Lutte contre l'incendie « tête haute et mains libres »

De : Innovation, Sciences et Développement économique Canada

La date de clôture de ce défi a été reportée au 7 février 2019.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) cherche une solution qui procurera le soutien technologique sous-jacent à des appareils, à des applications et à de l'équipement de protection individuelle novateurs de sorte que les pompiers canadiens pourront adopter des méthodes de travail reposant davantage sur le concept « tête haute et mains libres » quand ils seront sur les lieux d'un incendie.

Ministère responsable : Ministère de la Défense nationale (MDN) – Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC)

Méchanisme de financement : contrat

Date d'ouverture : 6 décembre 2018
Date de clôture : 7 février 2019, 14:00 Heure normale de l'Est (HNE)

Connectez-vous pour accéder à vos soumissions

Défi

Énoncé du problème

Les pompiers doivent relever de nombreux défis au chapitre de la sécurité personnelle et de l'efficacité opérationnelle quand ils répondent à des appels pour des feux de bâtiments ou autres situations exigeant des intervenants qu'ils « mènent à bien » et en toute sécurité les opérations même si la fumée réduit la visibilité : ces difficultés limitent également la capacité des équipes de lutte contre l'incendie de localiser le personnel et de déterminer leur condition physique. De plus, les équipes de lutte contre l'incendie ont besoin de recevoir des alertes en temps utile, en cas de menaces et de dangers comme la chaleur, les gaz et les obstacles structurels, qui pourraient être difficiles à voir. Actuellement, les fournisseurs de solutions de l'industrie proposent certaines technologies, telles que des alarmes sonores, visuelles et haptiques, qui indiquent le niveau d'air restant dans l'appareil de protection respiratoire autonome (APRA) du pompier, ainsi que des appareils qui sonnent l'alarme quand un membre de l'équipe reste inerte pendant une période prolongée. D'autres entreprises font appel à l'imagerie thermique, soit sous la forme d'un appareil ou de sources de données. Les pompiers et les services d'incendie sont tenus de transporter, d'utiliser et de soutenir une foule d'appareils, de sources d'énergie, de bases de données et de moyens de communication. Actuellement, les appareils, les détecteurs et les systèmes de notification ne sont pas reliés entre eux. Pour le moment, les pompiers doivent, bien souvent, détourner leur attention de l'incendie comme tel pour manipuler et regarder des appareils qui les informent sur la situation. On estime qu'il faut les doter d'une capacité « tête haute et mains libres » plus intégrée de manière à alléger leur charge cognitive et à améliorer l'efficacité opérationnelle.

Résultats souhaités et éléments à considérer

Résultats essentiels (obligatoires)

Les solutions proposées doivent :

  1. Intégrer plusieurs détecteurs, sources de données, technologies de l'information et des communications (TIC) et composants d'équipement dans un outil technologique plus consolidé qui va au-delà de l'offre actuelle dans l'industrie.
  2. Adopter des architectures et des solutions reposant sur des approches standardisées, des composants compatibles, des approches modulaires prêtes-à-l'emploi ou encore faisant appel à l'attribution de licences et en mettant des approches interopérable avec l'ensemble de l'industrie.
  3. Détecter et afficher la toxicité de gaz nocifs ou mortels,incluant les APRA ou autres appareils individuels de filtration de l'air compromis.

Résultats souhaités additionnels

Les solutions proposées peuvent :

  1. Recevoir et établir un résumé exhaustif des caractéristiques du bâtiment afin d'aider à élaborer un plan de lutte contre l'incendie.
  2. Établir une corrélation entre, d'une part, les données sur la construction du bâtiment ayant une incidence sur l'intervention et, d'autre part, le comportement du feu observé et les tactiques d'intervention.
  3. Visualiser une image thermique et sélectionner un champ de vision en simultanéité, p. ex., des objets et des surfaces à proximité, une vue globale et l'environnement d'intervention dans son ensemble.
  4. Accéder à la modélisation de la propagation de l'incendie afin de rehausser la connaissance de la situation quant à la transmission du feu, au risque d'effondrement structurel ou à d'autres dangers.
  5. Prendre en compte les aspects pertinents en matière de confidentialité et d'éthique pendant la conception des architectures de la solution, plus précisément quand on enregistre le comportement de l'utilisateur et l'information le concernant dans les outils proposés, ceci compte tenu du fait que bien des données provenant des détecteurs « tête haute et mains libres » lors d'un incendie et celles se rattachant à la connaissance de la situation seront probablement du domaine public et non protégées.

