Réponse au rapport de l'Examen du soutien fédéral aux sciences en compagnie de la ministre des Sciences, Kirsty Duncan

Transcription — Réponse au rapport de l'Examen du soutien fédéral aux sciences en compagnie de la ministre des Sciences, Kirsty Duncan

Kate Young : Bonjour, je suis Kate Young, secrétaire parlementaire pour les Sciences, et je suis avec la ministre des Sciences, Kirsty Duncan. Comment allez-vous?

L'honorable Kirsty Duncan : Bonjour, Kate.

Kate Young : Notre gouvernement reconnaît qu'un soutien solide aux sciences est essentiel à l'innovation. C'est pourquoi nous avons lancé l'examen du soutien à la science fondamentale, le premier du genre en 40 ans. Pouvez-vous résumer l'objectif de cet examen?

L'honorable Kirsty Duncan : Effectivement, on ne l'avait pas fait depuis 40 ans. J'estimais qu'il fallait s'assurer que notre écosystème de financement est stratégique et efficace et adapté aux besoins de nos chercheurs.

Nous avons formé un comité d'experts triés sur le volet et confié la direction de ce comité à David Naylor. Le comité comptait plusieurs membres, dont l'ancienne rectrice de l'Université de la Colombie-Britannique, Martha Piper, et notre plus récent prix Nobel canadien, Art McDonald. Il y a eu 1 275 soumissions en provenance de tout le pays et 5 tables rondes.

Je suis très contente du rapport qu'ils ont remis, et je tiens à les remercier. Ils ont fait un travail formidable. Leur rapport est détaillé et bien articulé. Il contient 35 recommandations.

Kate Young : Maintenant, quelles mesures comptez-vous prendre pour donner suite au rapport?

L'honorable Kirsty Duncan : La raison pour laquelle j'ai demandé cet examen vient du monde des sciences lui-même. Je connais bien le milieu de la recherche et je voulais améliorer les choses. Alors j'ai commandé le rapport en vue de pouvoir agir. Notamment, nous allons mettre en place un nouveau conseil consultatif qui donnera des avis sur les sciences et l'innovation au ministre responsable de l'Innovation et à moi-même. Ce comité devra faire preuve d'ouverture et de transparence et rendre des comptes, dans le respect des valeurs de notre gouvernement.

Nous mettrons en place aussi un nouvel organisme de coordination pour nos conseils subventionnaires, pour favoriser la coordination au sein des conseils et assurer l'harmonisation et la durabilité. Par exemple, si les chercheurs présentent une demande pour un laboratoire ou un nouvel outil, ils pourront faire une demande pour une subvention de fonctionnement, ce qui leur facilitera la vie.

Et nous prendrons des mesures, la ministre Philpott et moi-même, pour modifier la législation des Instituts de recherche en santé du Canada, afin de pouvoir séparer la fonction de président-directeur général des Instituts de celle de président du conseil d'administration. C'est une question de saine gouvernance.

Kate Young : Pourquoi est-ce important pour les Canadiens? Pourquoi devons-nous avoir un système solide pour les sciences?

L'honorable Kirsty Duncan : C'est important pour les Canadiens parce qu'ils savent que la science mène aux nouveaux traitements curatifs et médicaux, à de nouvelles technologies, à un meilleur environnement, à de l'eau et à de l'air plus propres, à des collectivités plus fortes et à plus d'innovations. Les Canadiens comprennent que tout commence par la science.

Kate Young : Merci, Madame la Ministre Duncan. J'ai hâte de travailler avec vous à la vision à long terme du gouvernement pour les sciences au Canada.

L'honorable Kirsty Duncan : Merci, Kate. Je suis très contente que tu fasses partie de cette équipe.

Kate Young : La ministre des Sciences, Kirsty Duncan, et je suis Kate Young, secrétaire parlementaire pour les Sciences.

Date de modification :