CNR-222 — Dispositifs d’espaces blancs (DEB)

CNR-222
2e édition
Janvier 2020

 
PDF

Préface

La deuxième édition du Cahier des charges sur les normes radioélectriques CNR-222, Dispositifs d’espaces blancs, remplace la première édition du CNR-222, datée de février 2015.

Liste des modifications :

  1. Les sections portant sur le CNR-102 (exposition aux radiofréquences) et la PNR-100 (exigences pour la certification du matériel radio) ont été retirées puisque ces documents sont des publications de référence normatives du CNR-Gen.
  2. Les bandes de fréquences d’espaces blancs ont été révisées en fonction de la Décision relative au cadre technique et politique régissant les dispositifs d’espaces blancs.
  3. Des limites supplémentaires de la p.i.r.e., de la puissance d’émission connexe, des densités spectrales de puissance et du rayonnement dans les canaux adjacents ont été ajoutées pour les dispositifs d’espaces blancs fixes.
  4. De nouvelles sections ont été ajoutées concernant les exigences en matière de licence et de certification.
  5. Les exigences relatives à l’agrégation de canaux ont été clarifiées et d’autres exigences ont été prescrites.
  6. La définition de zones moins congestionnées a été ajoutée.
  7. Une période de transition a été prévue pour la certification des dispositifs d’espaces blancs (DEB).
  8. La section des mesures sur les antennes multiples a été supprimée puisque la méthode de mesure est définie dans la norme ANSI C63.10, American National Standard for Testing Unlicensed Wireless Devices (mentionnée dans le CNR-Gen, Exigences générales relatives à la conformité des appareils de radiocommunication).
  9. Un niveau de confiance à l’égard de l’incertitude liée à la précision de la géolocalisation a été prescrit.
  10. La description de la détermination d’une méthode de géolocalisation différente (autre que le GPS) doit être incluse dans le rapport d’essai.
  11. Le besoin de dépendance pour la puissance d’émission d’un dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif en mode I, lorsque le dispositif de commande est limité à 40 mW, a été ajouté.
  12. D’autres modifications et clarifications ont été apportées, le cas échéant.

Publication autorisée par
le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

Martin Proulx
Directeur général
Direction générale du génie, de la planification et des normes

1. Portée

Le Cahier des charges sur les normes radioélectriques CNR-222, 2e édition, Dispositifs d’espaces blancs (DEB), établit les exigences de certification des appareils radio exempts de licence et fonctionnant dans les bandes de fréquences de 54 à 72 MHz, de 76 à 88 MHz, de 174 à 216 MHz, de 470 à 608 MHz et de 657 à 663 MHz, aussi appelés dispositifs d’espaces blancs (DEB).

2. But et application

Les DEB sont des appareils radio exempts de licence qui exploitent les fréquences d’espaces blancs, c’est-à-dire les fréquences inutilisées du spectre réservé aux services radio dans les bandes VHF (très haute fréquence) et UHF (ultra haute fréquence) à un moment précis dans une zone géographique précise. Les DEB fonctionnent en régime de non-protection et de non-brouillage, et ils peuvent fournir divers services, notamment de large bande sans fil.

Le CNR-222 ne s’applique pas aux appareils radio destinés aux services de radiodiffusion grand public qui sont plutôt régis par les Règles et procédures sur la radiodiffusion (RPR) et les Normes techniques de matériel de radiodiffusion (NTMR) d’ISDE.

3. Entrée en vigueur et période de transition

Le présent document entrera en vigueur à sa date de publication sur le site Web d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE). Cependant, après sa publication, une période de transition de six mois sera accordée, période pendant laquelle la conformité au CNR-222, 1re ou 2e édition, sera acceptée. Passé ce délai, seules les demandes relatives à la certification de matériel conformément au CNR-222, 2e édition, seront acceptées.

4. Certification

La présente norme régit le matériel de catégorie I. Un certificat d’approbation technique (CAT) délivré par le Bureau d’homologation et de services techniques d’ISDE ou un certificat délivré par un organisme de certification (OC) reconnu est requis.

5. Délivrance de licences

Le matériel régi par la présente norme est exempté de licence en vertu de l’article 15 du Règlement sur la radiocommunication.

6. Conformité au CNR-Gen

Pour connaître les spécifications générales et l’information relative au matériel visé par la présente norme, le CNR-222 doit être utilisé conjointement avec le CNR-Gen, Exigences générales relatives à la conformité des appareils de radiocommunication – Limites et méthodes de mesure.

