RPR-3 — Règles et procédures de demande relatives aux entreprises de radiodiffusion FM

Annexe A — Courbes F(50,50) et courbes F(50,10)

Aux fins de l'estimation de l'intensité de champ, si on utilise les courbes de propagation dans la présente annexe, toute valeur de HASM supérieure à 1 600 m sera entrée comme étant à 1 600 m.

Figure A1 — Estimation de l'intensité de champ dépassé à 50 % des emplacements récepteurs possibles, pour au moins 50 % du temps, pour une hauteur d'antenne réceptrice de 9,1 m

Figure A1 — Estimation de l'intensité de champ dépassé à 50 % des emplacements récepteurs possibles, pour au moins 50 % du temps, pour une hauteur d'antenne réceptrice de 9,1 m (la description détaillée se trouve sous l'image)

Figure A2 — Estimation de l'intensité de champ dépassé à 50 % des emplacements récepteurs possibles, pour au moins 10 % du temps, pour une hauteur d'antenne réceptrice de 9,1 m

Figure A2 — Estimation de l'intensité de champ dépassé à 50 % des emplacements récepteurs possibles, pour au moins 10 % du temps, pour une hauteur d'antenne réceptrice de 9,1 m (la description détaillée se trouve sous l'image)

Annexe B — Sommaire

Requérant : Champ de saisie de la signature
Numéro de compte : Champ de saisie de la signature

Station : nouvelle Champ de saisie de la signature modifiée Champ de saisie de la signature

Emplacement du service principal (y compris la province) : Champ de saisie de la signature
Indicatif de la station : Champ de saisie de la signature
Station d'origine (en cas de rediffusion) : Champ de saisie de la signature

Numéro de canal : Champ de saisie de la signature
Fréquence: Champ de saisie de la signature MHz
Classe de la station : Champ de saisie de la signature

Détails de l'emplacement :
Adresse et nom de l'emplacement : Champ de saisie de la signature
Ville : Champ de saisie de la signature
Province ou territoire : Champ de saisie de la signature

Coordonnées de l'antenne (WGS84) : 
Lat. N. Champ de saisie de la signature °Champ de saisie de la signature 'Champ de saisie de la signature "
Long. O. Champ de saisie de la signature°Champ de saisie de la signature 'Champ de saisie de la signature "

Émetteur :
Fabricant, modèle, numéro d'homologation :  Champ de saisie de la signature
Puissance de sortie : Champ de saisie de la signature kW

Ligne de transmission :
Fabricant et type :  Champ de saisie de la signature
Longeur (m) :  Champ de saisie de la signature
Perte en ligne (dB/100m) :  Champ de saisie de la signature
Efficacité de la ligne :  Champ de saisie de la signature%

Autres pertes :  Champ de saisie de la signature%

Antenne :
Fabricant et modèle :  Champ de saisie de la signature
Polarisation: Champ de saisie de la signature
Directive ou non directive :  Champ de saisie de la signature
Nombre de baies :  Champ de saisie de la signature
Dimension la plus grande :  Champ de saisie de la signature m
Gain maximal :  Champ de saisie de la signature dBd (polarisation horizontale, verticale, circulaire)
Gain moyen : Champ de saisie de la signature dBd (polarisation horizontale, verticale, circulaire)

P.A.R. :
Maximum :  Champ de saisie de la signature kW (polarisation horizontale, verticale, circulaire)
Moyenne :  Champ de saisie de la signature kW (polarisation horizontale, verticale, circulaire)
À l'inclinaison de faisceau :  Champ de saisie de la signature kW maximum
À l'inclinaison de faisceau :  Champ de saisie de la signature kW moyenne

Hauteurs :
HEASM :  Champ de saisie de la signature   m
Centre de rayonnement (au-dessus du sol) :  Champ de saisie de la signature  m
Hauteur totale de la tour (au-dessus du sol) :  Champ de saisie de la signature  m
Élévation du sol (au-dessus du niveau moyen de la mer) :  Champ de saisie de la signature  m

Modes : Mono (  ), Stéréo (  ), Télésurveillé (  ), Automatique (  ), EMCS ( )


Annexe C — Schéma d'élévation d'un pylône et d'une antenne d'émission typiques

Figure C1 — Schéma d'élévation d'un pylône et d'une antenne d'émission typiques

Figure C1 — Schéma d'élévation d'un pylône et d'une antenne d'émission typiques (la description détaillée se trouve sous l'image)

