Table ronde sur l'innovation

8 août 2016 — Toronto (ON)
Tous les domaines d'action
Présenté par Valerie Fox

Domaine d'intérêt

Nous engager auprès de tous les Canadiens à l'égard des six domaines d'action du Programme d'innovation inclusif et glaner de nouvelles idées prometteuses afin de faire du Canada un centre mondial d'innovation.

Faits saillants

Investissement, s'inspirer des modèles étrangers, attirer, développer et conserver une main-d'œuvre compétente, création de contenu.

Principales idées et principaux résultats

Investissements :

  • Investissements associés à un REER — un incitatif fiscal servirait à économiser en vue d'un investissement consacré à la famille, des amis ou des collègues. Le rendement pourrait être réinvesti dans le REER sans pénalités.
  • Investisseurs providentiels locaux : Les investissements pourraient bénéficier d'un crédit d'impôt provincial non remboursable de 35 % et être admissibles à un REER.
  • Mettre sur pied un fond d'encouragement de l'entrepreneuriat pour investir dans la culture des jeunes entreprises avec un taux de rendement garanti.
  • Adopter rapidement la technologie 5G.
  • Il faut connaître l'état de préparation pour la recherche — développer des entreprises qui font le pont entre la recherche et l'état de préparation des produits. Cela pourrait émaner de l'industrie, être des entreprises distinctes ou constituer une spécialité d'une université ou d'un collège.
  • Investir dans les entreprises vedettes qui deviennent des pôles d'attraction et de maintien de la main-d'œuvre compétente. Produire des champions de l'innovation à l'image des athlètes olympiques champions.
  • Accorder des crédits d'impôt aux investisseurs étrangers (capital de risque) qui investissent dans des entreprises canadiennes.
  • Accorder à chaque citoyen un montant d'argent pour lancer une entreprise une fois dans sa vie pour en faire l'expérience.
  • Déréglementer afin d'élargir les voies de l'innovation.

Modèles internationaux :

  • Penser à des programmes comme le Programme de mentorat des investisseurs providentiels pour la Chine (PMIPC).
  • Créer un conseil consultatif des technologies numériques, comme celui des États-Unis.
  • Nouveaux modèles d'affaires qui font la promotion de l'économie bienveillante et de la diversité du Canada.
  • Promouvoir les atouts du Canada — Il faut informer les Canadiens au sujet des innovations extraordinaires créées ici même et encourager leur utilisation. Actuellement, les jeunes entreprises canadiennes font plus parler d'elles à l'extérieur du Canada qu'au pays. Créer de la fierté et utiliser nos atouts.

Conservation de la main-d'œuvre compétente :

  • Investissements d'origine américaine ou étrangère.
  • Lorsqu'une entreprise canadienne reçoit un investissement en provenance de l'extérieur du Canada, l'entreprise est encouragée à demeurer au Canada parce qu'elle demeure admissible au financement de contrepartie canadien.
  • Investir dans les entrepreneurs en série et proposer des mesures de soutien pour le développement et la croissance de l'entreprise à la deuxième tentative ou après une acquisition.
  • « Fabriqué au Canada » : Développer des capacités pour la prochaine génération. Démontrer que nous pouvons le faire au Canada.
  • Être l'endroit où l'action se passe. Créer des pôles d'attraction de la main-d'œuvre. Investir dans les concentrations autour d'initiatives intéressantes.
  • S'inspirer de la Saskatchewan où le cyclotron a attiré la main-d'œuvre et des investisseurs.
  • Développer et soutenir des entreprises vedettes qui aiment le Canada et qui ont une crédibilité internationale.
  • Zones d'innovation à revenu non imposable (aucun impôt ou impôt réduit pendant la période du « mode innovation »).
  • Créer des espaces de concurrence saine... pas de « tartinage égal » des mesures d'encouragement.

