Cas de réussite

La politique des RIT, y compris la proposition de valeur, est le principal outil du gouvernement pour tirer parti des retombées industrielles pour l’approvisionnement en matière de défense. Les chiffres du portefeuille sont important et les entreprises respectent leurs obligations.

Plus importantes encore, toutefois, sont les retombées concrètes des investissements pour les Canadiens et l’économie canadienne.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples spécifiques des avantages tangibles de la politique.

Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : OSI Maritime Systems

Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : OSI Maritime Systems

Duration : 2:52
Date :

Ken Kirkpatrick, président-directeur général, OSI Maritime Systems, explique comment la Politique des retombées industrielles et technologiques a permis à son entreprise de percer et de prendre de l'expansion.



Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : Analytic Systems

Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : Analytic Systems

Duration : 2:48
Date :

James Hargrove, président-directeur général et vice-président aux ventes et au Marketing, Analytic Systems, explique comment la Politique des retombées industrielles et technologiques a fait naître des occasions pour sa compagnie.



Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : STAR Consortia

Miser sur l'approvisionnement en matière de défense pour réussir : STAR Consortia

Duration : 4:03
Date :

Des représentants des membres de STAR Consortia à l'Université de la Colombie-Britannique expliquent comment la Politique des retombées industrielles et technologiques les a aidés à établir un partenariat en recherche-développement.

Stratégie nationale de construction navale

BluMetric Environmental Inc. (Ontario)

BluMetric est une entreprise établie à Ottawa, en Ontario, qui compte environ 170 employés. L’entreprise effectue des travaux de pointe dans les domaines de l’eau, du traitement des eaux usées et des services professionnels en environnement.

BluMetric a été sélectionnée par Seaspan Vancouver Shipyard pour concevoir et livrer un système embarqué de dessalement par osmose inverse à bord des navires en vue de la construction des nouveaux navires de soutien interarmées. L’entreprise pourra ainsi mettre à profit son expérience de travail dans le secteur maritime et, plus particulièrement, acquérir de l’expérience de travail avec les navires de la Marine dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale.

Centre for Ocean Ventures and Entrepreneurship (Nouvelle-Écosse)

En juillet 2018, le Marine People Partnership, par l’entremise du Centre for Ocean Ventures and Entrepreneurship (COVE), a tenu une conférence de plusieurs jours sur l’apprentissage expérientiel dans le domaine océanique pour plus de 50 professionnels de l’éducation provenant de la Nouvelle-Écosse. Les commentaires formulés par les enseignants lors de cette conférence ont contribué à la mise sur pied de la trousse d’outils océanique Taking Making into Classrooms, une collection d’activités océaniques pour la salle de classe. Le financement du Marine People Partnership fait partie des engagements de la proposition de valeur d’Irving Shipbuilding pris dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN). Irving Shipbuilding a fourni des plans et des instructions pour que les classes puissent fabriquer leur propre navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA). L’activité aidera les élèves à comprendre le travail que doivent effectuer les ingénieurs, les travailleurs spécialisés, les inspecteurs de la qualité et les gestionnaires de projet qui construisent six NPEA pour la Marine royale canadienne au chantier naval d’Halifax dans le cadre de la SNCN.

Collège de l’Arctique du Nunavut (Nunavut)

Mettant l’accent sur le transport maritime dans l’Arctique canadien, le projet Enhanced Capacity for Oil Spill Situational Awareness and Response (ECOSAR) est l’un des neuf projets de recherche soutenus par l’investissement de deux millions de dollars d’Irving Shipbuilding dans le Collège de l’Arctique du Nunavut. L’investissement appuie neuf projets de recherche appliquée dans l’Arctique axés sur des domaines importants pour les collectivités et l’industrie maritime de l’Arctique canadien. L’équipe du projet ECOSAR est dirigée par C-CORE, une société de recherche et de développement sans but lucratif établie à l’Université Memorial de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador. C-CORE se spécialise dans les services consultatifs fondés sur la recherche et les solutions technologiques pour les environnements difficiles. Le projet comprend des travaux sur la détection des déversements de pétrole à l’aide de données satellitaires et la formation appropriée des intervenants locaux.

En août 2018, l’équipe du projet ECOSAR a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de l’Environnement du Nunavut pour préparer et donner un cours sur l’intervention en cas de déversement de pétrole à Iqaluit, au Nunavut. Vingt représentants de chaque région du Nunavut ont participé à cet atelier. Ces représentants sont devenus des formateurs, dans le but de retourner dans leur région pour aider à constituer une masse critique d’intervenants potentiels en cas de déversement de pétrole dans toutes les collectivités du Nunavut.

Corvus Energy (Colombie-Britannique)

Corvus Energy est une entreprise établie à Richmond, en Colombie-Britannique, qui fournit des systèmes de stockage d’énergie de grande puissance sous forme de batteries modulaires au lithium-ion. Ses systèmes de batteries spécialement conçus et éprouvés sur le terrain alimentent de façon continue l’équipement industriel lourd hybride et entièrement électrique, y compris les grands systèmes de propulsion navals. Dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, Corvus Energy a été sélectionnée pour des possibilités d’exportation internationale en raison des obligations en matière de retombées industrielles et technologiques relatives aux projets de navires de soutien interarmées et de navires hauturiers de science halieutique. Corvus Energy fournit, par exemple, des systèmes de stockage d’énergie et des services de recherche et de développement pour des applications dans des traversiers hybrides à l’étranger.

