Sélection de la langue

Recherche

Rapport sommaire : Ce que nous avons entendu

A. Introduction

Le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires vise à fournir aux propriétaires d’entreprise et aux entrepreneurs noirs le soutien dont ils ont besoin pour aller de l’avant et se remettre de la pandémie de COVID-19. Il vise aussi à jeter les bases qui leur permettront de faire croître leur entreprise dans les mois et les années à venir. Le programme comporte trois principales composantes : un investissement de 50 millions de dollars afin de créer le Fonds pour l’écosystème national, destiné aux organisations dirigées par des Noirs; 158 millions de dollars (un investissement de 30 millions de dollars du gouvernement du Canada et de 128 millions de dollars des institutions financières participantes) afin de mettre sur pied un fonds de prêts à l’intention des propriétaires d’entreprise et des entrepreneurs noirs; et un investissement de 5 millions de dollars afin d’établir le Carrefour du savoir pour l’entrepreneuriat des communautés noiresNote de bas de page 1. Grâce à ces investissements, des milliers de propriétaires d’entreprise et d’entrepreneurs noirs dans tout le pays auront accès à du financement, à des possibilités de mentorat, à des services de planification financière, à des formations relatives aux affaires et à bien plus encore.

Dans le cadre de son annonce du 9 septembre 2020, le gouvernement a affirmé qu’il entendait « travailler de près avec les propriétaires d’entreprise et les organisations dirigées par des Noirs à travers le Canada pour que le nouveau Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires reflète la réalité et les besoins de ces communautés ». Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) a donc par la suite entrepris un processus de consultation pour travailler avec la communauté noire canadienne à la conception et à la mise en œuvre du programme.

Des consultations ont été tenues auprès de la communauté entrepreneuriale noire, plus précisément auprès d’entrepreneurs et de propriétaires d’entreprise noirs ainsi que d’organisations commerciales dirigées par des Noirs ou au service de la communauté des entrepreneurs noirs, d’universitaires et d’autres détenteurs de savoir clés sur l’entrepreneuriat noir au Canada. Le processus comprenait une série de séances de discussion (tenues virtuellement, en anglais et en français), laquelle a été prolongée en raison de l’intérêt considérable manifesté par la communauté.

B. Qui s’est exprimé?

Les discussions se sont déroulées sur une période de 7 semaines, du 9 septembre au 3 novembre 2020. Les séances de consultation se sont déroulées virtuellement par l’entremise de Microsoft Teams, permettant ainsi aux participants d’y assister par téléphone ou par vidéo. Au cours de cette phase de collecte d’informations, 11 discussions virtuelles ont eu lieu, avec 125 participants au total et la représentation de 64 organisations différentes de l’écosystème de l’entrepreneuriat noir au Canada. De plus, des appels téléphoniques individuels ainsi que des soumissions écrites ont été reçus, à la fois aux fins de suivi des séances de discussion et pour remplacer la participation aux séances de discussion, selon les préférences des participants. Nous avons demandé aux dirigeants des principaux groupes de l’écosystème de l’entrepreneuriat noir de nous fournir le nom de participants potentiels. Nous avons ensuite demandé à ces personnes de prendre part au processus et nous leur avons également demandé si elles connaissaient d’autres participants potentiels. Dans certains cas, cela a donné lieu à des discussions supplémentaires et, au cours de la période de consultation, nous avons doublé le nombre de séances initialement prévues en raison de l’intérêt considérable suscité par le programme. Nous avons également parlé aux participants par téléphone et accepté les commentaires par courrier électronique.

Statistiques
Nombre total de séances de mobilisation virtuelles

11

Nombre total d’organisations participantes

64

Nombre total de participants aux séances de discussion à ce jour

125

Total des contributions écrites pour compléter ou remplacer la participation à une séance

7

C. Méthodologie

L’analyse contenue dans ce rapport a été effectuée selon une méthode d’analyse de contenu standardisée. Les notes des groupes de discussion ainsi que les contributions écrites ont été examinées. Tous les commentaires ont été saisis et codés, ce qui a permis aux thèmes de « ressortir » des transcriptions. Ce rapport comprend un résumé de haut niveau des commentaires; le rapport comportant le nombre et le pourcentage de commentaires codés est également disponible sur demande.