7. Documents connexes

Les documents de référence d’ISDE ci-dessous sont accessibles dans la section Publications officielles du site Web Gestion du spectre et télécommunications :

Acronymes

CBD – Cahier des charges sur les bases de données

SMSE – Gestion du spectre et génie du spectre

8. Définitions

Accès dynamique au spectre : Technique selon laquelle un système radio s’adapte de façon dynamique à l’environnement du spectre radio local pour repérer les canaux disponibles à des endroits précis et y accéder.

Administrateur de base de données d’espaces blancs (ABDEB) : Fournisseur de services externe désigné par ISDE pour administrer une BDEB au Canada.

Base de données d’espaces blancs (BDEB) : Base de données d’une tierce partie reconnue par ISDE qui tient un registre de tous les services sous licences et les systèmes dont l’exploitation des bandes de fréquences d’espaces blancs est approuvée. La base de données détermine les canaux disponibles à un moment et à un emplacement géographique précis, puis fournit la liste de ces canaux aux DEB.

Canal d’exploitation : Canal disponible utilisé par un dispositif d’espaces blancs pour l’émission ou la réception.

Canal disponible : Gamme de fréquences (généralement un canal de largeur de 6 MHz) disponibles aux fins d’utilisation par un dispositif d’espaces blancs (DEB).

Capacité de géolocalisation : Capacité d’un DEB à déterminer ses coordonnées géographiques selon un certain degré de précision et de confiance requis.

Dispositif d’espaces blancs : Appareil radio fonctionnant dans les bandes de fréquences d’espaces blancs à l’aide de techniques d’accès dynamique au spectre.

Dispositif d’espaces blancs fixe : Dispositif qui transmet et/ou reçoit des signaux de radiocommunication à un emplacement fixe identifié. Il sélectionne des fréquences d’exploitation potentielles à partir d’une liste de canaux disponibles fournie par une BDEB.

Dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif : Dispositif d’espaces blancs qui émet ou reçoit des signaux de radiocommunication en déplacement ou à des points fixes non précisés.

Dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif en mode I : Dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif qui n’utilise pas une fonction de géolocalisation interne et accède à une base de données d’espaces blancs pour obtenir une liste de canaux RF disponibles. Un dispositif personnel ou portatif en mode I doit obtenir d’un dispositif d’espaces blancs fixe ou d’un dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif en mode II une liste des canaux disponibles sur lesquels il peut transmettre. Il ne peut pas effectuer ni un lancement de réseau ni fournir une liste de canaux RF disponibles à un autre dispositif en mode I pour utilisation par ce dernier.

Dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif en mode II : Dispositif d’espaces blancs personnel ou portatif qui utilise une fonction de géolocalisation interne et accède à une base de données d’espaces blancs (BDEB) pour obtenir une liste de canaux RF disponibles. L’accès à la base de données peut être obtenu par une connexion directe à Internet ou par une connexion indirecte à un dispositif fixe ou à un autre dispositif d’espaces blancs en mode II. Un dispositif en mode II peut fournir une liste de canaux RF disponibles à un autre dispositif personnel ou portatif pour utilisation par ce dernier.

Espacement duplex (600 MHz) : Bande de fréquence de 11 MHz qui sépare les fréquences en liaison montante et en liaison descendante des services de 600 MHz.

Espaces blancs (ES) : Partie du spectre disponible pour les systèmes radio aux fins de radiocommunication, à un moment particulier, dans une zone géographique donnée.

Lancement de réseau : Processus par lequel un dispositif d’espaces blancs fixe ou en mode II envoie des signaux de contrôle à un ou à plusieurs dispositifs espaces blancs fixes ou personnels/portatifs pour leur permettre d’entamer des communications.

Mode veille : État inactif, mais non hors tension, d’un dispositif d’espaces blancs.

Numéro d’identification d’Innovation, Sciences et Développement Économique (ID ISDE) : Numéro d’homologation d’un dispositif d’espaces blancs fourni par ISDE.

Puissance d’émission par conduction maximale : La moyenne sur tous les symboles de l’alphabet signalétique de la puissance d’émission totale fournie à toutes les antennes et éléments d’antenne, lorsque l’émetteur opère à son niveau de contrôle de la puissance maximal. La puissance de toutes les antennes et de tous les éléments d’antenne doit être additionnée. La moyenne ne doit inclure aucun intervalle de temps durant lequel l’émetteur se trouve éteint ou n’émet qu’à puissance réduite. Si plusieurs modes de fonctionnement sont mis en œuvre (p. ex., des techniques de modulation différentes), la puissance d’émission par conduction maximale représente la puissance d’émission totale la plus haute se produisant dans n’importe quel mode.