Genoa Design International (Terre-Neuve-et-Labrador)

Genoa Design, de Mount Pearl, à Terre-Neuve-et-Labrador, offre depuis 1995 des services de traçage de la production, de conception détaillée et de modélisation 3D aux industries côtières et de la construction navale à l’échelle mondiale. La technologie de Genoa, qui construite un modèle 3D d’un navire à partir d’extraits des spécifications de conception et extraits les informations de fabrication est utilisée par Seaspan sur le navire hauturier de science halieutique, le navire hauturier de science océanographique et les navires de soutien interarmées de la Marine royale du Canada. Depuis qu’elle a obtenu du travail dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, l’entreprise a vu sa taille et son chiffre d’affaires augmenter de plus de six fois, a créé une académie interne pour le perfectionnement technique et professionnel, a obtenu la certification ISO, s’est vu attribuer d’autres projets militaires, de garde-côtes et scientifiques aux États-Unis et a accru sa capacité et l’étendue de ses compétences.

Ideal Welders (Colombie-Britannique)

Ideal Welders, dont le siège social est situé à Delta, en Colombie-Britannique, offre des solutions de soudage novatrices et de haute qualité depuis plus de 50 ans. De la conception technique à la fabrication mécanique sur mesure, en passant par les solutions de tuyauterie modulaires, Ideal Welders est le plus grand atelier de fabrication de réservoirs sous pression et de tuyauterie en Colombie-Britannique. Dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), Ideal Welders a été choisi par Seaspan Vancouver Shipyards afin de fournir des tronçons de tuyauterie pour les navires hauturiers de science halieutique et les navires de soutien interarmées. La participation à la SNCN a permis à Ideal Welders d’embaucher plus de 30 nouveaux employés, et l’entreprise prévoit augmenter ce nombre. De plus, l’entreprise a été en mesure de réinvestir dans la machinerie, l’équipement et la formation accrue pour les employés.

IRCO Automation (Ontario)

Le siège social d’IRCO Automation est situé à Burlington, en Ontario, et l’entreprise a un deuxième emplacement à Hamilton. Elle conçoit, développe et fabrique des solutions intégrées d’automatisation du soudage et des produits de positionnement de soudure qui contribuent à améliorer la qualité et l’efficacité dans l’industrie lourde. En raison de ses obligations en matière de retombées industrielles et technologiques relatives aux navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, BAE Systems a choisi IRCO pour concevoir, fabriquer et installer une gamme complète de systèmes mécanisés de soudage et de positionnement afin d’aider à fabriquer des tubes lance-missiles pour les sous-marins des Forces navales des États-Unis de classe Virginia, qui sont le nouveau pilier des forces sous-marines américaines.

Modest Tree (Nouvelle-Écosse)

Modest Tree est un développeur de logiciels de simulation et de formation situé en Nouvelle-Écosse qui crée une solution de formation en réalité virtuelle première dans son genre dans le secteur maritime. Le but est d’aider à former les hommes et les femmes de la Marine royale canadienne pour qu’ils puissent faire fonctionner et entretenir les moteurs des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, qui sont actuellement en construction au chantier naval d’Halifax. Le développement et la livraison du simulateur de réalité virtuelle créeront sept nouveaux postes à temps plein dans le domaine du développement de logiciels, faisant ainsi passer l’équipe de Modest Tree à 31 employés.

OSI Maritime Systems (Colombie-Britannique)

Fondée en 1979, OSI Maritime Systems (OSI) est reconnue comme une entreprise mondiale de haute technologie et est la seule entreprise canadienne à offrir des systèmes intégrés de navigation et de passerelle. OSI a connu une importante croissance et a des bureaux répartis sur quatre continents. OSI effectuera des travaux de gestion de projet, d’ingénierie, d’essai et de documentation sur les systèmes intégrés de passerelle et de navigation des navires de patrouille extracôtière dans l’Arctique (NPEA) construits par Irving Shipbuilding Inc. Ces travaux contribuent directement à la création de plus de 35 emplois de haute technologie au sein d’OSI, à Burnaby, en Colombie-Britannique.

Techsol Marine (Québec)

Techsol Marine œuvre dans le domaine de l’électrotechnique maritime depuis plus de vingt ans. L’entreprise québécoise a équipé plus de 400 navires partout dans le monde avec des produits allant de l’installation d’un simple système d’alarme et de surveillance à l’intégration complète de systèmes de distribution de la puissance, de propulsion, de consoles et d’équipement de navigation. Tous les produits de Techsol sont conçus, fabriqués, assemblés et testés au siège social de l’entreprise situé à Québec. Techsol Marine a été mandatée par Seaspan pour entreprendre des travaux d’ingénierie de construction et de construction navale sur les navires hauturiers de science halieutique. L’entreprise fournira les composants électriques des navires et sera également chargée de fabriquer les composants de la console de commande et de contrôle.


