Tables sectorielles de stratégies économiques - Table sur la fabrication de pointe

Profiter de l'évolution technologique rapide dans le secteur de la fabrication de pointe pour renforcer le secteur manufacturier du Canada.

Président

Charles Deguire, Kinova Robotics

Membres

  • Rhonda Barnet, Steelworks Design Inc.
  • Luc Dionne, Plasma et poudres Tekna
  • Sean Donnelly, ArcelorMittal Dofasco
  • Cynthia Garneau, Bell Helicopter Textron Canada Limitée
  • Mike Greenley, MDA
  • Mark Kirby, S2G Bio Chemicals
  • Tessa Myers, Rockwell Automation
  • Marc Parent, CAE
  • Mojdeh Poul, 3M Canada
  • Nancy Southern, ATCO
  • Susan Uthayakumar, Schneider Electric Canada
  • Rob Wildeboer, Martinrea International Inc.

Représentants du gouvernement fédérale

  • James Meddings, Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario
  • Iain Stewart, Conseil national de recherches du Canada

Comité consultatif

  • Frederic Bastien
  • Peng-Sang Cau
  • Michel Farley
  • Ryan Gariepy
  • Sean McCormick
  • Martin Petrak
  • Kay Riggs
  • Eugene Suyu

Réunions

Le 11 octobre 2017 Lieu : Ottawa Ontario

Objet

Le 11 octobre 2017, la Table de stratégie économique sur la fabrication de pointe a tenu sa première réunion à Ottawa, Ontario. Les membres se sont réunis afin de discuter de leur vision du secteur manufacturier au Canada et d'établir un plan de travail pour favoriser la croissance économique.

Ce dont nous avons parlé

  1. Chaque membre a parlé de la raison pour laquelle il a accepté de prendre du temps pour participer à la Table sur la fabrication de pointe. Ce qui a J'espère positionner le Canada afin que nous soyons prêts à répondre à la demande mondiale future; Je me suis joint pour faire bouger l'aiguille sur l'investissment dans la technologie au Canada; Je me suis joint pour élaborer une politique qui aidera les entreprises canadiennes à faire face à la concurrence mondiale, grace à l'innovation et la valeur.
  2. Il y a eu un large consensus sur le fait que le mandat de la Table sur la fabrication de pointe est de se concentrer sur le développment du secteur manufacturier canadien par l'entremise de l'adoption de processus de fabrication de pointe. L'accès à la technologie sera important pour que nos entreprises restent fortes à l'avenir.
  3. La discussion s'est portée sur la vision pour le secteur manufacturier au Canada. C'est une conversation en cours, mais un consensus préliminaire est que nous pouvons atteindre la croissance en apportant de la valeur aux clients grâce à des produits et services innovants et compétitifs.
  4. Il était convenu d'organiser le programme de travail autour de trois thèmatiques: attirer des mandats mondiaux; l'expansion des entreprises; et l'adoption accélérée de la technologie de fabrication de pointe. Trois champions se sont portés volontaire pour faire avancer chaque thème.
  5. Chaque thème sera également examiné sous l'angle de solutions adaptées au cycle de vie de l'entreprise: différentes actions peuvent être nécessaires pour les start-up, les entreprises en croissance et les grandes entreprises. Nous demanderons également: comment pouvons-nous accélérer la diffusion des connaissances afin que nous puissions profiter des leçons apprises des autres? comment pouvons-nous réduire les risques associées à l'innovation et accroître l'accès au capital? quelles sont les compétences requises pour les emplois de demain et comment pouvons-nous outiller les Canadiens pour les développer?

Ce que nous ferons ensuite

  • Les champions thématiques entreprendront des recherches approfondis sur les trois thèmatiques.
  • Tous les membres chercheront des occasions d'engager leurs communautés et de recueillir des del'information qui supporteront les discussions de la Table.
  • La Table se rencontrera de nouveau en novembre 2017.

Je suis une Canadienne très fière et ma famille a eu le privilège de travailler au Canada et de faire croître notre entreprise ici. Mon espoir est qu'ensemble, nous identifierons des actions mesurables que nous serons responsables de les rencontrer.

