Le Canada doit saisir les possibilités de valorisation des produits agricoles, y compris les possibilités de transformation au pays, les utilisations finales novatrices pour ses produits agroalimentaires, la fabrication de coproduits et la transformation des déchets en sources de revenus.

Murad Al-Katib, Président et directeur général, AGT Food & Ingredients

Le secteur agroalimentaire aujourd'hui

Le secteur agroalimentaire canadien est complexe et interdépendant. Il englobe l'agriculture, les pêches et l'aquaculture de même que la transformation d'aliments et de boissons. Bien que les produits agroalimentaires canadiens soient très en vue et jouissent d'une solide réputation dans le monde entier, la concurrence s'intensifie.

En bref

L'agroalimentaire contribue de façon importante à l'économie canadienne

Les marchés agroalimentaires sont prêts pour la croissance

  • La demande agricole en 2050 sera de 50 % supérieure à celle de 2013Note de bas de page 4—ce qui signifie que le secteur agroalimentaire canadien bénéficiera d'une forte possibilité de croissance à l'échelle mondiale.
  • Le marché en expansion le plus important sera l'Asie-Pacifique, où les dépenses de consommation de la classe moyenne devraient passer de 4,9 billions de dollars en 2009 à 32,9 billions de dollars d'ici 2030.Note de bas de page5
  • L'évolution des préférences stimulera la demande de produits laitiers, de protéines de remplacement, de viandes maigres et d'aliments transformés présentant des bienfaits accrus pour la santé.

Le Canada a de nombreux atouts

  • Il possède des ressources abondantes en terre et en eau.
  • Il est reconnu mondialement comme un fournisseur de confiance d'aliments salubres sur les marchés étrangers.
  • Il est bien placé pour accéder aux marchés mondiaux.
  • Il a une forte capacité en recherche et développement, particulièrement en agriculture.

Le secteur fait face à des défis

  • Les investissements du secteur de la transformation des aliments dans les machines et les bâtiments sont en baisse en termes de pourcentage du chiffre d'affaires, et sont passés de 3 % en 2002 à 2 % en 2015.Note de bas de page6
  • Les marchés du travail sont restreints et l'ensemble de compétences lié au secteur évolue.
  • Dans un secteur hautement axé sur les exportations, il est nécessaire de garder les marchés continuellement ouverts.

Thèmes prioritaires

Le marché mondial des produits agroalimentaires continue de croître. Pour cette raison, le Canada s'est fixé un objectif ambitieux de faire passer ses exportations agroalimentaires à au moins 75 milliards de dollars par année d'ici 2025. Au cours des dernières années, la croissance de l'industrie a été vigoureuse; les exportations annuelles ont atteint de nouveaux sommets. Les membres de la table de la stratégie économique du secteur agroalimentaire ont clairement indiqué que le secteur agroalimentaire du Canada se doit d'être concurrentiel à l'échelle mondiale pour parvenir à saisir sa part. Cet avis est partagé par le Conseil consultatif des producteurs de la Table sur l'agroalimentaire, qui a été créé pour offrir une perspective de producteur pour le travail de la Table. Les thèmes prioritaires suivants ont été établis pour accroître la capacité et la productivité du secteur :

  1. Accroître l'innovation et saisir les possibilités de valorisation des produits agricoles
    Les producteurs et les transformateurs d'aliments canadiens ne peuvent plus se permettre de livrer concurrence sur la seule base des prix. Les classes moyennes de plus en plus nombreuses à travers le monde exigent des produits de meilleure qualité, tandis que les consommateurs ont une plus grande conscience sociale et veulent des aliments ayant des qualités précises, telles que la provenance locale et durable. Un leadership canadien en matière agroalimentaire exige des entreprises qu'elles fassent preuve d'innovation pour maximiser la valeur de leurs produits et positionner le Canada comme fournisseur privilégié sur les marchés à forte valeur ajoutée.
  2. Adopter la technologie et faire progresser la numérisation
    Aujourd'hui, le secteur agroalimentaire canadien affiche de faibles taux d'adoption des technologies comparativement à d'autres pays. Il s'agit là d'une exigence primordiale : dans un laps de temps très court, les acteurs qui n'adoptent pas 'automatisation, la numérisation et d'autres progrès technologiques deviendront tout simplement non concurrentiels. Toute la chaîne de valeur agroalimentaire du Canada doit reconnaître cette exigence et s'y adapter activement. Pour ce faire, il faut un changement de culture pour que le secteur se perçoive comme une industrie technologique et non comme une industrie de ressources.
  3. Moderniser l'infrastructure et la réglementation
    Les produits agroalimentaires font un long cheminement en plusieurs étapes avant d'atteindre le marché. Le pays a besoin d'une infrastructure moderne qui facilite ce parcours, ainsi que d'un système de réglementation avant-gardiste et synchronisé qui appuie la mise au point et la commercialisation de produits novateurs. Cela suppose une approche coordonnée et cohérente qui élimine les obstacles à la circulation des biens et des services et qui permet le développement de chaînes d'approvisionnement de pointe allégées et adaptables aux possibilités en évolution constante. L'environnement commercial global du Canada doit être concurrentiel et favoriser la croissance.
  4. Accroître l'accès aux marchés et les exportations
    La croissance démographique et l'augmentation des revenus dans le monde entier présenteront d'énormes possibilités pour le secteur agroalimentaire au cours des 10 à 15 prochaines années, surtout en raison de la demande de protéines. Les entreprises du Canada doivent être concurrentielles à l'échelle mondiale pour diversifier leurs marchés et saisir les occasions de croissance. Pour réussir à se diversifier, le Canada doit se concentrer sur les secteurs où il a un avantage stratégique. Pour y parvenir, il doit adopter une approche pangouvernementale en matière d'accès aux marchés et de développement des entreprises, saisir de nouveaux accords commerciaux avec des pays à forte croissance qui favorisent à la fois les exportations et les occasions de croissance nationale, tout en donnant aux petites et moyennes entreprises la possibilité de profiter de nouveaux débouchés d'affaires.
  5. Faire face aux pénuries de main-d'œuvre et se préparer à l'avenir
    L'agriculture canadienne est actuellement confrontée à des pénuries de main-d'œuvre qui ont une incidence sur les niveaux de production et les possibilités de croissance de demain. Ces pénuries s'aggraveront à mesure que les marchés de produits canadiens prendront de l'expansion. Le recours aux travailleurs étrangers a atténué les effets de la pénurie de main d'œuvre. Afin de pouvoir soutenir la concurrence par l'adoption plus importante de la technologie dans le secteur agroalimentaire, il sera nécessaire de trouver une main-d'œuvre possédant les compétences adéquates pour réussir le passage vers un avenir automatisé et numérique.

Membres de la table de la stratégie économique du secteur agroalimentaire

Date de modification :