Archivé — Principales statistiques relatives aux petites entreprises - Juillet 2012

Table des matières

Avant-propos

La publication intitulée Principales statistiques relatives aux petites entreprises, qui paraît deux fois l'an, renferme des données de base sur le secteur canadien de la petite entreprise. Cette dix-huitième édition met à jour les données figurant dans les éditions antérieures. De nouvelles données ont été intégrées pour actualiser les sections suivantes :

  • Combien y a-t-il d'entreprises au Canada?
  • Combien d'entreprises apparaissent et disparaissent chaque année?
  • Statistiques sur les faillites
  • Combien de personnes travaillent pour les petites entreprises?
  • Combien d'emplois les petites entreprises créent-elles?
  • Combien les employés des petites entreprises gagnent-ils?
  • Quelle est la contribution des petites entreprises au produit intérieur brut du Canada?
  • Combien y a-t-il de travailleurs indépendants?
  • Dans quelle mesure le travail indépendant contribue-t-il à la création d'emplois?
  • Les travailleurs indépendants consacrent-ils davantage d'heures à leur travail que les employés?
  • Combien y a-t-il de femmes propriétaires parmi les petites entreprises?
  • Quelle est la contribution des petites entreprises aux exportations canadiennes?

Points saillants

Selon la définition d'Industrie Canada, une « petite entreprise » est une entreprise comptant moins de 100 employés.

Nombre d'entreprises

  • Il y a au Canada un peu plus d'un million de petites entreprises qui comptent des employés (sont exclus les travailleurs indépendants), et 98 % des entreprises du pays emploient moins de 100 personnes.
  • Entre 2002 et 2008, environ 100 000 petites entreprises ont été créées en moyenne chaque année au Canada.
  • Si l'on tient compte des entreprises qui ont cessé leurs activités, le nombre d'entreprises s'est accru d'environ 9 000 par an, en moyenne, entre 2002 et 2008.

Contribution au produit intérieur brut (PIB)

  • Les petites entreprises représentent un peu plus de 30 % du PIB du Canada.

Emploi

  • En 2011, les petites entreprises employaient environ 5 millions de personnes au Canada, soit 48 % de la main-d'œuvre totale du secteur privé.
  • Les petites entreprises ont créé quelque 21 000 emplois en 2011. Entre 2001 et 2011, les petites entreprises ont créé en moyenne 43 % de tous les emplois dans le secteur privé.
  • Environ 15 % de l'ensemble des travailleurs occupant un emploi au Canada en 2011 étaient des travailleurs indépendants.

Revenus

  • En moyenne, les employés des petites entreprises au Canada ont gagné aux alentours de 763 $ par semaine en 2011, ce qui est inférieur à la moyenne générale de 852 $.

Ventilations sectorielles

  • Les petites entreprises sont à l'origine de plus des deux tiers de l'emploi dans cinq secteurs industriels au Canada : soins de santé assurés en dehors des établissements, foresterie, autres services, construction, et hébergement et restauration.
  • Environ 21 % des petites entreprises exercent leurs activités dans les industries canadiennes qui produisent des biens; les autres (79 %) exercent leurs activités dans les industries de services.

Survie

  • Le taux de survie des petites et moyennes entreprises au Canada (comptant moins de 250 employés) diminue au fil du temps. Environ 85 % des entreprises qui font leur apparition sur le marché survivent durant une année entière, 70 % survivent pendant deux ans et 51 % sont encore en activité après cinq ans.
  • Le nombre de faillites commerciales au Canada a diminué de 56 % entre 2000 et 2010, pour s'établir à environ 3 600 en 2011.

Croissance

  • Selon la définition de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les entreprises à forte croissance sont celles qui enregistrent un taux de croissance moyen annualisé supérieur à 20 % sur une période de trois ans et qui comptent au moins dix employés au début de la période.
  • Bien que le nombre d'entreprises ayant enregistré une forte croissance pour ce qui est de l'emploi soit relativement petit (environ 13 000), celles-ci ont créé environ 45 % des nouveaux emplois nets entre 2003 et 2006.
  • Les entreprises à forte croissance sont présentes dans chaque secteur économique et n'évoluent pas principalement dans les industries du savoir. La plus forte concentration d'entreprises à forte croissance a été observée dans les services professionnels, scientifiques et techniques; la construction; et les services administratifs et les services de soutien, de gestion des déchets et d'assainissement.

Les femmes en affaires

  • On estime qu'en 2010, 17 % des petites entreprises étaient détenues majoritairement par des femmes, tandis que 9 % appartenaient à parts égales aux femmes et aux hommes.

Exportations

  • Environ 86 % des exportateurs canadiens étaient des petites entreprises. En 2010, les exportations de ces dernières s'élevaient à 77 milliards de dollars, soit environ 25 % de la valeur totale des exportations canadiennes.
  • C'est dans le secteur de la construction (84,3 %), du transport et de l'entreposage (80,3 %) et du commerce de détail (80,5 %) que les petites entreprises ont le plus contribué aux exportations.

Qu'entend-on par « petite entreprise »?

La taille d'une entreprise se définit de diverses façons, selon son chiffre d'affaires annuel, la valeur de ses expéditions annuelles, son revenu annuel brut ou net, la taille de ses actifs, ou encore le nombre de ses employés.

De nombreuses institutions définissent les petites entreprises en fonction de leurs propres besoins. Ainsi, l'Association des banquiers canadiens considère qu'une entreprise est de petite taille si l'autorisation de prêt qu'elle peut obtenir est inférieure à 250 000 $. Pour Exportation et développement Canada, un petit exportateur ou un « exportateur émergent » est une entreprise dont les ventes à l'exportation sont inférieures à 1 million de dollars. Industrie Canada utilise souvent une définition basée sur le nombre d'employés : une entreprise productrice de biens ayant moins de 100 employés ou une entreprise de services en comptant moins de 50 est considérée comme petite. Au-delà de ces chiffres et jusqu'à 499 employés, une entreprise est considérée comme étant de taille moyenne. Les petites entreprises comptant moins de 5 employés sont appelées « micro-entreprises ». Le sigle « PME » (petites et moyennes entreprises) désigne toutes les entreprises qui ont moins de 500 employés. Celles dont l'effectif est de 500 employés ou plus sont classées dans la catégorie des grandes entreprises.

Comme nous le constaterons dans le présent document, l'information sur les petites entreprises correspond rarement à une définition stricte en raison des contraintes inhérentes aux données.

Combien y a-t-il d'entreprises au Canada?

Le Registre des entreprises de Statistique Canada recense les emplacements commerciauxNote de bas de page 1 et publie les résultats deux fois par année. Plusieurs emplacements commerciaux peuvent appartenir à une même entreprise, et chaque entreprise possède au moins un emplacement commercial. Pour qu'un emplacement commercial soit comptabilisé dans le Registre des entreprises, l'entreprise à laquelle il appartient doit répondre à au moins l'un des critères suivants : compter au moins un employé rémunéré (versement de retenues salariales à l'Agence du revenu du Canada – ARC), avoir un chiffre d'affaires annuel d'au moins 30 000 $ ou être constituée en société et avoir produit au moins une déclaration fédérale de revenus des sociétés au cours des trois dernières années.

En décembre 2011, le Canada comptait environ 2,4 millions d'emplacements commerciauxNote de bas de page 2 (voir le tableau 1). Environ la moitié des emplacements commerciaux sont appelés « entreprises avec employés », car ils ont au moins un employé (peut-être le propriétaire). L'autre moitié regroupe les entreprises de la catégorie « Indéterminé », car elles ne comptent aucun employé enregistré auprès de l'ARC. Ces entreprises peuvent en effet n'avoir aucun effectif (il peut s'agir d'entités purement théoriques répondant néanmoins à l'un des critères à respecter pour être reconnues en tant qu'emplacements commerciaux) ou avoir recours uniquement à des travailleurs contractuels, aux propriétaires ou à des membres de leur famille. La catégorie « Indéterminé » a été créée parce que l'on ne possède aucune information sur l'effectif de ces entreprises.

Tableau 1 : Nombre total d'emplacements commerciaux, nombre d'emplacements par rapport à la population provinciale ou territoriale et produit intérieur brut par emplacement, décembre 2011
Province ou territoire Nombre d'emplacements commerciaux Nombre d'emplacements par millier d'habitants PIB par emplacement commercial (milliers de dollars)
Total Indéterminé Référence de la note 1 du tableau 1 Entreprises avec employés Petites
(<100)
Moyennes
(100–499)
Grandes
(500+)
Source : Statistique Canada, Registre des entreprises, décembre 2011; Comptes nationaux des revenus et dépenses, 2010; Estimations de la population selon l'âge et le sexe pour le Canada, les provinces et les territoires, premier trimestre de 2012.
Note 1 : La catégorie « Indéterminé » comprend les entreprises constituées ou non en société, qui ne sont pas titulaires d'un compte de retenues salariales auprès de l'Agence du revenu du Canada. Leur effectif peut être composé de travailleurs contractuels, des propriétaires ou de membres de leur famille.
Terre-Neuve-et-Labrador 26 014 8 690 17 324 17 028 259 37 51 1 084
Île-du-Prince-Édouard 10 359 4 384 5 975 5 889 75 11 71 484
Nouvelle-Écosse 53 933 23 397 30 536 29 966 503 67 57 674
Nouveau-Brunswick 41 756 15 868 25 888 25 421 411 56 55 705
Québec 494 673 250 183 244 490 239 832 4 083 575 62 646
Ontario 889 621 497 301 392 320 383 686 7 631 1 003 66 688
Manitoba 77 458 41 002 36 456 35 660 692 104 62 700
Saskatchewan 96 367 56 964 39 403 38 790 546 67 90 660
Alberta 340 027 187 484 152 543 149 843 2 380 320 89 775
Colombie-Britannique 368 879 195 290 173 589 170 983 2 326 280 80 551
Territoire du Yukon 2 955 1 298 1 657 1 621 34 2 85 788
Territoires du Nord-Ouest 2 465 924 1 541 1 501 36 4 57 1 905
Nunavut 816 232 584 559 23 2 24 2 151
Total – Canada 2 405 323 1 283 017 1 122 306 1 100 779 18 999 2 528 69 675

Environ 58 % des emplacements commerciaux du Canada sont établis en Ontario ou au Québec. Presque tous les autres sont répartis dans les provinces de l'Ouest (37 %) ou les provinces de l'Atlantique (5 %). Les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et le Nunavut n'accueillent que 0,3 % des emplacements commerciaux.

En proportion de la population, c'est dans les provinces de l'Ouest, au Yukon et à l'Île-du-Prince-Édouard que les emplacements commerciaux sont les plus nombreux, particulièrement en Saskatchewan et en Alberta où leur concentration atteint respectivement 90,3 et 89,1 emplacements par millier d'habitants. Le Nunavut, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse sont les provinces où le nombre d'emplacements commerciaux par millier d'habitants est le plus faible. En Ontario et au Québec, la concentration des emplacements commerciaux est inférieure à la moyenne nationale de 69,4, puisqu'elle est respectivement de 66,2 et 61,7 emplacements par millier d'habitants.

