À propos du CRC

Le CRC a contribué à donner forme au paysage des télécommunications au Canada. Fort de son riche passé, il axe aujourd'hui ses efforts sur le spectre, afin de tirer pleinement parti des avantages des télécommunications sans fil. Renseignez-vous davantage sur cet organisme unique du système d'innovation canadien.

Nos origines

Réflecteur d'antenne Kennedy, utilisé par le CRC pour recevoir des données de télémesure provenant des satellites ISIS durant les années 1960.

Depuis plus de 40 ans, le CRC relève un vaste éventail de défis et saisit les possibilités sans pareilles qui s'offrent dans le paysage des télécommunications au Canada. Des antennes aux algorithmes, de la radiodiffusion aux services à large bande et des satellites aux logiciels, le CRC a joué un rôle crucial en fixant le cap de l'évolution du Canada dans le domaine des communications.

Alouette 1, le premier satellite canadien, en grande partie conçu, construit et mis à l'essai au Campus de Shirleys Bay du CRC. M. John Chapman révélant les composants électroniques internes du satellite en 1962.

Les premières recherches du CRC sur les satellites, par exemple, ont conduit à la mise au point de satellites de communications utilisés en radiodiffusion, en recherche et sauvetage, sans oublier d'autres applications dont profitent maintenant la population canadienne. C'est au CRC qu'a eu lieu la première connexion terrestre internationale à ARPANET, le précurseur d'Internet. La découverte par le CRC de la photosensibilité dans la fibre optique a été l'origine d'Internet haute vitesse et a propulsé la croissance de l'industrie des communications optiques du Canada. La recherche et les essais effectués par le CRC ont grandement contribué à l'adoption de la norme sur la télévision numérique de l'Amérique du Nord. Plus récemment, la recherche effectuée par le CRC a eu des répercussions fondamentales sur l'établissement de nouvelles normes régissant le contrôle et l'intensité sonore pour la radiotélédiffusion.

Tout comme les pionniers du satellite Alouette ont fait entrer le Canada dans l'ère de l'exploration spatiale, un esprit semblable de découverte s'impose aujourd'hui pour guider le pays à l'aube d'une ère nouvelle où la demande de spectre des radiofréquences exerce des pressions sur l'offre. La prolifération des appareils mobiles sur lesquels tournent des applications voraces en bande passante exerce des pressions sur cette ressource limitée. Une pénurie pourrait mettre en danger non seulement les communications personnelles et commerciales, mais aussi celles qui ont trait à la sécurité publique.

Des solutions technologiques peuvent contribuer à répondre à la forte demande imposée au spectre. Le savoir-faire du CRC réside dans les technologies et les techniques sans fil de demain, capables de partager le spectre, d'atténuer l'interférence, d'optimiser l'interopérabilité et, globalement, d'exploiter cette ressource précieuse. Les conseils et l'appui que le CRC fournit à Innovation, Sciences et Développement économique Canada, gestionnaire du spectre, ainsi qu'à d'autres ministères qui comptent grandement sur les communications sans fil, sont essentiels pour l'avenir. Notre relation avec l'industrie, les milieux universitaires et d'autres instituts de recherche est tout aussi importante, car c'est par la collaboration que le Canada parviendra à surmonter les défis de demain sur le plan du spectre.


haut de la page

Notre objectif aujourd'hui

Les communications sans fil révolutionnent notre façon de nous parler, de faire des affaires et d'organiser notre vie. Aujourd'hui, les téléphones intelligents, les appareils GPS et les connexions Internet sans fil sont tout aussi indispensables qu'elles sont courantes. Cette dépendance à l'égard des communications sans fil ne fera que s'accentuer. En fait, les experts estiment que d'ici 2020, le trafic de données mobiles sera 1 000 fois plus élevé qu'aujourd'hui!

Au Centre de recherches sur les communications (CRC), nous sommes conscients que cette croissance rapide de l'utilisation des services mobiles soulève un problème important : le nombre de bandes de radiofréquences utilisées pour les communications sans fil est limité. Ce problème constitue toutefois une occasion exceptionnelle. Au Canada seulement, le secteur des technologies sans fil apporte à l'économie une contribution évaluée à 50 milliards de dollars, soutient quelque 280 000 emplois et favorise la mise au point de nouveaux produits et services.

Faisant partie intégrante d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada et de son Secteur du spectre et des télécommunications, le CRC est bien placé pour relever ces défis et permettre ainsi aux Canadiens d'exploiter les occasions offertes par l'utilisation sans cesse croissante des communications sans fil.