Historique et contexte

Les utilisateurs de la solution développée seront principalement les premiers intervenants civils – agents de police, pompiers, ambulanciers et autres « utilisateurs » – qui sont habituellement des clients du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) géré par Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), en partenariat avec Sécurité publique Canada. Le PCSS vise à renforcer la capacité du Canada à réagir (prévention, atténuation, préparation, intervention et rétablissement) aux actes terroristes, aux crimes, aux catastrophes naturelles et aux accidents graves en jumelant les sciences et la technologie (S et T) et les domaines des politiques, des opérations et du renseignement.

Le PCSS investit, entre autres, dans l'élaboration de capacités qui visent à aider les intervenants à travailler en toute sécurité et avec efficacité. Les investissements du PCSS dans le présent projet ont pour but d'améliorer les technologies de détection et de décontamination, les techniques criminalistiques, les équipements de protection individuelle, les contre-mesures explosives et les normes et procédés connexes.

Six capitaines de pompiers américains, six capitaines de pompiers canadiens et des cadres ont commencé à caractériser les lacunes des capacités utilisées sur les lieux des sinistres dans le but de concevoir des outils technologiques novateurs qui aideront les utilisateurs à comprendre en temps réel la dynamique des incendies et à définir l'ensemble des éléments constituant les lieux d'un sinistre. Les premiers travaux du groupe miseront probablement sur des activités de définition des besoins pour ce qui est des niveaux de maturité technologique à la baisse et sur les recherches menées par des organismes comme le National Institute of Standards and Technology (NIST) et la Fire Protection Research Foundation (NIST Special Publication 1191: Research Roadmap for Smart Firefighting [en anglais seulement, PDF, 12,97 Mo]). Pendant l'élaboration des solutions, il faudra tenir compte du fait que les pompiers américains et canadiens ont recours, en grande partie, à un ensemble de connaissances et de méthodes d'exploitation communes. Cette doctrine est combinée à l'orientation et aux normes techniques largement colligées par la National Fire Protection Association (NFPA).

Le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) a tenu un atelier sur la définition des besoins en matière de lutte contre l'incendie « tête haute et mains libres » à Ottawa en 2018. Celui-ci était axé sur le besoin de doter les pompiers de première ligne d'une capacité d'aide à la décision « tête haute et mains libres » qui convient aux exigences astreignantes liées à la lutte contre les feux de bâtiments. Les participants étaient des experts en la matière (EM) canadiens et américains dans les domaines de la lutte contre l'incendie, de la mise au point de technologies, de la sécurité de l'équipement et des normes fonctionnelles. L'idéation en groupe s'étendant sur deux jours prenait appui sur des documents à lire au préalable : un ensemble de cas pratiques ou de scénarios d'intervention décrivant les critères liés aux interventions, les options quant aux exigences techniques et une caractérisation à jour du marché et du contexte technologique. Les discussions s'inspiraient grandement des concepts énoncés dans la publication spéciale 1191 du NIST : Research Roadmap for Smart Firefighting (en anglais seulement).

