Construction navale, réparation, entretien et remise à niveau

L’industrie de la construction navale canadienne est capables de construire une grande variété de navires, ainsi que d’entreprises spécialisées dans la construction et dans la réparation de navires, dans la construction de plateformes pétrolières et gazières et dans la prestation d’équipement, de technologies et de services connexes. Le Canada possède de nombreux établissements pour la réparation, la remise à niveau et l’entretien des navires, une industrie située surtout dans les zones côtières.

Construction navale

L’industrie est forte et fière d’une longue histoire qui englobe tout, depuis les meilleures goélettes à voiles du 19e siècle jusqu’aux brise-glace modernes. Entre ces deux types de navires, un groupe de vaisseaux divers ont été conçus et construits dans notre pays pour les besoins de notre longue côte unique et son réseau de collectivités maritimes côtières.

L’industrie de la construction navale canadienne est composée de chantiers maritimes, situés en plusieurs endroits au Canada, capables de construire une grande variété de navires, ainsi que d’entreprises spécialisées dans la construction et dans la réparation de navires, dans la construction de plateformes pétrolières et gazières et dans la prestation d’équipement, de technologies et de services connexes.

An Anchor Handling Tug built by Irving Shipbuilding

Les chantiers maritimes canadiens ont construit des :

Cette industrie possède également de l’expérience de la conception et de la construction de navires militaires, de brise-glace et de navires de la Garde côtière complexes.

Les ventes liées à l’industrie navale commerciale et civile, aux coques de navires et aux composants structurels ainsi qu’à la construction navale, des structures et des composants s’établissaient à 413,9 M$, soit 28,8 % des ventes totales de l’industrie de la marine, en 2014.

la description détaillée se trouve sous l'image
Description longue pour figure 3
TITLE HERE
Ventes maritimes — 2014 Ventes
Véhicules maritimes sans pilote, véhicules submersibles avec pilote, et robotique maritime et composantes 1,8 %   30,8 M$
Logiciels, capteurs, systèmes électroniques, systèmes de navigation, et systèmes et composantes de contrôle de l'équipement embarqués 4,7 %   82,2 M$
Conception de navires, ingénierie et services professionnels connexes 5,6 %   99,0 M$
Systèmes de population de navires, systèmes électriques et composantes connexes 6,5 %   114,0 M$
Construction navale, coques de navire et composantes structurelles 7,1 %   124,5 M$
Sciences maritimes et technologies océaniques (autre matériel acoustique, radar, sonar, de communication, de relevé, de cartographie, d'imagerie et de géomatique, composantes et services connexes) 12,3 %   215,6 M$
Structures et composantes au large des côtes pour l'industrie pétrolière et gazière 13,5 %   236,8 M$
Réparations de navires et services d'entretien 20,5 %   360,2 M$
Autres produits et services maritimes commerciaux et civils ne correspondant à aucune des catégories ci-dessus 28,0 %   490,8 M$
Total Commercial et Civil 57 % 1 754, M$
Systèmes de simulation pour navires militaires 0,8 %   10,9 M$
Fabrication, structures et composants de navires militaires 21,5 %   289,4 M$
Systèmes (p, ex, systèmes de mission) et composantes embarqués pour navires militaires 35,9 %   483,1 M$
Entretien, réparations et révision de navires militaires 41,8 %   562,0 M$
Total Défense 43 % 1 345,5 M$
Source : Enquête sur les secteurs canadiens de la défense, de l’aérospatiale et de l’industrie marine commerciale et civile (2014), 2016

Excellence canadienne : Réussites

Embarcations rapides de patrouille et de sauvetage

Les chantiers maritimes canadiens réussissent très bien dans la conception et dans la construction d’embarcations rapides de patrouille et de sauvetage. Les bateaux à propulsion hydraulique conçus au Canada ont été sélectionnés par divers corps policiers, corps de pompiers, de gardes côtiers et des navires partout au monde, y compris les forces navales des É.-U. Les chantiers maritimes canadiens ont été reconnus pour leur expertise en ce domaine et se sont vu décerner plusieurs prix prestigieux de conception et de l’industrie pour l’excellence de la conception et de la construction.

Production de remorqueurs complexes

L’industrie canadienne de la construction navale a construit des remorqueurs manipulateurs d’ancres pour les environnements difficiles. Depuis les années 1990, les chantiers maritimes canadiens ont obtenu de grands contrats internationaux, sans recours à des subventions, notamment pour des projets de l’Autorité du canal de Panama, diverses entreprises internationales et plusieurs gouvernements à travers le monde, et des vaisseaux naviguent actuellement en plusieurs endroits, y compris dans la Mer du Nord et dans le golfe du Mexique.

Navires de pêche, yachts de plaisance et catamarans à la fine pointe du progrès

Les chantiers maritimes canadiens construisent des navires de pêche, des yachts de plaisance et des catamarans à la fine pointe du progrès. Combinant les anciennes techniques et les toutes dernières tendances et technologies, l’industrie canadienne s’est ménagée une solide niche et s’est vu attribuer des prix ce faisant.

Réparation, remise à niveau et entretien

Cruise ship repair services at the Esquimalt Graving Dock

Le Canada possède de nombreux établissements pour la réparation, la remise à niveau et l’entretien des navires, une industrie située surtout dans les zones côtières. L’industrie comprend des entreprises qui exploitent principalement des installations d’entretien dotées d’une infrastructure de cale sèche et d’équipement de fabrication pertinent pour la construction des navires, leur réparation, leur conversion ou leur modification, et pour la production de composants et la prestation de services spécialisés.

Même si le maintien d’une capacité nationale de réparation de navires est essentiel pour soutenir la flotte fédérale, cette industrie est aussi cruciale pour l’exécution sans heurt de l’activité navale commerciale dans les eaux côtières canadiennes.