D. Principaux enjeux et thèmes

Voici les enjeux et les thèmes clés qui sont ressortis des discussions et des soumissions écrites; ce sont des principes généraux et applicables à toutes les parties du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires. Des commentaires plus ciblés pour les différentes composantes du programme sont présentés à la section E.

1. Le type de soutien fourni aux entrepreneurs noirs compte

Au cours des consultations, une grande partie de la conversation a tourné autour du type de soutien qui serait offert aux entrepreneurs noirs; en d’autres termes, le type de soutien compte. Les avis variaient grandement quant à la meilleure façon de structurer le soutien fourni par le programme. Voici les éléments les plus fréquemment évoqués.

Formation et services de soutien

La formation et les autres services de soutien ont été les besoins les plus fréquemment mentionnés par les entrepreneurs noirs. Les participants ont suggéré une série d’outils et de ressources pour fournir des services de soutien aux entreprises, comme la formation, le mentorat, l’encadrement et le renforcement des capacités. Une grande partie de la discussion s’est concentrée sur la nécessité d’aides globales, notamment des outils qui permettraient aux nouveaux entrepreneurs de reconnaître les débouchés commerciaux, de concevoir des projets robustes et de gérer les différentes phases du développement de l’entreprise.

En outre, il a été noté que les entrepreneurs avaient besoin d’un accès aux données et à la formation afin de pouvoir transformer efficacement leurs idées en plans d’affaires concrets. De nombreux participants ont déclaré que les mesures de soutien aux entreprises devraient être offertes aux entrepreneurs avant le début de leur cheminement entrepreneurial ainsi qu’aux entrepreneurs qui se sont déjà lancés en affaires et qui peuvent être en train de faire croître leur entreprise. Dans l’ensemble, les discussions et les contributions ont fait ressortir la nécessité d’offrir une série de mesures de soutien pour établir un écosystème qui repose sur les connaissances, les pratiques exemplaires, et sur un soutien et une formation durables. En d’autres termes, ces types de soutien permettraient aux entrepreneurs noirs d’accéder à des connaissances, à de l’expertise, à de l’expérience et à de nombreuses autres ressources. Ils les aideraient aussi à faire face aux obstacles systémiques et à les surmonter.

Financement et autres mesures de soutien

Le financement a fait l’objet de discussions approfondies et a été cerné comme étant un élément extrêmement important pour les entrepreneurs noirs. Les participants ont indiqué que, même si le financement seul n’était pas la réponse à tous les problèmes auxquels font face les entrepreneurs noirs, il s’agissait néanmoins d’un élément crucial. De nombreux participants ont fait remarquer que le financement ne devrait pas être le seul soutien apporté aux entrepreneurs, mais qu’il devrait plutôt être complémentaire à d’autres types de mesures de soutien.

2. L’accès au capital, le manque de ressources des organismes de soutien et le manque de données continuent de créer des obstacles pour les entrepreneurs noirs

Une partie importante de la discussion s’est concentrée sur les obstacles à l’entrepreneuriat pour les Noirs.

Accès au capital

De nombreux participants ont indiqué que l’accès au capital était l’enjeu le plus important pour les entrepreneurs noirs. Les participants ont souligné que le capital était crucial pour tout entrepreneur, mais que les entrepreneurs noirs avaient plus de difficultés que les autres à y accéder. Les participants ont noté que cela était lié à la façon dont le système bancaire fonctionne, au racisme et aux préjugés systémiques dans le système bancaire, ainsi qu’au manque de prise en compte des différences culturelles au sein des institutions traditionnelles.

Accès aux données

Il a également été noté que les entrepreneurs noirs étaient freinés par un manque d’accès aux données, aux connaissances et à la formation sur le commerce nécessaires. Les participants ont indiqué qu’il s’agissait d’un défi commun, mais qui était exacerbé pour les entrepreneurs noirs.

Capacité des organisations de soutien

Les participants ont également souligné que les organisations qui sont sur le terrain pour soutenir les entrepreneurs noirs ne disposaient pas de ressources suffisantes pour pouvoir le faire.

