Guide sur le prix de détail de l’essence au Canada

Bulletin

Le 17 mai 2019


Table des matières

Cliquez ici pour voir la table des matières complète

Droits d'auteur et autorisation de reproduire

Introduction

Le secteur de la vente d’essence au détail au Canada et dans d’autres pays est très complexe. Cela est notamment dû au fait que la chaîne d’approvisionnement de l’essence comporte plusieurs niveaux, qu’il s’agit d’un produit de base vendu sur le marché mondial et aussi un produit réglementé et taxé.

Avec tous ces éléments en jeu, il peut être difficile de déterminer lequel des nombreux facteurs qui affectent le prix de l’essence est responsable d’une hausse du prix de l’essence à la pompe. Ce guide est conçu pour aider les Canadiens à se retrouver dans toute cette confusion, en leur donnant un aperçu du parcours de l’essence jusqu’à la pompe et de l’évolution du prix en cours de route.

Ce guide vise également à informer les Canadiens afin qu’ils puissent reconnaître les signes d’une éventuelle fixation des prix et les distinguer d’une situation de saine concurrence dans le secteur de la vente d’essence au détail. Nous souhaitons vous faire connaître les éléments de preuve nécessaires pour prouver que des entreprises agissent illégalement. De cette façon, si vous voulez déposer une plainte au sujet d’une éventuelle fixation des prix, vous saurez quels renseignements vous devez nous fournir.

Les Canadiens soupçonnent souvent les stations d’essence de se concerter de façon illégale lorsque, en moins d’une demi-heure, la plupart d’entre elles augmentent leurs prix — souvent juste avant une longue fin de semaine. Bien des gens se demandent alors si ce comportement n’est pas en soi la preuve d’une activité illégale. Et lorsque les prix de l’essence redescendent ensemble la semaine suivante, la fixation des prix peut sembler être la seule explication.

Mais des hausses et des baisses simultanées des prix de l’essence ne sont pas en soi la preuve d’une fixation des prix et peuvent en fait être la preuve que la concurrence fonctionne comme elle le devrait.

Pour intenter des poursuites pour fixation de prix contre des entreprises, nous devons prouver qu’elles se sont entendues pour fixer ces prix. En effet, comme l’explique ce guide, les prix de l’essence peuvent fluctuer plus ou moins à l’unisson pour des raisons légitimes.

Nous prenons au sérieux les plaintes relatives à la fixation des prix ou à des pratiques anticoncurrentielles. D’ailleurs, nous examinons toutes les plaintes et dénonciations que les Canadiens nous envoient. Les consommateurs peuvent jouer un rôle important en aidant le Bureau de la concurrence à recueillir des preuves pour mettre au jour des cas de fixation des prix et des pratiques anticoncurrentielles.

Ce que ce guide vous propose

Dans un premier temps, ce guide présente le Bureau de la concurrence et son rôle dans le secteur de la vente d’essence au détail. Nous espérons que cet aperçu vous donnera une bonne idée de ce que nous faisons et des informations dont nous avons besoin pour découvrir des activités illégales.

Ensuite, nous répondons à plusieurs questions couramment posées par les Canadiens au sujet du prix de l’essence au Canada.

Pour conclure, nous indiquons les renseignements dont nous avons besoin pour prouver que les stations d’essence fixent les prix. Des soupçons ne suffisent pas : nous avons besoin de preuves tangibles, et cette section explique ce qui constitue une preuve tangible.

Si vous ne connaissez pas bien la terminologie ou si vous souhaitez en apprendre davantage sur le fonctionnement de cette industrie, nous présentons à l’annexe A les principaux intervenants du secteur de la vente d’essence au détail. Nous expliquons également comment ces divers intervenants et d’autres forces du marché influencent le prix de l’essence que vous payez à la pompe.

Aperçu du Bureau de la concurrence

Le Bureau est un organisme d’application de la loi indépendant qui veille au respect des lois canadiennes sur la concurrence. Nous aidons les consommateurs et les entreprises à tirer profit de la concurrence.

Le Bureau fait partie du gouvernement fédéral canadien et est dirigé par le commissaire de la concurrence; il veille à l’application de la Loi sur la concurrence.

