Table ronde visant à appuyer l'excellence scientifique à l'échelle mondiale

26 août 2016 —Winnipeg (MB)
Appuyer l'excellence scientifique à l'échelle mondiale
Présenté par Elizabeth Cannon

Domaine d'intérêt

Soutenir la recherche de calibre mondial, de la science fondamentale à la science appliquée.

  • Écosystème d'innovation : Comment les universités arrivent-elles à créer des partenariats solides avec les entreprises? Comment peuvent-elles améliorer cette collaboration? Quel rôle jouent les universités dans la création des « matières premières » destinées à la filière vers la communauté? Qu'est-ce qui fonctionne dans l'écosystème?
  • Talent : À quels enjeux et possibilités le gouvernement doit-il réfléchir pour assurer le perfectionnement et le placement des diplômés dans des emplois qui contribuent à l'économie? Quelles sont les tendances émergentes?
  • Éducation : Comment les universités exploitent-elles les autres éléments de l'écosystème de l'enseignement supérieur?
  • Ressources : Comment les universités renforcent-elles la capacité de transférer les connaissances en dehors de leur établissement?

Faits saillants

Il faut innover dans le domaine du soutien des programmes d'innovation — il faut donner la possibilité de prendre des risques et inclure l'innovation sociale. Il faut augmenter l'aide financière pour la recherche : environ 19 % des coûts de recherche (les coûts indirects) sont financés au Canada, alors que cette proportion grimpe à 70 % aux États-Unis. Des ressources sont nécessaires pour faciliter l'intégration de l'apprentissage expérientiel dans le travail pour les étudiants et les interactions entre les universités, les entreprises, les organisations non gouvernementales (ONG) et le secteur public. Il faut attirer plus d'étudiants et de personnel hautement qualifié étrangers et faire de ces objectifs une priorité nationale, en adoptant une approche énergique et coordonnée sous la direction d'un champion à Ottawa.

Résumé de la discussion

La recherche fondamentale est la base de tout système d'innovation. Elle fait intervenir la collaboration non seulement avec l'industrie, mais aussi avec les organisations non gouvernementales et le secteur public, notamment les écoles, les hôpitaux et les municipalités. Le potentiel de commercialisation et d'innovation à long terme passe par l'accroissement du financement des recherches originales. Des investissements accrus par les Trois conseils sont nécessaires pour permettre au Canada d'être compétitif à l'échelle mondiale en matière d'excellence scientifique. Les étudiants du premier cycle bénéficient de plus en plus du financement des Trois conseils, et ils sont très importants pour l'avenir de l'innovation. Les étudiants sont une source d'innovation, et il faut soutenir leur apprentissage tout au long de leur vie.

Il faut accorder plus d'attention à l'application des résultats de recherche, y compris le développement de grappes qui font une place aux sciences sociales et humaines et qui répondent aux besoins régionaux. Le Canada doit innover et investir à grande échelle; les investissements inférieurs donnent moins de résultats. Les universités canadiennes sont en position de force dans la recherche et elles veulent exceller dans l'application des résultats de recherche. Or, cette activité — qui exige beaucoup d'effort — doit bénéficier des bonnes ressources, lesquelles sont différentes dans chaque collectivité desservie.

L'Australie a investi massivement dans la collaboration internationale et a réussi à produire plus de diplômés au niveau du doctorat. Le Canada pourrait réaliser des gains énormes en adoptant une approche plus énergique et mieux coordonnée pour attirer des étudiants et du personnel hautement qualifié de l'étranger. L'apprentissage expérientiel intégré au travail des étudiants peut aider à répondre au déficit de compétences.

Principales considérations et principaux défis à la mise en œuvre

Écosystème d'innovation : Une croissance économique inclusive est une nécessité, et la participation des Autochtones est essentielle à notre économie. Les universités sont dans une position favorable pour stimuler une croissance inclusive. Les problèmes liés à la culture interne (p. ex. avancement et permanence) dans les établissements peuvent faire obstacle à l'innovation, et une adaptation s'impose pour maximaliser les possibilités. Les étudiants veulent des compétences, d'excellents enseignants en classe et une expérience pratique. Ils réclament de plus en plus des possibilités d'innovation sociale et des laboratoires ouverts. La majorité des étudiants de première année pensent devenir des entrepreneurs. Les alliances de recherche avec l'industrie ayant évolué, le rôle de l'entrepreneur en série devient de plus en plus important. L'industrie veut une main-d'œuvre talentueuse et elle appuie les programmes coopératifs.

