Archivé — Quatrième trimestre de 2013

Cette publication par la Direction générale de la petite entreprise fournit de l'information à jour sur l'industrie du capital de risque au Canada. La série fait état des tendances au chapitre de l'investissement, rend compte de la recherche d'actualité et examine les principales grappes technologiques où il y a investissement.


Remarque :

À partir de 2013, le fournisseur de données a changé sa méthodologie de collecte de données; c'est ce qui explique les divergences entre les données historiques déclarées dans le présent numéro et celles déclarées dans les numéros de fin d'année précédents.

Introduction

Le présent numéro de fin d'année fait état des activités en matière de capital de risque (CR) effectuées au cours de la période allant de janvier à décembre 2013.

Aperçu des activités en matière de capital de risque

Investissements et mobilisation de fonds

Croissance marquée des investissements annuels en capital de risque

En 2013, les investissements canadiens en capital de risque ont connu une croissance marquée. Les investissements totaux en capital de risque effectués en 2013 dans les entreprises canadiennes ont atteint leur niveau le plus élevé depuis 2007, soit près de 2 milliards de dollars (figure 1). Il s'agit d'une augmentation de 30 % des investissements comparativement aux niveaux d'investissements de 2012 (tableau 1). Plusieurs transactions importantes ont contribué à cette augmentation, notamment le financement de 171 millions de dollars accordé à HootSuite Media, une entreprise de Vancouver, soit la plus importante transaction en capital de risque jamais réalisée dans le marché canadien. Parmi les importantes transactions qui ont eu lieu au cours de l'année figurent entre autres les investissements dans Shopify, une entreprise établie en Ontario (100 millions de dollars) et dans Enerkem, une entreprise établie au Québec (87 millions de dollars).

Figure 1 : Investissement en capital de risque par année, de 2009 à 2013

Diagramme à barres illustrant l'investissement en capital de risque par année, de 2009 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 1
Investissement en capital de risque par année, de 2009 à 2013
Année Millions de dollars
2009 993
2010 1 194
2011 1 548
2012 1 497
2013 1 947
Tableau 1 : Investissement en capital de risque et mobilisation de fonds, exercices 2012 et 2013
2012 2013 Variation en %
(en millions de dollars)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Investissement 1 497 1 947 30
Mobilisation de fonds 1 748 1 433 −18

La mobilisation de fonds en capital de risque est demeurée relativement solide en 2013, comme en témoigne le montant de 1,43 milliard de dollars recueilli par les fonds canadiens. Bien que cette somme représente une baisse par rapport aux 1,75 milliard de dollars recueillis en 2012, elle est beaucoup plus élevée que les montants annuels d'environ 1,0 milliard de dollars recueillis au cours des quatre années précédentes.

Valeur des transactions

Croissance importante de la valeur moyenne des transactions en 2013

En tout, 463 transactions en capital de risque ont été conclues en 2013. La valeur moyenne des transactions en 2013 était de 4,2 millions de dollars, ce qui représente la plus importante valeur moyenne des transactions affichée depuis 2007 et une augmentation substantielle par rapport à la valeur moyenne des transactions enregistrée en 2012, qui était établie à 3,7 millions de dollars (figure 2). Cette hausse est attribuable à la clôture de quelques transactions de valeur exceptionnellement importante en 2013 dont, entre autres, les investissements de 171 millions de dollars dans HootSuite Media, de 100 millions de dollars dans Shopify et de 87 millions de dollars dans Enerkem.

Figure 2 : Répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, de 2011 à 2013

Diagramme à barres illustrant la répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 2
Répartition des investissements en capital de risque selon la valeur des transactions, de 2011 à 2013
Valeur des transactions Nombre total de transactions
2011 2012 2013
Transactions de valeur inconnue 52 30 31
Moins de 1 M$ 151 185 191
De 1 M$ à 4,9 M$ 142 147 152
5 M$ et plus 95 85 89

Au cours des trois dernières années, le nombre total de transactions en capital de risque de moins de 1 million de dollars a augmenté : 191 déclarées en 2013, 185 en 2012 et 151 en 2011. Le nombre total de transactions de moins de 1 million de dollars représentait près de la moitié (41 %) de toutes les transactions réalisées en 2013.

Le nombre de transactions en capital de risque de 1 million de dollars à 4,9 millions de dollars a pour sa part changé légèrement : on en a signalé 152 en 2013, soit une hausse par rapport à 147 en 2012 et 142 en 2011.

