Il y a une occasion incroyable qui permettrait aux entreprises canadiennes de technologies propres de croître et de s'emparer d'une grande part des marchés mondiaux tout en améliorant les résultats environnementaux. Les technologies propres peuvent entraîner la création d'emplois au Canada, faire croître le PIB et aider certaines entreprises de technologies remarquables déjà présentes sur le marché canadien et qui exportent leurs produits à prendre de l'expansion.

Audrey Mascarenhas, Questor Technology inc.

Le secteur des technologies propres à l'heure actuelle

Les technologies propres font référence à tout procédé, produit ou service qui réduit les effets des activités sur l'environnement. Ces technologies sont conçues par un vaste éventail d'entreprises, et leur adoption couvre tous les secteurs de l'économie. En mettant au point et en adoptant les technologies propres, les entreprises et l'industrie sont plus à même de maîtriser les coûts, de satisfaire aux nouvelles exigences réglementaires, d'améliorer la compétitivité à l'échelle mondiale et de réduire les effets négatifs sur le climat de même que sur la qualité de l'eau, des sols et de l'air.

En bref

Les technologies propres comptent parmi les moteurs importants de l'économie :

  • Environ 3 % du produit intérieur brut (PIB) canadien, soit quelque 60 milliards de dollars, étaient attribuables à la production de technologies propres et de sources d'énergie propres, de même qu'à la gestion des déchets et aux biens et services environnementauxNotes de bas de page 1
  • Afin d'estimer l'apport issu des technologies propres (en excluant la production d'électricité propre et la gestion des déchets), les activités environnementales et de technologies propres restantes représentaient, en 2016, environ 1,4 % du PIB canadienNotes de bas de page 2 et 178 000 emploisNotes de bas de page 3

Les exportations de technologies propres sont cohérentes avec l'intensité des exportations dans l'ensemble :

  • Si l’on ne tient pas compte de l’électricité et de la gestion des déchets, 17,1 % des technologies propres produites au Canada ont été exportés en 2016, ce qui est en adéquation avec la proportion des exportations de l’ensemble de l’économie, qui s’élève à 16,9 % (donnée de 2014)Notes de bas de page 4.

Le Canada a plusieurs points forts :

  • Un écosystème de recherche solide (qui contribue à hauteur de 3,1 % des publications de recherche sur les technologies propres à l'échelle mondiale)Notes de bas de page 5;
  • Le Canada occupait, de manière globale, le 4e rang de l'indice mondial de CleanTech GroupNotes de bas de page 6;
  • Une main-d'œuvre jeune, perfectionnée, hautement compétente et entrepreneurialeNotes de bas de page 7;
  • Une approche pancanadienne qui vise à appuyer la croissance propre et à atténuer les changements climatiques, ce qui encourage la mise au point et l'adoption de technologies propres.

Le Canada possède de nobreuses forces :

  • Les entreprises se trouvent sur un marché national peu enclin à prendre des risques à adopter des technologies propres;
  • Il y a peu d'accès aux capitaux patients ou aux modèles d'investissements adaptés aux facteurs de risque, aux coûts et au rendement (y compris le délai de récupération) uniques aux technologies propres;
  • La présence de leviers nationaux plus importants est nécessaire pour l'adoption de technologies propres en vue d'augmenter la demande sur le marché canadien (p. ex. l'application des mesures de responsabilisation à l'égard des coûts environnementaux engendrés par la pollution, et les pratiques d'approvisionnement des gouvernements);
  • Il y a sous-représentation des femmes et des Autochtones dans le bassin de personnes embauchées pour mener l'une ou l'autre des activités liées aux technologies propres, qu'il s'agisse de postes liés l'innovation ou de postes de direction;
  • Le taux d'adoption est inférieur à celui des autres types de technologies de pointe en raison de l'intensité de capital élevée des systèmes n'ayant pas fait leurs preuves;
  • L'accès au marché d'exportation et à l'expertise est relativement restreint. Cette situation nuit à la capacité des producteurs canadiens de technologies propres de convaincre les clients, d'obtenir des investissements, de naviguer entre les chaînes d'approvisionnement mondiales et de travailler de concert avec des partenaires.