Précédentes

Alion Canada (Ontario)

La Politique des retombées industrielles et régionales favorise la création de nouvelles capacités en matière de conception et d’ingénierie des navires.

Alion Canada a été créé en 2007 dans le but de développer une capacité de conception de navires canadiens, principalement pour appuyer la Stratégie de construction navale (SCN) du Canada. Depuis, la société mère d’Alion Canada, Alion Science et Technologie, a investi massivement dans la croissance de l’architecture et de l’ingénierie navales au Canada, faisant passer l’effectif d’Alion à Ottawa de 2 à 58 employés. Alion est maintenant un chef de file mondial dans la conception navale et l’intégration de systèmes de navires et contribue de façon importante à plusieurs projets de la SCN, dont les navires de soutien interarmées construits dans les chantiers navals de Seaspan à Vancouver pour la Marine royale du Canada. Grâce à un important transfert de connaissances découlant de ses activités aux États-Unis, Alion Canada a été en mesure de faire évoluer sa capacité d’ingénierie canadienne pour les programmes nationaux et d’exportation, tout en collaborant avec un certain nombre d’intervenants de la chaîne d’approvisionnement et d’organisations universitaires au pays.

Plus récemment, Alion a également annoncé un investissement important dans le programme d’architecture navale et de génie maritime de l’Université de la Colombie-Britannique pour appuyer une installation d’essais hydrodynamiques en eau libre.

Bronswerk (Québec)

La Politique des retombées industrielles et régionales offre aux PME l’occasion de démontrer leurs capacités et d’élargir leurs activités.

Le Groupe Bronswerk entretient une relation de longue date avec la Marine royale du Canada, ayant fourni des solutions de chauffage, de ventilation, de conditionnement d’air et de réfrigération (CVCA-R) pour les frégates canadiennes de patrouille depuis les années 1980. À titre de l’un des principaux fournisseurs mondiaux de systèmes de CVCA, Bronswerk a obtenu des contrats dans le cadre de la Stratégie de construction navale (SCN) du Canada sur les deux côtes, fournissant à Seaspan et à Irving Shipbuilding des systèmes et des équipements CVCA-R de qualité maritime. Grâce à ses contrats avec les deux chantiers navals, Bronswerk a sous-traité du travail à plus de 30 PME du Québec et a accru ses activités canadiennes de 25 %. Bronswerk a également pénétré de nouveaux marchés grâce à sa participation à la SCN; un certain nombre de pays ont manifesté leur intérêt pour ses équipements et ses services d’ingénierie, notamment le Royaume-Uni, l’Australie et les Pays-Bas.

Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse (Nouvelle-Écosse)

La Politique des retombées industrielles et régionales appuie le développement des compétences et la formation des Canadiens.

Afin de diversifier sa main-d’œuvre et de répondre au besoin croissant de travailleurs qualifiés dans sa collectivité, Irving Shipbuilding Inc. (ISI) a mis sur pied le Centre d’excellence Irving Shipbuilding avec le Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse. Le Centre d’excellence s’efforce de créer un point d’entrée pour les groupes sous-représentés afin qu’ils puissent suivre une formation professionnelle et profiter de la revitalisation de l’industrie canadienne de la construction navale. D’ici le lancement du premier navire de patrouille extracôtiers pour l’Arctique (NPEA), ISI et ses partenaires auront offert des bourses et des programmes pour plus de 100 individus de groupes sous-représentés dans la construction navale, notamment le programme « Pathways to Shipbuilding » pour les Autochtones du Canada, le programme « Pathways to Shipbuilding » pour les Néo-Écossais d’origine africaine et un partenariat avec Women Unlimited (consacrés aux femmes sans emploi ou sous-employées). De plus, de nombreux diplômés de ces programmes se sont vu offrir un emploi aux chantiers navals d’Halifax.

Hawboldt Industries (Nouvelle-Écosse)

La Politique des retombées industrielles et régionales facilite les partenariats à long terme pour les PME canadiennes.

Hawboldt Industries est un fabricant d’équipement d’origine dans le secteur maritime depuis plus de 100 ans. Elle a récemment réussi à tirer parti de la Stratégie de construction navale (SCN) du Canada en quadruplant ses effectifs d’ingénierie lequel comprend aujourd’hui environ 20 p. 100 de sa main-d’œuvre totale. Les chantiers navals de Seaspan à Vancouver ont engagé Hawboldt pour concevoir et fabriquer plus de 25 pièces d’équipement de pont et systèmes connexes sur les trois navires hauturiers de science halieutique. La croissance réussie d’un fournisseur d’équipement qui effectue à la fois un rôle d’intégrateur de systèmes a développé l’expertise de Hawboldt et a renforcé son positionnement sur le marché mondial. L’établissement d’une relation à long terme avec Seaspan a également permis à l’entreprise d’investir davantage dans le perfectionnement des compétences, la formation et l’expansion de nouveaux produits.

L3 MAPPS (Québec)

La Politique des retombées industrielles et régionales appuie la croissance des capacités industrielles clés au Canada.