Depuis 1969, nous sommes le principal centre de recherche appliquée en télécommunications de pointe du Canada, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires du gouvernement, du secteur privé et du milieu universitaire.

En 2017, nous avons ouvert le Centre d'analyse des mégadonnées, un laboratoire de recherche à la fine pointe de la technologie disposant d'outils de visualisation qui nous permettront d'effectuer de la recherche d'avant garde.


haut de la page

La vision

À titre de centre fédéral d'excellence du Canada en recherche et développement (R-D) sur les télécommunications sans fil, assumer un rôle de premier plan afin de trouver des solutions visant à répondre à la demande de services sans fil dans une économie moderne.

La mission

  • Réaliser des activités de R-D sur les télécommunications sans fil pour favoriser l'exploitation efficace du spectre des radiofréquences et être la principale source de connaissances scientifiques et de conseils techniques à long terme du gouvernement sur la gestion du spectre, la réglementation et les politiques;
  • Satisfaire aux exigences opérationnelles fondamentales des ministères et des organismes du gouvernement du Canada, comme la Défense nationale et la Sécurité publique, en matière de télécommunications sans fil;
  • Prendre part à des collaborations stratégiques en R-D tirant avantage des activités du CRC et favorisant le transfert de connaissances et de technologies au profit de l'industrie, de l'économie et de la population du Canada.

haut de la page

Clients

Le CRC est le principal laboratoire fédéral de recherche-développement spécialisé dans les technologies sans fil. Le centre de recherche appliquée à l'écoute de ses clients fournit du soutien et des services-conseils techniques au Secteur du spectre et des télécommunications d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada, au ministère de la Défense nationale, à Sécurité publique Canada et à d'autres organismes gouvernementaux. Afin de donner suite aux grandes priorités nationales, les clients font appel aux travaux de recherche indépendante et impartiale du CRC pour prendre des décisions de nature stratégique, réglementaire et technique. Tout en appuyant le gouvernement, le CRC collabore avec l'industrie, les universités et d'autres instituts de recherche pour atteindre des buts communs.

Innovation, Sciences et Développement économique Canada

La demande de services sans fil à large bande a explosé. Les moyens de transport de ces services — soit les réseaux de communications — utilisent une ressource limitée : le spectre des radiofréquences.

Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) réglemente et gère le spectre de façon à maximiser les retombées économiques et sociales que les Canadiens tirent de cette ressource précieuse. Les dirigeants doivent tenir compte de nombreux facteurs complexes, dont les suivants :

  • trouver la meilleure façon d'utiliser le spectre disponible tout en faisant de la place pour de nouveaux services sans fil;
  • chercher à savoir si de nouveaux services sans fil pourraient nuire aux services existants;
  • chercher à savoir si des technologies émergentes pourraient perturber les technologies existantes et obliger à modifier la réglementation.

Afin d'aider ISDE à répondre à ces questions, le CRC effectue des recherches portant sur l'éventail complet de son savoir-faire, lequel porte aussi bien sur les éléments fondamentaux des technologies sans fil que sur l'étape suivante du développement, soit les réseaux et les systèmes, et sur l'étape finale, qui englobe les applications, la mise au point de prototypes et la performance.

Grâce à ses activités de R-D le CRC est en mesure de fournir à ISDE de solides connaissances techniques et de lui formuler des recommandations pour favoriser l'harmonisation, les économies d'échelle et l'interopérabilité — principes moteurs clés des communications sans fil. Le Centre appuie et représente activement ISDE devant des organismes normatifs internationaux, comme l'Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE).

Le secteur privé joue un rôle pivot en investissant dans l'innovation et, pour encourager cet investissement, ISDE tire parti entre autres des activités de R-D du CRC. Les chercheurs du Centre collaborent avec leurs homologues des milieux industriels et universitaires et d'autres organismes de recherche, aussi bien pour promouvoir l'utilisation efficiente du spectre que pour favoriser l'accès à cette ressource afin de créer des occasions d'affaires pour les entreprises canadiennes.

Défense nationale

Que ce soit pour faire face à des catastrophes nationales ou accomplir des missions multinationales à l'étranger, les forces armées du Canada comptent sur des communications sans fil robustes et sécurisées.

Le CRC collabore avec le ministère de la Défense nationale (MDN) et son entité de recherche, Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), afin de fournir des capacités opérationnelles améliorées aux Forces canadiennes.