Investissements : Le gouvernement doit être agile et souple en ce qui concerne les investissements compte tenu des différentes universités, industries et collectivités au Canada. On a besoin de mécanismes qui encouragent les industries à embaucher plus de personnel hautement qualifié possédant une maîtrise ou un doctorat. Le Canada compte beaucoup de petites et moyennes entreprises, et beaucoup d'entre elles ont une faible capacité de recherche-développement (R-D). Le Canada doit contribuer au développement des entreprises et les aider à accroître leur capacité d'investir dans la recherche universitaire. L'industrie fait preuve d'« apathie rationnelle » devant l'innovation. Il faudrait étudier la possibilité de délaisser les crédits d'impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental au profit d'instruments plus directs pour encourager la recherche-développement par l'industrie.

Financement de contrepartie : Dans le passé, en raison de la complexité du système fédéral de financement de contrepartie, les universités se sont retrouvées prises en étau entre leur gouvernement provincial et le gouvernement fédéral. La responsabilité d'obtenir le financement de contrepartie de l'industrie incombe souvent aux chercheurs universitaires.

Paramètres : Avant, la réussite sur le plan de l'innovation se mesurait par les brevets, les droits de licence et autres, mais aujourd'hui, l'innovation technologique se mesure par ses effets sociaux et économiques.

Principales idées et principaux résultats

Talent : Désigner un champion à Ottawa qui pilotera les efforts coordonnés et énergiques visant à attirer plus d'étudiants et de personnel hautement qualifié étrangers. Bâtir en continuité l'infrastructure de l'écosystème d'innovation pour attirer l'élite des étudiants et du personnel hautement qualifié de l'étranger.

Financement de la recherche : Augmenter le financement de la recherche afin qu'il puisse rivaliser avec celui des autres pays de l'Organisation de coopération et de développement économique. Il doit couvrir tous les coûts de recherche et être continu.

Collaboration : Promouvoir et faciliter la collaboration entre les régions, les universités et les industries partout au Canada et faire une place à la diversité pour être un chef de file. La technologie de recherche doit être encadrée par les sciences sociales et humaines.

Courtiers et entrepreneurs en série : Investir dans plus d'infrastructures des Trois conseils afin de soutenir le travail des universités avec l'industrie et leurs collectivités. Des courtiers sur le terrain (à la différence du Service de guide-expert à Ottawa) permettraient de créer et maintenir des relations entre les universités et les entreprises, les organisations non gouvernementales et les institutions publiques. Les entrepreneurs en série partageraient leur expérience et montreraient aux étudiants ce qu'il faut faire.

Apprentissage expérientiel intégré dans le travail : Il faut consacrer des ressources au processus long et coûteux de jumelage des étudiants avec les entreprises ou organisations.

Percée : Il faut prévoir une voie distincte (autre que celle des laboratoires ouverts et des incubateurs) pour les percées et les changements perturbateurs afin de créer une zone d'interaction.

Expériences entrepreneuriales : Créer des occasions d'expérience entrepreneuriale pour les enseignants; réfléchir au fonctionnement des mécanismes de financement qui influent sur le comportement. Un programme comme celui du WellcomeTrust encourageraient les activités entrepreneuriales, y compris les sabbatiques.

Approche du financement du portefeuille : 1) Le Conseil de financement de l'enseignement supérieur en Angleterre adopte une approche différente au niveau local avec différentes industries. 2) Le Modèle de financement accru, en Ohio, appuie les filières continues de recherche et de capital-risque avec une allocation gouvernementale correspondant à 50 % du financement de la recherche; le reste sert à l'embauche des entrepreneurs en série, à l'ouverture de guichets et aux fonds de capital d'amorçage. Les ententes qui en découlent sont de trois à cinq fois plus nombreuses.

Date de modification :