L3 MAPPS et ses fournisseurs au Québec entretiennent une relation longue et productive avec la Marine royale du Canada (MRC). Dans le cadre de la Stratégie de construction navale (SCN) du Canada, Irving Shipbuilding Inc. (ISI) a retenu les services de L3 MAPPS pour concevoir et livrer le système de contrôle intégré de plateforme pour les navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique (NPEA) que construit ISI. La relation entre L3 MAPPS, ISI et la MRC continue à permettre L3 MAPPS d’explorer les nouveaux débouchés d’exportation pour son produit de renommée mondiale qui a déjà été déployé sur plus de 250 navires de guerre dans 22 marines à travers le monde

Rosborough Boats (Nouvelle-Écosse)

La Politique des retombées industrielles et régionales offre aux PME l’occasion de démontrer leurs capacités et d’élargir leurs activités.

Rosborough Boats, un constructeur de bateaux de troisième génération de la Nouvelle-Écosse, travaille directement avec Irving Shipbuilding Inc. (ISI) sur le projet de navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique (NPEA), fournissant 12 canots pneumatiques à coque rigide. Ce travail permet à Rosborough de maintenir et d’accroître son effectif actuel, en plus d’offrir de nouvelles possibilités de partenariat avec d’autres petites entreprises en Nouvelle-Écosse. En 2018, Rosborough a franchi un jalon clé avec la livraison d’un premier bateau à la Marine royale du Canada. Ce partenariat à long terme et mutuellement avantageux avec ISI aidera Rosborough Boats à saisir des occasions d’exportation sur les marchés internationaux.

Toolcomm (Colombie-Britannique)

La Politique des retombées industrielles et régionales facilite les partenariats à long terme pour les PME canadiennes.

Toolcomm, une petite entreprise autochtone sur la réserve de la Première nation Capilano, à Vancouver, en Colombie-Britannique, travaille, depuis 2011, sur des projets de construction navale. Toolcomm a initialement été embauchée pour travailler sur le patrouilleur semi-hauturier, dans le cadre de la Politique des retombées industrielles et régionales. Plus récemment, les partenaires commerciaux de Lockheed Martin Canada ont accordé un sous-contrat à Toolcomm pour fournir le protocole voix sur IP et des radios à haute fréquence pour le projet des navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique (NPEA). Le savoir-faire unique de Toolcomm dans le développement de matériel, de micrologiciels, de logiciels et de dispositifs électromécaniques sur mesure en a fait un atout précieux pour Irving Shipbuilding Inc., LMC et l’ensemble du projet des NPEA.

VARD Electro Canada (Colombie-Britannique)

La Politique des retombées industrielles et régionales offre aux PME l’occasion de démontrer leurs capacités et d’élargir leurs activités.

Vard Electro Canada, un expert en génie électrique détaillé, en approvisionnement et en intégration de produits, a été fondée en 2016 par sa société mère Vard Electro Norway, en réponse directe à la Stratégie de construction navale (SCN) du Canada. Depuis, l’entreprise s’est vu confier du travail dans le cadre de deux projets de la SCN : les navires de soutien interarmées de la Marine royale du Canada et le navire hauturier de science océanographique pour la Garde côtière canadienne. Après seulement deux ans, Vard Electro Canada compte maintenant plus de 25 employés à Vancouver et à Ottawa. Vard Electro Norway a récemment désigné Vard Electro Canada comme son centre d’excellence mondial de conception en génie électrique pour les navires du gouvernement. Vard Electro Canada poursuit sa croissance tout en respectant ses engagements dans le cadre des projets de la SCN et en poursuivant d’autres projets à l’échelle mondiale.

Plus cas de réussite

Bluedrop Performance Learning

Bluedrop est une entreprise située dans la région de l'Atlantique qui offre des didacticiels d'apprentissage électronique, des plateformes d'apprentissage et des simulations. Depuis ses débuts en 1992, et son repositionnement en 2004 en tant que chef de file en apprentissage de pointe, Bluedrop a développé une expertise dans le secteur de la défense et de l'aérospatiale, en offrant des solutions de formation essentielles pour les missions. L'entreprise figurait sur la liste des 50 meilleures entreprises dans le secteur de la défense au Canada dans le magazine Canadian Defence Review.

Aucune des réussites de Bluedrop n'a échappé à CAE, qui l'a choisie pour deux de ses projets : pour fournir une analyse de la formation à l'équipage ainsi qu'élaborer un didacticiel sur le projet de fournisseur de systèmes de formation opérationnelle de CAE; et pour fournir un didacticiel pour la formation de techniciens à l'entretien dans le cadre du contrat du programme de formation sur l'entretien du CI30J de CAE. Les activités avec Bluedrop permettent à CAE de s'aquitter de son obligation en matière de RIR quant aux deux projets.

Pour Bluedrop, le travail avec CAE a non seulement contribué à solidifier sa position dans le secteur de l'aérospatiale et de la défense, mais lui a donné l'occasion d'être un partenaire clé en offrant de la formation à l'équipage et de la formation technique pour d'autres plateformes militaires au Canada. Bluedrop a tiré parti de cette expérience et de ce rapport de travail avec CAE pour accroître considérablement ses activités.