3. Le programme doit être géré par la communauté noire canadienne pour la communauté noire canadienne

Les participants se sont entendus pour dire que le programme devait être géré par la communauté noire canadienne pour la communauté noire canadienne. Toutefois, lorsqu’ils ont donné leur vision de la manière dont cela serait réalisé, il y avait une certaine diversité d’opinions. Premièrement, si la plupart des participants estiment que cela doit être fait par et pour la communauté noire, certains participants ont indiqué que l’expertise était un facteur crucial et qu’il ne fallait pas l’exclure au profit de l’origine culturelle. En d’autres termes, certains participants ont estimé que l’expertise devait être privilégiée par rapport à l’origine culturelle.

Les participants ont convenu que l’expérience, l’expertise et la compréhension des besoins et des défis propres aux entrepreneurs noirs seraient des éléments importants pour déterminer qui dirigerait le programme. Enfin, les participants estiment que les organisations responsables devront : démontrer que leurs objectifs et leur mandat sont alignés sur les objectifs du programme; démontrer leur volonté et leur capacité d’adapter les mesures de soutien qu’elles offrent à la diversité des besoins de la communauté entrepreneuriale noire; être transparentes et respectueuses de la communauté noire; et avoir une expérience du travail avec la communauté noire.

4. Le programme devrait s’appuyer sur, et non pas reproduire, les connaissances ou les services d’autres organisations

Les participants ont discuté de la nécessité de tirer des enseignements des organisations, des programmes et des cadres passés ou existants afin d’observer ce qui fonctionne et d’éviter le chevauchement. Les participants ont indiqué qu’il serait utile d’établir des liens directs avec les organisations concernées afin de rationaliser la prestation du programme.

5. Le programme doit être souple pour répondre à une variété de besoins différents

Parmi les différents éléments soulevés tout au long des consultations, les participants se sont notamment penchés sur la capacité d’adapter les mesures d’aide à la diversité des besoins des entrepreneurs noirs. Les participants ont semblé s’accorder sur le fait que les entrepreneurs noirs vivaient des réalités diverses et que le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires devrait prendre en compte cette diversité de besoins. Il est notamment important de tenir compte des différentes étapes du développement de l’entreprise, du secteur dans lequel l’entreprise va œuvrer ou œuvre, de la réalité sociale des personnes à la recherche d’une aide ainsi que de la variété des besoins financiers que connaissent les entrepreneurs noirs.

6. L’administration du programme doit être souple et répondre à une variété de besoins

Les participants ont également estimé que l’administration de ce programme devrait être souple et ouverte, et que les définitions et les paramètres utilisés ne devraient pas être contraignants.

7. Quel type d’approche ce programme devrait-il privilégier?

La quasi-totalité des participants a convenu de la valeur d’une approche décentralisée et locale, tandis que quelques-uns ont noté qu’il serait également important de s’attaquer aux différences entre les régions et les villes.

E. Discussions sur les différents éléments du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires

Fonds de prêts pour l’entrepreneuriat des communautés noires

1. Montant et type de financement

Lors de la discussion sur le fonds de prêts, le type et le montant des prêts ont été définis comme étant les enjeux les plus importants pour les participants. L’un des principaux éléments qui sont ressortis des consultations est que ce fonds devrait fournir des subventions (autonomes, une fois que les entrepreneurs ont terminé un programme, ou sous forme de prêt partiellement remboursable). En outre, les participants ont souligné que les montants des prêts ne devraient pas être des montants prédéterminés, mais qu’ils devraient plutôt être basés sur les besoins des entrepreneurs. Cela dit, de nombreux participants ont convenu que le prêt minimum, s’il devait y en avoir un, devrait être inférieur au montant de 25 000 $ qui a été annoncé (5 000 $ est le montant le plus souvent mentionné).

Carrefour du savoir pour l’entrepreneuriat des communautés noires

1. Collecte de données

Le Carrefour du savoir a suscité des discussions sur la collecte de données. Les participants ont souligné l’extrême importance de la confiance et de la transparence dans cette initiative. Ils pensent également que les données peuvent être recueillies auprès des organisations et des programmes mêmes, par les banques, les municipalités et les chambres de commerce. Ils ont également estimé que la collecte de données devrait être décentralisée.

