Archivé — Curriculum émergent : l'art comme forme de langage

Lucille Gilliland

Lucille Gilliland
Southwest Daycare and Learning Centre, Inc.
Moose Jaw (Saskatchewan) 
Type d'établissement : Garderie et centre d'éducation préscolaire pour enfants âgés de 18 mois à 12 ans

J'écris sur un sujet qui me tient à cœur : offrir une éducation préscolaire et des services de garde aux enfants ayant des droits (besoins) particuliers et une santé fragile. J'ai toujours été fascinée par le développement des enfants, en particulier par leur façon de penser et d'apprendre. J'ai découvert qu'il est très fascinant et amusant de voir la vie à travers les yeux d'un enfant. Travailler dans un programme d'éducation préscolaire me permet d'être quotidiennement en contact avec les personnes les plus intéressantes sur terre, nos enfants.

À mes yeux, les enfants sont fascinants, sages, amusants et extrêmement honnêtes. Ces qualités rendent l'œuvre de ma vie très intéressante, gratifiante et stimulante. Nous avons pu, avec l'aide des enfants, de leur famille et d'autres éducateurs de la petite enfance, partager et nous entraider de diverses façons afin de prendre soin de nos enfants ayant des droits particuliers et une santé fragile. On oublie souvent ces programmes de soins et d'éducation préscolaire spécialisés dans la planification et l'exécution de programmes par peur d'une insuffisance de formation et de soutien financier dans les programmes d'éducation destinés à la petite enfance. Nous devons éduquer nos collectivités au sujet de nos enfants afin qu'elles sachent à quel moment intervenir. Il faut tout un village pour élever un enfant.

Mon expérience auprès d'enfants aux droits particuliers m'a fait découvrir que l'interaction avec des enfants ayant des besoins spéciaux peut être mutuellement avantageuse. Pour les parents d'enfants ayant des besoins médicaux complexes, le défi de trouver des programmes de garderie et d'éducation préscolaire de qualité peut sembler accablant. Ils veulent que leurs enfants puissent évoluer dans un milieu de la petite enfance inclusif, et non seulement avec des enfants handicapés. Les enfants handicapés, de même que ceux non handicapés, peuvent apprendre et explorer avec plaisir les uns à côté des autres. Il est important qu'un éducateur de la petite enfance ait accès à des possibilités de formation spécialisée pour l'aider à structurer un milieu d'apprentissage et faciliter des situations sociales qui maximisent l'inclusion physique et sociale. Les programmes destinés aux enfants ayant des besoins particuliers devraient être adaptés individuellement et suivis de près au fur et à mesure que l'enfant grandit et acquiert de nouvelles compétences. On s'assure ainsi qu'ils répondent aux besoins des enfants en matière de développement et aux objectifs en perpétuel changement. Chaque enfant, peu importe ses habiletés, participe à toutes les activités quotidiennes du milieu d'éducation préscolaire.

En tant qu'éducatrice de la petite enfance, j'aimerais encourager tous les autres éducateurs de la petite enfance à défendre ardemment la profession d'éducation et de soins à la petite enfance et à trouver des façons créatives de favoriser l'inclusion. Les parents devraient être encouragés à plaider en faveur de leurs enfants à la santé fragile et nous pouvons les guider à travers un réseau de ressources vers des organismes communautaires, des ergothérapeutes, des orthophonistes, des auxiliaires médicaux sociaux, des psychologues auprès des jeunes enfants et d'autres professionnels. J'ai même invité de tels professionnels ou représentants d'organismes à venir rencontrer les enfants au centre pour m'assurer qu'ils reçoivent à temps et systématiquement l'aide dont ils ont besoin. Il est important d'aider les familles en intégrant des services d'appui communautaire afin que les membres de la communauté puissent également devenir des partenaires de l'éducation. Tous les enfants sont notre avenir, peu importe leurs habiletés, et il nous incombe de les préparer. Nos enfants sont les ressources naturelles du Canada.

