RPR-9 — Règles et procédures de demande relatives aux entreprises de service de radiodiffusion audionumérique par satellite (S-DARS) à émission de Terre

3e édition
Affiché le 22 février 2016

Préface

Par la présente, nous publions la 3e édition des RPR-9.

Voici les modifications qui ont été apportées :

  1. Le Système géodésique mondial 1984 (WGS84) constitue la nouvelle norme en matière de coordonnées géographiques.
  2. Un nouveau format des fichiers de diagramme d’antenne.
  3. La mise hors service du site Web Géospectre forcera les requérants à consulter directement le site de Statistique Canada s’ils souhaitent obtenir des renseignements sur les régions urbaines et rurales du Canada.
  4. Diverses mises à jour, y compris des modifications rédactionnelles.

Il faut savoir que les demandes de service de radiodiffusion audionumérique par satellite (S-DARS) à émission de Terre ne restent recevables que par courriel ou sur papier.

Publication autorisée par le ministre d'Innovation, Sciences et Développement économique.

Directeur Général
Direction générale du génie,
de la planification et des normes

space to insert signature
Daniel Duguay

Directeur général
Direction générale des opérations
de la gestion du spectre

space to insert signature
Peter Hill


1. Généralités

1.1 Disposition sur le spectre

Depuis la Conférence administrative mondiale des radiocommunications de l’Union internationale des télécommunications (UIT) en 1992, par l’adoption du renvoi national, quelques pays, dont les États-Unis, ont attribué la bande de 2 310 à 2 360 MHz au service de radiodiffusion par satellite et au service de radiodiffusion de Terre complémentaire, à titre primaire. De plus, les États-Unis se sont assurés de désigner la bande de 2 320 à 2 345 MHz pour l’implantation de deux services de radiodiffusion audionumérique par satellite (S-DARS), y compris l’installation d’émetteurs S-DARS de Terre dans les zones urbaines afin d’augmenter la couverture de radiodiffusion par satellite.

Grâce à ses politiques d’utilisation du spectre, Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) a libéré la bande de 2 320 à 2 345 MHz pour permettre à des services similaires de radiodiffusion par satellite du Canada de l’exploiter en utilisant les satellites étatsuniens. Subséquemment, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a délivré des licences de radiodiffusion à la Canadian Satellite Radio Inc. (CSR) et à SIRIUS Canada, et le gouvernement a modifié ses politiques d’utilisation de satellite afin de permettre aux titulaires de licences d’utiliser les installations satellites S-DARS étatsuniennes de XM Radio et de SIRIUS Radio respectivement, pour assurer par satellite des services de radio numérique par abonnement au Canada. En 2011, après la fusion aux États-Unis de XM Radio et de SIRIUS Radio, le CRTC a approuvé la demande de fusion de CSR et de SIRIUS Canada; elles ont formé SiriusXM Canada inc.

Il est à noter que les bandes (de 2 305 à 2 320 MHz et de 2 345 à 2 360 MHz), adjacentes à celles du S-DARS, servent aux demandes de licences de services de communications sans fil (SCSF) par ondes radio selon les attributions des services fixe et mobile et qu’elles ont été assignées par mises aux enchères à divers titulaires. L’utilisation de ces bandes pour les SCSF est régie par le Plan normalisé de réseaux hertziens (PNRH-516), Prescriptions techniques relatives au service de communications sans fil exploité dans les bandes 2 305-2 320 MHz et 2 345-2 360 MHz d’ISDE. Ce plan prévoit notamment des dispositions pour gérer le brouillage potentiel entre émissions hors bande des services SCSF et S-DARS.

1.2  Coordination bilatérale avec les États-Unis (S-DARS à S-DARS)

Considérant que les entreprises canadiennes de radiodiffusion numérique par satellite par abonnement sont associées avec des partenaires étatsuniens par des ententes commerciales et qu’une étroite coordination du spectre pour les émetteurs S-DARS de Terre devrait être assurée entre les titulaires canadiens et étatsuniens, la coordination bilatérale entre le Canada et les États-Unis n’est pas nécessaire. La figure 1 ci-dessous décrit les sous-bandes de fréquences qui seront exploitées par les satellites et les émetteurs S-DARS de Terre de SiriusXM Canada inc.

