Canadian Patents Database / Patent 2824537 Summary

Third-party information liability

Some of the information on this Web page has been provided by external sources. The Government of Canada is not responsible for the accuracy, reliability or currency of the information supplied by external sources. Users wishing to rely upon this information should consult directly with the source of the information. Content provided by external sources is not subject to official languages, privacy and accessibility requirements.

Claims and Abstract availability

Any discrepancies in the text and image of the Claims and Abstract are due to differing posting times. Text of the Claims and Abstract are posted:

  • At the time the application is open to public inspection;
  • At the time of issue of the patent (grant).
(12) Patent Application: (11) CA 2824537
(54) English Title: HOCKEY HELMET WITH AN IMPACT SHOCK-ABSORPTION SYSTEM FOR REDUCING CONCUSSIONS UPON HEAD CONTACT
(54) French Title: CASQUE DE HOCKEY AVEC UN SYSTEME D'AMORTISSEUR D'IMPACT REDUISANT LES COMMOTIONS CEREBRALES LORS DE CONTACT AVEC LA TETE

French Abstract



Casque de protection monocoque rigide, conçu spécialement pour les sports de
contact comme le hockey et le football, composé d'un système d'amortissement
fabriqué à partir de bandes élastiques tendues à l'intérieur de ce casque afin

d'absorber les coups à la tête dans le but de diminuer les commotions
cérébrales. Ce
système agit comme une suspension sur une automobile. Une bande élastique est
dirigée à travers des trous de la paroi du casque afin d'absorber les impacts
appliqués
aux zones suivantes: frontale, latérale droite, occipitale et latérale gauche.
Un
deuxième élastique absorbe les chocs axiaux (coups sur la tête) et les chocs
postérieurs. Un troisième et un quatrième élastique couvrent les zones
temporo-mandibulaire droite et gauche contre les impacts portés à la joue et
la mâchoire. Ces
deux derniers absorbent aussi les chocs latéraux mais servent surtout à
diminuer les
impacts de rotation. Un petit casque rigide est fixé librement entre les
élastiques pour
diminuer la pression des élastiques sur la tête.


Note: Claims are shown in the official language in which they were submitted.


-21-

Revendications:
Les réalisations de l'invention, au sujet desquelles un droit exclusif de
propriété ou de privilège est
revendiqué, sont définies comme suit:
1. Casque de protection monocoque rigide composé d'un système d'amortissement
fabriqué à
partir de bandes élastiques tendues à l'intérieur de ce casque afin d'absorber
les coups à la tête
dans le but de diminuer les commotions cérébrales. Ce système agit comme une
suspension
sur une automobile. Les bandes élastiques s'attachent sur la paroi externe du
casque. Ils
passent ensuite à travers la paroi rigide du casque par des trous spécialement
conçus afin de
maintenir la bonne orientation des élastiques ainsi que l'espacement désiré
entre la tête et la
paroi interne du casque. Les élastiques sont dirigés à travers les trous afin
de supporter
différentes régions du crâne et ainsi amortir les coups provenant de
l'extérieur. Il y a plusieurs
bandes élastiques à l'intérieur du casque. Il y a une bande qui est dirigé à
travers des trous
pour amortir les impacts appliqués aux zones suivantes: frontale, latérale
droite, occipitale et
latérale gauche. Un deuxième élastique amortit les chocs axiaux (coups sur la
tête) et encore
une fois, les chocs postérieurs. Un troisième et un quatrième élastique
couvrent respectivement
les zones temporo-mandibulaire droite et gauche contre les impacts portés aux
joues et la
mâchoire. Ces deux derniers absorbent aussi les chocs latéraux mais servent
surtout à
diminuer les impacts de rotation. Un petit casque interne rigide, facultatif,
est fixé lâchement
entre les élastiques pour diminuer la pression des élastiques sur la tête.
2. Casque de protection, défini dans la revendication 1, caractérisé en ce que
ledit casque externe
est un casque monocoque (non ajustable) rigide afin de maintenir la même
tension dans les
élastiques placés à l'intérieur du casque externe.
3. Casque de protection, défini dans la revendication 2, caractérisé en ce que
ledit casque externe
est de forme plus sphérique (à l'image des casque de football américain) donc,
un peu plus
rond sur le dessus, sur les côtés, en avant et en arrière par rapport à un
casque standard que l'on
utilise de nos jours afin de faciliter la déviation de la source de l'impact.
4. Casque de protection, défini dans la revendication 3, caractérisé en ce que
ledit casque est lisse
sur la paroi externe donc, sans relief et/ou motif adhérant dans la forme du
casque afin de
faciliter la déviation de la source de l'impact.
5. Casque de protection, défini dans la revendication 4, caractérisé en ce que
ledit casque externe



-22-

peut être fabriqué de plastique mince (moins de 3 mm d'épaisseur), léger (pour
avoir un casque
qui pèse moins de 500 g pour l'ensemble de l'invention avec tous ses
composantes) et rigide
ou de fibres de verre avec polymère rigide ou de fibres de carbone afin de
maintenir le casque
rigide (non flexible) afin que la tension dans les élastiques (qui est ajustée
dans les élastiques
lors du montage du casque et qui ne pourra plus être ajusté par la suite) ne
fasse pas courber le
casque externe.
6. Casque de protection, défini dans la revendication 5, caractérisé en ce que
ledit casque externe
peut avoir une multitude de petits trous avec un diamètre le plus grand
possible à chaque 1 cm à
travers la paroi du casque externe pourvu qu'il demeure lisse, plus ou moins
rond, sans
adhérence et qu'il demeure rigide lors des impacts afin d'augmenter la
ventilation et la légèreté
du casque.
7. Casque de protection, défini dans la revendication 5, caractérisé en ce que
ledit casque est tout
simplement la forme du petit casque interne auquel nous avons rajouté un
rembourrage de 2 cm
d'épaisseur pour ensuite remouler une coquille externe sur ce rembourrage.
Donc, la forme du
casque externe inventée est en fait la forme naturelle de la tête car le
casque interne épouse
parfaitement la tête.
8. Casque de protection, défini dans la revendication 7, caractérisé en ce que
ledit casque possède
un espace d'air de 2 cm entre la paroi interne du casque externe et la paroi
externe du casque
interne afin de permettre un temps et une zone de réaction pour les
élastiques. L'espace
occupé par le rembourrage à été remplacé par des bandes élastiques.
9. Casque de protection, défini dans les revendications 2 et 8, caractérisé en
ce que ledit casque
possède quatre bandes élastiques tendus de part et d'autres de la paroi du
casque externe qui
amortissent les impacts en absorbant l'énergie de ces derniers lors de leur
contraction/élongation.
10. Casque de protection, défini dans la revendication 9, caractérisé en ce
que ledit casque possède
des bandes élastiques plates de 3mm d'épaisseur et d'une largeur de 18mm
chacune.
11. Casque de protection, défini dans la revendication 10, caractérisé en ce
que ladite bande
élastique est composée de 16 paires de petits élastiques cylindriques de 1 mm
de diamètre (donc
32 petits élastiques) tressés à l'intérieur d'un tissu fait de fibres de
nylon/polyester.
12. Casque de protection, défini dans la revendication 11, caractérisé en ce
que ladite bande
élastique peut aussi être remplacée par une bande élastique entière,
recouverte d'un tissu, avec
les mêmes dimensions (3mm X 18mm) et avec les mêmes caractéristiques
d'extension.



-23-

13. Casque de protection, défini dans les revendications 11 et 12, caractérisé
en ce que ledit tissu
qui enrobe les élastiques favorise une diminution de la friction avec le petit
casque interne ou
avec la tête lors des mouvements.
14. Casque de protection, défini dans les revendications 11 et 12, caractérisé
en ce que ledit casque
possède des élastiques ayant la caractéristique physique d'extension suivante
par rapport à une
traction (en livre) appliquée sur eux: pour une bande de 10 cm de long, elle
doit avoir un
étirement (en cm) directement proportionnel à la tension (en livre) de 0,8
cm/lb à partir d'une
tension minimum de 7 livres(lbs) appliquée sur elle.
15. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 14, caractérisé
en ce que ledit casque
possède une première bande élastique qui couvre quatre zones de la tête en
même temps.
Ladite bande forme ainsi quatre bandes successives: la bande frontale, la
bande latérale droite,
la bande occipitale horizontale et la bande latérale gauche.
16. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 14, caractérisé
en ce que ledit casque
possède une deuxième bande élastique qui couvre deux zones en même temps.
Ladite bande
forme ainsi deux bandes successives: la bande supérieure et la bande
occipitale verticale.
17. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 14, caractérisé
en ce que ledit casque
possède une troisième bande élastique qui couvre la zone temporo-mandibulaire
droite.
18. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 14, caractérisé
en ce que ledit casque
possède une quatrième bande élastique qui couvre la zone temporo-mandibulaire
gauche.
19. Casque de protection, défini dans les revendications 15, 16, 17 et 18,
caractérisé en ce que pour
une protection optimum, chaque bande élastique ou chaque partie de bande
élastique
successives qui couvre une zone de la tête en particulier doivent pouvoir
soutenir une charge de
7 à 10 livres(lbs) au niveau de leur point milieu respectif, avant de toucher
à la paroi interne du
casque externe vis-à-vis ce point milieu.
20. Casque de protection, défini dans la revendication 19, caractérisé en ce
que la bande élastique
qui peut soutenir une charge de 7 livres(lbs) est surtout utilisée dans des
casques pour les
jeunes enfants.
21. Casque de protection, défini dans la revendication 19, caractérisé en ce
que la bande élastique
avec une tension de 9 à 10 livres(lbs) est surtout utilisée dans des casques
pour les adultes.
22. Casque de protection, défini dans la revendication 19, caractérisé en ce
que lesdites bandes
élastiques passent par des trous dans la paroi du casque externe afin de
diriger lesdites bandes
là où l'on veut à l'intérieur du casque afin de couvrir et protéger contre les
impacts des endroits


