Table sur les sciences biologiques et la santé

Positionner le Canada pour qu’il soit un chef de file mondial de l’innovation dans les sciences de la santé et dans les sciences biologiques par une croissance durable à long terme découlant de la collaboration des entreprises et des partenaires en matière de sciences de la santé et de sciences biologiques.

Président

Karimah Es Sabar, Quark Venture

Membres:

  • Armen Bakirtzian, Intellijoint Surgical Inc.
  • Norma K. Biln, Augurex Life Sciences Corp.
  • Josh Blair, Telus Santé
  • Jennifer Chan, Merck Canada
  • Ed Dybka, QIV Capital (anciennement avec AstraZeneca Canada)
  • Neil Fraser, Medtronic Canada
  • Chris Gardner, SequenceBio
  • Niels Erik Hansen, ARxIUM
  • Huda Idrees, Dot Health
  • Martin LeBlanc, Caprion Biosciences Inc.
  • Rick Makos, PHEMI Systems
  • Andrea Palmer, Awake Labs
  • Cameron Piron, Synaptive Medical
  • Oliver Technow, BioVectra  
  • Peter W. Vaughan, Inforoute Santé du Canada

Représentants du gouvernement fédérale

  • Simon Kennedy, Santé Canada
  • David McGovern, Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Réunions

Le 9 novembre 2017 Lieu : Vancouver, Colombie-Britannique

Objet

Le 9 novembre 2017, la Table sur les sciences biologiques et la santé a tenu sa première réunion à Vancouver (Colombie-Britannique). Les membres sont déterminés à poursuivre cette importante initiative et ils estiment, en tant que chefs de file de l’industrie, qu’ils ont une occasion unique de définir à quoi ressemblera l’économie d’innovation dans le secteur à long terme.

Ce dont nous avons parlé

  1. La discussion portait sur la façon dont le secteur des sciences biologiques et de la santé peut être une force économique importante, en stimulent l’innovation et appuyant la santé des Canadiens.
  2. Les membres ont expliqué pourquoi ils ont accepté de participer à la Table; un recoupement entre la croissance économique et de meilleurs résultats en matière de santé est ressorti comme un thème commun.
    • « Mon souhait est que le système public de santé et le secteur des sciences de la vie soient plus productifs, afin de permettre au Canada de croître et d’être reconnu comme un chef de file.  »
    • « Nous devons changer le système économique des soins de santé, tout en reconnaissant que nous avons une force fondamentale au pays.  »
    • « Nous sommes à un tournant et nous devons déterminer comment le Canada peut devenir une puissance en matière d’innovation, en mettant en marché de meilleurs produits.  »
  3. Une discussion fructueuse a porté sur la vision de la Table pour le secteur. On a notamment discuté d’un soutien pour examiner l’ensemble de l’écosystème de la santé, réaliser des gains d’efficience et obtenir de meilleurs résultats pour les patients, et chercher des occasions permettant aux entreprises novatrices canadiennes de devenir des chefs de file à l’échelle mondiale.
  4. Un certain nombre de défis et de possibilités clés ont également été formulés :
    • Acquisition, adoption et commercialisation novatrices — Les innovations canadiennes en matière de santé font face à des défis pour accéder à notre marché national. Au Canada, le gouvernement est un consommateur principal en matière de soins de santé, alors on pourrait utiliser l’approvisionnement comme outil pour stimuler l’innovation.
    • Numérisation et nouvelles technologies — Le Canada n’est pas un chef de file en matière d’adoption de solutions de santé numériques, mais le fait de miser sur nos forces offre d’importantes possibilités de croissance.
    • Accès au capital et croissance des entreprises — Bon nombre d’entreprises canadiennes quittent prématurément le marché au lieu de prendre de l’expansion; que devons-nous faire pour accroître l’accès au capital?
    • Compétences et talents — Des pénuries de compétences particulières nuisent à la compétitivité du secteur. De plus, les cadres supérieurs ne représentent pas la diversité de la population canadienne.

Ce que nous ferons ensuite

  • Des groupes de travail entreprendront d’autres travaux sur les thèmes clés afin d’avoir des discussions ciblées lors des prochaines réunions.
Nous sommes à un tournant et nous devons déterminer comment le Canada peut devenir une puissance en matière d’innovation, en mettant en marché de meilleurs produits.
Membre de la Table sur les sciences biologiques et la santé, le 9 novembre 2017
Le 15 décembre 2017 Lieu : Ottawa, Ontario

Objet

Le 15 décembre 2017, la Table sur les sciences biologiques et la santé a tenu sa deuxième réunion à Ottawa, en Ontario. Les membres se sont réunis afin de définir plus précisément la vision de la Table et discuter de la suite quant aux thèmes principaux recensés lors de la première réunion, l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices étant un élément central.

