S-G-02 — Norme sur la vérification et la revérification des compteurs à parois déformables

Catégorie : Gaz
Norme : S-G-02 (rév. 1)
Document(s) : S-S-01, S-S-02, S-S-03, S-S-04, S-02
Date de diffusion : 2007-05-09
Entrée en vigueur : 2007-07-01
Remplace : S-G-02


Table des matières


1.0 Portée

La présente norme s'applique à la vérification et à la revérification des compteurs de gaz à parois déformables de toutes les tailles ou capacités, avec ou sans appareil de télémesure solidaire, destinés à être utilisés pour la mesure du gaz naturel et des gaz d'hydrocarbure fabriqués comme le propane gazeux.

2.0 Autorisation

La présente norme est diffusée en vertu des articles 12 et 18 du Règlement sur l'inspection de l'électricité et du gaz.

3.0 Références normatives

3.1 S-S-01, Norme sur la génération d'échantillons pseudo-aléatoires

3.2 S-S-02, Norme sur l'incertitude de mesure et l'évaluation de la conformité des compteurs

3.3 S-S-03, Conditions préalables à l'utilisation du contrôle par échantillonnage

3.4 S-S-04, Plans d'échantillonnage pour le contrôle de lots isolés et de courtes séries de lots

3.5 Loi sur l'inspection de l'électricité et du gaz

3.6 Règlement sur l'inspection de l'électricité et du gaz

4.0 Terminologie

Température ambiante moyenne

Moyenne arithmétique des températures définie dans la norme visant le système d'étalonnage utilisé et la salle d'étalonnage.

Défaut

Écart d'une caractéristique de qualité d'un compteur du niveau prévu, dont la gravité est suffisante pour empêcher le compteur de respecter les exigences d'utilisation normales. (Nota : Selon la nature et la gravité du défaut, la non-conformité peut être immédiate ou se produire plus tard.)

Essai au cadran

Essai d'enregistrement comparatif effectué sur un compteur à parois déformables afin de vérifier si l'index installé est fonctionnel et compatible avec le compteur hôte.

Mode de comptage direct

Mode de fonctionnement sélectionnable sur un étalon automatisé qui fait appel à un capteur photoélectrique pour commander l'amorce et l'arrêt d'un circuit d'essai, en utilisant le compte de tours du cadran de contrôle du compteur.

Compteur à parois déformables

Compteur volumétrique dans lequel la mesure de l'écoulement du gaz est effectuée à l'aide de chambres mesureuses à parois déformables.

Appareil de mesure du gaz

Expression utilisée dans la Loi et le Règlement sur l'inspection de l'électricité du gaz qui, aux fins de l'application de la présente norme, peut s'entendre de l'étalon ou du système d'étalonnage.

Essai à charge élevée (CÉ)

Essai de précision volumétrique effectué au point d'essai présentant le débit le plus élevé.

Index

Enregistreur de type mécanique utilisé sur un compteur de gaz afin de consigner le volume mesuré.

Compteur à parois déformables de grande capacité

Compteur à parois déformables dont la capacité en débit d'air nominal dépasse 500 pieds cubes standards par heure (ou l'équivalent métrique), qui est principalement utilisé dans les services commerciaux ou industriels.

Essai à charge faible (CF)

Un essai de précision volumétrique effectué au point d'essai prescrit présentant le débit le plus faible.

Compteur neuf

Compteur à parois déformables qui n'a jamais été utilisé en service.

Non–conformité

Écart d'une caractéristique qualité d'un compteur de son niveau prévu, dont la gravité est suffisante pour empêcher le compteur de respecter une ou plusieurs exigences de la norme.

Compteur sans CT

Compteur à parois déformables muni d'un « élément tangentiel normal », non conçu pour fournir un enregistrement du volume converti à la température de base.

Erreur relative

Erreur absolue de mesure divisée par la vraie valeur conventionnelle du mesurande et habituellement désignée comme « erreur vraie ». L'erreur relative, exprimée comme un pourcentage, se calcule comme suit :

Er = ((Qm − Qs) ÷ Qs) × 100 % = ((Qm ÷ Qs) − 1) × 100 %

où,

Er est l'erreur relative du compteur à l'essai, exprimée en pour cent
Qm est la valeur indiquée par le compteur à l'essai
Qs est la valeur indiquée par l'étalon ou l'étalon de référence, exprimée dans les mêmes unités que Qm.

Compteur à parois déformables remis à neuf

Compteur à parois déformables fabriqué à l'aide de moulages remis en état provenant d'un compteur déjà utilisé et reconstruit entièrement avec des pièces neuves du fabricant d'origine, selon les mêmes techniques de fabrication, les mêmes processus et les mêmes critères d'assurance qualité que ceux utilisés lors de la fabrication des compteurs neufs. Il ne faut pas confondre avec les compteurs qui ont été reconstruits, réparés ou remis en état.