Membre de la Table de fabrication de pointe, le 11 octobre 2017
Le 14 novembre 2017 Lieu : Ottawa Ontario

Objet

Le 14 novembre 2017, la Table de stratégie économique sur la fabrication de pointe a tenu sa deuxième à Ottawa, Ontario. La discussion s’est concentrée sur les stratégies pour attirer, développer et conserver des mandats mondiaux, et aussi comment libérer les talents canadiens dans la fabrication de pointe, notamment en augmentant la participation des femmes dans le secteur.

Ce dont nous avons parlé

  1. La discussion a débuté avec un tour de table pendant lequel les PDGs ont parlé de leur propre expérience et de ce qui est requis pour accroître la taille de leur entreprise. Ils se sont rapidement entendu sur le fait qu’un des facteurs essentiels dans l’adoption de technologies et la croissance du secteur de la fabrication, incluant au Canada, est la main d’œuvre. En particulier, les métiers spécialisés et les ingénieurs chevronnés constituent un avantage concurrentiel pour le Canada.Cependant, il existe des pénuries qui créent des goulets d'étranglement de croissance. La discussion a exploré les modèles de meilleures pratiques pour développer des talents prêts à travailler, à la fois au sein des organisations et à travers les programmes postsecondaires. Ils ont également parlé de l'image du sectuer de la fabrication aujourd'hui: les entreprises manufacturières sont-elles capables d'exprimer leur objectif et leur vision d'une manière qui résonne avec la prochaine génération? Y a-t-il une voie claire vers une carrière dans le secteur manufacturier?
  2. Il y a eu une conversation sur l'importance de faire du secteur de la fabrication au Canada une destination d'investissement mondiale. Le centre Investir au Canada a présenté le modèle novateur de service à la clientèle qu'il est en train d'élaborer. Ray Tanguay a également partagé les leçons tirées de son travail dans le secteur de l’automobile. Les présentations ont suscité une discussion plus large sur les critères que les entreprises mondiales utilisent pour prendre des décisions d'expansion ou de maintien de leur présence au Canada. Il a été noté que le gouvernement et l'industrie canadienne doivent davantage soutenir les technologies et les innovations nationales, en étant un premier client et utilisateur, pour accroître l'efficacité et, en bout de ligne, réduire les coûts de production. Ces idées continueront d'être explorées et affinées, et seront discutées plus en détail lors de futures réunions.
  3. Les membres ont entendu parler des conclusions de l'étude « Women in Manufacturing » de Manufacturiers et Exportateurs du Canada: les femmes représentent environ 48% de la main-d'œuvre canadienne, mais seulement 28% des emplois manufacturiers, un ratio qui n'a pas beaucoup changé depuis 30 ans. Cependant, l’étude montre que les femmes qui travaillent dans le secteur manufacturier sont satisfaites de leur choix de carrière et le recommanderaient à une amie. L'étude a proposé un certain nombre de mesures concrètes qui pourraient aider à accroître la participation des femmes à la main-d'œuvre manufacturière.

Ce que nous ferons ensuite

  • Affiner et élaborer une vision audacieuse pour le secteur de la fabrication canadienne ainsi que des objectifs ambitieux.
  • Les membres de la Table entreprendront un certain nombre d'initiatives d'engagement plus larges au cours des prochains mois afin de recueillir les commentaires d'un plus grand auditoire sectoriel.
  • La prochaine réunion aura lieu en décembre 2017.

Nous avons quelque chose à vendre ici. Mais, pour attirer l'investissement, nous ne pouvons pas être les mêmes, nous devons toujours être nettement meilleurs.

Membre de la Table de fabrication de pointe, le 14 novembre 2017
Le 18 décembre 2017 Lieu : Ottawa Ontario

Objet

La Table sur la fabrication de pointe s'est réunie le lundi 18 décembre pour sa troisième réunion, une vidéoconférence d'une demi-journée axée sur le développement des compétences et des talents, un thème horizontal clé identifié lors des deux rencontres précédentes – avec des présentations par Siemens Canada; Fondation Yves Landry; Centre de recherche industrielle du Québec; et Collèges et instituts Canada.

