Pratiques exemplaires 2015

Table des matières


Introduction

Bienvenue. Mettez quinze enseignants et éducateurs dans une salle et ils auront beaucoup de choses à se dire. C'était certainement le cas pour les lauréats des Prix du Premier ministre pour l'excellence dans l'enseignement et l'excellence en éducation de la petite enfance de 2015. Malgré ce qui les différencie – ils proviennent de collectivités petites et grandes de partout au pays, travaillent auprès d'enfants et de jeunes de la petite enfance à l'adolescence, et abordent une grande variété de matières dans de multiples milieux éducatifs – les enseignants et éducateurs ont beaucoup en commun dans leur approche pour préparer les enfants à une vie au 21e siècle.

Pendant la tribune Parole d'enseignants, tenue alors que les lauréats étaient à Ottawa en mai 2016 pour recevoir leur prix, chaque enseignant ou éducateur a parlé de quelques-unes de ses innovations et réussites en matière de pratiques d'enseignement.

L'assistance a écouté comment autant les élèves de la maternelle que ceux des études secondaires supérieures utilisent la technologie pour améliorer leur apprentissage, et comment les enseignants et éducateurs cherchent à donner l'initiative à leurs protégés pour qu'ils poursuivent leurs intérêts tout en réussissant à parcourir le programme d'études.

De nombreuses présentations rappelaient aux personnes présentes quelques-uns des fondements qui sous-tendent l'éducation, sans égard à l'âge ou aux situations des élèves : développer la curiosité et l'imagination, faire de l'exercice et avoir la chance d'explorer le monde naturel et s'assurer que les familles demeurent une partie intégrante de l'éducation des enfants.

Toutefois le thème qui est ressorti le plus souvent au fil des courtes présentations des quinze lauréats était les défis et les avantages de procurer des expériences d'apprentissage authentiques. Les hochements de tête autour de la table étaient nombreux alors que divers éducateurs et enseignants parlaient de la manière dont leurs élèves échangent avec la communauté, les experts et les camarades pour résoudre des problèmes du monde réel, tisser des relations humaines et enrichir leurs connaissances.

Le lien Pratiques exemplaires donne un aperçu de quelques-unes des approches et techniques de ces enseignants et éducateurs primés. Les articles individuels mettent l'accent sur un aspect du travail de ces professionnels dans leurs salles de classe et centres de la petite enfance respectifs. Ceux-ci sont complétés par une liste de ressources à l'usage d'autres enseignants et éducateurs, ainsi que des biographies qui approfondissent la philosophie des lauréats et offrent d'autres exemples tirés de leurs pratiques exemplaires et réalisations.

Les Prix du Premier ministre pour l'excellence dans l'enseignement rendent hommage à des enseignants et éducateurs bien équilibrés de partout au Canada qui procurent des expériences éducatives exemplaires aux élèves de la maternelle à la 12e année. Les Prix du Premier ministre pour l'excellence en éducation de la petite enfance reconnaissent le travail essentiel accompli dans les centres nombreux et diversifiés de la petite enfance au pays, afin d'assurer le sain développement de jeunes enfants et les mettre sur un chemin d'apprentissage qui s'étend sur toute une vie.

Les Prix du Premier ministre pour l'excellence dans l'enseignement sont administrés par Innovation, Sciences et Développement économique Canada au nom du Premier ministre, avec le généreux soutien de la Fondation RBC, OpenText et Affaires autochtones et du Nord Canada. Les Prix du Premier ministre pour l'excellence en éducation de la petite enfance sont soutenus par Emploi et Développement social Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada. Pour des renseignements sur les programmes, les partenaires et les lauréats, veuillez communiquer avec le bureau du programme.


L'esprit d'inclusion, l'innovation et les techniques d'enquête dans la salle de classe du 21e siècle

Laurie Higgins et un élève portent un hijab

Laurie Higgins
École publique Carruthers Creek
Ajax (Ontario)

Cadre
Maternelle à temps plein pour les enfants de 4 et 5 ans

L'éducation de la petite enfance n'est pas simplement une question d'études académiques. Elle a également à voir avec les expériences. En tant qu'éducatrice, je suis constamment mise au défi de reconnaître et d'apprécier le rôle des expériences de chaque enfant dans le processus d'apprentissage et de le soutenir à l'aide d'activités enrichissantes. Les éducateurs ont également le défi propre au 21e siècle d'intégrer la technologie, tout en s'assurant d'atteindre les objectifs d'apprentissage.