Signal de vérification de contact : Signal codé diffusé par un dispositif fixe ou personnel ou portatif en mode II et destiné aux dispositifs personnels/portatifs en mode I auxquels le dispositif fixe ou personnel ou portatif en mode II a fourni une liste de canaux disponibles pour le fonctionnement. Le but de ce signal est de déterminer si le dispositif personnel ou portatif en mode I est toujours à portée de réception du dispositif fixe ou personnel ou portatif en mode II.

Zones moins congestionnées : Zones géographiques où, au moins, la moitié des canaux de télévision ne sont pas utilisées pour la radiodiffusion et d’autres services protégés et donc pourraient être disponibles pour un dispositif d’espaces blancs.

9. Exigences techniques relatives aux DEB

La présente section établit les exigences techniques de conformité des DEB, en plus des exigences relatives au mode d’essai, aux radiofréquences et à l’accès aux bases de données, qui sont précisées dans la présente norme.

9.1 Affichage des canaux disponibles

Les DEB doivent avoir la capacité d’afficher une liste des canaux disponibles et les canaux qu’ils exploitent aux fins d’affichage direct (p. ex., à l’écran du dispositif) ou indirect (au moyen d’un matériel auxiliaire).

9.2 Commande de puissance d’émetteur des DEB

Les DEB doivent avoir une commande de contrôle de la puissance d’émission servant à limiter leur puissance de fonctionnement. Le rapport d’essai doit contenir une description de cette commande de contrôle de la puissance d’émission.

9.3 Exigences relatives aux antennes des DEB personnels ou portatifs

Toutes les antennes d’émission et de réception des DEB personnels ou portatifs doivent être fixes en permanence, c.-à-d. intégrées au dispositif.

9.4 Exigences relatives aux antennes des DEB fixes

Le gain maximal de l’antenne d’émission employée avec un DEB fixe doit être déclaré par le fabricant dans la demande d’homologation.

Si le DEB fixe est conçu pour être utilisé dans des zones moins congestionnées, le rapport d’essai doit comprendre une déclaration indiquant qu’il est conçu pour ces zones.

9.5 Contrôle de la puissance des DEB fixes

Le rapport d’essai doit comprendre une description du mécanisme de contrôle de puissance et de la conformité continue aux limites applicables aux DEB fixes dont le gain directionnel dépasse 6 dBi ou dont le gain directionnel excède 10 dBi (c.-à-d. prévu pour les opérations dans les zones moins congestionnées).

9.6 Guide de l’utilisateur pour les antennes des DEB fixes

En plus des exigences du CNR-Gen relatives au guide de l’utilisateur, le texte ci-dessous concernant les DEB fixes doit figurer dans le guide de l’utilisateur :

La hauteur au-dessus du sol de l’antenne doit être déterminée par l’installateur ou l’opérateur du dispositif fixe, ou par des dispositifs automatiques. Cette information doit être enregistrée dans le dispositif d’espaces blancs. Si ce dispositif est déplacé, l’opérateur devra rétablir la hauteur au-dessus du sol de l’antenne.

10. Exigences relatives au mode essai

Le mode essai des DEB doit être accessible au personnel chargé des essais (non accessible aux utilisateurs finaux), afin de réaliser des essais de conformité menant à l’homologation. La présente section établit les exigences pour le mode essai des DEB.

10.1 Exigences relatives au mode essai des radiofréquences

Le mode essai des DEB doit permettre :

  • de faire fonctionner le dispositif soumis à l’essai (DSE) sur une bande de fréquences sélectionnée par le personnel chargé des essais;
  • de faire varier et de régler la puissance de sortie à une puissance donnée entre les limites inférieure et supérieure de l’appareil;
  • d’émettre un signal modulé en continu (c.-à-d. sans utilisation de salves temporelles ou de portillonnage de signaux).

10.2 Interface de la base de données d’espaces blancs (BDEB)

Un logiciel de gestion radio doit être fourni pour l’exécution des essais de certification de l’interface de la BDEB. Le logiciel doit présenter les caractéristiques suivantes :

  • capacité d’afficher toutes les données envoyées au dispositif et fournies par lui;
  • capacité de fournir une liste de canaux disponibles au DEB;
  • capacité de sélectionner manuellement un canal disponible;
  • capacité de bloquer un canal de la liste des canaux disponibles;
  • capacité d’ordonner à un DEB personnel ou portatif d’appliquer la puissance correspondant à sa limite inférieure (voir les sections 11.3.2. et 11.4.2).

11. Exigences relatives aux radiofréquences, méthodes de mesure et limites

La présente section énonce les exigences, les procédures de mesure et les limites des radiofréquences devant être appliquées aux DEB. Ces exigences et procédures de mesure peuvent être exécutées sans nécessiter l’accès à une BDEB.