British Columbia Institute of Technology (BCIT)

Lockheed Martin Aeronautics Company a contribué 1 000 000 $ au BCIT pour aider à la conception et appuyer la création de la technologie de simulation 3D du BCIT. Cette contribution a permis d'obtenir une contribution de 500 000 $ de la part de Diversification de l'économie de l'Ouest Canada et une contribution en nature de 380 000 $ de la part de NGRAIN (Canada) Corporation. L'incubateur permettra au BCIT, à l'industrie aérospatiale canadienne et aux intervenants dans d'autres domaines, comme les soins de santé, de démontrer comment des systèmes disponibles sur le marché (« COTS ») peuvent être utilisés pour créer des systèmes de formation et d'apprentissage à service complet. La technologie peut également permettre aux gens de devenir des adeptes de la résolution de problèmes, d'acquérir de nouvelles compétences et de se préparer à des activités pratiques dans des milieux de travail réels.

La contribution de Lockheed Martin aide l'entrepreneur des RIR à remplir ses engagements RIR au projet de prolongation de la durée de vie de la structure de l'Aurora (CP 140) et donne accès à de nouvelles technologies pour concevoir et mettre au point des produits. Grâce à cette contribution, le récipiendaire canadien pourra améliorer sa fourniture pédagogique et mettre en œuvre son plan stratégique pour former des diplômés productifs qui aideront à faire avancer leurs professions.

Le consortium Canadian Composites Manufacturing Research and Development (CCMRD)

La compagnie Boeing et des partenaires de l'industrie canadienne ont créé un consortium de recherche et développement dans le but de renforcer la position concurrentielle du Canada quant à la fabrication de matériaux composites de pointe pour les industries aérospatiales et autres. Le consortium Canadian Composites Manufacturing Research and Development (CCMRD) est un centre d'excellence virtuel qui réunit de grandes entreprises de l'aérospatiale et des petites et moyennes entreprises afin d'approfondir les plus récentes technologies liées aux matériaux composites et de transformer celles-ci en solutions pratiques afin de renforcer la compétitivité de l'industrie canadienne à l'échelle mondiale.

Le CCMRD aidera à faire progresser les capacités technologiques de l'industrie canadienne et à forger des relations plus solides entre les constructeurs d'origine canadiens et internationaux du domaine de l'aéronautique, ainsi que les fournisseurs canadiens de matériel, d'équipement, de composantes et de logiciels. Le CCMRD a été créé en collaboration avec le Composites Innovation Centre (CIC) à Winnipeg, l'Institut de recherche aérospatiale du Conseil national de recherches du Canada (IRA-CNRC) à Ottawa et la compagnie Boeing. Les entreprises membres fondatrices canadiennes comprennent Bell Helicopter et Produits intégrés Avior au Québec, Comtek Advanced Structures en Ontario, Convergent Manufacturing Technologies et Profile Composites en Colombie-Britannique et Bristol Aerospace et Cormer Group Industries Inc. au Manitoba. Depuis la création duCCMRD en avril 2010, deux nouveaux membres se sont ajoutés au consortium, soit Barrday Inc. en Ontario et PCM Molds & Patterns au Québec. Le consortium a déjà terminé un projet, a deux projets en cours et se prépare à lancer trois autres projets.

En plus du soutien financier, Boeing fournit l'expertise technique et la direction des projets par l'entremise de son organisation centrale de recherche, de technologie et d'innovation, Boeing Research & Technology. Boeing Canada Operations Ltd. à Winnipeg prend part aux projets du CCMRD de concert avec d'autres membres du consortium. La création du consortium fait partie des obligations de RIR de Boeing au titre du projet Hélicoptère de transport moyen à lourd.

D-Wave Systems

D-Wave est une entreprise dont le siège social est situé en Colombie Britannique et dont les produits sont à la fine pointe de l'informatique quantique. L'entreprise développe des systèmes qui résolvent des problèmes pour lesquels le volume et la complexité des données sont écrasantes, par exemple, en ce qui a trait à la vérification et à la validation des logiciels, à l'analyse des risques financiers et à la classification de l'imagerie médicale.

Lockheed Martin Aeronautics Company (LM) s'est impliqué auprès de D-Wave de deux façons. Premièrement, LM a mis sur pied un consortium en matière de RIR pour la réalisation de recherches dans le domaine de l'informatique quantique. Les partenaires membres du consortium comprennent Lockheed Martin, D-Wave et plusieurs universités canadiennes. Deuxièmement, LM a fait l'acquisition du tout premier système informatique quantique de D-Wave. Ce contrat concerne le système informatique ainsi que la maintenance et les services professionnels connexes liés au système.

Ces activités commerciales stratégiques menées en collaboration avec D-Wave permettent à LM de s'acquitter de son obligation en matière de RIR quant au projet de transport aérien tactique et de contribuer à la réalisation de progrès dans un domaine de recherche qui revêt de l'importance pour elle. Pour D-Wave, ce partenariat représente une occasion idéale de travailler avec un chef de file de l'industrie à l'échelle mondiale et de se pencher sur la façon dont la technologie de pointe peut être utilisée afin de résoudre les problèmes de l'industrie.