Au beau milieu de ces défis, nous négligeons parfois l'importance d'apprendre à connaître l'enfant en tant qu'individu : ses intérêts, ses forces, ses besoins. C'est pourquoi je crois qu'il est essentiel de prendre le temps de l'écouter. S'attabler avec lui à l'heure de la collation, s'entretenir avec sa famille et l'écouter pendant les jeux ne sont que quelques exemples de la manière dont je mets ceci en pratique au jour le jour dans mon approche à l'enseignement. Ce n'est qu'en comprenant mieux chaque enfant qu'il est possible de réussir son inclusion dans la salle de classe. Ce faisant, chaque enfant peut acquérir la confiance et la volonté de se mêler aux autres, tout en conservant sa capacité de faire entendre sa propre voix.

Laurie Higgins joue du tambour avec ses élèves

Dès que j'ai tissé un lien de confiance avec chaque enfant et créé un sentiment d'appartenance en lui, je commence à creuser plus loin en utilisant des moyens d'enquête et d'investigation, dans le but de sonder ses intérêts, stimuler son esprit et favoriser l'apprentissage. Les enfants sont dotés d'une créativité exceptionnelle et sont prêts à apprendre par l'expérimentation, sans considérer les erreurs comme des échecs. Je leur donne les moyens de le faire en présentant du matériel attrayant, riche de sens et authentique qu'ils peuvent explorer, mettre en doute et apprivoiser.

Il faut s'assurer que les enfants peuvent poser des questions et faire des prévisions en toute sécurité, sans égard à leurs antécédents, connaissances ou expériences de vie. Il est important de les laisser tenter leur chance dans l'apprentissage. Les enfants ont besoin de faire des erreurs et trouver les réponses par eux-mêmes. L'éducateur de la petite enfance moderne doit avant tout se soucier de les accompagner dans cette approche et à leur apprendre à étoffer ce qu'ils savent déjà. Les enfants développent ainsi de saines habitudes d'autoapprentissage.

Mes méthodes d'enseignement évoluent constamment grâce à un bagage de connaissances et de technologies toujours plus perfectionnées, de pratiques réfléchies et une expérience plus riche. Surtout, je remarque à quel point chaque classe d'enfants qui se succède se distingue des années antérieures. Je dois ainsi adapter mon approche pour répondre aux exigences changeantes et aux besoins particuliers de chaque enfant dans ma classe.

Quatre enfants jouent avec le sable

« Il est important que l'enfant se sente interpellé par son programme d'apprentissage, se reconnaisse dans la matière qui lui est enseignée tout comme dans la façon dont elle lui est présentée, et qu'il en voie les applications dans le monde qui l'entoure. » -  Programme de la maternelle et du jardin d'enfants, 2016


Les bienfaits des marches dans la nature pour l'enfant en développement

Kim Hunter et ses élèves dansent en cercle

Kim Hunter
Garderie A Child's Garden
Salt Spring Island (Colombie-Britannique)

Cadre
Garderie en milieu familial pour les enfants de 3 à 6 ans

Dans le monde d'aujourd'hui, de nombreux enfants ont besoin, plus que toute autre chose, d'un adulte véritablement présent qui respecte leur âge et stade de développement et leur offre des activités qui se déroulent dans la détente. La marche, surtout dans les espaces de verdure, offre des occasions naturelles d'être présent « ici et maintenant ».

Mes collègues et moi emmenons les enfants de notre centre pour une marche dans la nature tous les jours, et les bienfaits sont innombrables.

Le tout commence par la tâche de s'habiller pour sortir. Mes collègues et moi offrons de l'aide au besoin, mais laissons les enfants se débrouiller seuls avec ces mouvements corporels complexes. Ceci se répercute à son tour sur le développement de la coordination, sur la dextérité, sur la conscience des membres et sur le sentiment de l'autopropulsion et de l'équilibre, et nourrit la relation corps-cerveau-esprit.

Trois enfants jouent dehors

Le groupe fait souvent de longues marches sinueuses; d'autres fois, des marches plus courtes sont la chose à faire. Les enfants n'ont rien à porter, ce qui les laisse libres de leurs mouvements. Les forêts abritent tout le monde du vent, de la pluie, de la neige et du soleil intense. Les enfants ont amplement d'occasions de s'arrêter et de jouer, près d'un ruisseau, sur la plage ou dans des clairières dans les bois. Pour ceux qui habitent en ville, profitez des nombreux parcs et espaces verts qu'on y trouve. Une collègue danoise emmène son groupe à un cimetière tous les jours.

Les enfants peuvent courir devant, mais ils doivent être à portée de voix (je chante en marchant) et doivent s'arrêter s'ils arrivent à une fourche dans le chemin. Je pose alors trois bâtons dans le chemin pour faire une flèche qui nous pointe dans la bonne direction pour le retour. Bien entendu, je connais toujours le chemin, mais c'est bon que les enfants apprennent des trucs pour ne pas se perdre en forêt.