Nous collaborons de près avec nos clients du MDN-RDDC pour répondre à leurs défis sur le plan des communications, comme les suivants :

  • satisfaire à des exigences croissantes sur le plan des communications dans un environnement à spectre limité;
  • réunir dans un réseau transparent différents types de liens de communication comme les technologies à bande passante limitée et à bande passante à haut débit;
  • assurer des communications transparentes entre les forces terrestres, aériennes et maritimes, ainsi qu'avec les forces de coalitions;
  • gérer le trafic de voix et de données.

Le CRC saisit aussi les possibilités qu'offrent les technologies de communication émergentes. Des radios agiles très adaptatives, par exemple, permettent d'utiliser plus efficacement le spectre des radiofréquences requis pour répondre à la demande croissante de transmission des renseignements dans les environnements opérationnels mobiles en réseau.

Le CRC représente le MDN-RDDC auprès d'autres organisations alliées et organismes internationaux de normalisation, y compris des groupes de travail de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et le Programme de coopération technique (PCT). Ces collaborations permettent de tirer avantage des travaux de R-D et des connaissances en S et T de nos alliés. En outre, les contributions techniques du CRC aident à assurer que toute nouvelle norme portant sur l'interopérabilité, un rendement plus élevé et la robustesse des réseaux de communications radio tient compte des intérêts du Canada.

Sécurité publique Canada

Il est crucial que les organisations de sécurité publique, de sécurité nationale et de sécurité civile puissent communiquer efficacement. La possibilité de sauver des vies dépend de la capacité des intervenants d'urgence à communiquer.

Le CRC collabore avec Sécurité publique Canada, par l'entremise du Bureau de développement interopérable, pour élaborer et essayer de meilleures capacités de communication pour l'ensemble des secouristes opérationnels du Canada. Ces travaux ont abouti à :

  • un banc d'essai d'applications sans fil destinées aux premiers intervenants;
  • des technologies visant à combler les lacunes des communications dans le matériel existant;
  • des recherches importantes sur une refonte complète de la conception radio afin que les problèmes d'interopérabilité n'affectent pas l'équipement de l'avenir.

Des problèmes d'interopérabilité surgissent lorsque de multiples forces répondent à use crise ou à une catastrophe. Pensons seulement aux interventions d'urgence d'envergure qui mettent à contribution des ressources de nombreuses régions. Pendant que divers services d'incendie, d'ambulance et de police convergent vers les lieux d'intervention avec leur radio respective, il se peut qu'ils ne puissent communiquer à cause de leurs technologies différentes.

Pour les réseaux, les solutions les plus efficaces consistent à utiliser des normes et des protocoles communs. Quant aux appareils, la solution réside dans la technologie de la radio réalisée par logiciel (RRL). La RRL transfère les fonctions de modulation et de fréquence du matériel radio au logiciel, ce qui permet aux radios de changer de mode de fonctionnement au besoin sans qu'il soit nécessaire de changer le matériel. Cette approche révolutionnaire devrait modifier considérablement la façon d'utiliser les radios depuis leur création il y a plus de 100 ans.

Autres entités gouvernementales

D'autres entités gouvernementales profitent de l'expertise du CRC en R-D sur les télécommunications :

Industrie, milieux universitaires et autres instituts de recherche

En plus de soutenir le gouvernement, le CRC collabore avec l'industrie, des universités et d'autres instituts de recherche pour atteindre des objectifs communs. Au cours des cinq dernières années, le CRC a compté parmi ses clients 160 entreprises, 20 universités et 20 instituts de recherche.

Les clients viennent au CRC parce qu'il s'agit de la seule installation canadienne capable de créer des technologies de communication novatrices en couvrant tous les éléments de la chaîne d'innovation technologique, soit de la science fondamentale à la mise au point et au déploiement (mise à l'essai) de prototypes.

Les exemples sont variés. Des chercheurs universitaires canadiens et étrangers étudient le brouillage avec CORAL, la première plate-forme commerciale d'élaboration de la radio cognitive conforme à la technologie Wi-Fi au monde, mise au point par le CRC.

Une grande entreprise canadienne a demandé au CRC de l'aider à concevoir et à améliorer des combinés à antennes multiples. Cette entreprise a approché le CRC en raison de son expérience de la radio cognitive, de sa contribution aux normes de l'IEEE et de son expertise sur les circuits sans fil et les systèmes d'antennes. Dans un autre cas, une entreprise de télécommunication canadienne envisageait d'élaborer une analyse de rentabilité pour la technologie sans fil. Elle a conclu un contrat avec le CRC pour analyser le rendement de produits sans fil et faire des recherches sur la conception de réseaux.

