PNRH-101 — Prescriptions techniques s’appliquant aux stations terriennes fixes fonctionnant dans les services de radiocommunication spatiale à une fréquence supérieure à 1 GHz, de même qu’aux stations terriennes à bord de navires (ESV) fonctionnant dans le service fixe par satellite

PNRH-101
2e édition
Août 2019

 

Préface

La 2e édition du PNRH-101 est publiée principalement pour fournir une mise à jour sur les spécifications de la densité de la p.i.r.e. dans certaines bandes et s’harmoniser avec d’autres juridictions. Le présent PNRH remplace la 1re édition du PNRH-101.

Voici les principales modifications apportées :

  1. aux sections 2.5 et 2.6 de l'annexe A, les limites de densité de la p.i.r.e. hors-axe ont été modifiées pour supprimer la discontinuité qui existe actuellement à 48 degrés;
  2. à la section 2.6 de l’annexe A, des modifications ont été apportées pour exprimer la densité de la p.i.r.e. en dBW/MHz au lieu de dBW/40kHz, et ce, pour la bande de fréquences de 27,5 à 30 GHz;
  3. le titre de l'annexe B a été modifié pour préciser que cette annexe ne s'applique qu'aux stations terriennes fonctionnant avec des satellites géostationnaires;
  4. à l'annexe B, les diagrammes d'antenne correspondants de l’annexe A, sections 2.5 et 2.6, ont été modifiés;
  5. une note a été insérée à la section 1 pour indiquer que ce PNRH peut également être utilisé pour évaluer la composante technique des applications des stations terriennes en mouvement (ESIM) fonctionnant dans le service fixe par satellite, et ce, jusqu'à ce qu'un PNRH approprié soit élaboré;
  6. des modifications stylistiques ont été apportées tout au long du document afin de se conformer au style du contenu de Canada.ca.

Publication autorisée par le
Ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique Canada

Martin Proulx
Le directeur général
Direction générale du génie, de la planification et des normes

1. Objet

Le présent Plan normalisé de réseaux hertziens (PNRH) énonce les prescriptions techniques minimales s’appliquant, d’une part aux stations terriennes fixesNote de bas de page 1 fonctionnant dans les services de radiocommunication spatiale autre que le service mobile par satellite ou le service d’amateur par satellite, et ce, à une fréquence supérieure à 1 GHz et, d’autre part, aux stations terriennes à bord de navires (ESV) fonctionnant dans le service fixe par satellite. Ce PNRH doit être utilisé pour évaluer le volet technique des demandes concernant l’installation de stations terriennes nouvelles ou modifiées, demandes présentées conformément à l’édition en vigueur de la Circulaire des procédures concernant les clients CPC-2-6-01, intitulée Procédure de présentation de demandes de licences de stations terriennes fixes et de présentation d’information en vue de l’approbation de l’exploitation de satellites étrangers au Canada. Le présent PNRH vise également les ESV fonctionnant dans le service fixe par satellite; ces dernières sont examinées dans la Circulaire des procédures concernant les clients CPC-2-6-06, intitulée Lignes directrices concernant la soumission des demandes pour fournir des services mobiles par satellite au Canada. Jusqu'à ce qu'un PNRH plus spécifique puisse être mis au point, ce PNRH sera également utilisé, le cas échéant, pour évaluer la composante technique des applications des stations terriennes en mouvement (ESIM) fonctionnant dans le service fixe par satellite.

Le présent PNRH remplace les exigences techniques énoncées dans la Procédure sur les normes radioélectriques PNR-114, intitulée Procédure relative aux demandes de licence pour les stations terriennes projetées des services de radiocommunication spatiale, et la PNR-116, intitulée Procédure de demande de licence – projets de stations terriennes de réception de télévision et (ou) de radio du service fixe par satellite . Avec la publication de la première édition du PNRH-101, la PNR-114 et la PNR-116 sont abrogées.

Les stations terriennes autorisées avant l’entrée en vigueur du présent PNRH peuvent continuer à être exploitées avec leurs caractéristiques techniques actuelles. Toutefois, les nouvelles stations terriennes déployées ou les modifications apportées aux stations terriennes en place devront respecter les exigences énoncées dans le présent PNRH.

Le présent PNRH ne précise que les caractéristiques des stations terriennes qui permettent une utilisation efficace du spectre et ne doit pas être considéré comme établissant une liste complète de spécifications pouvant servir à la conception et/ou à la sélection de matériel.