Figure 1: Utilisation des bandes de fréquences par les satellites et les stations de Terre
Utilisation des bandes de fréquences par les satellites et les stations de Terre (la description détaillée se trouve sous l'image)
Description de la figure 1

La figure 1 donne l'utilisation du spectre de la bande de fréquences de 2 320 à 2 345 MHz. Les fréquences dans les bandes adjacentes, inférieures à 2 320 MHz et supérieures à 2 345 MHz sont attribuées aux services de communication sans fil (SCSF). La gamme de fréquence de 2 320 MHz à 2 345 MHz est attribuée à titre primaire conjoint aux titulaires de licence exploitant le service fixe et aux systèmes de service de radiodiffusion audionumérique par satellite (S-DARS). Voici les assignations des fréquences S-DARS :

  • La gamme de fréquences de 2 320 à 2 332,5 MHz est attribuée à Sirius.
  • La gamme de fréquences de 2 332,5 à 2 345 MHz est attribuée à la XM.
  • Les gammes de fréquences de 2 324,3 à 2 328,3 MHz et de 2 336,2 à 2 341,3 MHz sont réservées pour les émetteurs terrestres de Sirius et de XM respectivement.

1.3 Coordination à l’intérieur du Canada

Puisque la bande de 2 320 à 2 345 MHz est co-attribuée au service fixe, les titulaires canadiens de licences de radiodiffusion par satellite devraient en venir à une entente mutuellement acceptable avec les titulaires de licences pour le service fixe actuelNote 1 des stations fixes qui sont à moins de 150 km de tout émetteur S-DARS terrestre. De plus, étant donné les opérations SCSF dans les bandes adjacentes à celles des services de radiodiffusion par satellite, les titulaires de licences de radiodiffusion par satellite devront coopérer ou, dans certains cas, en venir à une entente avec les exploitants des SCSF selon l’emplacement des émetteurs S-DARS de TerreNote 2. Les sections 3.5 et 3.6 décrivent les exigences pertinentes.

1.4 Rayonnements hors bande

Les rayonnements hors bande de l’émetteur S-DARS de Terre devront être au plus de -75 dBW mesurée en fonction d’une largeur de bande de résolution de 1 MHz, par rapport à une antenne isotrope. La limite s’applique à toutes les bandes qui se trouvent à l’extérieur de la bande de fréquence occupée par les composants de Terre et de satellite du service S-DARS.

2. S-DARS de Terre – généralités

2.1 Définitions

Puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.) : la puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.) est le produit de la puissance de sortie de l'émetteur, du rendement de la ligne de transmission (et du combineur) et du gain en puissance maximal de l'antenne par rapport à une antenne isotrope.

Puissance apparente rayonnée (p.a.r.) : la puissance apparente rayonnée (p.a.r.) est le produit de la puissance de sortie de l'émetteur, du rendement de la ligne de transmission (et du combineur) et du gain en puissance maximal de l'antenne par rapport à un dipôle.

p.i.r.e. = p.a.r. + 2,15 dB exprimée en dBW
p.i.r.e. = p.a.r. × 1,64 exprimé en W

Zone urbaine ou non urbaine : en date de 2011, Statistique Canada définit ainsi un centre de population : région réunissant au moins 1 000 personnes et dont la densité de population est d’au moins 400 par kilomètre carré. Les petits centres de population comptent entre 1 000 et 29 999 personnes, les moyens, entre 30 000 et 99 999 personnes, et les grands, plus de 100 000. Toute région à l’extérieur des centres de population est jugée rurale.

On peut télécharger les fichiers MapInfo des limites des centres de population à partir du site Web de Statistique Canada : http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2011/geo/bound-limit/bound-limit-2011-fra.cfm.

2.2 Puissance d'exploitation maximale admissible

La puissance d'exploitation maximale admissible est de 12,5 kW (p.i.r.e.). Il s'agit de la valeur maximale de rayonnement mesurée dans le plan et dans la direction du rayonnement maximal d'une antenne directive.

3. Demandes visant des émetteurs S-DARS de Terre

3.1 Exigences relatives aux demandes

Il faut présenter une demande pour :

  1. construire un nouvel émetteur ou une nouvelle installation S-DARS de Terre;
  2. apporter à un émetteur S-DARS de Terre existant une modification qui en change la zone de couverture, notamment pour y ajouter un ou des émetteurs, pour en modifier la p.i.r.e. ou pour modifier la hauteur ou le diagramme de gain de son antenne ou son emplacement.

Le tableau 1 qui se trouve à la section 3.8 récapitule ces exigences afférentes.

