Archivé — Document hors-série No 24 : Investissement et croissance de la productivité : étude inspirée de la théorie néoclassique et de la nouvelle théorie de la croissance

par Kevin J. Stiroh, Federal Reserve Bank of New York, 2000


Résumé

La présente étude fait un tour d'horizon des travaux publiés sur l'investissement et la productivité, dans le contexte du débat opposant la théorie néoclassique et la nouvelle théorie de la croissance. Dans ces deux écoles de pensée, l'investissement, défini largement de manière à englober les achats de biens matériels, les dépenses en capital humain, les efforts de recherche-développement, etc., est considéré comme la source fondamentale de l'amélioration de la productivité et de la croissance économique, mais les deux théories divergent sur la nature exacte du mécanisme de transmission. Ce qui est plus important, le modèle néoclassique met l'accent sur les rendements internes pour les investisseurs qui touchent les avantages découlant des nouveaux investissements, tandis que les modèles issus de la nouvelle théorie de la croissance insistent sur les effets externes associés aux retombées des gains de productivité dans d'autres secteurs. Cette dichotomie fondamentale est à l'origine de divergences de vues sur le rôle de l'investissement en tant que source de croissance, des politiques normatives et de leurs conséquences pour l'augmentation de la productivité et du niveau de vie à long terme. L'étude passe ensuite en revue certaines questions empiriques et conceptuelles liées à l'investissement et à la productivité, en décrivant des pistes de recherche pour l'avenir.

Date de modification :