Profil de financement : Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques

Décembre 2011
Andrea Pierce, Direction générale de la petite entreprise, Industrie Canada

Résumé :

Ce profil donne un aperçu des PME des industries touristiques, examinant ce qui les distingue des PME des industries non touristiques en termes de caractéristiques des entreprises et des propriétaires, d'accès au financement, de modalités de financement et d'obstacles à la croissance des entreprises.

Points saillants

  • Les petites et moyennes entreprises (PME) évoluant dans les industries touristiques représentaient 8 % des PME au Canada en 2007.
  • En moyenne, les PME des industries touristiques étaient plus jeunes (donc en activité depuis moins d'années) et plus axées sur la croissance que les PME évoluant dans les industries non touristiques.
  • La majorité des propriétaires d'entreprises des industries touristiques étaient beaucoup plus susceptibles d'être des femmes ou d'appartenir à un groupe d'une minorité visible comparativement aux propriétaires des autres industries.
  • Comparativement aux PME qui évoluent dans les industries non touristiques, celles des industries touristiques étaient moins enclines à demander un financement externe (15 % contre 18 % en 2007) et moins susceptibles d'obtenir une approbation de financement externe (93 % contre 96 % en 2007).
  • Le financement par emprunt était le type de financement externe recherché le plus courant. En général, en 2007, les PME des industries touristiques ont reçu en moyenne un financement par emprunt moindre comparativement aux PME des industries non touristiques (239 000 $ contre 264 000 $).
  • Parmi les principales industries touristiques, les PME oeuvrant dans l'industrie de l'hébergement avaient le plus besoin de capital, mais elles avaient le plus de difficulté à obtenir du financement.
  • Les PME des industries touristiques sont assujetties à des modalités de coût similaires (taux d'intérêt) quant au financement, mais à des conditions défavorables en ce qui concerne les modalités non tarifaires des prêts.
  • En moyenne, les PME du secteur du tourisme ont généré moins de revenus et moins de profits, et ont eu moins de bénéfices non répartis que celles du secteur.

haut de la page

Introduction

Les activités touristiques jouent un rôle important dans l'économie canadienne, car elles représentent environ 2 % de l'ensemble du produit intérieur brut (PIB) du Canada et ont autant d'incidence sur l'économie que les industries de la pêche, de la foresterie et de l'agriculture combinées. En 2010, les activités touristiques ont généré plus de 594 500 emplois, représentant 3,5 % des emplois au Canada (Statistique Canada, 2011). Les petites entreprises (moins de 100 employés), qui représentent près de 98 % des entreprises du secteur, sont d'une importance capitale pour le tourisme au Canada. Malgré la multitude de recherches réalisées sur les PME du secteur du tourisme, il existe très peu de renseignements sur leurs besoins de financement et les obstacles auxquels elles sont confrontées.

L'accès au financement est un des facteurs les plus importants pour la croissance des PME; cependant, dans de nombreux cas, elles éprouvent des difficultés à obtenir le financement dont elles ont besoin. Cette étape peut s'avérer particulièrement difficile pour les PME des industries touristiques, car elles sont souvent perçues par les institutions financières comme relativement plus à risque comparativement aux PME des industries non touristiques (Council of Tourism Associations of British Columbia, 2006). Des consultations menées auprès de propriétaires d'entreprises touristiques de l'Ontario ont permis de conclure que la disponibilité du financement constitue l'un des plus grands obstacles à l'amélioration, à la modernisation ou à l'expansion des activités des entreprises touristiques, et surtout des PME (Étude sur la compétitivité de l'industrie touristique ontarienne, 2009).

Compte tenu de l'importance du financement pour le succès et la croissance d'une entreprise, le présent rapport se penche sur les activités de financement des PME de l'industrie du tourisme et permet de cerner les besoins particuliers de financement, s'il en est, et les obstacles auxquels sont confrontées ces entreprises. À l'aide de données provenant de l'Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises de Statistique Canada, le présent rapport donne un aperçu des caractéristiques des entreprises et des récentes activités de financement des PME canadiennes des industries touristiques, par rapport aux PME canadiennes des industries non touristiques.

Données et définitions

Le présent rapport utilise la base de données détaillée de l'Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, qui a été réalisée pour la première fois en 2000. L'enquête de Statistique Canada, menée en général aux trois ans, évalue la demande et les sources de financement des PME canadiennes. La base de données contient de l'information sur le processus de demande de financement, le profil des entreprises et les caractéristiques démographiques des propriétaires de PME. Le présent rapport repose sur les résultats des enquêtes de 2004 et 2007. Les échantillons représentatifs concernent 13 042 répondants en 2004 et 15 808 répondants en 2007.

Pour les besoins du rapport, une PME se définit comme étant une entreprise de moins de 500 employés et dont les revenus annuels sont inférieurs à 50 millions de dollars. Sont exclus de cette population cible les organismes sans but lucratif et gouvernementaux, les écoles, les hôpitaux, les filiales, les coopératives ainsi que les sociétés de financement et de crédit-bail.

Une PME du secteur du tourisme se définit comme étant une entreprise qui répond aux critères de PME énoncés précédemment et qui évolue dans le secteur du tourisme. Une liste des entreprises qui forment le secteur du tourisme a été établie à partir du Compte satellite du tourisme du Canada (CSTC). Selon le CSTC, « une industrie du tourisme est celle qui, en l'absence de tourisme, cesserait d'exister ou continuerait d'exister mais à un niveau d'activité sensiblement réduit » (Statistique Canada, 2010a). L'annexe fournit la liste complète des codes SCIAN inclus dans le regroupement des entreprises touristiques. Il est à noter que pour les besoins du présent rapport, toutes les petites et moyennes entreprises évoluant dans ces secteurs de l'industrie du tourisme ont été considérées comme des PME des industries touristiques.