Shawna Miller-Poitras

Shawna Miller-Poitras
North Okanagan Child Care Society
Vernon (Colombie-Britannique) 
Type d'établissement : Centre de la petite enfance pour les enfants âgés de 4 ans

L'estime de soi et le sentiment d'appartenance des enfants sont renforcés grâce au processus de questionnement créatif et aux liens qu'ils tissent tout au long de leur parcours d'apprentissage. Les adultes et les enfants travaillent ensemble pour bâtir une relation privilégiée, nouer des liens avec leur communauté, apprendre à apprécier la nature et participer à des occasions de mobilisation des citoyens. Une classe vivante engendre une communauté d'apprentissage.

Les éducateurs ont beaucoup réfléchi à la conception des aires intérieures et extérieures. À l'intérieur, les enfants sont accueillis dans un environnement calme rempli d'objets naturels, de pièces détachables et de belles choses. Il y a souvent de la musique du monde en arrière-plan et les activités quotidiennes sont adaptées en fonction des besoins du groupe. À l'extérieur, le terrain de jeux est rempli de véritables outils et de matériaux naturels conçus pour stimuler les enfants. Des bûches, de grosses branches et des roches de rivière y sont installées pour permettre aux enfants de tester leurs habiletés physiques en sautant, en se balançant et en grimpant. Le sol est couvert de sable et un accès à de l'eau offre une multitude de possibilités. Les enfants sont intrinsèquement enclins à explorer et à manipuler des objets – l'interaction sociale se manifeste surtout lorsqu'ils discutent de ce qu'ils veulent faire avec le matériel. Les projets émergent à mesure que les préférences se développent – et que la pensée critique se manifeste – de concert avec un but réel et une profonde concentration. Les enfants collaborent et les matériaux à caractère évolutifs leur permettent d'imaginer et de créer. Les éducateurs observent, écoutent et réfléchissent à des moyens d'étayer l'apprentissage.

Les enfants ont besoin de passer beaucoup de temps à l'extérieur, en pleine nature, pour réellement apprendre à apprécier la nature. Lorsque les enfants explorent et découvrent le monde naturel, ils éprouvent un sentiment de paix et d'interdépendance avec toutes les formes de vie, et commencent à développer un esprit d'intendance à l'égard de la Terre. Nous nous efforçons d'offrir de nombreuses expériences en plein air axées sur la beauté de la saison en cours.

Les relations aussi sont essentielles – nous créons une culture de classe positive en servant de modèle pour l'entraide et le partage. Les principes de respect, de confiance et de responsabilité sont bien ancrés dans notre programme. Les enfants sont responsables de leurs paroles et de leurs gestes. Les enfants sont responsables d'une grande partie des activités quotidiennes, ils participent à la préparation des collations, au recyclage et à la lessive. Nous tenons des réunions et nous exprimons nos sentiments – les éducateurs guident gentiment les enfants afin qu'ils apprennent ce qu'est le respect ainsi que la confiance en eux et la confiance mutuelle.

Les enfants tissent des liens avec le monde qui les entoure en découvrant les parcs, les plages et la ville. Nous faisons régulièrement des promenades, des déplacements en transport public et des visites dans les entreprises locales, les musées et les galeries. Nous cherchons également activement à établir avec des gens et des organismes des partenariats utiles pour nos activités de groupe et nous nous sommes associés au centre de la nature local et à l'école secondaire locale dans le cadre d'un programme de mentorat. Nous participons à un programme intergénérationnel, nous nous produisons lors de festivals et nous faisons du bénévolat dans le cadre de projets environnementaux. Lorsque les enfants explorent et découvrent leur culture et leur communauté, ils éprouvent un sentiment d'appartenance et commencent à développer un sentiment d'empathie pour les autres.

Nous développons les capacités des enfants en leur donnant l'occasion d'apporter leur contribution à la classe, à la communauté et au milieu naturel. Les enfants apprennent qu'en tissant des liens et en prenant soin des autres, ils FONT une différence. Ces expériences engendrent un véritable sentiment d'accomplissement, de fierté et d'estime de soi. Créer une classe vivante c'est enseigner l'appartenance.

