Sélection de la langue

Recherche

Archivé — Premier trimestre de 2013

Cette publication par la Direction générale de la petite entreprise fournit de l'information à jour sur l'industrie du capital de risque au Canada. La série fait état des tendances au chapitre de l'investissement, rend compte de la recherche d'actualité et examine les principales grappes technologiques où il y a investissement.


Introduction

Le présent numéro traite des activités observées au cours du premier trimestre de 2013 en matière d'investissements en capital de risque et de mobilisation de fonds au Canada. Il décrit également les récentes activités du gouvernement fédéral sur le marché du capital de risque.

Aperçu des activités en matière de capital de risque

Investissement et mobilisation de fonds

Croissance des investissements d'une année à l'autre au cours du premier trimestre (T1) de 2013

Le marché du capital de risque au Canada a connu une croissance importante d'une année à l'autre au cours du premier trimestre (T1) de 2013, comme en témoignent les 460 millions de dollars investis dans 138 entreprises entre janvier et mars. Ces chiffres représentent une hausse de 55 % par rapport aux 297 millions de dollars investis dans des entreprises canadiennes au cours du T1 de 2012 (tableau 1). Les niveaux de décaissement au T1 de 2013 ont augmenté de 38 % par rapport au T4 de 2012 où 334 millions de dollars ont été investis dans des entreprises canadiennes (figure 1). La croissance a surtout eu lieu dans le secteur des technologies énergétiques et environnementales qui a attiré 180 millions de dollars au cours du T1 de 2013, surpassant les 144 millions de dollars investis dans le secteur pour l'ensemble de 2012. En outre, près de la moitié des décaissements réalisés au cours du trimestre visaient des entreprises établies au Québec.

Tableau 1 : Investissement en capital de risque et mobilisation de fonds, premiers trimestres de 2012 et de 2013
T1 de 2012 T1 de 2013 Variation en %
(en millions de dollars)
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Investissement 297 460 55
Mobilisation de fonds 676 381 −44

Figure 1 : Investissement en capital de risque par trimestre, de 2011 à 2013

Figure 1 : Investissement en capital de risque par trimestre, de 2011 à 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 1
Figure 1 : Investissement en capital de risque par trimestre, de 2011 à 2013
Trimestre 2011 2012 2013
(en millions de dollars)
T1 376 297 460
T2 374 487
T3 385 347
T4 377 334
Total 1 512 1 465 460

En revanche, les activités canadiennes de mobilisation de fonds ont chuté durant le premier trimestre de 2013, représentant un recul par rapport aux activités enregistrées il y a un an au cours d'un seul trimestre, en raison de la clôture d'un nombre important de fonds. Cette fois, les nouveaux capitaux engagés dans une douzaine de fonds canadiens ont atteint 381 millions de dollars, ce qui représente une baisse d'environ 44 % par rapport aux 676 millions de dollars engagés dans des fonds au cours de la même période en 2012 (tableau 1).

Valeur des transactions

Augmentation du nombre de transactions de valeur moyenne au cours du T1 de 2013, comparativement au T1 de 2012

Au cours du T1 de 2013, 18 investissements supplémentaires ont été réalisés par rapport à la même période en 2012. L'augmentation du nombre de transactions réalisées au cours du trimestre visé est entièrement attribuable aux transactions dont la valeur se situe entre 1 million et 4,9 millions de dollars. Les niveaux des transactions de moins de 1 million de dollars et de celles de plus de 5 millions de dollars sont pour leur part restés les mêmes au T1 de 2013 par rapport au T1 de 2012 (figure 2). La valeur moyenne des transactions durant le trimestre se chiffrait à 3,3 millions de dollars par transaction, soit une hausse par rapport à la moyenne de 2,4 millions de dollars au T1 de 2012. Plusieurs transactions importantes en matière de capital de risque, réalisées entre janvier et mars, témoignent de cette tendance, notamment les financements d'AppNeta Inc. à Vancouver, de Distech Controls Inc. à Boucherville, au Québec, et de Keek Inc. à Toronto.

