Table ronde visant à livrer concurrence dans un monde numérique

19 août 2016 —Montréal (QC)
Livrer concurrence dans un monde numérique et instaurer une société entrepreneuriale et créatrice
Présenté par Austin Hill

Domaine d'intérêt

Générer des idées nouvelles et créatrices pour permettre au Canada de livrer concurrence dans un monde numérique et devenir une société entrepreneuriale et créatrice :

  • Comment le gouvernement peut-il appuyer et engendrer une société entrepreneuriale?
  • Comment le Canada peut-il attirer, maintenir en poste et développer une main-d'œuvre qualifiée?
  • Comment le gouvernement peut-il s'assurer que le Canada, ses étudiants et ses entreprises peuvent livrer concurrence dans un monde numérique?
  • Le gouvernement peut-il s'investir d'un rôle pour aider à favoriser les investissements dans des secteurs précis de l'économie numérique?

Faits saillants

Le Canada a une excellente assise de recherche mais il doit faire davantage pour maintenir en poste et faire revenir ses chercheurs, ses entrepreneurs et sa main-d'œuvre internationale les plus talentueux. Le financement de la recherche et du développement doit être complété par des ressources visant la commercialisation afin d'obtenir des résultats. Nous devons investir dans l'infrastructure numérique nationale, faciliter l'échange de données et favoriser une plus grande concurrence dans les industries des communications sans fil afin de permettre aux entrepreneurs, aux entreprises et aux universités du Canada de travailler ensemble, d'être plus créatifs et d'atteindre une portée internationale.

Résumé de la discussion

Entrepreneuriat : Nous devons nous assurer queles jeunes et les chercheurs sont prêts à devenir des entrepreneurs. Les compétences en entrepreneuriat devraient faire partie intégrante du cursus, dès l'école secondaire et tout au long de l'université. Le Canada peut s'inspirer d'autre pays pour favoriser une société entrepreneuriale. La Suède a réussi en créant un district d'entrepreneuriat et d'innovation et en y investissant, en attirant une main-d'œuvre de partout en Europe et en persuadant de grandes entreprises d'envergure internationale à travailler avec des entreprises de plus petite taille.

Commercialisation : Un changement culturel est exigé afin que la recherche appliquée soit valorisée autant que la recherche fondamentale au sein du système universitaire. L'expertise doit être partagée entre les entreprises et les universités.

Infrastructure numérique : Des investissements sont requis afin d'améliorer l'infrastructure numérique nationale. Les fournisseurs canadiens de services sans fil pourraient offrir une plus grande largeur de bande (100 Mo/s). La connectivité est l'élément fondamental de l'avenir. Les installations de fabricant (imprimantes 3D, robotique, etc.) sont très nombreuses mais insuffisamment connues des utilisateurs potentiels.

Compétences numériques : Les jeunes Canadiens sont de grands utilisateurs et adeptes des nouvelles technologies mais on ne leur enseigne pas à créer et ils n'ont pas la capacité de le faire. Les entreprises canadiennes doivent adopter un plus grand nombre de technologies existantes.

Principales considérations et principaux défis à la mise en œuvre

Commercialisation : Les efforts de commercialisation, tels que les objectifs du Centre de recherche informatique de Montréal, doivent recevoir un financement accru pour évoluer. Afin d'attirer les multinationales, le Canada doit favoriser la collaboration qui fera participer les entreprises canadiennes, en particulier les petites et moyennes entreprises. Cela contribuera à la croissance de l'écosystème entrepreneurial national et créera des retombées dans le reste du marché, ce qui aidera à évoluer et accélérer la commercialisation des résultats de la recherche.

Culture : Un changement culturel est exigé afin que le Canada puisse bâtir un environnement où les chercheurs et les entrepreneurs peuvent réaliser leurs rêves sans avoir à quitter le pays. Nous devons créer un sentiment d'appartenance et offrir des incitatifs financiers pour faire revenir les chercheurs canadiens au Canada et aider les entreprises en démarrage à atteindre une portée internationale et réussir.

Mécanismes de financement : Les fonds d'investissement et les organismes de financement du gouvernement pourraient profiter des changements dans la société numérique et permettre aux petites et moyennes entreprises d'investir dans les technologies numériques. Des incitatifs fiscaux supplémentaires devraient être offerts aux entreprises qui investissent dans les zones d'innovation. Le Canada pourrait examiner des mécanismes de transfert des gains en capital semblables à ceux des États-Unis.

Principales idées et principaux résultats

Zones d'innovation : Le gouvernement devrait créer des zones ou des districts d'innovations dans les grands centres urbains (Montréal, Vancouver, Toronto, Calgary, etc.) et y investir afin de permettre aux entreprises et aux universités de travailler ensemble pour mettre les découvertes à l'essai et améliorer la commercialisation des résultats de la recherche. Ces zones favoriseraient la collaboration autour d'objectifs communs et comprendraient des groupes de travail composés de petites et moyennes entreprises, d'entreprises en démarrage, d'universités et d'autres parties intéressées.

Partage des connaissances : Un mécanisme est nécessaire pour permettre aux petites et moyennes entreprises et à d'autres de partager les connaissances afin de susciter l'adoption des technologies de l'information et de générer des idées sur la façon de composer avec les changements technologiques et d'y survivre. Le gouvernement pourrait lancer un forum (comme la Singularity University) qui rassemble des directeurs généraux afin de comprendre les tendances mondiales à long terme, de discuter des « plans d'intervention en cas de catastrophe » et d'élaborer des stratégies d'innovation pour l'avenir.

Personnel compétent et éducation : Les compétences en entrepreneuriat et les connaissances numériques doivent être enseignées tôt et faire partie intégrante du système d'éducation. L'éducation permanente est essentielle pour permettre aux entrepreneurs, aux chercheurs et aux entreprises de suivre le rythme de l'évolution rapide des technologiques. La création de liens entre les étudiants et les petites et moyennes entreprises aiderait à diffuser les compétences et les connaissances numériques. Des changements culturels, des incitatifs financiers et des politiques d'immigration plus souples sont nécessaires pour maintenir en poste et attirer des personnes hautement qualifiées.

Infrastructure numérique : L'infrastructure numérique nationale doit être améliorée pour permettre aux entreprises et aux universités d'innover, d'échanger des données et de livrer concurrence sur la scène internationale. Nous devons créer les conditions qui permettent aux personnes et aux entreprises d'être créatives : construire une autoroute à haute vitesse, rendre les vitesses élevées largement accessibles et faciliter l'échange et la gestion des données.

Règlements : Les règles de propriété étrangère en télécommunications pourraient être assouplies afin d'accroître le financement disponible pour améliorer nos infrastructures numériques. Les règlements relatifs à l'échange des données devraient être comparables au Règlement sur le droit d'auteur. Le gouvernement devrait être à l'avant-garde de la mise à jour des règlements sur les technologies informatiques afin d'assurer la compétitivité et l'équité dans leur application à l'échelle des industries.

Échange de données : Les données ouvertes et l'échange de données sont essentiels pour l'innovation, mais les règlements canadiens pourraient être dissuasifs pour les parties étrangères qui transfèrent leurs données ici. Les entreprises doivent disposer de capacités d'interopérabilité et les villes intelligentes doivent être interconnectées et dotées d'une infrastructure solide et fiable. Les universités pourraient agir en tant que « laboratoires ouverts » pour permettre aux entreprises et aux entreprises en démarrage de tester les nouvelles technologies. Le gouvernement a la possibilité de financer de telles initiatives.

Date de modification :