Revérification

Toute confirmation subséquente de la conformité d'un compteur aux exigences juridiques consécutive à une vérification initiale de conformité à ces mêmes exigences, effectuée après l'expiration de la période de revérification du compteur (c'est-à-dire la période de validité du sceau).

Compteur à parois déformables de petite capacité

Compteur à parois déformables présentant une capacité en débit d'air nominal inférieure à 500 pieds cubes standards par heure (ou l'équivalent métrique), principalement utilisé dans les services domestiques ou résidentiels.

Limite de spécification

Erreur maximale permise pour une caractéristique de performance d'un compteur.

Compteur à CT

Compteur à parois déformables converti selon la température, souvent désigné comme compteur à compensation de température (ou compteur à CT). Les compteurs à parois déformables équipés d'un « élément tangentiel » de CT sont conçus pour produire l'enregistrement d'un volume qui a été converti selon une température de base de 15 °C (pour les mètres cubes) ou de 60 °F (pour les pieds cubes).

Télémesure

Transmission d'information métrologique à l'aide d'un moyen intermédiaire qui permet l'interprétation à distance de l'information du compteur source. Nota : L'expression « moyen intermédiaire » est suffisamment vague pour englober les techniques avec ou sans fil pour la transmission des données métrologiques depuis le compteur source.

Appareil de télémesure

Appareil utilisé dans un système de télémesure pour reproduire les relevés de l'enregistreur du compteur source, comme un lecteur automatique de compteurs (LAC) ou un générateur d'impulsions.

Cadran de contrôle

Elément circulaire à aiguilles sur la face de l'index du compteur dont le pourtour arbore des graduations qui ne sont pas numérotées, conçu pour commander les essais de précision du compteur effectués à l'aide d'un étalon.

Valeur d'essai (ei)

Résultat d'une mesure après la correction d'une erreur systématique ou de justesse connue, au débit i.

Limite d'essai

Limite établie lorsque la limite de spécification est ajustée en fonction de l'incertitude de mesure connexe.

Vérification

Ensemble des opérations effectuées par un inspecteur ou un organisme accrédité afin de confirmer qu'un compteur se conforme entièrement aux exigences juridiques.

5.0 Symboles et abréviations

k

multiplicateur calculé pour établir la confiance prescrite relative à l'incertitude de la mesure

ei

valeur d'essai

ei´

valeur corrigée de ei (Nota : S'il n'y a aucune correction, alors ei = ei´)

uci

incertitude type composée de ei

LLS

limite de spécification inférieure

ULS

limite de spécification supérieure

ÉMAC

écart moyen absolu de la cible

UÉMAC

limite de spécification supérieure de l'ÉMAC

TLL

limite d'essai inférieure

TLU

limite d'essai supérieure

T

valeur cible d'étalonnage (erreur relative en pour cent)

Qmax

capacité nominale maximale en air du compteur établie par le fabricant (débit maximal)

Qmin

capacité nominale minimale en air du compteur établie par le fabricant (débit minimal)

LSR1

limite de spécification resserrée pour les conformités marginales de type1 (QL = 3,15 %)

LSR2

limite de spécification resserrée pour les conformités marginales de type 1 (QL = 8,0 %)

LLSR1

limite de spécification resserrée inférieure (QL = 3,15%)

LLSR2

limite de spécification resserrée inférieure (QL = 8,0%)

ULSR1

limite de spécification resserrée supérieure (QL = 3,15%)

ULSR2

limite de spécification resserrée supérieure (QL = 8,0%)

6.0 Exigences métrologiques

6.1 Généralités

Un compteur doit satisfaire toutes les exigences de performance et de non-performance prescrites dans la présente norme ainsi que dans tout bulletin connexe de Mesures Canada (MC). De plus, il doit se conformer entièrement au modèle approuvé (conception, caractéristiques, fonctions, marquage, etc.) décrit dans l'avis d'approbation applicable afin de pouvoir être vérifié ou revérifié.

6.1.1 Tout compteur qui ne satisfait pas aux exigences de performance ou de non-performance ou qui présente un défaut pouvant nuire à sa capacité de satisfaire les exigences prescrites doit être classé non conforme.

6.1.2 Tous les essais de conformité des compteurs doivent être effectués conformément aux procédures documentées qui ont été évaluées sur le plan technique par des experts techniques compétents de MC.

6.2 Conditions d'essai

6.2.1 Installation d'essai

6.2.1.1

L'appareil de mesure du gaz utilisé pour le contrôle final des compteurs soumis à la vérification doit avoir un certificat valide de MC. Toutes les conditions d'utilisation annotées sur le certificat doivent être satisfaites.