En ce qui concerne le produit intérieur brut (PIB) par emplacement commercial, c'est le Nunavut qui arrive en tête avec 2 151 000 $ par emplacement. Ce résultat est sans doute attribuable en partie au faible taux d'emplacements commerciaux par millier d'habitants, si bien que le PIB de ce territoire est réparti entre un faible nombre d'emplacements. De façon générale, on observe une corrélation négative perceptible entre le nombre d'emplacements commerciaux par millier d'habitants et la contribution au PIB par emplacement commercial : plus le nombre d'emplacements par millier d'habitants est élevé, plus le PIB par emplacement est faible. Seule l'Alberta fait exception à cette règle – son PIB par emplacement est relativement élevé malgré le grand nombre d'emplacements commerciaux par millier d'habitants.

Parmi les 1 122 306 entreprises avec employés, 2 528, soit environ 0,2 %, ont 500 employés ou plus, 1 100 779 entreprises avec employés (98 %) comptent moins de 100 employés, 75 % en ont moins de 10 et 55 % n'ont que de 1 à 4 employés (voir le tableau 2).

Tableau 2 : Nombre d'emplacements commerciaux selon le secteur et la taille de l'entreprise (nombre d'employés), décembre 2011
Nombre d'employés Pourcentage cumulatif des entreprises avec employés Nombre d'emplacements commerciaux
Total Secteur des biens Référence de la note 2 du tableau 2 Secteur des services Référence de la note 2 du tableau 2
Source : Statistique Canada, Registre des entreprises, décembre 2011.
Note 1 : La catégorie « Indéterminé » comprend les entreprises constituées ou non en société, qui ne sont pas titulaires d'un compte de retenues salariales auprès de l'Agence du revenu du Canada. Leur effectif peut être composé de travailleurs contractuels, des propriétaires ou de membres de leur famille.
Note 2 : Par convention, d'après la définition de Statistique Canada, le secteur des biens regroupe les codes 11 à 31-33 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), alors que celui des services regroupe les codes 41 à 91.
Indéterminé Référence de la note 1 du tableau 2 1 283 017 306 783 976 234
Total partiel – Entreprises avec employés 100,0 1 122 306 239 057 883 249
1-4 54,9 615 599 137 093 478 506
5-9 75,0 225 829 46 127 179 702
10-19 87,4 139 946 26 701 113 245
20-49 95,5 90 604 17 668 72 936
50-99 98,1 28 801 6 363 22 438
100-199 99,2 13 025 3 128 9 897
200-499 99,8 5 974 1 528 4 446
500+ 100,0 2 528 449 2 079
Total 2 405 323 545 840 1 859 483

Environ le quart des emplacements commerciaux (entreprises indéterminées et entreprises avec employés) produisent des biens; les autres offrent des services. Les petites entreprises (moins de 100 employés) représentent 98 % des entreprises avec employés qui produisent des biens et 98 % de celles qui offrent des services (voir le tableau 2 et la figure 1). Si l'on utilise pour le secteur des services une autre définition, selon laquelle les petites entreprises comptent moins de 50 employés, les petites entreprises du secteur des services forment 96 % des entreprises avec employés de cette catégorie.

Figure 1 : Répartition des emplacements commerciaux dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés), décembre 2011

Figure 1 : Répartition des emplacements commerciaux dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise, décembre 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Registre des entreprises, décembre 2011.
Note 1 : Par convention, d'après la définition de Statistique Canada, le secteur des biens regroupe les codes 11 à 31-33 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), alors que celui des services regroupe les codes 41 à 91.
Note 2 : La catégorie « Indéterminé » comprend les entreprises constituées ou non en société, qui ne sont pas titulaires d'un compte de retenues salariales auprès de l'Agence du revenu du Canada. Leur effectif peut être composé de travailleurs contractuels, des propriétaires ou de membres de leur famille.
Description de la figure 1
Figure 1 : Répartition des emplacements commerciaux dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés), décembre 2011
Taille de l'entreprise Secteur des biens Référence de la note 1 de la figure 1 Secteur des services Référence de la note 1 de la figure 1
Indéterminé Référence de la note 2 de la figure 1 56,2 % 52,5 %
Entreprises avec employés 43,8 % 47,5 %
1-4 57,4 % 54,2 %
5-9 19,3 % 20,3 %
10-19 11,2 % 12,8 %
20-49 7,4 % 8,3 %
50-99 2,7 % 2,5 %
100-199 1,3 % 1,1 %
200-499 0,6 % 0,5 %
500+ 0,2 % 0,2 %

Le tableau 3 illustre la répartition des entreprises avec employés selon la taille de l'emplacement commercial dans chaque province ou territoire. En général, la répartition selon la taille au sein des provinces est similaire à la répartition moyenne nationale. Toutefois, on observe une certaine variation entre les provinces et territoires; par exemple, le pourcentage de micro-entreprises (de 1 à 4 employés) est plus élevé en Alberta (59 %) et en Colombie-Britannique (57 %) qu'en Ontario (56 %), au Québec (51 %) et dans les territoires (de 23 % à 50 %).

Tableau 3 : Entreprises avec employés, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés) dans les provinces et territoires, décembre 2011
Province ou territoire Entreprises avec employés
Total Pourcentage du total
1–4 5–9 10–19 20–49 50–99 Petites (<100) 100–199 200–499 Moyennes (100–499) Grandes (500+)
Source : Statistique Canada, Registre des entreprises, décembre 2011.
Terre-Neuve-et-Labrador 17 324 54,1 22,2 12,8 7,2 1,9 98,3 1,0 0,5 1,5 0,2
Île-du-Prince-Édouard 5 975 51,7 22,6 13,9 8,1 2,4 98,6 0,9 0,3 1,3 0,2
Nouvelle-Écosse 30 536 54,9 20,3 12,3 8,1 2,4 98,1 1,2 0,5 1,6 0,2
Nouveau-Brunswick 25 888 54,9 20,8 12,7 7,6 2,3 98,2 1,1 0,5 1,6 0,2
Québec 244 490 50,8 22,2 13,4 8,9 2,8 98,1 1,1 0,5 1,7 0,2
Ontario 392 320 55,5 19,3 12,2 8,1 2,7 97,8 1,3 0,6 1,9 0,3
Manitoba 36 456 50,5 21,3 14,0 9,1 2,9 97,8 1,3 0,6 1,9 0,3
Saskatchewan 39 403 55,3 20,5 12,6 7,8 2,2 98,4 0,9 0,5 1,4 0,2
Alberta 152 543 59,0 18,0 11,5 7,3 2,4 98,2 1,1 0,5 1,6 0,2
Colombie-Britannique 173 589 56,8 20,0 12,1 7,3 2,2 98,5 0,9 0,4 1,3 0,2
Territoire du Yukon 1 657 49,5 24,0 13,6 8,4 2,2 97,8 1,3 0,8 2,1 0,1
Territoires du Nord-Ouest 1 541 35,2 24,0 19,1 14,7 4,4 97,4 1,6 0,7 2,3 0,3
Nunavut 584 22,6 25,2 21,1 17,6 9,2 95,7 3,3 0,7 3,9 0,3
Total – Canada 1 122 306 54,9 20,1 12,5 8,1 2,6 98,1 1,2 0,5 1,7 0,2

Le tableau 4 présente la répartition des entreprises avec employés selon la taille de l'emplacement commercial dans chaque industrie. C'est au sein des micro-entreprises qu'on observe la plus grande variation. Le pourcentage le plus élevé de micro-entreprises se retrouve dans le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques (75,6 %) et celui de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (71,9 %). On trouve le pourcentage le plus faible de micro-entreprises dans le secteur des administrations publiques (22,5 %), celui de l'hébergement et des services de la restauration (27,7 %) et celui des services publics (33,0 %).

Tableau 4 : Entreprises avec employés selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés) dans les industries, décembre 2011
Industries
(classées en fonction du nombre d'entreprises avec employés)
Entreprises avec employés
Total Pourcentage du total
1-4 5-9 10-19 20-49 50-99 Petites (<100) 100-199 200-499 Moyennes (100-499) Grandes (500+)
Source : Statistique Canada, Registre des entreprises, décembre 2011.
Commerce de détail 146 056 36,6 30,6 18,4 9,0 3,3 97,9 1,7 0,4 2,1 0,0
Construction 125 851 60,9 20,7 10,3 5,7 1,6 99,2 0,6 0,2 0,8 0,1
Autres services (excluent les administrations publiques) 125 200 68,9 18,8 7,9 3,3 0,7 99,6 0,3 0,1 0,4 0,0
Services professionnels, scientifiques et techniques 124 741 75,6 12,2 6,7 3,8 1,0 99,2 0,5 0,2 0,7 0,1
Soins de santé et assistance sociale 96 039 54,2 20,7 13,2 6,9 2,5 97,5 1,3 0,8 2,1 0,4
Hébergement et services de restauration 74 204 27,7 24,0 22,5 18,5 5,8 98,4 1,2 0,3 1,5 0,1
Commerce de gros 61 533 45,4 24,2 15,9 10,2 2,8 98,5 1,0 0,4 1,4 0,1
Administration, soutien, gestion des déchets et assainissement 51 889 53,7 21,6 11,9 7,3 2,8 97,3 1,6 0,8 2,4 0,3
Fabrication 51 766 35,0 20,5 16,7 14,8 6,6 93,6 3,8 2,1 5,9 0,5
Transport et entreposage 51 249 66,2 14,2 8,9 6,6 2,3 98,2 0,9 0,6 1,5 0,2
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 50 872 71,9 15,9 7,3 3,7 1,0 99,6 0,3 0,1 0,4 0,0
Services immobiliers et services de location et de location à bail 44 704 68,7 15,7 9,4 4,4 1,2 99,3 0,4 0,2 0,6 0,1
Finance et assurances 42 150 49,2 15,5 13,2 17,8 2,4 98,1 0,9 0,7 1,6 0,4
Arts, spectacles et loisirs 17 028 46,0 21,6 13,8 11,5 4,0 96,9 2,0 0,7 2,8 0,3
Gestion de sociétés et d'entreprises 13 982 58,8 14,4 9,4 8,5 3,8 94,9 2,2 1,7 3,9 1,3
Industrie de l'information et industrie culturelle 13 967 53,1 16,7 12,4 10,5 3,7 96,4 2,1 1,0 3,1 0,6
Secteur de l'enseignement 12 273 43,3 19,4 14,7 11,5 4,0 93,0 1,9 1,8 3,7 3,4
Extraction minière et extraction de pétrole et de gaz 9 202 58,0 13,8 12,1 8,2 4,1 96,2 2,1 1,1 3,2 0,6
Administrations publiques 8 234 22,5 17,9 16,5 18,0 9,4 84,2 7,1 5,0 12,1 3,7
Services publics 1 366 33,0 18,5 15,0 15,6 7,2 89,3 4,5 3,1 7,7 3,0
Total 1 122 306 54,9 20,1 12,5 8,1 2,6 98,1 1,2 0,5 1,7 0,2

Combien d'entreprises naissent et disparaissent chaque année?

Des milliers d'entreprises commencent ou cessent leurs activités au cours d'une année. Il n'est pas facile de suivre ces entrées et ces sorties. Statistique Canada publie des données à ce sujet par l'entremise de l'Entrepôt de données sur les petites et moyennes entreprises (Entrepôt de données sur les PME).