Les prescriptions techniques énoncées à la section 4 de ce PNRH s’appliquent seulement aux stations terriennes des services de radiocommunication spatiale spécifiques indiqués. Pour les stations terriennes exploitées dans le cadre d’un service de radiocommunication spatiale pour lequel les prescriptions techniques de ce PNRH ne s’appliquent pas, Innovation, Sciences et Développement économique Canada pourrait préciser d’autres prescriptions, au cas par cas.

2. Généralités

Les licences seront délivrées en priorité aux stations terriennes qui satisfont aux prescriptions techniques du présent plan par rapport aux stations terriennes non normalisés exploitées dans la même bande.

Les mesures afférentes aux stations non normalisés sont énoncées dans la Politique d’utilisation du spectre PS-Gen, intitulée Renseignements généraux sur les politiques d’utilisation du spectre et les politiques des systèmes radio.

Même si une station terrienne satisfait aux prescriptions du présent PNRH, il pourra être nécessaire d’y apporter des modifications si elle cause du brouillage préjudiciableNote de bas de page 2.

Il est à noter que les stations terriennes peuvent exploiter des bandes de fréquences partagées avec d’autres stations du même service ou d’autres services, conformément au Tableau canadien d’attribution des bandes de fréquences et aux politiques d’utilisation du spectre. Une coordination nationale et internationale avec ces autres stations pourra être nécessaire.

3. Documents connexes

Les éditions en vigueur des documents qui suivent sont applicables. Ces documents sont disponibles sur le site Web, Gestion du spectre et télécommunications.

Acronymes

CPC – Circulaire des procédures concernant les clients

PR – Politique des systèmes radio

CNR – Cahiers des charges sur les normes radioélectriques

PS – Politique d’utilisation du spectre

CRT – Circulaires de la réglementation des télécommunications

4. Prescriptions techniques s’appliquant aux stations terriennes

Les prescriptions techniques énoncées dans la présente section s’appliquent seulement aux stations terriennes exploitées dans le cadre des services de radiocommunication spatiale précisés.

4.1 Limites de puissance s’appliquant au service de radiocommunication spatiale dans les bandes de fréquences partagées avec les services de Terre au Canada

Pour les services spatiaux qui partagent des bandes de fréquences supérieures à 1 GHz avec des services de Terre, le niveau de la puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.) émise dans une direction quelconque vers l’horizon par une station terrienne ne doit pas dépasser les limites suivantes :

  1. dans les bandes de fréquences comprises entre 1 GHz et 15 GHz :
    +40 dBW dans toute bande d’une largeur de 4 kHz, pour θ ≤ 0°;
    +40 + 3θ dBW dans toute bande d’une largeur de 4 kHz, pour 0° < θ ≤ 5°;
  2. dans les bandes de fréquences supérieures à 15 GHz :
    +64 dBW dans toute bande d’une largeur de 1 MHz, pour θ ≤ 0°;
    +64 + 3θ dBW dans toute bande d’une largeur de 1 MHz, pour 0° < θ ≤ 5°;

  3. où θ, en degrés, est l’angle d’élévation de l’horizon vu du centre de rayonnement de l’antenne de la station terrienne. Cet angle est exprimé par une valeur positive au dessus du plan horizontal et par une valeur négative au dessous de ce plan.

Les limites spécifiées s’appliquent à toutes stations terriennes exploitées dans le cadre des services spatiaux et des bandes de fréquences indiqués dans le tableau 1, lorsque les bandes de fréquences sont partagées, avec égalité des droits, avec le service fixe ou le service mobile.

Tableau 1 — Liste des bandes de fréquences partagées entre les services spatiaux et les services de Terre
Les bandes de fréquences partagées entre les services spatiaux et les services de Terre Le services spatiaux exploités dans les bandes de fréquences répertoriées
2 025–2 110 MHz
5 850–7 075 MHz
7 190–7 235 MHz
7 900–8 400 MHz
12,7–12,75 GHz
12,75–13,25 GHz
17,7–18,1 GHz
22,55–23,15 GHz
25,05–25,25 GHz
27–29,5 GHz
Exploration de la Terre par satellite
Fixe par satellite
Météorologie par satellite
Exploitation spatiale
Recherche spatiale

Note : Tous les services spatiaux indiqués n’exploitent pas chaque bande de fréquences répertoriée.