-24-

bien définis de la tête. La paroi de ces trous est arrondie afin d'empêcher
les élastiques de se
couper sur le rebord de ces derniers.
23. Casque de protection, défini dans la revendication 22, caractérisé en ce
que les trous où passent
les bandes élastiques possèdent une orientation (un angle), une grandeur et un
positionnement
bien défini pour chacun d'eux.
24. Casque de protection, défini dans la revendication 23, caractérisé en ce
que l'orientation
(l'angle) des trous permette de maintenir les bandes élastiques dans la
direction que l'on veut.
L'orientation des trous permet d'avoir le même angle que la surface du crâne à
protéger (donc,
d'être parallèle à cette surface) ou nous permet de créer une pression varier
à l'intérieur de
cette même bande. Dans notre cas, où l'angle sera de 300, l'angle fera
augmenter la pression
au bas de la bande afin de qu'il pousse ou maintient la tête à l'intérieur du
casque.
25. Casque de protection, défini dans les revendications 23 et 24, caractérisé
en ce que la grandeur
des trous permette de maintenir les élastiques là où l'on veut. La grandeur
est de 5mm X
20mm afin d'empêcher les bandes élastiques de se déplacer en dehors de la zone
de la tête que
l'on veut protéger à l'intérieur du casque.
26. Casque de protection, défini dans les revendication 23 et 25, caractérisé
en ce que le
positionnement des trous permettent d'obtenir l'espacement nécessaire de 2 cm
entre la paroi
externe du casque interne et la paroi interne du casque extérieur afin d'avoir
une bonne
absorption d'énergie lors de l'impact pour créer l'effet de suspension désiré.
27. Casque de protection, défini dans les revendications 23 et 26, caractérisé
en ce que le
positionnement des trous permette de placer les bandes élastiques de manière à
ce qu'ils
entourent la tête afin d'absorber l'énergie des impacts appliquée au côté
respectif à la bande.
28. Casque de protection, défini dans les revendications 23 et 27, caractérisé
en ce que le
positionnement des trous permette de placer les bandes élastiques de manière à
ce qu'ils
entourent la tête afin de diminuer l'effet de rebond de la tête dans le
casque. Les trous sont
positionnés de façon à permettre à l'élastique opposé à celui qui s'étire, de
contrôler le retour
de la tête au centre du casque en freinant le retour.
29. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 15 et 28,
caractérisé en ce que les trous
de la bande frontale sont inclinés de 300 (par rapport à la verticale) vers
l'avant par rapport à
leurs bases afin que la bande élastique frontale soit orientée de façon à
exercer une pression
plus forte au bas de la bande frontale que sur le haut pour empêcher la tête
de sortir du casque.
La pression pousse la tète vers le creux (dans le haut) du casque.

-25-
30. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 29, caractérisé
en ce que
l'emplacement des trous de la bande frontale est déterminé par les extrémités
de la bande
élastique frontale une fois que celle-ci formera une tangente distancée de 4
cm à partir du point
milieu de la bande frontale par rapport au point milieu du devant du casque.
N'oubliez pas que
les trous de la bande frontale sont inclinés donc, on mesure 4 cm à partir du
bord de l'élastique
frontal le plus proche de la paroi interne du casque externe (donc la partie
supérieure de la
bande frontale) afin d'offrir une zone d'absorption optimale.
31. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 15 et 28,
caractérisé en ce que les trous
de la bande occipitale horizontale sont inclinés de 30° (par rapport à
la verticale) vers l'arrière
par rapport à leurs bases afin que la bande élastique occipitale horizontale
soit orientée de
façon à exercer une pression plus forte au bas de la bande occipitale
horizontale que sur le
haut pour empêcher la tête de sortir du casque. La pression pousse la tète
vers le creux (dans le
haut) du casque.
32. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 31, caractérisé
en ce que
l'emplacement des trous de la bande occipitale horizontale est déterminé par
les extrémités de
la bande élastique occipitale horizontale une fois que celle-ci formera une
tangente distancée
de 4 cm à partir du point milieu de la bande occipitale horizontale par
rapport au point milieu
du derrière du casque. N'oubliez pas que les trous de la bande occipitale
horizontale sont
inclinés donc, on mesure 4 cm à partir du bord de l'élastique occipital
horizontal le plus proche
de la paroi interne du casque externe (donc la partie supérieure de la bande
occipitale
horizontale) afin d'offrir une zone d'absorption optimale.
33. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 15 et 28,
caractérisé en ce que les trous
de la bande latérale droite sont verticaux afin de diriger la bande élastique
latérale droite
parallèlement au côté latéral droit du crâne.
34. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 15 et 28,
caractérisé en ce que les trous
de la bande latérale gauche sont verticaux afin de diriger la bande élastique
latérale gauche
parallèlement au côté latéral gauche du crâne.
35. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 33 et 34,
caractérisé en ce que
L'emplacement du trou frontal de la bande latérale droite et l'emplacement du
trou frontal de la
bande latérale gauche sont situés au juste dessus de la bande frontale.
36. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 33 et 34,
caractérisé en ce que
l'emplacement du trou occipital de la bande latérale droite et l'emplacement
du trou occipital

-26-

de la bande latérale gauche sont situés juste au dessus de la bande occipitale
horizontale.
37. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 35, caractérisé
en ce que la distance
entre le trou frontal de la bande latérale droite et l'emplacement du trou
frontal de la bande
latérale gauche est de 9 cm. Donc, on mesure 4,5 cm de chaque côté du point
milieu de la
bande frontale pour déterminer l'endroit des trous frontaux des bandes
latérales droite et
gauche.
38. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 36, caractérisé
en ce que la distance
entre le trou occipital de la bande latérale droite et l'emplacement du trou
occipital de la bande
latérale gauche est de 9 cm. Donc, on mesure 4,5 cm de chaque côté du point
milieu de la
bande occipitale horizontale pour déterminer l'endroit des trous occipitaux
des bandes latérales
droite et gauche.
39. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 16 et 28,
caractérisé en ce que les deux
portions successives de la deuxième bande élastique (la bande supérieure et la
bande occipitale
verticale) sont placées au centre du casque d'en avant vers l'arrière.
40. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 39, caractérisé
en ce que les trous de
la bande supérieure sont déterminés par les extrémités de la portion de la
bande supérieure une
fois que celle-ci formera une tangente distancé de 4 cm à partir du point
milieu de la bande
supérieure par rapport au point milieu du dessus du casque. La bande
supérieure doit être
parallèle au plancher (la base) du casque afin que le casque demeure droit sur
la tête.
41. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 40, caractérisé
en ce que la bande
occipitale verticale (BOV) est automatiquement créée par le retour de la bande
élastique
supérieure (BS) qui contourne le milieu de l'attache en "8" (qui est vis-à-vis
le trou arrière de
la bande supérieure (BS)) et le rebord inférieur occipital du casque.
42. Casque de protection, défini dans la revendication 41, caractérisé en ce
que l'attache en "8"qui
est situé entre la bande supérieure et la bande occipitale verticale permet
trois choses: elle
permet de ne faire qu'un seul trou dans la paroi du casque afin de diriger
deux bandes
élastiques à partir du même trou. Elle permet de ne pas trop affaiblir la
paroi du casque à cette
endroit en distribuant la tension exercée par les élastiques sur une plus
grande surface du
casque. Et, elle permet, en ayant deux trous en un, de créer un espace plus
grand derrière la
bande occipitale verticale parce qu'on n'est pas obligé de faire un deuxième
trou plus loin vers
l'arrière pour repasser et rediriger la bande élastique verticale (BOV) vers
le bas.
43. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 17 et 28,
caractérisé en ce que la bande

-27-

temporo-mandibulaire droite protège contre les impacts portés à la joue et la
mâchoire du côté
droit. Elle offre une protection supplémentaire contre les impacts latéraux
droits mais elle sert
surtout à diminuer les impacts de rotation provenant de la droite.
44. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 43, caractérisé
en ce que les
extrémités de la bande temporo-mandibulaire droite sont formées de: en bas, du
rebord
inférieur devant les trous pour l'oreille droite du casque et, en haut, d'un
trou dont sa base est
située 4 cm plus haut et 2 cm plus à droite que la parti supérieure du trou
frontal de la bande
latérale droite.
45. Casque de protection, défini dans la revendication 44, caractérisé en ce
que le trou du haut de
la bande temporo-mandibulaire droite est à un angle de 45° vers la
droite par rapport à la
verticale formée à partir du trou frontal de la bande latérale droite..
46. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 18 et 28,
caractérisé en ce que la bande
temporo-mandibulaire gauche protège contre les impacts portés à la joue et la
mâchoire du côté
gauche. Elle offre une protection supplémentaire contre les impacts latéraux
gauches mais elle
sert surtout à diminuer les impacts de rotation provenant de la gauche.
47. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 46, caractérisé
en ce que les
extrémités de la bande temporo-mandibulaire gauche sont formées de: en bas, du
rebord
inférieur devant les trous pour l'oreille gauche du casque et, en haut, d'un
trou dont sa base est
située 4 cm plus haut et 2 cm plus à gauche que la parti supérieure du trou
frontal de la bande
latérale gauche.
48. Casque de protection, défini dans la revendication 47, caractérisé en ce
que le trou du haut de
la bande temporo-mandibulaire gauche est à un angle de 45° vers la
gauche par rapport à la
verticale formée à partir du trou frontal de la bande latérale gauche.
49. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 7, caractérisé
en ce qu'il y a deux
trous à la base du casque externe à droite et deux autres trous à la base du
casque externe à
gauche afin d'y attacher en boucle des ganses en "U" qui servent à fixer le
casque sur notre
tête. Les deux extrémités des ganse en "U" d'un même côté, s'attachent en
boucle dans les
deux trous à la base externe d'un même côté.
50. Casque de protection, défini dans la revendication 49, caractérisé en ce
que les ganses en "U"
de chaque côté du casque externe (une ganse à droite et une ganse à gauche)
sont en plastique
flexible.
51. Casque de protection, défini dans la revendication 50, caractérisé en ce
qu'il y a aussi une