La nature offre une beauté simple et constamment changeante et des obstacles que les enfants s'amusent à surmonter, à contourner ou à parcourir au fil de l'exploration. Le sol naturel est inégal, ce qui aide à développer l'équilibre, un aspect important de la capacité de l'enfant à pouvoir s'asseoir et rester tranquille.

Chemin faisant, les adultes observent la manière dont chaque enfant se déplace et se comporte, ce qui suscite son intérêt, sa manière de réagir à ce qu'il croise sur la route et ses interactions sociales ou l'absence de celles-ci au sein du groupe.

Il suffit d'un peu de planification pour intégrer une marche dans la routine quotidienne :

  • Préparer un sac pour emporter avec une trousse simple de premiers soins, des collations ou un lunch et de l'eau.
  • Pour des excursions plus longues (plus de quatre heures), laissez un sac en dépôt quelque part pour faire l'échange du panier à lunch contre un approvisionnement de collations et d'eau fraîche. Parfois, je gare la voiture sur le chemin avec ces provisions.
  • Apprenez le chemin, notamment les bons endroits pour s'arrêter et collationner, jouer et se reposer. Décidez à l'avance de l'horaire, que ce soit pour une courte excursion ou un périple plus long. Parfois, je demande aux parents de venir chercher l'enfant à la fin de l'excursion.

Les marches sont joyeuses, engageantes et fortifiantes. Elles aident les enfants de si nombreuses façons que si je rédigeais un programme d'études scolaire, j'exigerais une marche quotidienne d'une heure ou plus pour chaque année scolaire, afin de favoriser la réflexion, la sensibilité et l'intégration et promouvoir le développement du corps, de l'âme et de l'esprit.


Pour stimuler et protéger l'enfant dans son intégralité, invitez la famille

Sophie Loewen avec un élève

Sophie Loewen
Club préscolaire et aide préscolaire Busy Bear
Abbotsford (Colombie-Britannique)

Cadre
Aide préscolaire aux Autochtones pour les enfants de 3 à 5 ans

Les familles que j'ai le privilège de côtoyer dans mon travail ont une vision de la famille élargie qui se distingue de celle que j'avais quand j'étais enfant. La « famille élargie » pour les membres de la Première Nation Sumas n'est pas constituée de cousins éloignés qu'on ne voit jamais. Tout le monde est plus proche, plus impliqué dans les vies les uns des autres, et utilise « tante » et « oncle » plus librement pour désigner divers parents. Bien des gens considèrent leurs cousins comme des frères et sœurs.

C'est un merveilleux modèle familial. Et dès que j'ai accepté l'idée que les familles pouvaient sortir du cadre de ce qu'elles devaient être, ou de ce qu'elles pouvaient ou ne pouvaient pas faire, j'ai pu établir de meilleurs rapports avec elles.

Cette réalisation m'a permis d'appliquer une approche axée sur la famille à une grande variété de programmes au centre. La priorité est toujours d'aider les enfants et leur famille à se sentir en sécurité et à l'aise. Une politique de la porte ouverte est une belle façon d'y arriver. De nombreux parents aiment s'attarder lorsqu'ils déposent l'enfant le matin. La porte est toujours ouverte aux parents qui souhaitent savoir comment leur enfant se débrouille ou l'aider à faire la transition vers l'éducation préscolaire. Si un parent a besoin de parler à un adulte et veut rester prendre un café, ou vit des difficultés avec un enfant et veut en parler, mes collègues et moi sommes ravis qu'ils restent tout le temps qu'il faut.

Sophie Loewen avec ses élèves pendant une leçon de groupe

C'est une grande joie lorsque des membres de la famille s'intéressent aux programmes du centre et veulent s'y impliquer. Les parents sont venus cuisiner avec les enfants, et préparer des smoothies et des chocolats avec eux. Les aînés sont venus pour faire cuire la banique, aider à planter le potager ou partager l'heure du cercle. 

Le centre adore célébrer les familles. Nous le faisons en tenant des journées spéciales pour les mères, les pères et les aînés. Nous encourageons également la participation des familles lors d'excursions et à nos banquets de Noël et de graduation. Cette dernière année, au thé des aînés, nous avons accueilli 23 grands-parents et arrière-grands-parents avec neuf enfants. C'était un grand honneur pour nous de les avoir tous avec nous.