Dumur Industries

Des entrepreneurs tels que Daimler AG et General Dynamics Land Systems-Canada (GDLS-C) connaissent tous deux la valeur de Dumur Industries, une entreprise d'usinage de précision et de fabrication de White City, Saskatchewan. Dumur fournit des remorques-citernes et des avitailleurs pour le Véhicule de soutien blindé lourd de Daimler, ainsi que la formation connexe. Pour GDLS-C, Dumur a commencé à fabriquer quelques pièces pour le Véhicule blindé léger (VBL) et, avec le temps, a développé cette relation d'affaires pour devenir un fournisseur de plus de 1 100 pièces individuellement usinées, soudées et mécano-soudées pour le VBL et la série de véhicules STRYKER.

Initialement axé sur l'industrie de l'alimentation commerciale, Dumur a commencé à chercher activement des possibilités relativement au matériel de défense par l'entremise de la politique des RIR et a très bien réussi à obtenir des travaux auprès de ces entrepreneurs de RIR. Les travaux liés au matériel de défense représentent maintenant une portion importante des activités de Dumur. Pour Daimler et GDLS-C, Dumur représente un fournisseur de l'ouest du Canada fiable et de qualité supérieure.

Jroberts Manufacturing Inc.

Daimler, et sa division canadienne Mercedes-Benz Canada, a livré le G-wagen aux Forces canadiennes en 2004 et continue de fournir un soutien aux services à l'interne par l'entremise des contrats conclus en ce qui a trait au projet de véhicule utilitaire léger à roues (VULR). Dans le cadre de ses obligations en matière de retombées industrielles et régionales (RIR), Daimler travaille avec Jroberts Manufacturing Inc., une entreprise d'usinage et de fabrication de précision située à Woodbridge, en Ontario. Jroberts a fourni des améliorations de la conception ainsi que des services de fabrication et de remise en état pour l'ensemble tourelle du VULR.

Pour Jroberts, le succès obtenu par le VULR témoigne d'années de dur labeur, pendant lesquelles l'entreprise a mené des recherches approfondies sur Daimler et son VULR, a mis au point, de manière proactive, une tourelle améliorée et a vendu l'idée aux représentants de Daimler. Jroberts récolte maintenant les retombées liées à une embauche accrue et à l'ouverture d'une nouvelle installation de réparation et de remise en état qui utilise un revêtement résistant aux agents chimiques, à Toronto. Jroberts fournit des solutions techniques pour des travaux militaires dans d'autres secteurs.

Mil-Aero Electronics

Mil-Aero Electronics, établie à Dartmouth en Nouvelle-Écosse, est spécialisée dans la fabrication et l'intégration de montages électriques de haute performance, de câbles électriques fabriqués sur mesure et d'ensembles de faisceaux, de boîtiers de commande électriques et d'autres pièces à valeur ajoutée pour les marchés de la défense, de l'aérospatiale et de l'industrie.

Raytheon Space and Airborne Systems a confié du travail en sous-traitance à Mil-Aero pour la production de faisceaux de câbles de radiofréquences. La réussite de Mil-Aero dans le cadre de ce contrat lui a permis de se positionner de manière à participer à de futurs débouchés, non seulement avec Raytheon mais aussi avec d'autres fabricants internationaux de premier plan dans les secteurs de l'aérospatiale et de la défense.

Cette relation a été créée en raison des obligations de Raytheon en matière de retombées industrielles et régionales (RIR) à l'égard du Canada dans le cadre du projet du système de guerre électronique à caractère défensif des CF-18. Ce projet a permis à Mil-Aero d'intégrer la chaîne d’approvisionnement d'un chef de file mondial dans l'industrie et de montrer la qualité de ses produits et services à d'autres entrepreneurs mondiaux.

Pratt & Whitney Canada

Pratt & Whitney US a appuyé le développement du nouveau Centre aéronautique de Mirabel (CAM) de Pratt & Whitney Canada pour le montage et l'essai des nouveaux moteurs. Le CAM aura la responsabilité de l'assemblage du moteur PW800 pour la prochaine génération de jets d'affaires et des moteurs PurePower® PW150G pour la gamme CSeries de Bombardier. Le CAM offrira également une installation d'essai en vol des moteurs qui hébergera deux Boeing 747 qui ont été adaptés pour la tenue des vols d'essai. L'installation d'essai sera un centre mondial d'essais en vol pour l'ensemble de la prochaine génération de moteurs de Pratt & Whitney.

Le Centre aéronautique de Mirabel est une installation à la fine pointe de 300 000 pieds carrés pour Pratt & Whitney Canada, une société de United Technologies. Il représente un investissement de 360 millions de dollars et emploiera environ 300 personnes d'ici les cinq prochaines années. Il est situé à l'aéroport Mirabel de Montréal à Mirabel, au Québec.

La création de cette installation fait partie des obligations de RIR de Pratt & Whitney au titre de l'achat de 18 moteurs pour la flotte d'aéronefs de transport C17 du Canada. Ce projet de RIR générera environ 108 millions de dollars en retombées industrielles et régionales, ce qui ne comprend pas les investissements du gouvernement du Québec. Il est un exemple de la façon dont la politique de RIR peut aider à faire en sorte que le travail technologique de pointe se fasse au Canada.