-28-
bande de tissu attaché (cousue) en boucle au bas de chaque ganse en "U".
52. Casque de protection, défini dans la revendication 51, caractérisé en ce
qu'il y a au bas de
chaque bande en tissu, une partie (la moitié) d'un bouton poussoir. On attache
les deux moitiés
du bouton poussoir ensemble pour maintenir le casque de hockey sur la tête.
53. Casque de protection, défini dans les revendications 44 et 47, caractérisé
en ce qu'il y a des
trous pour les oreilles de chaque côté du casque. Il y a deux trous plus ou
moins ovales de
chaque côté du casque externe, deux trous à gauche et, deux autres à droite,
vis-à-vis chaque
oreille, afin de permettre au joueur de bien entendre lorsque l'on porte le
casque. Les trous
mesures environ 3,5cm de large par 2cm de haut. Par contre, les trous sont
assez petits pour
empêcher le bout d'un bâton d'y entrer.
54. Casque de protection, défini dans les revendications 1 et 7, caractérisé
en ce qu'il y a une petite
bande de rembourrage de 3 mm d'épaisseur par 2 cm de largeur, sur le rebord
interne du
casque extérieur au niveau de la base du côté droite et du côté gauche afin
d'empêcher les
coupures contre le bord du casque externe lors des impacts latéraux ou de
rotation.
55. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 15, 16, 17 et 18,
caractérisé en ce que
lesdites bandes élastiques possèdent des attaches à chaque extrémités qui les
fixent à la paroi
du casque externe.
56. Casque de protection, défini dans la revendication 55, caractérisé en ce
que lesdites attaches
sont composée de (dans l'ordre suivant : de l'extérieur vers l'intérieur): une
vis avec une tête
plate de 1 mm d'épaisseur par 11 mm de large et avec une longueur de 11 mm,
une rondelle
(washer) qui mesure 2cm de diamètre par 1 mm d'épaisseur avec un trou de 13/64
de pouce au
centre, une extrémité d'une bande élastique, la paroi du casque externe et
finalement, un écrou
qui possède un corps cylindré de 3/16 de pouce de diamètre par 11 mm de long
surmonté d'une
tête plate de 1mm d'épaisseur par 11 mm de large.
57. Casque de protection, défini dans la revendication 56, caractérisé en ce
que préalablement à
chaque attache fixé au casque externe, il y a un trou de 3/16 de pouce de
diamètre de percé
dans la paroi externe du casque externe afin de permettre de serrer la vis
contre son écrou.
58. Casque de protection, défini dans les revendications 1, 7, 8 et 26,
caractérisé en ce que ledit
casque interne est placé à l'intérieur (au milieu) des bandes élastiques, au
même endroit où l'on
mettrait notre tête dans le casque, afin de réduire la pression exercée par
les bandes élastiques
sur le crâne.
59. Casque de protection, défini dans la revendications 58, caractérisé en ce
que ledit casque



-29-

interne possède les caractéristiques physiques suivantes: le petit casque
épouse parfaitement le
contour de la tête, il est mince (moins de 2mm d'épaisseur, très léger (moins
de 100 grammes)
et très rigide. Il est composé de bandes de fibres de verre avec polymère
rigide ou de plastique
rigide ou de fibres de carbone rigide afin de résister à la compression de
élastiques. Et, la paroi
externe de ce dernier est lisse afin de ne pas augmenter la friction avec les
élastiques qui
l'entourent lors des mouvements.
60. Casque de protection, défini dans la revendication 59, caractérisé en ce
que ledit casque interne
peut être amélioré en faisant une multitude de petits trous avec un diamètre
le plus grand
possible à chaque 1 cm à travers la paroi du casque interne pourvu qu'il
demeure lisse sur la
paroi externe, sans adhérence et qu'il demeure rigide à la compression des
élastiques afin
d'augmenter la ventilation et la légèreté du casque.
61. Casque de protection, défini dans la revendication 60, caractérisé en ce
que ledit casque interne
est composé d'un léger rembourrage de 3mm d'épaisseur sur sa paroi interne
dont une
deuxième bande (une deuxième bande de 3mm d'épaisseur X 1 cm de haut) à la
base interne du
casque interne sur la moitié du casque avant (qui passe de l'oreille droite
vers l'oreille gauche,
en passant par le front) afin d'aider à maintenir la tête stable dans le
casque interne. En plus de
rendre le casque plus confortable, ce rembourrage très peu dense, absorbe très
bien l'énergie
des impacts, surtout lors des impacts maximums.
62. Casque de protection, défini dans la revendication 61, caractérisé en ce
que ledit casque interne
est aussi composé de deux bandes élastiques tendues horizontalement de part et
d'autre au
niveau de la base arrière du petit casque (au niveau de la nuque) afin de
maintenir la tête stable
dans ce dernier. Ces deux élastiques servent "d'ajustement automatique" au cas
où la tête
serait un peu trop petite pour le petit casque.
63. Casque de protection, défini dans la revendication 62, caractérisé en ce
que les rebords desdites
bandes élastiques tendues horizontalement de part et d'autre au niveau de la
base arrière du
petit casque sont collés sur la base de la paroi extérieur du petit casque
interne.
64. Casque de protection, défini dans la revendication 63, caractérisé en ce
que lesdites bandes
élastiques tendues horizontalement ont la même résistance et la même
composition que ceux
de la marque Formedica. Ils ont 7 cm de large par 1 mm d'épaisseur.
65. Casque de protection, défini dans la revendication 64, caractérisé en ce
que ledit casque interne
est fixé lâchement entre les élastiques par quatre ganses: une en avant;
autour du milieu de
l'élastique frontal, une en arrière; autour du milieu de l'élastique occipital
horizontal, une à



droite; autour du milieu de l'élastique latéral droit et l'autre à gauche;
autour du milieu de
l'élastique latéral gauche.
66. Casque de protection, défini dans la revendication 65, caractérisé en ce
que lesdites ganses qui
entourent lâchement le casque interne sont composées de bandes de velcro
(seulement avec la
portion en tissu doux du velcro) de 2cm de large X 6cm de long X 2mm
d'épaisseur sauf qu'il
y a un morceau de 2cm2 velcro rugueux qui est collé au verso d'une extrémité
d'une bande de
velcro en tissu doux pour permettre l'adhésion entre les deux extrémités de la
ganse.
67. Casque de protection, défini dans la revendication 66, caractérisé en ce
que les ganses sur le
casque interne n'empêchent pas les mouvements de va-et-vient des bandes
élastiques à
l'intérieur de ces ganses afin que ces bandes élastiques n'entraînent pas le
casque interne lors
des impacts de rotation. Limitant ainsi les risques de commotion cérébrale
lors des impacts de
rotation.
68. Casque de protection, défini dans la revendication 67, caractérisé en ce
que les ganses sur le
casque interne, en étant attachées sur le casque interne, limitent les
mouvements verticaux en
empêchant les quatre bandes élastiques qui entourent le casque interne et qui
passent dans ces
ganses de descendre lors d'un impact sur le dessus de la tête. Limitant ainsi
les risques de
fracture vertébrale par écrasement ainsi que les risques de paralysie et de
mort.
69. Casque de protection, défini dans la revendication 68, caractérisé en ce
que ledit casque interne
est formé pour avoir et maintenir un coussin d'air de 2 cm entre la paroi
interne du casque
extérieur et la paroi externe du petit casque interne lorsque ce dernier est
placé au milieu des
élastiques.
70. Casque de protection, défini dans la revendication 69, caractérisé en ce
que ledit casque interne
nous indiquera si nous devons changer de casque pour un plus grand. Si notre
tête n'entre plus
dans le petit casque interne ou s'il devient trop serré alors il faut changer
de grandeur. On ne
peut pas changer seulement le casque interne pour un plus grand car on va
perdre l'espacement
d'air désiré de 2 cm entre le casque interne et le casque externe. Par contre,
même si le casque
interne est devenu trop petit, il se pourrait que le casque nous fasse encore
en enlevant le petit
casque interne mais, la protection désiré ne sera plus la même et on
ressentira peut-être
l'inconfort des élastiques.
71. Casque de protection, défini dans les revendications 15, 16, 17, 18 et 70,
caractérisé en ce que
lesdites bandes élastiques agissent comme une suspension sur une automobile en
absorbant
l'énergie des impacts afin de réduire les commotions cérébrales.




-31-

72. Casque de protection, défini dans les revendications 15 et 38, caractérisé
en ce que ladite bande
élastique qui couvre quatre zones de la tête en même temps et qui est formée
de quatre bandes
successives: la bande frontale, la bande latérale droite, la bande occipitale
horizontale et la
bande latérale gauche peut être utilisée seul, sans les autres élastiques,
dans des casques où
l'activité pratiqué n'est pas nécessairement risqué et ne nécessite pas une
protection élevée.
Comme les casques de vélo et les casques d'armée où les impacts de rotation et
la chute
d'objets sur la tête ne sont pas les principaux risques.
73. Casque de protection, défini dans les revendications 16 et 42, caractérisé
en ce que ladite bande
élastique qui couvre deux zones en même temps et qui est formée de deux bandes
successives:
la bande supérieure et la bande occipitale verticale peut être utilisée
conjointement avec la
bande élastique mentionnée dans la revendication 72 pour des casques où
l'activité pratiqué
n'est pas nécessairement risqué et ne nécessite pas une protection élevée
contre les impacts de
rotation. Comme les casques de construction (aussi nommé: casque de sécurité)
où il faut
surtout se protéger contre les chutes d'objets sur le casque. Ainsi, on aurait
une meilleure
protection contre les choc axiaux.
74. Casque de protection, défini dans les revendications 17, 18, 45 et 48,
caractérisé en ce que
lesdites bandes élastiques qui couvrent les zones temporo-mandibulaires droite
et gauche
peuvent être utilisées conjointement avec les bandes élastiques mentionnées
dans les
revendications 72 et 73 pour fabriquer des casques pour les sports de contacts
comme le
hockey et/ou le football "style américain" afin de réduire les commotions
cérébrales.
75. Casque de protection, défini dans les revendications 1 à 74, caractérisé
en ce que ledit casque
de protection peut être utilisé pour les sports de contacts comme le hockey
et/ou le football
"style américain" afin de réduire les commotions cérébrales.
76. Casque de protection, défini dans la revendication 30, caractérisé en ce
que le bord inférieur du
milieu de la bande frontale, une fois tendue, doit être situé à 5 mm au dessus
de l'ouverture
frontale du casque externe pour le visage. La bande frontale, situé à
l'intérieur du casque
externe, doit être à 5 mm au dessus de la parti la plus basse du point milieu
du devant du
casque afin que la bande élastique frontale ne soit pas visible de l'extérieur
lors de l'extension
maximale.
77. Casque de protection, défini dans la revendication 73, caractérisé en ce
que le casque de
construction peut-être amélioré en remplaçant, tout simplement, les bandes de
tissus de
nylon/polyester (non extensible) dans ces casques par des bandes élastiques
afin d'avoir une



-32-

meilleure protection contre les choc axiaux.
78. Casque de protection, défini dans les revendications 1 à 76, caractérisé
en ce que le casque de
protection et ses composantes qui y sont décrites préalablement ne peuvent
être utilisés en tout
ou en parti afin de fabriquer système de suspension par des bandes élastiques
à l'intérieur d'un
casque de protection quelconque. Que se soit l'utilisation d'un seul élastique
horizontal qui
couvre les quatre côtés de la tête (front, occipital et latéral droite et
gauche) ou des élastiques
temporo-mandibulaires ou de l'élastique qui couvre simultanément la zone du
dessus de la tête
et de l'occiput (élastique vertical) ou l'ensemble des élastiques mentionnés
ci-haut pour
l'application à un autre casque de protection.