Les investissements de 5 millions de dollars et plus ont connu une remontée en 2013. On a déclaré 89 transactions de cette valeur, ce qui représente une augmentation par rapport aux 85 transactions en 2012. Toutefois, ce chiffre demeure inférieur aux 95 transactions conclues en 2011.

Étapes du développement

Croissance des investissements dans les entreprises se trouvant aux étapes ultérieures de leur développement

Un peu plus de la moitié du montant des investissements en capital de risque effectués en 2013 dans les entreprises canadiennes était destinée aux étapes ultérieures de développement. En 2013, la valeur totale des investissements en capital de risque dans des entreprises se trouvant aux étapes ultérieures de leur développement s'est élevée à 1,1 milliard de dollars, soit une hausse considérable par rapport aux 715 millions de dollars de l'année précédente (figure 3). Les investisseurs ont injecté 376 millions de dollars dans les entreprises en prédémarrage et en début de croissance, ce qui représente une légère augmentation par rapport aux 344 millions de dollars de l'année précédente. Les investissements dans les entreprises à l'étape de l'expansionNote de bas de page 1 ont augmenté, passant de 438 millions de dollars en 2012 à 517 millions de dollars en 2013.

Figure 3 : Investissements en capital de risque selon l'étape du développement, de 2011 à 2013

Diagramme à barres illustrant les investissements en capital de risque selon l'étape du développement, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 3
Investissements en capital de risque selon l'étape du développement, de 2011 à 2013
Étape du développement Millions de dollars
2011 2012 2013
Prédémarrage et début de croissance 449 344 376
Expansion 473 438 517
Étapes ultérieures 626 715 1 055

Nouveaux investissements et investissements subséquents

Baisse du nombre d'investissements subséquents dans les entreprises en expansion

Au total, 463 transactions ont été réalisées en 2013, soit une augmentation du nombre d'entreprises ayant reçu des investissements en capital de risque par rapport à 2012 et à 2011 (tableau 2). Au cours de la période de trois ans, les nouvelles transactions auprès d'entreprises se trouvant aux étapes ultérieures de leur développement ont connu la plus forte croissance dans la nouvelle catégorie de transactions, passant de 17 nouvelles transactions en 2011 à 52 nouvelles transactions en 2013.

Tableau 2 : Nombre d'entreprises qui ont bénéficié de nouveaux investissements et d'investissements subséquents, de 2011 à 2013
Total des investissements 2011 2012 2013
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Nouveaux Prédémarrage et début de croissance 93 107 128
Expansion 46 40 30
Étapes ultérieures 17 33 52
Toutes les étapes 156 180 210
Subséquents Prédémarrage et début de croissance 49 55 62
Expansion 125 108 75
Étapes ultérieures 110 104 116
Toutes les étapes 284 267 253
Total Toutes les étapes 440 447 463

Les investissements subséquents dans l'étape d'expansion ont connu des baisses au cours de la période de trois ans, passant de 125 transactions en 2011 à 75 transactions en 2013, alors que les investissements subséquents dans les catégories « Prédémarrage et début de croissance » et « Étapes ultérieures » ont connu une croissance soutenue au cours de la même période.

Type d'investisseur

Forte croissance, d'une année à l'autre, des investissements en capital de risque par les fonds indépendants privés

À l'exception des sociétés à capital de risque de travailleurs (SCRT)/fonds de détail, tous les autres types d'investisseurs ont connu une croissance en 2013 par rapport à 2012. Les investissements par les fonds indépendants privés ont enregistré la plus forte hausse, soit un taux de croissance de 70 % au cours de la période à l'étude, passant de 521 millions de dollars en 2012 à 887 millions de dollars en 2013 (figure 4). Les investissements réalisés par les SCRT et les investisseurs de fonds de détail ont affiché la plus forte baisse durant la période de trois ans, passant de 111 millions de dollars en 2011 à 61 millions de dollars en 2013.