ProNautic Custom Interiors

ProNautic est basée en Colombie-Britannique et se spécialise dans la fabrication, le service et l'installation d’aménagements intérieurs sur mesure pour les navires. La société joue un important rôle dans l'industrie maritime depuis plus de deux décennies. ProNautic a été choisie en 2010 par le chantier naval Irving pour concevoir et fabriquer les accessoires intérieurs, les raccords, les doublures, les plafonds et les portes pour les neuf patrouilleurs semi-hauturiers (PSH) qu'Irving construit pour la Garde côtière canadienne.

Pour Irving, ce partenariat avec ProNautic l'aidera à satisfaire aux exigences du projet des PSH et démontrera son engagement pour ce qui est d'offrir des débouchés régionaux. Pour ProNautic, sa participation au projet des PSH soutient la stratégie de l'entreprise de favoriser sa croissance dans le marché créneau de la défense. Le travail a soutenu l'utilisation de l'usine et préservé des emplois dans la technologie de pointe dans cette installation de production moderne.

QRA Corp

QRA Corp est un nouveau développeur d’ingénierie de technologie des systèmes et des exigences établi à Halifax (Nouvelle-Écosse). La technologie et les capacités de QRA Corp ont été mises à profit par des équipes d’ingénieurs partout dans le monde afin d’éviter d’onéreuses restructurations, d’assurer une ingénierie fiable et de trouver des erreurs de conception encore non détectées

Les services aéronautiques Lockheed Martin ont découvert la société QRA par le biais d’un projet de RIR avec l’Université de Dalhousie et ils ont commencé à collaborer avec cette société dans le but de respecter leurs obligations dans le programme des aéronefs de la série C130J. Cette collaboration a permis à QRA de développer davantage ses outils d’ingénierie de technologie QVtrace et QVscribe aux fins de l’analyse de systèmes de plus en plus complexes et puissants.

Ces projets rapprochent QRA de la réalisation de sa vision : libérer l’innovation et les innovateurs des coûts et délais excessifs associés à la complexité accrue des systèmes. QRA fait dorénavant partie de la chaîne de valeur mondiale d’une entreprise multinationale d’aérospatiale et de défense et a démontré sans équivoque la qualité de ses outils d’ingénierie des systèmes.

Rheinmetall Canada

Rheinmetall Canada exploite une grande installation à St-Jean-sur-Richelieu, Québec, où elle fabrique et assure l'entretien de divers systèmes d'armes et de défense de pointe. La politique des RIR a constitué un facteur important dans la réussite de l'entreprise et sa croissance au cours des années.

Premièrement, l'installation au Québec (qui a appartenu initialement à Oerlikon Contraves) a été établie en tant qu'activité de RIR, dans le cadre du projet de Système d'arme antiaérienne et antichar (ADATS) décroché par Oerlikon en 1986. Au cours des années, l'entreprise a acquis une solide connaissance du processus d'approvisionnement et de ses exigences, en partie en exécutant des travaux de soutien en service sur les ADATS.

Oerlikon Contraves a été vendue au Groupe Rheinmetall en 1999. Depuis, le Groupe Rheinmetall a obtenu plusieurs contrats militaires du gouvernement canadien, notamment la Modernisation de la classe Halifax-Projet de remplacement du système de protection, le projet Arme d'interdiction de zone rapprochée et le projet de réparation et de révision des 42 chars d'entraînement Leopard 2 A4. Dans chaque cas, Rheinmetall Canada a réussi à optimiser la politique des RIR dans le cadre de son analyse de rentabilisation pour obtenir le transfert de technologie et des portions importantes des travaux partagés de ses compagnies mères. Ces travaux ont contribué à diversifier sa base de produits, à favoriser les emplois à long terme et la stabilité financière et à positionner Rheinmetall Canada pour assurer sa croissance future.

Rutter Inc.

La relation d'affaires et de RIR entre la General Dynamics Land Systems-Canada (GDLS-C) et Rutter Inc., de St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador), est positive depuis longtemps. Rutter offre des services de réparation, de soutien, de conception et de fabrication pour les assemblages militaires complexes.

Depuis la fin des années 80, GDLS-C utilise Rutter dans le cadre de son programme de RIR pour le projet de véhicule blindé léger Bison et elle a un contrat d'achat de 199 assemblages de panneaux pour les véhicules que le Canada achètera.

Rutter poursuit son engagement initial en fournissant des assemblages pour tous les marchés d'exportation de GDLS-C, notamment en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et pour les autres programmes de vente de matériel militaire à l'étranger. Rutter continue également de participer au processus d'achat des prochains véhicules blindés légers par le Canada.

Le succès de la relation entre Rutter et GDLS-C reflète l'engagement des deux entreprises et tient compte des objectifs et de l'esprit de la politique de RIR.

Le succès et la compétitivité soutenue de Rutter dans son travail avec GDLS-C lui ont permis de croître et de mûrir en tant que sous-traitant de l'industrie de la défense et d'obtenir des contrats semblables auprès d'autres fabricants mondiaux. L'engagement de GDLS-C à l'égard du développement des fournisseurs au pays a aidé Rutter à devenir un solide fournisseur régional.