Shyrose Nurmohamed

Shyrose Nurmohamed
Rise and Shine Montessori
Richmond (Colombie-Britannique) 
Type d'établissement : Centre de la petite enfance pour enfants âgés de 30 mois à 5 ans


« Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la vie à elle-même.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés... »

– Khalil Gibran

Le poème de Khalil Gibran nous rappelle en quelques mots cette occasion unique qui nous est donnée à nous, les éducateurs – fournir aux enfants les outils dont ils ont besoin pour faire des choix qui les aideront à devenir des membres qui contribuent positivement à la société.

Mon travail auprès des enfants s'inspire des enseignements de nos grands maîtres actuels, Eckhart Tolle, Wayne Dyer, Don Miguel Ruiz et Gordon Neufeld, et de mes propres expériences, ayant vécu dans trois pays différents que sont l'Afrique, l'Angleterre et maintenant le Canada. Alors, comment entreprendre cette tâche monumentale qui consiste à habiliter nos enfants à atteindre la réussite tout au long de leur vie?

Au centre Montessori Rise and Shine, nous commençons par nous entretenir avec les parents pour évaluer la personnalité, le tempérament, les expériences et les besoins de l'enfant. Nous observons ensuite l'enfant afin de lui personnaliser un programme d'apprentissage et de lui fixer des objectifs qui favorisent l'acquisition de compétences pour la lecture, l'écriture et les mathématiques, en plus de bonnes connaissances générales incluant les sciences, les études sociales, la musique, l'art, le yoga, la méditation et d'habiletés de la vie quotidienne avant qu'il n'entre à la maternelle. Le défi consistera toujours à rendre le programme amusant et à trouver les éléments communs pour s'assurer qu'il puisse s'appliquer à tous les enfants, en plus de le présenter de manière à ce qu'il suscite l'amour de l'apprentissage et favorise l'établissement de liens avec les autres.

Comme les êtres humains ont besoin d'être aimés et de se sentir valorisés et que nous vivons dans une société qui a certaines attentes, nous devons également développer des mécanismes d'adaptation qui se fondent sur un comportement convenable. La meilleure façon d'y parvenir est de tenter d'entretenir la capacité de vivre le moment présent que possèdent déjà les enfants. Une fois adultes, nous avons tendance à faire ressurgir notre passé et à nous inquiéter de l'avenir, et perdons ainsi l'impulsion et la pleine conscience du moment présent.

Nous apprenons aux enfants à vivre leur vie avec intégrité. Il n'y a qu'une règle au centre Montessori Rise and Shine : le RESPECT… à l'égard de soi, de ceux qui nous entourent et de notre environnement. Comme l'affirme le chant de notre école : « nous sommes toujours gentils et aimables, nous sommes toujours attentionnés ». Les enfants sont encouragés à toujours donner le meilleur d'eux-mêmes. Le slogan de notre école est : « Sois toi-même, mais sois le meilleur de toi-même ». Le meilleur de soi est différent chaque jour. Le fait d'encourager les enfants à poser des questions et de les inciter à trouver les réponses grâce à leur propre curiosité naturelle favorise la créativité et l'expérimentation – des habiletés en résolution de problèmes essentielles toute la vie durant.

Enfin, nous enseignons aux enfants à réfléchir par amour. C'est essentiel pour bâtir la confiance et la cohésion. N'oublions pas que chaque enfant a une âme. Motivé par l'amour, chacun peut trouver la motivation et le courage d'aller de l'avant dans l'adversité et de célébrer les moments remarquables. Tout ce qui mérite d'être fait, mérite d'être bien fait! 

