Systèmes de mission et systèmes des plates-formes navales

L’équipement maritime lié aux plateformes de navire peut être classé en systèmes de mission (de combat) et en systèmes de plateforme. Les efforts se poursuivent en ce qui a trait au renouvellement de la flotte fédérale en vue de cerner les capacités canadiennes et la façon dont elles peuvent se traduire en capacités industrielles clés (CIC).

Systèmes de mission

Les systèmes de mission navale englobent les systèmes de combat sur un navire militaire (comme les frégates et les navires de patrouille). Ce sont les systèmes qui permettent au navire d’effectuer une mission spécifique. Veiller à ce que les fournisseurs de systèmes de mission soient présents au pays pour fournir un soutien à la flotte fédérale revêt une importance stratégique pour la sécurité et la souveraineté.

Les systèmes de mission peuvent comprendre : autonomie et véhicules télécommandés; systèmes de gestion de combat; conduite du tir; systèmes de communication; capteurs électro-optiques; systèmes de guerre électronique; systèmes de navigation; radar; sonar et armes.

Systèmes de plateforme

Les systèmes de plateforme, propulsion ou auxiliaire, sont des systèmes qui permettent à un navire de fonctionner comme un bateau. Un récent sondage d’ISDE mené auprès de fournisseurs canadiens de systèmes de plateforme maritimes adaptés à l’usage militaire révèle que 32 entreprises canadiennes proposent plus de 40 systèmes de plateforme, maritimes et militaires, modernes et concurrentiels. Près de 90 % de ces systèmes se trouvent sur des navires militaires canadiens. Ces entreprises semblent avoir une vocation exportatrice, étant donné qu’environ 70 % des systèmes repérés se trouvent sur des navires étrangers.

Les systèmes de propulsion des navires, les systèmes électriques et composantes connexes, les logiciels, les capteurs, les systèmes électroniques et de navigation, les systèmes et composantes de contrôle de l'équipement embarqués ainsi que les systèmes et composantes embarqués pour navires militaires ont totalisé 679,3 millions de dollars en ventes représentant 47,1% du total des ventes maritimes en 2014.

la description détaillée se trouve sous l'image
Description longue pour figure 3
TITLE ICI
Ventes maritimes — 2014 Sales
Véhicules maritimes sans pilote, véhicules submersibles avec pilote, et robotique maritime et composantes 1,8 %   30,8 M$
Logiciels, capteurs, systèmes électroniques, systèmes de navigation, et systèmes et composantes de contrôle de l'équipement embarqués 4,7 %   82,2 M$
Conception de navires, ingénierie et services professionnels connexes 5,6 %   99,0 M$
Systèmes de population de navires, systèmes électriques et composantes connexes 6,5 %   114,0 M$
Construction navale, coques de navire et composantes structurelles 7,1 %   124,5 M$
Sciences maritimes et technologies océaniques (autre matériel acoustique, radar, sonar, de communication, de relevé, de cartographie, d'imagerie et de géomatique, composantes et services connexes) 12,3 %   215,6 M$
Structures et composantes au large des côtes pour l'industrie pétrolière et gazière 13,5 %   236,8 M$
Réparations de navires et services d'entretien 20,5 %   360,2 M$
Autres produits et services maritimes commerciaux et civils ne correspondant à aucune des catégories ci-dessus 28,0 %   490,8 M$
Total Commercial et Civil 57 % 1 754, M$
Systèmes de simulation pour navires militaires 0,8 %   10,9 M$
Fabrication, structures et composants de navires militaires 21,5 %   289,4 M$
Systèmes (p, ex, systèmes de mission) et composantes embarqués pour navires militaires 35,9 %   483,1 M$
Entretien, réparations et révision de navires militaires 41,8 %   562,0 M$
Total Défense 43 % 1 345,5 M$
Source : Enquête sur les secteurs canadiens de la défense, de l’aérospatiale et de l’industrie marine commerciale et civile (2014), 2016

Soutien du gouvernement

La politique du gouvernement fédéral est un facteur clé dans le développement du secteur naval. Plus précisément, le processus d’approvisionnement en matière de défense comporte souvent des exigences à l’effet que le Canada puisse tirer profit d’avantages socio-économiques connexes, par le truchement de la politique des retombées industrielles et régionales et de la politique des retombées industrielles et technologiques. Ces politiques veillent à ce que les sommes dépensées aient une incidence sur les entreprises canadiennes en leur offrant des possibilités de vendre directement au Canada et des possibilités de développer leurs produits et de vendre, à des prix compétitifs, des produits novateurs à l’étranger.

Activités maritimes

Date de modification :