Gagner la confiance de certaines familles peut s'avérer difficile. Dans ce cas, je me rends disponible de nombreuses façons : en faisant du gardiennage, en emmenant les enfants camper, en offrant des soins de répit, en emmenant des parents à des rendez-vous ou en trouvant des services pour eux. Chaque fois, le dénominateur commun est l'enfant. En montrant aux familles que je suis là pour elles, je peux plus facilement gagner leur confiance.

Au sein de la communauté, il y a de nombreuses personnes que je vois comme des membres de ma famille. Je fais donc de mon mieux pour leur offrir l'amour et le soutien dont elles ont besoin, comme le ferait un membre de la famille. Aucun des services que je rends pour la « famille » ne fait partie de ma description de tâches au travail, et je ne les fais pas par obligation. J'aide les membres de cette merveilleuse communauté parce qu'ils sont ma famille. Je les aime et je veux aider, pour entretenir des relations fortes et développer des enfants encore plus forts.


Céder l'initiative : comment la technologie redéfinit le cadre d'apprentissage des tout-petits

Lindsay Stuart et trois élèves jouant avec un téléphone cellulaire

Lindsay Stuart
École Henry Braun
Regina (Saskatchewan)

Cadre
Maternelle pour enfants de 4 à 6 ans

Imaginez plusieurs enfants regroupés autour d'une échelle en train de discuter des façons dont les forces et la friction entravent le mouvement dans leurs constructions. Dans le coin, on voit trois étudiants qui utilisent FaceTime sur le téléphone de l'enseignante pour poser des questions à un expert local sur la couleuvre qu'ils ont trouvée dans le terrain de jeu. Enfin, un élève s'affaire dans la bibliothèque à la recherche de renseignements sur les cabanes d'oiseaux à l'aide de codes QR.

Maintenant, imaginez que ces élèves ne sont que cinq.

La technologie fait évoluer le paysage de l'apprentissage chez les tout-petits et redéfinit ma pédagogie et les apprentissages qui ont lieu dans ma salle de classe. La technologie, le plein air et la communauté sont tous des outils efficaces que j'utilise en classe pour favoriser un apprentissage mené par l'élève, axé sur les processus et motivé par l'enquête.

En reconnaissant que les familles mènent des vies actives, la technologie – du portfolio numérique aux blogues, en passant par Skype, FaceTime et les messages textes – a ouvert les portes de la salle de classe, permettant aux membres de la famille de se tenir au courant et de devenir des participants actifs. Les portfolios numériques permettent à l'élève de documenter et de partager les apprentissages quotidiens et d'en rendre compte de façon autonome. Les parents peuvent voir les expériences qui se déroulent dans la vie scolaire de leur enfant et les commenter, remplaçant effectivement le bulletin de notes traditionnel et statique.

Deux élèves apprennent l'électricité

J'ai également ouvert la salle de classe à la communauté en organisant des « comités d'experts ». Les élèves peuvent communiquer avec des dizaines de dirigeants communautaires et professionnels de l'industrie en temps réel à l'aide de leur iPad. Lorsque les experts sont en mesure de prendre l'appel, ils s'impliquent auprès des élèves et les aident dans leurs enquêtes.

J'approuve totalement toute application utilisée en classe, en m'assurant qu'elle est utilisée uniquement de façon appropriée et jamais comme substitut pour apprendre ou s'engager. La question n'est pas simplement d'utiliser la technologie, mais plutôt d'offrir aux enfants des possibilités, des espaces et des liens personnels pour qu'ils puissent composer leurs apprentissages et leur vie de façon unique, sécuritaire et appropriée sur le plan développemental.

Je suis une farouche défenseuse du pouvoir et du potentiel des « petites personnes » et je suis guidée par une croyance en leurs capacités innées. Je me suis éloignée d'un enseignement traditionnel « axé sur des thèmes » (dirigé par l'adulte) et j'ai commencé à concevoir des plans d'études d'ensemble autour de concepts et d'idées clés (enquêtes menées par les élèves). Ce changement a permis aux élèves de devenir les maîtres de leur propre apprentissage en approfondissant leurs propres idées et émerveillements. Ce changement s'est opéré de façon inattendue. Lorsque j'ai commencé à tenir un blogue sur les apprentissages en classe, j'ai constaté que les familles discutaient du déroulement en classe en soirée, puis les élèves revenaient le lendemain avec de nouveaux émerveillements. J'ai tranquillement délaissé mon « plan » pour donner suite à leurs questions. Cette approche n'est pas toujours facile, aussi gratifiante soit-elle. L'enseignement réceptif vous oblige à être toujours à l'affût d'occasions de poursuivre les apprentissages. Il implique de délaisser la maîtrise du modèle scolaire traditionnel.