6.2.1.2

Lorsque la norme de MC et les procédures applicables au type d'étalon étant utilisé le prescrivent, il doit y avoir corrélation entre l'étalon volumétrique local (c'est-à-dire le gazomètre de contrôle primaire) et les compteurs de transfert.

6.2.1.3

Les autres conditions d'essai, prescrites dans la norme et les procédures de MC applicables au type d'étalon étant utilisé, doivent être également satisfaites. De telles exigences peuvent comprendre :

  1. atténuation des effets des impulsions de pression et de la résonance lors de l'utilisation d'un étalon de transfert à compteur rotatif
  2. valeur cible et stabilité de la pression d'entrée du compteur et de la température de l'air de sortie du compteur
  3. emplacement et orientation des capteurs pour la mesure des pressions et des températures
  4. écart maximal admis entre la température du matériau de scellage du gazomètre de contrôle, de l'air d'alimentation et de la température ambiante moyenne
  5. débit maximal admis de fuite d'air pour le système d'étalonnage
  6. stabilité des réglages du débit
  7. contrôle de la pression du gaz d'écoulement (air) à la sortie du compteur à l'essai et application d'un facteur de conversion en fonction de la pression à l'erreur du compteur calculée pour compenser la différence de pression entre la sortie du compteur et l'appareil de mesure du gaz.

6.2.1.4

La température représentative de la température du gaz d'écoulement (air) à laquelle « l'élément tangentiel » de conversion de la température du compteur réagit, doit être mesurée à un endroit approuvé par MC par rapport au compteur à l'essai, afin de faciliter le calcul et l'application d'un facteur/multiplicateur de conversion en fonction de la température de base au volume enregistré par l'étalon.

6.2.2 Température de l'air ambiant de la salle d'essai

6.2.2.1

La température de l'air ambiant de la salle d'essai doit être contrôlée en continu et maintenue en deçà de ±1,0 °C (±1,8 °F) d'une température choisie par le vérificateur de compteurs, sauf indication contraire de la norme de MC visant le type d'appareil de mesure du gaz utilisé.

6.2.2.2

Lors de l'essai du compteur, la température de l'air ambiant de la salle d'essai et la température d'alimentation en air de l'appareil de mesure du gaz doivent être maintenues en deçà de 0,5 °C (0,9 °F) l'une de l'autre, sauf indication contraire de la norme de MC visant le type d'appareil de mesure du gaz utilisé.

6.2.3 Conditionnement des compteurs dans la salle d'essai

6.2.3.1

Les compteurs doivent être conditionnés à l'intérieur de la salle d'essai pendant au moins quatre (4) heures avant le début de l'essai de performance du compteur, sauf indication contraire de Mesures Canada.

Nota : Le temps réel requis pour effectuer le conditionnement d'un compteur peut varier, selon la différence de la température entre l'air ambiant de la salle d'essai et l'air ambiant de la salle dans laquelle le compteur était antérieurement stocké. De plus, le temps de conditionnement peut varier pour un compteur individuel, selon la position relative ou le degré d'exposition du compteur à l'écoulement d'air ambiant à l'intérieur de la salle d'essai.

6.2.4 Humidité relative

Si un étalon à tuyère sonique doit être utilisé pour l'essai du compteur, l'humidité relative de l'air ambiant de la salle d'essai doit être contrôlée en continu et maintenue à l'intérieur des limites prescrites par la norme de MC visant le type d'étalon.

6.3 Essais de performance des compteurs

6.3.1 Généralités

6.3.1.1

Les exigences relatives à la revérification doivent être les mêmes que celles relatives à la vérification, sauf qu'aucune correction ne peut être appliquée au résultat d'étalonnage et d'essai pour les compteurs revérifiés.

6.3.1.2

Les compteurs peuvent être préconditionnés (c'est-à-dire exercés) avant l'essai, au gré du technicien.

6.3.1.3

Les compteurs présentés à des fins de contrôle doivent être exempts de dommages physiques, de défauts de qualité d'exécution ou de défauts de matériaux pouvant nuire à la performance du compteur. Les compteurs doivent également être exempts de saleté, de débris et de toutes substances étrangères, à l'interne comme à l'externe.

6.3.1.4

La commande (c'est-à-dire l'amorce et l'arrêt) d'une séquence d'essai d'un compteur doit se produire lorsque l'aiguille du cadran de contrôle s'élance vers le haut, lorsqu'on utilise un étalon non automatisé ou un étalon automatisé fonctionnant en mode de comptage direct.

