Sélection de la langue

Recherche

Prise en considération d'une nouvelle capacité de biofabrication pour le Canada

Sur cette page

À propos de la consultation

Le gouvernement du Canada est résolu à bien positionner le Canada en vue d'intervenir en cas d'urgences sanitaires futures, et il étudie des façons de favoriser une croissance durable à long terme dans le secteur canadien de la biofabrication. Le gouvernement du Canada reconnaît que les efforts visant à améliorer la biosécurité et la planification de la lutte contre les pandémies exigent une approche écosystémique. Autrement dit, une approche adaptée au contexte canadien, qui tient compte de l'expertise du gouvernement, de l'industrie et du monde universitaire, et qui s'appuie sur les organisations et actifs existants du secteur canadien des sciences de la vie.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière d'importantes lacunes dans la capacité du Canada à produire des vaccins et autres médicaments vitaux à une échelle suffisante pour répondre aux besoins intérieurs. Une réflexion sérieuse est en cours sur la meilleure façon de positionner le Canada pour qu'il soit en mesure de répondre aux futures urgences sanitaires et la façon de promouvoir la croissance à long terme du secteur canadien des sciences de la vie. Depuis le début de la pandémie, le gouvernement du Canada a pris des mesures énergiques afin d'assurer aux Canadiens un approvisionnement sûr en médicaments de première nécessité, et a agressivement poursuivi la reconstruction de la capacité de biofabrication du Canada. En agissant de façon décisive durant la crise actuelle du COVID-19, le gouvernement cherche également à établir une base solide et durable de la capacité du Canada à répondre aux urgences sanitaires actuelles and futures.

Pour ce faire, le gouvernement du Canada s'est engagé, dans l'Énoncé économique de l'automne 2020, à étudier les façons dont il pourrait soutenir la planification de la lutte contre les pandémies à l'avenir. Les investissements dans le secteur canadien des sciences de la vie non seulement protégeront les Canadiens en cas de pandémie, mais entraîneront aussi d'énormes avantages économiques associés à une capacité de fabrication croissante, en attirant des créateurs de vaccins et en mettant en relation les meilleurs chercheurs canadiens des sciences de la vie avec de jeunes entreprises qui souhaitent croître au Canada.

En fait, dans les jours et les mois qui ont suivi l'éclosion de la pandémie de COVID-19, le gouvernement a fait d'importants investissements visant à renforcer l'empreinte du Canada dans le secteur de la biofabrication. Mentionnons notamment les investissements totalisant 126 millions de dollars dans le nouveau Centre de production de produits biologiques du Conseil national de recherches du Canada. Une fois la construction complétée, ce centre pourra produire jusqu'à 2 millions de doses de vaccins par mois. Cela s'ajoute aux 44 millions de dollars précédemment annoncés pour moderniser l'installation existante de Royalmount du CNRC afin d'établir la bioproduction pour le matériel d'essai clinique de vaccins et pour réduire les risques et accélérer le développement de vaccins, ainsi que d'autres investissements et initiatives annoncés par le gouvernement au cours des dernières années. Parmi ceux-ci, mentionnons un investissement de 37,5 millions de dollars dans un projet de 144 millions de dollars dans BioVectra, à l'Île-du-Prince-Édouard en 2019, et une contribution fédérale de 22,5 millions de dollars dans un projet de 138 millions de dollars dans STEMCELL à Vancouver en 2018 pour soutenir le développement de médecines régénératives et la construction d'une usine de fabrication de pointe.

Le gouvernement augmente la capacité de bioproduction en investissant également dans des compagnies chefs de file du secteur privé, telles AbCellera et Precision NanoSystems à Vancouver et Medicago à Québec. Ces investissements proviennent du Fonds stratégique pour l'innovation qui a reçu 792 millions de dollars pour soutenir la recherche-développement, les études cliniques et la production de vaccins et autres médicaments utilisés contre le virus de la COVID-19. Le gouvernement a également accordé 9,7 millions de dollars au total à Providence Therapeutics, pour accroître la capacité de fabrication de son vaccin expérimental ARNm : 4,7 millions de dollars par l'entremise du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du CNRC et un montant supplémentaire de cinq millions de dollars dans le cadre de la Supergrappe de la fabrication de prochaine génération (NGen) du Canada.

Les investissements significatifs ne se limitent pas à ceux effectués jusqu'à présent. Le gouvernement continue poursuit les discussions avec plusieurs compagnies, évalue continuellement des soumissions d'investissements supplémentaires et réfléchit à des actions supplémentaires qui favoriseraient la croissance des pôles d'expertise à l'échelle de tout le pays. Déjà, des créateurs de vaccins d'envergure mondiale remarquent les changements positifs que connaît le secteur canadien des sciences de la vie comme le démontre le récent protocole d'entente entre le gouvernement du Canada et Novavax, qui permet au gouvernement de poursuivre les options de production des vaccins de la société au Canada.

Comment participer

Pour ce qui est de l'avenir, il serait important que le Canada s'assure que les investissements réalisés dans l'urgence en réponse à la pandémie de COVID-19 puissent également répondre aux menaces nouvelles et émergentes, telles que les variantes de COVID-19, et que ces investissements puissent être maintenus afin que les Canadiens puissent continuer à profiter du renforcement du secteur des sciences de la vie et d'une préparation nationale à long terme à une pandémie. Ainsi, en plus de la capacité de biofabrication, le Canada doit s'assurer, à long terme, de disposer d'un bassin de talents, d'une filière de recherche-développement, de PME solides, et veiller aussi à sécuriser l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement pour soutenir la dynamique et la croissance de l'écosystème d'innovation et de biofabrication.

Dans ce but, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, en partenariat avec Santé Canada et l'Agence de la santé publique du Canada, ont l'intention de consulter les intervenants sur les éléments stabilisateurs nécessaires à un secteur de la biofabrication canadien solide à long terme, notamment en ce qui concerne l'augmentation potentielle de la capacité nationale de biofabrication et aux améliorations connexes de l'écosystème des sciences de la vie.

Les points de vue sont sollicités d'ici le 12 mars 2021 sur la base d'un document de consultation.

Les soumissions peuvent être envoyées en suivant les instructions ci-dessous.

Vos points de vue sont appréciés et seront pris en considération par le gouvernement du Canada dans son examen des façons de soutenir ces objectifs.

Voir le document de consultation

Vous pouvez lire le document de consultation Prise en considération d'une nouvelle capacité de biofabrication pour le Canada.

Rendre compte aux Canadiens

ISDE publiera les résultats des consultations sur son site web.

Si vous avez des questions, veuillez contacter ISDE à l'adresse suivante Biomanufacturing-Biofabrication@canada.ca

Vos réponses resteront anonymes. Aucune information que vous fournissez ne vous sera attribuée personnellement ou à votre organisation. Pour plus d'informations sur la manière dont nous collectons, utilisons et protégeons les données, veuillez lire notre Avis de confidentialité.

Soumettre vos commentaires

Afin de pouvoir soumettre des commentaires par écrit dans le cadre des consultations du gouvernement du Canada sur Prise en considération d'une nouvelle capacité de biofabrication pour le Canada, veuillez fournir les informations ci-dessous et choisir un fichier à joindre à votre soumission:

Date de modification :