On peut obtenir tous les formulaires requis du site Web de la Gestion du spectre et télécommunications à l’adresse http://www.ic.gc.ca/eic/site/smt-gst.nsf/fra/h_sf01700.html.

3.1.1 Exigences relatives aux demandes par courriel

Pour envoyer au Ministère une demande par courriel, les requérants devront se servir de l’adresse IC.broadcasting-radiodiffusion.IC@canada.ca.

Les documents qui suivent doivent accompagner les demandes :

Il incombe aux requérants de s’assurer que les documents présentés par voie électronique comportent les signatures nécessaires.

Le Ministère se réserve le droit de demander une attestation signée pour vérifier l’authenticité d’une demande et de mettre le traitement de la demande en suspens jusqu’à la réception d’une attestation satisfaisante.

3.1.2 Exigences relatives aux demandes sur papier

Si les demandes sont adressées sur papier, le requérant devra fournir une version imprimée et signée du formulaire et de tous les autres documents décrits ci-dessus.

3.1.3 Exigences relatives le choix du site

Tous les bâtis d’antenne, nouveaux ou modifiés, qu’ils soient de faible puissance ou de puissance ordinaire, doivent être conformes aux exigences en vigueur de la Circulaire des procédures concernant les clients, CPC-2-0-03, Systèmes d’antennes de radiocommunications et de radiodiffusion et de la section 2 des RPR-1. Outre les exigences à satisfaire en matière de partage des emplacements, de consultation sur l’utilisation du sol et de consultation publique, les requérants doivent s’acquitter d’importantes obligations, y compris la conformité aux lignes directrices du Code de sécurité 6 de Santé Canada pour la protection du grand public, la conformité aux critères d’immunité aux radiofréquences, la notification des exploitations de stations de radiodiffusion situées à proximité, les considérations environnementales et les responsabilités de Transports Canada/NAV CANADA en matière de sécurité aéronautique.

3.2 Mémoire technique

Le mémoire technique devra être présenté selon l'ordre indiqué ci-dessous, p. ex., aux sections 3.2.1 à 3.2.7, pour simplifier le traitement de la demande effectué par ISDE. Le système d'unités métriques (Système international) devra être utilisé dans l'ensemble du mémoire.

3.2.1 Page titre

La page titre devra comprendre le titre de la demande, le numéro de projet ou de référence, la date de présentation de la demande, le nom et l'adresse du requérant ainsi que le nom de l'ingénieur-conseil en radiodiffusion.

3.2.2 Table des matières

La table des matières devra comprendre les sections du mémoire avec la numérotation des pages respectives.

3.2.3 Sommaire

Un sommaire conforme à l'annexe A du présent document devra être rédigé pour chaque emplacement envisagé pour un émetteur et pour chaque antenne sur cet emplacement. Noter que les coordonnées de l'emplacement d'une antenne doivent être fournies au centième de seconde près selon le système WGS84.

3.2.4 Section principale

La section principale du mémoire devra comprendre les éléments suivants :

  • une introduction dans laquelle un énoncé général traite du but du mémoire ;
  • des sources de renseignements utilisées pour la préparation du mémoire ;
  • la marque, le type et la puissance de sortie de l'émetteur ;
  • une description du système d'antenne.

La description du système d’antenne devra comprendre le nom du fabricant, le type, le nombre de sections, le cas échéant, le gain en puissance et les diagrammes de rayonnement horizontal et vertical et la polarisation.

Nota : seule la polarisation verticale sera permise.

3.2.5 Schémas

Il faudra inclure dans le mémoire technique un diagramme d'élévation de chaque bâti et de chaque antenne émettrice, semblable à celui de la figure A1 de l’annexe A, et un schéma fonctionnel des principaux éléments du système d'émission.

3.2.6 Diagrammes de rayonnement

Pour chaque antenne, le requérant devra fournir les données relatives aux diagrammes de rayonnement horizontal et vertical. Vous trouverez plus de détails à l’annexe B.

Si une installation comprend plus d'une antenne, il faudra présenter un diagramme composite de toutes les antennes.

La valeur de l’inclinaison du faisceau devra être indiquée en degrés au-dessous (positifs) ou au-dessus (négatifs) du plan horizontal.

3.2.7 Cartes

Dans le cas d'une p.i.r.e. supérieure à 50 W, le requérant devra fournir une carte sur laquelle sera indiqué l'emplacement projeté pour chaque antenne avec ses coordonnées géographiques (latitude et longitude) ainsi que le contour de service proposé.