La concurrence contribue à rendre l’économie plus efficace; elle procure aux consommateurs des prix et des choix de produits concurrentiels. Elle incite également les entreprises à innover et favorise la répartition de leurs gains dans l’ensemble de l’économie. Lorsque la concurrence est entravée, l’économie peut en souffrir. Les pratiques qui nuisent à la concurrence peuvent constituer un obstacle, en obligeant les entreprises et les consommateurs à payer plus que nécessaire pour des biens et services.

Le Bureau aide à lever ces obstacles. Pour ce faire, nous appliquons la loi de manière juste et prévisible. Cela suppose de combattre les pratiques anticoncurrentielles et les pratiques commerciales malhonnêtes et d’examiner les fusions pour s’assurer qu’elles ne nuisent pas à la concurrence.

Le rôle du Bureau dans le marché de la vente d’essence au détail

Nous ne réglementons pas les prix de détail (ou de gros) de l’essence. Toutefois, lorsque le Bureau trouve des preuves de fixation des prix ou d’autres pratiques anticoncurrentielles dans un marché de l’essence, il n’hésite pas à agir.

Les cas où le Bureau joue un rôle dans ce marché

Dans le secteur de la vente d’essence au détail, deux types de comportements sont susceptibles d’attirer l’attention du Bureau : 1) les cartels et 2) les fusions et acquisitions.

Cartels

Lorsque des entreprises agissent ensemble au lieu de se faire concurrence, on parle de cartel. Par exemple, si des stations d’essence se concertent pour fixer le prix de l’essence, elles forment un cartel. Les cartels sont illégaux au Canada parce qu’ils entraînent des hausses de prix et font diminuer le choix de produits et l’innovation.

Un cartel peut manifester différents comportements :

  • Fixation des prix — Au moins deux entreprises concurrentes conviennent de fixer les prix de biens ou de services.
  • Attribution des marchés — Au moins deux entreprises concurrentes se divisent les ventes, les territoires, les clients ou les marchés entre elles.
  • Limitation de la production — Au moins deux entreprises concurrentes s’entendent pour contrôler ou limiter la quantité de biens ou de services produits ou fournis.
  • Truquage des offres — Au moins deux entreprises concurrentes conspirent en vue de soumissionner pour des contrats, à l’insu de ceux qui cherchent à attribuer le contrat.

Ces types de cartels sont difficiles à détecter et à prouver. Par exemple, pour établir qu’il y a eu fixation des prix, nous avons besoin de preuves claires que les concurrents se sont concertés pour fixer les prix. Si une enquête révèle la preuve de l’existence d’un cartel et que l’infraction peut être prouvée hors de tout doute raisonnable, nous pouvons confier l’affaire au procureur général du Canada à des fins de poursuites pénales. Lorsqu’il a le dossier en main, le directeur des poursuites pénales décide s’il y a lieu d’intenter des poursuites. Le directeur est indépendant du Bureau de la concurrence et il agit au nom du procureur général du Canada.

Nous avons déjà mis au jour des cartels de l’essence au Canada. Par exemple, de 2009 à 2013, une enquête du Bureau sur la fixation des prix a mené au dépôt d’accusations contre 39 personnes et 15 entreprises pour leur participation à un complot de fixation du prix de l’essence dans quatre marchés locaux du Québec. L’enquête a conduit à l’imposition d’amendes totalisant plus de 4 millions de dollars et à des peines d’emprisonnement d’une durée totale de 54 mois.

Dans une autre affaire, Pioneer Energy LP, la Société Canadian Tire et Mr. Gas ont plaidé coupable à des accusations de fixation du prix de l’essence à Kingston et à Brockville, en Ontario. Les entreprises ont reçu des amendes totalisant 2 millions de dollars.

Fusions et acquisitions

L’autre domaine qui retient plus particulièrement l’attention du Bureau dans le marché de la vente d’essence au détail est celui des fusions et acquisitions qui regroupent des propriétaires de stations d’essence. Le Bureau examine ces transactions pour déterminer si elles peuvent empêcher ou diminuer sensiblement la concurrence (selon un critère juridique précis). Pour déterminer si une transaction risque d’avoir beaucoup d’incidence sur la concurrence, il faut généralement analyser de grandes quantités de renseignements recueillis auprès de nombreuses sources, par exemple des acteurs sur le marché ou de documents internes des parties à la fusion, et aussi procéder à une analyse économique détaillée.