11.1 Bandes de fréquences utilisées par les DEB

La présente section énonce les exigences relatives aux bandes de fréquences utilisées par les DEB.

11.1.1 Utilisation dans des bandes de fréquences non autorisées

Pour l’utilisation au Canada, il faut s’assurer qu’il est impossible de régler le DSE sur une bande de fréquences non autorisée, en fonction du type de DEB (fixe ou personnel/portatif), tel qu’indiqué à la section 11.1.2.

Le verrouillage des canaux non autorisés peut ne pas être mis en œuvre intégralement dans le DSE, mais il doit être basé sur les limites fournies au DSE par la base de données.

11.1.2 Canaux de transmission autorisés

Tous les DEB peuvent fonctionner dans les canaux disponibles des bandes de fréquences de 470 à 608 MHz.

Seuls les DEB fixes doivent fonctionner dans les canaux disponibles des bandes de fréquences de 54 à 72 MHz, de 76 à 88 MHz et de 174 à 216 MHz. Ces bandes ne doivent être utilisées que pour les communications entre DEB fixes.

Les DEB personnels et portatifs à faible puissance peuvent fonctionner dans la bande de fréquences de 657 à 663 MHz avec une p.i.r.e. maximum de 40 mW.

Tous les DEB doivent fonctionner uniquement dans les canaux disponibles et avec les niveaux de puissance indiqués ci-dessus et tel qu’il est établi par une BDEB.

11.1.3 Agrégation de canaux

Les DEB peuvent fonctionner sur un seul canal de 6 MHz de largeur, de multiples canaux non contigus de 6 MHz de largeur, un groupe de canaux contigus de 6 MHz de largeur chacun ou divers canaux contigus et non contigus de 6 MHz. L’utilisation par agrégation de canaux ne doit être effectuée que sur les canaux disponibles, tels que déterminés par la BDEB.

Les DEB fonctionnant sur une base d’agrégation de canaux (soit contigus ou non-contigus) doivent être conformes à toutes les exigences énoncées dans le présent document. En particulier, les DEB fonctionnant sur de multiples canaux contigus doivent être conformes à :

  • la limite de puissance du transmetteur applicable à 6 MHz (c.-à.-d. la largeur de bande d’un canal d’espace blanc);
  • la densité spectrale sur la largeur de bande de résolution;
  • l’exigence de la limite du canal et aux exigences de canaux adjacents.

Dans le cas d’un groupe de canaux contigus, les exigences de limite de canal et de canaux adjacents s’appliquent à la limite et aux canaux adjacents à l’extérieur des émissions du groupe de canaux.

Pour démontrer la conformité aux exigences à des fins d’agrégation de canaux, les mesures représentatives du pire cas devront être incluses dans le rapport d’essai. Une description de l’agrégation de canal devra également être incluse dans le rapport d’essai.

11.2 Puissance d’émission et densité spectrale de puissance (DSP) pour les DEB fixes

La présente section prescrit la puissance et la densité spectrale de puissance pour les DEB fixes.

11.2.1 Méthode de mesure

Les méthodes de mesures suivantes doivent être employées pour mesurer la puissance d’émission et la densité spectrale de puissance (DSP) par conduction d’un DEB fixe :

  1. Connecter un câble de raccordement d’atténuation connue (aux fréquences particulières considérées) au port d’antenne du DSE et à l’analyseur de spectre. Pour un DEB fixe, il peut être nécessaire d’insérer un atténuateur extérieur dans le trajet du signal pour éliminer les risques de surcharge pouvant endommager l’analyseur.
  2. Sélectionner le détecteur de puissance moyenne (quadratique) de l’analyseur, une étendue de 10 MHz, une largeur de bande de résolution de 100 kHz, une largeur de bande vidéo de 300 kHz et une vitesse de balayage assurant un temps d’intégration d’une milliseconde par point de trace.
  3. Activer le mode essai du DSE qui assure l’émission continue du signal de sortie (sans salve temporelle ou portillonnage de signal) sur le canal exploité étudié (les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord du DSE considérée doivent être examinés).
  4. Établir la moyenne par trace sur un nombre minimum de 10 traces.
  5. Utiliser la fonction d’analyseur de puissance bande/canal intégrée pour établir la puissance moyenne dans la largeur de bande de 6 MHz.
  6. Utiliser la fonction de marqueur de crête pour établir la puissance maximale dans n’importe quelle bande de 100 kHz.
  7. Apporter les corrections nécessaires aux amplitudes mesurées pour tenir compte des facteurs périphériques (p. ex., atténuation du signal dans le câble de raccordement ou dans l’atténuateur extérieur). Consigner les amplitudes corrigées comme valeurs de puissance mesurée dans la largeur de bande de 6 MHz et dans une bande de 100 kHz, respectivement.
  8. Si le dispositif a plusieurs ports d’antenne, la puissance de toutes les antennes et de tous les éléments d’antenne doit être additionnée.
  9. Pour évaluer la conformité, comparer le total des puissances d’émission et des DSP aux limites de la puissance d’émission et de la DSP, qui se trouvent au tableau 1 de la section 11.2.2.
  10. Reprendre les étapes jusqu’à ce que l’on dispose de données accumulées pour les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord considérée du DSE.