Les participants ont classé, sous différentes catégories, les besoins essentiels que devrait combler la capacité « tête haute et mains libres » destinée aux pompiers, et ce, dans les divers modes sensoriels : visuel, sonore et tactile. Les critères de la capacité « tête haute et mains libres » ainsi définis figurent sous les catégories suivantes dans le rapport :

  • Amélioration de la connaissance de la situation pour les utilisateurs sur les lieux d'incendie et avantages pour le commandement;
  • Capacité de suivre les équipes (localisation);
  • Surveillance physiologique aux fins de la santé et de la sécurité des utilisateurs;
  • Renseignements de référence sur le lieu de l'incendie et données sur les cadastres adjacents;
  • Alertes envoyées aux utilisateurs en tenant compte des facteurs pertinents liés à la charge cognitive;
  • Amélioration des communications (installations radio mobiles actuelles et
  • produits émergents et évolutifs à long terme)

Les utilisateurs consultés jusqu'à maintenant ont surtout insisté sur l'importance d'un outil d'aide à la décision qui permettrait de ne saisir et de ne communiquer que la bonne quantité d'information, et ce, au moment opportun durant les opérations. Selon eux, il faut absolument, en mettant au point les solutions visées par le présent contrat, tenir compte de la charge cognitive qui pèse sur les utilisateurs quand ils se rendent sur les lieux d'un sinistre et quand ils sont sur place, en plus de prendre en considération leurs habiletés (collectives) à trier l'information provenant en simultanéité de plusieurs stimuli et à la classer par ordre de priorité. Les recherches initiales et les points de vue d'un nombre restreint d'utilisateurs quant aux capacités prometteuses d'une solution « tête haute et mains libres » devront être validés auprès d'un échantillonnage plus vaste de pompiers. De plus, il faudra accorder une importance relative au rôle des différents types de données qui seront communiquées par la solution « tête haute et mains libres » et aux possibilités anticipées d'améliorer l'efficacité opérationnelle ou les « résultats » ici décrits. Entre autres, on sollicitera une première réaction des dirigeants des services d'incendie, par l'entremise des organismes les représentant, comme l'Association canadienne des chefs de pompiers.

Valeur maximale et déplacement

Valeur maximale du contrat :

Ce défi peut amener la création de plusieurs contrats.

Le financement maximal pour tout contrat de la phase I découlant de ce défi est de 200 000,00 $ CAD (taxes en sus), incluant les dépenses relatives à la livraison et aux déplacements ainsi que les frais de subsistance, s'il y a lieu, pour une période pouvant aller jusqu'à six mois.

Le financement maximal pour tout contrat de la phase 2 découlant de ce défi est de 1,000 000,00 $ CAD (taxes en sus), incluant les dépenses relatives à la livraison et aux déplacements ainsi que les frais de subsistance, s'il y a lieu, pour une période pouvant aller jusqu'à deux ans. Seules les entreprises admissibles qui ont complété la phase 1 avec succès seront prises en considération dans le cadre de la phase 2.

La divulgation de l'estimation du financement disponible est faite de bonne foi et n'engage aucunement le Canada à payer cette somme.

Déplacement :

Pour la phase 1, il est prévu que jusqu'à deux réunions pourraient exiger que le(s) candidat(s) retenu(s) se déplace(nt) aux endroits ci-dessous :

Réunion de démarrage : Ottawa, Ontario

Rapport final : Ottawa, Ontario.

Admissibilité

Les propositions de solutions peuvent uniquement être présentées par une petite entreprise qui satisfait aux critères suivants :

  • être à but lucratif
  • être constituée au Canada (au fédéral ou au provincial)
  • compter au plus 499 employés équivalent temps plein (ETP)Note de bas de page *
  • mener des activités de recherche-développement au Canada
  • verser présentement au moins 50 % de ses salaires, rémunérations et honoraires annuels à des employés et à des entrepreneurs qui passent la majeure partie de leurs heures de travail au CanadaNote de bas de page *
  • compter au moins 50 % de ses employés ETP dont le lieu de travail habituel est au CanadaNote de bas de page *
  • compter au moins 50 % de ses cadres supérieurs (vice-président ou niveaux supérieurs) dont la résidence principale est au CanadaNote de bas de page *

Guide de présentation d'une demande ou d'une soumission

Guide d'application

Critères d'évaluation

La source officielle des critères d'évaluation pour ce défi est le système électronique d'appel d'offres du gouvernement (https://achatsetventes.gc.ca/donnees-sur-l-approvisionnement/appels-d-offres/PW-18-00846769)

En cas de divergence entre les informations ci-dessous et les informations publiées sur Achats et Ventes, Achats et Ventes aura préséance.