Cette industrie tire une partie importante de ses recettes de la Marine royale canadienne (MRC), alors que le ministère de la Défense comptait en 2014 pour 61 % des ventes annuelles, comparativement à 39 % pour les clients civils et commerciaux (y compris la Garde côtière canadienne). Parmi les clients commerciaux, mentionnons les exploitants de traversiers, les navires de pêche commerciaux, les paquebots de croisière, les navires de charge et les bateaux pour l’industrie du pétrole et du gaz extracôtiers.

Les ventes du secteur de la réparation, de l’entretien et de la remise à niveau des navires s’établissaient en tout à 922,2 M$ en 2014

la description détaillée se trouve sous l'image
Description longue pour figure 3
TITLE HERE
      Ventes
Véhicules maritimes sans pilote, véhicules submersibles avec pilote, et robotique maritime et composantes 1,8 %   30,8 M$
Logiciels, capteurs, systèmes électroniques, systèmes de navigation, et systèmes et composantes de contrôle de l'équipement embarqués 4,7 %   82,2 M$
Conception de navires, ingénierie et services professionnels connexes 5,6 %   99,0 M$
Systèmes de population de navires, systèmes électriques et composantes connexes 6,5 %   114,0 M$
Construction navale, coques de navire et composantes structurelles 7,1 %   124,5 M$
Sciences maritimes et technologies océaniques (autre matériel acoustique, radar, sonar, de communication, de relevé, de cartographie, d'imagerie et de géomatique, composantes et services connexes) 12,3 %   215,6 M$
Structures et composantes au large des côtes pour l'industrie pétrolière et gazière 13,5 %   236,8 M$
Réparations de navires et services d'entretien 20,5 %   360,2 M$
Autres produits et services maritimes commerciaux et civils ne correspondant à aucune des catégories ci-dessus 28,0 %   490,8 M$
Total Commercial et Civil 57 % 1 754, M$
Systèmes de simulation pour navires militaires 0,8 %   10,9 M$
Fabrication, structures et composants de navires militaires 21,5 %   289,4 M$
Systèmes (p, ex, systèmes de mission) et composantes embarqués pour navires militaires 35,9 %   483,1 M$
Entretien, réparations et révision de navires militaires 41,8 %   562,0 M$
Total Défense 43 % 1 345,5 M$
Source : Enquête sur les secteurs canadiens de la défense, de l’aérospatiale et de l’industrie marine commerciale et civile (2014), 2016

Cale sèche

Même si certaines activités dans ce secteur ne nécessitent pas une telle infrastructure, elle est essentielle pour les travaux d’entretien ainsi que les activités complexes de réparation ou de remise à niveau des grands bâtiments.

Le Canada possède aussi la plus grande cale sèche commerciale sur la côte Ouest des Amériques, la Cale sèche d'Esquimalt, propriété de Services publics et Approvisionnement Canada. Ces installations peuvent être louées par des entreprises commerciales de réparation de navires et satisfaire aux besoins pour une vaste gamme de navires commerciaux, y compris les paquebots de croisière, les navires-citernes et les porte-conteneurs.

Évolution du secteur : Soutien en service (SES)

De manière générale, le SES concerne le soutien après l’acquisition d’une flotte déterminée qui peut être confié à un seul entrepreneur ou donner lieu à des appels d’offres distincts. Un programme de SES vise l’apport d’un soutien à long terme, souvent pendant 20 ans ou plus, ce qui représente un coût général plus élevé que le coût initial d’acquisition de la flotte. Bien que le SES soit un concept exhaustif qui comprend (sans s’y limiter) la formation, la gestion de programme, les services organisationnels et l’ingénierie, la réparation, la remise à niveau et l’entretien des navires constituent un aspect clé de ce concept.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a adjugé des contrats pour fournir le SES pour des petits navires de guerre et des navires auxiliaires tels que les sous-marins de la classe Victoria. Les flottes futures fournies à la MRC dans le cadre de la Stratégie nationale en matière de construction navale suivront aussi ce modèle :

Appui du gouvernement fédéral

Dans le cadre de ’élément de « l’achat au Canada » Cadre stratégique pour le secteur canadien de la construction navale et maritime industrielle (politique de «l’achat au Canada») d’ISDE, le gouvernement fédéral s’est engagé à « continuer d’acheter, de réparer et de remettre à niveau ses navires au pays, selon les besoins opérationnels et en veillant au maintien d’un marché intérieur concurrentiel » . Par conséquent, la réparation, la remise à niveau et l’entretien des navires de la flotte fédérale ne sont confiés qu’à des entreprises canadiennes.

Services publics et Approvisionnement Canada est doté d’une politique de construction de navires, de réparation, de radoub et de modernisation qui concrétise la politique d’ISDE et restreint encore davantage les stratégies de sélection des fournisseurs sur une base régionale.

Consultez la page sur nos programmes et initiatives pour vous renseigner sur la façon dont les programmes peuvent vous aider à appuyer votre entreprise.

Associations de l’industrie

Association de la construction navale du Canada (ACNC) -l’ACNC fait valoir l’intérêt de l’industrie de la construction et de la réparation de navires et de l’industrie maritime industrielle. (anglais seulement)

Association of British Columbia Marine Industries – cette association travaille pour renforcer le secteur de la marine industrielle en Colombie-Britannique. Elle crée un environnement positif où l’industrie peut prospérer et les travailleurs croître. (anglais seulement)

Association des industries canadiennes de défense et de sécurité – c’est la voix nationale de plus de 1 000 entreprises membres œuvrant dans le secteur industriel de la défense et de la sécurité. (anglais seulement)

Activités maritimes

Date de modification :