2. Objectifs et buts

Le deuxième thème défini concernait les objectifs et les buts qu’une telle initiative devrait avoir. Les participants ont convenu qu’elle devrait créer du savoir et utiliser les connaissances recueillies; contribuer à faire évoluer les politiques; aider et soutenir la communauté noire canadienne; et être intégrée dans l’éducation, la formation, le mentorat et l’encadrement des entrepreneurs noirs. Il a également été soulevé qu’il faudrait envisager un nom différent pour cette composante du programme.

3. Principales lacunes en matière de connaissances

Enfin, les participants ont discuté des principales lacunes en matière de connaissances qui existent actuellement pour les entrepreneurs noirs canadiens. Si les participants se sont accordés sur le fait qu’il manque de données sur l’entrepreneuriat en général et sur l’entrepreneuriat noir en particulier, de nombreuses autres lacunes ont été indiquées, comme : les raisons pour lesquelles l’accès aux services et aux capitaux est plus difficile pour les entrepreneurs noirs, quelles sont les possibilités de réussite ou encore les habitudes de consommation des Canadiens. Les participants ont exprimé fermement que des données sont nécessaires pour fournir un contexte aux entrepreneurs noirs, et que ce contexte garantirait, à son tour, un succès à plus long terme.

4. Partenariats et collaboration

Les partenariats et la collaboration ont également été l’un des thèmes clés soulevés lors de la discussion sur le Carrefour du savoir. Les participants ont souligné leur importance générale tout en insistant sur l’aspect crucial de la communication. La majorité des participants pensent qu’un partenariat avec des institutions publiques et des établissements universitaires serait bénéfique pour le programme, mais qu’il est important que les institutions participantes possèdent une compréhension de la communauté noire canadienne, et qu’elles aient de l’expérience avec elle.

Fonds pour l’écosystème national

1.Réflexions sur la définition d’une organisation dirigée par des Noirs

Les participants ont discuté de la définition d’une organisation dirigée par des Noirs et des avantages et des inconvénients liés aux différentes façons d’opérationnaliser la définition. Les participants ont noté que la définition devrait se concentrer sur les éléments suivants : propriété, mandat de l’organisation représentée, et expérience et expertise. En ce qui a trait à la propriété, les deux positions suivantes ont été cernées : les organisations dirigées par des Noirs devraient être détenues au moins aux deux tiers par des personnes noires; ou les organisations dirigées par des Noirs devraient être détenues par au moins une majorité de personnes noires (50 % + 1). La majorité des participants ont opté pour la première position. Le tableau suivant montre combien de fois les différents domaines d’intervention ont été mentionnés.

Mettre l’accent sur la propriété

23.91%

Mettre l’accent sur le mandat

19.56%

Mettre l’accent sur l’expertise et l’expérience

17.39%

Besoin de définitions/processus de certification

13.04%

2. La question de l’intersectionnalité

La grande majorité des participants ont également estimé qu’il serait important que ce programme aborde l’intersectionnalité au sein de la communauté noire canadienne. Les participants estiment que ce programme devrait tenir compte de chaque intersectionnalité, c’est-à-dire qu’il devrait être inclusif pour toutes les minorités au sein de la minorité, en mettant l’accent sur le genre, les jeunes, les minorités linguistiques et les nouveaux Canadiens. Néanmoins, les participants ont également discuté de la nécessité d’allouer en priorité des fonds aux organisations noires, où ils seraient utilisés pour soutenir toute la diversité de la communauté noire plutôt que d’être alloués à d’autres organisations qui ne sont pas dirigées par des personnes noires.

F. Observations finales

À la fin de chaque discussion, on a remercié les participants d’avoir offert leur temps et leurs connaissances, et d’avoir contribué, dans de nombreux cas, à attirer de nouveaux participants. Ils ont été assurés que les contributions fournies seraient utilisées dans le cadre de la conception et de la mise en œuvre du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires, et ils ont été invités à envoyer d’autres commentaires s’ils le souhaitaient. D’autres discussions se poursuivront à mesure que le programme progressera.

On peut adresser toute question et tout commentaire additionnels à l’adresse ic.bep-pecn.ic@canada.ca.

Annexe
Organisations ayant participé au processus de consultation

Date de modification :