Note: Descriptions are shown in the official language in which they were submitted.

CA 02824537 2013-08-23
INTRODUCTION
Le domaine de l'invention:
La présente invention concerne un casque de hockey et, plus particulièrement à
une nouvelle
structure absorbante utilisé dans les casques de protection pour les activités
sportives mais
principalement pour les sports de contact (comme le hockey et le football)
dans le but de réduire
les commotions cérébrales.
Description de l'art antérieur:
Nous utilisons depuis longtemps un casque conçu d'une enveloppe externe rigide
(principalement
fait de plastique) et du rembourrage placé sur la paroi interne de ce casque.
Au fil des années, les
formes du casque ainsi que le rembourrage utilisé ont changé mais la
protection de la tête et du
cerveau, elle, n'a guère évoluée. Avant, un casque nous servait principalement
contre les chutes au
sol ou contre un coup de bâton accidentel ou pour amortir une rondelle déviée.
Mais maintenant,
le sport à changé, la vitesse d'exécution est plus vite, les athlètes sont de
plus en plus costauds et
les coups, de plus en plus salauds. Il faut maintenant que les casques
absorbent les coups directs à
la tête comme un coup d'épaule ou de coude volontaire.
Les casques d'aujourd'hui ne sont pas conçu pour ça. Les absorbants utilisés
sont trop durs ou trop
volumineux (réparti sur une trop grande surface). Ils ne font que
retransmettre l'énergie de
l'impact directement au crâne et ce dernier, le retransmet au cerveau. Les
casques empêchent les
coupures et les ecchymoses à la surface de la tête mais ils sont inefficace
contre l'absorption
d'énergie lorsque le casque arrête subitement. C'est le cerveau (qui est un
organe spongieux) qui
vient s'écraser subitement contre la paroi interne du crâne, absorbant ainsi
presque toute l'énergie
de l'impact. Ceci provoque des commotions cérébrales.
Les fabricants de casques recommandent d'avoir un casque le plus ajusté
possible à la tête afin de
bien répartir l'énergie de l'impact sur une plus grande surface. Par contre,
en faisant cela, on
élimine l'effet de suspension désiré pour absorber l'énergie. La seule place
où il est encore
possible d'absorber l'énergie de l'impact c'est au niveau du rembourrage à
l'intérieur du casque.

CA 02824537 2013-08-23
-2-
C'est comme une automobile sans suspension où la seule absorption des impacts
se fait par les
pneus. Ces derniers ont beau être mous mais ils n'absorbent que très peu les
impacts.
Nous avons observé plusieurs casques et nous avons testé quelques coussins
absorbants
(rembourrures) provenants des casques les plus populaires. Nous avons découpé
des morceaux de
1 cm3 de ces coussins pour connaître la force nécessaire, en livre (lbs),
qu'il faut pour les écraser
de moitié (de seulement 0,5 cm ou 5 mm).
Les rembourrures internes de certains casques sont moulées à même la paroi
externe du casque.
Ces rembourrures, en contact avec la tête, sont tellement dures qu'on ne
réussit même pas à les
écraser avec la force d'un doigt. On réussit, à peine, à laisser la trace d'un
ongle. Les casques sont
très léger mais inefficaces contre les commotions cérébrales car il n'y a
presque pas d'absorption
d'énergie.
Un autre rembourrage à une résistance de moins de 0,5 lb/cm2 pour être
complètement écrasé.
Donc, en mettant ce casque sur notre tête, nous écrasons presque complètement
les coussins
absorbants. Donc, ils sont inefficaces contre les commotions car les chocs
sont presque directs. Il
n'y a presque pas d'absorption d'énergie.
Les absorbants des casques les plus populaires nécessitent une force de 3
lbs/cm2 pour être écrasé
de moitié (de 0,5 cm). Alors, exemple, si l'on considère qu'il y a, en
moyenne, 30 cm2 de coussins
absorbants (rembourrage) en contact au niveau du front alors, il faut un
impact frontal de 90 lbs
(30 cm2 X 3 lbs/cm2) de pression pour que les absorbants s'écrasent de moitié.
De plus, il faut
attendre 1 à 2 secondes avant d'arriver à les écraser de moitié alors qu' un
impact ne prend qu'une
fraction de seconde. Donc, ces coussins (de 3 lbs/cm2) sont inefficaces contre
les commotions
cérébrales car il faut un impact de 90 lbs de pression (c'est énorme pour un
coup à la tête) pour
avoir seulement 0,5 cm d'absorption.
Il ne faut pas oublier aussi que les coussins absorbants (rembourrures)
étaient placés sur une
surface plane immobile pour faire les tests de pression que nous avons fait
alors que la tête est
mobile (en équilibre sur le cou). Donc, la tête pivote, tourne ou change de
direction aussitôt
qu'une pression est appliquée sur le casque. Pas besoin d'avoir un impact de
90 livres(lbs). De

CA 02824537 2013-08-23
-3-
plus, comment peut-on appliquer une force sur quelque chose de mobile. Comment
peut-on
réussir à applique une force de 901bs sur un casque alors que ce dernier bouge
avec la tête et le cou.
Autrement dit, malgré la présence de coussins absorbants (rembourrures), il
faudrait une force
beaucoup plus grande que 901bs pour parvenir à les écraser de moitié en une
fraction de seconde.
Donc, ces rembourrures ne font que retransmettre l'énergie de l'impact au
cerveau car il n'absorbe
presque pas d'énergie. Sous la force de l'impact, la tête changera de position
rapidement et ceci
risque de provoquer une commotion cérébrale.
C'est trois exemples démontrent bien que les casques modernes n'absorbent que
très, très peu
l'énergie de l'impact et ne font que retransmettre cette énergie au cerveau.
Résultant en des
commotions cérébrales.
Alors, j'ai réalisé qu'il faudrait des coussins beaucoup plus mous ainsi qu'un
plus grand espace
entre la paroi interne du casque et la tête pour amortir les impacts ou, tout
simplement, un tout
nouveau système de suspension.
L'idée m'est venue de mes emplois antécédents lorsque je portais un casque de
construction (aussi
appelé: casque de sécurité). Je me suis rappelé que quand je recevais des
objets sur la tête (sur
mon casque), ceux-ci déviaient et je ne ressentais aucune douleur à la tête.
Donc, je me suis servi
de cette idée afin de concevoir un nouveau casque de hockey.
Tout comme le casque de construction, mon invention comporte un coquille
externe dure et ronde
afin de faire dévier la source de l'impact. Le casque n'est pas en contact
direct avec la tête afin de
permettre au casque de bouger et d'absorber une partie de l'énergie de
l'impact. Il possède peu ou
pas de coussins absorbants (rembourrage). Et, contrairement au casque de
construction, mon
casque ne possède pas de bandes de tissus non extensibles mais bien des
élastiques qui absorberont
une bonne partie de l'énergie lors des impacts.

CA 02824537 2013-08-23
-4-
Brève description des dessins:
La Figure #1 montre un graphique (dans la parti du haut) et le tableau des
données ayant servi à
faire le graphique (dans la parti du bas) illustrant la caractéristique
physique
d'extension des élastiques utilisés dans notre invention par rapport à la
traction
appliquée sur eux.
La Figure #2 est une vue prise de face de la coquille externe du casque de
hockey avec le système
d'amortisseurs disposés de part et d'autre du casque SANS la numérotation des
items
pour avoir une meilleure visualisation de l'invention. Les élastiques visibles
de cette
prise de vue sont représentés par des bandes hachurées tandis que les bandes
élastiques non visibles du casque sont représenté par des lignes pointillées.
La Figure #3 est une vue prise de l'intérieur de la coquille externe du casque
de hockey avec le
système d'amortisseurs SANS la numérotation des items pour avoir une meilleure

visualisation de l'invention. Les élastiques visibles de cette prise de vue
sont
représentés par des bandes hachurées tandis que les bandes élastiques non
visibles du
casque sont représenté par des lignes pointillées.
La Figure #4 est une vue prise de face de la coquille externe du casque de
hockey avec le système
d'amortisseurs disposés de part et d'autre du casque AVEC la numérotation des
items. Les élastiques visibles de cette prise de vue sont représentés par des
bandes
hachurées tandis que les bandes élastiques non visibles du casque sont
représenté par
des lignes pointillées.
La Figure #5 est une vue prise de l'intérieur de la coquille externe du casque
de hockey avec le
système d'amortisseurs AVEC la numérotation des items. Les élastiques visibles
de
cette prise de vue sont représentés par des bandes hachurées tandis que les
bandes
élastiques non visibles du casque sont représenté par des lignes pointillées.
La Figure #6 est une prise de vue du côté latéral gauche de la coquille
externe du casque de hockey
avec le système d'amortisseurs et la ligne de tangente supérieure. Les
élastiques
visibles de cette prise de vue sont représentés par des bandes hachurées
tandis que
les bandes élastiques non visibles du casque sont représenté par des lignes
pointillées.

CA 02824537 2013-08-23
-5-
La Figure #7 est une prise de vue du côté latéral droite de la coquille
externe du casque de hockey
avec le système d'amortisseurs et la ligne de tangente supérieure. Les
élastiques
visibles de cette prise de vue sont représentés par des bandes hachurées
tandis que
les bandes élastiques non visibles du casque sont représenté par des lignes
pointillées.
La Figure #8 est une prise de vue postérieure de la coquille externe du casque
de hockey avec le
système d'amortisseurs. Les élastiques visibles de cette prise de vue sont
représentés par des bandes hachurées tandis que les bandes élastiques non
visibles
du casque sont représenté par des lignes pointillées.
La Figure #9 est une prise de vue du côté latéral gauche du petit casque
interne du casque de
hockey. Les élastiques visibles et les bandes de velcro de cette prise de vue
sont
représentés par des bandes hachurées.
La Figure #10 est une prise de vue de l'intérieur du petit casque interne du
casque de hockey. Les
élastiques visibles et les bandes de velcro de cette prise de vue sont
représentés par
des bandes hachurées.
La Figure #11 est une prise de vue partielle du côté latéral gauche du casque
externe avec une vue
sur une des attaches en "U" qui maintiennent le casque en place. Les
élastiques
visibles de cette prise de vue sont représentés par des bandes hachurées
tandis que
les bandes élastiques non visibles du casque sont représenté par des lignes
pointillées.