Annexe D — Calculs

Figure D1 — Paramètres équivalents à une puissance apparente rayonnée de 50 W pour une hauteur de l'antenne émettrice de 60 m

Figure D1 — Paramètres équivalents à une puissance apparente rayonnée de 50 W pour une hauteur de l'antenne émettrice de 60 m (la description détaillée se trouve sous l'image)

Figure D2 — Calcul du contour de 0,5 mV/m

Figure D2 — Calcul du contour de 0,5 mV/m (la description détaillée se trouve sous l'image)

Figure D3 — Calcul du contour de 3 mV/m

Figure D3 — Calcul du contour de 3 mV/m (la description détaillée se trouve sous l'image)

Annexe E — Méthode systématique pour déterminer les canaux disponibles pour une station FM de faible puissance

Une méthode systématique permettant la recherche d'un canal est donnée ci-dessous.

  1. Faire une liste des numéros de 201 à 300. Ne pas tenir compte des canaux 201 à 220 s'il y a réception du canal 6 de télévision dans la zone de service projetée ou s'il existe un allotissement de ce canal dans un rayon de 95 km de l'émetteur FM de faible puissance. Si les paramètres d'un allotissement du canal 6 sont limités, la distance de 95 km peut être réduite quelque peu. Le requérant doit alors consulter le Ministère à ce sujet.
  2. Sur une carte appropriée, tracer un cercle centré sur l'emplacement de l'antenne projetée et ayant un rayon de 144 km (3 mV/m) lorsque le tableau 8 est utilisé ou de 231 km lorsque le tableau 9 est utilisé.
  3. En se servant du tableau canadien des allotissements FM à partir du canal 201 et en remontant, chercher les centres situés dans le cercle indiqué au paragraphe b). Mesurer sur la carte la distance entre le centre du cercle et ces centres, et au moyen du tableau 8 ou du tableau 9, éliminer tous les canaux attribués à ces centres et qui empêchent leur assignation à la station faisant l'objet de la demande. Par exemple, le canal 250 B est attribué à un centre éloigné de 90 km. En se référant au tableau 8 et à la classe B, on voit que la distance requise pour l'exploitation du même canal est de 97 km mais que, pour les canaux premier adjacent, elle n'est que de 79 km. Par conséquent, le canal 250 est éliminé de la liste mentionnée en a). Si on souhaite une couverture au contour de 0,5 Mv/m, le tableau 9 indique que la distance de séparation requise pour les canaux premier adjacent est de 109 km. Par conséquent, les canaux 249, 250 et 251 ne peuvent pas être utilisés dans cet exemple.
  4. Si, après avoir éliminé les canaux touchés par les allotissements canadiens, il reste des canaux disponibles, vérifier si le cercle indiqué au paragraphe b) englobe quelque partie que ce soit du territoire américain. Si des canaux sont toujours disponibles, en choisir un et l'inscrire sur le formulaire de demande avec les autres données techniques requises.
  5. Si, après avoir vérifié les allotissements à l'aide du tableau 9, il n'y a aucun canal disponible, répéter la procédure à partir de l'étape b) en se servant du tableau 8.
  6. Si, après avoir vérifié les allotissements à l'aide du tableau 8, il n'y a aucun canal disponible, vérifier si un canal éliminé se trouve à une distance de 8 km par rapport à la distance requise, sauf pour la distance prescrite pour les autres stations FMFP (voir la section 5.4). Dans ces circonstances, une proposition fondée sur l'utilisation d'un canal de ce genre pourrait être considérée comme acceptable.
  7. Si, après ces deux vérifications, il n'y a toujours aucun canal disponible, il faut retenir les services d'un ingénieur-conseil en radiodiffusion pour qu'il effectue une recherche des canaux.