La figure 2 illustre, pour chaque année comprise entre 2002 et 2 008, le nombre de petites entreprises (comptant moins de 100 employés) qui ont commencé ou cessé leurs activités. En moyenne au cours de cette période, 99 000 nouvelles petites entreprises ont été créées au Canada chaque année. Il n'y avait aucune tendance nette dans les entrées des entreprises pendant cette période. En 2002, le nombre d'entrées était d'environ 90 000; il a ensuite évolué progressivement pour atteindre un pic de plus de 115 000 en 2005. Ce chiffre a baissé à 97 000 en 2006 avant de se redresser pour s'établir à 110 000 en 2007. Le nombre d'entrées a chuté en 2008, pour s'établir à environ 65 000. Le nombre de sorties est demeuré à environ 86 000 entre 2002 et 2004. En 2007 et 2008, le nombre de sorties s'est établi au total à 180 000, atteignant 95 000 en 2008. Le nombre net moyen d'entrées entre 2002 et 2008 s'élevait à 8 800. En 2006, on a enregistré plus de sorties que d'entrées, même si la différence n'était pas élevée. Toutefois, en 2008, il y avait 30 000 sorties de plus par rapport au nombre d'entrées.

Figure 2 : Entrées et sorties d'entreprises comptant jusqu'à 100 employés, de 2002 à 2008

Figure 2 : Entrées et sorties d'entreprises comptant jusqu'à 100 employés, de 2002 à 2008 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Entrepôt de données sur les petites et moyennes entreprises, 2011.
Description de la figure 2
Figure 2 : Entrées et sorties d'entreprises comptant jusqu'à 100 employés, de 2002 à 2008
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Moyenne 2002-2008
Entrées 90 550 97 230 115 390 115 590 96 750 110 150 64 540 98 600
Sorties 85 840 86 510 85 700 92 390 97 010 86 360 94 790 89 800
Entrées nettes 4 710 10 720 29 690 23 200 −260 23 790 −30 250 8 800

Statistiques sur les faillites

Seule une faible proportion des entreprises qui cessent leurs activités déclarent faillite. En moyenne, au cours des 20 dernières années, le nombre de faillites commerciales au Canada s'est chiffré à approximativement 11 000 par année. Il a graduellement augmenté dans les années 1990, passant d'environ 12 000 à un sommet de plus de 14 000 en 1997. Ensuite, le nombre de faillites a régressé pour s'établir à environ 3 600 en 2011.

On peut trouver des statistiques détaillées sur les faillites commerciales et le passif connexe dans le site Web du Bureau du surintendant des faillites.

Combien de temps les petites entreprises survivent-elles?

Une façon d'évaluer la durée de vie des petites entreprises consiste à calculer leur probabilité de survie à partir de facteurs prévisibles. L'emplacement, le type d'industrie ainsi que la taille et l'âge de l'entreprise sont quelques-uns des aspects qui influencent sa longévité. D'autres facteurs imprévisibles peuvent aussi entrer en jeu à cet égard, notamment la conjoncture économique en général et les influences du marché – par exemple, le nombre de concurrents et de nouvelles entreprises ainsi que leur taille.

La survie est exprimée en pourcentage des nouvelles entreprises qui sont encore en activité lorsqu'elles atteignent un âge donné. La survie des entreprises reflète leur productivité, leur innovation et leur esprit d'initiative, ainsi que leur faculté d'adaptation aux conditions changeantes du marché.

La figure 3 montre le taux de survie des petites et moyennes entreprises canadiennes comptant moins de 250 employés. Les taux représentent le pourcentage d'entreprises qui ont survécu jusqu'en 2006 et avaient été créées une à cinq années plus tôt. Environ 85 % des entreprises créées en 2005 ont survécu une année complète. Les taux de survie ont diminué au fil du temps. Environ 70 % des entreprises ont survécu deux ans, 62 % trois ans, et 51 % cinq ans. Le fait que la moitié des entreprises survivent durant les cinq premières années qui suivent leur démarrage donne à penser que ces entreprises sont en mesure de trouver un avantage concurrentiel sur leur marché.

Figure 3 : Taux de survie des entreprises employeurs canadiennes (comptant moins de 250 employés), de 2001 à 2006

Figure 3 : Taux de survie des entreprises employeurs canadiennes (comptant moins de 250 employés), de 2001 à 2006 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Entrepôt de données sur les petites et moyennes entreprises, 2008.
Description de la figure 3
Figure 3 : Taux de survie des entreprises employeurs canadiennes (comptant moins de 250 employés), de 2001 à 2006
Année Pourcentage
1 an 85
2 ans 70
3 ans 62
4 ans 53
5 ans 51

Quelle est la proportion d'entreprises à forte croissance?

L'économie canadienne est dynamique et caractérisée par un haut taux de roulement, c'est-à-dire les entrées et sorties d'entreprises. Dans ce contexte en évolution constante, les entreprises en démarrage et les nouvelles entreprises sont très importantes pour la création d'emplois et de richesse. Celles qui enregistrent une forte croissance en un court laps de temps contribuent généralement dans une large mesure à la création d'emplois et de richesse. C'est l'une des raisons qui explique l'intérêt croissant que les décideurs et les chercheurs universitaires ont porté aux entreprises en croissance au cours des dernières années.

Selon la définition de l'Organisation de coopération et de développement économiques, les entreprises à forte croissance sont celles qui enregistrent un taux de croissance moyen annualisé supérieur à 20 % sur une période de trois ans et qui comptent au moins dix employés au début de la période. Leur croissance peut être enregistrée selon le chiffre d'affaires ou le nombre d'employés.

La figure 4 présente la répartition de toutes les entreprises en fonction de la croissance moyenne annuelle de l'emploi entre 2003 et 2006. Bien que 4,7 % des entreprisesNote de bas de page 3 soient à forte croissance (pour ce qui est du nombre d'employés), elles ont créé environ 45 % des nouveaux emplois nets. Leur proportion est plus élevée si l'on se fonde sur le chiffre d'affaires, 12 % des entreprises enregistrant une forte croissance selon ce critère. Les entreprises à forte croissance sont présentes dans tous les secteurs économiques et n'évoluent pas principalement dans les industries du savoir. Comme on le voit à la figure 5, la plus forte concentration d'entreprises à forte croissance entre 2003 et 2006 s'observait dans les services professionnels, scientifiques et techniques; la construction; ainsi que les services administratifs et les services de soutien, de gestion des déchets et d'assainissement.

Figure 4 : Répartition des entreprises en fonction de la croissance moyenne annuelle de l'emploi, de 2003 à 2006

Figure 4 : Répartition des entreprises en fonction de la croissance moyenne annuelle de l'emploi, de 2003 à 2006 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Entrepôt de données sur les petites et moyennes entreprises, 2009; calculs d'Industrie Canada.
Description de la figure 4
Figure 4 : Répartition des entreprises en fonction de la croissance moyenne annuelle de l'emploi, de 2003 à 2006
Intervalle de croissance Pourcentage des entreprises
<−20 % 17,5
−20 % à −15 % 4,4
−15 % à −10 % 6,1
−10 % à −5 % 9,9
−5 % à −1 % 12,2
−1 % à 1 % 11,4
1 % à 5 % 13,5
5 % à 10 % 11,3
10 % à 15 % 6,0
15 % à 20 % 3,1
>20 % 4,7

Figure 5 : Répartition des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi) par industrie, de 2003 à 2006

Figure 5 : Répartition des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi) par industrie, de 2003 à 2006 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Entrepôt de données sur les petites et moyennes entreprises, 2009; calculs d'Industrie Canada.
Description de la figure 5
Figure 5 : Répartition des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi) par industrie, de 2003 à 2006
Industrie Pourcentage
Services professionnels, scientifiques et techniques 7,6
Construction 7,6
Services administratifs et services de soutien, de gestion des déchets et d'assainissement 6,7
Transport et entreposage 5,7
Industrie de l'information et industrie culturelle 5,5
Finance et assurances 5,0
Fabrication 4,7
Gestion de sociétés et d'entreprises 4,6
Services immobiliers, location et location à bail 4,6
Commerce de gros 4,2
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 4,0
Commerce de détail 2,9
Hébergement et services de restauration 2,2
Toutes les industries 4,7

Les entreprises à forte croissance ont généralement un plus fort coefficient de recherche-développement que les autres entreprisesNote de bas de page 4. Entre 2001 et 2004, 8 % des entreprises à forte croissance enregistraient un fort coefficient de recherche-développement, comparativement à 4,3 % des entreprises traditionnelles. De plus, au cours de la même période, l'emploi dans l'entreprise à forte croissance moyenne s'est accru de 87,8 %, par rapport à une augmentation de 0,1 % pour l'entreprise moyenne qui n'enregistre pas une forte croissanceNote de bas de page 5.

La figure 6 présente la proportion d'entreprises à forte croissance au Canada et dans dix autres pays. Le Canada se classe au cinquième rang, derrière le Royaume-Uni au premier rang (6,4 %) et les États-Unis au troisième rang. Toutefois, il devance six autres pays dont la proportion d'entreprises à forte croissance se situe entre 3,2 % et 4,4 %.

Figure 6 : Proportion des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi), comparaisons internationales, de 2002 à 2005

Figure 6 : Proportion des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi), comparaisons internationales, de 2002 à 2005 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : A.B. Biosca, Growth Dynamics, Exploring Business Growth and Contraction in Europe and the U.S. National Endowment for Science, Technology and the Arts (NESTA), 2010.
Description de la figure 6
Figure 6 : Proportion des entreprises à forte croissance (croissance de l'emploi), comparaisons internationales, de 2002 à 2005
Pays Pourcentage des entreprises à forte croissance
Royaume-Uni 6,4
Nouvelle-Zélande 6,0
États-Unis 5,9
Espagne 5,8
Canada 4,5
Finlande 4,4
Italie 4,3
Danemark 4,0
Pays-Bas 3,3
Autriche 3,3
Norvège 3,2

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les entreprises à forte croissance, veuillez consulter Profil de croissance des entreprises canadiennes – Édition spéciale : Principales statistiques relatives aux petites entreprises (janvier 2010).

Combien de personnes travaillent pour les petites entreprises?

Pour bien répondre à cette question, il est nécessaire d'examiner les établissements commerciaux dans le contexte de l'entreprise mère à laquelle ils appartiennent, le cas échéant. Statistique Canada définit l'entreprise commerciale comme suit : « une famille d'établissements qui appartiennent au même propriétaire et qui sont contrôlés par ce dernier et pour lesquels un ensemble d'états financiers consolidés est produit sur une base annuelle ». L'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) de Statistique Canada porte sur les entreprises avec employés du Canada et donne le nombre d'employés, à l'échelle des entreprises. Les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire sont exclus de ces statistiques, tout comme les employés des industries suivantes : l'agriculture, la pêche et le piégeage; les services de ménages privés; les organismes religieux; et les services militaires de défense. Les entreprises sont réparties entre sept catégories d'effectif : moins de 5 employés, de 5 à 19, de 20 à 49, de 50 à 99, de 100 à 299, de 300 à 499 et 500 ou plus.

Selon les données de l'EERH présentées au tableau 5, en moyenne, un peu plus de 5,1 millions d'employés touchant un salaire, soit 48 % de la main-d'œuvre totale du secteur privéNote de bas de page 6, étaient au service de petites entreprises (moins de 100 employés) en 2011. Plus de 1,7 million d'employés (16 % du total) travaillaient pour des entreprises de taille moyenne (de 100 à 499 employés). En tout, les petites et moyennes entreprises comptaient environ 6,9 millions d'employés, soit 64 % des employés du secteur privé visés par l'EERH.

