Archivé — Document de travail No 9 : Les stratégies de mandat mondial des filiales canadiennes

par Julian Birkinshaw, Institute of International Business, Stockholm School of Economics, mars 1996


Résumé

Dans le présent document, nous précisons les facteurs liés aux mandats mondiaux des filiales canadiennes de sociétés étrangères. Nous examinons les processus par lesquels ces mandats sont obtenus et le rapport qui les lient aux divers aspects du rendement de la filiale.

Trois constatations majeures ressortent de nos travaux :

  • Les attributs internes de la filiale et, ce qui est le plus important, les moyens dont elle dispose en amont — la recherche et le développement (R-D) et les installations de fabrication — sont des déterminants clés de succès en matière de mandats mondiaux.
  • Les mandats mondiaux sont obtenus par suite de deux types d'initiatives — internes et externes — prises par les filiales. Les initiatives internes sont liées à une intégration poussée et à une culture entrepreneuriale au sein de la filiale. Les initiatives externes sont associées à une grande autonomie, aux moyens que possède la filiale dans le domaine de la R-D et à un leadership énergique.
  • La présence de mandats est liée au rendement de la filiale en termes de « valeur ajoutée », qui est une mesure qualitative de la contribution de la filiale à la société mère.

Ces résultats ont certaines conséquences sur le plan des politiques publiques :

  • Le succès en matière de mandats mondiaux est déterminé au sein même de la filiale plutôt que par la nature du rapport entre celle-ci et la société mère. Cette conclusion fait ressortir l'importance de promouvoir l'esprit d'entreprise dans la culture du secteur des filiales manufacturières de sociétés étrangères au Canada.
  • Il semble que les filiales qui réussissent à obtenir des mandats mondiaux évoluent dans des secteurs caractérisés par un niveau relativement faible de concurrence au Canada, un résultat que nous n'avions pas anticipé. Cette constatation nous incite à penser que les filiales canadiennes réussissent mieux à obtenir des mandats axés sur des « créneaux », dans des secteurs relativement peu concurrentiels, que des « mandats de pointe  » dans des secteurs où le Canada a une forte présence.
Date de modification :