Si ces analyses révèlent que la fusion risque d’affecter sensiblement la concurrence, le Bureau peut négocier une mesure corrective avec les parties impliquées dans la fusion. Si cette tentative d’entente échoue, il peut présenter une demande au Tribunal de la concurrence (tribunal spécialisé pour les affaires civiles liées au droit de la concurrence) pour empêcher la fusion, en partie ou en totalité, ou interdire certaines actions des parties à la fusion.

Par exemple, en 2017, Alimentation Couche-Tard inc. (Couche-Tard) souhaitait acheter CST Brands Inc., dont les activités comprenaient la vente d’essence sous la bannière Ultramar. Le Bureau a conclu que l’achat proposé par Couche-Tard entraînerait vraisemblablement une diminution importante de la concurrence dans plusieurs marchés locaux de l’Est du Canada. Pour répondre à cette préoccupation, Couche-Tard a accepté de vendre 366 stations d’essence et contrats d’approvisionnement en essence.

En 2016, Parkland Fuel Corporation (Parkland) a voulu faire l’acquisition de Pioneer Energy. Le Bureau craignait que cette acquisition ne réduise considérablement la concurrence dans un certain nombre de marchés locaux et a déposé une demande auprès du Tribunal de la concurrence pour empêcher la fusion. Le Bureau et Parkland ont conclu une entente en vertu de laquelle Parkland vendrait des stations d’essence ou des contrats d’approvisionnement exclusifs dans six marchés en Ontario et au Manitoba. La société a également convenu de ne pas augmenter sa marge bénéficiaire sur la vente d’essence dans deux marchés du Manitoba où elle agit à titre de grossiste, et ce, pendant une période de six ans.

Maintenant que vous comprenez notre rôle dans le secteur de la vente d’essence au détail, nous pouvons nous pencher sur certaines questions que nous posent souvent les Canadiens.

Quelques questions courantes sur le prix de détail de l’essence au Canada

Dans cette section, nous répondons à plusieurs questions couramment posées par les Canadiens au sujet du prix de l’essence au Canada.

Comment le prix de détail de l’essence est-il établi?

Chaque étape de la chaîne d’approvisionnement de l’essence a une incidence sur le prix de l’essence puisque chaque intervenant ajoute un montant pour couvrir ses coûts et générer des profits. Les quatre principaux intervenants sont :

  • les sociétés d’exploration et d’exploitation;
  • les raffineries;
  • les distributeurs et les grossistes;
  • les détaillants.

Le prix que vous payez pour un litre d’essence comporte quatre composantes : le coût du pétrole brut, les coûts de raffinage, les coûts de distribution et de commercialisation et les taxes. Le graphique ci-dessous montre l’importance relative de chaque composante du prix moyen, d’après les données de l’industrie.

Comment le prix de détail de l’essence est-il établi?
Figure 1 : Les composantes du prix moyen d’un litre d’essence à la pompe au Canada
  • Pétrole brut : 40 %
  • Taxes : 35 %
  • Raffinage : 17 %
  • Distribution et commercialisation : 9 %

Pourquoi le prix de l’essence varie-t-il d’une région à l’autre?

Plusieurs facteurs influent sur le prix que vous payez à la pompe.

Différences dans la concurrence — Les prix de gros et de détail peuvent varier d’un marché à l’autre selon le niveau de concurrence des entreprises sur un marché donné. De façon générale, dans des circonstances identiques, les prix sont plus bas lorsque la concurrence est plus forte. Par contre, comme nous l’expliquons plus loin, plusieurs facteurs influent sur le prix de l’essence, comme les coûts de transport et les taxes. Sans connaître tous les faits, il est difficile de savoir si l’on compare bien des pommes avec des pommes lorsqu’on examine les prix de l’essence dans différentes régions.

Prix du pétrole brut — Les raffineries achètent différentes qualités de pétrole brut en fonction de leurs équipements et de leurs plans de production. Les prix de ces pétroles bruts peuvent varier et ainsi donner lieu à des différences régionales dans le prix de l’essence. Par exemple, si une raffinerie de l’Ouest canadien achète du pétrole brut à prix plus élevé que ce que paie une raffinerie de l’Est du Canada, toutes choses étant égales par ailleurs, la raffinerie de l’Ouest vendra son essence plus cher que celle de l’Est. Les prix à la rampe plus élevés refléteraient les coûts plus élevés de la raffinerie de l’Ouest.