Tableau 5 : Nombre d'employés dans le secteur privé, selon l'industrie et la taille de l'entreprise, 2011 Référence de la note 1, 2, 3 du tableau 5
Industries (classées selon le nombre d'employés dans les petites entreprises) Taille de l'entreprise (nombre d'employés) Total
0-4 5-19 20-49 50-99 Petite
(<100)
100-299 300-499 Moyenne
(100-499)
Grande
(500+)
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada. Les données sur les industries sont classées conformément au Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).
Note * du tableau 5 : Les industries du secteur des biens représentent 24,9 % de l'emploi total dans le secteur privé et 23,8 % de l'emploi dans les petites entreprises.
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire, ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux et services militaires de défense. Les données sur l'emploi ventilées selon la taille de l'entreprise excluent aussi les entreprises non classifiées.
Note 2 : Outre les données exclues de l'EERH, les données présentées dans ce tableau excluent l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool. On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
Note 3 : Par convention, d'après la définition de Statistique Canada, le secteur des biens regroupe les codes 11 à 31-33 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), alors que celui des services regroupe les codes 41 à 91.
Commerce de détail 102 516 279 896 223 394 189 626 795 431 167 266 36 131 203 397 850 272 1 849 100
Hébergement et restauration 45 499 238 423 256 631 171 294 711 847 142 764 42 680 185 444 184 245 1 081 535
Référence de la note * du tableau 5 Construction 140 101 236 355 151 091 91 010 618 556 96 817 26 174 122 991 107 217 848 763
Référence de la note * du tableau 5 Fabrication 40 294 147 573 179 783 161 970 529 620 264 356 117 175 381 532 571 775 1 482 927
Services professionnels 139 833 153 544 97 348 62 945 453 670 83 959 34 390 118 349 205 639 777 658
Autres services 100 457 166 227 74 581 43 624 384 888 56 440 16 481 72 921 57 952 515 761
Commerce de gros 49 219 136 568 115 616 82 791 384 193 113 121 39 522 152 644 206 423 743 260
Administration, gestion des déchets 50 415 100 083 76 261 62 212 288 971 99 334 51 496 150 830 301 573 741 374
Santé Référence de la note 2 du tableau 5 78 581 101 668 19 778 4 079 204 107 2 925 1 260 4 185 23 005 231 297
Transport et entreposage Référence de la note 2 du tableau 5 45 545 60 820 48 407 34 869 189 641 48 163 20 333 68 496 295 477 553 614
Immobilier et location 43 666 55 826 34 386 22 576 156 454 24 986 9 504 34 490 53 299 244 242
Finance et assurances 28 757 41 373 35 256 32 454 137 839 51 628 24 864 76 492 470 332 684 662
Arts, divertissements et loisirs 14 699 36 368 34 980 26 416 112 464 33 790 11 078 44 868 90 071 247 402
Information et culture 10 826 21 563 19 397 16 120 67 906 29 898 10 595 40 493 217 818 326 217
Gestion de sociétés et d'entreprises 10 686 14 409 12 294 7 740 45 129 9 968 6 078 16 046 42 361 103 535
Référence de la note * du tableau 5 Exploitation minière 8 721 13 607 11 773 10 732 44 833 20 303 11 223 31 526 130 308 206 667
Référence de la note * du tableau 5 Foresterie 7 253 11 947 7 660 3 863 30 723 3 732 706 4 437 4 531 39 691
Référence de la note * du tableau 5 Services publics Référence de la note 2 du tableau 5 107 610 643 656 2 015 2 213 1 577 3 790 106 463 112 268
% – Services 78,6 77,4 74,9 73,8 76,2 69,0 66,0 68,2 76,5 75,1
% – Biens 21,4 22,6 25,1 26,2 23,8 31,0 34,0 31,8 23,5 24,9
Total de l'industrie 917 175 1 816 860 1 399 277 1 024 975 5 158 287 1 251 661 461 265 1 712 926 3 918 759 10 789 972
Pourcentage de l'emploi total 8,5 16,8 13,0 9,5 47,8 11,6 4,3 15,9 36,3 100,0

La répartition de l'emploi selon la taille de l'entreprise varie considérablement d'une industrie à l'autre. Comme le montrent le tableau 5 et la figure 7, les petites entreprises sont à l'origine de plus des deux tiers de l'emploi dans cinq secteurs industriels : les soins de santé assurés en dehors des établissements (88 %), la foresterie (77 %), les autres services (75 %), la construction (73 %), ainsi que l'hébergement et la restauration (66 %). Dans trois autres secteurs industriels, au moins la moitié de la main-d'oeuvre est au service de petites entreprises. Enfin, si l'on considère le nombre total d'employés au service de petites entreprises, les industries où ce nombre est le plus élevé sont celles du commerce de détail (0,80 million d'employés), de l'hébergement et de la restauration (0,71 million), de la construction (0,62 million), de la fabrication (0,53 million), des services professionnels (0,45 million) et du commerce de gros (0,38 million). Ces industries représentent 68 % des emplois au sein des petites entreprises du Canada.

Figure 7 : Nombre d'employés dans le secteur privé, selon l'industrie et la taille de l'entreprise, 2011 Référence de la note 1, 2 de la figure 7

Figure 7 : Nombre d'employés dans le secteur privé, selon l'industrie et la taille de l'entreprise, 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (SEPH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada. Les données sur les industries sont classées conformément au Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire, ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux et services militaires de défense. Les données sur l'emploi ventilées selon la taille de l'entreprise excluent aussi les entreprises non classifiées.
Note 2 : Outre les données exclues de l'EERH, les données présentées dans cette figure excluent l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool. On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
Description de la figure 7
Figure 7 : Nombre d'employés dans le secteur privé, selon l'industrie et la taille de l'entreprise, 2011
Industrie 0–4 5–19 20–49 50–99 Petites (<100)
Commerce de détail 102 516 279 896 223 394 189 626 795 431
Hébergement et restauration 45 499 238 423 256 631 171 294 711 847
Construction 140 101 236 355 151 091 91 010 618 556
Fabrication 40 294 147 573 179 783 161 970 529 620
Services professionnels 139 833 153 544 97 348 62 945 453 670
Autres services 100 457 166 227 74 581 43 624 384 888
Commerce de gros 49 219 136 568 115 616 82 791 384 193
Administration, gestion des déchets 50 415 100 083 76 261 62 212 288 971
Santé Référence de la note 2 de la figure 7 78 581 101 668 19 778 4 079 204 107
Transport et entreposage Référence de la note 2 de la figure 7 45 545 60 820 48 407 34 869 189 641
Immobilier et location 43 666 55 826 34 386 22 576 156 454
Finance et assurances 28 757 41 373 35 256 32 454 137 839
Arts, divertissements et loisirs 14 699 36 368 34 980 26 416 112 464
Information et culture 10 826 21 563 19 397 16 120 67 906
Gestion de sociétés et d'entreprises 10 686 14 409 12 294 7 740 45 129
Exploitation minière 8 721 13 607 11 773 10 732 44 833
Foresterie 7 253 11 947 7 660 3 863 30 723
Services publics Référence de la note 2 de la figure 7 107 610 643 656 2 015

Combien d'emplois les petites entreprises créent-elles?

Les données permettant de répondre à cette question sont établies à partir de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) de Statistique Canada. Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire. D'autres restrictions s'appliquent également (voir la section intitulée Combien de personnes travaillent pour les petites entreprises?).

Le tableau 6 illustre la contribution relative des petites, moyennes et grandes entreprises à la variation nette de l'emploi rémunéré dans le secteur privé entre 2001 et 2011. La contribution relative selon la taille a beaucoup varié au fil des ans. Pendant la période à l'étude, chacune des catégories a joué, à un moment donné, le rôle le plus important dans la création nette d'emplois au Canada. Pendant trois années, soit en 2001 et en 2002 ainsi qu'en 2010, ce sont les petites entreprises qui ont contribué le plus à la création nette d'emplois. Les grandes entreprises ont quant à elles créé le plus d'emplois de 2003 à 2008. Entre 2001 et 2011, les petites entreprises ont créé en moyenne 43 % de tous les emplois dans le secteur privé.

Tableau 6 : Variation nette de l'emploi rémunéré dans le secteur privé, selon la taille de l'entreprise (moyennes annuelles), de 2001 à 2011 Référence de la note 1, 2 du tableau 6
Année Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0-4 5-19 20-49 50-99 Petite
(<100)
Moyenne
(100-499)
PME
(<500)
Grande
(500+)
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada. Les données historiques sont révisées fréquemment et disponibles selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) depuis 2000.
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux, et services militaires de défense. Les données présentées dans ce tableau excluent aussi l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool.
Note 2: Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont largement attribuables aux révisions des données historiques de l'EERH. Une faible proportion des écarts résulte des améliorations apportées à la méthode employée pour séparer les secteurs privé et public. On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
2001 43 434 30 579 26 994 32 449 133 457 −7 979 125 478 62 808
2002 −7 274 30 622 46 924 64 780 135 052 3 181 138 233 52 214
2003 12 814 259 24 905 23 976 61 953 28 725 90 678 125 383
2004 −12 430 27 944 4 093 7 159 26 766 11 118 37 884 66 989
2005 18 270 −6 774 10 330 17 541 39 367 36 068 75 435 81 977
2006 21 159 22 386 36 523 28 838 108 907 59 425 168 331 121 571
2007 −1 698 38 747 35 846 22 780 95 675 46 801 142 476 106 866
2008 10 080 21 375 21 852 20 849 74 156 13 952 88 107 76 139
2009 −15 970 −43 447 −38 631 −53 654 −151 703 −105 045 −256 748 −151 963
2010 −1 978 6 599 3 115 6 980 14 715 619 15 334 −14 197
2011 −14 728 −8 342 24 685 19 525 21 140 58 489 79 628 76 245
Création d'emplois (2001-2011) – Total 51 679 119 948 196 636 191 222 559 484 145 353 704 837 604 032
Création d'emplois – Pourcentage 4,0 9,2 15,0 14,6 42,8 11,1 53,9 46,2

Le tableau 7 illustre les variations sur 12 mois de l'emploi rémunéré, par trimestre, selon la taille de l'entreprise, entre le troisième trimestre de 2008 et le quatrième trimestre de 2011. Des emplois ont été créés au troisième et au quatrième trimestre de 2008 et une perte d'emplois a été enregistrée à chaque trimestre de 2009 et aux deux premiers trimestres de 2010. Au cours du deuxième semestre de 2008, le taux de création d'emplois a atteint environ 105 000 emplois par trimestre en moyenne. Le nombre d'emplois créés a commencé à diminuer considérablement en 2008, pour devenir négatif en 2009. En 2009, le nombre d'emplois perdus a augmenté rapidement, passant de 235 000 au premier trimestre à 527 000 au troisième trimestre. La baisse de la croissance du PIB a contribué à la perte d'emplois tout au long de 2009 dans toutes les entreprises, peu importe leur taille. Le taux de création d'emplois a commencé à se redresser au quatrième trimestre de 2009 pour atteindre des niveaux positifs au troisième trimestre de 2010.