Figure 2 : Répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, premiers trimestres de 2012 et de 2013

Figure 2 : Répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 2
Figure 2 : Répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Valeur des transactions T1 de 2012 T1 de 2013
(Nombre de transactions)
Moins de 1 M$ 61 61
De 1 M$ à 4,9 M$ 34 52
5 M$ et plus 25 25

Étapes du développement

Hausse de la valeur des investissements dans les entreprises qui sont aux autres étapes préliminaires et aux étapes ultérieures de leur développement

Les investissements dans les entreprises en prédémarrage et en démarrage ont connu une baisse au cours du T1 de 2013, passant de 40 à 24 millions de dollars, alors que les investissements dans les entreprises se trouvant aux autres étapes de leur développement ont connu une hausse (figure 3). Les entreprises aux autres étapes préliminaires de leur développement ont attiré 86 millions de dollars, soit une hausse par rapport aux 51 millions de dollars investis au cours de la même période l'an dernier. Les entreprises aux étapes ultérieures de leur développement ont attiré, pour leur part, 350 millions de dollars, comparativement à seulement 206 millions de dollars au T1 de 2012. Les entreprises oeuvrant dans le secteur des technologies énergétiques et environnementales étaient les principaux bénéficiaires des investissements réalisés dans les entreprises se trouvant aux étapes ultérieures de leur développement, ce secteur attirant environ la moitié des 350 millions de dollars investis dans les entreprises situées aux étapes ultérieures de leur développement.

Figure 3: Investissements en capital de risque selon l'étape du développement, premiers trimestres de 2012 et de 2013

Figure 3: Investissements en capital de risque selon l'étape du développement, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 3
Figure 3: Investissements en capital de risque selon l'étape du développement, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Étape du développement T1 de 2012 T1 de 2013
(en millions de dollars)
Prédémarrage et démarrage 40 24
Autres étapes préliminaires 51 86
Étapes ultérieures 206 350

Nouveaux investissements et investissements subséquents

Augmentation des nouveaux investissements au cours du T1 de 2013

Des 138 transactions réalisées au cours du trimestre, 72 constituaient de nouveaux investissements dans des entreprises et 66, des investissements subséquents (tableau 2). Les 72 nouvelles transactions réalisées au cours du T1 de 2013, dont un peu plus de la moitié visaient des entreprises se trouvant aux étapes ultérieures de leur développement, avaient une valeur de 110 millions de dollars. Malgré la croissance des nouvelles transactions aux étapes ultérieures de développement, seulement 19 entreprises en prédémarrage et en démarrage ont attiré un financement durant le premier trimestre de 2013, ce qui représente une baisse notable par rapport aux quatre derniers trimestres.

Tableau 2 : Nombre d'entreprises qui ont bénéficié de nouveaux investissements et d'investissements subséquents, du premier trimestre de 2012 au premier trimestre de 2013
Total des investissements T1 de 2012 T2 de 2012 T3 de 2012 T4 de 2012 T1 de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Nouveaux Prédémarrage et démarrage 21 26 24 33 19
Autres étapes préliminaires 6 17 2 8 15
Étapes ultérieures 18 32 8 24 38
Toutes les étapes 45 75 34 65 72
Subséquents Prédémarrage et démarrage 11 15 9 10 5
Autres étapes préliminaires 22 20 4 15 11
Étapes ultérieures 39 49 39 40 50
Toutes les étapes 72 84 52 65 66
Total 117 159 86 130 138

D'année en année, les investissements subséquents sont restés relativement stables avec 66 transactions (d'une valeur de 350 millions de dollars) réalisées au cours du trimestre comparativement à 72 transactions au cours de la même période l'an dernier. Comme il fallait s'y attendre, la plupart des investissements subséquents visaient des entreprises situées aux étapes ultérieures de leur développement, ces entreprises ayant attiré un total de 279 millions de dollars ou 61 % de l'ensemble des fonds en capital de risque investis durant le trimestre.