En 2004, l'échantillon non pondéré concernait 1 689 répondants des industries touristiques et 10 788 répondants des industries non touristiques, tandis qu'en 2007, il concernait 1 732 répondants du secteur du tourisme et 14 069 répondants du secteur non touristique. Ces observations ont été pondérées pour représenter l'économie dans son ensemble.


haut de la page

Répartition par industrie

Les entreprises qui forment le secteur du tourisme sont réparties en cinq groupes d'industries : les services de restauration, l'industrie des loisirs et des divertissements, l'industrie du transport, l'industrie de l'hébergement ainsi que les services de voyages. En 2007, 8 % du nombre estimé à 2 millions de PME avec et sans employés ont mené leurs activités dans une de ces industries touristiques. Tel qu'illustré dans la figure 1, la majorité des PME dans les industries touristiques ont évolué dans les services de restauration (47 %) suivis par l'industrie des loisirs et des divertissements (24 %). L'industrie de l'hébergement a représenté 14 % des PME des industries touristiques, l'industrie du transport a représenté 11 %, tandis que les services de voyages constituaient 3 %.

Figure 1
Répartition des petites et moyennes entreprises par industrie du tourisme, 2007

Figure 1 : Répartition des petites et moyennes entreprises par industrie du tourisme, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 1
Figure 1 : Répartition des petites et moyennes entreprises par industrie du tourisme, 2007
Services de restauration 47 %
Loisirs et divertissement 24 %
Hébergement 14 %
Transport 11 %
Services de voyages 3 %

haut de la page

Taille et emplacement

La majorité des petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient petites (moins de 100 employés)

La majorité (99 %) des PME des industries touristiques étaient considérées comme étant petites (moins de 100 employés). La figure 2 montre que les PME des industries touristiques étaient moins susceptibles d'être des micro-entreprises (moins de 5 employés), comparativement aux PME des industries non touristiques (62 % contre 81 %), mais qu'elles étaient plus susceptibles de recruter au moins 5 employés (38 % contre 18 %).

Figure 2
Répartition des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, selon la taille, 2007*

Figure 2 : Répartition des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, selon la taille, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 2
Figure 2 : Répartition des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, selon la taille, 2007
Nombre d'employés Industries touristiques Industries non touristiques
0 39 % 53 %
1–4 23 % 28 %
5–19 24 % 14 %
20–99 13 % 4 %
100–499 1,1 % 0,4 %

La répartition régionale des PME des industries touristiques est relativement proportionnelle à celle de l'ensemble des PME du Canada. Les PME des industries touristiques étaient situées dans toutes les régions du pays, mais principalement concentrées en Ontario (39 %) et au Québec (25 %). Au Québec, en 2007, la concentration des PME des industries touristiques était plus importante que celles des industries non touristiques. Dans les Prairies, par contre, la concentration des PME des industries touristiques était beaucoup plus faible que celles des industries non touristiques (voir la figure 3).

Figure 3
Répartition régionale des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, 2007*

Figure 3 : Répartition régionale des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Les répartitions pour les Territoires et le Nunavut ne sont pas disponibles en raison du faible taux de réponse.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 3
Figure 3 : Répartition régionale des petites et moyennes entreprises des industries touristiques, 2007
Régions PME du tourisme Autres PME
Colombie-Britannique 15 % 14 %
Prairies 14 % 21 %
Ontario 39 % 38 %
Québec 25 % 21 %
Provinces de l'Atlantique 7 % 6 %
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut

haut de la page

Caractéristiques des entreprises

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient généralement plus jeunes et plus axées sur la croissance

Le tableau 1 présente une comparaison des caractéristiques des entreprises des PME des industries touristiques par rapport à celles des industries non touristiques. En 2007, les PME des industries touristiques étaient généralement plus jeunes que celles des industries non touristiques. Comme l'illustre le tableau 1, 11 % des PME des industries touristiques vendaient des biens et services depuis un an ou deux, comparativement à 8 % des PME des industries non touristiques. En revanche, 68 % des PME des industries touristiques vendaient des biens et services depuis plus de six ans, comparativement à 73 % des PME des industries non touristiques.

Tableau 1
Caractéristiques des entreprises, 2007*
Caractéristiques des entreprises PME du tourisme
(%)
Autres PME
(%)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Année du début de la vente de biens et de services par l'entreprise
Entre 2002 et 2004 (1 à 2 ans) 11 8
Entre 1999 et 2001 (3 à 5 ans) 21 19
Avant 1999 (6 ans ou plus) 68 73
Étape de développement (tel que décrit par le propriétaire)
Démarrage 5 4
Croissance rapide 16 9
Croissance lente 48 38
Maturité 27 37
Déclin 5 11
Intentions de croissance
Prévoit agrandir l'entreprise au cours des deux prochaines années 45 40
Le financement actuel suffit pour financer les projets d'expansion 46 59

Peu de PME des industries touristiques, bien qu'étant relativement jeunes, ont déclaré être à l'étape de démarrage de leur entreprise. La majorité des entreprises du secteur du tourisme se sont désignées comme étant à l'étape de croissance lente de leurs activités (48 %). Fait intéressant, les propriétaires d'entreprises touristiques étaient plus enclins que ceux des entreprises non touristiques à indiquer que les ventes de leur entreprise connaissaient une croissance rapide ou lente, mais ils étaient moins enclins à indiquer que les ventes de leur entreprise ne connaissaient aucune croissance (« maturité ») ou connaissaient un déclin.

Les PME des industries touristiques étaient non seulement plus susceptibles de se trouver à l'étape de la croissance rapide de leurs activités, mais elles étaient également plus axées sur la croissance que les PME des industries non touristiques. Comme l'illustre le tableau 1, en 2007, 45 % des PME des industries touristiques prévoyaient élargir la taille ou la portée de leur entreprise au cours des trois prochaines années, alors que seulement 40 % des PME des industries non touristiques ont indiqué avoir les mêmes intentions. Les industries touristiques, bien que plus axées sur la croissance, étaient moins susceptibles que les industries non touristiques de disposer de fonds suffisants pour financer leur plan d'expansion.


haut de la page

Caractéristiques des propriétaires

Les propriétaires de petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient plus susceptibles d'être des femmes et deux fois plus susceptibles d'appartenir à un groupe d'une minorité visible, comparativement à ceux des entreprises des industries non touristiques

Les caractéristiques et les antécédents d'un individu sont des déterminants importants de l'activité entrepreneuriale. En 2007, on notait des différences importantes dans les caractéristiques démographiques des entrepreneurs du secteur du tourisme par rapport à ceux des autres secteurs.