Annexe F — Procédure de détermination de la zone de brouillage

Sur une carte d'échelle appropriée, situer les emplacements des émetteurs et procéder comme suit :

  1. Tracer le contour de protection pour l'assignation ou l'allotissement à protéger, en fonction des paramètres maximaux ou d'autres paramètres admissibles, conformément à la section 3.2.
  2. Tracer le contour de la zone de brouillage pour l'assignation ou l'allotissement proposé, en fonction de ses paramètres et des niveaux de signal brouilleur indiqués à la section 3.3.
  3. Marquer les deux points où les contours s'intersectent.
  4. Répéter les étapes a), b) et c), mais en augmentant la valeur de chaque contour, tout en maintenant le même rapport de protection, jusqu'à ce que les contours de protection et de la zone de brouillage soient tangents.
  5. Tracer une ligne joignant les points d'intersection obtenus ci-dessus. La région délimitée par cette ligne et le contour de protection tracé à l'étape a) définissent la zone de brouillage.

Exemple

L'exemple suivant illustre une zone de brouillage entre une station de classe B existante et une station projetée de classe A, qui font l'objet d'un espacement insuffisant et qui occupent le même canal.

  1. D'après les dispositions de la section 3.2, le contour de la zone de protection de 54 dBµV/m est situé à 65 km.
  2. D'après la section 3.3, le contour de la zone de brouillage est le contour de 34 dBµV/m (l'étendue du contour varie selon les installations d'exploitation projetées).
  3. Marquer les deux points où les contours se croisent.
  4. Tracer le contour de la zone de service de 56 dBµV/m et le contour de la zone de brouillage de 36 dBµV/m. Marquer les deux points d'intersection. Tracer d'autres contours de valeur supérieure jusqu'à ce qu'ils soient tangents, en marquant chaque fois les points d'intersection.
  5. Tracer une ligne joignant les points d'intersection obtenus ci dessus. La région délimitée par cette ligne et le contour de protection tracé à l'étape a) définissant la zone de brouillage. Cette zone est en gris dans la figure F1.

Figure F1 — Zone de brouillage

Figure F1 — Zone de brouillage (la description détaillée se trouve sous l'image)

Annexe G — Procédure à suivre pour déterminer les exigences de protection du canal de télévision 6 contre les stations FM

G1. Objet

Définir les facteurs en cause et présenter une méthode permettant de déterminer les exigences de protection du canal de télévision 6 contre les signaux des stations de radiodiffusion FM fonctionnant dans les canaux 201 à 220, qui sont co-implantées avec une station de télévision fonctionnant dans le canal 6 et qui sont situées à l'extérieur du contour de la classe B de cette station de télévision.

G2. Mesures de réception du canal 6

Des mesures en laboratoire ont été effectuées sur un certain nombre de téléviseurs en vue de déterminer le degré auquel le brouillage produit par les signaux FM dans les canaux 201 à 220 était à peine perceptible. Les résultats sont donnés à la figure G1. Ces données montrent une amélioration d'environ 6 dB par rapport à des données antérieures. Les courbes de la figure G1 montrent le rapport de protection FM/TV moyen pour des téléviseurs dont le brouillage de l'image est à peine perceptible. Étant donné que la protection varie avec le niveau du signal de télévision, des courbes différentes sont données pour des niveaux différents de signal d'entrée.

G3. Protection FM/TV du canal de télévision 6

La protection du canal de télévision 6 contre le brouillage des stations FM dépend du rapport des intensités de champ, comme l'indique la formule suivante :

Fu−Fd=Pr+Gr+Ad−L    (1)

où :

Fu est le niveau du signal FM non souhaité et Fd est le niveau du signal de télévision souhaité, les deux exprimés en dBµV/m;

Pr est le rapport de protection en décibels obtenu de mesures effectuées sur le récepteur;

Gr est la valeur, en décibels, à ajouter (ou à soustraire) pour passer d'une qualité d'image où le brouillage est à peine perceptible à une qualité d'image spécifiée;

Ad est la discrimination de l'antenne du téléviseur contre les signaux FM en décibels;

L est l'ajustement en décibels fait par rapport au pourcentage des emplacements où l'intensité de champ sera supérieure à la valeur spécifiée.

G4. Stations FM et de télévision co-implantées

Dans le cas des stations FM et de télévision co-implantées, l'intensité de champ du signal de télévision sera très élevée dans les environs de l'antenne de télévision émettrice et, par conséquent, une antenne de réception extérieure n'est habituellement pas utilisée. Des mesures ont indiqué que la puissance maximale du signal de télévision à l'entrée d'un téléviseur à antenne intérieure ne dépasse pas habituellement −25 dBm. Les faibles dimensions de l'antenne (oreilles de lapin) et sa faible hauteur au dessus du sol limitent l'intensité du signal reçu.