Partie 1 : Critères obligatoires et note minimale de passage

Pour être jugées recevables et passer à la partie 2, les propositions doivent satisfaire à tous les critères obligatoires (Questions 1a et 2) et obtenir la note minimale de passage à la Question 3.

Critères obligatoires et critères cotés avec note minimale de passage (à satisfaire obligatoirement par la proposition du demandeur/soumissionnaire)
Question Schéma d'évaluation

1a. Portée

Décrivez la solution que vous proposez et la manière dont elle relève le défi. Veuillez inclure dans votre description les bases scientifiques et technologiques sur lesquelles repose la solution que vous proposez, et indiquez clairement en quoi votre solution permet d'atteindre tous les résultats souhaités essentiels visés (le cas échéant) dans la section Résultats souhaités et éléments à considérer de l'avis de défi.

Obligatoire - réussite/échec

Réussite
La solution proposée par le demandeur/soumissionnaire est bien articulée, respecte la portée du défi et aborde tous les résultats souhaités essentiels (le cas échéant) énoncés dans l'avis de défi.

Échec
Pratiquement aucune, voire aucune preuve ne démontre que la solution proposée sera susceptible de relever le défi.
OU
La solution proposée s'articule d'une façon qui dépasse la portée du défi.
OU
La solution proposée ne traite pas de tous les résultats souhaités essentiels énoncés dans l'avis de défi.
OU
La solution proposée est mal décrite au point où il est impossible de l'analyser concrètement.

2. Niveau de maturité technologique (NMT) actuel

  1. Indiquez le NMT actuel de la solution que vous proposez. (Menu déroulant Menu déroulant du formulaire d'application / soumission)
  2. Décrivez les activités de recherche et développement qui ont été réalisées pour amener la solution proposée au NMT indiqué.

Obligatoire - réussite/échec

Réussite : Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée se situe actuellement entre les niveaux NMT 1 et NMT 4 (inclusivement), cela étant justifié par une explication des activités de recherche et développement (R et D) qui ont été réalisées pour amener la solution au NMT indiqué.

Échec : Le demandeur/soumissionnaire n'a pas fourni la preuve suffisante pour démontrer que sa solution actuelle se situait entre les niveaux NMT 1 et NMT 4 (inclusivement), notamment :

  1. trop peu de preuves ont été fournies pour établir le NMT;
  2. la solution implique le développement de la recherche de base ou fondamentale;
  3. la solution correspond au niveau NMT 5 ou à un niveau supérieur;
  4. l'explication des activités de recherche et développement (R et D) pour justifier le NMT indiqué est insuffisante, inexistante ou manque de clarté;
  5. l'explication ne fait que paraphraser la description d'un NMT donné.

3. Innovation

Décrivez le caractère novateur de votre solution et la façon dont elle fait progresser l'état des connaissances par rapport aux technologies existantes, y compris les solutions concurrentes.

Critères cotés avec note minimale de passage

La note minimale de passage pour ce critère est 4 points.

0 point/échec : Le demandeur/soumissionnaire n'a pas démontré que la solution proposée fait progresser l'état des connaissances par rapport aux technologies existantes, y compris les solutions concurrentes; OU

Les avancées énoncées sont décrites de manière générale, mais ne sont pas étayées par des preuves précises et mesurables.

4 points 

  • Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée offre une ou deux améliorations mineures par rapport aux technologies existantes, y compris les solutions concurrentes disponibles, et que ces améliorations pourraient créer des avantages concurrentiels dans les créneaux de marché actuels.

6 points 

  • Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée offre au moins trois améliorations mineures par rapport aux technologies existantes, et la combinaison de ces avantages est susceptible de créer des avantages concurrentiels dans les créneaux de marché actuels; OU
  • Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée offre une amélioration considérable par rapport aux technologies existantes, laquelle est susceptible de créer des avantages concurrentiels dans les créneaux de marché actuels.