CA 02824537 2013-08-23
-6-
Description détaillée:
Mon invention est transférable à une multitude de casque de protection. Que se
soit pour les sports
de contacts comme le hockey ou le football ou pour toutes sortes d'activités
sportives (vélo,
planche à roulettes,...) ou pour simplement améliorer les casques de
construction (aussi appelé:
casque de sécurité).
C'est un système d'amortissement fabriqué à partir de bandes élastiques
tendues à l'intérieur d'un
casque de protection monocoque rigide afin d'absorber les coups à la tête. Ce
système agit comme
une suspension sur une automobile. Les bandes élastiques s'attachent sur la
paroi externe du
casque. Ils passent ensuite à travers la paroi rigide du casque par des trous
spécialement conçus
afin de maintenir la bonne orientation des élastiques ainsi que l'espacement
désiré entre la tête et la
paroi interne du casque. Les élastiques sont dirigés à travers les trous afin
de protéger différentes
régions du crâne et ainsi amortir les coups provenant de l'extérieur. Il y a
plusieurs bandes
élastiques à l'intérieur du casque. Il y a une bande qui est dirigé à travers
des trous pour absorber
les impacts appliqués aux zones suivantes: frontale, latérale droite,
occipitale et latérale gauche.
Un deuxième élastique absorbe les chocs axiaux (coups sur la tête) et encore
une fois, les chocs
postérieurs. Un troisième et un quatrième élastique couvrent les zones temporo-
mandibulaire
droite et gauche contre les impacts portés à la joue et la mâchoire. Ces deux
derniers absorbent
aussi les chocs latéraux mais servent surtout à diminuer les impacts de
rotation. Un petit casque
interne rigide, facultatif, est fixé librement entre les élastiques pour
diminuer la pression des
élastiques sur la tête.
Les éléments les plus importants de cette invention sont:
-les élastiques afin qu'ils amortissent les impacts en absorbant l'énergie de
ces derniers lors de
leur contraction/élongation;
-l'espace d'air de 2 cm minimum entre la tête (ou la paroi externe du casque
interne) et la paroi
interne du casque externe afin de permettre un temps et une zone de réaction
pour les élastiques;
-une forme plus ronde du casque externe afin de permettre une meilleure
déviation de la source
de l'impact.
Les deux premiers éléments sont indissociables. L'un ne va pas sans l'autre.
On a beau mettre les
meilleurs élastiques au monde mais si on n'a pas d'espace afin de permettre
leur mouvement alors,

CA 02824537 2013-08-23
-7-
ça ne vaut rien. Et pareillement, même si on a l'espace nécessaire mais que
l'on remplace les
élastiques par une structure non extensible alors, ça ne vaut rien aussi.
Le casque doit aussi avoir une forme plus sphérique (sans adhérence) afin de
faciliter la déviation
des impacts qui arrivent rapidement, exemples: rondelle, bâton, coude porté
haut, etc. Il faut que
le contact perpendiculaire à la paroi externe du casque soit difficile à
obtenir. Exemple: c'est plus
facile de pousser avec le bout d'un crayon sur une surface plate que sur une
bille. La bille est ronde
et elle fait dévier les objets alors, le casque doit aussi être plus rond.
Donc, un peu plus rond sur le
dessus, les cotés, en avant et en arrière par rapport à un casque standard que
l'on utilise de nos
jours. De plus, ces rondeurs vont nous permettre d'avoir plus d'espace à
l'intérieur du casque afin
de créer l'effet de suspension désiré par les élastiques. Il faut aussi que la
surface externe du
casque soit sans adhérence. Il faut que la surface soit le plus lisse
possible. Il ne faut pas créer de
reliefs et/ou motifs dans la forme du casque qui pourraient faire augmenter
l'adhérence du casque
vis-à-vis la source de l'impact. Il faut un casque qui ressemble un peu à la
forme de ceux utilisé au
football américain. On peut aussi améliorer le casque externe en faisant des
trous dans sa paroi
pour permettre une meilleure ventilation et, en même temps, pour alléger le
casque. On peut faire
une multitude de petits trous avec un diamètre le plus grand possible à chaque
1 cm à travers la
paroi du casque externe pourvu qu'il demeure lisse, plus ou moins rond, sans
adhérence et qu'il
demeure rigide lors des impacts. Exemple: un trou de 2mm de diamètre à chaque
centimètre,
partout sur l'ensemble du casque, favoriserait sa ventilation et sa légèreté.
En combinant ces trois éléments principaux (la forme ronde sans adhérence, les
élastiques et
l'espace d'air) nous créons un nouveau casque qui absorbera l'énergie des
impacts comme le fait
une suspension sur une voiture. Et, par la même occasion, nous aidera à
réduire les commotions
cérébrales.
Le casque conservera presque que les mêmes dimensions que ceux que l'on
connaît présentement.
On récupère la place occupé anciennement par le rembourrage absorbant pour le
remplacer par des
élastiques et, on remplace les deux coquilles externes superposées pour
l'ajustement longitudinal
du casque par un casque monocoque. Ainsi, on récupère de l'espace et c'est
juste la forme
extérieure du casque qui change un peu. Il faut se rappeler que c'est
principalement pour avoir un
espace d'air minimum de 2 cm entre la paroi externe du petit casque interne et
la paroi interne du

CA 02824537 2013-08-23
-8-
casque externe que nous avons changé la forme externe du casque.
La forme du casque interne provient de la forme naturelle de la tête. Le
casque interne est presque
moulé à la forme de la tête. Il doit être très ajusté à la tête afin de ne pas
bouger.
La forme ronde du casque externe est tout simplement la forme du petit casque
interne auquel nous
avons rajouté un rembourrage de 2 cm d'épaisseur pour ensuite remouler une
coquille externe sur
ce rembourrage. Nous avons ensuite enlevé ce rembourrage de 2 cm d'épaisseur
pour le remplacer
par notre système de suspension à base d'élastiques tendu de part et d'autre
du casque externe.
Donc, la forme du casque inventé est en fait la forme naturelle de la tête.
Le casque interne déterminera qu'elle grandeur de casque nous devons utiliser.
Il ne faut pas
oublier que le casque interne est formé pour avoir et maintenir un coussin
d'air de 2 cm entre la
paroi interne du casque extérieur et la paroi externe du petit casque interne
lorsque ce dernier est
placé au milieu des élastiques. Il n'y a pas beaucoup d'espace de mouvement
dans ce petit casque
car il sert de base afin de stabiliser l'ensemble de l'invention. Si ce petit
casque bouge trop sur
notre tête, alors le casque externe bougera encore plus et ce dernier nuira à
notre visibilité ainsi
qu'à notre confort. Ainsi, le casque interne nous indiquera si nous devons
changer de casque pour
un plus grand. Si notre tête n'entre plus dans le petit casque interne ou s'il
devient trop serré alors,
il faut changer de grandeur. On ne peut pas changer seulement le casque
interne pour un plus
grand car on va perdre l'espacement d'air désiré de 2 cm entre le casque
interne et le casque
externe. Par contre, même si le casque interne est devenu trop petit, il se
pourrait que le casque
nous fasse encore en enlevant le petit casque interne mais, la protection
désirée ne sera plus la
même et on ressentira peut-être l'inconfort des élastiques.
Donc, a chaque fois que l'on change de casque pour un plus grand, le casque
interne et le casque
externe deviennent tous les deux plus grand afin de conserver un espace d'air
de 2 cm entre les
deux casques.
On utilise un casque monocoque (non ajustable) rigide afin de maintenir la
même tension dans les
élastiques placés à l'intérieur du casque externe. La tension est ajustée dans
les élastiques lors du
montage du casque et ne pourra plus être ajusté par la suite. Alors, si on
pouvait rapetisser ou

CA 02824537 2013-08-23
-9-
agrandir la coquille externe du casque alors on modifierait la tension
optimale désirée dans les
élastiques ce qui annulerait l'effet de suspension recherché. Le casque
externe est fabriqué en
plastique rigide ou en fibres de verre avec polymère rigide ou en fibres de
carbone. Il faut un
plastique (ou autres) mince (moins de 3 mm d'épaisseur) et léger (pour avoir
un casque qui pèse
moins de 500 g pour l'ensemble de l'invention avec tous ses composantes) et
pratiquement
inflexible. Il ne faut pas que la tension dans les élastiques (qui est ajustée
dans les élastiques lors
du montage du casque et qui ne pourra plus être ajusté par la suite) ne fasse
pas courber le casque,
surtout sur les côtés car les parois latérales deviendraient trop proche de la
tête et on perdrait ainsi
l'espace de 2cm désiré.
Les élastiques utilisés sont plats (3mm d'épaisseur) et large (18mm de
largeur). La bande élastique
est composée de 16 paires de petits élastiques cylindriques de 1 tnm de
diamètre (donc 32 petits
élastiques) tressés à l'intérieur d'un tissu fait de fibres de
nylon/polyester. On peut aussi utiliser
une bande élastique entière, recouverte d'un tissu, avec les mêmes dimensions
(3mm X 18mm) et
avec les mêmes caractéristiques d'extension. Le tissu qui enrobe les
élastiques favorise une
diminution de la friction avec le petit casque interne ou avec la tête lors
des mouvements. Les
élastiques utilisés dans notre invention ont la caractéristique physique
d'extension suivante par
rapport à une traction (en livre) appliquée sur eux. Pour une bande de 10 cm
de long, elle doit
avoir un étirement (en cm) directement proportionnel à la tension (en livre)
de 0,8 cm/lb à partir
d'une tension minimum de 7 livres(lbs). Donc, initialement, je mets 7
livres(lbs) de tension à un
élastique, et à chaque fois que je rajoute 1 livre de tension à cet élastique,
celui-ci s'étire de 0,8 cm.
Si je rajoute 2 livres(lbs) de plus, alors, il s'étirera de 1,6 cm et ainsi de
suite jusqu'à l'étirement
maximum. Voir le graphique à la figure #1 en annexe.
Pour un meilleur confort et une protection optimum, les bandes élastiques dans
le casque doivent
pouvoir soutenir une charge de 7 à 10 livres(lbs) au niveau de leur point
milieu respectif, avant de
toucher à la paroi interne du casque externe vis-à-vis ce point milieu. Par
exemple, si nous
prenons la bande élastique frontale (BF), je trouve le milieu de la bande (44)
et j'y applique une
force sur le côté plat de cette bande en direction de la paroi frontale (45)
du casque. Le milieu de la
bande élastique ne doit pas toucher la paroi (45) avant d'avoir atteint un
minimum de 7 livres(lbs)
de charge sur le milieu de cette bande mais, par contre, l'élastique doit
toucher au casque (45)
lorsque nous avons 10 livres(lbs) de charge maximum. Donc, nous ajustons la
tension dans les