Le niveau de −25 dBm a été utilisé pour obtenir les rapports de protection FM à TV donnés au tableau 6. Il est entendu que l'on pourrait utiliser un niveau d'entrée de téléviseur inférieur à −25 dBm lorsque cela est justifié par le type d'antenne réceptrice et les effets de blindage possibles des immeubles où sont situés les récepteurs. Le « gain du système d'antenne » (gain de l'antenne par rapport aux pertes) peut être aussi bas que −29 dBm (perte) pour une antenne de deux mètres de hauteur. Cela donnerait un signal de −38 dBm à l'entrée du téléviseur pour un champ incident de 115 dBµV/m, déterminé d'après les courbes d'intensité de champ F(50,50).

Dans le cas des émetteurs FM et TV co-implantés, l'antenne de télévision réceptrice ne fournit aucune discrimination contre les émissions FM si les polarisations sont horizontales. Dans ce cas, le facteur de discrimination de l'antenne est égal à zéro. La puissance du signal FM en polarisation verticale peut être portée à 6 dB au dessus de la valeur déterminée pour la polarisation horizontale.

La qualité de l'image d'un récepteur situé à l'intérieur du contour de la classe A est définie comme la qualité considérée comme acceptable à au moins 70 % des emplacements de réception, 90 % du temps. Cette qualité correspond à une note de dégradation de 4.0 de l'échelle à cinq points de l'UIT-R.

Pendant les mesures effectuées en laboratoire sur les téléviseurs, étant donné qu'on a utilisé un critère de brouillage à peine perceptible, soit une note de dégradation d'image de 4,5, il faut appliquer une correction de 3 dB pour passer à une note de 4,0. Comme le but est de protéger 70 % des emplacements de réception, ce qui représente le même pourcentage que celui qui est utilisé pour définir le contour de la classe A, on se sert d'un facteur de correction de 5 dB pour « L » afin de tenir compte des 50 % utilisés dans les mesures (valeur moyenne du rapport) pour 70 % des emplacements de réception protégés. On a donc adopté ces facteurs dans l'équation (1) pour obtenir les données du tableau 6.

G5. Stations FM situées à l'extérieur du contour de la classe B

Dans le cas des stations FM situées à l'extérieur du contour de la classe B, le contour B (FD=47 dBµV/m) est protégé et les valeurs d'intensité de champ des émissions FM au contour du canal de télévision 6 données au tableau 7 ont été calculées au moyen de l'équation (1), compte tenu de ce qui suit :

La qualité de l'image d'un récepteur situé à l'intérieur du contour de la classe B est définie comme la qualité considérée comme acceptable à au moins 50 % des emplacements de réception, 90 % du temps. Cette qualité correspond à un « brouillage qui n'est pas gênant ». Comme il est souhaitable que le brouillage ne dégrade pas la qualité de l'image, une note de dégradation UIT-R de 4,0 est utilisée.

Pour passer d'une note de dégradation UIT-R de 4,5 de l'image (conditions dans lesquelles les téléviseurs ont été mesurés) à une note de 4, on donne à Gr la valeur de 3 dB.

La valeur « L » de l'équation représente l'ajustement en décibel par rapport au pourcentage des emplacements supérieur à 50 %. La valeur de « L » est de zéro lorsque l'intensité de champ de brouillage est calculée à l'aide des courbes de propagation F(50,10) pour 50 % des emplacements, 10 % du temps. Le tableau 7 est fondé sur les facteurs ci dessus utilisés dans l'équation (1).

G6. Procédure étape par étape

Suivre les étapes ci-après pour déterminer la puissance maximale d'une station FM co-implantée avec une station de télévision fonctionnant dans le canal 6 :

  1. utiliser le tableau 6 qui montre le rapport de puissance admissible pour les canaux FM 201 à 220 inclusivement, et choisir le rapport de puissance FM/TV pour le canal FM projeté;
  2. utiliser la p.a.r. de la station de télévision, déterminer la puissance de la station FM en ajoutant le rapport de puissance choisi à l'étape 1) à la p.a.r. de la station de télévision après conversion en décibel. Si le diagramme de rayonnement de l'antenne de télévision est directif, il faudra calculer la puissance FM admissible pour les différents azimuts;
  3. régler la p.a.r. de l'antenne FM pour qu'elle corresponde à sa valeur équivalente si la hauteur de l'antenne FM diffère de 30 m ou plus de celle de l'antenne de télévision.