Ce dont nous avons parlé

  1. Les remarques d’introductions ont fait le point sur le travail accompli à ce jour, y compris un résumé de la réunion des présidents de toutes les Tables de stratégies économiques. La Table continuera à travailler en collaboration sur la vision, les cibles et les propositions de pipeline dans le but de les construire avant la prochaine réunion en janvier 2018.
  2. En s’appuyant sur les thèmes de la réunion précédente, sur la disponibilité de main-d'œuvre qualifiée: les métiers spécialisés et l'ingénierie, et le nombre de goulets d'étranglement (pénurie de postes d'apprentis, départs à la retraite), la Table a invité quatre organisations axées sur le renforcement des compétences de fabrication à partager leur vision et expréience. La Yves Laundry Foundation co-finance la formation et le recyclage des travailleurs (partage des coûts à 50% avec l'entreprise) en Ontario afin d'améliorer de façon mesurable les processus d'innovation et l'intégration de la technologie dans le secteur manufacturier; Siemens Canada a mis en œuvre le programme SCETA (Siemens Canada Engineering and Technology Academy) qui offre aux étudiants de troisième année en ingénierie et en technologie d’ingénierie les bases éducatives et professionnelles nécessaires pour réussir leur carrière dans l'entreprise grâce à leur apprentissage intégré axé sur Industrie 4.0; le Centre de recherche industrielle du Québec fournit aux entreprises l'information, le savoir-faire et les services nécessaires pour exceller dans le développement de produits distinctifs (industrie 4.0, incluant l'automatisation complexe, la robotique, la fabrication additive (3D), le contrôle de qualité); Collèges et instituts Canada aide à adapter la prestation de formation en entreprise aux établissements d'enseignement postsecondaire.
  3. Les discussions ont mis l'accent sur les goulots d'étranglement qui limitent la portée des programmes de formation professionnelle, et il y a eu un large consensus: sur inscription: la demande étant plus élevée que la disponibilité des fonds, des centaines d’entreprise sur des listes d'attente; les défis auxquels font face les petites entreprises dans les milieux urbains ruraux ou de taille moyenne, pour qui la distance constitue un obstacle important à l'accès à la formation; besoin d'éduquer à la fois ceux qui travaillent dans l'atelier et ceux qui gèrent le renouvellement des processus; et le manque d'information: de nombreuses bonnes options de formation existent, mais les informations ne sont pas centralisées et les processus de candidature peuvent être complexes et décourageants.
  4. Pour compléter la discussion, il y aura plus de travail pour consolider l'information sur les compétences et les programmes de formation existants et pour développer potentielles recommandations.

Ce que nous ferons ensuite

  • La Table tiendra deux séances d'engagement en janvier, dont le 10 à Montréal et le 12 à Toronto. Les journées d'engagement incluront des tables rondes de l'industrie ainsi que des rencontres avec les provinces et les intervenants clés.
  • La quatrième réunion de la Table aura lieu le 17 janvier avec un accent sur la croissance des entreprises à l'échelle.

Il sera non seulement important de former nos futurs et nouveaux employés, mais tout aussi important de former des cadres et des chefs d'entreprise qui adopteront l'industrie 4.0.

Membre de la Table de fabrication de pointe, le 18 décembre 2017
Le 17 janvier 2018 Lieu : Ottawa Ontario

Objet

La Table sur la fabrication de pointe s'est réunie à Ottawa, Ontario, le 17 janiver 2018 pour sa quatrième réunion. La discussion a porté sur la façon d'aider les entreprises manufacturières canadiennes à mesure qu'elles croissent.