6.3.2 Essai de fuite du compteur

Avant de commencer l'essai de précision d'un compteur, le compteur étant relié à l'appareil de mesure du gaz (étalon), il faut effectuer un essai de fuite afin de s'assurer de l'absence de toute fuite dans le compteur ou le système d'étalonnage. L'essai de fuite doit être effectué manuellement s'il n'est pas effectué automatiquement dans le cadre du cycle d'essai automatisé de l'étalon.

6.3.3 Points d'essai

Les compteurs doivent être soumis à l'essai de précision aux points d'essai CE et CF prescrits au tableau 1. L'essai CE doit être effectué en premier.

Tableau 1
Point d'essai Débit
Charge élevée (CE) (1,45 ± 0,05) Qmax
Charge faible (CF) (0,45 ± 0,05) Qmax

6.3.4 Durée de l'essai

6.3.4.1

La durée de l'essai, ou le volume total mesuré pendant un essai de précision du compteur, doit être suffisante pour permettre à l'inspecteur de régler toute erreur d'essai calculée à au moins 0,1 % près.

6.3.4.2

Pour les essais commandés au cadran de contrôle du compteur, le volume d'essai doit être égal à un multiple entier du volume cyclique du compteur ou à un volume d'air qui produit un ou plusieurs tours complets de l'élément tangentiel du compteur ou de l'axe de sortie (lame souple ou engrenage).

6.3.5 Vérification de l'index

6.3.5.1

L'essai au cadran doit être effectué sur tous les compteurs vérifiés ou revérifiés selon la méthode de contrôle total (100 %), ainsi que sur ceux contrôlés par échantillonnage, conformément aux normes applicables de MC. Cette exigence s'applique également aux compteurs échantillons contrôlés selon un plan d'échantillonnage de conformité autorisé par MC, sauf indication contraire de MC.

6.3.5.2

L'essai au cadran doit être effectué lorsque l'index est installé sur le compteur hôte, sauf indication contraire de MC.

6.3.5.3

Lorsque l'index du compteur est équipé de deux cadrans de contrôle, il faut suivre les recommandations du fabricant quant au choix du cadran de contrôle à utiliser pour commander les essais effectués en mode de comptage direct de l'étalon.

6.3.5.4

Si un compteur doit être testé à l'aide d'un étalon de type inférentiel utilisant un mode d'essai inférentiel seulement, l'essai au cadran peut être effectué à l'aide d'un autre appareil ou méthode autorisé par MC.

6.3.5.5

Un examen visuel doit être effectué pour vérifier si le bon modèle de l'index est installé et si les aiguilles du cadran de lecture du compteur de l'index de type cadran sont bien alignées ou si les chiffres de l'index de type tambour sont adéquatement alignés.

6.3.5.6

Si l'index d'un compteur en service doit être remplacé sur place par un nouvel index muni d'un LAC aux fins de modernisation du compteur, l'index de remplacement doit être vérifié et installé conformément aux dispositions du bulletin applicable de MC.

6.3.6 Compensation de la température

6.3.6.1

Lors de l'essai d'un compteur à CT, le volume d'essai mesuré par l'étalon doit être converti en un volume exprimé selon la température de base du compteur. Si cette conversion n'est pas effectuée de façon automatique par l'étalon, la valeur doit être calculée manuellement et appliquée à l'erreur d'essai apparente indiquée par l'étalon.

Nota : Une correction pour la différence de température ne doit pas être appliquée à l'erreur d'essai indiquée d'un étalon pour compenser la différence de température entre l'air de l'étalon et la sortie du compteur à CT, afin d'éviter de produire un résultat d'erreur d'essai incorrect.

6.3.6.2

Lors de l'essai d'un compteur sans CT, une correction pour la différence de température doit être appliquée à l'erreur d'essai indiquée pour compenser la différence de température entre l'air de l'étalon et l'air de sortie du compteur sans CT.

6.3.7 Générateur d'impulsions

6.3.7.1

Le volume converti de sortie selon la température du générateur d'impulsions du compteur, s'il en est équipé, est exempt de la vérification.

6.3.7.2

Le volume non converti de sortie d'un générateur d'impulsions du compteur, s'il en est équipé, doit être vérifié sauf si la sortie d'impulsions a été invalidée en permanence. Sauf indication contraire de MC, l'essai des impulsions de sortie doit exiger au moins deux incréments consécutifs complets du cadran de contrôle qui entraîne le générateur d'impulsions. Le volume d'essai représenté par les impulsions de sortie doit concorder avec le volume correspondant enregistré par l'index du compteur hôte.

6.3.8 Appareil de LAC

Un appareil de lecture automatique de compteur (LAC) est exempté de l'exigence de vérification ou de revérification. Cette exemption ne s'applique pas à l'index sur lequel un LAC est fixé.