CA 02824537 2013-08-23
-fo-
élastiques lors du montage du casque et cette tension ne pourra plus être
ajusté par la suite.
La tension dans les bandes varient selon la catégorie d'âge. Nous utilisons
des bandes élastiques
pouvant supporter 7 livres(lbs) de charge à la paroi interne du casque externe
pour les jeunes
enfants car leur anatomie (le cou et les muscles du cou) est plus fragile et
les coups à la tête sont
supposés être moins intenses à cette âge là. Nous utilisons des bandes
élastiques pouvant
supporter 9 à 10 livres(lbs) de charge à la panai interne du casque externe
pour les adultes.
Les bandes élastiques passent par des trous dans la paroi du casque externe.
Ces trous dirigent les
bandes élastiques là où l'on veut à l'intérieur du casque afin de couvrir et
protéger contre les
impacts des endroits bien définis de la tête. La paroi des trous est arrondie
afin d'empêcher les
élastiques de se couper sur le rebord de ces derniers.
L'orientation (l'angle) des trous permette de maintenir les bandes élastiques
dans la direction que
l'on veut. L'orientation (l'angle) des trous permette aussi aux élastiques
d'avoir le même angle
que la surface du crâne à protéger (donc, d'être parallèle à cette surface).
Par contre, on peut
amplifier l'angle des trous par rapport à la surface à protéger afin de créer
une pression varier à
l'intérieur de cette même bande. Dans notre cas, où l'angle sera de 30 ,
l'angle fera augmenter la
pression au bas de la bande afin de que cette dernière pousse et/ou maintienne
la tête à l'intérieur
du casque. La pression ainsi créer empêchera la tête de vouloir sortir du
casque.
La grandeur des trous permet de maintenir les élastiques là où l'on veut. La
grandeur des trous ne
doit pas excéder plus de 2 mm l'épaisseur et la largeur de la bande élastique
(donc ils doivent avoir
5mm X 20mm) afin de les empêcher de se déplacer en dehors de la zone de la
tête que l'on veut
protéger à l'intérieur du casque.
Le positionnement des trous permettent d'obtenir l'espacement nécessaire de 2
cm entre la paroi
externe du casque interne et la paroi interne du casque extérieur afin d'avoir
une bonne absorption
d'énergie lors de l'impact. C'est l'effet de suspension désiré. Nous voulons
avoir un espaces de 2
centimètres(cm) entre la paroi interne du casque extérieur et la surface de la
tête afin de permettre
aux élastiques de s'étirer pour absorber l'impact comme le ferait une
suspension sur une voiture. Il
ne faut pas oublier que le casque est presque rond. Donc, si les trous sont
trop rapprochés par

CA 02824537 2013-08-23
-11-
rapport au point milieu d'un côté à couvrir alors, l'élastique formera une
tangente qui sera trop
près de la paroi et, on n'aura pas l'espace de mouvement désiré (l'espace de
suspension) pour
amortir les chocs. Par contre, si les trous sont éloignés par rapport au point
milieu d'un côté à
couvrir alors, on aura suffisamment d'espace de suspension mais il y aura un
inconfort à la tête
lorsque l'on placera notre tête entre les élastiques à cause de la tension
dans ces derniers. De plus,
pour un côté à couvrir, en mettant les trous trop éloignés par rapport au
point milieu de l'élastique,
il faudra un élastique plus long pour couvrir ce côté de la tête donc, une
augmentation inutile du
poids du casque.
De plus, en plaçant les élastiques de manière à ce qu'ils entourent la tête,
ces derniers absorberont
l'énergie des impacts en plus de diminuer l'effet de rebond de la tête dans le
casque. Car,
l'élastique opposé à celui qui s'étire, contrôlera le retour de la tête au
centre du casque. Il freinera
le retour. Exemple: on reçoit un coup à l'arrière de la tête, les élastiques
postérieurs (BOV et
BOH) s'étirent lorsque le casque est poussé vers l'avant afin d'absorber le
choc postérieur mais
après, ils veulent revenir à leur position moins tendue (non étiré). C'est
alors que l'élastique
frontal (BF) joue sont rôle. Il était devenu moins tendue (non étiré) lors de
l'impact postérieur et
maintenant, il servira à freiner le retour de la tête en position centrale
dans le casque lorsque les
élastiques postérieurs reprendront leur place.
On peut installer un petit casque rigide à l'intérieur (au milieu) des
élastiques. Ce casque se place
au même endroit où l'on mettrait notre tête dans le casque. Le but de ce petit
casque interne est de
réduire la pression exercée par les élastiques sur le crâne. Il résiste à la
compression exercée par
les bandes élastiques. Il sert à diminuer l'inconfort causé par les élastiques
sur la tête mais il est
facultatif malgré qu'il offre une protection supplémentaire. L'inconfort est
relatif d'une personne à
l'autre, tout dépend du degré de tolérance envers la tension des élastiques.
Le petit casque épouse
parfaitement le contour de la tête, il est mince (moins de 2 mm d'épaisseur,
très léger (moins de
100 gammes) et très rigide. Il est composé de bandes de fibres de verre avec
polymère rigide ou
de plastique rigide ou de fibres de carbone rigide. La paroi externe de ce
dernier est lisse afin de
ne pas augmenter la friction avec les élastiques qui l'entourent lors des
mouvements.
Si la friction augmente alors la résistance augmente aussi lors des impacts.
C'est peut-être
bénéfique lorsque l'on veut amortir des chocs majeurs comme frontal, latéraux
ou occipital mais,

CA 02824537 2013-08-23
-12-
ça réduit de beaucoup les effets recherchés lors des impacts de rotation. Les
mouvements du
casque extérieur ne doivent pas entraîner le casque interne à cause de la
friction des élastiques sur
le casque interne.
On peut aussi améliorer le casque interne en faisant des trous dans sa paroi
pour permettre une
meilleure ventilation et, en même temps, pour alléger le casque. Par contre,
il ne faut pas que ces
trous augmentent l'adhérence du casque interne face aux élastiques. On peut
faire une multitude
de petit trou avec le diamètre le plus grand possible à chaque 1 cm à travers
la paroi du casque
interne pourvu que ce dernier demeure lisse sur la paroi externe, sans
adhérence et qu'il demeure
rigide face à la compression des bandes élastiques. Exemple: un trou de 2 mm
de diamètre, à
chaque centimètre, partout sur l'ensemble du casque, favoriserait la
ventilation et la légèreté.
Nous avons placé un léger rembourrage de 3 mm d'épaisseur à l'intérieur du
petit casque interne.
En plus, nous avons ajouté une deuxième bande (une deuxième bande de 3mm
d'épaisseur X 1 cm
de haut) à la base interne du casque interne sur la moitié du casque avant
(qui passe de l'oreille
droite vers l'oreille gauche, en passant par le front) afin d'aider à
maintenir la tête stable dans le
casque interne. En plus de rendre le casque plus confortable, ce rembourrage
très peu dense (52),
absorbe très bien l'énergie des impacts, surtout lors des impacts maximums. Il
y a aussi deux
bandes élastiques (#53 et #54) tendues horizontalement de part et d'autre au
niveau de la base
arrière du petit casque (au niveau de la nuque) afin de maintenir la tête
stable dans ce dernier. Les
rebords des bandes élastiques (#53 et #54) sont collés sur la base de la paroi
extérieur du petit
casque interne. Ces deux élastiques (#53 et #54) servent "d'ajustement
automatique" au cas où la
tête serait un peu trop petite pour le petit casque.
Les élastiques (#53 et #54) sont semblables aux bandages élastiques utilisés
pour stabiliser une
cheville lors d'une entorse par exemple. Ils ont 7 cm de large par 1 mm
d'épaisseur. Ils ont la
même résistance et la même composition que ceux de la marque "Formedica".
Le casque interne est maintenu lâchement entre les élastiques par quatre
ganses; une en avant (55)
autour du milieu de l'élastique frontal (BF), une en arrière (56) autour du
milieu de l'élastique
occipital horizontal (BOH), une à droite (57) autour du milieu de l'élastique
latéral droit (BLD) et
l'autre à gauche (58), autour du milieu de l'élastique latéral gauche (BLG).
Ces ganses, faites avec

CA 02824537 2013-08-23
-13-
des bandes de velcro (seulement avec la portion en tissu doux du velcro) de
2cm de large X 6cm de
long X 2mm d'épaisseur, sont placées lâchement autour des bandes élastiques
afin de permettre à
ces bandes élastiques de continuer à bouger librement dans ces ganses. Le côté
"tissu doux"de la
bande de velcro fait face à la bande élastique. Les ganses traversent la paroi
du petit casque interne
vers l'intérieur. Une extrémité d'une ganse de velcro (le côté en tissu doux)
est collée sur la paroi
interne du casque interne juste sous un trou (à la base du casque interne) et,
l'autre extrémité de la
bande adhère sur l'autre à l'aide d'un morceau de 2cm2 de bande de velcro
rugueux que nous
avons préalablement collé au verso de l'extrémité de la bande en tissu doux de
velcro qui est collée
sur la paroi du casque interne.
Les bandes élastiques ne sont pas solidement fixés à ce petit casque pour
laisser toute la liberté
d'action (de mouvement) aux élastiques. Le casque interne, placé entre les
bandes élastiques, peut
tourner vers la gauche ou vers la droite à l'intérieur du casque externe. Les
quatre ganses
n'empêchent pas les mouvements de va-et-vient des bandes élastiques à
l'intérieur de ces ganses.
Ainsi, lors des impacts de rotation, les élastiques en bougeant n'entraînent
pas la rotation du
casque interne. Un impact sur le casque externe fera bouger les élastiques
(contraction/élongation)
mais ces derniers n'entraîneront pas le casque interne dans la rotation. Par
contre, les ganses
limitent les mouvements verticaux. Ces quatre ganses empêchent les quatre
bandes élastiques
(BLD, BF, BLG et BOH), qui entourent le casque interne et qui passent dans ces
quatre ganses, de
descendre lors d'un impact sur le dessus de la tête car les ganses sont
attachées sur le petit casque
interne qui est en appui sur la tête. Donc, les ganses permettent d'offrir une
résistance
complémentaire à la bande supérieure (BS). La synergie de ces deux bandes (la
bande #1 et la #2)
est une bonne protection dans les cas où l'on rentre tête première dans la
bande de la patinoire par
exemple. Ça diminue les risques de fracture vertébrale par écrasement ainsi
que les risques de
paralysie et de mort.
Voici comment installer les bandes à l'intérieur du casque. Il y a quatre
bandes et voici leur
cheminement. Se servir des figures en annexe pour voir et comprendre les
explications qui suivent
mais principalement de la figure #4 (casque de hockey, vue de face). Les
figures en annexe sont à
environ 90% de la grandeur réelle de notre casque inventé (format enfant) afin
de favoriser une
meilleure visualisation de l'invention.