Pour des angles d’élévation de l’horizon supérieurs à 5°, il n’y a pas de restriction quant à la p.i.r.e. émise par une station terrienne en direction de l’horizon.

4.2 Stabilité de puissance s’appliquant aux services de radiocommunication spatiale

Pour chaque station terrienne, la stabilité en puissance de l’amplificateur devrait être de ± 1 dB par rapport à son réglage nominal.

4.3 Tolérances de fréquence s’appliquant aux services de radiocommunication spatiale

Pour chaque station terrienne, les marges de tolérance par rapport aux fréquences nominales assignées aux stations terriennes doivent être :

  • ± 0,002 % pour les fréquences inférieures à 2,45 GHz;
  • ± 0,005 % pour les fréquences entre 2,45 GHz et 10,5 GHz;
  • ± 0,01 % pour les fréquences entre 10,5 GHz et 40 GHz.

4.4 Limites relatives aux rayonnements s’appliquant aux services de radiocommunication spatiale

Pour toute fréquence dont l’espacement par rapport à la fréquence assignée est supérieur à 250 % de la largeur de bande nécessaire, la puissance moyenne fournie à la ligne de transmission de l’antenne doit être atténuée de 43 + 10 log (puissance moyenne totale en watts) dBc ou de 60 dBc relative à la puissance de la porteuse non modulée de l’émission dans toute largeur de bande de référence de 4 kHz, la valeur la moins contraignante étant retenue. Dans le cas où il y aurait plusieurs porteuses provenant d’un seul amplificateur, les limites de l’émission s’appliquent à chaque porteuse.

Le terme dBc représente le nombre de décibels par rapport à la puissance de la porteuse non modulée de l’émission. Dans les cas où il ne serait pas possible de mesurer la porteuse, le niveau de référence équivalent au niveau de dBc est le nombre de décibels par rapport à la puissance moyenne. Les limites de rayonnements s’appliquent à toutes les émissions, y compris les émissions harmoniques, les produits d’intermodulation, les produits de conversion de fréquence et les émissions parasites.

La puissance totale moyenne est la moyenne de la puissance en watts fournie à la ligne d’alimentation de l’antenne par un amplificateur de puissance pendant un intervalle de temps relativement long par rapport à la période de la composante de plus basse fréquence de la modulation mesurée dans des conditions de fonctionnement normales. Dans le cas de transmission par salves, la puissance moyenne P et la puissance moyenne de tout rayonnement dans le domaine des rayonnements non essentiels sont mesurées à partir de la puissance moyenne établie pendant la durée de la rafale.

4.5 Limites relatives aux rayonnements non essentiels du récepteur pour les services de radiocommunication spatiale

Les stations terriennes de réception ne doivent pas émettre d’ondes électromagnétiques d’une intensité de champ supérieure à celle d’un émetteur isotrope de cinq nanowatts.

4.6 Limites de densité de la p.i.r.e. hors-axe s’appliquant aux stations terriennes fonctionnant avec des satellites géostationnaires du service fixe par satellite

Les limites décrites à l’annexe A doivent s’appliquer. L’annexe C montre comment calculer la densité de puissance dans une largeur de bande de référence.

4.7 Diagrammes de gain d’antenne s’appliquant aux stations terriennes fonctionnant avec des satellites géostationnaires du service fixe par satellite

Les gains d’antenne décrits à l’annexe B doivent s’appliquer.

5. Coordination

La coordination des stations terriennes d’un réseau à satellite avec les stations spatiales d’autres réseaux à satellites est effectuée lors de la coordination des réseaux à satellites. Lorsqu’il est nécessaire de faire la coordination de stations terriennes avec des stations terrestres ou des stations terriennes d’autres réseaux à satellites exploités en sens inverse de transmission, les exigences de coordination nationale et internationale qui s’appliquent sont énoncées dans le document CPC-2-6-01, intitulé Procédure de présentation de demandes de licences relatives aux stations terriennes fixes et de présentation d’information en vue de l’approbation de l’exploitation de satellites étrangers au Canada, et dans le cas de ESV elles sont énoncées dans le document CPC-2-6-06, intitulé Lignes directrices concernant la soumission des demandes pour fournir des services mobiles par satellite au Canada.