La littérature a montré que le secteur du tourisme emploie beaucoup de femmes (Conseil canadien des ressources humaines en tourisme, 2009 et Statistique Canada, 2010b). Selon les résultats de l'enquête de 2007, plus de la moitié des entreprises des industries touristiques et des industries non touristiques appartenaient majoritairement à des hommes (51 % pour les entreprises touristiques et 65 % pour les industries non touristiques); cependant, comparativement aux entreprises des industries non touristiques, les entreprises des industries touristiques étaient plus susceptibles d'appartenir majoritairement à des femmes. Plus précisément, 26 % des PME des industries touristiques appartenaient majoritairement à des femmes, alors que seulement 16 % des PME des industries non touristiques appartenaient majoritairement à des femmes. Ces résultats concordent également avec le rapport Profil de financement : L'entrepreneuriat au féminin (Industrie Canada, 2010), qui a souligné le fait que les PME appartenant majoritairement aux femmes étaient plus susceptibles d'être surtout axées sur le secteur des services, en particulier celui du tourisme.

En 2007, il était moins probable que la langue maternelle d'un propriétaire de PME exploitant une industrie du tourisme soit l'anglais et plus probable que ce soit le français ou une autre langue comparativement à un propriétaire d'une PME non touristique (voir le tableau 2). Il faut y voir un lien avec une plus grande concentration de propriétaires récemment immigrés et appartenant à une minorité visible dans l'industrie touristique que dans les industries non touristiques. En particulier, 18 % des propriétaires d'entreprises touristiques appartenaient à une minorité visible et 4 % étaient de récents immigrants (arrivés au cours des cinq dernières années). En revanche, seulement 9 % des propriétaires d'entreprises des industries non touristiques appartenaient à une minorité visible et 3 % étaient de récents immigrants.

Tableau 2
Caractéristiques des propriétaires, 2007*
Caractéristiques des propriétaires PME du tourisme
(%)
Autres PME
(%)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Sexe
Hommes majoritairement propriétaires 51 65
Femmes majoritairement propriétaires 26 16
Propriété égale 23 19
Antécédents
Minorité visible (autre qu'Autochtone) 18 9
Autochtone 3 2
Personne handicapée 2 2
Récent immigrant (5 dernières années) 4 3
Détenue par des membres de la famille 64 65
Langue maternelle
Anglais 54 68
Français 24 18
Autre 22 14
Âge
Moins de 30 2 3
30 à 39 14 12
40 à 49 26 28
50 à 64 45 45
65 et plus 13 13
Expérience de gestion
Plus de 10 ans 67 72

La majorité des propriétaires des industries touristiques et des industries non touristiques se situaient dans la tranche d'âge de 50 à 64 ans (45 % pour les deux industries). Les propriétaires des industries touristiques, bien qu'étant à peu près du même âge que les propriétaires de PME des industries non touristiques, possédaient moins d'expérience en gestion que ces derniers. Comme l'illustre le tableau 2, 67 % des propriétaires d'entreprises touristiques avaient plus de 10 ans d'expérience en gestion, alors que 72 % des propriétaires d'entreprises d'industries non touristiques possédaient le même nombre d'années d'expérience.


haut de la page

Obstacles à la croissance de l'entreprise

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient plus enclines à indiquer que l'obtention d'un financement est un obstacle à la croissance de l'entreprise

L'industrie du tourisme évolue dans un environnement unique et stimulant qui doit sans cesse s'adapter à l'évolution des conditions démographiques et économiques, des enjeux en matière de santé et sécurité, ainsi que des préoccupations environnementales. Par conséquent, l'atteinte des objectifs de croissance peut poser tout un défi pour une PME de l'industrie du tourisme. L'industrie du tourisme doit composer avec les enjeux actuels, entre autres, la demande relative à une industrie saisonnière, la nouvelle concurrence liée à l'économie émergente, les taux de change, les infrastructures frontalières, l'augmentation du coût de l'essence, l'accès par voie aérienne, la pénurie de la main-d'oeuvre et les préoccupations relatives à la sécurité mondiale (Commission canadienne du tourisme, 2009a; et Industrie Canada, 2008).

Parmi les propriétaires de PME interrogés en 2004, le niveau d'imposition constitue l'obstacle le plus fréquemment rapporté, autant pour les entreprises touristiques que pour les entreprises non touristiques. En 2004, la faiblesse de la rentabilité, les taux d'assurance et l'instabilité de la demande des consommateurs étaient des préoccupations communes touchant plutôt les entreprises des industries touristiques que celles des industries non touristiques (voir le tableau 3).

Tableau 3
Obstacles perçus à la croissance de l'entreprise, 2004 et 2007*
Obstacles 2004 2007
Tourisme
(%)
Autres secteurs
(%)
Tourisme
(%)
Autres secteurs
(%)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004 et 2007.
Obstacles externes à l'entreprise Recrutement d'une main-d'oeuvre qualifiée 32 37 39 42
Instabilité de la demande des consommateurs 42 36 30 33
Réglementation gouvernementale 35 34 31 27
Réglementation ou conformité environnementale 11 12
Niveau d'imposition 50 47
Concurrence accrue 37 40
Obstacles internes à l'entreprise Obtention de financement 25 20 25 16
Capacité de gestion 12 14 12 11
Hausse des coûts d'exploitation de l'entreprise 59 56
Faible rentabilité 47 38
Taux/primes d'assurance 42 36 36 34

En 2007, la difficulté la plus fréquemment citée par les propriétaires de PME était la hausse des coûts d'exploitation de l'entreprise, suivie du recrutement d'une main-d'oeuvre qualifiée. Plus de la moitié des propriétaires de PME des industries touristiques (59 %) ont indiqué la hausse des coûts d'exploitation de l'entreprise comme étant un obstacle à la croissance et plus du tiers (39 %) ont cité la difficulté à recruter une main-d'oeuvre qualifiée.