Figure 4 : Répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, de 2011 à 2013

Diagramme à barre illustrant la répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 4
Répartition des investissements en capital de risque selon le type d'investisseur, de 2011 à 2013
Type d'investisseur Millions de dollars
2011 2012 2013
SCRT/Fonds de détail 111 100 61
Fonds indépendants privés 710 521 887
Institutionnels et sociétés 57 155 215
Fonds gouvernementaux 104 144 164
Autres 566 576 633

Les fonds institutionnels et sociétés, qui désignent les investissements réalisés par les banques, les institutions financières, les fondations, les fonds de pension et les sociétés de capital de risque d'entreprise ont connu une croissance durant la période de trois ans, passant de 57 millions de dollars en 2011 à 215 millions de dollars en 2013.

En tout, 633 millions de dollars ont été investis par des fonds dont l'emplacement ne pouvait être divulgué par Thomson Reuters. Cette catégorie d'« autres » investisseurs représente environ le tiers de tous les investisseurs de capital de risque ayant investi des fonds dans les entreprises canadiennes.

Provenance des fonds

Les investissements en capital de risque provenant de l'extérieur du Canada montent en flèche en 2013

Malgré une légère baisse en 2013, les investissements en provenance de fonds de capital de risque canadiens arrivent en tête de liste de la répartition du total des investissements dans chacune des trois années à l'étude (figure 5). Les investissements en provenance du Canada, qui ont connu une légère baisse pour atteindre 935 millions de dollars en 2013, ont quand même représenté près de la moitié de tous les investissements en capital de risque dans les entreprises canadiennes.

Figure 5 : Répartition des investissements en capital de risque selon l'emplacement du fonds, de 2011 à 2013

Diagramme à barres illustrant la répartition des investissements en capital de risque selon l'emplacement du fonds, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 5
Répartition des investissements en capital de risque selon l'emplacement du fonds, de 2011 à 2013
Emplacement du fonds Millions de dollars
2011 2012 2013
Canada 803 988 935
À l'extérieur du Canada 523 386 819
Sources inconnues 223 124 194

Les investissements en capital de risque en provenance de l'extérieur du Canada ont considérablement augmenté en 2013, passant de 386 millions de dollars en 2012 à 819 millions de dollars en 2013. Les investissements provenant de sources inconnues ont totalisé 194 millions de dollars en 2013, soit une augmentation par rapport aux 124 millions de dollars en 2012.

Répartition régionale

La Colombie-Britannique a connu une croissance importante de 138 % sur le plan des investissements en capital de risque

En 2013, les entreprises de l'Ontario ont attiré le plus grand montant d'investissements en capital de risque parmi toutes les provinces, soit 678 millions de dollars au total, ce qui représente une augmentation modeste des investissements en capital de risque par rapport aux 659 millions de dollars (figure 6) de l'année précédente. Ce total comprend l'investissement de 100 millions de dollars dans Shopify en 2013, et celui de 80 millions de dollars dans Desire2Learn en 2012.

Figure 6 : Répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, de 2011 à 2013

Diagramme à barres illustrant la répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 6
Répartition régionale des investissements en capital de risque au Canada, de 2011 à 2013
Province Millions de dollars
2011 2012 2013
Colombie-Britannique 233 201 478
Alberta 149 96 162
Saskatchewan 17 66 12
Manitoba 25 31 15
Ontario 530 659 678
Québec 521 403 573
Nouveau-Brunswick 24 8 8
Nouvelle-Écosse 46 31 21
Île-du-Prince-Édouard 0 0 0
Terre-Neuve-et-Labrador 1 1 0
Territoires 0 0 0

La Colombie-Britannique a réalisé des gains considérables dans la valeur des investissements en capital de risque. Ainsi, un montant de 478 millions de dollars a été investi en 2013, soit une hausse substantielle de 138 % par rapport aux 201 millions de dollars en 2012. Cette hausse est attribuable, en grande partie, à deux importants investissements effectués en 2013 dans des entreprises de Vancouver, à savoir l'entente de financement de 171 millions de dollars pour HootSuite Media et l'investissement de 33 millions de dollars dans Celator Pharmaceuticals. La valeur totale des investissements en capital de risque au Québec a également connu une croissance non négligeable pour atteindre 573 millions de dollars, soit une hausse de 42 % par rapport aux investissements en 2012. Cette croissance tient, en partie, à l'investissement en capital de risque de 87 millions de dollars dans Enerkem, une entreprise établie à Montréal, et l'investissement de 30 millions de dollars dans iBwave Solutions, une entreprise établie à Montréal; ces deux investissements ont été effectués en 2013.