CA 02824537 2013-08-23
-14-
Tout d'abord, avant de commencer la description, je veux mentionner que les
rondelles (washer)
utilisées mesurent 2cm de diamètre par lmm d'épaisseur avec un trou de 13/64
de pouce au centre.
Les vis ont une tête plate de lmm d'épaisseur par 11 mm de large et ils ont
une longueur de llmm.
Les écrous possèdent un corps cylindré de 3/16 de pouce de diamètre par 1 lmm
de long surmonté
d'une tête plate de lmm d'épaisseur par Il mm de large.
Pour la bande élastique #1 (on ne voit pas ce #1 dans les dessins, on peut
voir la bande qui est
composée de quatre portions mais, nous avons juste identifié les extrémités de
cette bande (#1a et
#1b) pour minimiser la confusion), elle couvre les impacts appliqués aux zones
suivantes: frontale,
latérale droite, occipitale et latérale gauche. On attache une extrémité (#1a)
de la bande élastique
#1 (on ne voit pas ce #1 dans les dessins) sur le dessus gauche du casque avec
une vis à large tête
plate (5) ainsi qu'une rondelle (6) placée entre l'élastique et la vis (5) sur
le dessus du casque. On
serre ensuite la vis (5) contre son écrou (7) à tête plate (J)lacé à
l'intérieur du casque) afin
d'immobiliser l'élastique contre le casque externe. On a préalablement percé
un trou de 3/16 de
pouce de diamètre dans la paroi du casque avant de serrer la vis contre son
écrou. Et, se sera pareil
à chaque fois que l'on mentionnera que l'on fixe l'extrémité d'un autre
élastique au casque. On
passe ensuite l'autre extrémité de l'élastique #1 (on ne voit pas ce #1 dans
les dessins) par le trou
#8 pour le faire sortir de l'autre côté du casque, par le trou #9, pour former
la bande frontale (BF).
On continue en entrant l'élastique par le trou #10 pour le sortir par le trou
arrière #11 afin de
former la bande latérale droite (BLD). On continue en entrant l'élastique par
le trou #12 pour
ensuite le sortir par le trou #13 pour former la bande occipital horizontale
(BOH). On entre de
nouveau la bande élastique dans le casque par le trou arrière #14 pour la
sortir par le trou avant #15
afin de former la bande latérale gauche (BLG). Et, finalement, on attache
l'autre extrémité (#1b)
de l'élastique #1 (on ne voit pas ce #1 dans les dessins) en le serrant contre
le casque externe à
l'aide d'une rondelle (17) et d'une vis à large tête plate (16) sur le dessus
contre l'écrou à tête plate
(18) à l'intérieur.
Les trous #8 et #9 sont inclinés de 300 (par rapport à la verticale) vers
l'avant par rapport à leurs
bases afin que la bande élastique frontale (BF) soit orientée de façon à
exercer une pression plus
forte au bas de la bande frontale que sur le haut pour empêcher la tête de
sortir du casque. La
pression pousse la tète vers le creux (dans le haut) du casque.

CA 02824537 2013-08-23
-15-
Les trous #10 et #11 sont verticaux afin de diriger la bande élastique
latérale droite (BLD)
parallèlement au côté latéral droit du crâne.
Les trous #14 et #15 sont verticaux afin de diriger la bande élastique
latérale gauche (BLG)
parallèlement au côté latéral gauche du crâne.
Les trous #12 et #13 sont inclinés de 300 (par rapport à la verticale) vers
l'arrière par rapport à
leurs bases afin que la bande élastique occipitale horizontal (BOH) soit
orientée de façon à exercer
une pression plus forte au bas de la bande élastique que sur le haut pour
empêcher la tête de sortir
du casque. La pression pousse la tête vers le creux (dans le haut) du casque.
De plus, en étant
incliné ainsi, il offre une meilleure stabilité au casque car il épouse la
forme de l'occiput (de la
nuque).
Le bord inférieur du milieu (44) de la bande frontale (BF), une fois tendue,
doit être situé à 5 mm
au dessus de l'ouverture frontale du casque externe pour le visage. La bande
frontale (BF), situé à
l'intérieur du casque externe, doit être à 5 mm au dessus de la parti la plus
basse du point milieu du
devant du casque (45) afin que la bande élastique frontale (BF) ne soit pas
visible de l'extérieur
lors de l'extension maximale. Ensuite on déterminera l'emplacement des
extrémités de la bande
frontale (BF).
L'emplacement des trous #8 et #9 de la bande élastique frontale (BF) sera
déterminé par les
extrémités de la bande frontale (BF) une fois que celle-ci formera une
tangente (voir la ligne #43
en pointillée) distancée de 4 cm à partir du point milieu (44) de la bande
frontale (BF) par rapport
au point milieu du devant du casque (45). N'oubliez pas que les trous #8 et #9
sont inclinés donc,
on mesure 4 cm à partir du bord de l'élastique frontal le plus proche de la
paroi interne du casque
externe (donc la partie supérieure de la bande frontale (BF)) afin d'offrir
une zone d'absorption
optimale.
L'emplacement des trous #12 et #13 de la bande élastique occipitale
horizontale (BOH) sera
déterminé par les extrémités de la bande occipitale horizontale (BOH) une fois
que celle-ci formera
une tangente (voir la ligne #46 en pointillée) distancée de 4 cm à partir du
point milieu (47) de la
bande occipitale horizontale (BOH) par rapport au point milieu du derrière du
casque (48).

CA 02824537 2013-08-23
-16-
N'oubliez pas que les trous #12 et #13 sont inclinés donc, on mesure 4 cm à
partir du bord de
l'élastique occipital horizontal le plus proche de la paroi interne du casque
externe (donc la partie
supérieure de la bande occipitale horizontale (BOH)) afin d'offrir une zone de
d'absorption
optimale.
La distance entre les trous #10 et #15 est de 9 cm. On mesure 4,5 cm de chaque
côté du point
milieu (44) de la bande frontale (BF) pour déterminer l'endroit des trous #10
et #15. Il ne faut pas
trop centrer ces trous car, lors d'un impact frontal, la tête se dirige vers
l'avant du casque et fait
écarter les bandes latérales, se qui fait augmenter la résistance frontale.
Et, on ne veut pas que
cette résistance soit plus grande que 10 livres. De plus, les bandes latérales
prennent de l'espace
dans la zone frontale (entre les deux casques) lorsque comprimés. Donc, il
faut conserver cette
couche d'air au maximum en espaçant ces trous.
La distance entre les trous #11 et #14 est de 9 cm. On mesure 4,5 cm de chaque
côté du point
milieu (47) de la bande occipitale horizontale (BOH) pour déterminer l'endroit
des trous #11 et
#14. Il ne faut pas trop centrer ces trous car, lors d'un impact postérieur,
la tête se dirige vers
l'arrière du casque et fait écarter les bandes latérales se qui fait augmenter
la résistance postérieure.
Et, on ne veut pas que cette résistance soit plus grande que 10 livres. De
plus, les bandes latérales
prennent de l'espace dans la zone occipitale (entre les deux casques) lorsque
comprimés. Donc, il
faut conserver cette couche d'air au maximum en espaçant ces trous.
L'emplacement du trou frontal (#10) de la bande latérale droite (BLD) et
l'emplacement du trou
frontal (#15) de la bande latérale gauche (BLG) sont situés juste au dessus de
la bande frontale
(BF).
Et, l'emplacement du trou occipital (#11) de la bande latérale droite (BLD) et
l'emplacement du
trou occipital (#14) de la bande latérale gauche (BLG) sont situé juste au
dessus de la bande
occipitale horizontale (BOH).
On peut utiliser l'élastique #1 seul, sans les autres élastiques #2, #3 et #4,
dans des casques où
l'activité pratiqué n'est pas nécessairement risqué et ne nécessite pas une
protection élevée.
Comme les casques de vélo et les casques d'armée où les impacts de rotation et
la chute d'objets

CA 02824537 2013-08-23
-17-
sur la tête ne sont pas les principaux risques.
Pour la bande élastique #2, (on ne voit pas ce #2 dans les dessins, on peut
voir la bande qui est
composée de deux portions mais, nous avons juste identifié les extrémités de
cette bande #2a et
#2b pour minimiser la confusion) elle est composée de deux portions
successives placées au centre
du casque d'en avant vers l'arrière : la bande supérieure (BS) et la bande
occipitale verticale
(BOV). La bande supérieure (BS) couvre contre les chocs axiaux (coups sur la
tête) et la bande
occipitale verticale (BOV) couvre, encore une fois, contre les chocs
postérieurs. On attache une
extrémité (#2a) de la bande élastique #2 (on ne voit pas ce #2 dans les
dessins) sur le devant du
casque avec une vis à large tête plate (19) ainsi qu'une rondelle (20) placée
entre l'élastique et la
vis (19) sur le dessus du casque. On serre ensuite la vis (19) contre son
écrou à tête plate (placé à
l'intérieur du casque) afin d'immobiliser l'élastique contre le casque
externe. On passe ensuite
l'autre extrémité de l'élastique #2 (on ne voit pas ce #2 dans les dessins)
par le trou #21 pour le
faire sortir dans la partie supérieure arrière du casque, par le trou #22,
pour former la bande
supérieure (BS). On passe la bande élastique dans la partie centrale d'une
attache (#23) en forme
de "8" situé à l'extérieur du casque, vis-à-vis le trou #22, pour ensuite
rediriger la bande vers
l'intérieur encore par le trou #22. On dirige l'élastique vers le bas afin de
contourner le milieu du
rebord inférieur occipital du casque #24. Finalement, on fixe l'autre
extrémité (#2b) de l'élastique
#2 (on ne voit pas ce #2 dans les dessins) sur la paroi externe du casque, à
la base occipitale, à
l'aide d'une vis à large tête plate (25) et d'une rondelle (26). On serre la
vis (25) contre un écrou à
tête plate placé à l'intérieur du casque.
L'attache en "8" (23), qui est situé entre la bande supérieure (BS) et la
bande occipitale verticale
(BOY), permet trois choses: elle permet de ne faire qu'un seul trou (22) dans
la paroi du casque
afin de diriger deux bandes élastiques à partir du même trou (22). Elle permet
de ne pas trop
affaiblir la paroi du casque à cette endroit en distribuant la tension exercée
par les élastiques (BS et
BOV) sur une plus grande surface du casque. Et, elle permet, en ayant deux
trous en un (22), de
créer un espace plus grand derrière la bande occipitale verticale (BOV) parce
qu'on n'est pas
obligé de faire un deuxième trou plus loin vers l'arrière pour repasser et
rediriger la bande
élastique verticale (BOV) vers le bas. L'attache en "8" est en appui sur la
paroi externe du casque
externe, sur le contour du trou #22.