Fait intéressant, les PME des industries touristiques, en comparaison aux PME des industries non touristiques, étaient beaucoup plus enclines à indiquer que l'obtention d'un financement était un obstacle à la croissance de leur entreprise, autant en 2004 qu'en 2007 (voir le tableau 3). En 2007, au sein des industries touristiques, les PME oeuvrant dans l'industrie de l'hébergement étaient les plus enclines à désigner l'obtention d'un financement comme étant un obstacle (32 %), suivi de l'industrie des loisirs et des divertissements (29 %). En revanche, aucune des entreprises de l'industrie du transport n'a indiqué l'obtention d'un financement comme étant un obstacle (Programme de recherche sur le financement des PME, Statistique Canada, 2007).


haut de la page

Structure du capital

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques comptent beaucoup sur leurs épargnes personnelles pour financer leur entreprise

Le financement est un facteur important de la croissance et du développement d'une entreprise. Les propriétaires de PME se tournent généralement vers des sources informelles de financement, comme les prêts personnels et les épargnes personnelles, pour démarrer leur entreprise ou pour financer les activités courantes. Les figures 4 et 5 énumèrent les six principales sources de financement utilisées en 2007 par la PME moyenne, en regard de la PME moyenne des industries non touristiques, pour démarrer et exploiter une entreprise touristique. Pour les deux types de PME, la source principale de financement à l'étape du démarrage a été les épargnes personnelles. Les PME des industries touristiques sont celles qui en ont plus fait usage (80 % contre 74 % pour les PME des industries non touristiques). Comparativement aux PME des industries non touristiques, celles des industries touristiques étaient beaucoup plus susceptibles d'avoir recours au financement par crédit-bail et beaucoup moins susceptibles d'utiliser des bénéfices non répartis (voir la figure 5).

Figure 4
Six principales sources de financement utilisées à l'étape du démarrage, 2007*

Figure 4 : Six principales sources de financement utilisées à l'étape du démarrage, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Note : Le démarrage correspond à la période précédant la vente de biens et services. La figure comprend toutes les sources de financement utilisées, peu importe que le financement ait été autorisé ou obtenu au cours d'une année antérieure. Il était possible d'obtenir des réponses multiples.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 4
Figure 4 : Six principales sources de financement utilisées à l'étape du démarrage, 2007
Sources de financement Industries touristiques Industries non touristiques
Épargnes personnelles 80 % 74 %
Prêts commerciaux, marges de crédit et cartes de crédit 56 % 51 %
Crédit-bail 23 % 12 %
Crédit commercial 13 % 12 %
Bénéfices non répartis 10 % 18 %
Prêts de parents ou amis 7 % 8 %

Tel qu'illustré à la figure 5, les principales sources de financement utilisées pour le maintien en activité des entreprises diffèrent légèrement des sources utilisées à l'étape du démarrage. En 2007, les prêts commerciaux, les marges de crédit et les cartes de crédit ont dépassé les épargnes personnelles au titre du type le plus courant de financement utilisé pour les activités courantes. La figure 5 montre également que les PME des industries touristiques comptaient toujours énormément sur les prêts personnels et le financement informel pour le maintien en activité de leur entreprise. Plus particulièrement, les PME des industries touristiques étaient tout aussi susceptibles d'utiliser les épargnes personnelles qu'elles l'étaient d'utiliser du crédit commercial, et beaucoup plus susceptibles d'utiliser les épargnes personnelles que les entreprises des industries non touristiques. En outre, les PME des industries touristiques étaient deux fois plus susceptibles que les PME des industries non touristiques d'avoir recours au financement informel (prêts de parents ou amis) pour financer les activités courantes. Voilà qui pourrait indiquer que les PME des industries touristiques, ayant plus de difficulté à obtenir du crédit des institutions financières que celles des industries non touristiques, doivent donc se tourner vers d'autres moyens pour financer leur entreprise (c.-à-d., épargnes personnelles et financement informel).

Figure 5
Les six sources de financement les plus importantes utilisées pour le maintien en activité de l'entreprise, 2007*

Figure 5 : Les six sources de financement les plus importantes utilisées pour le maintien en activité de l'entreprise, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
* Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Note : Le démarrage correspond à la période précédant la vente de biens et services. La figure comprend toutes les sources de financement utilisées, peu importe que le financement ait été autorisé ou obtenu au cours d'une année antérieure. Il était possible d'obtenir des réponses multiples.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 5
Figure 5 : Les six sources de financement les plus importantes utilisées pour le maintien en activité de l'entreprise, 2007
Sources de financement Industries touristiques Industries non touristiques
Prêts commerciaux, marges de crédit et cartes de crédit 60 % 65 %
Épargnes personnelles 60 % 53 %
Bénéfices non répartis 55 % 57 %
Crédit-bail 23 % 21 %
Crédit commercial 19 % 21 %
Prêts de parents ou amis 15 % 8 %

haut de la page

Activité en matière de financement

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient moins susceptibles de chercher du financement et d'obtenir une approbation

Afin de déterminer si les PME des industries touristiques ont plus de difficulté à obtenir du financement que celles des industries non touristiques, la section qui suit passe en revue les récentes activités en matière de financement de ces entreprises.

Tel que présenté au tableau 4, les PME des industries touristiques étaient moins enclines à demander du financement externe, autant en 2004 qu'en 2007. Le financement par emprunt était le type de financement externe le plus courant demandé par les PME des industries touristiques et par celles des industries non touristiques. En 2007, les PME des industries touristiques étaient un peu moins enclines à chercher du financement par emprunt comparativement aux PME des industries non touristiques (10 % contre 13 %).

Tel qu'illustré au tableau 4, les PME des industries touristiques étaient non seulement moins enclines à demander du financement externe, mais elles étaient également moins susceptibles d'obtenir une approbationNote de bas de page 1 pour le financement externe. Plus particulièrement, en 2004, 87 % des PME des industries touristiques ont obtenu une approbation de financement externe, comparativement à 91 % des PME des industries non touristiques. En 2007, le taux d'approbation pour les PME des industries touristiques a augmenté à 93 %, mais il était toujours inférieur au taux de 96 % déclarés par les PME des industries non touristiques. En particulier, les PME des industries touristiques étaient moins susceptibles d'obtenir une approbation de financement par emprunt et beaucoup moins susceptibles d'obtenir une approbation de prêts ou de subventions du gouvernement en 2007.