Alors que l'Ontario a connu la plus grande valeur des investissements en capital de risque au Canada, le Québec était en tête du pays pour avoir conclu 170 transactions, soit le plus grand nombre de transactions en 2013 (tableau 3).

Tableau 3 : Nombre d'entreprises recevant du capital de risque, par province, en 2012 et en 2013
Province 2012 2013 Variation en %
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Colombie-Britannique 57 62 9
Alberta 19 30 58
Saskatchewan 12 5 −58
Manitoba 6 2 −67
Ontario 152 161 6
Québec 169 170 1
Nouveau-Brunswick 10 16 60
Nouvelle-Écosse 18 14 −22
Île-du-Prince-Édouard 0 0 s.o.
Terre-Neuve-et-Labrador 3 1 −67
Territoires 0 0 s.o.

Répartition selon le secteur d'activité

Forte croissance, d'une année à l'autre, des investissements en capital de risque dans les entreprises de technologies propres

Comme les années précédentes, les investissements en capital de risque au Canada ont surtout eu lieu dans les entreprises de technologies de l'information (TI). Les investissements dans le secteur des TI ont augmenté de façon constante et, en 2013, un montant de 1,1 milliard de dollars a été investi dans 252 entreprises du secteur des TI, soit une hausse de 38 % depuis 2011 (figure 7). Cette croissance peut s'expliquer, en partie, par les transactions de très grande valeur. Le secteur des TI a attiré deux transactions de plus de 50 millions de dollars en 2013 et une autre en 2012, mais aucune en 2011.

Figure 7 : Investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, de 2011 à 2013

Diagramme à barres illustrant les investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, de 2011 à 2013 (la description détaillée se trouve sous l'image)
Note * de la figure 7 : Les technologies propres désignent les entreprises qui développent des technologies propres et qui ne sont pas déjà incluses dans les secteurs de l'industrie des sciences de la vie ou des technologies de l'information.
Note ** de la figure 7 : Le secteur traditionnel désigne les entreprises qui ne sont pas incluses dans les autres secteurs.
Source : Thomson Reuters Canada, 2014.
Description de la figure 7
Investissements en capital de risque selon le secteur d'activité, de 2011 à 2013
Secteur d'activité Millions de dollars
2011 2012 2013
Technologies de l'information 766 869 1 055
Sciences de la vie 372 342 256
Technologies propres Référence de la note * de la figure 7 201 113 324
Secteurs traditionnels Référence de la note ** de la figure 7 209 174 312
Note * Les technologies propres désignent les entreprises qui développent des technologies propres et qui ne sont pas déjà incluses dans les secteurs de l'industrie des sciences de la vie ou des technologies de l'information.
Note ** Le secteur traditionnel désigne les entreprises qui ne sont pas incluses dans les autres secteurs.

Le secteur des technologies propres a connu une croissance importante en 2013, comme en témoignent des investissements en capital de risque de 324 millions de dollars versés à 38 entreprises. Cette croissance comprenait un investissement de 87 millions de dollars dans Enerkem, entreprise établie au Québec, et un autre de 48 millions de dollars dans Anaergia, entreprise établie en Ontario. Malgré un déclin des investissements dans ce secteur en 2012, qui ont chuté à 113 millions de dollars, la croissance globale des investissements depuis 2011 a été de 69 %.

Les investissements dans les entreprises des sciences de la vie ont connu une baisse constante au cours des trois dernières années. Le total des investissements a diminué en 2013 pour atteindre 256 millions de dollars par rapport à 342 millions de dollars en 2012 et à 372 millions de dollars en 2011. Cela représente une baisse de 31 % des investissements en capital de risque depuis 2011.

Activités gouvernementales

Activités de la Banque de développement du Canada

Au cours du quatrième trimestre (T4) de 2013, la Banque de développement du Canada (BDC) a réalisé des engagements en matière de capital de risque dans 27 entreprises, pour une valeur totale de 17,2 millions de dollars (tableau 4). Ces financements ont totalisé 91 millions de dollars si on inclut les contributions des co-investisseursNote de bas de page 2.