Tableau 7 : Variation nette sur 12 mois de l'emploi rémunéré dans le secteur privé, et contribution en pourcentage, par trimestre, selon la taille de l'entreprise, du troisième trimestre de 2008 au quatrième trimestre de 2011 Référence de la note 1, 2, 3 du tableau 7
Année et trimestre Variation nette totale Variation nette de l'emploi rémunéré dans le secteur privé, selon la taille de l'entreprise
0-4 5-19 20-49 50-99 Petite
(<100)
100-299 300-499 Moyenne
(100-499)
Grande
(500+)
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada.
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux, et services militaires de défense. Les données présentées dans ce tableau excluent aussi l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool.
Note 2 : Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont principalement attribuables aux révisions des données historiques de l'EERH. Une faible proportion des écarts résulte des améliorations apportées à la méthode employée pour séparer les secteurs privé et public.On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
Note 3 : Les faibles écarts entre la variation nette totale de l'emploi et la somme des variations par catégorie d'effectif sont principalement attribuables aux écarts entre les données agrégées et la somme des données désagrégées.
2008 T3 162 193 5 753 4 772 22 482 26 326 59 332 −3 212 20 993 17 781 85 072
T4 48 755 −1 890 11 202 4 734 2 855 16 900 −11 883 8 326 −3 557 35 409
2009 T1 −235 076 −17 752 −32 123 −17 016 −33 154 −100 045 −56 857 −4 516 −61 373 −73 654
T2 −446 421 −49 058 −34 698 −46 780 −60 785 −191 322 −66 064 −43 817 −109 881 −145 221
T3 −527 341 15 659 −74 641 −59 341 −71 973 −190 296 −75 541 −55 131 −130 672 −206 366
T4 −426 015 −12 751 −32 324 −31 404 −48 703 −125 182 −72 042 −46 215 −118 257 −182 578
2010 T1 −194 338 3 623 −3 441 −16 064 −17 697 −33 579 −25 677 −32 730 −58 407 −102 359
T2 −15 397 15 161 4 206 6 736 2 644 28 746 −957 −8 412 −9 369 −34 774
T3 90 275 −33 515 33 053 18 067 25 595 43 200 19 597 7 634 27 231 19 847
T4 124 008 6 854 −7 447 3 720 17 368 20 495 34 701 8 306 43 006 60 509
2011 T1 145 447 −14 398 −5 221 20 766 15 747 16 894 34 353 10 196 44 549 84 004
T2 140 644 −15 749 −24 735 15 158 21 104 −4 222 48 151 11 186 59 337 85 521
T3 162 177 -16 502 −5 582 27 720 15 966 21 602 47 206 20 072 67 278 73 296
T4 167 041 −8 502 −89 31 402 23 107 45 918 46 583 12 594 59 176 61 945
% de la contribution à la variation de l'emploi dans le secteur privé, selon la taille de l'entreprise
2008 T3 100 3,5 2,9 13,9 16,2 36,6 −2,0 12,9 11,0 52,5
T4 100 −3,9 23,0 9,7 5,9 34,7 −24,4 17,1 −7,3 72,6
2009 T1 100 7,6 13,7 7,2 14,1 42,6 24,2 1,9 26,1 31,3
T2 100 11,0 7,8 10,5 13,6 42,9 14,8 9,8 24,6 32,5
T3 100 −3,0 14,2 11,3 13,6 36,1 14,3 10,5 24,8 39,1
T4 100 3,0 7,6 7,4 11,4 29,4 16,9 10,8 27,8 42,9
2010 T1 100 −1,9 1,8 8,3 9,1 17,3 13,2 16,8 30,1 52,7
T2 100 −98,5 −27,3 −43,7 −17,2 −186,7 6,2 54,6 60,9 225,8
T3 100 −37,1 36,6 20,0 28,4 47,9 21,7 8,5 30,2 22,0
T4 100 5,5 −6,0 3,0 14,0 16,5 28,0 6,7 34,7 48,8
2011 T1 100 −9,9 −3,6 14,3 10,8 11,6 23,6 7,0 30,6 57,8
T2 100 −11,2 −17,6 10,8 15,0 −3,0 34,2 8,0 42,2 60,8
T3 100 −10,2 −3,4 17,1 9,8 13,3 29,1 12,4 41,5 45,2
T4 100 −5,1 −0,1 18,8 13,8 27,5 27,9 7,5 35,4 37,1

Les petites entreprises ont perdu des emplois au cours de chaque période de 12 mois entre le premier trimestre de 2009 et le premier trimestre de 2010. Les petites entreprises ont recréé des emplois au deuxième trimestre de 2010 tandis que les moyennes et grandes entreprises en ont recréé au troisième trimestre de 2010. Au deuxième trimestre de 2011, les petites entreprises, principalement celles comptant moins de 20 employés, ont enregistré une perte d'emplois.

Parmi les sept catégories de taille, c'est dans les micro-entreprises que la création d'emplois a été la plus volatile. C'est la seule catégorie de taille où des emplois ont été créés en 2009, les micro-entreprises ayant créé environ 16 000 emplois au troisième trimestre. Toutefois, les micro-entreprises ont perdu des emplois entre le quatrième trimestre de 2008 et le deuxième trimestre de 2009, ainsi qu'au quatrième trimestre de 2009, au troisième trimestre de 2010 et à chaque trimestre de 2011.

Combien les employés des petites entreprises gagnent-ils?

Combien les employés des petites entreprises gagnent-ils?

Dans son Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), Statistique Canada publie les revenus hebdomadaires moyens des employés au niveau des entreprises à partir des données hebdomadaires sur les salaires. Ces données comprennent le salaire brut ainsi que les heures supplémentaires et les primes, les commissions et tout autre paiement spécial, avant les principales déductions à la source comme l'impôt et les cotisations à l'assurance-emploi, mais elles excluent les indemnités et avantages imposables, ainsi que les cotisations de l'employeur à l'assurance-emploi, aux régimes de retraite et à d'autres régimes sociaux. On obtient les revenus hebdomadaires moyens en divisant le total des salaires hebdomadaires par le nombre d'emplois rémunérés (voir la section intitulée Combien de personnes travaillent pour les petites entreprises?). Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux et services militaires de défense. Les données présentées ci-dessous excluent également l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les services de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool.

En 2011, un travailleur du secteur privé au Canada gagnait en moyenne environ 852 $ par semaine (ou environ 44 304 $ par an) (voir le tableau 8 et la figure 8). En général, on observe une corrélation positive entre les revenus hebdomadaires des employés et la taille de l'entreprise. Les employés des petites entreprises (moins de 100 employés) gagnaient en moyenne 763 $ par semaine (39 676 $ par an), soit un salaire inférieur à la moyenne. Ceux au service des moyennes entreprises (entre 100 et 499 employés) gagnaient 832 $ par semaine (43 264 $ par an), soit un salaire également inférieur à la moyenne, tandis que ceux au service des grandes entreprises (500 employés ou plus) gagnaient en moyenne un salaire supérieur à la moyenne, soit 941 $ par semaine (48 932 $ par an). Les employés des micro-entreprises du secteur des services touchaient les revenus hebdomadaires les plus élevés parmi toutes les petites entreprises de ce secteur, soit 784 $ (ou 40 768 $ par an). Cette situation peut s'expliquer par le fait que l'emploi dans les autres petites entreprises de ce secteur est concentré dans les trois industries qui paient le moins, à savoir le commerce de détail, l'hébergement et les services de restauration, ainsi que les arts, les divertissements et les loisirs.

Tableau 8 : Revenus hebdomadaires moyens, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés) dans le secteur privé, 2011 Référence de la note 1, 2 du tableau 8
Nombre d'employés Ensemble du secteur privé Secteur des biens Référence de la note 2 du tableau 8 Secteur des services Référence de la note 2 du tableau 8
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada.
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux, et services militaires de défense. Les données présentées dans ce tableau excluent aussi l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool. On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
Note 2 : Par convention, d'après la définition de Statistique Canada, le secteur des biens regroupe les codes 11 à 31-33 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), alors que celui des services regroupe les codes 41 à 91.
0-4 789 $ 809 $ 784 $
5-19 727 $ 895 $ 678 $
20-49 771 $ 967 $ 705 $
50-99 793 $ 1 017 $ 714 $
Petites entreprises (moins de 100) 763 $ 928 $ 712 $
100-299 865 $ 1 064 $ 775 $
300-499 742 $ 977 $ 622 $
Moyennes entreprises (100‑499) 832 $ 1 039 $ 735 $
Grandes entreprises (500 ou plus) 941 $ 1 325 $ 824 $
Moyenne 852 $ 1 102 $ 769 $

Figure 8 : Revenus hebdomadaires moyens dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés) dans le secteur privé, 2011 Référence de la note 1, 2 de la figure 8

Figure 8 : Revenus hebdomadaires moyens dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise dans le secteur privé, 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), avril 2012; calculs d'Industrie Canada.
Note 1 : Les données de l'EERH excluent les travailleurs indépendants qui ne touchent aucun salaire ainsi que les employés des industries suivantes : agriculture, pêche et piégeage, services de ménages privés, organismes religieux, et services militaires de défense. Les données présentées dans cette figure excluent aussi l'emploi dans l'administration publique, les services publics (eau, égouts et autres systèmes), les services postaux, le transport en commun, les services d'enseignement ainsi que les soins de santé assurés en établissement ou financés par le gouvernement. Elles incluent toutefois l'emploi à Radio-Canada, dans les cliniques privées (médecins, dentistes et autres professionnels de la santé) ainsi que chez les détaillants de bière et d'alcool. On peut obtenir une note technique d'information sur la séparation de l'emploi entre les secteurs public et privé en communiquant avec la Direction générale de la petite entreprise d'Industrie Canada (SBB-DGPE).
Note 2 : Par convention, d'après la définition de Statistique Canada, le secteur des biens regroupe les codes 11 à 31-33 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), alors que celui des services regroupe les codes 41 à 91.
Description de la figure 8
Figure 8 : Revenus hebdomadaires moyens dans le secteur des biens et celui des services, selon la taille de l'entreprise (nombre d'employés) dans le secteur privé, 2011
Taille de l'entreprise Ensemble du secteur privé Secteur des biens Secteur des services
0–4 789 $ 809 $ 784 $
5–19 727 $ 895 $ 678 $
20–49 771 $ 967 $ 705 $
50–99 793 $ 1 017 $ 714 $
Petites entreprises (moins de 100) 763 $/td> 928 $ 712 $
100–299 865 $ 1 064 $ 775 $
300–499 742 $ 977 $ 622 $
Moyennes entreprises (100–499) 832 $ 1 039 $ 735 $
Grandes entreprises (500 ou plus) 941 $ 1 325 $ 824 $
Moyenne 852 $ 1 102 $ 769 $

En 2011, les employés du secteur des biens gagnaient en moyenne 333 $ de plus par semaine que ceux du secteur des services. L'écart de revenu entre les deux secteurs était le plus important dans la catégorie des grandes entreprises, où il atteignait environ 501 $ par semaine, soit une différence de 26 052 $ en moyenne par année. Toutefois, comme les employés du secteur des biens consacraient davantage d'heures à leur travail, l'écart serait moins grand si on l'envisageait sous l'angle du taux horaire de rémunération.

http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02711.html#q8.1

Quelle est la contribution des petites entreprises au produit intérieur brut du Canada?

Le produit intérieur brut (PIB) est une importante mesure de la production économique. Il peut servir à comparer la valeur ajoutée de deux secteurs différents, c'est-à-dire la valeur qu'un secteur ajoute aux intrants qu'il utilise en menant ses activités. Comme le PIB mesure la valeur ajoutée sans double compte, on considère qu'il est plus utile pour évaluer la performance économique que d'autres variables, par exemple le chiffre d'affaires, le nombre d'entreprises ou même l'emploi.