3.3 Analyse de l’exposition aux rayonnements RF, consultations sur l’utilisation du sol et consultations publiques, immunité contre le brouillage, évaluation des conditions environnementales et enjeux de sécurité de Transports Canada/NAV CANADA

Les exigences à ces égards sont établies aux sections 3.1.3 et 3.7 du présent document.

3.4 Procédures d’essai en ondes

Nota : les procédures ne s’appliquent qu’aux installations S-DARS de Terre dont la p.i.r.e. est supérieure à 50 W.

Il faudra suivre les procédures décrites à la section 1.4 des RPR-1.

3.5 Services de communications sans fil (SCSF)

Nota : la présente section ne s’applique qu’aux installations S-DARS de Terre dont la p.i.r.e. est supérieure à 50 W.

Les exploitants de SCSF titulaires de licences dans les bandes de 2 305 à 2 320 MHz et de 2 345 à 2 360 MHz sont susceptibles de subir du brouillage des titulaires S-DARS ou de leur en causer. Le document PNRH-516 énonce les exigences visant les titulaires SCSF au sujet du partage de renseignements avec les titulaires S-DARS sur l’emplacement et le fonctionnement des stations de base et fixes, sauf les stations fixes d’abonné.

La présente section énonce les exigences visant les titulaires S-DARS au sujet du partage de renseignements avec les titulaires SCSF sur l’emplacement et le fonctionnement des émetteurs S-DARS de Terre.

Les émetteurs S-DARS de Terre qui seront mis en œuvre dans le but d’agrandir la couverture satellite dans les zones urbaines et qui respectent les exigences de la certification technique devront être mis en place en collaboration avec les exploitants de SCSF titulaires de licences dans la zone urbaine afin que les deux services coexistent le mieux possible. Si le SCSF titulaire d’une licence n’exploite pas la zone, les renseignements sur les emplacements des S-DARS de Terre actuels et futurs devront être envoyés aux titulaires de licences SCSF dans les meilleurs délais afin de faciliter les plans actuels et à long terme des titulaires de licences des services SCSF et S-DARS.

Dans le cas des émetteurs S-DARS de Terre qui présentent une p.i.r.e. supérieure à 50 W (17 dBW) et qui sont situés à l’extérieur des centres urbains ou qui servent à améliorer la couverture à l’extérieur de ces centres urbains, le titulaire de licences S-DARS cherchera à conclure un arrangement avec le ou les exploitants titulaires d'une licence SCSF pour la même zone de couverture de l’émetteur terrestre S-DARS de Terre. Une attestation écrite d'un tel arrangement devra être envoyée au Ministère. Sur demande, ce dernier fournira une liste des exploitants SCSF existants pour la même zone de couverture.

Les titulaires de licences respectifs doivent collaborer pour conclure des accords appropriés avant la mise en œuvre des installations. On s’attend à ce que de telles ententes soient conclues dans un délai d’au plus 30 jours civils. Dans le cas où les titulaires de licences ne pourraient pas conclure une entente mutuellement acceptable, un des deux titulaires peut alors demander au Ministère de faciliter le règlement de la situation.

3.6 Coordination avec les services fixes

Les exploitants d'émetteurs S-DARS de Terre sont censés conclure une entente mutuellement acceptable avec les exploitants de services fixes existants dans un rayon de 150 km pour chaque émetteur S-DARS de Terre, dont la largeur de bande chevauche une portion de la bande du S-DARS de Terre. Une attestation écrite d'un tel arrangement devra être envoyée au Ministère. Les titulaires de licences respectifs doivent collaborer pour conclure des accords appropriés avant la mise en œuvre des installations. Dans le cas où les titulaires de licences ne parviennent pas à conclure une entente mutuellement acceptable dans un délai d’au plus 30 jours civils à partir de la date du contrat initial, un des deux titulaires peut alors demander au Ministère de faciliter le règlement de la situation.

3.7 Brouillage RF et immunité des installations et du matériel

3.7.1 Exigences

On s’attend à ce que les récepteurs de radiodiffusion et le matériel connexe, de même que le matériel autre que radio (dispositifs radiosensibles), fonctionnent comme il le faut à des intensités de champ inférieures à celles qui sont indiquées dans l’Avis sur la compatibilité électromagnétique ACEM-2, Critères applicables à la résolution de plaintes reliées à l'immunité des appareils et mettant en jeu les émissions fondamentales d'émetteurs de radiocommunications. Le Ministère se sert de l’ACEM-2 pour en arriver à des conclusions au sujet de cas de brouillage ou de manque d’immunité.