Durant ces recherches, les spécialistes du CRC ont beaucoup utilisé l'infrastructure de banc d'essai de l'organisme. En 2012, par exemple, le CRC a collaboré avec un partenaire de l'industrie pour ajouter un réseau LTE à son réseau d'essai sans fil existant et couvrir ainsi plus de 100 km2 dans l'ouest d'Ottawa. Il s'agit de l'un des premiers réseaux d'essai sans fil LTE de son genre en Amérique du Nord. Le CRC exploite le réseau d'essai pour étudier le rendement et les capacités d'une vaste gamme de nouvelles technologies sans fil, et plus particulièrement pour mettre au point des techniques d'optimisation et de conception de réseaux, perfectionner les modèles de couverture sans fil et évaluer le rendement et l'extensibilité des applications.


haut de la page

Haute direction

M. Jean Luc Bérubé, Président

M. Jean Luc Bérubé, Ph. D., a joint les rangs du Centre de recherches sur les communications (CRC) en 2009 à titre de vice-président à la recherche et il en a assumé la présidence en 2011, mettant à profit son expérience éprouvée de la gestion des dossiers humains et technologiques propres au domaine complexe de la R-D en télécommunications.

M. Bérubé a dirigé le CRC à une époque de profonde transformation de l'organisme, marquée par le renouvellement et la réorganisation de ses programmes de recherche, la restructuration de ses processus organisationnels et la modernisation de l'infrastructure du laboratoire et du campus du CRC. Grâce à ces efforts, le CRC occupe une place de premier plan à titre de centre agile, innovant et axé sur la clientèle de recherches appliquées en télécommunications sans fil de pointe. Pour en savoir davantage sur les recherches menées par le CRC sous la direction de M. Bérubé, veuillez cliquer ici.

M. Bérubé a débuté sa carrière en 1984 à titre d'ingénieur concepteur à la Compagnie Marconi Canada. Il est ensuite entré au service de Nortel, où il a dirigé des équipes chargées de la conception de matériel de télécommunications de pointe. Il est passé chez Motorola, où il a veillé à ce que la planification des produits corresponde de très près aux besoins de la clientèle. Par la suite, il a travaillé pour Altera Corporation, où il a dirigé la mise au point d'applications et le développement de marchés pour les secteurs des communications par réseaux sans fil et à large bande au Canada.

Titulaire d'un baccalauréat ès sciences de l'Université du Nouveau-Brunswick (UNB) en génie électrique, M. Bérubé et également obtenu dans ce domaine une maîtrise en sciences appliquées de l'École Polytechnique de Montréal et un doctorat à l'UNB.

Mme Colette Jubinville, Vice-présidente exécutive

Mme Colette Jubinville est la vice-présidente exécutive, Expansion commerciale et affaires intégrées. Elle est au service du CRC depuis 2011.

Avant de joindre les rangs du CRC, Mme Jubinville a travaillé pour plusieurs secteurs du ministère de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique (ISDE) à titre de stratège, de conseillère, de gestionnaire et de cadre supérieure. Sa connaissance approfondie du Ministère s'est révélée déterminante pour faire concorder l'orientation du CRC et les priorités d'ISDE.

Mme Jubinville détient une maîtrise ès arts en philosophie de l'Université d'Ottawa, ainsi qu'une maîtrise en administration des affaires, décerné en partenariat par l'Université McGill et l'École des hautes études commerciales.

M. Aldo Petosa, Directeur de la technologie du CRC

M. Aldo Petosa, Ph.D., est le directeur de la technologie du CRC.

Aldo Petosa s’est joint au CRC en 1995 après avoir obtenu son doctorat en génie électrique de l’Université Carleton. Au cours de sa carrière au CRC, M. Petosa a occupé plusieurs postes, notamment à titre de chercheur scientifique, de chef de projets de conception et de développement d’antennes, de directeur de recherche des Technologies des radiofréquences, de vice-président des Technologies sans fil et de chercheur scientifique principal du Bureau chef de la technologie. Il a dirigé une variété de projets visant le développement de conceptions novatrices d’antennes pour diverses applications de communications terrestres sans fil et mobiles par satellite et il a contribué grandement au grand défi Briser la barrière fréquentielle au niveau de projets et de programmes.

M. Petosa est au nombre de coinventeurs détenant cinq brevets, l’auteur de près de deux cents documents techniques publiés dans des revues scientifiques ou présentés lors de conférences et l’auteur de deux ouvrages sur les antennes. Depuis 1997, il est professeur auxiliaire au Département de l’électronique de l’Université Carleton et il enseigne depuis 2001 un cours de cycle supérieur sur les principes fondamentaux de l’ingénierie des antennes.