Ce dont nous avons parlé

  1. La conversation a débuté par une mise à jour de deux sessions d'engagement à Montréal, le 10 janvier, et à Burlington, le 12 janvier 2018. Les membres de la Table ont entendu que la demande dépasse l'offre de main-d'œuvre qualifiée; que les décisions d'investissement dépendent en grande partie de la compétitivité de base (par exemple le coût de la main-d'œuvre, les services publics, etc.) et des décalages dans les approbations de programmes (par exemple le temps nécessaire à l'expansion des usines) qui ne sont pas actuellement livrés à la vitesse requise par les entreprises. Les membres de la Table ont également rencontré des champions d’initiatives qui ont été développées pour répondre à ces défis.
  2. La Table avait précédemment identifié la croissance des entreprises comme un thème clé. Dans ce contexte, Affaires mondiales Canada a parlé du soutien, accordé par le Service des délégués commerciaux, aux entreprises canadiennes qui se développent en accédant aux marchés d'exportation. Dans le cadre de cette discussion, la Table a parlé de la façon de bâtir la marque «Fabriqué au Canada» grâce à la collaboration du gouvernement et de l'industrie pour promouvoir le Canada en tant que destination manufacturière talentueuse, innovatrice, ouverte et diversifiée. Il y a également eu une discussion sur la meilleure façon de créer les connaissances dont les entreprises ont besoin pour se développer en accédant aux marchés mondiaux.
  3. L'éducation et la formation qui préparent les Canadiens au futur marché du travail continuent d'être un thème clé, et le Conseil canadien des affaires a parlé de son initiative, «The Business/Higher Education Roundtable» (BHER). L’initiative multi-sectuer est composée de 14 chefs d'entreprise et 14 présidents d'universités et de collèges qui discutent de la meilleure façon de préparer les jeunes Canadiens à l'évolution du marché du travail. BHER a pour cible audacieuse que chaque étudiant dans le pays devrait avoir au moins un stage au cours de son programme éducatif. La Table s'est intéressée à ce modèle de collaboration multipartite, notamment en considérant l'importance de partager une vision commune de la croissance des talents canadiens.
  4. Les membres ont également entendu la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui a parlé de l'investissement en capital de risque dans l'écosystème de l'innovation. Il y avait un consensus autour de la table que la compréhension des opportunités financières autour de la levée de capitaux, en particulier pour les entreprises qui cherchent à croître, est une partie essentielle de la boîte à outils pour les chefs d’entreprises canadiennes.

Ce que nous ferons ensuite

  • Perfectionner et élaborer une vision pour le secteur manufacturier canadien pour 2025 et au-delà, incluant des cibles mesurables.
  • Publier le rapport intérimaire de la fabrication de pointe.
  • La prochaine rencontre aura lieu en février 2018, et mettra l'accent sur l'élimination des obstacles à l'adoption de technologies clés.

Nous avons besoin de la bonne information au bon moment pour croître rapidement, que nous parlions d'accès aux programmes gouvernementaux ou aux meilleures pratiques industrielles existantes.

Membre de la Table de fabrication de pointe, le 17 janvier 2018
Le 16 février 2018 Lieu : Ottawa Ontario

Objet

Le 16 février 2018, la Table de stratégies économiques sur la fabrication de pointe a tenu sa cinquième réunion à Ottawa, en Ontario. Lors de la réunion, les participants ont discuté de la façon d’inciter l’adoption des technologies de pointe et révisé les outils favorisant la croissance dans d’autres thèmes clés, soit l’expansion des entreprises, l’attraction et la conservation de mandats mondiaux et le développement des compétences et des talents.

Ce dont nous avons parlé

  1. Les membres de la Table ont eu vent d’une évaluation du classement mondial de la fabrication canadienne au chapitre de l’adoption des technologies, particulièrement en ce qui a trait à Industrie 4.0 et à l’Internet des objets.
  2. La fabrication numérique a une incidence forte et positive sur la productivité, la diminution des coûts d’entretien et la mise en marché. Les entreprises ayant une cote plus élevée concernant l’adoption de la technologie numérique ont également tendance à avoir une croissance plus élevée et à être plus intégrées dans les marchés d’exportation.
  3. Les membres de la Table ont examiné des pratiques exemplaires mondiales en matière d’élaboration de stratégies nationales liées à la fabrication numérique. Ces pratiques comprennent la création de sites de démonstration et d’essai, des collaborations relatives à l’apprentissage intégré au travail sectoriel entre des entreprises et des établissements postsecondaires, des évaluations de l’état de préparation des entreprises ainsi que des réseaux de partage de connaissances entre collègues.
  4. Les membres de la Table ont consacré une partie de la journée à travailler leurs idées et leurs propositions potentielles sur la manière d’augmenter l’investissement des multinationales au Canada et de créer une main d’œuvre diversifiée et prête pour l’avenir tout en aidant les entreprises canadiennes à accélérer leur croissance et à prendre de l’expansion.

Ce que nous ferons ensuite

  • Les membres de la Table continueront de préciser leur vision de la fabrication canadienne en 2025 et y fixeront des objectifs ambitieux et mesurables.
  • La prochaine réunion aura lieu en mars 2018 et portera principalement sur l’établissement de l’ordre de priorité des propositions d’idées de politiques fondées sur les répercussions.

L’adoption de technologies clés transformera le secteur manufacturier, mais nécessitera la participation active et intégrée de tous les intervenants de la chaîne d’approvisionnement.

Membre de la Table de fabrication de pointe, le 16 février 2018
Date de modification :