Dans la mesure du possible, la coordination avec les réseaux terrestres sera faite avec les paramètres réels d’émission et de réception au lieu d’utiliser les enveloppes illustrées aux annexes A et B.

Annexe A : Limites de densité de la puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.) hors-axe s’appliquant aux stations terriennes fonctionnant avec des satellites géostationnaires du service fixe par satellite

Dans des conditions de ciel clair, les limites de densité de la p.i.r.e. hors-axe qui suivent doivent être respectées (voir également la remarque A1). Ces limites peuvent être normalement satisfaites en utilisant une antenne émettrice dont le diagramme de gain d’antenne est conforme à l’un de ceux décrits à l’annexe B selon la situation. Pour les antennes dont les diagrammes sont non conformes à ceux décrits à l’annexe B, la puissance d’entrée de la station doit être réduite pour respecter les limites données ci dessous. Diverses remarques à la fin de la présente annexe fournissent des renseignements supplémentaires sur l’application de ces limites.

1. Pour les stations terriennes installées avant le 1er janvier 1986 et qui n’ont pas été modifiées depuis cette date (voir également les remarques A2 et A3) :

1.1 Pour les stations terriennes fonctionnant dans la bande de 5 928 à 6 425 MHz :

Densité maximale de la p.i.r.e.

35 – 25 log ɸ dBW/4 kHz
-7 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

1.2 Pour les stations terriennes fonctionnant dans la bande de 13,75 à 14,5 GHz :

Densité maximale de la p.i.r.e.

38 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-4 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

2. Pour toutes les autres stations terriennes installées ou modifiées à partir du 1er janvier 1986 (voir également les remarques A2, A3, A6, et A8) :

2.1 Pour les stations terriennes exploitées dans la bande de 5 925 à 6 425 MHz, autres que celles mentionnées à la section 2.2 de cette annexe, la valeur de densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions à ±3° de l’orbite des satellites géostationnaires (OSG) ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

32 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
11 dBW/4 kHz
35 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-7 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2,5° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

2.2 Pour les stations terriennes à bord de navires (ESV) exploitées dans la bande de 5 925 à 6 425 MHz (voir également les remarques A4 et A5) :

i. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans le plan de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

26,3 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
5,3 dBW/4 kHz
29,3 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-12,7 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

ii. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans toutes les autres directions ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

29,3 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-12,7 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

iii. Pour les signaux à polarisation croisée, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans toutes les directions ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

16,3 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-4,7 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1,8° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ ≤ 9,2°

2.3 Pour les stations terriennes fonctionnant dans la bande de 13,75 à 14,5 GHz, autres que celles prises en considération à la section 2.4 de cette annexe, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions à ±3° de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

39 - 25 log ɸ dBW/40 kHz
18 dBW/40 kHz
42 - 25 log ɸ dBW/40 kHz
0 dBW/40 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2,5° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

2.4 Pour les stations terriennes à bord de navires (ESV) et exploitées dans la bande 14 à 14,5 GHz (voir également les remarques A4 et A5) :

i. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans le plan de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

15 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-6 dBW/4 kHz
18 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-24 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1,25° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

ii. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans toutes les autres directions ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

18 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-24 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1,25° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

iii. Pour les signaux à polarisation croisée, la densité de la p.i.r.e. émise par une station ESV dans toutes les directions ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

5 - 25 log ɸ dBW/4 kHz
-16 dBW/4 kHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1,8° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ ≤ 9,2°

2.5 Pour les stations terriennes exploitées dans la bande de 24,75 à 25,25 GHz :

i. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions à ±3° de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

32,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
11,4 dBW/MHz
35,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
3,5 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

ii. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les autres directions autres qu’à ±3° de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

35,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
14,4 dBW/MHz
38,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
6,5 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

iii. Pour les signaux à polarisation croisée, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions autres qu’à ±3° par rapport à l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

22,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
1,4 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°

2.6 Pour les stations terriennes exploitées dans la bande de 27,5 à 30 GHz (voir également la remarque A7) :

i. Pour les signaux copolarisés, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions à ±3° de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

32,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
11,37 dBW/MHz
35,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
3,5 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,23°
9,23° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

ii. Pour les signaux copolarisés, la densité de p.i.r.e. dans toutes les autres directions autres qu’à ±3° de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

35,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
14,37 dBW/MHz
38,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
6,5 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

3,5° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,23°
9,23° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

iii. Pour les signaux à polarisation croisée, la densité de la p.i.r.e. dans toutes les directions par rapport à l’arc de l’OSG ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

Densité maximale de la p.i.r.e.