6.3.9 Limites d'erreur et détermination de la conformité

6.3.9.1

La limite de spécification est de ±1,60 % et le critère de confiance minimal pour le résultat élargi est d'au moins 99%. Aux fins d'un contrôle total (100 %), la limite d'essai est la suivante :

La valeur la moins élevée de TLu = 1,60 − k uci ou TLu = 1,00 %

La valeur la plus élevée de TLL = −1,60 + k uci ou TLL = −1,00 %

où k = 3,0000 et uci est déterminée conformément aux exigences de la norme S-S-02 de MC (référence en 3.2).

6.3.9.2

La conformité doit exister si toutes les inégalités suivantes sont satisfaites :

ei ≤ TLu1 et ei ≥ TLL1où, TLu1 = (TLu + T) et TLL1 = (TLL + T)

médiane ( |ei´| ) ≤ 0,60

où, T est la valeur cible établie en 6.3.9.4 et ei´ est la valeur corrigée de ei déterminée en tenant compte de 6.3.9.5.

Nota 1 : Pour les compteurs à parois déformables de grande capacité, la valeur limite de l'ÉMAC de 0,80 doit s'appliquer, compte tenu de la politique d'application contenue dans le Bulletin S-02 de Mesures Canada intitulé Calendrier d'application des exigences relatives à l'échantillonnage statistique. Après la période de temps indiquée dans la politique d'application, la valeur limite de l'ÉMAC devra être de 0,60.

Nota 2 : L'ÉMAC est calculé à partir de toutes les observations. La méthode de calcul vise à déterminer d'abord la valeur absolue de chaque erreur, ei´ puis à déterminer la médiane de ces valeurs.

6.3.9.3

La conformité doit être déterminée à l'aide de la procédure en une étape conformément aux exigences de la norme S-S-02 de MC (référence en 3.2).

6.3.9.4

La valeur cible (T) doit normalement être zéro, toutefois le propriétaire des compteurs peut choisir d'appliquer une correction à l'étalonnage à CE et à CF de tout compteur à parois déformables neuf ou remis à neuf d'un modèle donné, dans la mesure où il déclare à MC la valeur de la correction appliquée avant de présenter les compteurs pour le contrôle. La valeur de correction choisie peut être différente pour les points d'essai à CE et à CF, mais doit être comprise dans l'intervalle de −1,0 % à 0,0 %.

6.3.9.5

Si la valeur cible n'est pas égale à zéro, il faut, avant de calculer l'ÉMAC, transformer toutes les erreurs à zéro en utilisant une procédure autorisée de MC afin de tenir compte des corrections appliquées lors de la détermination de l'acceptabilité de l'erreur d'étalonnage d'un compteur.

6.3.9.6

Les résultats de mesure doivent être consignés conformément à la norme S-S-02 (référence en 3.2).

6.4 Contrôle par échantillonnage d'acceptation

6.4.1 La conformité des appareils peut être évaluée selon un contrôle total (100 %) ou, lorsque les conditions préalables de la norme S-S-03 de MC (référence en 3.3) ont été satisfaites et continuent de l'être, selon un contrôle par échantillonnage conformément aux exigences de la norme S-S-04 de MC (référence en 3.4).

6.4.2 Un lot de compteurs soumis à l'échantillonnage d'acceptation ne doit pas contenir un mélange de compteurs à CT et sans CT, ni un mélange de compteurs en unités impériales et métriques. De plus, les compteurs dans le lot doivent satisfaire toutes les exigences supplémentaires suivantes afin d'assurer l'homogénéité du lot :

  1. Même fabricant et modèle, sauf indication contraire de MC selon l'article 6.4.3.
  2. Même technologie de mesure.
  3. Même unité de mesure.
  4. Capacité identique ou similaire (en-deçà de 10 % de la capacité d'écoulement nominale (air) des autres compteurs du lot).
  5. Même modèle ou type d'appareil de télémesure (le cas échéant), sauf indication contraire de MC conformément à l'article 6.4.3.
  6. Étalonné selon les mêmes processus de qualité et de production.
  7. Types de lots admis :
    1. Compteurs neufs et/ou remis à neuf;
    2. Compteurs antérieurement vérifiés qui ont été tous remis en état (et/ou réparés) et réétalonnés dans une période de six mois.

6.4.3 Si un organisme accrédité souhaite combiner, en un lot, divers modèles ou séries de compteurs, et (ou) de compteurs avec ou sans appareil de télémesure, il doit présenter une demande à MC accompagnée de la documentation démontrant comment ces différents compteurs peuvent être considérés homogènes aux fins de l'échantillonnage d'acceptation.

6.4.4 Dans le cadre du contrôle par échantillonnage, une unité conforme respecte les caractéristiques de performance et de non-performance définies dans la présente norme. Un lot doit être jugé en fonction d'une limite de spécification de ±1,60 %. Le critère de confiance pour le résultat de mesure élargi est d'au moins 95 %. Un organisme accrédité doit avoir l'option de déterminer la conformité à l'aide d'une procédure à une ou deux étapes conformément aux exigences de la norme S-S-02 de MC (référence en 3.2).