Exploitation de la raffinerie — Lorsque les raffineries fonctionnent à pleine capacité (ce qui signifie qu’elles se rapprochent de leurs limites de production de pointe), les prix à la rampe sont généralement plus élevés. Les raffineries ont chacune une certaine capacité de production. Lorsque la demande se rapproche de la limite de production, le marché entraîne à la hausse le prix de l’essence, devenue plus rare. Cette enchère fait monter le prix à la rampe de l’essence.

Différences dans les taxes — Au Canada, les taxes perçues par les gouvernements provinciaux sur les ventes d’essence varient d’une province à l’autre. Ces différences contribuent à la variabilité du prix de l’essence d’une province à l’autre.

Taux de change — Lorsque le dollar canadien vaut moins que le dollar américain, les prix à la rampe sont plus élevés au Canada qu’au sud de la frontière. Ces différences s’expliquent par le fait que les grossistes canadiens sont en concurrence avec les grossistes américains pour leur approvisionnement. Lorsque notre dollar vaut moins que le dollar américain, les grossistes canadiens doivent payer l’essence plus cher que leurs homologues américains.

Coûts de distribution — En règle générale, plus la distance entre le raffineur ou le terminal et le détaillant est grande, plus les coûts de distribution sont élevés.

Volume des ventes sur un site — Les stations d’essence qui vendent un volume élevé, comme celles qui sont en zone urbaine, ont des coûts d’exploitation par litre plus bas que les stations plus isolées. Grâce à ces coûts moindres, elles peuvent offrir l’essence à un prix plus bas.

Autres revenus — Les stations d’essence associées à un dépanneur peuvent utiliser les profits tirés de la vente de produits autres que l’essence pour subventionner le prix de gros de l’essence (ou du diésel) et ainsi réduire leurs prix à la pompe.

Comment le Bureau analyse-t-il la concurrence dans la vente de l’essence?

L’analyse dépend du type de dossier sur lequel le Bureau enquête (par exemple, un cas de fixation des prix ou une fusion). En effet, le critère juridique que nous devons vérifier en vertu de la Loi sur la concurrence diffère selon la situation. Dans le cas d’une enquête sur une fusion, divers facteurs sont considérés : les concurrents qui seront touchés, leur compétitivité sur le marché et la possibilité que de nouvelles stations pénètrent bientôt ce marché. Lors d’une enquête sur une fixation des prix, l’objectif est de déterminer s’il existe une entente illégale entre des concurrents dans le but d’établir le prix de l’essence.

Pourquoi les prix de l’essence semblent-ils fluctuer « à l’unisson »? N’est-ce pas illégal?

La fluctuation simultanée des prix de l’essence pourrait témoigner d’un comportement illégal. Cependant, ce n’est pas la seule explication possible. Par exemple, les stations d’essence affichent généralement leurs prix sur de grands panneaux en bordure de rue. Comme les consommateurs sont sensibles aux prix, une station donnée risque de perdre des ventes si elle vend son essence à un prix supérieur à celui de ses concurrents. De ce fait, des stations d’essence concurrentes offrent souvent des prix comparables, voire identiques. Les stations d’essence peuvent demander le même prix en toute légalité dans la mesure où elles ne se sont pas concertées pour le faire.

Cela dit, dans certains marchés, les entreprises surveillent de si près les prix de leurs rivales pour régler leur conduite que cela pourrait laisser croire qu’elles renoncent à se livrer vraiment concurrence. C’est ce qu’on appelle la « coordination des prix », qui désigne les situations où quelque chose est entendu ou sous-entendu entre concurrents sans qu’il y ait eu de négociation ou de communication explicite. La coordination des prix diffère des ententes de fixation des prix conclues entre entreprises; toutefois, il se peut que nous puissions prouver que les parties ont convenu d’agir ensemble s’il existe des preuves d’agissements coordonnés associées à certaines pratiques. Ces pratiques comprennent le partage de renseignements sensibles sur le plan de la concurrence ou encore des activités qui aident les concurrents à suivre leurs prix respectifs.

Pourquoi le prix de détail de l’essence subit-il parfois d’importantes fluctuations?

Comme toute marchandise, l’essence est soumise aux forces de l’offre et de la demande. Les prix augmentent souvent lorsque l’offre mondiale diminue (par exemple, quand des raffineries de pétrole interrompent leurs activités pour des raisons de maintenance ou lors d’un ouragan). Généralement, lorsque les réserves d’essence augmentent, les prix baissent. La demande des consommateurs cause aussi des fluctuations du prix de l’essence. Une forte demande fait normalement augmenter les prix (par exemple, pendant l’été, quand beaucoup de gens voyagent), mais ils retombent lorsque la demande diminue.