8 points 

  • Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée offre au moins deux améliorations considérables par rapport aux technologies existantes, y comprises des solutions concurrentes disponibles, et ces améliorations sont susceptibles de créer des avantages concurrentiels dans les créneaux de marché actuels et pourraient définir de nouveaux segments de marché; OU
  • Le demandeur/soumissionnaire a démontré que la solution proposée peut être considérée comme un nouveau point de repère dans le domaine des technologies de pointe qui devance manifestement les concurrents et qui pourraient définir de nouveaux segments de marché.

Partie 2 : Critères cotés

Les propositions qui n'obtiennent pas la note de passage globale, soit un minimum de 55 points sur 110 (50 %), seront jugées non recevables et cesseront d'être prises en considération.

La note minimale globale se calcule en additionnant les notes obtenues par le demandeur/soumissionnaire pour les questions suivantes (1b, 3 et de 4 à 12).

Critères cotés (à satisfaire par la proposition du demandeur/soumissionnaire)
Question Schéma d'évaluation

1b. Portée

Décrivez en quoi la solution que vous proposez permet d'atteindre les résultats souhaités  supplémentaires (le cas échéant) indiqués dans la section Résultats souhaités et éléments à considérer de l'avis de défi.

Si rien n'est indiqué sous « Résultats supplémentaires » dans l'avis de défi, les demandeurs/soumissionnaires recevront 10 points

  • L'information fournie est insuffisante pour démontrer que la solution abordera un seul des résultats souhaités supplémentairesà considérer. 0 point
  • L'information fournie démontre clairement que la solution abordera certains (moins de 50 %) des résultats souhaités supplémentairesà considérer. 5 points
  • L'information fournie démontre clairement que la solution abordera la plupart (50 % ou plus) des résultats souhaités supplémentairesà considérer. 8 points
  • L'information fournie démontre clairement que la solution abordera la totalité (100 %) des résultats souhaités supplémentairesà considérer. 10 points

4. Risques scientifiques et technologiques de la Phase 1

Indiquez les risques scientifiques et technologiques potentiels relatifs à l'élaboration de la validation de principe, et la manière dont ces risques seront atténués dans la phase 1.

  • L'information  est insuffisante, ou manquante, pour démontrer que le demandeur/soumissionnaire tient compte des risques potentiels et des stratégies d'atténuation, ou l'information comprend d'importantes lacunes. 0 point
  • L'information fournie démontre que le demandeur/soumissionnaire tient compte de certains risques potentiels et stratégies d'atténuation, mais il y a des lacunes mineures relatives aux risques ou aux stratégies connexes. 5 points
  • L'information fournie démontre clairement que le demandeur/soumissionnaire tient suffisamment compte des risques potentiels, et les stratégies d'atténuation connexes sont bien définies. 10 points

5. Avantages pour le Canada

Décrivez les avantages qui pourraient découler de la réussite du développement de votre solution. Les demandeurs/soumissionnaires sont invités à prendre en compte les avantages éventuels selon les trois catégories suivantes :

  1. Avantages sur le plan de l'innovation : La contribution prévue pour l'amélioration ou le développement d'innovations industrielles ou technologiques. Les facteurs d'évaluation pourraient notamment être : les retombées potentielles, la création de propriétés intellectuelles, l'incidence de la nouvelle technologie sur la productivité, etc.
  2. Avantages économiques : L'incidence prévue sur la croissance des entreprises, des grappes et des chaînes d'approvisionnement canadiennes, ainsi que les avantages prévus pour la main-d'œuvre canadienne. Les facteurs d'évaluation pourraient notamment être : le nombre d'emplois créés, le nombre d'emplois bien rémunérés, la hausse des recettes liée au projet, etc.
  3. Avantages pour le public : La contribution prévue dont profitera la population générale, qu'il s'agisse de pratiques commerciales et d'embauches inclusives (p. ex., parité des sexes), d'un investissement dans les compétences et la formation ou de pratiques environnementales exemplaires. L'évaluation tiendrait compte de la mesure dans laquelle le demandeur/soumissionnaire démontre que la solution devrait générer des avantages sociaux, environnementaux, de santé, de sécurité ou autres avantages pour le Canada. Les facteurs d'évaluation pourraient notamment toucher : les avantages environnementaux liés à la solution, les investissements dans des collectivités locales ou l'incidence du projet sur des collectivités autochtones.
  1. Avantages sur le plan de l'innovation
    • Aucun avantage n'est indiqué ou la justification est insuffisante. 0 point
    • L'avantage n'est pas significatif ou la justification est limitée. 1,5 point
    • L'avantage est significatif et la justification est adéquate. 3 points
  2. Avantages économiques
    • Aucun avantage n'est indiqué ou la justification est insuffisante. 0 point
    • L'avantage n'est pas significatif ou la justification est limitée. 1,5 point
    • L'avantage est significatif et la justification est adéquate. 3 points
  3. Avantages pour le public
    • Aucun avantage n'est indiqué ou la justification est insuffisante. 0 point
    • L'avantage n'est pas significatif ou la justification est limitée. 1,5 point
    • L'avantage est considérable et la justification est adéquate. 3 points

