Archivé — Document hors-série No 14 : Le facteur humain dans le rendement des entreprises : stratégies de gestion axées sur la productivité et la compétitivité dans l'économie du savoir

par Keith Newton, Industrie Canada, novembre 1996


Résumé

Le message fondamental que contient la présente étude est simple : le rendement des entreprises dépend de plus en plus du facteur humain. La survie et la prospérité dans l'économie du savoir nécessitent des intervenants qu'ils fassent preuve de souplesse et de rapidité dans leurs capacités d'apprendre et d'appliquer des techniques et des idées nouvelles. L'apprentissage pour les entreprises et les personnes présuppose que celles-ci mettent l'accent non plus sur les connaissances codifiées qui sont le produit de systèmes hiérarchiques et structurés de production et de diffusion mais sur les connaissances tacites qui sont à l'origine de la flexibilité et de la créativité. Voilà pourquoi les stratégies de ressources humaines doivent se situer au coeur même de la stratégie d'entreprise — afin de créer les conditions qui permettront au processus continu d'apprentissage et d'innovations de s'implanter dans l'entreprise. Voilà aussi pourquoi les politiques industrielles des gouvernements dans l'économie du savoir devront tenir compte de plus en plus de la gestion et du perfectionnement des ressources humaines.

Les stratégies de gestion du facteur humain changent sans arrêt : on les catalogue de bien des façons mais elles ne sont pas délimitées clairement. Dans cette étude, nous tentons de décrire certaines stratégies et pratiques interdépendantes et imbriquées à l'échelle de l'entreprise, d'examiner leur application et leur rendement de manière empirique et de stimuler le débat sur le rôle possible des gouvernements et sur les besoins de recherche futurs. En bref, l'étude vise à préparer le terrain et à servir de point de départ à la recherche et à l'élaboration de politiques sur des milieux de travail innovateurs.

Date de modification :