La valeur équivalente est calculée comme suit :

  1. en utilisant la p.a.r. de la station FM, déterminée à l'étape 2) ci-dessus, et la HEASM de la station de télévision, déterminer la distance jusqu'au contour de 100 dBµV/m de la station FM au moyen des courbes d'intensité de champ F(50,50);
  2. au moyen de ces mêmes courbes, déterminer la p.a.r. de la station FM qui placera le contour de 100 dBµV/m à la même distance en utilisant la HEASM de la station FM.

Suivre les étapes ci-dessous pour déterminer la puissance maximale (p.a.r.) d'une station FM située à l'extérieur du contour de classe B d'une station de télévision fonctionnant dans le canal 6 :

  1. utiliser le tableau 7, qui montre le degré d'intensité de champ admissible de la station FM, pour choisir le degré d'intensité de champ correspondant au canal FM projeté;
  2. déterminer la p.a.r. maximale en utilisant les courbes de propagation F(50, 10) et la HEASM de la station, à partir du degré d'intensité de champ choisi à l'étape 1)  ci-dessus. La p.a.r. représente le rayonnement maximal dans la direction du contour de classe B de la station de télévision fonctionnant dans le canal 6.

Figure G1 — Rapport de protection FM/canal 6 (brouillage à peine perceptible)

Figure G1 — Rapport de protection FM/canal 6 (brouillage à peine perceptible) (la description détaillée se trouve sous l'image)

Annexe H — Critères de protection des bandes FM/NAV/COM

H1. Types de brouillage et critères de compatibilité

H1.1 Brouillage de type A1

Il faut considérer deux catégories de rayonnements non essentiels dans l'analyse du brouillage de type A1 :

Lorsque la fréquence réelle d'une émission non essentielle est connue, on utilise les rapports de protection du tableau H1 pour des différences de fréquences allant jusqu'à 200 kHz par rapport aux fréquences aéronautiques (radionavigation et radiocommunication). Il n'y a pas lieu de considérer le brouillage de type A1 pour les différences de fréquences supérieures à 200 kHz.

Tableau H1 — Rapports de protection pour le brouillage de type A1
Différence de fréquence entre les rayonnements non essentiels et le signal NAV/COM (kHz) Rapport de protection (dB)
0 17
50 10
100 −4
150 −19
200 −38

H.1.2 Brouillage de type A2

Les rapports de protection utilisés sont donnés au tableau H2.

Tableau H2 — Rapports de protection pour le brouillage de type A2
Différence de fréquence entre le signal NAV et le signal de radiodiffusion (kHz) Rapport de protection (dB)
150 −41
200 −50
250 −59
300 −68

La différence de fréquence ne peut pas être inférieure à 150 kHz. Il n'y a pas lieu de considérer le brouillage de type A2 si la différence de fréquence est supérieure à 300 kHz.

Nota : dans certaines régions, les stations de radiodiffusion sonore FM peuvent utiliser des techniques de compression et/ou offrir des services sur des sous-porteuses allant jusqu'à 99 kHz. Une conjugaison de telles mesures, surtout si elles sont associées à des excursions de porteuse supérieures à ±75 kHz, peuvent argumenter de 0 à 10 dB la susceptibilité d'un récepteur de système d'atterrissage aux instruments (ILS) au brouillage de type A2. Il n'est pas nécessaire de tenir compte du brouillage de type A2 pour les récepteurs COM.

H1.3 Brouillage de type B1

Les produits d'intermodulation de troisième ordre sont de deux formes :

  1. fintermod=2f1−f2 (présence de deux signaux)
  2. fintermod=f1+f2−f3 (présence de trois signaux)

où f1>f2>f3 ,

générés dans le récepteur radiophare omnidirectionnel VHF (VOR) ou ILS aéroporté, ils causeront une dégradation inacceptable de la réception si fintermod correspond à la fréquence du signal utile et si les inégalités indiquées ci-après se présentent.

L'intermodulation de deuxième ordre n'est pas pertinente et l'intermodulation d'un ordre supérieur à trois n'a pas été considérée.