6.4.5 Les valeurs de la limite de spécification resserrée (LSR) déterminées à partir des limites de spécification de la performance des appareils sont définies ci-dessous :

Tableau 2
Type de conformité marginale LSR inférieure LSR supérieure
Type 1 (QL de 3,15 %) LLSR1 = 0,8350 (−1,60) + T ULSR1 = 0,8350 (1,60) + T
Type 1 (QL de 8,0 %) LLSR2 = 0,6797 (−1,60) + T ULSR2 = 0,6797 (1,60) + T
Type 2 (ÉMAC, QL de 3,15 %) ------- UÉMAC = 0,80
Type 2 (ÉMAC, QL de 8,0% ) ------- UÉMAC = 0,70

6.4.6 Un appareil est qualifié d'unité de conformité marginale s'il ne présente aucune non-conformité, mais que sa performance tombe à l'extérieur de l'intervalle défini par les valeurs supérieure et inférieure de la LSR (conformité marginale de type 1) ou présente un ÉMAC qui dépasse la limite de l'ÉMAC (conformité marginale de type 2). La limite de type 2 de 0,80 doit s'appliquer si l'échantillonnage est effectué conformément au plan d'une QL de 3,15 %; autrement, la limite de 0,70 doit s'appliquer.

6.4.7 La conformité, la conformité marginale ou la non-conformité de la performance d'un appareil doivent être déterminées conformément aux exigences de la norme S-S-02 (référence en 3.2) et le critère de classification établi selon l'erreur relative de l'appareil (ei), est appliqué dans l'ordre suivant :

  1. non conforme si ei + k uci > (ULS + T), ou ei − k uci < (Lls + T)
  2. conformité marginale de type 1 si ei + k uci > ULSR1 ou ei − k uci < LLSR1
  3. conformité marginale de type 1 si ei + k uci > ULSR2 ou ei − k uci < LLSR2 (facultatif sous le contrôle par échantillonnage)
  4. conformité marginale de type 2 si la médiane ( |ei´| ) > UÉMAC
  5. autrement conforme

où, k = 1,6449, uci est déterminée selon les exigences de la norme S-S-02 de MC (référence en 3.2), T est la valeur cible établie en 6.3.9.4, et ei´ est déterminée en tenant compte de l'article 6.3.9.5.

6.4.8 Aux fins du contrôle par échantillonnage, les résultats d'essai pour les caractéristiques de qualité suivantes doivent être traités comme des observations de non-performance (c'est-à-dire succès/échec) :

  1. essai de fuite du compteur
  2. essai du cadran de l'index
  3. essai des impulsions de sortie.

6.4.9 Les résultats de mesure doivent être consignés conformément à la norme S-S-02 (référence en 3.2).

6.5 Exigences relatives à la qualité de sortie

Les normes relatives à la qualité de sortie régissant la qualité du compteur visé par un contrôle total (100 %) et un contrôle par échantillonnage sont :

  1. Aucun compteur contrôlé ne doit pouvoir être mis en service si le résultat n'est pas compris dans les limites d'essai prescrites pour le contrôle total (100 %) aux articles 6.3.9.1 et 6.3.9.2.
  2. Aucun compteur ne doit pouvoir être mis en service s'il présente un ou plusieurs défauts ou non-conformités. (Nota : Il incombe à l'organisme accrédité de décider les lacunes des caractéristiques de qualité qui doivent être considérées comme des défauts).
  3. Sous réserve de a) et b) ci-dessus, les compteurs échantillons sont considérés comme acceptables indépendamment de l'état du lot.
  4. Les exigences relatives à la qualité de sortie doivent être satisfaites pour le produit de la valeur de la qualité limite (QL) connexe et l'effectif du lot, comme le prescrit la norme S-S-03 (référence en 3.3) ou la norme S-S-04 (référence en 3.4) pour les conformités marginales de type 1 et de type 2.

6.6 Plan d'échantillonnage pour le contrôle de lots isolés de compteurs en service

Les compteurs en service peuvent être revérifiés comme un lot par échantillonnage de conformité à l'aide d'un plan d'échantillonnage de conformité autorisé par MC.

7.0 Exigences techniques

Consulter la norme de MC visant les exigences relatives au type d'approbation en matière de conception, de composition et de construction des compteurs à parois déformables.