Tableau 4
Demandes de financement et taux d'approbation, 2004 et 2007 Référence de la note * du tableau 4
Type de financement 2004 2007
Industries touristiques
(%)
Industries non touristiques
(%)
Industries touristiques
(%)
Industries non touristiques
(%)
Note * du tableau 4 Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Note 1 : Les demandes et taux d'approbation sont des calculs d'Industrie Canada réalisés à l'aide de la totalité de l'échantillon. Les taux d'approbation excluent les cas où les demandes de prêts ont été retirées ou sont encore à l'étude.
Note 2 : « — » indique que des estimations ont été supprimées afin de respecter les exigences en matière de confidentialité de la Loi sur la statistique ou en raison de la qualité médiocre des données.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004 et 2007.
Tout financement externe Taux de demande 23 24 15 18
Taux d'approbation 87 91 93 96
Financement par emprunt Taux de demande 19 19 10 13
Taux d'approbation 81 88 91 94
Crédit-bail Taux de demande 2 3 4 5
Taux d'approbation 97 96 93 93
Financement par capitaux propres Taux de demande 0,5 1 1 1
Taux d'approbation 70 44 72 70
Crédit commercial Taux de demande 9 12 8 9
Taux d'approbation 95 89 100 99
Prêt ou subvention du gouvernement Taux de demande 2 3 3 3
Taux d'approbation 69 81

haut de la page

Des principales industries qui composent le secteur du tourisme, l'hébergement affichait le taux de demande de financement externe le plus élevé

Compte tenu de la diversité dans le secteur du tourisme, le tableau 5 indique les taux de demande et d'approbation par industrie au sein du secteur du tourisme. En 2007, le taux de financement externe le plus élevé a été observé dans l'industrie de l'hébergement (21 %), suivie de l'industrie des loisirs et des divertissements (18 %). Ces deux groupes affichaient un taux de demande plus élevé que la moyenne pour l'ensemble du secteur (15 %). Par ailleurs, les taux de demandes de financement externe pour l'industrie de la restauration (13 %) et celle du transport (10 %) se situaient en deçà de la moyenne pour l'industrie du tourisme.

Tableau 5
Demandes de financement et taux d'approbation par industrie du tourisme, 2007
Type de financement Hébergement
(%)
Restauration
(%)
Loisirs et divertissements
(%)
Transport
(%)
Services de voyages
(%)
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Note : « — » indique que des estimations ont été supprimées afin de respecter les exigences en matière de confidentialité de la Loi sur la statistique ou en raison de la qualité médiocre des données.
Tout financement externe Taux de demande 21 13 18 10 16
Taux d'approbation 94 90 100 78
Financement par emprunt Taux de demande 13 10 9 9 9
Taux d'approbation 95 86 100 83
Crédit-bail Taux de demande 6 4 5 2 7
Taux d'approbation 91 91 100
Financement par capitaux propres Taux de demande 4 2 0 0 1
Taux d'approbation 69
Crédit commercial Taux de demande 9 9 6 4 7
Taux d'approbation 100 99 100 100
Prêt ou subvention du gouvernement Taux de demande 4 2 6 0,1 9
Taux d'approbation 85 73 74

Le type de financement externe le plus courant recherché dans toutes les industries était le financement par emprunt, à l'exception des services de voyages, qui affichaient les mêmes taux de demandes pour le financement par emprunt ainsi que pour les prêts ou subventions du gouvernement. L'industrie de l'hébergement affichait le taux de demandes de financement par emprunt le plus élevé (13 %) de toutes les industries.

Tel qu'illustré au tableau 5, les taux d'approbation de financement externe dans l'industrie des loisirs et des divertissements (100 %) et dans celle de l'hébergement (94 %) étaient plus élevés que la moyenne des industries touristiques (93 %) en 2007. Par ailleurs, les taux d'approbation pour les industries de la restauration (90 %) et du transport (78 %) étaient inférieurs à la moyenne du secteur du tourisme.


haut de la page

Financement par emprunt

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient moins susceptibles de recevoir une approbation totale pour le financement par emprunt qu'elles avaient demandé en 2007

Puisque le financement par emprunt est le type de financement externe le plus populaire recherché par les PME, il faut approfondir l'analyse sur ce type de financement. Le tableau 6 présente les montants du financement par emprunt moyens approuvés pour les PME autant des industries touristiques que des industries non touristiques, et permet d'examiner l'importance des demandes de financement par emprunt. Tel qu'illustré, peu importe le type d'emprunt demandé (à court ou à long terme), le montant moyen approuvé pour les PME des industries touristiques était inférieur à celui des PME des industries touristiques.

Tableau 6
Montants du financement par emprunt approuvés
Type de financement par emprunt 2004 Référence de la note * du tableau 6 2007
Industries touristiques Industries non touristiques Industries touristiques Industries non touristiques
Note * du tableau 6 Les montants de 2004 excluent les valeurs aberrantes extrêmes.
Note : Les chiffres sont des calculs d'Industrie Canada réalisés uniquement à l'aide des observations pour lesquelles le montant demandé et le montant approuvé sont inclus. Les montants approuvés excluent les cas où la réponse était « ne sait pas » ou « refusé ».
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004 et 2007.
Emprunt moyen à long terme approuvé 185 000 $ 195 000 $ 254 000 $ 273 000 $
Emprunt moyen à court terme approuvé 48 000 $ 87 000 $ 126 000 $ 190 000 $
Montant total moyen de l'emprunt approuvé 97 000 $ 129 000 $ 239 000 $ 264 000 $
Emprunt total approuvé/ demandé 86 % 88 % 67 % 93 %

Il n'est pas possible de déterminer selon la taille du prêt approuvé si les PME des industries touristiques étaient plus susceptibles que celles des industries non touristiques de se voir refuser du financement par emprunt, entièrement ou partiellement, ou si les PME des industries non touristiques ont simplement demandé des montants de financement par emprunt moins importants. Pour examiner cette question, le ratio entre le montant total de financement approuvé et celui qui a été demandé est pris en compte. Tel qu'illustré au tableau 6, ce ratio était légèrement plus bas pour les PME des industries touristiques que pour celles des industries non touristiques en 2004 (86 % pour les industries touristiques et 88 % pour celles des industries non touristiques). En 2007, cependant, ce ratio a diminué considérablement pour les PME des industries touristiques (67 %), les PME des industries touristiques n'ayant reçu en moyenne que 67 % du montant de financement par emprunt qu'elles avaient demandé. Ces chiffres étaient nettement inférieurs au ratio de 93 % observé pour les PME des industries non touristiques.