11.2.2 Limites de la DSP

Le niveau de puissance d’émission par conduction et la DSP par conduction d’un DEB fixe ne doivent pas dépasser les limites indiquées dans le tableau 1 pendant toute la durée de la transmission continue.

Un DEB fixe peut fonctionner à des niveaux de p.i.r.e. qui se situent entre les valeurs prescrites au tableau 1. Si le DEB fonctionne à un niveau égal ou inférieur à 36 dBm de p.i.r.e., les limites de puissance d’émission par conduction et de DSP par conduction doivent être interpolées de façon linéaire proportionnellement à leur niveau de p.i.r.e. entre les valeurs du tableau 1.

Si le DEB fixe fonctionne à des niveaux de p.i.r.e. supérieurs à 36 dBm, la limite de puissance d’émission par conduction applicable et les limites de DSP par conduction sont celles prescrites pour la valeur de p.i.r.e. de 40 dBm.

Tableau 1 — Limites de puissance et DSP des DEB fixes
p.i.r.e. de canal
(dBm par 6 MHz)
Limite de puissance d’émission par conduction de canal
(dBm par 6 MHz)
Densité spectrale de puissance par conduction de canal
(dBm/100 kHz)
16 10 -7,4
20 14 -3,4
24 18 0,6
28 22 4,6
32 26 8,6
36 30 12,6
40 30 12,6

Pour les DEB fixes dont le gain directionnel d’antenne d’émission dépasse 6 dBi, il faut réduire la puissance d’émission par conduction de canal et la DSP par conduction de canal du nombre de dB de gain directionnel d’antenne dépassant 6 dBi.

Pour les DEB fixes conçus pour les zones moins congestionnées et dont le gain directionnel d’antenne d’émission dépasse 10 dBi, il faut réduire la puissance d’émission par conduction de canal et la DSP par conduction du nombre de dB de gain directionnel d’antenne dépassant 10 dBi.

11.3 Puissance d’émission et DSP des DEB personnels ou portatifs (mode I et mode II)

La présente section énonce les exigences relatives à la puissance d’émission et à la DSP des DEB personnels ou portatifs.

11.3.1 Méthode de mesure

La méthode de mesure de la puissance rayonnée décrite ci-dessous doit être utilisée pour mesurer la puissance rayonnée et la DSP rayonnée :

  1. Connecter un câble de raccordement d’atténuation connue (dans la plage de fréquences considérée) à une antenne de mesure de gain de réception connu et à un analyseur de spectre.
  2. Activer le mode essai du DSE qui assure l’émission continue du signal de sortie (sans salve temporelle ou portillonnage de signal) sur le canal exploité étudié (les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord de DSE considérée doivent être examinés).
  3. Déterminer l’azimut et l’élévation associés à l’émission maximale conformément au CNR-Gen.
  4. Sélectionner le détecteur de puissance moyenne (quadratique) de l’analyseur, une plage de fréquences de 10 MHz, une largeur de bande de résolution de 100 kHz, une largeur de bande vidéo de 300 kHz et une vitesse de balayage assurant un temps d’intégration d’une milliseconde par point de trace.
  5. Établir la moyenne par trace sur un nombre minimum de 10 traces.
  6. Utiliser la fonction d’analyseur de puissance bande/canal intégrée pour établir l’amplitude moyenne dans la largeur de bande de canal de 6 MHz.
  7. Utiliser la fonction de marqueur de crête pour établir l’amplitude maximale dans n’importe quelle portion de bande de 100 kHz.
  8. Apporter les corrections nécessaires aux amplitudes mesurées pour tenir compte des facteurs externes insérés dans le trajet du signal (p. ex., atténuation du signal dans le câble de raccordement et gain de l’antenne de mesure). Consigner les amplitudes corrigées comme valeurs de puissance mesurées dans la largeur de bande de 6 MHz et dans une bande de 100 kHz, respectivement.
  9. Calculer les valeurs de p.i.r.e. correspondantes en utilisant les indications fournies dans le CNR-Gen.
  10. Pour évaluer la conformité, comparer les valeurs de puissance et de densité spectrale de puissance consignées aux limites applicables présentées dans le tableau 2 de la section 11.3.2.
  11. Reprendre les étapes jusqu’à ce que l’on dispose de données accumulées pour les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord considérée du DSE.