CA 02824537 2013-08-23
-18-
Placé au milieu du casque d'en avant en arrière, les trous #21 et #22 de la
bande supérieure (BS)
seront déterminé par les extrémités de la portion de la bande supérieure (BS)
une fois que celle-ci
formera une tangente (49) distancé de 4 cm à partir du point milieu (50) de la
bande supérieure
(BS) par rapport au point milieu du dessus du casque (51). La bande supérieure
doit être parallèle
au plancher (la base) du casque afin que le casque demeure droit sur la tête.
La bande occipitale verticale (BOV) est automatiquement créée par le retour de
la bande élastique
supérieure (BS) qui contourne le milieu de l'attache en "8" (23), (qui est vis-
à-vis le trou arrière
(#22) de la bande supérieure (BS)) et le rebord inférieur occipital (#24) du
casque.
La distance entre la bande occipitale verticale (BOV) et la partie postérieure
(occipitale) du casque
sera ajusté automatiquement par le trou #22 et le rebord inférieur occipital
(#24) du casque.
On peut utiliser l'élastique #1 et #2 seuls , sans les autres élastiques #3 et
#4, dans des casques où
l'activité pratiqué n'est pas nécessairement risqué et ne nécessite pas une
protection élevée contre
les impacts de rotation. Comme les casques de construction où il faut surtout
se protéger contre les
chutes d'objets sur le casque. On pourrait aussi remplacer, tout simplement,
les bandes de tissus
de nylon/polyester (non extensible) dans ces casques par des bandes
élastiques. Ainsi, on aurait
une meilleure protection contre les choc axiaux.
Pour la bande #3, elle couvre la zone temporo-mandibulaire droite contre les
impacts portés à la
joue et la mâchoire droite. Elle offre une protection supplémentaire contre
les impacts latéraux
droits mais elle sert surtout à diminuer les impacts de rotation provenant de
la droite. On attache
une extrémité (#3a) de la bande élastique #3 sur le côté supérieur droit du
casque avec une vis à
large tête plate (27) ainsi qu'une rondelle (28) placée entre l'élastique et
la vis (27) sur le dessus du
casque. On serre ensuite la vis (27) contre son écrou à tête plate (29)(placé
à l'intérieur du casque)
afin d'immobiliser l'élastique contre le casque externe. On passe ensuite
l'autre extrémité de
l'élastique #3 par le trou #30 pour le diriger vers le bas afin de contourner
le rebord inférieur (31)
devant l'oreille droite du casque, pour former la bande temporo-mandibulaire
droite (BTMD).
Finalement, on fixe l'autre extrémité (#3b) de l'élastique #3 sur la paroi
externe du casque, en bas
devant l'oreille droite , à l'aide d'une vis à large tête plate (32) et d'une
rondelle (33). On serre la
vis (32) contre un écrou à tête plate (34) placé à l'intérieur du casque.

CA 02824537 2013-08-23
-19-
Les extrémités de la bande temporo-mandibulaire droite (BTMD) sont formées de:
en bas; du
rebord inférieur (31) devant les trous pour l'oreille droite (69) du casque
et, en haut, d'un trou (30)
dont sa base est située 4 cm plus haut et 2 cm plus à droite que la parti
supérieure du trou frontal
(10) de la bande latérale droite (BLD). Le trou du haut (30) de la bande
temporo-mandibulaire
droite (BTMD) est à un angle de 45 vers la droite par rapport à la verticale
formée à partir du trou
frontal (10) de la bande latérale droite (BLD).
Pour la bande #4, elle couvre la zone temporo-mandibulaire gauche contre les
impacts portés à la
joue et la mâchoire gauche. Elle offre une protection supplémentaire contre
les impacts latéraux
gauches mais elle sert surtout à diminuer les impacts de rotation provenant de
la gauche. On
attache une extrémité (#4a) de la bande élastique #4 sur le côté supérieur
gauche du casque avec
une vis à large tête plate (35) ainsi qu'une rondelle (36) placée entre
l'élastique et la vis (35) sur le
dessus du casque. On serre ensuite la vis (35) contre son écrou à tête plate
(37)(placé à l'intérieur
du casque) afin d'immobiliser l'élastique contre le casque externe. On passe
ensuite l'autre
extrémité de l'élastique #4 par le trou #38 pour le diriger vers le bas afin
de contourner le rebord
inférieur (39) devant l'oreille gauche du casque, pour former la bande temporo-
mandibulaire
gauche (BTMG). Finalement, on fixe l'autre extrémité (#4b) de l'élastique #4
sur la paroi externe
du casque, en bas devant l'oreille gauche, à l'aide d'une vis à large tête
plate (40) et d'une rondelle
(41). On serre la vis (40) contre un écrou à tête plate (42) placé à
l'intérieur du casque.
Les extrémités de la bande temporo-mandibulaire gauche (BTMG) sont formées de:
en bas; du
rebord inférieur (39) devant les trous pour l'oreille gauche (68) du casque
et, en haut, d'un trou
(38) dont sa base est située 4 cm plus haut et 2 cm plus à gauche que la parti
supérieure du trou
frontal (15) de la bande latérale droite (BLG). Le trou du haut (38) de la
bande temporo-
mandibulaire gauche (BTMG) est à un angle de 45 vers la gauche par rapport à
la verticale formée
à partir du trou frontal (15) de la bande latérale gauche (BLG).
Lorsqu'un élastique contourne le rebord inférieur du casque pour ensuite fixer
une de ses
extrémités (comme l'extrémité #2a, #3a et le #4a) alors, on doit fixer
l'élastique le plus bas
possible sur la paroi externe du casque afin d'empêcher la bande de se
déplacer de l'endroit
initialement prévu à intérieur du casque.

CA 02824537 2013-08-23
-20-
Lorsqu'on utilise l'ensemble des quatre bandes élastiques décrites ci-haut
ainsi que tous les autres
éléments mentionnés dans la description détaillée alors, on peut fabriquer des
casques pour les
sports de contacts comme le hockey et/ou le football "style américain". On
pourra afin réduire les
commotions cérébrales.
Il y a deux trous à la base du casque externe à droite (#59 et #60) et deux
autres à gauche (# 61 et
#62) afin d'y attacher des ganses en "U" (63) qui servent à fixer le casque
sur notre tête. Les
ganses en "U" sont en plastique flexible et les extrémités de chaque "U"
s'attachent en boucle dans
les trous #59 et #60 pour la ganse du côté droit et dans les trous #61 et #62
pour la ganse du côté
gauche. Il y a aussi une bande de tissu (64) attaché (cousu) en boucle au bas
de chaque ganse en
"U". Au bas de chaque bande en tissu (64), on retrouve une partie (la moitié)
d'un bouton
poussoir (65). On attache les deux moitiés du bouton poussoir ensemble pour
maintenir le casque
de hockey sur la tête.
Il y a aussi une petite bande de rembourrage de 3 mm d'épaisseur par 2 cm de
largeur, sur le rebord
interne du casque extérieur au niveau de la base du côté droite (66) et du
côté gauche (67) afin
d'empêcher les coupures contre le bord du casque externe lors des impacts
latéraux ou de rotation.
Il y a aussi deux trous plus ou moins ovales de chaque côté du casque externe,
deux trous à gauche
(68) et, deux autres à droite (69), vis-à-vis chaque oreille, afin de
permettre au joueur de bien
entendre lorsque l'on porte le casque. Les trous mesures environ 3,5cm de
large par 2cm de haut.
Par contre, les trous sont assez petits pour empêcher le bout d'un bâton d'y
entrer.

A single figure which represents the drawing illustrating the invention.

For a clearer understanding of the status of the application/patent presented on this page, the site Disclaimer , as well as the definitions for Patent , Administrative Status , Maintenance Fee  and Payment History  should be consulted.

Admin Status

Title Date
Forecasted Issue Date Unavailable
(22) Filed 2013-08-23
Examination Requested 2013-08-23
(41) Open to Public Inspection 2013-11-12
Dead Application 2015-02-17
Correction of Dead Application 2017-08-25

Payment History

Fee Type Anniversary Year Due Date Amount Paid Paid Date
Special Order $500.00 2013-08-23
Request for Examination $400.00 2013-08-23
Filing $200.00 2013-08-23
Current owners on record shown in alphabetical order.
Current Owners on Record
GUAY, MARTIN
Past owners on record shown in alphabetical order.
Past Owners on Record
None
Past Owners that do not appear in the "Owners on Record" listing will appear in other documentation within the application.

To view selected files, please enter reCAPTCHA code :




Filter Download Selected in PDF format (Zip Archive)
Document
Description
Date
(yyyy-mm-dd)
Number of pages Size of Image (KB)
Abstract 2013-08-23 1 30
Description 2013-08-23 20 1,190
Claims 2013-08-23 12 772
Drawings 2013-08-23 11 391
Representative Drawing 2013-10-16 1 36
Cover Page 2013-11-18 1 59
Correspondence 2013-09-12 1 27
Prosecution-Amendment 2013-11-15 5 248
Correspondence 2013-09-17 1 17
Prosecution-Amendment 2013-11-13 1 16