M. Stéphane Gagnon, Vice-président

M. Stéphane Gagnon est le vice-président du groupe Applications et performance du CRC. Il est arrivé au Centre en 2015, apportant plus de 20 ans d'expérience dans le domaine des télécommunications et des semi-conducteurs.

Jusqu'à tout récemment, il était directeur de l'exploitation chez POET Technologies. Avant cela, il a travaillé pour Integrated Device Technology (auparavant Tundra Semiconductor), Motorola et Nortel (Bell Northern Research), où il a occupé divers postes au sein de la direction puis de la haute direction.

M. Gagnon a également été président du comité directeur de l'association à but non lucratif RapidIO Trade Association durant trois ans et il a contribué aux activités du groupe de travail pendant plus de neuf ans. Il a collaboré avec la NASA, le département américain de la Défense et de nombreux intervenants de l'industrie comme Ericsson, Nokia-Siemens et Huawei.

M. Gagnon possède une grande expérience pour ce qui est de mener des activités de R-D, de diriger des équipes interfonctionnelles et de gérer les relations avec des clients et des partenaires internationaux. Il a de solides antécédents dans les technologies d'avant-garde et les innovations liées aux télécommunications sans fil. Grâce à ses connaissances approfondies des tendances, des enjeux et des risques dans ce domaine, M. Gagnon est à même d'utiliser son savoir-faire pour rassembler les intervenants de l'industrie et les spécialistes de l'innovation, du développement et de la conception.

M. Gagnon est titulaire d'un B.Sc. en génie informatique de l'Université Laval.

M. Marc Levesque, Vice-président

M. Marc Levesque est vice-président de la Direction des technologies sans fil du CRC. Comptant à son actif plus de 20 ans d'expérience dans les domaines du génie, de la représentation technique, du développement des affaires et de la gestion, il est entré au service du CRC en 2015.

Avant de se joindre au CRC, M. Levesque était directeur de comptes mondiaux chez Altera Corporation et dirigeait une équipe internationale axée sur les clients en télécommunications.

Il a occupé auparavant des postes en génie chez des fournisseurs de matériel de télécommunications comme Nortel, portant sur la conception de matériel informatique, le développement de logiciels, la vérification de systèmes et le soutien sur place. Son expérience en recherche-développement (R-D) lui a fourni l'assise en génie qui l'a propulsé dans les domaines de la représentation technique, du développement des affaires et de la haute direction. Elle lui a également fourni une connaissance approfondie des principes scientifiques directeurs qu'il applique aujourd'hui à diriger une équipe de R-D.

Le CRC profite également des solides acquis de M. Levesque dans le domaine des relations avec les intervenants, tant les experts à l'interne réglant des problèmes techniques et les membres d'équipes gérant des fonctions opérationnelles que les collaborateurs externes et les clients à l'étranger.

M. Levesque est titulaire d'un baccalauréat ès sciences en génie électrique de l'Université du Nouveau-Brunswick et d'une maîtrise de gestion en ingénierie de l'Université d'Ottawa. Il est ingénieur membre de l'Ordre des ingénieurs de l'Ontario.


haut de la page

Itinéraire

Addresse

3701, avenue Carling
Nepean (Ontario)  K2K 2Y7
Canada

Coordonnées GPS

45.345196, -75.880435

À partir du centre-ville d'Ottawa par le Queensway

Empruntez le Queensway (417, direction ouest) et prenez la sortie de la promenade Moodie. Tournez à droite sur Moodie, puis roulez jusqu'à l'avenue Carling. Tournez à gauche sur Carling et roulez jusqu'au deuxième feu de circulation. Juste avant le viaduc de chemin de fer, tournez à droite sur la voie d'accès menant au CRC.

À partir de l'aéroport par le chemin West Hunt Club

Empruntez le chemin West Hunt Club et roulez jusqu'à la promenade Moodie. Tournez à droite sur Moodie, puis roulez jusqu'à l'avenue Carling. Tournez à gauche sur Carling et roulez jusqu'au deuxième feu de circulation. Juste avant le viaduc, tournez à droite sur la voie d'accès menant au CRC.

La sécurité

Le campus du CRC est un lieu dont l'accès est contrôlé et où les visiteurs doivent être escortés. À votre arrivée, vous serez accueilli par un agent de sécurité qui vous remettra un laissez-passer et communiquera par téléphone avec la personne que vous êtes venu rencontrer. Un représentant viendra alors vous chercher au poste de garde ou vous accueillera à l'entrée de l'édifice où vous êtes attendu.

Date de modification :