11.3.2 Limites de puissance et de DSP

La puissance d’émission et la DSP d’un DEB personnel ou portatif ne doivent pas dépasser les limites indiquées dans le tableau 2 pendant toute la durée de la transmission continue.

Tableau 2 — Limites de puissance et de DSP des DEB personnels ou portatifs
Paramètre Limite Limite de faible puissance*
p.i.r.e. de canal (dBm/6MHz) 20 16
DSP (dBm/100 kHz) 2,6 -1,4

* Durant les essais des DEB personnels ou portatifs, il faut utiliser le logiciel de gestion radio pour appliquer la limite de faible puissance.

11.4 Émission de l’émetteur dans les limites de bande et les canaux adjacents pour tous les DEB

La présente section décrit les exigences relatives à l’émission dans les limites de bande et les canaux adjacents pour tous les DEB.

11.4.1 Méthode de mesure

Comme pour les mesures de puissance, la méthode privilégiée pour établir la puissance d’émission maximale dans les limites de bande et les canaux adjacents consiste à suivre une procédure de mesure de puissance par conduction. En cas d’absence de port d’antenne nécessaire aux mesures de puissance par conduction (p. ex, les DEB personnels ou portatifs), une procédure de mesure de puissance rayonnée peut être utilisée (voir le CNR-Gen).

Les mesures d’émission hors bande doivent être prises en activant le DSE dans le mode essai et en fournissant une émission continue du signal de sortie (sans salve temporelle ou portillonnage de signal) sur le canal d’exploitation à étudier. Pour les mesures dans les limites de bande, dans les canaux adjacents et au-delà des canaux adjacents, il faut soumettre aux essais les canaux bas, central et haut de la gamme d’accord considérée.

11.4.1.1 Mesures dans les limites des canaux

Les mesures dans les limites des canaux doivent être exécutées par rapport à la fréquence limite inférieure (fL) et à la fréquence limite supérieure (fU) du canal. La DSP doit être mesurée dans une portion de bande de 100 kHz par rapport à la limite du canal (soit fL –100 kHz). Il est à noter que le canal exploité peut être constitué d’un groupe de canaux d’espaces blancs contigus, auquel cas la limite d’émissions du canal adjacent s’applique à la bande de fréquences de 100 kHz par rapport au groupe de canaux d’espaces blancs contigus.

Les étapes suivantes décrivent les réglages et les procédures à suivre pour exécuter les mesures dans les limites de bande :

  1. Sélectionner le détecteur de puissance moyenne (quadratique) de l’analyseur, une fréquence de départ de fL – 100 kHz et une fréquence d’arrêt de fL (fL représentant la limite inférieure du canal exploité), une largeur de bande de résolution de 10 kHz, une largeur de bande vidéo minimale de 30 kHz et une vitesse de balayage assurant un temps d’intégration d’une milliseconde par point de trace.
  2. Établir la moyenne par trace sur un nombre minimum de 10 traces.
  3. Utiliser la fonction de puissance bande/canal intégrée de l’analyseur pour établir la DSP maximale moyenne sur l’étendue de fréquences de 100 kHz.
  4. Apporter les corrections nécessaires aux amplitudes mesurées pour tenir compte des éléments externes insérés dans le trajet du signal (p. ex., il peut être nécessaire d’insérer un atténuateur externe dans le trajet du signal pour prévenir les dommages de surcharge à l’analyseur durant les mesures et pour mesurer le gain de l’antenne durant les essais des émissions radiées).
  5. Répéter la procédure en réglant la fréquence de départ de l’analyseur à fU et la fréquence d’arrêt à fU + 100 kHz.
  6. Répéter la procédure entière jusqu’à ce que l’on dispose des données accumulées pour les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord considérée du DSE.
11.4.1.2 Mesures dans les canaux adjacents

La limite de rayonnement dans les canaux adjacents s’applique dans toute portion de bande de 100 kHz à l’intérieur de la bande de fréquences de 6 MHz inférieure ou supérieure par rapport au canal exploité (N ± 1, où N représente le canal de fonctionnement). Il est à noter que le canal exploité peut être constitué d’un groupe de canaux d’espaces blancs contigus, auquel cas la limite d’émissions du canal adjacent s’applique à la bande de fréquences de 6 MHz par rapport au groupe de canaux d’espaces blancs contigus.

