Sélection de la langue

Recherche

Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : STAR Consortia

Des représentants des membres de STAR Consortia à l'Université de la Colombie-Britannique expliquent comment la Politique des retombées industrielles et technologiques les a aidés à établir un partenariat en recherche-développement.

Transcript—Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : STAR Consortia

[Musique]

[Prises de vues et images de casques de hockey, de gens d'affaires, d'équipement et de machines de haute technologie, d'un moniteur d'ordinateur, de logiciels et du logo Survive and Thrive Applied Research ou STAR]

[Texte à l'écran : Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour innover : Consortium STAR]

Neil Rutter, directeur général, Textron Systems Canada : Notre implication au Canada a pris de l'ampleur après que nous avons obtenu le contrat des véhicules blindés tactiques de patrouille (VBTP) en 2012. Depuis, le programme des VBTP nous a permis d'intégrer plusieurs secteurs au Canada, à la fois comme fournisseur et investisseur. Nous avons pu remplir nos obligations de R et D pour le programme des VBTP grâce à la création d'un consortium. Nous travaillons de concert avec Helios à Kelowna en C.-B. et l'Université de la C.-B.

Helios fournit la technologie, soit le produit « armor gel », tandis que l'Université de la C.-B. réalise des essais pour démontrer l'efficacité du produit dans les casques de hockey.

Martin Cronin, directeur, Helios Global Technologies : La politique des RIT est un mécanisme qui vise à assurer que les investissements que fait le gouvernement fédéral au Canada dans les grands projets d'approvisionnement se traduisent par des investissements dans l'innovation et l'économie partout au Canada. Dans notre cas, l'approvisionnement du Canada en nouveaux véhicules blindés tactiques de patrouille pour les Forces canadiennes a donné lieu à des investissements par Textron Systems dans notre technologie de matériaux de pointe axés sur la sécurité des athlètes, notamment la création d'un meilleur casque hockey pour protéger les joueurs sur la glace.

[Prises de vues d'un technicien qui travaille à l'ordinateur; le moniteur présente une démonstration technique où un casque de hockey bloque une balle projetée à haute vitesse]

Au départ, mon but était d'exposer aux entreprises internationales le travail que nous faisons ici en C.-B. L'Université de la C.-B s'est montré un partenaire professionnel et très intéressé et, ensemble, sur le campus d'Okanagan, nous avons lancé une initiative visant à financer un projet de recherche appliquée « survivre et prospérer ». Cette collaboration nous a permis d'en faire beaucoup plus que si nous avions travaillé de façon autonome et a servi d'outil de levier pour susciter l'attention d'entreprises internationales.

[Prises de vues de gens d'affaires sur le campus de l'Université de la Colombie-Britannique dans l'Okanagan et du laboratoire de Textron où des techniciens font la démonstration d'équipement de balayage]

Grâce à l'expertise de calibre mondial de l'Université de la C.-B., sans compter les fonds de développement, l'accès au marché et le savoir-faire technique de notre partenaire Textron, nous avons pu avancer plus rapidement que si nous avions été seuls. Cela nous a permis de réaliser un programme de développement technologique à la fois stratégique et ambitieux.

Keith Culver, directeur, recherche appliquée Survive and Thrive à l'Université de la Colombie-Britannique : La politique de regroupement des RIT nous permet de jumeler nos efforts avec ceux d'autres partenaires. Nous pouvons ainsi coordonner et collaborer de manière plus efficace, ce qui aurait été impossible ou trop compliqué auparavant. Sans la politique des RIT, nous ne pourrions pas de travailler efficacement sur de multiples problèmes, et ce, avec de multiples partenaires.

[Prises de vues de techniciens qui font la calibration d'équipement de pointe et d'essais de vêtements pare-balles]

Une des dimensions importante et intéressante dans le domaine de la défense, c'est la possibilité d'identifier comment les technologies de la défense peuvent également servir dans d'autres secteurs. Un exemple particulièrement intéressant est celui de la recherche sur les casques militaires qui a pu être transférée directement aux sports, surtout avec le nombre croissant de commotions cérébrales, notamment dans le hockey et le football. La politique des RIT nous donc permet de travailler dans le domaine de la défense tout en créant d'innombrables avantages pour d'autres secteurs et pour les Canadiens.

Neil Rutter: Mon conseil à une PME ou à une université qui a des idées à lancer, c'est de venir nous présenter un projet qui est sensé, qui offre de bonnes occasions d'affaires à la fois pour eux et pour nous et qui, idéalement, relève de notre champ d'intérêt. Évidemment, Helios et Textron ne s'intéressent pas aux mêmes domaines, mais il reste que le produit « armor gel » a d'immenses applications autant pour les véhicules blindés que pour la protection des soldats.

[Prises de vues montrant les résultats d'essais de vêtements pare-balles, dont des marques de balles et une balle aplatie]

Martin Cronin: Si j'avais à décrire en un mot l'essentiel de la politique des RIT, ce serait « facilitation ». En fait, l'approche des RIT offre la possibilité d'établir des contacts clés qui favorisent la création de relations permettant la collaboration à des programmes de développement et d'innovation technologique de calibre mondial, lesquels créent des avantages économiques importants pour le Canada.

[Texte à l'écran : Innover pour un meilleur Canada]

[Fin de la musique]

[Mot-symbole « Canada »]

Date de modification :