Développer les compétences de la main-d'œuvre :

  • Commencer tôt à développer les compétences en idéation, prototypage et commercialisation de la maternelle à la 12e année, avec une participation de l'industrie (apprentissage intégré).
  • Programme d'éducation national : comprend la compréhension des données, les connaissances financières, la créativité et les compétences entrepreneuriales et la discipline de la conception (design).
  • Partenariats — encourager le groupement de partenariats pour les projets d'envergure avec des mesures d'encouragement du gouvernement.
  • Former des regroupements de main-d'œuvre canadienne partout au Canada — fournir l'infrastructure et les mécanismes pour combiner et associer les entreprises en grappes ainsi que pour créer des fusions et des « superentreprises ».
  • Créer des cadres de mécénat ou de commandite qui créent un environnement pour la création artistique (avoir des artistes ou des écrivains en résidence, etc.).
  • Développer un noyau de design dès l'école primaire et allant jusqu'aux études collégiales et universitaires.
  • Reproduire la boîte à brevets « Patent Box » du Royaume-Uni (elle pourrait s'appeler la « boîte d'innovations ») qui réduit de 25 % l'impôt des entreprises sur le revenu provenant d'un brevet (ventes de produit et des accessoires, redevances et licences exclusives du brevet).
  • Créer un programme « Premier brevet » au Canada comme celui du Québec.
  • « Activer et non éduquer » en ayant le design comme point de mire et préparer les jeunes à l'entrepreneuriat.
  • S'intéresser à son quartier — c'est direct et fondé sur l'expérience
  • Miser sur le moyen terme. Ne pas s'arrêter aux résultats à court terme. S'attendre à des itérations et réorientations et les soutenir. 
  • Créer une facilité de déplacement (Canada sans frontières) pour les étudiants afin d'assurer la richesse des expériences locales, nationales et internationales (comme le programme Science sans frontières).
  • Concevoir une politique autochtone nationale de reconnaissance des personnes talentueuses pour reconnaître la valeur réelle des produits, de la culture, de la main-d'œuvre qualifiée et des services autochtones et aider à en tirer profit.
  • Faire correspondre les objectifs du gouvernement avec ceux des inventeurs.

Attirer la main-d'œuvre :

  • Attirer les multinationales en ramenant des travaux internationaux de R et D au Canada pour stimuler la croissance des entreprises internationales. Ceci aide à développer les compétences de la main-d'œuvre au Canada en plus de créer des sociétés détachées canadiennes.
  • Présenter les atouts du Canada (main-d'œuvre en R et D, crédits d'impôt, coût de la main-d'œuvre, stabilité politique, sécurité, diversité, excellente stabilité financière, main-d'œuvre, etc.) à de grandes entreprises internationales ciblées pour les inciter à s'établir au Canada.
  • Aider les immigrants à faire la transition au Canada en simplifiant le processus et en reconnaissant leurs compétences.
  • Initiatives culturelles comme le Festival international de films de Toronto.
  • Avoir des visas où il est facile de demeurer au Canada à l'intention des étudiants qui désirent lancer une entreprise ici, faire la promotion d'entreprises vedettes canadiennes qui suscitent un attrait ou attirer des entreprises vedettes internationales qui s'établiraient ici certain temps afin qu'elles suscitent un attrait
  • Développer l'image de marque du Canada : le premier ministre Trudeau est en train de mettre le Canada à l'avant-scène. Soutenir ces efforts avec des récits de grandes entreprises vedettes qui font l'unanimité auprès des Canadiens et qui sont également reconnues partout au monde.

Création de contenu :

  • L'édition est stable sur le plan commercial, il y a donc une énorme occasion d'exporter. Il faut plus d'investissement dans la consolidation des ressources pour les éditeurs de petite et moyenne tailles.
  • Le défi de la diffusion de livres électroniques aux États-Unis — « se faire connaître ».
  • Permettre les investissements étrangers dans le secteur de l'édition au Canada grâce à des mesures d'encouragement.
  • Les lois sur le droit d'auteur créent des défis pour la création de contenu éducatif. Le Canada est en train de perdre du terrain à cause de cela.
  • Il faut investir davantage dans « l'accès numérique direct ». La technologie existe mais, sans l'infrastructure, il faut investir dans la technologie et les concepteurs, le déploiement électronique et les systèmes des plateformes pour le contenu éducatif.
Date de modification :