Type d'investisseur

Augmentation des investissements parmi les investisseurs canadiens les plus actifs sur le marché du capital de risque

Parmi tous les types d'investisseurs, à l'exception des investisseurs institutionnels, on a observé une hausse des activités en matière d'investissements au cours du T1 de 2013 par rapport au T1 de 2012 (figure 4). Ensemble, les investisseurs canadiens ont investi un total de 364 millions de dollars au cours de cette période, soit une hausse de 66 % par rapport aux 219 millions de dollars enregistrés durant la même période en 2012. Les fonds gouvernementaux, les fonds indépendants privés, les fonds des sociétés à capital de risque de travailleurs (SCRT) et d'autres types d'investisseurs canadiens sont ceux qui ont le plus contribué à cette croissance d'une année à l'autre. Les fonds américains et autres fonds étrangers de capital de risque ont investi, quant à eux, un total de 96 millions de dollars dans des entreprises canadiennes au cours du trimestre, ce qui constitue une hausse par rapport aux 78 millions de dollars investis l'année précédente.

Figure 4 : Répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, premiers trimestres de 2012 et de 2013

Figure 4 : Répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 4
Figure 4 : Répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Type d'investisseur T1 de 2012 T1 de 2013
(en millions de dollars)
Autres 49 118
Gouvernement 45 102
Institutionnels 29 26
SCRT/Fonds de détail 32 47
Fonds indépendants privés 65 72
Fonds étrangers 78 96

Mobilisation de fonds

Fort rendement au chapitre de la mobilisation des fonds par les fonds indépendants privés au cours du trimestre

Tel que souligné précédemment, les activités canadiennes en matière de mobilisation de capital de risque ont connu un recul au premier trimestre de 2013 par rapport à l'année précédente. Ce résultat à la baisse était prévisible étant donné que le T1 de 2012 a été l'un des trimestres les plus solides au chapitre de la mobilisation de fonds indépendants privés depuis près d'une décennie. Cette fois, les nouveaux capitaux engagés dans une douzaine de fonds canadiens ont atteint un total respectable de 381 millions de dollars, établissant un bon rythme pour la mobilisation de fonds tout au long de l'année.

Entre janvier et mars, les nouveaux partenariats et les autres fonds privés ont continué de figurer en tête de liste au chapitre des activités en matière de mobilisation de fonds. Soulignons, entre autres, une clôture de 100 millions de dollars effectuée par Quantum Valley Investment, un nouveau fonds de capital de risque créé par Mike Lazaridis, qui ciblera des possibilités liées à l'information quantique. Il importe également de souligner qu'un montant initial de 10 millions de dollars a été recueilli pour le premier fonds de Mistral Venture Partners. Les nouveaux engagements dans les fonds privés ont totalisé 193 millions de dollars au cours du T1 de 2013, alors que les fonds de détail ont représenté la majorité des autres engagements, soit 176 millions de dollars.

Répartition régionale

Les entreprises du Québec ont attiré près de la moitié de tous les investissements canadiens en capital de risque au cours du T1 de 2013

La hausse des investissements en capital de risque au Canada au cours du T1 de 2013 a surtout touché les entreprises du Québec. En effet, les entreprises établies au Québec ont attiré 227 millions de dollars dans le cadre de 48 transactions conclues au cours du trimestre, ce qui représente plus de quatre fois les 54 millions de dollars engagés au cours du T1 de 2012 (figure 5). Après plusieurs trimestres d'investissements plus faibles que la moyenne dans le marché québécois, il s'agit du trimestre le plus élevé pour les investissements au Québec depuis 2001. Alors que les entreprises établies au Québec ont attiré un cinquième des montants totaux investis au cours du T1 de 2012, elles ont attiré un peu moins de la moitié de l'ensemble des investissements au cours du T1 de 2013.