Les procédures et réglages d’analyseur de spectre suivants sont recommandés pour ces mesures :

  1. Sélectionner le détecteur de puissance moyenne (quadratique), une fréquence de départ de fL – 6 MHz et une fréquence d’arrêt de fL – 100 kHz (fL représentant la limite inférieure du canal exploité), une largeur de bande de résolution de 100 kHz, une largeur de bande vidéo minimale de 300 kHz et une vitesse de balayage assurant un temps d’intégration d’une milliseconde par point de trace.
  2. Établir la moyenne par trace sur un nombre minimum de 10 traces.
  3. Utiliser la fonction de marqueur de crête de l’analyseur pour établir la DSP maximale dans n’importe quelle portion de 100 kHz de l’étendue de fréquence.
  4. Apporter les corrections nécessaires aux amplitudes mesurées pour tenir compte des éléments externes insérés dans le trajet du signal (p. ex., il peut être nécessaire d’insérer un atténuateur externe dans le trajet du signal pour prévenir les dommages de surcharge à l’analyseur durant les mesures et pour mesurer le gain de l’antenne durant les essais des émissions radiées).
  5. Reprendre la procédure en réglant la fréquence de départ de l’analyseur à fU + 100 kHz et la fréquence d’arrêt à fU + 6 MHz.
  6. Répéter la procédure entière jusqu’à ce que l’on dispose des données accumulées pour les canaux bas, central et haut de chaque gamme d’accord considérée du DSE.

11.4.2 Limites de rayonnement d’émetteur dans les limites de bande et les canaux adjacents

La puissance de rayonnement dans les limites de bande et les canaux adjacents des DEB ne doit pas dépasser les valeurs indiquées aux tableaux 3 et 4 pendant toute la période d’émission continue.

Tableau 3 — Limites de puissance dans les limites de bande et les canaux adjacents des DEB fixes
Valeur de p.i.r.e. du canal
(dBm par 6 MHz)
Limite de puissance par conduction dans les limites de bande et les canaux adjacents
(dBm/100 kHz)
16 -62,8
20 -58,8
24 -54,8
28 -50,8
32 -46,8
36 -42,8
40 -42,8
Tableau 4 — Limites de rayonnements dans les limites de bande et les canaux adjacents des DEB personnels ou portatifs
Paramètre Limite (dBm/100 kHz) Limite de faible puissance*
(dBm/100 kHz)
Limite de bande -52,8 -56,8
Puissance de rayonnement dans un canal adjacent -52,8 -56,8

* Durant les essais des DEB personnels ou portatifs, il faut utiliser le logiciel de gestion de radio pour appliquer la limite de faible puissance.

Ces limites s’appliquent tant à l’extérieur d’un seul canal de 6 MHz qu’à l’extérieur d’un groupe de canaux contigus de 6 MHz. Pour l’agrégation non contiguë, les exigences relatives à un canal unique de 6 MHz s’appliquent à chaque canal compris dans cette agrégation de canaux.

Si un DEB fixe fonctionne à des niveaux de p.i.r.e. qui se situent entre les valeurs prescrites au tableau 3 et que sa p.i.r.e. est égale ou inférieure à 36 dBm (4 000 mW), ses niveaux d’émission par conduction dans les limites de bande et les canaux adjacents doivent être conformes à la limite applicable la plus élevée prescrite au tableau 3.

Si le DEB fixe fonctionne à des niveaux de p.i.r.e. supérieurs à 36 dBm (4 000 mW), les limites de puissance par conduction dans les limites de bande et les canaux adjacents sont celles qui correspondent à la valeur p.i.r.e. de 40 dBm (10 000 mW).

Un DEB fixe dont le gain directionnel d’antenne d’émission dépasse 6 dBi doit respecter les limites applicables à la valeur de p.i.r.e. de 40 dBm. Il faut réduire la puissance maximale par conduction dans les limites de bande et les canaux adjacents du nombre de décibels de gain directionnel d’antenne dépassant 6 dBi.

11.4.3 Mesures et limites de rayonnements non essentiels

Au-delà du canal adjacent immédiat du canal ou du groupe de canaux contigus du DEB, les rayonnements non essentiels du DEB doivent respecter les limites d’intensité de champ générales prescrites dans le CNR-Gen. Les rayonnements non essentiels doivent être mesurés conformément au CNR-Gen.

11.5 Rayonnements de champ dans la bande de fréquences de 602 à 620 MHz

La présente section énonce les exigences relatives aux rayonnements dans la bande de 602 à 620 MHz.