(1) Présence de deux signaux :

\[2(N_1 - 20log \frac{max(0.4;108.1-f_1)}{0.4}) +\]

\[N_2 - 20log \frac{max(0.4;108.1-f_2)}{0.4} + 120 \ge 0\]

(2) Présence de trois signaux :

\[N_1 - 20log \frac{max(0.4;108.1-f_1)}{0.4} +\]

\[N_2 - 20log \frac{max(0.4;108.1-f_2)}{0.4} +\]

\[N_3 - 20log \frac{max(0.4;108.1-f_3)}{0.4} + 126 \ge 0\]


où N1, N2, et N3 sont définis comme suit :

N1 : niveau (dBm) du signal de radiodiffusion de fréquence f1 (MHz) à l'entrée du récepteur NAV;

N2 : niveau (dBm) du signal de radiodiffusion de fréquence f2 (MHz) à l'entrée du récepteur NAV;

N3 : niveau (dBm) du signal de radiodiffusion de fréquence f3 (MHz) à l'entrée du récepteur NAV;

et où max. (0,4; 108,1−f) correspondent à 0,4 ou à 108,1−f, la valeur la plus élevée étant retenue.

H1.3.1 Décalage de fréquence

Lorsque le produit d'intermodulation s'approche de la fréquence du signal souhaité, il faut employer un facteur de correction pour chaque niveau de signal en fonction de la différence de fréquence entre le signal NAV et le produit d'intermodulation. Ce facteur figure au tableau H3.

N1,2,3 (corrigé) = N1,2,3−valeur de correction

Tableau H3 — Valeur de correction
Différence de fréquence entre le signal NAV et le produit d'intermodulation (kHz) Valeur de correction (dB)
0 0
±50 2
±100 8
±150 16
±200 26

Il n'y a pas lieu de considérer le brouillage de type B1 si la différence de fréquence est supérieure à ±200 kHz. Pour les récepteurs COM, on devra utiliser la méthode du diagramme de Venn.

H.1.4 Brouillage de type B2

Le tableau H4 donne le niveau maximal du signal de radiodiffusion permis à l'entrée du récepteur VOR ou ILS aéroporté.

Tableau H4 — Niveau maximal du signal de radiodiffusion permis
Fréquence du signal de radiodiffusion (MHz) Niveau (dBm)
107,9 −20
106 −5
102 5
≤100 10

Dans le cas des valeurs intermédiaires, le niveau maximal permis est déterminé par interpolation linéaire. Pour les récepteurs COM, le niveau de tout signal FM ne devra pas dépasser −10 dBm.

H2. Choix des points d'essai aéronautique

Pour des points d'essai d'une hauteur de :

le tableau H5 donne les valeurs de séparation entre une station de radiodiffusion ayant une p.a.r. et une fréquence données et un point d'essai d'une station de radionavigation aéronautique au delà duquel il est peu probable que le service de la station aéronautique soit perturbé. Les exigences les plus importantes concernent les brouillages de types A1 et B1 : la plus grande des deux valeurs de séparation est indiquée au tableau H5.

En général, les stations de radiodiffusion situées :

risquent peu de perturber le service de la station de radionavigation aéronautique.

Table H5 — Distance (en km) entre le point d'essai d'une station de radionavigation aéronautique et une station de radiodiffusion FM au-delà de laquelle le service aéronautique risque peu d'être perturbé.
Puissance apparente rayonnée de la station de radiodiffusion Fréquence de la station de radiodiffusion (MHz)
≤100 102 104 105 106 107 107,9
(dBW) (kW) Distance (en km)
55 300 125 210 400 500 500 500 500
50 100 75 120 230 340 500 500 500
45 30 40 65 125 190 310 500 500
40 10 25 40 70 105 180 380 500
35 3 20 20 40 60 95 210 500
30 1 20 20 25 35 55 120 370
25 0,3 20 20 20 20 30 65 200
20 0,1 20 20 20 20 20 40 115
≤15 ≤0,030 20 20 20 20 20 20 65

H3. Évaluation de la compatibilité

Aux fins de l'évaluation de la compatibilité, on s'est servi d'un modèle de prédiction du brouillage fondé sur les critères de compatibilité donnés à la section H1 de la présente annexe.

Date de modification :