Thèmes prioritaires

Le Canada dispose de presque tout ce qu'il faut pour exceller dans le secteur des technologies propres : une forte capacité d'innovation, un accès adéquat aux capitaux et une demande élevée en biens et services à l'échelle mondiale. Pour mettre en valeur les débouchés relatifs aux technologies propres, la Table réfléchit à la manière dont il faudra: renforcer la commercialisation de produits issus de la recherche et combler les lacunes à cet égard; améliorer l'expansion des entreprises; mieux combler les besoins uniques du secteur des technologies en matière d'investissements. En gardant ces idées à l'esprit, la Table a défini les thèmes prioritaires suivants :

  1. Renforcement des innovations à un stade précoce et expansion des entreprises
    Les innovateurs canadiens de technologies sont aux prises avec des obstacles à mesure qu'ils aspirent à mettre au point de nouveaux produits et solutions, à faire croître leur entreprise, et à faire la démonstration de leurs technologies aux acteurs du marché. Les nouveaux modèles de soutien et les initiatives ciblées pourraient contribuer à développer la capacité des entreprises à faire suffisamment croître le capital pour profiter de la demande de solutions de grande envergure. Les mesures permettant de cerner les entreprises prêtes à prendre de l'expansion ainsi que le bon ensemble de mesures de soutien nécessaires à chaque étape de leur croissance pourraient faire en sorte qu'une quantité accrue de technologies propres canadiennes arrivent sur le marché. Ces mesures supplémentaires pourraient prendre appui sur les initiatives récemment lancées par le gouvernement fédéral – notamment, le soutien pour l'innovation au stade précoce et avancé – tout en stimulant une plus grande participation du secteur privé.
  2. Expansion du marché national et du marché d'exportation international
    Les biens et services de technologies propres du Canada sont recherchés. Toutefois, bâtir un marché national robuste pose des difficultés.Les outils actuels comme les investissements gouvernementaux dans les infrastructures et les pratiques d'approvisionnement peuvent servir à favoriser l'adoption des technologies propres et à créer des débouchés sur les marchés. L'adoption des technologies propres sur le marché national est susceptible de créer un « premier marché » canadien robuste et de soutenir les technologies canadiennes prêtes à être mises en marché qui ont un potentiel d'exportation. Le Canada doit développer la capacité d'exportation des petites et moyennes entreprises en approfondissant leurs connaissances concernant les débouchés présents sur les marchés mondiaux, et en appuyant le mentorat des petites entreprises par des multinationales. Il sera également utile d'amorcer des activités de rayonnement à l'étranger plus stratégiques et de définir les filières qui entraînent l'augmentation des investissements directs étrangers au Canada.
  3. Stimulation de l'innovation par la réglementation et l'établissement de normes
    Les règlements et les normes peuvent s'avérer de puissants outils pour l'avancement de l'innovation. Le Canada doit saisir l'occasion stratégique de créer des cadres réglementaires qui permettent d'encourager de manière proactive la démonstration des technologies propres, de même que de faciliter une collaboration étroite entre les organismes de réglementation, les innovateurs et les adopteurs pour veiller à ce que la réglementation évolue au même rythme que les avancées technologiques. Uniformiser la réglementation dans l'ensemble des provinces et territoires et faire preuve de leadership en matière d'établissement de normes internationales sont deux mesures qui renforceront la croissance sectorielle du Canada et les résultats environnementaux. La Table se tournera vers d'autres États pour mieux comprendre la manière dont ces derniers encouragent l'innovation à l'aide de règlements et de normes.
  4. Création d'emplois et acquisition de nouvelles compétences
    Le Canada a besoin d'une main-d'œuvre efficace dans le domaine des technologies propres et qui possède les compétences nécessaires pour soutenir une croissance inclusive et durable. Dans le cadre du Plan pour l'innovation et les compétences, on cerne de nombreuses premières étapes d'importance en concentrant les efforts sur : le perfectionnement des compétences en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques; l'accès aux talents mondiaux; la promotion de l'apprentissage intégré au travail. La Table continuera d'explorer des solutions permettant d'augmenter le nombre de postes accessibles aux groupes sous-représentés, notamment les femmes et les Autochtones, qui travaillent dans toutes les composantes de l'écosystème d'innovation des technologies propres, que ce soit au sein d'entreprises en démarrage ou d'entreprises concurrentielles à l'échelle mondiale. De plus, pour mieux outiller les entreprises canadiennes de technologies propres de manière à ce qu'elles prennent de l'expansion, la Table cherchera à établir la manière de développer la capacité entrepreneuriale du secteur dans certains domaines comme les finances et le développement des affaires.On pourrait également améliorer les connaissances spécialisées des investisseurs sur les technologies propres, de manière à mieux adapter les modèles d'investissement et le niveau de propension à prendre des risques au contexte des technologies propres.

Membres de la table de la stratégie économique sur les technologies propres

Date de modification :