Sanmina-SCI

La société Thales est en voie de mettre au point sa prochaine génération de systèmes de radar à balayage électronique de pointe (RBEP) et cherche à conclure des ventes à l'échelle internationale. Dans le cadre de sa participation au projet de Modernisation des navires de la classe Halifax (avec l'entreprise de premier ordre Lockheed Martin Canada) et ses obligations de RIR à ce chapitre, Thales a choisi Sanmina (anciennement Breconridge Corporation) pour entreprendre des travaux extrêmement complexes de remaniement, de mise au point et de fabrication de modules à micro-ondes clés pour la vente de RBEP à la Marine royale danoise.

Ces travaux de première qualité relatifs au RBEP accroîtront les revenus de Sanmina de plus de 50 millions de dollars sur neuf ans et contribueront au maintien et à la création de nombreux emplois très spécialisés en génie et en fabrication au sein de l'entreprise. Ils contribueront également à solidifier la présence de Sanmina sur le marché de la défense et à bâtir un fondement stratégique pour des travaux futurs nécessitant de grandes capacités en électronique, non seulement avec Thales, mais avec d'autres entrepreneurs dans le secteur de la défense.

Saskatchewan Indian Institute of Technologies (SIIT)

Le SIIT est un établissement d'enseignement postsecondaire et de formation dans les métiers qui a été établi en 1973. Comme principal élément de son programme, le SIIT a commencé à mettre au point, en 2006, un programme de techniques de maintenance des aéronefs (TMA) et le Saskatchewan Aviation Learning Center, afin de répondre aux besoins pressants de l'industrie de l'aviation et d'assurer une meilleure réussite aux étudiants des Premières nations cherchant à se trouver un métier dans le secteur de l'aviation.

Le programme de TMA a débuté en 2010, et le Saskatchewan Aviation Learning Center a ouvert ses portes en tant qu'organisme de formation agréé relevant de Transports Canada. Ce projet a reçu l'appui des gouvernements fédéral et provincial, l'administration aéroportuaire et des principaux entrepreneurs du secteur de la défense tels Lockheed Martin, Boeing et Rockwell Collins. Ces entrepreneurs ont tous des obligations de RIR à l'égard du Canada relativement à leurs divers contrats militaires.

Le SIIT a activement cherché des débouchés par l'entremise du cadre des RIR et réussi à obtenir l'apport des RIR auprès de ces entrepreneurs du secteur de la défense, en aidant à obtenir l'équipement, la formation et le programme nécessaire pour certifier, lancer et faire fonctionner avec succès le programme des TMA. Aujourd'hui, le programme des TMA du SIIT est un modèle du partenariat entre l'industrie et le secteur de l'enseignement. Dix-neuf étudiants sont inscrits pour la 1re et la 2e année du programme. Les premiers diplômés termineront le programme au printemps de 2012 et tous ont obtenu un emploi dans l'industrie de l'aviation locale. Les étudiants ont besoin de 48 mois de cours en classe et de formation dans l'industrie avant de pouvoir passer les examens menant à une licence en TMA.

La réussite du programme de TMA a permis au SIIT d'établir des liens de travail solides avec les entrepreneurs du secteur de la défense et il continuera de leur proposer des occasions de formation et des possibilités d'affaires à l'intérieur du cadre des RIR.

University of British Columbia/Simon Fraser University

La compagnie Boeing, au titre des engagements RIR au Projet de transport aérien stratégique, donne des fonds sur une période de cinq ans à un projet conjoint de l'University of British Columbia (UBC) et de la Simon Fraser University (SFU) visant à évaluer et à améliorer des processus analytiques visuels servant à interpréter des données complexes. Le but du projet est de mettre au point de nouveaux processus pour utiliser des modèles analytiques visuels en 2D et 3D et des données statistiques pour améliorer la maintenabilité et la fiabilité des nouveaux produits aérospatiaux. L'investissement aidera le consortium universitaire à devenir un chef de file en analyses visuelles appliquées.

Le projet comprend l'élaboration d'un programme en analyses visuelles appliquées. Les résultats du projet seront publiés, présentés et partagés lors d'ateliers. En plus du don en argent, les universités bénéficieront de l'expertise d'ingénieurs de Boeing et de possibilités de stages internes. La relation entre Boeing, l'UBC et la SFU s'avère fructueuse et a déjà donné lieu à d'importants travaux de recherche, à des publications et à des possibilités de stage, et d'autres sont à prévoir dans un avenir rapproché.

Université de Toronto

IBM est membre de l'équipe de Lockheed Martin Canada, qui met en œuvre le projet de modernisation des navires de la classe Halifax, offrant son produit multiliaison pour la flotte de frégates du Canada.

Une des activités indirectes de RIR d'IBM est l'apport d'une solution matérielle et logicielle mise en œuvre par l'Université de Toronto, pour bâtir et appuyer le superordinateur à haute performance qui est à la base du projet SciNet.

La contribution en nature de 28,5 millions de dollars d'IBM a été combinée à celle d'autres partenaires fondateurs dans un consortium de recherche plus large, qui inclut l'appui des gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que de l'Université de Toronto et d'hôpitaux de recherche affiliés. Globalement, le projet SciNet facilite la recherche dans des domaines comme les sciences biomédicales, la recherche climatique et le génie aérospatial, à une échelle qui n'était pas possible auparavant au Canada.

Date de modification :