Table ronde visant à développer des grappes et des partenariats de calibre mondial

16 août 2016 —Montréal (QC)
Développer des grappes et des partenariats de calibre mondial
Présenté par Janie Béïque

Domaine d'intérêt

Générer des idées nouvelles et créatives pour les grappes et les partenariats de calibre mondial.

  • Quel est le bon modèle pour les grappes canadiennes? Comment les sélectionnons-nous? Comment les appuyons-nous? Y a-t-il des leçons tirées des autres pays?
  • Comment renforçons-nous les rapports entre les universités et les entreprises pour commercialiser les découvertes de classe mondiale?
  • De quelle façon les technologies transforment-elles les industries canadiennes? Nos secteurs sont-ils prêts à livrer concurrence?
  • Quels sont les obstacles à une plus grande participation des entreprises canadiennes en Amérique du Nord et aux chaînes d'approvisionnement mondiales?

Faits saillants

Les grappes concurrentielles exigent des entreprises d'attache solides. Il est essentiel d'accorder un soutien aux grandes entreprises, particulièrement au moyen d'une prise de décisions rapide par les gouvernements. Afin d'attirer et de retenir les investissements, nous devons mieux définir et élaborer des politiques pour promouvoir l'image de marque du Canada. Il est nécessaire d'avoir une meilleure collaboration entre les universités et les organisations, notamment en ce qui a trait à la propriété intellectuelle.

Résumé de la discussion

Divers pays ont démontré l'importance d'avoir des investissements ciblés et considérables pour établir des grappes. Notre diversité est la force du Canada, mais nous devons mettre l'accent sur la coordination entre les partenaires publics, privés et institutionnels, améliorer cette coordination et exploiter ce qui existe déjà. Une masse critique est nécessaire; elle se trouve principalement à Toronto, Montréal et Vancouver. Toutefois, les plus petits marchés ont démontré qu'en mettant l'accent sur la capacité locale, en coordonnant le soutien et en accompagnant les entrepreneurs tout au long du processus de commercialisation, il est possible de créer des points forts dans des créneaux. D'autres éléments importants comprennent un accès à faible coût aux terrains, aux espaces commerciaux, à l'infrastructure et à l'équipement. Le gouvernement a un rôle clé à jouer.

Un changement culturel est nécessaire à plusieurs niveaux. Nous devons promouvoir l'entrepreneuriat auprès de nos jeunes et dans nos universités. De plus, les entreprises prennent parfois des décisions en fonction du rendement financier à court terme plutôt que des objectifs à long terme, notamment en ce qui concerne les investissements dans la R-D. Il faudrait réfléchir davantage afin de trouver des solutions à ce problème. Le Canada doit également définir son image de marque, comme l'ingénierie allemande ou la précision suisse.

Principales considérations et principaux défis à la mise en œuvre

Politiques : Les politiques des gouvernements FPT devraient être harmonisées pour réduire au minimum le fardeau administratif et exploiter rapidement les nouvelles possibilités. Les programmes doivent avoir des objectifs à long terme et être souples en vue de saisir les nouvelles occasions du marché et de faire face aux pressions exercées sur le marché. Les gouvernements ont également d'importants rôles à jouer à titre de facilitateurs et de coordonnateurs. Une solution unique ne fonctionne pas à l'échelle des secteurs. Les gouvernements devraient être fermes en ce qui concerne les objectifs, mais souples en ce qui concerne la mise en œuvre, en mettant l'accent sur un nombre limité d'initiatives clés. Le gouvernement devrait appuyer, au moyen de demandes de propositions, des projets mis en œuvre par l'industrie qui comprennent plusieurs intervenants. Nous avons besoin d'une vision qui permettra de fournir une orientation claire et inclusive à long terme.

Accès au capital : La croissance implique une extensibilité et des marchés ailleurs qu'au Canada – il est essentiel d'avoir accès au capital et aux talents. Les politiques qui favorisent les entreprises canadiennes n'excluent pas les politiques qui visent à attirer et à conserver des multinationales. Les modèles opérationnels évoluent rapidement; pour appuyer la croissance, les politiques et les programmes doivent être souples et doivent exploiter très rapidement les nouvelles possibilités, et doivent mettre l'accent sur les entreprises qui affichent une forte croissance ou qui cherchent à croître. Des fonds supplémentaires pourraient être offerts dans l'ensemble de l'écosystème par l'entremise de régimes de retraite, de fonds de capital de risque et d'incitatifs pour les PME, et on pourrait attirer les Canadiens qualifiés pour qu'ils reviennent au pays. L'accès à un financement touchant différents objectifs et échéanciers permettra de mieux répondre aux divers besoins, particulièrement en vue de soutenir les entreprises en croissance à long terme.

Points d'attache : En attirant les PME grâce à des activités menées par l'entrepreneur et à des activités liées aux achats, les entreprises d'attache ont un rôle de premier plan à jouer relativement à la commercialisation des innovations. Les marchés publics sont un outil important pour créer des points d'attache et développer les PME. Le gouvernement devrait créer des laboratoires vivants.

Réseaux : Une collaboration solide à l'échelle des secteurs privé et public et des établissements est nécessaire pour réussir. Même si nous travaillons en collaboration au Canada, nous avons besoin de modèles systématiques plus solides pour collaborer entre les secteurs.

Principales idées et principaux résultats

Accès au capital : Un soutien supplémentaire est requis pour aider les PME à commercialiser, à certifier et à valider la technologie dans les nouveaux marchés et pour automatiser certaines tâches. Le gouvernement pourrait verser un financement équivalent pour les projets de l'industrie, à raison d'un dollar pour chaque dollar investi. Le programme d'adoption de la technologie numérique du PARI-CNRC devrait être renouvelé pour continuer d'aider les PME à s'adapter aux nouvelles pressions concurrentielles. Le PACR est également considéré comme un programme solide qui devrait être renouvelé.

Grappes : Les technologies intersectorielles et les applications comme l'Internet des objets, les mégadonnées et l'analytique, l'intelligence artificielle et l'apprentissage en profondeur.

Talents : Mettre en place des programmes d'études sur l'entrepreneuriat et des cours sur les affaires pour tous les programmes universitaires. Les étudiants pourraient travailler sur des projets de plateformes d'innovation pendant leurs études. Faciliter l'attraction/la rétention des talents à l'aide d'incitatifs fiscaux.

Propriété intellectuelle : Créer des ententes de licence de propriété intellectuelle types pour les universités.

Croissance des petites et moyennes entreprises : Le Canada pourrait mettre sur pied un groupe permettant de jumeler des PDG accomplis d'entreprises à forte croissance avec des PDG souhaitant faire croître leur entreprise.

Partenariats : Une organisation ou un forum visant à réunir des représentants du secteur privé, du secteur public et du milieu universitaire pourrait être créé afin d'accroître les possibilités de collaboration et de réseautage. Pour améliorer les partenariats entre l'industrie et le milieu universitaire et le rendement de la commercialisation, les universités pourraient envisager d'intégrer la commercialisation à leur mission, et les gouvernements pourraient envisager des possibilités de financement. Par exemple, le matériel acheté par les universités au moyen de fonds publics pourrait, dans certains cas, être mis à la disposition des entreprises.

Date de modification :