Figure 5 : Répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, premiers trimestres de 2012 et de 2013

Figure 5 : Répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 5
Figure 5 : Répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Province T1 de 2012 T1 de 2013
(en millions de dollars)
Colombie-Britannique 56 73
Alberta 4 11
Saskatchewan 1 14
Manitoba 9 0
Ontario 158 134
Québec 54 227
Nouveau-Brunswick 1 1
Nouvelle-Écosse 14 2
Île-du-Prince-Édouard 0 0
Terre-Neuve-et-Labrador 0 0
Territoires 0 0

L'autre moitié du total des fonds de capital de risque au Canada a été investie surtout dans des entreprises de l'Ontario et de la Colombie-Britannique, ayant attiré respectivement 134 et 73 millions de dollars. Ces chiffres représentent une légère baisse des investissements d'une année à l'autre dans des entreprises de l'Ontario, où les investissements se chiffrent à 134 millions de dollars par rapport aux 158 millions de dollars investis dans 49 entreprises au cours de la même période l'an dernier (tableau 3). Les entreprises de la Saskatchewan, pour leur part, ont connu une hausse marquée durant le trimestre, ces entreprises ayant reçu 14 millions de dollars au cours du T1 de 2013, comparativement à seulement 1 million de dollars au même trimestre l'an dernier.

Tableau 3 : Nombre d'entreprises recevant du capital de risque par province, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Province T1 de 2012 T1 de 2013 Variation en %
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Colombie-Britannique 16 28 75
Alberta 3 7 133
Saskatchewan 1 4 300
Manitoba 1 0 s.o.
Ontario 49 47 −4
Québec 39 48 23
Nouveau-Brunswick 3 2 −33
Nouvelle-Écosse 7 2 s.o.
Île-du-Prince-Édouard 0 0 s.o.
Terre-Neuve-et-Labrador 1 0 s.o.
Territoires 0 0 s.o.

Répartition selon le secteur d'activité

Forte concentration de la croissance du capital de risque au Canada dans le secteur des technologies énergétiques et environnementales au cours du T1 de 2013

Durant le T1 de 2013, la croissance dans le marché du capital de risque canadien était principalement attribuable au secteur des technologies fondées sur les énergies de remplacement et des technologies propres. En effet, ce secteur était en tête de peloton sur le plan des investissements attirés au cours du trimestre, grâce à des investissements de près de 180 millions de dollars dans 27 entreprises (figure 6). Ce montant a dépassé les 144 millions de dollars investis pour l'ensemble de 2012. Ainsi, les activités réalisées dans le secteur des technologies propres ont compté pour un bon 39 % de l'ensemble du capital de risque investi au cours du T1 de 2013. La plupart de ces investissements (132 millions de dollars) ont été accordés à des entreprises oeuvrant dans le secteur des technologies propres et fondées sur les énergies de remplacement au Québec.

Figure 6 : Investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, premiers trimestres de 2012 et de 2013

Figure 6 : Investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2013.
Description de la figure 6
Figure 6 : Investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, premiers trimestres de 2012 et de 2013
Secteur d'activité T1 de 2012 T1 de 2013
(en millions de dollars)
Sciences de la vie 100 40
Technologies de l'information et des communications 143 151
Technologies énergétiques et environnementales 13 180
Autres technologies 3 7
Secteurs traditionnels 38 83

Entre janvier et mars, une somme totale de 151 millions de dollars a été octroyée à 56 entreprises oeuvrant dans le secteur des technologies de l'information et des communications (TIC), ce qui représente une hausse de 6 % par rapport aux 143 millions de dollars investis au cours de la même période en 2012. Par conséquent, près du tiers de l'ensemble des décaissements réalisés au cours du trimestre visaient les entreprises oeuvrant dans le secteur des TIC. Ce sont les entreprises oeuvrant dans le secteur du réseau Internet et des logiciels et dans celui des semi-conducteurs qui ont profité de la plupart de ces investissements, attirant respectivement 61, 35 et 21 millions de dollars.