Le Service statistique du gouvernement de la Colombie-Britannique (BC Stats) a mis au point une méthode permettant de déterminer la contribution des petites entreprises au PIB selon la province en utilisant l'approche fondée sur le revenu du système de comptabilité nationaleNote de bas de page 7. Le tableau 9 indique la contribution, en pourcentage, des petites entreprises au PIB (incluant les secteurs public et privé) pour le Canada et chaque province, de 2001 à 2010.

Tableau 9 : Contribution des petites entreprises au PIB, selon la province, de 2001 à 2010 Référence de la note 1, 2 du tableau 9
Province Contribution au PIB (en pourcentage)
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Source : Service statistique de la Colombie-Britannique, Small Business Profile 2011: British Columbia.
Note 1 : Dans ces données, les petites entreprises sont celles comptant moins de 50 employés ou exploitées par un travailleur indépendant qui n’a aucun employé rémunéré.
Note 2 : Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont attribuables aux changements apportés aux données sous-jacentes sur lesquelles reposent les chiffres ainsi qu’au peaufinage de la méthode utilisée pour établir les estimations.
Terre-Neuve-et-Labrador 20 19 18 21 19 19 18 18 20 19
Île-du-Prince-Édouard 33 32 29 31 30 30 29 29 29 26
Nouvelle-Écosse 26 26 25 26 25 25 26 25 25 24
Nouveau-Brunswick 24 25 23 25 25 24 25 25 24 23
Québec 27 27 27 29 30 30 30 31 30 28
Ontario 25 24 23 24 25 26 26 27 26 25
Manitoba 24 23 24 25 25 26 26 26 26 24
Saskatchewan 26 26 24 29 29 30 32 33 35 30
Alberta 26 28 26 26 27 29 31 31 29 27
Colombie-Britannique 29 28 29 33 33 33 34 34 32 30
Canada 26 26 25 27 28 28 29 29 28 27

Selon la définition adoptée par BC Stats, les petites entreprises sont seulement celles comptant moins de 50 employés ou exploitées par un travailleur indépendant qui n'a aucun employé rémunéré. D'après cette définition, on estime que les petites entreprises étaient à l'origine d'environ 27 % du PIB du Canada en 2010. Ce pourcentage varie entre 19 % à Terre-Neuve-et-Labrador et 30 % en Saskatchewan et en Colombie-Britannique. Entre 2001 et 2010, la contribution des petites entreprises au PIB s'est légèrement accrue au niveau national, passant de 26 % en 2001 à 29 % en 2007 et 2008, à 28 % en 2009 et à 27 % en 2010. C'est en Saskatchewan que l'on a observé la plus forte augmentation, la contribution au PIB se chiffrant à 26 % en 2001 et à 35 % en 2009. La contribution au PIB a subi la plus forte baisse à l'Île-du-Prince-Édouard, où elle est passée de 33 % en 2001 à 26 % en 2010.

La figure 9 montre la contribution au PIB selon la taille de l'entreprise pour une seule année, 2005, en utilisant une méthode différente. Dans une étude récente, Statistique Canada a constaté que les petites entreprises, à savoir celles qui comptent entre 1 et 100 employés, contribuaient pour environ 42 % au PIB du secteur privé, par rapport à environ 54 % pour les PME, à savoir celles qui comptent entre 1 et 499 employés (voir la figure 9.1). Selon les estimations d'Industrie Canada, quand on tient compte des secteurs public et privé, les petites entreprises du secteur privé contribuent pour environ 31 % au PIB, comparativement à 9 % pour les moyennes entreprises (voir la figure 9.2).

Figure 9 : Contribution au PIB selon la taille de l'entreprise, secteurs public et privé, 2005

Figure 9.1 : Secteur privé (la description détaillée se trouve sous l'image) Figure 9.2 : Secteurs public et privé (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Les petites, moyennes et grandes entreprises dans l'économie canadienne : mesure de leur contribution au produit intérieur brut en 2005, juin 2011; calculs d'Industrie Canada.
Description de la figure 9
Figure 9 : Contribution au PIB selon la taille de l'entreprise, secteurs public et privé, 2005
Secteurs public et privé Secteur privé
Public 25
Petites 31,4 41,9
Moyennes 9,3 12,4
Grandes 34,3 45,7

Qu'entend-on par « travailleur indépendant »?

Qu'entend-on par « travailleur indépendant »?

Les travailleurs indépendants sont des personnes qui tirent directement leur revenu de l'exploitation de leur entreprise ou de l'exercice de leur métier ou de leur profession, au lieu de recevoir un salaire d'un employeur. Selon la définition de Statistique Canada, la catégorie des travailleurs indépendants comprend les propriétaires actifs d'une entreprise constituée ou non en société, les personnes travaillant à leur compte sans avoir d'entreprise, ainsi que les travailleurs au service d'une entreprise familiale qui ne leur verse pas de salaire.

http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02723.html#q10

Combien y a-t-il de travailleurs indépendants?

Combien y a-t-il de travailleurs indépendants?

En 2011, on comptait 2,67 millions de travailleurs indépendants, soit environ 15,4 % des travailleurs occupant un emploi dans l'économie canadienne (voir le tableau 10). Leur nombre a atteint 2,70 millions au troisième trimestre de 2010, puis a baissé pour s'établir à 2,62 millions au premier trimestre de 2012. Au cours des dix dernières années, le nombre de travailleurs indépendants a augmenté de 17 %, tandis que le taux de croissance de la main-d'œuvre globale était de 15 %. Un peu plus du tiers des travailleurs indépendants sont des femmes. La proportion de travailleuses indépendantes a augmenté de façon assez régulière entre 1976 et 1998, passant de 26 % à 36 %, et elle se maintient autour de 35 % depuis 1999.

Tableau 10 : Nombre total de travailleurs indépendants (en milliers) selon le sexe, l'année et le trimestre, de 2001 à 2012 Référence de la note 1, 2 du tableau 10
Année et trimestre Nombre total de travailleurs indépendants Travail indépendant en % de l'emploi total Travailleurs indépendants du sexe masculin % du total Travailleuses indépendantes % du total
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Note 1 : Il est possible que la somme des colonnes des travailleurs indépendants du sexe masculin et des travailleuses indépendantes ne soit pas égale au total, car les chiffres ont été arrondis.
Note 2 : Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont attribuables aux révisions des données de l'Enquête sur la population active.
2001 2 276,7 15,2 1 503,3 66 773,4 34
2002 2 314,5 15,1 1 499,7 65 814,7 35
2003 2 401,8 15,3 1 571,1 65 830,7 35
2004 2 453,4 15,4 1 614,5 66 838,9 34
2005 2 511,6 15,5 1 645,6 66 866,0 34
2006 2 498,0 15,2 1 621,4 65 876,6 35
2007 2 615,0 15,5 1 703,2 65 911,9 35
2008 2 629,6 15,4 1 719,7 65 909,9 35
2009 2 701,7 16,0 1 742,3 64 959,4 36
2010 2 669,8 15,7 1 736,3 65 933,5 35
2011 2 670,4 15,4 1 719,7 64 950,8 36
2008 T1 2 592,6 15,4 1 703,4 66 889,2 34
T2 2 622,5 15,2 1 705,1 65 917,4 35
T3 2 646,4 15,3 1 742,7 66 903,7 34
T4 2 657,0 15,5 1 727,7 65 929,4 35
2009 T1 2 632,5 15,9 1 710,9 65 921,6 35
T2 2 685,3 15,9 1 730,7 64 954,6 36
T3 2 743,0 16,1 1 768,3 64 974,7 36
T4 2 746,0 16,3 1 759,3 64 986,8 36
2010 T1 2 674,3 16,1 1 718,6 64 955,7 36
T2 2 672,9 15,6 1 739,3 65 933,5 35
T3 2 701,5 15,6 1 765,5 65 936,0 35
T4 2 647,9 15,5 1 733,2 65 914,7 35
2011 T1 2 634,6 15,6 1 707,1 65 927,4 35
T2 2 689,5 15,4 1 734,1 64 955,3 36
T3 2 689,0 15,3 1 721,6 64 967,3 36
T4 2 668,7 15,4 1 715,8 64 953,0 36
2012 T1 2 622,0 15,4 1 693,7 65 928,3 35

Le tableau 11 répartit les travailleurs indépendants en cinq catégories pour la période allant de 2001 à 2011. En moyenne, en 2011, 68,0 % des 2,67 millions de travailleurs indépendants n'avaient aucune aide rémunérée, 31,3 % avaient une aide rémunérée et 0,8 % étaient des travailleurs familiaux non rémunérés. Il est possible d'établir des sous-catégories de travailleurs indépendants selon que leur entrepriseNote de bas de page 8 est constituée en société ou non. Parmi les travailleurs indépendants sans aide rémunérée, 1,3 million ou 73 % avaient une entreprise non constituée en société en 2011. Cette catégorie regroupe près de la moitié des travailleurs indépendants du Canada. Dans la catégorie des travailleurs indépendants ayant une aide rémunérée, 73 % avaient une entreprise constituée en société. Par conséquent, ces derniers privilégient la constitution en société, alors que la plupart des travailleurs indépendants n'ayant pas d'aide rémunérée avaient en grande partie des entreprises non constituées en société.

Tableau 11 : Nombre annuel moyen de travailleurs indépendants (en milliers) selon la catégorie d'entreprise, de 2001 à 2011 et taux de croissance annuel moyen (en pourcentage), de 1981 à 2011 Référence de la note 1 du tableau 11
Année Total Avec aide rémunérée Sans aide rémunérée Travailleurs familiaux non rémunérés
Total Entreprises constituées en société Entreprises non constituées en société Total Entreprises constituées en société Entreprises non constituées en société
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Note 1 : Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont attribuables aux révisions des données de l'Enquête sur la population active.
2001 2 276,7 787,1 495,3 291,8 1 457,2 304,2 1 153,0 32,4
2002 2 314,4 781,1 497,2 283,9 1 500,8 323,2 1 177,6 32,5
2003 2 401,8 796,2 513,1 283,1 1 571,6 355,3 1 216,3 34,0
2004 2 453,5 835,3 559,4 275,9 1 588,5 384,6 1 203,9 29,7
2005 2 511,5 863,8 590,4 273,4 1 622,1 400,3 1 221,8 25,6
2006 2 498,1 847,9 584,9 263,0 1 621,9 407,9 1 214,0 28,3
2007 2 615,0 855,5 594,8 260,7 1 734,2 448,7 1 285,5 25,3
2008 2 629,7 861,3 603,8 257,5 1 743,1 469,1 1 274,0 25,3
2009 2 701,6 850,6 612,2 238,4 1 829,6 485,2 1 344,4 21,4
2010 2 669,7 841,2 607,7 233,5 1 811,4 490,4 1 321,0 17,1
2011 2 670,4 835,1 612,9 222,2 1 814,7 498,0 1 316,7 20,6
Taux de croissance annuel moyen, de 1981 à 2011
1981-1991 2,6 % 3,2 % 3,6 % 2,6 % 3,1 % 6,7 % 2,6 % −5,4 %
1991-2001 1,7 % −0,5 % −0,1 % −1,2 % 3,5 % 7,8 % 2,6 % −6,1 %
2001-2011 1,5 % 0,5 % 2,0 % −2,4 % 2,0 % 4,6 % 1,2 % −4,0 %
1981-2011 2,0 % 1,1 % 1,9 % −0,4 % 3,0 % 6,8 % 2,3 % −5,5 %

Au cours des dix dernières années, le nombre de travailleurs indépendants ayant une entreprise constituée en société a augmenté au rythme de 2,9 % par an en moyenne (données non présentées), comparativement à 1,5 % pour l'ensemble des travailleurs indépendants. Toutefois, on a observé un écart marqué au chapitre de la croissance des entreprises constituées en société selon qu'elles avaient ou non une aide rémunérée : celles ayant une aide rémunérée ont affiché en moyenne une croissance de 2 % par an entre 2001 et 2011, alors que celles sans aide rémunérée ont enregistré une croissance rapide durant cette période, progressant en moyenne de 4,6 % par an.