Délaissant « l'objet » de l'enseignement, je passe beaucoup de temps à réfléchir à la « manière » d'enseigner. Plus particulièrement, je me demande comment et où les jeunes enfants apprennent, et ce que j'ai à leur offrir pour leur donner les moyens de composer leur vie. C'est en répondant à ces questions que j'ai trouvé des façons de stimuler la curiosité naturelle des enfants et de les responsabiliser sur leur propre chemin d'apprentissage.


L'imagination construit la communauté

Maureen Wagner avec deux élèves dehors

Maureen Wagner
École primaire Brooklyn de pédagogie « StrongStart »
Comox (Colombie-Britannique)

Cadre
Centre « StrongStart » en milieu scolaire pour les enfants de 0 à 5 ans

StrongStart est un programme qui permet aux familles de s'inviter pour jouer ensemble. Le plus jeune que j'ai connu avait 4 jours et le plus vieux 6 ans. Mon rôle est d'inculquer aux parents qu'ils sont le premier et le plus important enseignant de leur enfant. Je le fais en créant un programme qui encourage l'enfant et les parents à explorer, à créer et à jouer ensemble.

L'imagination, la curiosité et l'émerveillement sont le fondement de l'apprentissage. Quand les éducateurs favorisent la curiosité, les enfants commencent à poser des questions, ce qui leur permet d'approfondir un intérêt. Leur apprentissage n'est limité que par leur imagination.

Un projet qui dure depuis presque cinq ans a été suscité par l'intérêt des enfants pour les fées. Ils ne se posent pas la question de savoir si elles sont réelles, mais se demandent plutôt où les trouver, à quoi ressemblent leurs maisons, ce qu'elles mangent, si elles aiment les couleurs et les paillettes et si elles jouent et aiment se cacher.

Cet intérêt a entraîné la création d'un espace dans un parc naturel de la collectivité appelé « l'Allée des fées ». Les enfants ont peint des portes en bois pour les cacher dans la forêt. Chaque mois pendant la première année, les enfants, les parents et moi visitions l'Allée des fées pour dessiner des fées, y laisser des citrouilles à pourrir (à vérifier lors de visites subséquentes) ou nettoyer et trier les trésors que les enfants avaient trouvés. Toute cette activité m'a permis, en tant qu'animatrice, de les initier à l'art, aux mathématiques, à la science, à l'activité physique, à l'alphabétisme et au bonheur d'être dans la forêt.

Maureen Wagner vêtue d'un costume de pirate à l'extérieur avec ses élèves

J'encourage d'autres éducateurs à envisager de lancer leur propre version personnalisée de l'Allée des fées. Bien entendu, les leçons apprises en cours de route sont nombreuses et j'aurais les recommandations suivantes à faire à tous ceux qui voudraient s'inspirer de mon approche :

  • Planifiez et soyez bien préparé, mais restez adaptable et flexible (soyez prêt à tourner une difficulté en trouvaille en un clin d'œil).
  • Fixez un objectif à réaliser avec les enfants (mon objectif était d'utiliser l'Allée des fées pour faire en sorte que les familles explorent la nature et l'apprivoisent).
  • Mobilisez les parents et encouragez-les à jouer (ceci rehausse l'expérience de l'enfant dans le jeu imaginatif).

En misant sur l'intérêt des enfants pour les fées, une communauté de familles s'est formée autour de l'exploration de cette forêt et de bien d'autres. Le fait de stimuler l'imagination, la curiosité et l'émerveillement des enfants peut les emmener dans des endroits insoupçonnés auparavant et leur donner de nouvelles idées.

Plusieurs projets conjoints dans la collectivité sont issus de ce programme. Dans un cas, une exposition collective d'art a été organisée avec deux autres centres de la petite enfance dans une galerie d'art locale. Des élèves de 7e année ont collaboré avec leurs petits amis dans mon programme pour écrire des histoires et construire des portes en argile pour petites personnes qui ont été placées dans la forêt pour que tous puissent en profiter. Les enseignants dans d'autres écoles ont visité l'Allée des fées et ont ramené l'idée à leur école pour créer un projet semblable.

En résumé, si vous écoutez activement, testez vos idées et observez les enfants, le développement d'activités inspirées de leurs intérêts peut s'avérer facile. Le programme est pour eux, les idées devraient donc provenir d'eux. Tout ceci est né de l'imagination et de la curiosité des enfants et en découle. Le scientifique Carl Sagan le résume dans cette citation : « L'imagination nous transporte souvent dans des mondes qui n'ont jamais existé. Mais sans elle, nous n'allons nulle part. »


Ressources

Outils et ressources en ligne

Organismes et communautés

Multimédias

Date de modification :