Afin de vérifier si les PME des industries touristiques avaient plus de difficulté à obtenir du financement, le tableau 7 illustre les taux d'approbation totale et partielle pour les PME des industries touristiques et celles des industries non touristiques en 2007. Tel qu'illustré, les PME des industries touristiques étaient moins susceptibles d'obtenir une autorisation du plein montant qu'elles avaient demandé (82 % comparativement à 89 % pour les PME des industries non touristiques). De plus, les PME des industries touristiques étaient beaucoup plus susceptibles que les PME des industries non touristiques de n'obtenir qu'une approbation partielle (10 % contre 5 %), et également plus susceptibles de voir leur demande rejetée (9 % pour les PME des industries touristiques contre 6 % pour celles des industries non touristiques).

Tableau 7
Résultat des demandes de financement par emprunt, 2007 Référence de la note * du tableau 7
Financement par emprunt Tourisme
(%)
Autres secteurs
(%)
Note * du tableau 7 Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Montant total autorisé 82 89
Montant partiel autorisé 10 5
Demande rejetée 9 6

L'industrie de l'hébergement avait le plus besoin de financement par emprunt, mais elle avait le plus de difficulté à l'obtenir

Afin de déterminer si une industrie particulière du secteur du tourisme a eu plus de difficulté à accéder au financement, le tableau 8 présente les montants du financement par emprunt approuvés, pour les industries qui composent le secteur du tourisme en 2007. Tel qu'indiqué dans le tableau, l'industrie de l'hébergement avait le montant de financement par emprunt moyen approuvé le plus élevé (autant à court terme qu'à long terme) de toutes les industries du secteur du tourisme. Malgré cela, cette industrie a aussi enregistré le ratio le plus bas du montant total de financement par emprunt approuvé au montant demandé, avec 42 %. Ce résultat donne à penser que les PME de l'industrie de l'hébergement avaient le plus besoin de financement, mais qu'elles ont eu le plus de difficulté à obtenir une approbation pour le montant total qu'elles avaient demandé, comparativement aux PME des autres industries du secteur du tourisme.

Tableau 8
Montants du financement par emprunt approuvés, par industrie du tourisme, 2007
Type de financement Hébergement Restauration Loisirs et divertissements Transport
Note 1 : Les données sur le secteur des services de voyages ne sont pas disponibles à cause du faible taux de réponse.
Note 2 : « — » indique que des estimations ont été supprimées afin de respecter les exigences en matière de confidentialité de la Loi sur la statistique ou en raison de la qualité médiocre des données.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Emprunt moyen à long terme approuvé 595 000 $ 172 000 $ 137 000 $ 502 000 $
Emprunt moyen à court terme approuvé 211 000 $ 94 000 $ 133 000 $
Montant total moyen de l'emprunt approuvé 546 000 $ 157 000 $ 183 000 $ 566 000 $
Emprunt total approuvé/demandé 42 % 86 % 99 % 99 %

Pour un certain nombre de raisons, l'obtention d'un financement peut s'avérer difficile pour une entreprise qui évolue dans l'industrie de l'hébergement. Compte tenu de la nature saisonnière du secteur du tourisme au Canada, de nombreuses entreprises d'hébergement mènent de brèves activités saisonnières au cours desquelles elles doivent générer la majorité de leurs revenus pour couvrir leurs coûts d'exploitation. L'industrie est confrontée à de faibles marges bénéficiaires, à la fluctuation des ventes et à des taux élevés de faillite (Commission canadienne du tourisme, 2009b). Ces entreprises sont en outre très vulnérables aux facteurs externes, notamment les questions économiques, politiques et de santé et sécurité. De telles circonstances nécessitent des prévisions exactes et laissent très peu de place aux erreurs de gestion.

De plus, les entreprises de l'industrie de l'hébergement ont besoin d'un capital important pour le volet immobilier de leur entreprise, qui comprend les immeubles, les systèmes opérationnels, les meubles et l'équipement. Dans bien des cas, ces actifs sont spécialisés ou intégrés dans l'immeuble, ce qui les rend difficiles à réaliser en cas de liquidation. En outre, compte tenu du taux élevé d'attrition et des préférences changeantes de l'industrie, ces actifs ont une faible valeur de liquidation – souvent inférieure à 0,25 $ par dollar (Council of Tourism Associations of British Columbia, 2009).

Tous ces facteurs poussent les prêteurs à la prudence lorsqu'ils octroient des prêts à ces entreprises. Une étude récente, menée par PKF Consulting (2011) au nom d'Industrie Canada, a conclu que 13 % des établissements de crédit interrogés (banques à charte, sources privées et sociétés de financement et de fiducie) ont déclaré ne pas octroyer des prêts dans l'industrie de l'hébergement en 2010. De ce nombre, la moitié a indiqué que les risques perçus associés à l'industrie de l'hébergement étaient à l'origine du refus aux demandes de prêt.

L'étude a également montré que parmi les prêteurs actifs de l'industrie de l'hébergement, nombreux sont ceux qui ont imposé des restrictions de prêt afin de limiter leur exposition au risque. Par exemple, 67 % des établissements ont déclaré avoir restreint le financement des hôtels à certains types d'établissements hôteliers, et ce même nombre de prêteurs a indiqué ne financer que les hôtels de certaines régions ou certains marchés. De plus, 42 % de ces établissements ont indiqué avoir limité le montant prêté par établissement hôtelier et 33 % ont déclaré avoir établi un plafond pour le montant global prêté à l'industrie. Ces données indiquent donc que compte tenu de la nature de l'industrie, les entreprises d'hébergement ont des difficultés à générer un sentiment de confiance chez les prêteurs, ce qui pourrait expliquer pourquoi elles ont plus de difficulté à obtenir le plein montant de financement dont elles ont besoin, comparativement aux entreprises des autres industries touristiques.


haut de la page

Modalités de financement

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient assujetties à des modalités de coût similaires, mais à des modalités non tarifaires moins favorables comparativement aux petites et moyennes entreprises des industries non touristiques

Lorsqu'une entreprise est perçue comme présentant un risque relatif, il n'est pas inhabituel qu'un prêteur lui impose des modalités de prêt moins favorables. En 2007, comparativement aux entreprises des industries non touristiques, les entreprises des industries touristiques se sont vu imposer des modalités non tarifaires (garanties et documents requis pour l'obtention de leur prêt) plus sévères, mais des conditions de coût (taux d'intérêt) semblables. En particulier, il était beaucoup plus probable que les PME des industries touristiques se voient exiger des états financiers d'entreprise, des évaluations de leurs actifs, des prévisions de trésorerie ainsi qu'un plan d'affaires pour obtenir un emprunt que celles des industries non touristiques (voir la figure 6). De plus, un pourcentage plus élevé de PME des industries touristiques devaient fournir une garantie ou une cosignature afin d'obtenir le crédit demandé, comparativement aux PME des industries non touristiques.