Pourquoi les prix de détail de l’essence au Canada et aux États-Unis sont-ils différents?

Les différences entre le prix à la pompe au Canada et aux États-Unis sont généralement causées par un écart entre nos devises et taux de taxation respectifs. En tenant compte du taux de change et des taxes sur le prix à la pompe, on constate que les Canadiens et les Américains achètent leur essence à des prix plutôt comparables.

Pourquoi le prix de détail de l’essence semble-t-il augmenter avant une longue fin de semaine?

Les prix de gros de l’essence ont tendance à augmenter à la fin du printemps et au début de l’été parce que les raffineries interrompent leurs activités pendant de courtes périodes pour entretenir ou moderniser leurs installations. Cela permet en fait aux raffineries de se préparer en vue de la forte demande estivale. Les détaillants transmettent souvent ces hausses de prix de gros aux clients, et ces augmentations peuvent (ou non) prendre effet avant une longue fin de semaine. Inversement, lorsque la demande d’essence baisse, à l’automne, les prix de gros et de détail sont aussi entraînés à la baisse. Cela peut se produire (mais pas toujours) avant une longue fin de semaine.

Pourquoi les prix de détail de l’essence, du carburant diésel et du mazout domestique ne fluctuent-ils pas tous ensemble?

La demande de mazout de chauffage domestique est saisonnière, ce qui n’est pas le cas pour l’essence. De plus, les grossistes vendent habituellement le mazout domestique à forfait, pour la saison entière et à des prix uniformes. Les camionneurs et les agriculteurs sont les plus gros consommateurs de carburant diésel et leur demande tend à être constante. Comme pour les consommateurs de mazout de chauffage domestique, les propriétaires de parcs de camions négocient généralement un contrat d’approvisionnement de diésel avec un fournisseur. De ce fait, les prix du diésel ont tendance à être plus stables que ceux de l’essence.

Comment peut-on contribuer à faire cesser les pratiques anticoncurrentielles dans le secteur de la vente d’essence au détail?

Après avoir lu ce guide, si vous pensez avoir les renseignements dont le Bureau a besoin pour poursuivre une entreprise en matière de fixation des prix, veuillez nous en faire part.

Vous pouvez nous aider à contrer toute pratique anticoncurrentielle sur le marché de la vente d’essence au détail en répondant aux trois questions suivantes.

Avez-vous des renseignements montrant que des stations d’essence de votre localité se sont entendues pour fixer les prix?

Si vous avez entendu parler de stations d’essence ou de toute autre entreprise qui se sont entendues pour fixer les prix, ou si vous avez des renseignements à ce sujet, appelez le Bureau au 1-800-343-5358 ou écrivez-nous au moyen de notre formulaire en ligne. Au préalable, veuillez vous assurer de disposer de renseignements autres que les prix de l’essence qui fluctuent simultanément. Comme l’explique ce guide informatif, les stations d’essence sont légalement autorisées à demander le même prix ou des prix similaires dans la mesure où leurs propriétaires ou exploitants ne se sont pas entendus pour le faire. Les forces du marché elles-mêmes peuvent contribuer à un certain nivellement des prix de l’essence dans une région donnée.

Pensez-vous que votre employeur a conclu une entente illégale avec des concurrents?

Vous pouvez demander que votre identité reste secrète si vous nous signalez que votre employeur semble s’être entendu avec des concurrents pour fixer les prix de détail de l’essence (ou tout autre prix). Vous ne pouvez pas être congédié, sanctionné ou harcelé par votre employeur pour nous avoir fourni des renseignements. Le fait de prendre ou de menacer de prendre des mesures disciplinaires contre des employés qui ont fourni des renseignements au Bureau constitue une infraction criminelle grave.

Pensez-vous être impliqué dans une entente illégale?

Si vous nous fournissez des renseignements au sujet d’une entente illégale et que vous nous aidez dans notre enquête et les poursuites qui en découlent, vous pourriez recevoir une immunité ou un traitement privilégié en échange de votre entière collaboration. Les programmes visés, décrits ci-dessous, sont administrés par le Bureau et le Service des poursuites pénales du Canada.