Comme le montre le tableau 11, le nombre total de travailleurs indépendants au Canada a augmenté au taux annuel de 2 % entre 1981 et 2011 mais, comme le montre la figure 10, les différentes catégories de travailleurs indépendants ont enregistré un taux de croissance légèrement différent au cours de cette période. Par exemple, au cours des deux dernières décennies, on a observé une croissance négative dans la catégorie des travailleurs indépendants ayant une entreprise non constituée en société avec aide rémunérée. Pour ce groupe, la croissance moyenne annuelle pour l'ensemble de la période était de −0,4 %. La croissance la plus forte pour les travailleurs indépendants sans aide rémunérée a été enregistrée entre 1991 et 2001 (3,5 %). Pour ceux ayant une aide rémunérée, la croissance la plus marquée s'est produite entre 1981 et 1991 (3,2 %).

Figure 10 : Travailleurs indépendants (en milliers), selon la catégorie d'entreprise, de 1981 à 2011

Figure 10 : Travailleurs indépendants (en milliers), selon la catégorie d'entreprise, de 1981 à 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Description de la figure 10
Figure 10 : Travailleurs indépendants (en milliers), selon la catégorie d'entreprise, de 1981 à 2011
Année Non constituée en société, sans aide rémunérée Constituée en société, avec aide rémunérée Non constituée en société, avec aide rémunérée Constituée en société, sans aide rémunérée Travailleurs familiaux non rémunérés
1981 337,7 251,2 65,2 651,5 119,6
1982 354,2 276,5 75,8 662,1 114,6
1983 369,1 296,1 79,1 686,6 112,2
1984 359,6 286,5 79,7 739,3 104,6
1985 404,0 333,7 82,7 793,5 112,1
1986 407,1 322,7 91,3 755,0 98,1
1987 419,7 315,7 99,1 772,0 92,6
1988 467,0 314,8 101,1 812,0 79,1
1989 468,1 326,2 112,2 822,2 71,5
1990 476,4 321,1 120,5 851,4 67,3
1991 500,2 332,5 133,4 865,1 64,6
1992 495,7 321,2 142,2 902,2 66,1
1993 502,9 321,9 144,3 968,6 73,4
1994 467,5 334,1 158,0 1 011,9 57,0
1995 507,1 316,4 169,8 1 032,9 56,9
1996 491,9 320,4 190,8 1 112,4 56,1
1997 528,9 287,7 252,5 1 215,9 64,4
1998 508,9 296,3 247,6 1 293,6 59,3
1999 532,9 292,6 276,8 1 285,9 44,8
2000 519,8 295,8 292,0 1 224,5 41,6
2001 495,3 291,8 304,2 1 153,0 32,4
2002 497,2 283,9 323,2 1 177,6 32,5
2003 513,1 283,1 355,3 1 216,3 34,0
2004 559,4 275,9 384,6 1 203,9 29,7
2005 590,4 273,4 400,3 1 221,8 25,6
2006 584,9 263,0 407,9 1 214,0 28,3
2007 594,8 260,7 448,7 1 285,5 25,3
2008 603,8 257,5 469,1 1 274,0 25,3
2009 612,2 238,4 485,2 1 344,4 21,4
2010 607,7 233,5 490,4 1 321,0 17,1
2011 612,9 222,2 498,0 1 316,7 20,6

La catégorie des travailleurs indépendants possédant une entreprise constituée en société sans aide rémunérée a affiché le taux de croissance le plus élevé entre 1981 et 2011, soit 6,8 %. Les entreprises non constituées en société sans aide rémunérée et les entreprises constituées en société avec aide rémunérée ont quant à elles affiché un taux de croissance de 2,3 % et de 1,9 % respectivement.

Trois catégories ont enregistré des taux de croissance inférieurs à la moyenne de 2 %, ce qui signifie que leur importance relative parmi les travailleurs indépendants a diminué. Il s'agissait des travailleurs indépendants possédant une entreprise constituée en société avec aide rémunérée (1,9 %), les entreprises non constituées en société avec aide rémunérée (−0,4 %) et les travailleurs familiaux non rémunérés (−5,5 %).

http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02724.html#q11

Dans quelle mesure le travail indépendant contribue-t-il à la création d'emplois?

Dans quelle mesure le travail indépendant contribue-t-il à la création d'emplois?

En général, la tendance à la hausse du travail indépendant a soutenu la croissance de l'emploi global. La contribution positive à la croissance nette de l'emploi dans le secteur privé a varié entre 13 % et 40 % par an entre 2001 et 2011 (voir le tableau 12)Note de bas de page 9. Le nombre de travailleurs indépendants a chuté en 2010; il s'agit de la cinquième fois seulement que leur nombre a diminué entre 1981 et 2011 (voir la figure 11). Les quatre autres années étaient 1986, 2000, 2001 et 2006. En 1982, en 1991, en 1992 et en 2009, le travail indépendant a progressé, tandis que l'emploi global enregistrait une croissance négative en raison des récessions économiques. Fait intéressant, c'est à la fin de ces récessions, soit en 1983 et en 1993, que l'on a observé les deux augmentations les plus importantes du nombre de travailleurs indépendants en proportion de la variation totale de l'emploi dans le secteur privé (167 % en 1983 et 125 % en 1993).

Tableau 12 : Variation nette totale de l'emploi chez les employés du secteur privé et les travailleurs indépendants, sur 12 mois, de 2001 à 2011 Référence de la note 1, 2, 3 du tableau 12
Année Variation nette totale de l'emploi dans le secteur privé
(en milliers)
Employés du secteur privé Travailleurs indépendants
Variation nette
(en milliers)
% de la variation totale de l'emploi dans le secteur privé Variation nette
(en milliers)
% de la variation totale de l'emploi dans le secteur privé
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Note 1 : (−) indique une contribution négative à la variation nette totale de l'emploi.
Note 2 : Il est possible que la somme des colonnes « variation nette » ne soit pas égale à la « variation nette totale », car les chiffres ont été arrondis.
Note 3 : Les écarts entre ces données et celles publiées dans les éditions précédentes de Principales statistiques relatives aux petites entreprises sont attribuables aux révisions des données de l'Enquête sur la population active..
2001 138,3 235,4 170 −97,1 −70
2002 298,9 261,1 87 37,8 13
2003 315,0 227,6 72 87,3 28
2004 186,2 134,7 72 51,5 28
2005 144,1 85,9 60 58,2 40
2006 240,0 253,6 106 −13,6 −6
2007 297,3 180,2 61 117,1 39
2008 117,7 103,1 88 14,6 12
2009 −264,6 −336,6 127 72,1 −27
2010 92,9 124,9 134 −31,9 −34
2011 213,2 212,6 100 0,7 0

Figure 11 : Variation nette totale de l'emploi dans le secteur privé et chez les travailleurs indépendants (en milliers), sur 12 mois, de 1981 à 2011

Figure 11 : Variation nette totale de l'emploi dans le secteur privé et chez les travailleurs indépendants (en milliers), sur 12 mois, de 1981 à 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Description de la figure 11
Figure 11 : Variation nette totale de l'emploi dans le secteur privé et chez les travailleurs indépendants (en milliers), sur 12 mois, de 1981 à 2011
Année Variation nette totale de l'emploi dans le secteur privé Variation nette de l'emploi chez les travailleurs indépendants
1981 278,1 61,6
1982 -344,2 58,0
1983 35,9 59,9
1984 270,8 26,5
1985 311,9 156,4
1986 344,5 −51,9
1987 291,4 24,9
1988 321,4 75,0
1989 261,1 26,2
1990 42,8 36,3
1991 −256,5 59,2
1992 −161,1 31,7
1993 66,7 83,6
1994 282,9 17,3
1995 279,3 54,7
1996 169,2 88,5
1997 340,8 177,9
1998 350,9 56,3
1999 299,8 27,3
2000 258,8 −59,2
2001 138,3 −97,1
2002 298,9 37,8
2003 315,0 87,3
2004 186,2 51,5
2005 144,1 58,2
2006 240,0 −13,6
2007 297,3 117,1
2008 117,7 14,6
2009 −264,6 72,1
2010 92,9 −31,9
2011 213,2 0,7
http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02725.html#q12

Les travailleurs indépendants consacrent-ils davantage d'heures à leur travail que les employés?

Les travailleurs indépendants consacrent-ils davantage d'heures à leur travail que les employés?

Les données montrent clairement que les travailleurs indépendants consacrent davantage d'heures à leur travail que les employés, et ce, depuis au moins 1991. En 2011, les travailleurs indépendants ont consacré en moyenne 39,5 heures par semaine à leur travail, comparativement à 35,3 heures pour les employés. L'écart entre les deux groupes est encore plus marqué si l'on observe les personnes qui ont généralement travaillé plus de 50 heures par semaine en 2011 : 30,3 % pour les travailleurs indépendants comparativement à moins de 4,1 % pour les employés (voir la figure 12).

Figure 12 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles des employés et des travailleurs indépendants, en pourcentage, 1991, 2001 et 2011

Figure 12 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles des employés et des travailleurs indépendants, 1991, 2001 et 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Description de la figure 12
Figure 12 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles des employés et des travailleurs indépendants, en pourcentage, 1991, 2001 et 2011
< 30 heures 30-39 heures 40 heures 41-49 heures 50 heures ou plus
1991 Employés 17,9 27,0 42,0 6,1 7,0
2001 Employés 17,8 30,6 40,5 6,1 5,0
2011 Employés 18,4 32,1 40,1 5,3 4,1
1991 Travailleurs indépendants 19,6 11,5 24,2 6,9 37,7
2001 Travailleurs indépendants 19,9 14,3 22,9 8,0 34,9
2011 Travailleurs indépendants 23,0 16,9 21,7 8,0 30,3

En ce qui concerne les personnes travaillant à temps partiel (moins de 30 heures par semaine), la proportion observée chez les travailleurs indépendants est différente de celle observée chez les employés en 2011 : 23,0 % pour les travailleurs indépendants et 18,4 % pour les employés. Ces écarts entre les travailleurs indépendants et les employés ont persisté tout au long de la période allant de 1991 à 2011, mais la tendance des travailleurs indépendants à travailler plus de 50 heures par semaine a légèrement diminué depuis 2001. De plus, on observe un léger changement dans la proportion des personnes qui travaillent à temps partiel, tant du côté des travailleurs indépendants que des employés.