Figure 6
Garanties et documents requis durant le processus de demande de prêts, 2007 Référence de la note * de la figure 6

Figure 6 : Garanties et documents requis durant le processus de demande de prêts, 2007 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Note * de la figure 6 Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Note : Possibilités de réponses multiples.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2007.
Description de la figure 6
Figure 6 : Garanties et documents requis durant le processus de demande de prêts, 2007
Tourisme Autres secteurs
Documentation États financiers de l'entreprise 81 % 68 %
Demande officielle de financement 75 % 69 %
États financiers personnels 49 % 46 %
Évaluation de l'actif 40 % 31 %
Prévisions de trésorerie 35 % 27 %
Plan d'affaires 31 % 20 %
Garantie Collatéral 59 % 48 %
Cosignatures 17 % 9 %

Par contre, le tableau 9 montre que les PME des industries touristiques ont payé des taux d'intérêt semblables à ceux des PME des industries non touristiques, tant en 2004 qu'en 2007. On aurait pu s'attendre au contraire dans une industrie présentant un risque relatif. De plus, les PME des industries touristiques bénéficiaient d'une échéance plus longue pour leur prêt comparativement aux PME des industries non touristiques.

Tableau 9
Taux d'intérêt moyen et terme, 2004 et 2007
2004 2007
Tourisme Autres secteurs Tourisme Autres secteurs
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004 et 2007.
Court terme (excluant les cartes de crédit) Taux d'intérêt général moyen 6,1 6,1 7,0 7,2
Long terme Taux d'intérêt général moyen 6,3 6,0 7,2 7,4
Durée moyenne (en mois) 85,1 77,4 68,6 63,3

haut de la page

Raisons pour lesquelles aucun financement n'est demandé

Les petites et moyennes entreprises des industries touristiques étaient plus enclines à ne pas demander de financement parce que le processus est trop difficile et trop coûteux en temps

Comme il a été constaté précédemment, les PME des industries touristiques étaient moins enclines à demander du financement que celles des industries non touristiques, mais pour quelle raison? Le tableau 10 montre qu'en 2004, la raison première pour laquelle les PME ne demandaient pas de financement était qu'elles n'en avaient pas besoin; cependant, les PME des industries touristiques étaient moins nombreuses à évoquer cette raison.

Tableau 10
Raisons pour lesquelles il n'y a eu aucune demande de financement, 2004 Référence de la note * du tableau 10
2004
Industries touristiques
(%)
Industries non touristiques
(%)
Note * du tableau 10 Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004.
Financement non requis 87 91
Crainte d'un refus 6 5
Demande de financement trop complexe 7 5
Demande de financement trop coûteux en temps 5 3
Coût de financement par emprunt trop élevé 5 3

Six pour cent des PME des industries touristiques et 5 % des PME des industries non touristiques n'ont pas demandé de financement parce qu'elles craignaient un refus. Ces entreprises sont du nombre des emprunteurs découragés du fait qu'elles avaient besoin de financement, mais étaient découragées d'en faire la demande par crainte d'un refus.

Les PME des industries touristiques étaient plus susceptibles de ne pas avoir demandé d'emprunt, car le processus de demande était trop difficile et trop coûteux en temps. Probablement est-ce dû à l'obligation de fournir plus de documents et de garanties en vue d'obtenir leur prêt que les PME des industries non touristiques.

De plus, les PME des industries touristiques étaient plus susceptibles de ne pas avoir cherché de financement parce qu'elles ont estimé que le coût de l'endettement était trop élevé. Fait intéressant, cette conclusion ne correspond pas aux résultats sur les taux d'intérêt, lesquels n'ont pas montré de différence statistique importante entre les PME des industries touristiques et celles des industries touristiques.


haut de la page

Rendement financier

Le faible rendement financier des petites et moyennes entreprises des industries touristiques pourrait expliquer la difficulté qu'elles ont à obtenir du financement

À partir des données anonymisées provenant des fichiers d'impôt assemblés par Statistique Canada, le tableau 11 présente un sommaire des montants de l'état financier de la PME moyenne des industries touristiques, comparativement à ceux de la PME moyenne des industries touristiques. Autant en 2004 qu'en 2007, la PME moyenne évoluant dans l'industrie touristique avait des revenus totaux, des bénéfices et des bénéfices non répartis sensiblement moins élevés par rapport à ceux des entreprises évoluant dans une industrie non touristique.

Tableau 11
Montants sélectionnés de l'état financier (au millième près), 2004 et 2007 Référence de la note * du tableau 11
2004 2007
PME du tourisme Autres PME PME du tourisme Autres PME
Note * du tableau 11 Les valeurs en caractères gras indiquent une différence statistiquement significative au seuil de 5 %.
Note ** du tableau 11 Le capital fixe englobe les actifs corporels totaux, les actifs incorporels, les investissements à long terme et les autres actifs à long terme.
Source : Statistique Canada, Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, 2004 et 2007.
Revenu total 685 000 $ 951 000 $ 775 000 $ 1 167 000 $
Dépenses totales 676 000 $ 908 000 $ 745 000 $ 1 086 000 $
Bénéfice net/Perte nette avant impôt 10 000 $ 43 000 $ 30 000 $ 81 000 $
Actifs actuels 101 000 $ 327 000 $ 138 000 $ 476 000 $
Capital fixe Référence de la note ** du tableau 11 368 000 $ 302 000 $ 496 000 $ 469 000 $
Total des actifs 469 000 $ 629 000 $ 634 000 $ 946 000 $
Passifs à court terme 161 000 $ 224 000 $ 177 000 $ 294 000 $
Total des passifs 396 000 $ 423 000 $ 496 000 $ 591 000 $
Bénéfices non répartis 39 000 $ 144 000 $ 73 000 $ 211 000 $
Total de l'avoir des actionnaires 73 000 $ 206 000 $ 138 000 $ 354 000 $

De plus, de 2004 à 2007, les actifs à court terme ont augmenté pour les deux types d'entreprises; cependant, l'augmentation était moindre pour les PME des industries touristiques. Il en a découlé un élargissement de l'écart entre les industries en termes d'actifs.

