Études de cas

études de cas sur la propriété intellectuelle
(PDF : 2,35 Mo; 2 pages)


Vos étudiants sont les innovateurs de demain!

Vous pouvez leur montrer la voie en leur offrant l'occasion d'apprendre comment protéger et commercialiser leurs idées.

Nos études de cas représentent des situations pratiques et réalistes auxquelles vos étudiants feront probablement face dans leur vie académique ou professionnelle. Qu'ils poursuivent une carrière en recherche, en affaires, en génie ou autre discipline, ils tireront grandement profit de ces nouvelles connaissances.


BioCell

Protection et commercialisation des cellules souches

Kim Wilson a obtenu une prestigieuse bourse postdoctorale afin de travailler dans un laboratoire de recherche sur les cellules souches à une université canadienne. Ses travaux mènent à des découvertes importantes pour traiter les traumatismes médullaires.

Même si Kim souhaite commercialiser une partie de ses recherches, elle veut s'assurer qu'elle n'empêche pas d'autres chercheurs d'avoir accès à ses résultats.

Cet atelier est très important pour les scientifiques, les chercheurs et les employés des universités. Il m'a éclairé sur l'univers de la PI.

– étudiant à l'University of Calgary

Samantha Chang

à qui appartient l'idée?

Samantha Chang est une étudiante qui travaille au laboratoire d'un professeur durant l'été.

Dans le cadre d'un projet de contrôle des procédés pour un fabricant automobile, Samantha conçoit et met en oeuvre une idée qui a le potentiel de générer des revenus additionnels considérables pour le client. Celui-ci souhaite maintenant protéger cette trouvaille par brevet.

Très bonne présentation! Je croyais que la PI ne m'intéressait pas, mais je me trompais apparemment.

– étudiante à l'Université Laval

Jean Laflèche

Comment mettre en marché une invention

Jean Laflèche est un jeune entrepreneur diplômé d'un collège communautaire. Il possède et exploite une entreprise de recyclage du verre. Il a conçu une machine, le SuperTrieur, qui trie le verre par couleur avant qu'il ne soit broyé et recyclé. L'invention de Jean permet de réduire les coûts de triage du verre et devrait contribuer à accroître les profits de son entreprise.

Il aimerait commercialiser son invention et s'adresse au bureau de recherche appliquée de son ancien collège pour obtenir des conseils sur la protection et la commercialisation de son invention.

La séance était excellente, stimulante et informative. C'est clair et ça suit un déroulement logique. Un must pour tous les étudiants en entrepreneuriat.

– participant du George Brown College

AutoPaint

Marques de commerces et noms de domaine

Frank, un marchand de tableaux canadien achète une machine qui peint des toiles comme si elles avaient été créées par de véritables artistes. Le nom de la machine est AutoPaintTM. Il décide d'enregistrer le nom de domaine canadien autopaint.ca et vend de nombreuses toiles produites par la machine, sans tenir compte d'une clause du contrat de Charlie, le vendeur, selon laquelle les oeuvres créées par cette machine ne peuvent être vendues.

Excellente expérience, très informatif, un bon moyen d'apprendre la théorie grâce à des situations concrètes.

– étudiant à l'Université de Moncton


Essayez-les!

Vous aurez accès à la série complète à : www.opic.ic.gc.ca/etudesdecas

Vous trouverez :

  • Des études de cas GRATUITES
  • Le guide de l'enseignant
  • Des ressources additionnelles
Date de modification :