22,5 - 25 log ɸ dBW/MHz
1,37 dBW/MHz

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ ≤ 9,23°

Remarque A1 :

Pour les stations terriennes exploitées à des fréquences supérieures à 10 GHz, les exploitants de station terrienne peuvent dépasser les limites de densité de la p.i.r.e. indiquées si la liaison montante subit un évanouissement causé par des précipitations. Le dépassement ne doit pas excéder l’augmentation de l’atténuation mesurée par rapport aux conditions de propagation par ciel clair par plus de 1 dB. La densité de la p.i.r.e. doit être ramenée à son niveau normal dès que la situation météorologique causant l’atténuation cesse. La puissance maximale utilisée pour la commande de puissance doit être coordonnée entre les exploitants des satellites adjacents.

Remarque A2 :

Pour toutes les directions à ±3° de l’OSG, les limites indiquées à la section 1.1 et à la section 1.2 de cette annexe s’appliquent, à moins d’indications contraires.

Remarque A3 :

Pour les angles hors-axe, ɸ > 7°, les limites ne doivent pas être excédés par plus de 10 % de la valeur des lobes latéraux des antennes des stations terriennes, pourvu qu’aucun lobe latéral n’excède les limites indiquées par plus de 3 dB.

Remarque A4 :

Pour les antennes non circulaires à bord de navires (ESV), le grand axe de l’antenne devrait être aligné avec la tangente de l’arc d’OSG au point du satellite cible, dans la mesure où cet alignement est nécessaire pour répondre au critère de la p.i.r.e. hors-axe spécifié.

Remarque A5 :

Les stations ESV peuvent être exploitées dans les bandes de fréquences attribuées au SFS dans les limites prescrites et à condition que l’utilisation de ces fréquences ne cause pas de brouillage préjudiciable à une station autorisée.

Remarque A6 :

Pour les systèmes conçus de façon à ce que plus d’une station terrienne puisse émettre simultanément sur la même largeur de bande, la limite de densité de la p.i.r.e. devrait être réduite de 10 log(M), où M est le nombre maximal de stations terriennes qui émettent simultanément sur la même fréquence dans le faisceau de réception du satellite.

Remarque A7 :

Pour obtenir la même puissance surfacique à l’OSG, les stations terriennes exploitées dans la bande de 27,5 à 30 GHz dont l’angle d’élévation par rapport à l’OSG est faible devront avoir une densité de la p.i.r.e. supérieure à celle des stations dont l’angle d’élévation par rapport à l’OSG est plus grand. Ce phénomène est causé par l’effet combiné de l’augmentation de la distance et de l’absorption atmosphérique. Les stations terriennes dont l’angle d’élévation est faible peuvent dépasser les valeurs de la p.i.r.e. indiquées à la section 2.6 de cette annexe par les valeurs suivantes :

Augmentation de la densité de la p.i.r.e.

2,5 dB
3 — 0,11ε

Angle d'élévation par rapport à l'OSG, ε

ε ≤ 5°
5° ≤ ε ≤ 30°

Remarque A8 :

Pour les stations terriennes qui exploitent les bandes qui ne sont pas partagées avec les services terrestres, la limite de densité de la p.i.r.e. peut être assouplie de 10 dB dans le lobe arrière, c.-à-d. pour les angles hors-axe compris entre 85° et 180°.

Annexe B : Diagrammes de gain d’antenne s’appliquant aux stations terriennes fonctionnant avec des satellites géostationnaires du service fixe par satellite

Aux fins de coordination, on supposera que le gain d’antenne à ±3° de l’orbite des satellites géostationnaires (OSG) est décrit par les expressions qui suivent aux sections de 1 à 3 de cette annexe, le cas échéant. L’angle hors-axe est l’angle situé entre la direction d’intérêt et l’axe du lobe principal. Le diagramme de rayonnement mesuré pour tout angle de rotation concernant l’axe de visée doit respecter l’enveloppe du diagramme de rayonnement précisée. Diverses remarques à la fin de l’annexe donnent des directives supplémentaires sur l’application de ces gains d’antenne.