3.7.2 Résolution des problèmes

Les radiodiffuseurs remédieront aux cas valides de brouillage lié au manque d'immunité des récepteurs (voir la section 3.7.4).

Les lignes directrices sur la résolution des problèmes de brouillage dans le cas du matériel radiosensible sont données dans la Circulaire des procédures concernant les clients CPC-3-14-01, intitulée Détermination du brouillage préjudiciable à l’égard du matériel radiosensible. La CPC-3-14-01 peut aussi servir de guide pour la résolution du brouillage lié au manque d'immunité des récepteurs de radiodiffusion et du matériel connexe.

3.7.3 Méthode de calcul des contours d'intensité de champ élevée

Pour déterminer les contours d'intensité de champ élevée, la p.a.r. doit être basée sur le diagramme approprié de rayonnement dans le plan vertical de l'antenne pour l'azimut en question.

Pour les distances inférieures à 1,5 km de l'emplacement de l'antenne émettrice, l'intensité de champ sera déterminée à l’aide de la formule de propagation en espace libre suivante :

F = 137 + 10 log (p.a.r.) − 20 log (d)

où :

  • F : intensité de champ exprimée en dBµV/m (dB au-dessus de 1 microvolt par mètre);
  • p.a.r. : puissance apparente rayonnée en watts à l'angle de dépression pertinent;
  • d : distance oblique (en mètres) entre le centre de rayonnement de l'antenne et l'emplacement de réception.

3.7.4 Plaintes qu'ISDE juge non valables

Voici la liste des plaintes qui ne sont pas considérées comme valables par le Ministère et pour lesquelles l'exploitant d'un émetteur S-DARS de Terre n’est pas tenu de prendre des mesures correctives :

  • plainte portant sur le brouillage causé par la surcharge de récepteurs de radiodiffusion et d'un matériel connexe à l'intérieur d'une zone où l'intensité mesurée du champ n'excède pas 125 dBµV/m;
  • plainte portant sur le brouillage causé par la surcharge d'un matériel radiosensible à l'intérieur d'une zone où l'intensité mesurée du champ n'excède pas 130 dBµV/m;
  • toute autre plainte que le Ministère ne considère pas valable.

3.8 Tableau récapitulatif des exigences relatives aux demandes

Le tableau 1 présente une liste des éléments que le requérant doit vérifier. Ces éléments peuvent se rapporter aux renseignements et à l'analyse à produire, à la coordination à effectuer avec d'autres utilisateurs du spectre et à la consultation à faire auprès d'autorités municipales.

La mention oui indique les éléments dont le requérant est responsable.
La mention non indique les éléments dont le requérant n’est pas responsable.

Tableau 1 - Caractéristiques des émetteurs S-DARS de Terre
  p.i.r.e. de 50 W ou moins p.i.r.e. supérieure à 50 W
Pylône existant non modifié Pylône nouveau ou modifié Pylône existant non modifié Pylône nouveau ou modifié
Paramètres de l'émetteur et de l'antenne oui oui oui oui
Coordonnées géographiques oui oui oui oui
Coordination avec les SCSF non non oui* oui*
Coordination avec les services fixes oui oui oui oui
Analyse d'exposition à l'énergie radioélectrique oui oui oui oui
Analyse ACEM-2 voir la section 3.7
Consultation auprès d'autorités municipales, de celles responsables de l’utilisation du sol, exposition à des champs électromagnétiques, etc. voir les sections 3.1.3 et 3.3

Annexe A - Sommaire

REQUÉRANT : space to insert text

No DE COMPTE : space to insert text

Émetteur terrestre S-DARS : NOUVEAU MODIFIÉ

EMPLACEMENT PRINCIPAL DU SERVICE (ville et province) : space to insert text

DÉTAILS DE L’EMPLACEMENT :
Adresse ou nom de l’emplacement space to insert text
Ville space to insert text
Province ou territoirespace to insert text

COORDINÉES DE L'EMPLACEMENT (système WGS84)

LAT. N. space to insert text ° space to insert text ' space to insert text.space to insert text" (secondes : 2 décimales)

LONG. O. space to insert text ° space to insert text ' space to insert text.space to insert text" (secondes : 2 décimales)