En revanche, les transactions réalisées dans les secteurs des produits biopharmaceutiques et des autres sciences de la vie ont chuté durant le premier trimestre de 2013 : 16 entreprises ont attiré un total de 40 millions de dollars en investissements, soit moins de la moitié des 100 millions de dollars investis au premier trimestre de l'année dernière. Par conséquent, les activités réalisées dans le secteur des sciences de la vie n'ont représenté que 9 % du total des activités de capital de risque au cours du T1 de 2013, comparativement à 24 % en 2012.

Activités gouvernementales

Activités de la Banque de développement du Canada

Au cours du T1 de 2013, la Banque de développement du Canada (BDC) a pris des engagements en matière de capital de risque totalisant 21,2 millions de dollars au profit de 20 entreprises (tableau 4). Ces investissements ont totalisé 53,1 millions de dollars si on inclut les contributions des co-investisseurs. En outre, la BDC a investi un total de 20 millions de dollars dans des fonds indépendants privés. Les co-investisseurs ont investi des sommes équivalentes dans ces fonds, pour un total de 148,6 millions de dollars.

Tableau 4 : Activités de la BDC en matière de capital de risque, au premier trimestre de 2013
BDC Co-investisseurs Total Nombre de transactions
(en millions de dollars)
Source : Banque de développement du Canada, 2013.
Prédémarrage et démarrage 8,6 16,1 24,7 12
Développement 6,6 13,0 19,6 4
Étapes ultérieures 6,0 24,0 30,0 4
Total 21,2 53,1 74,3 20

Autres activités gouvernementales

Tel que souligné dans le numéro précédent du Moniteur du capital de risque, le premier ministre a annoncé, en janvier 2013, le Plan d'action pour le capital de risque, dans le cadre duquel le gouvernement du Canada investira 400 millions de dollars dans des fonds de capital de risque. Le budget de 2013, présenté en mars dernier, repose d'ailleurs sur cette promesse. On y propose un investissement de 60 millions de dollars pour favoriser l'expansion des services offerts par les accélérateurs et les incubateurs et un montant supplémentaire de 100 millions de dollars distribués par l'entremise de la BDC, pour établir des partenariats stratégiques avec des accélérateurs d'entreprises et pour effectuer des investissements conjoints dans des entreprises ayant achevé le programme. Dans le budget de 2013, il a également été proposé d'éliminer, d'ici 2017, le crédit d'impôt fédéral relatif à une société à capital de risque de travailleurs (SCRT, également appelée « fonds de capital de risque de détail »). Le gouvernement fédéral consulte actuellement des intervenants à propos d'éventuelles modifications aux règles régissant les SCRT afin de faciliter l'élimination progressive du programme.

Le gouvernement de la Saskatchewan, dans son dernier budget annuel, a annoncé que les SCRT devront consacrer une proportion minimale de leurs portefeuilles au secteur de l'innovation. Cette proportion s'élèvera d'abord à 15 %, pour ensuite passer à 25 %. Le gouvernement de la Saskatchewan a également réduit le montant des capitaux que les SCRT peuvent recueillir.

Dans son budget de 2011, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a proposé d'injecter 15 millions de dollars dans un fonds régional de capital de risque. Lancé officiellement en mai 2013, sous le nom de Build Ventures, ce fonds de 48,5 millions de dollars est basé à Halifax. Parmi les autres investisseurs qui participent au fonds, notons les gouvernements du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard, ainsi que la Banque de développement du Canada.

Notes

La présente publication fait partie d'une série de documents publiés par la Direction générale de la petite entreprise. Cette direction analyse le marché financier et l'incidence des tendances observées sur l'accès des petites entreprises au financement.

Pour faire partie de la liste d'envoi de parution en ligne des publications de la Direction générale de la petite entreprise, veuillez vous abonner à la page d'Abonnement aux publications.

Pour toute question concernant le contenu, veuillez communiquer par courriel à :
SBB-DGPE.

Date de modification :