6. Plan du projet de la phase 1

Remplissez ce tableau afin de démontrer la faisabilité du plan de projet de la phase 1.

Inclure :

  • les jalons du projet;
  • les activités du projet liées à chaque jalon;
  • le temps nécessaire pour réaliser chaque jalon (p. ex., jours, semaines ou mois);
    • (Indiquer si des activités ou jalons devront être réalisés simultanément.)
  • le temps total requis pour réaliser le projet;
  • les principaux critères de réussite.

Remarque : La phase 1 ne peut dépasser 6 mois et le NMT 4.

  1. L'information est insuffisante, ou manquante, pour démontrer la faisabilité du plan de projet de la phase 1, ou ce plan de projet dépasse la durée maximum indiquée dans l'avis de défi. 0 point
  2. Le plan de projet de la phase 1 est peut-être réalisable, mais cela n'est pas clairement démontré ou il y a des lacunes. 5 points
  3. L'information fournie démontre clairement la faisabilité du plan de projet de la phase 1. 10 points

7. Risques du projet de la phase 1

Indiquez les risques potentiels du projet (p. ex., ressources humaines, finances, gestion de projet, etc.) relatifs à l'élaboration de la validation de principe, et la manière dont ces risques seront atténués.

  1. L'information est insuffisante, ou manquante,  pour démontrer que le demandeur/soumissionnaire tient compte des risques potentiels et des stratégies d'atténuation, ou l'information comprend d'importantes lacunes. 0 point
  2. L'information fournie démontre que le demandeur/soumissionnaire tient compte de certains risques potentiels et stratégies d'atténuation, mais il y a des lacunes mineures relatives aux risques ou aux stratégies d'atténuation connexes. 5 points
  3. L'information fournie démontre clairement que le demandeur/soumissionnaire tient suffisamment compte des risques potentiels, et les stratégies d'atténuation connexes sont bien définies. 10 points

8. Équipe de mise en œuvre de la phase 1

Remplissez ce tableau pour démontrer que l'équipe de mise en œuvre de votre projet possède l'expérience et les compétences requises en matière de gestion et de technologie pour exécuter le plan de projet de la phase 1. Un membre de l'équipe de mise en œuvre peut avoir plus d'un rôle.

Précisez les taux de rémunération et le niveau d'effort de chaque membre de l'équipe. Les taux de rémunération et les niveaux d'effort seront examinés dans le cadre de l'évaluation de la question 10.

  1. L'information  est insuffisante, ou manquante, pour démontrer que l'équipe du projet possède l'expérience et les compétences requises en matière de gestion et de technologie pour exécuter le plan de projet de la phase 1. 0 point
  2. L'information fournie est suffisante, mais comprend des lacunes relatives à l'expérience et aux compétences requises en matière de gestion et de technologie pour exécuter le plan de projet de la phase 1. 5 points
  3. L'information fournie démontre clairement que l'équipe du projet possède l'expérience et les compétences requises en matière de gestion et de technologie pour exécuter le plan de projet de la phase 1. 10 points

9. Inclusivité

Si votre entreprise devait obtenir un financement de Solutions innovatrices Canada, décrivez les mesures que vous pourriez prendre à la Phase 1 (p. ex., stratégie de recrutement, stages, étudiants d'un programme coopératif, etc.) pour favoriser la participation des groupes sous-représentés (p. ex., femmes, jeunes, personnes handicapées, Autochtones, minorités visibles) dans les activités de recherche et développement de la solution proposée.

