Investissement en capital : Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)

Dans cette section vous trouverez de l'information sur les achats annuels et cumulés de machines et matériel et d'actifs en construction dans le groupe des Industries produisant des biens (SCIAN 11-33) au Canada. Cette information vous donnera un aperçu du rythme du progrès technologique, ainsi que de la compétitivité et de la santé générale du groupement.


Investissement accumulé en capital

Le stock de capital sert de barème pour mesurer les investissements accumulés en capital. Il s'agit de la valeur de tous les actifs fixes en usage au prix effectif pour l'achat d'actifs nouveaux de type semblable (c.-à-d. au coût de remplacement). Ces données ne sont pas corrigées pour tenir compte de la dépréciation des actifs.

Si l'on examine l'ensemble des immobilisations du groupe des Industries produisant des biens, on note que les investissements accumulés en capital du sous-secteur sont passés de 1 267,2 milliards $ en 2003 à 1 572,0 milliards $ en 2012, soit une hausse annuelle moyenne de 2,4 %. Entre 2011 et 2012, une augmentation de 3,1 % a été observée.

Investissement accumulé en capital Note de bas de page1 par type d'actif : 2003-2012
Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)
Type d'actif Valeur en
$ milliards de
TCACNote de bas de page2
2003-2012
% de variation
2011-2012
  2003 2012
Matériel et outillage 346,8 396,9 1,5 % 1,7 %
Construction 920,4 1 175,1 2,8 % 3,6 %
Totaux 1 267,2 1 572,0 2,4 % 3,1 %

Source : Statistique Canada, Relevé des dépenses d' immobilisations et réparations, 2003 à 2012

Si l'on répartit l'investissement accumulé en capital en fonction des deux principaux types d'actif, l'investissement en machines et matériel est haussé de 346,8 milliards $ en 2003 à 396,9 milliards $ en 2012, ce qui représente une augmentation annuelle moyenne de 1,5 %. Au cours de la dernière année, cet investissement a augmenté de 1,7 %.

L'investissement en construction est passé de 920,4 milliards $ en 2003 à 1 175,1 milliards $ en 2012, soit une augmentation annuelle de 2,8 %. Entre 2011 et 2012, une augmentation de 3,6 % a été observée.

Investissement accumulé en capital : 2003-2012
Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
machinerie et équipement (en milliards de $) 346.779 350.094 355.903 363.008 369.906 377.602 378.948 383.621 390.175 396.886
construction et ingéniérie (en milliards de $) 920.434 938.866 963.922 994.005 1024.746 1056.772 1072.346 1100.541 1134.385 1175.122

Source : Statistique Canada, Relevé des dépenses d' immobilisations et réparations, 2003 à 2012.

haut de la page

Investissement annuel en capital

Les investissements annuels en capital constituent un flux (pour une période de un an dans ce cas-ci) qui s'ajoute au stock de capital. La plupart du temps, les entreprises réalisent des investissements quand la conjoncture est favorable et que les taux d'intérêt sont faibles. Par conséquent, le taux d'investissement est plus élevé lorsque l'économie est florissante.

L'investissement annuel en capital du groupe des Industries produisant des biens s'élevait à 66,0 milliards $ en 2003. Dix ans plus tard, en 2012, celui-ci atteignait 113,0 milliards $, ce qui donne une augmentation annuelle moyenne de 6,2 %. Pour la période 2011-2012, une augmentation de 9,7 % a été observée.

Investissement annuel en capital par type d'actif : 2003-2012
Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)
Type d'actif Valeur en
$ milliards de
TCACNote de bas de page2
2003-2012
% de variation
2011-2012
  2003 2012
Matériel et outillage 23,9 38,1 5,3 % 4,4 %
Construction 42,0 74,9 6,6 % 12,6 %
Totaux 66,0 113,0 6,2 % 9,7 %

Source : Statistique Canada, Relevé des dépenses d' immobilisations et réparations, 2003 à 2012

Si l'on répartit l'investissement annuel en capital en fonction des deux principaux types d'actif, l'investissement en machines et matériel est passé de 23,9 milliards $ en 2003 à 38,1 milliards $ en 2012, ce qui représente une augmentation annuelle moyenne de 5,3 %. Au cours de la dernière année, cet investissement a augmenté de 4,4 %.

L'investissement en construction est passé de 42,0 milliards $ en 2003 à 74,9 milliards $ en 2012, soit une augmentation annuelle de 6,6 %. Dans la dernière année, l'investissement en construction a augmenté de 12,6 %.