8.0 Exigences administratives

8.1 Marquages

8.1.1 Afin de se qualifier pour la vérification et le scellage, les compteurs doivent arborer une ou plusieurs plaques signalétiques ou étiquettes qui sont assujetties en permanence au corps du compteur et qui portent les marquages lisibles et indélébiles suivants :

  1. le numéro d'inspection du compteur assigné par le fournisseur (numéro de série de l'entreprise)
  2. le numéro de série du compteur du fabricant
  3. le nom du fabricant ou sa marque de commerce enregistrée
  4. le modèle du compteur (numéro du modèle)
  5. la plage de températures de service, si elle diffère de la plage de −30 °C à +40 °C
  6. le numéro de l'avis d'approbation (Nota : non applicable aux compteurs approuvés avant juillet 1987)
  7. la pression de service maximale admissible (PSMA)
  8. la capacité nominale du fabricant (air)
  9. la température de base à laquelle le volume enregistré est converti (15 °C ou 60 °F), sur un fond de couleur rouge (Nota : applicable seulement aux compteurs à parois déformables à conversion de température)
  10. une flèche pour indiquer le sens d'écoulement du gaz ou un raccord d'entrée identifié par le terme « entrée »
  11. le sens de rotation de l'axe d'entraînement de l'index du compteur (applicable uniquement aux compteurs à parois déformables de grande capacité)
  12. la capacité par tour de l'axe d'entraînement de l'index du compteur marquée à proximité de l'axe. (Nota : applicable uniquement aux compteurs à parois déformables de grande capacité.)

Nota : Les compteurs ne doivent pas être marqués avec un mélange d'unités de mesure du système international (SI) et d'unités de mesure du système impérial.

8.1.2 Les compteurs à conversion de température (CT) présentés à des fins de revérification ayant une plaque signalétique dont le fond rouge des marquages de température de base est partiellement ou complètement décoloré ne doivent pas être rejetés ni classés comme une non-conformité, si tous les marquages obligatoires (énumérés en 8.1.1) sur la plaque signalétique sont visibles.

8.1.3 Si un des marquages obligatoires de la plaque signalétique est devenu illisible en raison de dommage, de dégradation ou de décoloration, la plaque signalétique doit être remplacée ou recouverte d'une étiquette adhésive arborant les mêmes informations. Ces étiquettes peuvent avoir une fenêtre qui permet de voir le numéro de série de la plaque signalétique d'origine, si le numéro de série est toujours lisible.

8.1.4 L'utilisation ou l'application de nouvelles étiquettes de vérification adhésives pré-imprimées n'est pas admise sur les compteurs qui sont vérifiés ou revérifiés. Les anciennes étiquettes de vérification existantes doivent être enlevées ou recouvertes d'une peinture, sur les compteurs étant soumis à une revérification (excluant les compteurs contrôlés par échantillonnage de conformité). Un compteur soumis à un échantillonnage de conformité qui a déjà reçu une étiquette de vérification auto-adhésive, ne doit pas être réputé non conforme si les marquages décolorés sur l'étiquette ne sont plus lisibles, ou si l'étiquette s'est décollée.

8.1.5 Lorsqu'un compteur comporte un générateur d'impulsions, les informations suivantes doivent être marquées sur une plaque signalétique installée sur le compteur hôte :

  1. le nombre d'impulsions correspondant à une unité de grandeur mesurée ou le nombre d'unités mesurées correspondant à une impulsion de sortie
  2. le type et l'amplitude du signal de sortie ou les caractéristiques nominales du contact (p. ex. forme C ou forme A).

8.1.6 Lorsque les informations relatives aux impulsions de sortie d'un compteur peuvent varier selon le modèle de compteur sur lequel le générateur d'impulsions est installé, une plaque signalétique, une étiquette, une vignette ou un autre moyen convenant au marquage des informations requises doit être fourni par le fabricant.

8.1.7 Lorsqu'un générateur d'impulsions est une entité distincte qui peut être reliée à un compteur approuvé, les informations suivantes doivent être marquées sur une plaque signalétique assujettie au générateur d'impulsions :

  1. le nombre d'impulsions correspondant à une unité d'entrée au générateur
  2. la fréquence maximale d'entrée
  3. le type et l'amplitude des signaux de sortie ou les caractéristiques nominales des contacts (p. ex. forme C ou forme A).

8.2 Sceaux et scellage

Sauf indication contraire de l'avis d'approbation applicable ou de toute autre norme ou politique applicable de Mesures Canada en ce qui concerne les composants ou les points devant être scellés (ou la configuration du fil métallique de protection), les compteurs doivent être scellés selon les exigences indiquées aux articles allant de 8.2.1 à 8.2.7 ci-dessous.