  • Aucun exemple concret ou description n'a été fourni concernant les mesures qui seraient prises pour encourager la participation de groupes sous-représentés. 0 point
  • Un exemple concret ou une description a été fourni concernant les mesures qui seraient prises pour encourager la participation de groupes sous-représentés. 3 points

10. Proposition financière de la Phase 1

Remplissez ce tableau afin de démontrer que la proposition financière liée au plan de projet de la phase 1 est réaliste.

  • L'information fournie est insuffisante ou manque de crédibilité, ne parvenant pas à démontrer que la proposition financière du plan de projet de la phase 1 est réaliste. 0 point
  • L'information fournie est suffisante, mais certains coûts liés au plan de projet de la phase 1 semblent surestimés ou sous-estimés. 5 points
  • L'information fournie contient des éléments crédibles qui démontrent clairement l'aspect réaliste de la proposition financière du plan de projet de la phase 1. 10 points

11. Contrôles financiers, suivi et surveillance des finances de la phase 1

Décrivez les contrôles financiers, de même que le suivi et la surveillance qui serviront à gérer les fonds publics au cours de la phase 1.

.

  1. L'information est insuffisante, ou manquante, pour démontrer la capacité du demandeur/soumissionnaire à gérer les fonds publics au cours de la phase 1. 0 point
  2. L'information fournie est vague ou contient des lacunes. Le demandeur/soumissionnaire a mis en place certains contrôles financiers et mesures de suivi ou surveillance pour gérer les fonds publics au cours de la phase 1. 5 points
  3. L'information fournie démontre clairement que le demandeur/soumissionnaire compte sur des contrôles financiers et des mesures de suivi et de surveillance robustes pour gérer les fonds publics au cours de la phase 1. 10 points

12. Stratégie de la phase 2

Décrivez une stratégie réaliste pour le développement du prototype si votre entreprise était sélectionnée pour la phase 2.

Votre réponse devrait comprendre ce qui suit :

  • obstacles anticipés;
  • tâches principales
  • coût estimatif.
  • L'information  est insuffisante, ou manquante, pour démontrer que le demandeur/soumissionnaire a réfléchi à une stratégie réaliste pour le développement du prototype de la phase 2. 0 point
  • L'information fournie démontre que la stratégie de développement du prototype de la phase 2 est peut-être réaliste, mais des éléments de la stratégie sont vagues ou contiennent des lacunes. 5 points
  • L'information fournie démontre que le demandeur/soumissionnaire compte sur une stratégie claire et réaliste. 10 points

13. Approche de commercialisation

Décrivez votre approche de commercialisation globale pour la solution proposée.

À inclure dans la réponse :

  • Marchés cibles (excluant le gouvernement du Canada)
  • Sources de financement non liées à Solutions innovatrices Canada
  • Transition vers un produit ou service offert sur le marché
  • Autres indicateurs de potentiel commercial et de faisabilité commerciale
  1. Information insuffisante, voire aucune information, fournie pour montrer le potentiel commercial de la solution proposée. 0 point
  2. De l'information a été fournie pour montrer le potentiel commercial de la solution proposée, mais l'approche de commercialisation comporte des lacunes. 5 points
  3. L'approche de commercialisation présentée est réaliste et montre le potentiel commercial de la solution proposée. 10 points

Questions et réponses

Pour ce défi, prière de vous référer à l'appel d'offres sur Achats et ventes.

Toutes les questions concernant ce défi en particulier devraient être adressées à SIC-ISC@tpsgc.gc.ca.

Vous pouvez également consulter la Foire aux questions à propos du programme Solutions innovatrices Canada.

Un lexique est également disponible.

Date de modification :