Programme d’immunité

Dans le cadre du Programme d’immunité, le Service des poursuites pénales du Canada pourrait vous accorder l’immunité contre toute poursuite dans les cas suivants :

  • Vous êtes la première partie à divulguer au Bureau une infraction non encore détectée.
  • Vous fournissez des éléments de preuve qui nous permettent de confier le dossier au Service des poursuites pénales du Canada.

Programme de clémence

Si vous ne pouvez bénéficier de l’immunité, vous pouvez demander la clémence. Le Bureau recommandera alors au Service des poursuites pénales du Canada de vous accorder un traitement favorable pour avoir collaboré dans l’enquête et dans toute poursuite qui en découle. Pour bénéficier de la clémence, vous devez plaider coupable à une infraction en vertu de la Loi sur la concurrence.

Conclusion

Comme le montre ce guide, l’industrie pétrolière et gazière canadienne est complexe et de nombreux facteurs ont une influence sur le prix de l’essence que les Canadiens paient à la pompe. Nous espérons que ce guide vous a renseigné sur le marché de la vente d’essence au détail, sur les mesures prises par le Bureau pour éliminer les obstacles à la concurrence et sur la façon de communiquer avec nous si vous avez les preuves tangibles dont le Bureau de la concurrence a besoin pour poursuivre des stations d’essence qui se seraient entendues pour fixer les prix.

Annexe A — Aperçu de la chaîne d’approvisionnement de l’essence au Canada

Dans cette section, nous décrivons la chaîne d’approvisionnement de l’essence et ses principaux acteurs au Canada. Pour comprendre les mécanismes des prix de l’essence au Canada, il est utile de savoir qui sont ces intervenants et quelle influence chacun a sur les prix de la vente au détail. Nous expliquons également certains termes et certaines relations pour vous aider à comprendre le fonctionnement de l’industrie.

L’industrie pétrolière et gazière canadienne comprend deux types activités : celles en amont et celles en aval. Ces deux niveaux de la chaîne d’approvisionnement regroupent toutes les étapes requises pour extraire le pétrole brut du sol et l’amener jusqu’à la pompe. Quatre principaux intervenants œuvrent à l’un ou l’autre de ces niveaux.

Aperçu de la chaîne d’approvisionnement de l’essence au Canada
Intervenant Rôle Niveau de la chaîne d’approvisionnement
Les sociétés d’exploration et d’exploitation de pétrole et de gaz Extraction du pétrole brut du sol. En amont
Les raffineries Raffinage du pétrole brut en diverses formes utilisables (par exemple, l’essence ou le carburant diésel). En aval
Les distributeurs/grossistes Collecte de l’essence auprès des raffineries, entreposage et transport vers les détaillants. En aval
Les détaillants Vente d’essence aux Canadiens. En aval

Le marché en amont

Le secteur en amont explore, extrait et produit du pétrole brut, du gaz naturel et des liquides de gaz naturel. Le pétrole brut est le principal intrant dans la fabrication de produits comme l’essence et le carburant diésel. Le pétrole brut est classé principalement en fonction de sa densité (léger, moyen ou lourd) ou de sa teneur en soufre (faible ou élevée). Le pétrole brut à faible teneur en soufre est dit « non corrosif » et le pétrole brut à forte teneur en soufre est dit « corrosif ».

La qualité du pétrole brut peut varier considérablement d’un champ pétrolier à l’autre, et la qualité influe sur le prix du brut. Le brut léger non corrosif est le plus facile et le moins coûteux à transformer en essence et autres produits raffinés. Pour cette raison, il se vend généralement à des prix plus élevés que les bruts plus lourds et corrosifs. Les bruts lourds et corrosifs coûtent plus cher à extraire et à transformer, mais en raison de leur qualité relativement faible, ils ont tendance à se vendre à des prix inférieurs à ceux des bruts légers non corrosifs. En 2017, les bruts lourds représentaient près de la moitié de la production de pétrole brut du Canada. Cette année-là, l’Alberta et la Saskatchewan ont produit la plus grande partie du pétrole brut du pays, soit 80 % et 12 % respectivement.

Le marché en aval

La partie en aval de la chaîne d’approvisionnement de l’essence comprend le raffinage, l’approvisionnement et la distribution ainsi que la vente de produits pétroliers.