8.2.1 Les compteurs doivent être scellés à l'aide du sceau métallique en rouleau et le fil métallique de scellage approuvés par MC ou de sceaux encastrés composés d'un logement et d'un couvercle de scellage. L'utilisation d'un monofilament en plastique (ou en autre matériau) est également admise comme substitut au fil métallique de scellage, pourvu qu'il présente un diamètre d'au moins 0,644 mm et des caractéristiques de durabilité qui sont au moins équivalentes à celles du fil métallique de scellage.

8.2.2 Au moins un des sceaux de chaque composant scellé d'un compteur doit arborer le marquage de vérification qui indique l'année dans laquelle le compteur a été testé et vérifié et l'identité unique (nom, initiales ou logo) de l'organisme accrédité qui a effectué la vérification ou la revérification.

8.2.3 Dans le cas de compteurs à parois déformables de petite capacité, au moins une vis doit être scellée sur chacun des éléments suivants : couvercle de l'index, couvercle du dessus et couvercle à prise (ou bouchon ou couvercle du trou d'accès aux organes de réglage ou d'étalonnage, selon le modèle). Les couvercles avant et arrière peuvent ne pas être scellés.

8.2.4 Dans le cas de compteurs à parois déformables de grande capacité destinés à des installations de mesure à basse pression ou à mesure par facteur de pression (MFP), au moins une vis doit être scellée sur chacun des éléments suivants : couvercle de l'index, couvercle du dessus du compteur, couvercle de l'engrenage intermédiaire, bouchon ou couvercle du trou d'accès aux organes de réglage ou d'étalonnage (selon le modèle). Les couvercles avant et arrière peuvent ne pas être scellés.

8.2.5 Dans le cas de compteurs à parois déformables de grande capacité destinés à des installations de mesure à pression élevée faisant appel à un dispositif auxiliaire de conversion du volume, au moins une vis doit être scellée sur chacun des éléments suivants : couvercle du dessus du compteur, couvercle de l'engrenage intermédiaire et bouchon ou couvercle du trou d'accès aux organes de réglage ou d'étalonnage (selon le modèle). Les couvercles avant et arrière peuvent ne pas être scellés.

8.2.6 Si un compteur doit être scellé à l'aide d'un fil de scellage et de vis à tête percée, le fil doit être enfilé de façon à ne pas être parallèle entre deux vis et à ne présenter aucun mou excessif, afin de réduire autant que possible le risque que ces vis ne soient enlevées (à des fins de trafiquage) et réinstallées par la suite sans briser le fil de scellage.

8.2.7 Si un compteur vérifié est muni d'une prise de pression, la prise peut ne pas être scellée ou scellée de façon séparée afin de pouvoir être enlevée sans nuire au sceau de vérification ou au fil de scellage du compteur.

8.3 Traitement des compteurs non conformes

8.3.1 Dans le cas de petits lots soumis à un contrôle à 100 % ou de lots plus grands contrôlés mais non acceptés par échantillonnage, les compteurs non conformes et les compteurs de conformité marginale excessive doivent être enlevés ou réparés pour s'assurer que la norme de qualité de sortie de l'article 6.5 est satisfaite.

8.3.2 Les compteurs individuels non conformes ou défectueux peuvent être soumis de nouveau au contrôle seulement une fois que leurs caractéristiques déficientes ont été corrigées.

8.3.3 Les lots inacceptables peuvent être soumis de nouveau au contrôle seulement après que le propriétaire du compteur ou son agent a réexaminé tous les compteurs et retiré ou corrigé les compteurs non conformes ou défectueux. Un nouveau contrôle doit comprendre l'évaluation de toutes les caractéristiques de qualité lorsque la non-acceptation résulte de caractéristiques de performance ou, pour les autres types de non-conformité ou de défauts, l'évaluation des caractéristiques à l'origine de la non-acceptation du lot.

8.4 Intervalle de revérification

L'intervalle de revérification (soit la période de validité du sceau) visant les compteurs à parois déformables est prescrit dans le bulletin applicable de MC.

9.0 Révisions

Le but de la révision 1 vise à :

  1. modifier les valeurs limites de l'ÉMAC qui suivent, et de modifier le libellé des articles connexes afin de refléter ces changements :
    1. médiane ( |ei´| ) ≤ 0,60 critère de conformité pour le contrôle à 100 % et les compteurs échantillons;
    2. pour les compteurs de gaz à parois déformables de grande capacité, la limite supérieure est de 0,80, compte tenu de la politique d'application présentée dans le Bulletin S-02;
    3. médiane ( |ei´| ) ≤ 0,80 critère de conformité de type 2 pour un échantillonnage effectué conformément au plan d'une QL de 3,15 %;
    4. médiane ( |ei´| ) ≤ 0,70 critère de conformité de type 2 pour un échantillonnage effectué conformément au plan d'une QL de 8,0 %.
  2. réviser les exigences pour la vérification de l'index à l'article 6.3.5.
Date de modification :