. La méthode de mesure de la stabilité de fréquence du matériel a été ajoutée.
  3. L’exigence de conformité pour le matériel doté d’antennes multiples a été ajoutée.

Publication autorisée par
le ministre de l'Industrie

Le directeur général,
Direction générale du génie,
de la planification et des normes

Champ de saisie de la signature

Marc Dupuis


Table des matières

 


1. Objet

Le présent Cahier des charges sur les normes radioélectriques (CNR) établit les exigences de certification applicables aux émetteurs et aux récepteurs du SRLB fonctionnant dans la bande 2 500‑2 690 MHz.


2. Généralités

Les appareils régis par cette présente norme sont classés matériel de catégorie I. Un certificat d’acceptabilité technique (CAT) délivré par le Bureau d’homologation et de services techniques d’Industrie Canada ou un certificat délivré par un organisme de certification (OC) est requis.

2.1 Exigences relatives à la délivrance de licences

Le matériel régi par la présente norme doit faire l’objet d’une licence conformément au paragraphe 4(1) de la Loi sur la radiocommunication.

2.2 Documents connexes

Tous les documents de la Gestion du spectre et télécommunications sont disponibles sur le site Web suivant : http://www.ic.gc.ca/spectre sous la rubrique Publications officielles.

Le document ci-dessous est cité à titre de référence :

PNRH‑517 — Exigences techniques du service radio à large bande (SRLB) dans la bande 2 500‑2 690 MHz

2.3 Définitions

Aux fins de la présente norme, les expressions qui suivent sont définies ci-après :

Matériel de station de base : le matériel qui assure la connectivité, la gestion et la commande du matériel d'abonné.

Matériel d'abonné : le matériel qui assure la connectivité entre le matériel de l'utilisateur et le matériel de la station de base.

Matériel fixe d’abonné : le matériel à utiliser à un point fixe et qui ne peut fonctionner en cours de déplacement. Le matériel nomade d’abonné n’est pas considéré comme du matériel fixe d’abonné.

Matériel mobile d'abonné : le matériel devant servir en cours de déplacement et durant les haltes à des points non précisés. Le matériel à main, portable et nomade d’abonné est considéré comme du matériel mobile d’abonné.


3. Exigences générales de certification

3.1 Conformité au CNR‑Gen

La présente édition du CNR‑199 doit être utilisée conjointement avec le CNR‑Gen, Exigences générales et information relatives à la certification des appareils radio pour les spécifications générales et pour l’information relative au matériel visé par la présente norme.


4. Spécifications concernant les émetteurs et les récepteurs

4.1 Types de modulation

Le matériel certifié en vertu du présent CNR doit utiliser la modulation numérique.

4.2 La largeur de bande du canal

La largeur de bande du canal doit être égale ou supérieure à 1 MHz et signalée par le requérant de la certification.

4.3 Stabilité de fréquence de l’émetteur

La limite de stabilité de fréquence de l’émetteur doit être déterminée comme suit :

  1. le décalage de fréquence doit être mesuré selon la procédure décrite dans le CNR‑Gen et consigné;
  2. au moyen d’une largeur de bande de résolution de 1 % de la largeur de bande occupée, il faut sélectionner un point de référence à un niveau des rayonnements non désirés conforme à l’atténuation de 43 + 10 Log10 p (watts) sur le masque d’émission du canal inférieur et du canal supérieur, et la fréquence à ces points doit être consignée comme fL et fH respectivement.

Le requérant doit veiller à la stabilité de fréquence en vérifiant que fL moins le décalage de fréquence et fH plus le décalage de fréquence soient à l’intérieur de la gamme de fréquences pour laquelle le matériel est conçu.

4.4 Puissance de sortie de l’émetteur et puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.)

La puissance de sortie de l’émetteur doit être mesurée au moyen d’un détecteur de crête.

Pour le matériel de station de base consulter le PNRH‑517 pour la p.i.r.e.

Dans le cas du matériel mobile d'abonné, la p.i.r.e. ne doit pas dépasser 2 W. Dans le cas du matériel fixe d'abonné, la puissance de sortie de l'émetteur ne doit pas dépasser 2 W, et la p.i.r.e. doit être limitée à 40 W.

4.5 Matériel doté d’antennes multiples

4.5.1 Transmission corrélée

Lorsque plusieurs antennes sont utilisées pour

  1. émettre les mêmes données numériques dans un intervalle de symboles donné (même avec différents codages ou déphasages) pour la diversité de transmission;
  2. orienter l’énergie du signal dans une direction donnée afin d’améliorer le gain de directivité (c. à d. la formation de faisceaux);
  3. élaborer tout autre mode de transmission,

et dans le cas où les signaux provenant de différentes antennes seraient corrélés , la p.i.r.e. doit être calculée en fonction de la puissance cumulative transmise dans l’ensemble des antennes et du gain de directivité résultant en dBi, Gmax + 10 log10 N, formule dans laquelle N est le nombre d’antennes et Gmax est le gain le plus élevé en dBi parmi toutes les antennes.

4.5.2 Transmission non corrélée

Lorsque plusieurs antennes sont utilisées pour

  1. émettre des données numériques distinctes pendant un intervalle de symboles donné (c. à d. des codes de bloc espace temps ou des codes espace‑temps);
  2. émettre un flux de données parallèle indépendant sur la même largeur de bande de fréquences afin d’augmenter les débits de données (c. à d. le multiplexage spatial);
  3. élaborer tout autre mode de transmission,

et dans le cas où les signaux provenant de différentes antennes seraient complètement non corrélés, la p.i.r.e. doit être calculée en fonction de la puissance cumulative transmise dans l’ensemble des antennes et du gain d’antenne maximal Gmax.

4.6 Rayonnements non désirés de l’émetteur

Dans la bande de 1 MHz directement sous le bloc de fréquences inférieur et directement au-dessus du bloc de fréquences supérieur pour lesquels le matériel est conçu, la puissance des rayonnements non désirés doit être mesurée avec une largeur de bande de résolution d’au moins 1 % de la largeur de bande occupée. Au-delà de la bande de 1 MHz, une largeur de bande de résolution de 1 MHz doit être utilisée. Une largeur de bande de résolution plus étroite peut être utilisée, pourvu que la puissance mesurée soit intégrée à la largeur de bande de mesure complète requise de 1 MHz ou 1 % de la largeur de bande occupée, le cas échéant.

La puissance des rayonnements non désirés mesurée comme il est mentionné ci dessus doit être atténuée (en dB) au-dessous de la puissance de l'émetteur, P (dBW), par au moins :

  1. 43 + 10 Log10 p dans le cas du matériel de station de base et du matériel d'abonné autre que le matériel mobile d’abonné;
  2. 43 + 10 Log10 p à partir des extrémités du bloc de fréquences, sur un intervalle extérieur de 5,5 MHz, et 55 + 10 Log10 p à 5,5 MHz des extrémités et au-delà, dans le cas du matériel mobile d'abonné.

où p des équations données en a) et en b) représente la puissance de sortie de l'émetteur en watts.

4.7 Émissions non essentielles du récepteur

Les émissions non essentielles du récepteur doivent satisfaire aux limites établies dans le CNR‑Gen.

Date de modification :