Ce dont nous avons parlé

  1. Les membres de la Table se sont entendus sur un énoncé de vision qui positionne le Canada comme « un chef de file en innovation et un carrefour mondial pour la santé et les sciences biologiques » d’ici 2025. Les membres conviendront d’un énoncé de vision amélioré à la mi-janvier.
  2. Une discussion sur les cibles et les mesures potentielles de la croissance a porté sur l’emploi, la croissance des entreprises ainsi que sur les investissements dans les immobilisations et la R-D.
  3. Le thème de l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices a été un élément central de la réunion. Des présentations ont été données sur les sujets suivants :
    • Solutions innovatrices Canada (SIC) – un nouveau programme visant à soutenir l’expansion et la croissance des innovateurs et entrepreneurs du Canada, qui a été bien accueilli par les membres de la Table;
    • Aperçu de la PI au Canada;
    • Programme de sensibilisation et d’éducation en matière de PI – un programme de sensibilisation et d’éducation réalisé par l’Office de la propriété intellectuelle du Canada;
    • Pratiques exemplaires en matière d’acquisition novatrice – constatations du Conference Board du Canada.
  4. Les groupes de travail ont fait le point sur les sujets qu’ils étudient :
    • Le groupe de travail sur l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices s’intéresse aux difficultés rencontrées dans les différents cycles de vie des produits dans le contexte canadien, et examine les pratiques exemplaires internationales pour guider les recommandations.
    • Le groupe de travail sur la numérisation et les nouvelles technologies examine les plateformes de systèmes d’information pour les renseignements complets sur la santé des patients et des citoyens, et le potentiel qui pourrait être libéré par les nouvelles technologies comme l’informatique quantique, les chaînes de bloc et l’intelligence artificielle.
    • Le groupe de travail sur l’accès au capital et la croissance des entreprises examine la manière de créer des conditions plus favorables pour permettre le développement et la croissance des entreprises canadiennes des sciences de la vie, et la façon de combler les lacunes actuelles en matière d’accès au capital.
    • Le groupe de travail sur les compétences et le talent examine les besoins en compétences dans l’ensemble de la bioéconomie aujourd’hui et demain, notamment la formation sur l’entrepreneuriat pour développer des dirigeants.

Ce que nous ferons ensuite

  • Les groupes de travail examineront de plus près comment d’autres pays et entreprises ont traité les enjeux liés aux thèmes principaux. Cela permettra à la Table de progresser vers des propositions potentielles lors de la prochaine réunion.
Le Canada – un chef de file en innovation et un carrefour mondial pour la santé et les sciences biologiques d’ici 2025.
Membre de la Table sur les sciences biologiques et la santé, le 15 décembre 2017
Le 16 janvier 2018 Lieu : Téléconférence

Objet

Le 16 janvier 2018, la Table sur les sciences biologiques et la santé a tenu une téléconférence. Les membres ont profité de la discussion pour peaufiner la vision et les cibles de la Table et les groupes de travail ont présenté un rapport sur leurs activités.

Ce dont nous avons parlé

  1. Les membres de la Table ont discuté de la vision et du degré d’ambition approprié à l’égard des cibles à atteindre. Ces éléments feront l’objet de plus amples discussions et précisions lors de la prochaine réunion de la Table qui aura lieu en février.
  2. Les responsables des groupes de travail ont présenté des rapports d’étape et parlé de quelques unes de leurs idées pour les prochaines étapes en vue de faire progresser leurs travaux.
    • Le groupe de travail sur l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices se réunira lors d’une séance qui durera une journée entière pour passer en revue les pratiques exemplaires à l’échelle internationale, nationale et provinciale, demander des conseils à des experts en la matière et élaborer des propositions qui seront examinées par la Table.
    • Le groupe de travail sur la numérisation et les nouvelles technologies poursuivra la discussion sur les technologies relatives aux plateformes et aux projets potentiels pour montrer comment la liaison des données sur la santé peut influencer positivement les résultats obtenus en matière d’économie et de santé.
    • Le groupe de travail sur l’accès au capital et la croissance des entreprises se concentre sur les moyens d’attirer les grands fonds institutionnels et sur la façon de mettre en place un environnement qui favorise l’accroissement du capital de risque et appuie la croissance des entreprises au Canada.
    • Le groupe de travail sur les compétences et le talent continuera d’axer ses travaux sur les compétences, les écarts en matière de parité entre les sexes et l’accès aux données pour mesurer les progrès réalisés tout en se concentrant sur ses trois priorités :
      1. Définir les compétences recherchées à l’heure actuelle et à l’avenir en bioéconomie
      2. Déterminer quel est le meilleur moyen de collaborer avec les universités pour assurer que les bonnes compétences en bioéconomie sont enseignées aux diplômés;
      3. Attirer, développer et maintenir en poste des employés de talent à l’échelle locale et internationale.