1. Pour les stations terriennes qui sont exploitées dans des bandes partagées avec des stations terrestres :

Gain

29 – 25 log ɸ dBi
7,9 dBi
32 – 25 log ɸ dBi
–10 dBi

Angle hors-axe, ɸ

1,5° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

ou

Gain

29 – 25 log ɸ dBi
7.9 dBi
32 – 25 log ɸ dBi
0 dBi

Angle hors-axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

le cas échéant, conformément aux sections pertinentes de l’annexe A.

2. Pour les stations terriennes exploitées dans des bandes qui ne sont pas partagées avec des stations terrestres :

Gain

29 – 25 log ɸ dBi
7,9 dBi
32 – 25 log ɸ dBi
–10 dBi
0 dBi

Angle hors-axe, ɸ

1,5° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°
85° ≤ ɸ ≤ 180°

3. Pour les stations terriennes servant uniquement à la réception de signaux TV dans la bande de 3 700 à 4 200 MHz, les exigences concernant le diagramme de rayonnement de l’antenne des stations protégées sont les suivantes :

Gain

34,5 – 25 log ɸ dBi
–7 dBi

Angle par rapport à l’axe, ɸ

5° ≤ ɸ < 46°
46° ≤ ɸ ≤ 180°

4. Pour les angles qui s’écartent de plus de 3° de part et d’autre l’OSG, on supposera que le gain est de :

Gain

32 – 25 log ɸ dBi
–10 dBi

Angle par rapport à l’axe, ɸ

1,5° ≤ ɸ < 48°
48° ≤ ɸ ≤ 180°

ou

Gain

32 – 25 log ɸ dBi
10.9 dBi
35 – 25 log ɸ dBi
3 dBi

Angle par rapport à l’axe, ɸ

2° ≤ ɸ < 7°
7° ≤ ɸ < 9,2°
9,2° ≤ ɸ < 19,05°
19,05° ≤ ɸ ≤ 180°

le cas échéant, conformément aux sections pertinentes de l’annexe A.

Remarque B1 :

Si les antennes des stations terriennes ont des diagrammes de gain supérieurs à ceux décrits ci-dessus (gain d’une antenne hors-axe inférieur aux paramètres), on pourra utiliser les diagrammes réels aux fins de la coordination.

Remarque B2 :

Le gain est mesuré dans le plan de l’OSG du point de vue de la station terrienne en question.

Remarque B3 :

L’enveloppe peut être dépassée d’au plus 10 % des lobes latéraux, pourvu qu’aucun lobe latéral ne dépasse l’enveloppe de gain donnée par plus de 3 dB.

Remarque B4 :

Dans la bande de 3 700 à 4 200 MHz, les licences d’exploitation de stations terriennes protégées servant uniquement à la réception de signaux de TV ne seront délivrées que si le diagramme de rayonnement de l’antenne est tel que 90 % des crêtes des lobes latéraux sont situés à l’intérieur de l’enveloppe représentée à la section 3 de cette annexe.

Annexe C : Densité de la puissance isotrope rayonnée équivalente (p.i.r.e.) dans une largeur de bande de référence pour porteuses numériques

Les équations qui suivent sont utilisées pour convertir une densité de p.i.r.e. d’une largeur de bande de référence à une autre, comme exigé à l’annexe A pour une porteuse numérique.

Il faut parfois convertir la valeur de la p.i.r.e. à une largeur de bande de référence différente, comme 4 kHz, 40 kHz ou 1 MHz. Les méthodes suivantes devraient être utilisées, où :

DPIREW/Hz = densité de la p.i.r.e., W/Hz, de la porteuse numérique
Bc = largeur de bande de la porteuse, exprimé en Hz
Br = largeur de bande de référence, qui pourrait être de 4 kHz, 40 kHz ou 1 MHz, exprimé en Hz.

Premier cas : Bc < Br

DPIREW/Br = DPIREW/Hz × Bc (Watts par largeur de bande de référence, Br, p. ex., W/4 kHz, W/40 kHz, ou W/1MHz);

Deuxième cas : Bc ≥ Br, alors

DPIREW/Br = DPIREW/Hz × Br (Watts par largeur de bande de référence, Br).

On notera que ceci suppose que la puissance de la porteuse numérique soit uniformément répartie dans la gamme de fréquences concernée.

Date de modification :