Angelique Sanders

Angelique Sanders
Ryerson University School of Early Childhood Studies Early Learning Centre
Toronto (Ontario) 
Type d'établissement : Centre de la petite enfance psychosocial pour enfants âgés de 1½ à 6 ans


« Notre classe est ouverte à toutes les langues. Conscients de l'importance des langues, nous appuyons et favorisons le bilinguisme. »

Chumak-Horbatsch (2012, p. 91)

Dans le cadre de mon travail avec de jeunes enfants (âgés de 4 mois à 6 ans), des familles et des éducateurs, j'interagis avec de nombreux immigrants au Canada qui utilisent leur langue dans leur vie de tous les jours. Je m'efforce de créer une classe inclusive pour tous, où mes collègues et moi-même établissons un milieu chaleureux et accueillant où chacun peut jouer et apprendre dans un cadre empreint de respect et d'attention mutuels. Nous aidons les familles à comprendre les besoins de leurs enfants sur les plans du langage et de la littéracie afin de les aider à se sentir inclus et appuyés dans nos classes de la petite enfance.

Étant moi-même immigrante au Canada et parlant le hollandais et l'anglais, je peux comprendre. Au début de ma carrière en éducation de la petite enfance, je parlais principalement en anglais, puis petit à petit je me suis mise à intégrer différentes langues dans l'enseignement en classe en commençant par ma langue d'origine, le hollandais. J'ai constaté que les enfants étaient fascinés lorsqu'ils étaient en contact avec une autre langue parlée ou signée ou qu'on leur racontait des histoires dans une langue différente. Nous avons commencé à nous amuser avec les langues en préconisant le multilinguisme.

Chaque jour, j'échange avec les enfants et les familles qui passent par notre centre et tente de les saluer dans la langue qu'ils parlent à la maison et en anglais. Je cherche constamment des façons d'intégrer différentes langues dans mon enseignement et des moyens amusants et créatifs d'inclure pendant la journée des activités dans les langues que les enfants parlent à la maison. Nous chantons, comptons, jouons avec les mots et lisons des histoires dans différentes langues, souvent avec la collaboration des familles des enfants.

J'ai toujours eu une curiosité pour les langues et grâce à une nouvelle méthode pédagogique adaptée aux spécificités linguistiques, Linguistically Appropriate Practice (LAP), je peux passer d'une approche monolingue à une approche multilingue. J'ai découvert en 2011 la méthode LAP par le biais d'une étude menée dans notre centre de la petite enfance psychosocial. Cette méthode présente non seulement un aperçu des besoins des jeunes enfants immigrants en matière linguistique et de littéracie, elle propose une nouvelle stratégie d'enseignement pour répondre à ces besoins au moyen d'une série d'activités linguistiques. Mes collègues et moi-même avons intégré plusieurs activités LAP dans nos classes et dans le centre.

Les enfants participent avec enthousiasme aux différentes activités LAP qui leur permettent d'apprendre de nouvelles façons de s'exprimer tout en s'amusant avec les langues. Tous les enfants « affirmeront leur identité linguistique, découvriront de nouveaux mondes et peut-être manifesteront-ils un intérêt pour l'apprentissage d'une nouvelle langue » (Chumak-Horbatsch, 2012, 100) en participant à des activités LAP. Ils démontrent un sentiment de confiance et de fierté lorsqu'ils partagent ou qu'ils entendent et voient leurs langues représentées dans leurs salles de classe. On entend souvent « c'est moi », « c'est ma langue » ou encore « mon père parle comme ça ». D'autres fois, c'est le sourire qui apparaît dans le visage d'un enfant lorsqu'une histoire est lue dans la langue parlée à la maison qui en dit long.

Notre centre et ma salle de classe célèbrent les langues, qu'il s'agisse de l'anglais, du français, du langage signé ou de toute autre langue parlée à la maison que les enfants, les familles, les éducateurs et les stagiaires apportent au centre et en classe. Notre arbre des langues parlées à la maison est un autre exemple d'activité qui célèbre chaque saison par l'ajout de feuilles portant le mot de la saison en cours dans chacune des langues parlées à la maison. Je suis enthousiaste à l'idée de poursuivre ce périple linguistique avec notre collectivité en vue de créer un milieu multilingue, multilittéracie et multiculturel.