TYPE D'ANTENNE - DIRECTIVE ÉQUIDIRECTIVE

PLAGE DE FRÉQUENCES : space to insert text

p.i.r.e.: space to insert text W (polarisation verticale) à une       INCLINAISON DE FAISCEAU DE space to insert text degrés sous le plan horizontal

GAIN MAXIMUM DE L'ANTENNE : space to insert text dBi     AZIMUT de l’AXE DE VISÉE : space to insert text degrés

RCAG : space to insert text mètres (centre de rayonnement au-dessus du niveau du sol)

OTAG : space to insert text mètres (hauteur des pylônes au-dessus du niveau du sol)

RCAMSL : space to insert text mètres (centre de rayonnement au-dessus du niveau moyen de la mer)

NIVEAU DU SOL : space to insert text mètres (élévation du terrain au-dessus du niveau moyen de la mer)

Figure A1 - Diagramme d'élévation d'un pylône et d'une antenne émettrice types
Diagramme d'élévation d'un pylône et d'une antenne émettrice types (la description détaillée se trouve sous l'image)
Description de la figure A1

La figure A1 de l’annexe A est un exemple du diagramme en élévation d'un pylône et d'une antenne émettrice types. Le pylône est représenté par un poteau vertical auquel est attachée une petite structure verticale qui représente l’antenne. Le niveau du sol est représenté par une ligne horizontale qui passe à la base du pylône. L’élévation moyenne du terrain est représentée par une ligne horizontale qui passe légèrement au dessous du niveau du sol. Le niveau moyen de la mer est représenté par une ligne horizontale, tout en bas du graphique, en dessous de l’élévation moyenne du terrain. Une ligne horizontale partant du centre vertical de l’antenne est étiquetée comme étant le centre de rayonnement.

Une flèche bidirectionnelle, qui relie le sommet du pylône à la ligne du niveau du sol, est étiquetée comme étant d’une hauteur de 300 mètres. Plus bas, une autre flèche bidirectionnelle, qui relie la ligne de l’élévation moyenne du terrain à la ligne du niveau moyen de la mer; est étiquetée comme étant d’une hauteur de 190 mètres.

Il y a aussi une flèche bidirectionnelle, qui relie la ligne du niveau du sol à la ligne du niveau moyen de la mer; elle est étiquetée comme étant d’une hauteur de 211 mètres.

Puis, l’espace entre le sommet du pylône et le sommet de l’antenne est entouré de deux flèches et est étiqueté comme étant d’une hauteur de 5 mètres. Juste en dessous, il y a une flèche bidirectionnelle entre le sommet et le bas de l’antenne étiquetée comme étant d’une hauteur de 35 mètres.

Ensuite, une flèche bidirectionnelle,relie le centre de rayonnement de l’antenne et la ligne du niveau du sol; elle est étiquetée comme étant d’une hauteur de 277,5 mètres.

De plus, une flèche bidirectionnelle relie le centre de rayonnement de l’antenne et la ligne d’élévation moyenne du terrain; elle est étiquetée comme étant d’une hauteur de 298 mètres.

Finalement, une flèche bidirectionnelle relie le centre de rayonnement de l’antenne et la ligne du niveau moyen de la mer; elle est étiquetée comme étant d’une hauteur de 488,5 mètres.


Annexe B - Données relatives aux diagrammes de rayonnement d'une antenne

Établissement des diagrammes de rayonnement d’une antenne

Pour les diagrammes dans les plans horizontal et vertical, les données seront prises par rapport au gain maximal (axe de visée = 0°). Pour les diagrammes dans les plans horizontal et vertical, un nombre suffisant de points devront être relevés pour obtenir une précision de ±0,5 dB dans le faisceau principal de l'antenne (dans l'intervalle de 0 à -10 dB par rapport au gain maximal), et une précision de 1 dB dans toutes les autres directions.

Il faut créer pour chaque diagramme d’antenne composite un fichier texte conforme aux critères de l’annexe E des RPR-1.

Notes de bas de page

Note 1

Depuis 2001, ISDE a maintenu un moratoire sur la délivrance de licences de tout nouveau système fixe dans la bande de fréquences de 2 320 à 2 345 MHz. Voir l’avis de la Gazette du Canada DGTP-003-01, Révisions à la politique d’utilisation du spectre pour les services exploités dans la gamme de fréquences 2285-2483,5 MHz.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note 2

Voir les PNRH-516 d’ISDE.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

  • RSS
  • Partager
Date de modification :