Comme l'illustre la figure 13, il existe également d'importantes différences entre les hommes et les femmes sur le plan des heures de travail hebdomadaires habituelles : les hommes sont plus susceptibles de consacrer de nombreuses heures à leur travail, alors que les femmes sont plus susceptibles de travailler à temps partiel. En moyenne, les travailleurs indépendants du sexe masculin ont travaillé 43,1 heures par semaine en 2011, comparativement à seulement 33,1 heures pour leurs homologues du sexe féminin. En outre, 36,6 % des travailleurs indépendants du sexe masculin ont travaillé plus de 50 heures en 2011, comparativement à seulement 19,1 % des travailleuses indépendantes. On observe la même tendance chez les employés, mais à des niveaux nettement moins élevés : 6,5 % des hommes ont travaillé plus de 50 heures par semaine en 2011, comparativement à seulement 1,6 % des femmes.

Figure 13 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles, selon la catégorie de travailleurs et le sexe, en pourcentage, 2011

Figure 13 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles, selon la catégorie de travailleurs et le sexe, en pourcentage, 2011 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, avril 2012.
Description de al figure 13
Figure 13 : Répartition du nombre d'heures de travail hebdomadaires habituelles, selon la catégorie de travailleurs et le sexe, en pourcentage, 2011
< 30 heures 30–39 heures 40 heures 41–49 heures 50 heures ou plus
Employés 11,5 23,4 50,7 7,9 6,5
Employées 25,4 40,8 29,4 2,7 1,6
Travailleurs indépendants 15,0 15,2 24,2 9,0 36,6
Travailleuses indépendantes 37,5 19,8 17,4 6,2 19,1

Les femmes sont plus susceptibles de travailler à temps partiel, qu'elles soient travailleuses indépendantes ou employées. Parmi les travailleurs indépendants, 37,5 % des femmes travaillaient à temps partiel (moins de 30 heures) en 2011, comparativement à 15,0 % des hommes. Parmi les employés, la proportion de femmes travaillant à temps partiel en 2011 était de 25,4 %, contre 11,5 % pour les hommes.

http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02726.html#q13

Combien y a-t-il de femmes propriétaires parmi les petites entreprises?

Il n'est pas facile de déterminer avec précision le nombre d'entrepreneurs au Canada, et encore moins celui de femmes entrepreneures. Toutefois, on peut estimer ce nombre grâce aux données disponibles sur le travail indépendant et la propriété des entreprises.

D'après l'Enquête sur la population active de Statistique Canada, il y avait 950 000 travailleuses indépendantes au pays en 2011, soit environ le tiers des personnes travaillant à leur compte. (Les travailleurs indépendants ne s'identifient pas tous comme des entrepreneurs, mais le nombre de travailleuses indépendantes indique le maximum possible de femmes entrepreneuresNote de bas de page 10.) Entre 2001 et 2011, le nombre de travailleuses indépendantes a augmenté de 23 %, comparativement à une croissance de 14 % chez leurs homologues de sexe masculin.

On peut aussi déterminer le nombre d'entrepreneurs d'après les chiffres sur la propriété des entreprises. L'Enquête sur les conditions de crédit de 2010 d'Industrie Canada distingue trois types de propriété en fonction du sexe, selon que les entreprises appartiennent en majorité à des femmes, à parts égales à des hommes et à des femmes et en majorité à des hommes.

Parmi les petites entreprises avec employés (celles qui comptent entre 1 et 99 employés), 9,3 % appartenaient à parts égales à des hommes et à des femmes et 17,1 % étaient détenues majoritairement par des femmes. La proportion de la participation féminine varie d'une industrie à l'autre, mais il est clair que dans toutes les industries, le pourcentage d'entreprises appartenant à des femmes est moins élevé que celui des entreprises détenues majoritairement par des hommes (voir la figure 14).

Figure 14 : Participation à la propriété des entreprises, selon le sexe et l'industrie, 2010

Figure 14 : Participation à la propriété des entreprises, selon le sexe et l'industrie, 2010 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Industrie Canada, Enquête sur les conditions de crédit, 2010.
Description de la figure 14
Figure 14 : Participation à la propriété des entreprises, selon le sexe et l'industrie, 2010
Industrie Participation majoritaire féminine Participation égale Participation majoritaire masculine
Total pour l'ensemble des secteurs 17,1 % 9,3 % 73,6 %
Agriculture et industrie primaire 9,3 % 15,6 % 75,1 %
Fabrication 13,2 % 8,1 % 78,7 %
Commerce de gros et de détail 21,0 % 7,0 % 72,1 %
Services professionnels 20,9 % 9,2 % 70,0 %
Hébergement et restauration 24,6 % 10,9 % 64,6 %
Autres 13,8 % 9,8 % 76,4 %

Le secteur de l'hébergement et des services de restauration compte la proportion la plus élevée d'entreprises détenues majoritairement par des femmes, soit 25 %, alors que les petites entreprises des industries agricoles et primaires enregistrent la proportion la plus faible, avec seulement 9 %. Les services professionnels et la vente de gros et de détail représentaient 21 % des entreprises détenues majoritairement par des femmes, par rapport à 13 % pour le secteur manufacturier.

Le tableau 13 présente le degré de participation des femmes à la propriété des entreprises, par région. En 2010, les petites entreprises appartenant majoritairement à des femmes représentaient 19 % de l'ensemble des petites entreprises du Québec et 18 % des petites entreprises des provinces de l'Atlantique. Les petites entreprises détenues majoritairement par des femmes en Ontario représentaient 17 % de l'ensemble des petites entreprises de cette région, comparativement à 15 % dans les Prairies et en Colombie-Britannique. Bien que la Colombie-Britannique soit l'une des régions comptant le pourcentage le plus bas d'entreprises détenues majoritairement par des femmes, elle enregistrait le pourcentage le plus élevé d'entreprises appartenant à parts égales à des femmes et des hommes (13 %).

Tableau 13 : Participation à la propriété des entreprises, selon le sexe et la région, 2010
Région Degré de participation des femmes à la propriété des entreprises (en pourcentage)
<50 % 50 % >50 %
Source : Industrie Canada, Enquête sur les conditions de crédit, 2010.
Note 1 : Les tirets indiquent que les estimations ont été supprimées pour des raisons de confidentialité.
Provinces de l'Atlantique 75 8 18
Québec 74 7 19
Ontario 75 8 17
Prairies 73 12 15
Colombie-Britannique 72 13 15
Territoires Référence de la note 1 du tableau 13

Quelle est la contribution des petites entreprises aux exportations canadiennes?

L'exportation joue un rôle essentiel dans l'économie canadienne; elle a représenté près de 40 % du produit intérieur brut (PIB) ces dernières années, sauf en 2009 et 2010. Pendant ces deux années, en effet, les exportations de biens et de services n'ont représenté que 30 % du PIB, ce qui est probablement attribuable à la récession mondiale et à la valeur élevée du dollar canadien. Les exportations peuvent être un moteur de la croissance économique, et on observe une forte corrélation entre les exportations et la croissance du PIB réel. En outre, l'exportation peut offrir à l'entreprise un moyen de croissance stratégiquement important en élargissant son marché au-delà des frontières du marché intérieur relativement petit du Canada.

Le tableau 14 montre la répartition de la valeur des exportations selon l'industrie et la taille de l'entreprise en 2010. En 2010, la valeur totale des exportations de marchandises par les entreprises canadiennes a été de l'ordre de 326 milliards de dollarsNote de bas de page 11. Cette somme représente une hausse d'environ 26 milliards de dollars (9 %) comparativement à 2009. En 2009, on a observé un fléchissement de la demande à l'égard des biens canadiens, et d'autres répercussions de la récession mondiale ont fait de 2009 une année particulièrement difficile pour les exportations. Même si la valeur des exportations n'a pas atteint les niveaux d'avant la récession, elle a augmenté en 2010.

Tableau 14 : Répartition de la valeur totale des exportations de marchandises, selon l'industrie et la taille de l'entreprise (nombre d'employés), 2010
Groupe d'industries (SCIAN) Valeur totale Référence de la note 1 du tableau 14
(en millions de dollars)
Taille de l'entreprise commerciale – Nombre d'employés (% du total)
Total
(toutes les tailles d'entreprises)
Petites
(<100)
Moyennes
(100-499)
Grandes
(500+)
Source : Statistique Canada, Registre des exportateurs, 2010.
Note 1 : Certaines valeurs n'ont pas été classées selon la taille de l'entreprise pour des raisons de confidentialité. Par conséquent, les totaux sont calculés comme suit :
A : Valeur totale des exportations (catégories des petites, moyennes et grandes entreprises)
B : Valeur totale des exportations (catégories des petites, moyennes et grandes entreprises et des entreprises confidentielles)
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 2 922 0,9 75,4 15,4 9,1
Exploitation minière et extraction de pétrole ou de gaz ainsi que services publics A : 49 206
B : 52 844
15,7 4,1 6,6 89,3
Construction 1 871 0,6 84,3 13,5 2,2
Fabrication A : 165 300
B : 174 154
52,7 11,5 23,1 65,4
Commerce de gros 33 235 10,6 70,7 12,5 16,8
Commerce de détail 2 197 0,7 80,5 2,2 17,3
Transport et entreposage 8 534 2,7 83,0 2,7 14,3
Industrie de l'information et industrie culturelle 570 0,2 55,0 35,8 9,2
Finance et assurances 18 260 5,8 35,9 3,9 60,3
Services commerciaux 26 710 8,5 35,3 13,1 51,6
Autres 4 854 1,5 72,1 14,6 13,3
Ensemble de ces industries – Total A : 313 658
B : 326 150
100,0 24,5 16,5 59,0
Nombre total d'entreprises Petites
(<100)
Moyennes
(100–499)
Grandes
(500+)
Exportations – ensemble de l'industrie A : 34 391
B : 36 185
86,1 10,6 3,4

En 2010, environ 86 % des exportateurs canadiens étaient de petites entreprises, comparativement à 85 % en 2008 et à 87 % en 1999. Qui plus est, 77 milliards de dollars (25 %) de la valeur totale des exportations en 2010 étaient attribuables aux petites entreprises, soit une valeur moyenne de 3 millions par entreprise.

En 2010, les entreprises de taille moyenne représentaient 52 milliards de dollars (17 %) de la valeur totale des exportations, soit une valeur moyenne de 14 millions par entreprise, tandis que les grandes entreprises représentaient 185 milliards de dollars (59 %) de la valeur totale des exportations, soit une valeur moyenne de 158 millions par entreprise.

La proportion de petites entreprises qui exportent (1,3 %)Note de bas de page 12 est inférieure à la proportion de petites entreprises exerçant leur activité dans l'économie générale (98 %). On comptait en 2010 environ 30 000 petites entreprises exportatrices. Cette même année, 19 % des entreprises de taille moyenne et 43 % des grandes entreprises ont exporté.

Dans le secteur de la fabrication, l'industrie qui exporte le plus, les petites entreprises sont responsables d'environ 12 % de l'ensemble des exportations, comparativement à 65 % pour les grandes entreprises. Dans les industries dont la contribution à la valeur totale des exportations est relativement faible, les petites entreprises sont celles qui ont fait la plus grande contribution aux exportations. Les contributions les plus importantes ont été faites dans la construction (84,3 %), le transport et l'entreposage (83,0 %) et la vente de détail (80,5 %).

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les exportations des petites entreprises, veuillez consulter Les petites entreprises exportatrices canadiennes – Édition spéciale : Principales statistiques relatives aux petites entreprises (juin 2011).

Date de modification :