Raffinage

Le raffinage est le processus de fabrication qui transforme le pétrole brut en essence, en carburant diésel, en mazout de chauffage et en autres produits commercialisables. Les raffineries n’ont pas toutes la même capacité de traiter certains types de pétrole brut. Les raffineries moins complexes ne peuvent traiter que du brut léger non corrosif. Les raffineries plus complexes (et plus coûteuses à exploiter) peuvent traiter des bruts plus lourds. Une fois raffinée, l’essence est acheminée vers de grands réservoirs de stockage par pipeline ou par bateau. Ces réservoirs de stockage sont appelés terminaux.

Commerce de gros

De là, l’essence peut être transportée par camion ou par train vers des terminaux plus petits, ou vers des entreprises comme les compagnies aériennes et, finalement, par camion-citerne vers des stations d’essence pour la vente au détail. Ce processus constitue la partie du commerce de gros de l’industrie pétrolière en aval.

Commerce de détail

Les détaillants sont les commerçants qui vendent l’essence à la pompe. Dans le marché de la vente d’essence au détail canadien, les structures de propriété et les acteurs sont variés.

Détaillants intégrés verticalement et détaillants indépendants

Certains raffineurs vendent (ou « commercialisent ») l’essence sous leur propre marque dans des stations d’essence qui leur appartiennent. Ces sociétés, comme Petro-Canada et Shell, sont connues sous le nom de raffineurs-détaillants intégrés.

Dans d’autres cas, les entreprises achètent de l’essence aux raffineurs et la commercialisent sous leur propre marque de commerce ou sous celle d’un raffineur. Ces entreprises sont connues sous le nom de distributeurs non-raffineurs et leurs relations d’affaires avec les détaillants peuvent prendre différentes formes. Certaines de ces stations sont des postes d’essence de magasins grandes surfaces ou de magasins d’alimentation, et leur nombre augmente au Canada. Ces détaillants utilisent l’essence pour attirer des clients dans leurs magasins, et une diminution du prix de l’essence fait souvent partie de leur stratégie.

Modèles d’affaires des détaillants

Le tableau suivant présente les quatre types de relation les plus courants entre distributeurs et détaillants :

Modèles d’affaires des détaillants
Type de station d’essence À qui appartiennent les points de vente au détail? Quel type de modèle d’affaires s’applique? Qui contrôle le prix à la pompe? Quel était le % des stations d’essence de ce type en 2017?
Stations d’essence de détaillants indépendants Détaillant Le détaillant achète de l’essence d’un distributeur. Détaillant 46 %
Stations d’essence d’exploitants rémunérés à la commission Distributeur Le détaillant reçoit une commission (cents par litre) du distributeur sur l’essence vendue. Distributeur 40 %
Stations d’essence exploitée par le distributeur Distributeur Le distributeur détient et administre la station d’essence. Distributeur 13 %
Stations d’essence exploitées par des locataires Distributeur Le détaillant loue des points de vente et achète de l’essence à un distributeur. Détaillant ~1 %

Prix pratiqués

Le tableau ci-dessous, qui est fondé sur des données de l’industrie, indique les prix que les intervenants de la chaîne d’approvisionnement de l’essence paient et facturent pour leurs produits. Comme tout marché impliquant un certain nombre d’intervenants dans une chaîne d’approvisionnement, chaque participant ajoute sa propre marge bénéficiaire, ce qui influe sur le prix final de l’essence à la pompe.

Prix pratiqués
Intervenant Quel prix paie-t-il? Quel prix facture-t-il? Qu’est-ce qui influe sur le prix demandé?
Les sociétés d’exploration et d’exploitation de pétrole et de gaz Coût de l’extraction du pétrole brut Prix du brutNote de bas de page 1 L’offre et la demande mondiales de pétrole brut et la marge bénéficiaire.
Les raffineries Prix du brut Prix à la rampeNote de bas de page 2 Le coût du pétrole brut et de son raffinage, ainsi que la marge bénéficiaire.
Les distributeurs et grossistes Prix à la rampe Prix de gros Le prix à la rampe, les frais généraux, la distance entre la raffinerie et le terminal ainsi qu’entre le terminal et le détaillant, et la marge bénéficiaire.
Les détaillants Prix de gros Prix de détail Le prix de gros, les salaires et traitements, les avantages sociaux, l’équipement, le loyer, les assurances, les autres frais généraux et la marge bénéficiaire.
Le client final Prix de détail    
Date de modification :