Tableau 4 : Activités de la BDC en matière de capital de risque, T4 de 2013
BDC Co-investisseurs Total Nombre de transactions
(millions de dollars)
Source : Banque de développement du Canada, 2014.
Prédémarrage et début de croissance 4,9 8,8 13,7 18
Développement 5,6 14,9 20,5 6
Étapes ultérieures 6,7 50,1 56,8 3
Total 17,2 73,8 91,0 27

En 2013, dans le contexte de son mandat visant à appuyer les entrepreneurs canadiens, la BDC a poursuivi la mise en oeuvre de son plan stratégique pour combler les lacunes dans l'écosystème canadien du capital de risque. Elle a investi en 2013 près de 75 millions de dollars sous forme de 86 investissements directs, ce qui en fait le plus grand et le plus actif des investisseurs de capital de risque au Canada.

Attirer des gestionnaires de fonds de premier niveau et favoriser leur perfectionnement

Une partie importante de la stratégie de la BDC consiste à accroître ses activités en tant que fonds de fonds de capital de risque en appuyant les gestionnaires canadiens de fonds de capital de risque qui, par la recherche et le soutien des meilleurs entrepreneurs canadiens, génèrent des rendements de placement concurrentiels à l'échelle mondiale. En 2012, par exemple, la division Fonds de fonds de BDC Capital de risque a engagé 103 millions de dollars dans cinq fonds de capital de risque, et les gestionnaires de ces fonds ont tous été des investisseurs actifs en 2013. La BDC a également financé, souvent à titre d'investisseur principal, plusieurs nouveaux fonds en début de croissance et fonds de série A, comme Version One Ventures (février 2013), TandemLaunch (août 2013), McRock Capital et BrandProject (tous deux en décembre 2013).

Par ailleurs, la BDC a voulu attirer un plus grand nombre de fonds étrangers de capital de risque de premier niveau au Canada, s'ils s'engageaient à participer activement à l'écosystème canadien. EnerTech Capital, de la Pennsylvanie, et Sanderling Ventures, de la Californie, qui ont récemment ouvert des bureaux au Canada, représentent deux exemples de réussite de 2013.

Investir directement dans des entreprises technologiques canadiennes prometteuses

Un autre volet majeur de la stratégie de la BDC a été la création de trois nouveaux fonds de capital de risque qui investissent activement et directement dans les secteurs des TI, de l'énergie/des technologies propres et des soins de santé. Deux de ces fonds, lancés en 2013, ont fait en sorte que 225 millions de dollars supplémentaires ont été mis à la disposition d'entreprises canadiennes prometteuses.

La BDC a également intensifié ses efforts pour aider à combler les lacunes en matière de financement à l'étape de début de croissance en appuyant les principaux accélérateurs et les entreprises en démarrage les plus prometteuses au pays. Son programme de billets convertibles, qui investit un montant initial de 150 000 $ auprès de diplômés d'accélérateurs d'entreprises en démarrage triées sur le volet, a versé au total 5,3 millions de dollars en 2013 à 35 entreprises canadiennes en démarrage. Les accélérateurs ayant participé au programme sont FounderFuel, Communitech Hyperdrive, Extreme Startups, GrowLab, Launch36 et Execution Labs.

Aider à accroître les investissements du secteur privé

Dans le contexte d'une nouvelle structure distincte, la BDC facilite aussi la mise en oeuvre du Plan d'action pour le capital de risque (PACR) pour le compte du gouvernement du Canada en fournissant une expertise indépendante, en effectuant une diligence raisonnable, en encadrant les négociations avec les fonds et les autres investisseurs et en appuyant le déploiement des investissements du PACR. Le programme, lancé en janvier 2013, consiste en une stratégie de 400 millions de dollars ayant pour but de favoriser la croissance des investissements du secteur privé en capital de risque à l'étape du début de croissance. Le secteur d'activité PACR de la BDC est chargé de canaliser les capitaux du gouvernement vers les nouveaux fonds de fonds créés et menés par le secteur privé, comme le fonds Northleaf Venture Catalyst Fund, ou directement vers quatre fonds de capital de risque très performants sélectionnés dans le cadre d'un concours ouvert tenu en 2013.

Notes

La présente publication fait partie d'une série de documents publiés par la Direction générale de la petite entreprise. Cette direction analyse le marché financier et l'incidence des tendances observées sur l'accès des petites entreprises au financement.

Pour faire partie de la liste d'envoi de parution en ligne des publications de la Direction générale de la petite entreprise, veuillez vous abonner à la page d'Abonnement aux publications.

Pour toute question concernant le contenu, veuillez communiquer par courriel à :
SBB-DGPE.

Date de modification :