Ce que nous ferons ensuite

  • Les groupes de travail poursuivront leurs travaux en vue d’élaborer une liste de recommandations potentielles qui seront abordées à la prochaine réunion.
J’aimerais que nous nous fixions des objectifs ambitieux et que le Canada accomplisse de grandes choses.
Membre de la Table sur les sciences biologiques et la santé, le 16 janvier 2018
Le 15 février 2018 Lieu : Toronto

Objet

Le 15 février 2018, la Table de stratégies économiques pour le secteur des sciences biologiques et de la santé a tenu sa troisième réunion en personne à Toronto, en Ontario. Les membres ont entendu le stratège en chef de l’innovation en santé de l’Ontario, ont discuté des propositions centrées sur les quatre thèmes clés et ont affiné leur vision.

Ce dont nous avons parlé

  1. Les membres de la Table ont entendu le témoignage de Bill Charnetski, stratège en chef de l’Innovation en santé, ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario. Bill souligne l’importance de l’innovation dans le système de santé pour répondre aux besoins des Canadiens et de l’utilisation de cadres de mesure du rendement fondé sur les résultats en matière de santé des patients pour accélérer l’adoption des innovations. Il parle aussi des obstacles à l’innovation, comme les cultures d’aversion pour le risque et les structures complexes de protection des données personnelles.
  2. Les chefs de file des groupes de travail font part de leurs propositions sur les quatre thèmes clés établis :
    • Le groupe de travail sur l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices a examiné les propositions en lien avec l’établissement et le soutien d’un écosystème qui permet l’acquisition, l’adoption et la commercialisation novatrices tout en améliorant les résultats en matière de santé des patients, en augmentant l’innovation et la croissance/le développement économique, en créant de nouveaux investissements dans les technologies et les applications de la santé et en favorisant une innovation, une adoption et une diffusion plus rapide. La discussion a porté notamment sur un système de santé fondé sur des valeurs; la création d’un organisme fédéral d’innovation en santé ayant des mandats communs en matière de santé et de développement économique; le rôle élargi des organismes pancanadiens de santé pour appuyer l’innovation; l’accès des patients à leurs dossiers de santé numérique; les données nationales normalisées et intégrées aux résultats en matière de santé des patients et les coûts; et le renforcement du principe d’agilité de la réglementation.
    • Les propositions du groupe de travail sur la numérisation et les nouvelles technologies étaient surtout axées sur un système complet d’information sur les soins de santé des patients, et sur un cadre de gouvernance de la protection de la vie privée et des données. Un système national d’information sur les soins de santé pourrait faciliter l’établissement d’un système de soins de santé plus efficace et plus efficient, y compris l’amélioration des soins axés sur le patient, la réduction des coûts et des possibilités de recherche qui généreront une valeur économique. Un cadre de gouvernance de la protection de la vie privée et des données pourrait harmoniser les régimes de protection de la vie privée et de sécurité des administrations; ce qui faciliterait la navigation des exigences réglementaires pour permettre l’accès aux données et leur utilisation optimale.
    • Les propositions du groupe de travail sur les compétences et le talent étaient axées sur la nécessité d’accroître la collaboration entre le milieu universitaire et l’industrie en matière de perfectionnement des compétences, de stages et d’apprentissage intégré au travail, ainsi que de formation, d’attraction et de maintien en poste des personnes talentueuses. Le résultat souhaité est l’accès à diverses compétences tout au long du cycle de vie des PME, l’appariement des compétences et des talents entre les diplômés, l’industrie et les talents soutenus de renommée mondiale.
    • Les propositions du groupe de travail sur l’accès au capital et la croissance des entreprises portent sur les investissements des institutions et des caisses de retraite canadiennes et examinent la façon dont les programmes existants peuvent être modifiés ou mis à profit. Les propositions ont été peaufinées afin de permettre les résultats suivants : l’accès au capital à toutes les étapes du développement, de la création et de l’expansion des sociétés canadiennes du secteur des sciences de la vie; le soutien des entreprises phares canadiennes, l’augmentation des investissements nationaux et étrangers; et la simplification du processus d’inscription sur les marchés des changes.
  3. Les membres continuent d’affiner l’énoncé de vision, positionnant le Canada comme une plaque tournante mondiale pour la santé et les biosciences, en tirant parti et en faisant progresser les technologies novatrices, en attirant et en maintenant les capitaux, les compétences et le talent, et en assurant un écosystème dynamique qui libérera le plein potentiel du secteur et entraînera de meilleurs résultats en matière de santé.

Ce que nous ferons ensuite

  • Les groupes de travail continueront de peaufiner leurs propositions au cours du mois de mars en vue d’en discuter davantage à la prochaine réunion de la Table qui aura lieu le 16 avril 2018.
Pour être un chef de file mondial, nous devons nous dépasser pour atteindre nos objectifs à long terme
Membre de la Table sur les sciences biologiques et la santé, le 15 février 2018
Date de modification :