Ce faible rendement financier donne à penser que les entreprises des industries touristiques ont plus de difficultés financières, ce qui pourrait résulter des défis auxquels elles sont confrontées ou indiquer une mauvaise gestion financière. Dans tous les cas, ce rendement pourrait expliquer pourquoi les entreprises du secteur du tourisme ont plus de difficulté à obtenir du financement.


haut de la page

Sommaire et discussion

Le tourisme est un secteur important qui soutient les PME et fournit de l'emploi aux Canadiennes et Canadiens partout au pays. Étant donné le rôle de plus en plus important que joue le tourisme dans l'économie canadienne, il est essentiel d'analyser les PME des industries touristiques pour déterminer les caractéristiques qui leurs sont propres. Ce rapport a présenté un profil des PME des industries touristiques, examinant ce qui les distingue des PME des industries non touristiques en termes de caractéristiques des entreprises et des propriétaires, d'accès au financement, de modalités de financement et d'obstacles à la croissance des entreprises.

Les résultats ont montré que les PME des industries touristiques présentent des caractéristiques des entreprises uniques comparativement à celles des industries non touristiques. En particulier, les entreprises des industries touristiques étaient généralement plus jeunes et plus axées sur la croissance. En outre, les propriétaires de PME des industries touristiques étaient plus susceptibles d'être majoritairement des femmes.

Comparativement aux PME des industries non touristiques, celles de l'industrie touristique étaient moins enclines à demander un financement externe, et moins susceptibles également d'obtenir une approbation de financement externe. On a également constaté que les PME des industries touristiques étaient également assujetties à des modalités de coût similaires, mais à des modalités non tarifaires de prêt moins favorables.

Après avoir mesuré le ratio du montant total de financement par emprunt approuvé au montant total demandé, il apparaît clairement que les PME des industries touristiques avaient plus de difficulté à obtenir du financement que celles des industries non touristiques, particulièrement en 2007. Plus précisément, l'industrie de l'hébergement, qui avait le plus besoin de financement, a connu les plus grandes difficultés et a reçu moins de la moitié du financement par emprunt qu'elle a demandé en 2007. Le caractère saisonnier et les risques associés à l'industrie, aussi bien que le faible rendement financier par rapport à d'autres secteurs, peuvent expliquer pourquoi les entreprises des industries touristiques ont plus de difficulté à obtenir du financement.

Pour conclure, les résultats présentés dans ce rapport révèlent que les PME des industries touristiques font face à des défis particuliers quand il s'agit d'accéder au financement, particulièrement dans l'industrie de l'hébergement. Étant donné le manque de recherche sur les activités de financement des entreprises du secteur du tourisme, il faudrait peut-être mener davantage de recherches pour déterminer la raison d'être de ces obstacles au financement et la façon de les surmonter.


haut de la page

Annexe

SCIAN inclus dans le groupement lié au tourisme
SCIAN Description
Note : La classification 5321 Location et location à bail de matériel automobile du SCIAN est considérée comme une industrie touristique, mais a été exclue de la population visée par l'enquête parce qu'elle se classifie sous les sociétés de financement et de crédit-bail.
Transport aérien
4811 Transport aérien régulier
4812 Transport aérien non régulier
Transport ferroviaire
4821 Transport ferroviaire
Transport par eau
4831 Transport hauturier, côtier et sur les Grands Lacs
4832 Transport sur les eaux intérieures
Transport par autobus
4851 Services urbains de transport en commun
4852 Transport interurbain et rural par autocar
4854 Transport scolaire et transport d'employés par autobus
4855 Services d'autobus nolisés
4859 Autres services de transport en commun et de transport terrestre
Transport de tourisme et d'agrément
4871 Transport terrestre de tourisme et d'agrément
4872 Transport par eau de tourisme et d'agrément
4879 Autres services de transport de tourisme et d'agrément
Taxi
4853 Services de taxi et de limousine
Services de voyages
5615 Services de préparation de voyages et de réservation
Loisirs et divertissements
51213 Présentation de films et de vidéos
7111 Compagnies d'arts d'interprétation
7112 Sports-spectacles
7115 Artistes, auteurs et interprètes indépendants
7121 Établissements du patrimoine
7131 Parcs d'attractions et salles de jeux électroniques
7132 Jeux de hasard et loteries
7139 Autres services de divertissement et de loisirs
Hôtels
7211 Hébergement des voyageurs (excepté 721114 — Motels)
Motels
721114 Motels
Camping
721211 Parcs pour véhicules de plaisance et campings
Autres établissements d'hébergement
721212 Camps de chasse et de pêche
721213 Camps récréatifs et de vacances, sauf de chasse et de pêche
721198 Tous les autres établissements d'hébergement des voyageurs
Services de restauration
7221 Restaurants à service complet
7222 Établissements de restauration à service restreint
7224 Débits de boissons (alcoolisées)

haut de la page

Références

Les Profils de financement, qui regroupent une série d'articles portant sur des segments particuliers du marché, s'inscrivent dans le cadre des initiatives d'Industrie Canada visant à présenter des rapports sur le financement des petites et moyennes entreprises (PME).

Statistique Canada mène une série d'enquêtes nationales sur les petites et moyennes entreprises (Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises) et les fournisseurs de services financiers (Enquête auprès des fournisseurs de services de financement aux entreprises). En complément, Industrie Canada réalise l'Enquête sur les conditions de crédit et des études sur certains aspects particuliers du financement des PME.

Pour en apprendre davantage sur la méthode de l'Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises, visitez le site Web de Statistique Canada à l'adresse www.statcan.ca.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur cet article, faites parvenir un courriel à SBB-DGPE.

haut de la page

Date de modification :