Ressource :

Chumak-Horbatsch, R. (2012) Linguistically Appropriate Practice: A Guide for Working with Young Immigrant Children

Justin West

Justin West
Peter Green Hall Children's Centre
Halifax (Nouvelle-Écosse)
Type d'établissement : Centre de la petite enfance agréé à temps plein pour enfants âgés de 3½ à 5 ans

Un sentiment de peur et d'angoisse m'envahit. Jamais auparavant la demande d'un enfant n'avait causé une telle réaction. Cela aurait été pour la plupart une activité assez inoffensive — reproduire son dessin. Je peins de main de maître, les techniques mixtes sont un jeu d'enfant, mais le dessin a toujours été pour moi une source interminable de sacrifices imparfaits. Ayant été frustré la veille par une tâche semblable dans le cadre de ma maîtrise, j'avais l'impression que le monde entier s'amusait follement à mes dépens. Un simple arc-en-ciel dessiné par un enfant de quatre ans était sur le point de me faire la leçon sur le caractère flexible d'un curriculum émergent.

Au cours de mes nombreuses années en éducation de la petite enfance, j'ai pu constater les répercussions d'un curriculum émergent — les enfants participent parce que les leçons apprises sont rattachées à préférences et à leurs curiosités. De tels programmes habilitent les enfants en leur permettant de prendre les connaissances qu'ils ont déjà acquises et des utiliser pour les aider à en acquérir d'autres, en plus d'y inclure d'autres informations dont ils ne sont peut-être pas conscients. L'art se prête aisément à ces leçons — en voyant certains enfants de mon centre, le Peter Green Hall Children's Centre, peindre sur le dos sous une table, j'ai eu l'idée de leur parler de la Chapelle Sixtine et de Michel-Ange.

Les enfants aiment bien aller dans la communauté et s'entretenir avec des artistes locaux ou encore tisser des liens avec des étudiants en art de l'université locale où les enfants peuvent voir des œuvres en devenir, parler aux artistes, dont certains ont même accepté de venir travailler avec les enfants dans leur milieu pour favoriser la créativité, la compréhension et l'appréciation de l'art.

La résolution des problèmes et la pensée critique sont souvent des habiletés requises pour régler une question, mais le fait d'y être confronté directement peut s'avérer décourageant. Nous utilisons les compétences nécessaires pour décomposer la question en ses éléments les plus fondamentaux et les dessiner de manière à en comprendre le fonctionnement — le dessin devient alors un outil qu'ils pourront éventuellement utiliser dans leur trousse de résolution de problème.

J'associe particulièrement le curriculum émergent et l'art puisqu'ensemble ils favorisent l'instauration d'un langage non verbal que chacun peut utiliser pour exprimer des concepts et des émotions difficiles. Revenons au dessin de l'arc-en-ciel et de leçon que j'en ai tirée : quel que soit le dessin (lire la tâche), on peut le décomposer pièce par pièce — l'espacement entre les lignes, les courbes, les matériaux et la latitude nécessaire pour le réaliser. Intuitivement, la fillette savait ce qu'elle voulait : que son éducateur reproduise son arc-en-ciel sur du papier jaune avec une sélection de marqueurs. Nous avons travaillé ensemble, elle était en mesure de donner des instructions et j'ai appris que la confiance joue grandement dans la facilité avec laquelle une tâche peut être effectuée. Par conséquent, pour faire mon devoir, je devais avoir une plus grande latitude, des outils adéquats et beaucoup de confiance.

Enfin, l'apprentissage et l'enseignement sont étroitement liés. L'enfant et moi-même sommes parties prenantes d'une boucle de rétroaction qui propulse la connaissance, la compréhension et, dans mon centre, le langage artistique qui favorise l'autonomisation, la confiance, l'ouverture, le respect et la latitude pour essayer de nouvelles choses et explorer le vaste monde.

Ressources :

Vecchi, V. (2010). Art and Creativity in Reggio Emilia: Exploring the role and potential of ateliers in Early Childhood Education

Reynolds, P. (2004). Ish

Gemini, L., et Topal, C. (1999). Beautiful Stuff: Learning with found Materials

Date de modification :