Investissement annuel en capital par type d'actif : 2003-2012
Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
machinerie et équipement (en milliards de $) 23.928 26.316 30.388 33.077 33.933 35.463 29.638 33.507 36.498 38.088
construction et ingéniérie (en milliards de $) 42.034 45.493 52.238 57.481 58.61 60.708 45.435 59.448 66.544 74.927

Source : Statistique Canada, Relevé des dépenses d' immobilisations et réparations, 2003 à 2012.

haut de la page

Ratio d'investissement

Il est également possible d'examiner l'investissement en capital sous l'angle du ratio investissements annuels-investissements accumulés. Les investissements annuels servent d'une part a remplacer les actifs vendus ou devenus obsolescent, et d'accroître le stock de capital de l'autre.

Le taux de remplacement dépend des changements technologiques, de la disponibilité du capital ainsi que de la compétitivité de l'industrie.

Les entreprises augmentent généralement leur stock de capital en période de prospérité économique, lorsque la hausse des ventes et la faiblesse des taux d'intérêt rendent l'opération profitable.

Le ratio d'investissement sur le matériel et l'outillage a atteint 9,6 % en 2012, ce qui se compare à 6,9 % en 2003. En revanche, celui sur la construction a passé de 4,6 % en 2003 à 6,4 % en 2012. Il est généralement probable que les dépenses sur la construction de nouveaux bâtiments et d'ingénierie seront moins fréquentes que celles qui assurent le rehaussement du matériel et de l'outillage, et que le ratio d'investissement sera donc moins élevé pour ce type d'actif.

Le diagramme ci-dessous illustre les fluctuations du ratio d'investissement entre 2003 et 2012.

Ratio d'investissement par type d'actif : 2003-2012
Industries produisant des biens (SCIAN 11-33)
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
machinerie et équipement (ratio d'invesstissement) 6.9 7.517 8.538 9.112 9.173 9.392 7.821 8.734 9.354 9.597
construction et ingéniérie (ratio d'invesstissement) 4.567 4.846 5.419 5.783 5.72 5.745 4.237 5.402 5.866 6.376

2003 : Statistique Canada, Relevé des dépenses d' immobilisations et réparations, 2003 à 2012.

Notes sur les données relatives à l'investissement en capital

Les données contenues dans cette section proviennent de Flux et stocks de capital fixe de Statistique Canada et elles portent sur la période 2003-2012.

L'investissement accumulé en capital est une mesure brute, puisque l'amortissement n'est pas déduit des investissements. Une certaine valeur est retranchée du stock brut de capital chaque année afin de tenir compte des actifs mis hors service durant l'année en question.

Les actifs sont répartis en deux catégories : machines et matériel, et construction. Seule la valeur des constructions non résidentielles, c'est-à-dire des constructions immobilières (comme les bâtiments industriels ou les édifices à bureaux) et des travaux de génie (comme les routes et les barrages), est calculée.

Pour bien comprendre le rapport entre l'investissement annuel en capital et l'investissement accumulé en capital, il est essentiel d'établir une distinction entre la notion de stock et la notion de flux.

Un stock représente une quantité disponible à un moment donné. Un flux correspond à une quantité exprimée en fonction d'une unité de temps (une année par exemple). Le stock de capital (c.-à-d. les installations, le matériel et les bâtiments) varie en fonction de deux flux : les investissements et l'amortissement.

Par investissement, on entend l'achat de nouvelles immobilisations. Cet achat fait augmenter le stock de capital tandis que l'amortissement, c.-à-d. la perte de valeur attribuable à l'usure ou au temps, le fait diminuer.

Lorsque l'activité économique est en expansion, le taux de profit escompté augmente; en période de ralentissement, il diminue. Quand l'économie est en expansion, les ventes et le rythme auquel les entreprises font usage de leur capital génèrent un plus grand profit tandis qu'en période de repli, les ventes diminuent, le capital est utilisé de façon moins efficiente et le taux de profit décline. Les entreprises s'attendent à ce que les coûts baissent et à ce que leurs profits gonflent au fur et à mesure que les nouvelles technologies leur deviennent plus familières.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Stock brut de capital (non déprecié).

Retour à l'appel de note1referrer

Note de bas de page 2

Taux de croissance annuel composé

Retour à l'appel de note2referrer