11.5.1 Mesures de rayonnements de champ

Les rayonnements de champs à l’intérieur de la bande de fréquences de 602 à 620 MHz doivent respecter les limites indiquées dans le tableau 5. Les émissions dans ces canaux doivent être mesurées par rayonnement. Durant les mesures, le DEB doit être réglé sur la fréquence centrale de la bande de fréquences de 596 à 602 MHz.

De plus, si le DEB est capable de fonctionner dans la bande de fréquences de 602 à 608 MHz, il doit aussi être réglé sur la fréquence centrale de la bande de fréquences de 602 à 608 MHz. Dans ce cas, les rayonnements essentiels et non essentiels ne doivent pas dépasser les limites précisées au tableau 5.

11.5.2 Limites de rayonnements de champ

Les rayonnements de champ de l’émetteur dans la bande de fréquences de 602 à 620 MHz doivent être conformes aux limites de rayonnements, à un mètre de distance, tel qu’il est indiqué dans le tableau 5 (F est la fréquence en MHz selon la gamme de fréquences prescrite).

Tableau 5 — Limites de rayonnements de champ pour la bande de fréquences de 602 à 620 MHz
Fréquence (MHz) Intensité de champ – dBμV/mètre /120 kHz à 1 m
602-607 120 – 5 (F(MHz) – 602)
607-608 95
608-614 30
614-615 95
615-620 120 – 5 (620 – F(MHz))

12. Exigences de géolocalisation pour les DEB fixes et personnels ou portatifs en mode II

Les DEB doivent déterminer leur géolocalisation conformément aux exigences de la présente section et fournir le lieu ainsi que le niveau d’incertitude à la BDEB.

12.1 Données de référence

Les coordonnées géographiques d’un DEB fixe et d’un DEB personnel ou portatif en mode II doivent faire référence au Système de référence nord-américain de 1983 (SGNA 83).

12.2 Précision de la géolocalisation

L’emplacement d’un DEB fixe et d’un DEB personnel ou portatif en mode II, ainsi que l’incertitude relative à la géolocalisation, doivent être établis en mètres avec un niveau de confiance de 95 %.

Le demandeur doit fournir dans le rapport d’essai une description du niveau d’incertitude et du niveau de confiance de la méthode de géolocalisation utilisée.

12.3 Autre technologie de géolocalisation

Si une technologie autre que le GPS est utilisée, il faut fournir dans le rapport d’essai une description de la technologie de localisation d’un DEB fixe et d’un DEB personnel ou portatif en mode II.

12.4 Capacité de géolocalisation interne et source de géolocalisation externe pour les DEB fixes

Un DEB fixe doit avoir une capacité de géolocalisation pour déterminer ses coordonnées géographiques avec l’exactitude précisée à la section 12.2.

Un DEB fixe peut obtenir ses coordonnées géographiques au moyen d’une source de géolocalisation externe lorsqu’il est utilisé à un endroit où sa capacité de géolocalisation interne ne fonctionne pas. Une source de géolocalisation externe peut être reliée à un dispositif fixe au moyen d’une connexion câblée ou sans fil, et une source de géolocalisation unique peut fournir l’information sur l’emplacement de multiples dispositifs fixes. Une source de géolocalisation externe doit être reliée à un dispositif fixe au moyen d’une connexion sécurisée qui garantit que seule une source de géolocalisation externe approuvée pour un dispositif fixe particulier peut fournir des coordonnées géographiques à ce dispositif. Les coordonnées géographiques doivent être fournies automatiquement par la source de géolocalisation externe au dispositif fixe. Les utilisateurs ne peuvent pas les entrer manuellement. Par ailleurs, un câble d’extension peut être utilisé pour brancher une antenne de réception à distance à un récepteur de géolocalisation dans un dispositif fixe.

Les coordonnées géographiques du DEB fixe doivent être établies à la première activation à partir de l’état hors tension. Cette donnée peut être stockée en mémoire interne du DEB fixe.

12.5 Capacité de géolocalisation d’un DEB personnel ou portatif en mode II

Le DEB personnel ou portatif en mode II doit intégrer une capacité de géolocalisation qui peut établir les coordonnées géographiques conformément au niveau de précision indiqué au paragraphe 12.2. Le dispositif doit redéfinir sa position chaque fois qu’il est mis sous tension ou à la suite d’une période de veille prolongée (c.-à-d. une période de veille de 60 secondes ou plus). Il doit vérifier sa position au moins toutes les 60 secondes lorsqu’il est activé, sauf s’il est en mode veille prolongée.

Le rapport d’essai des dispositifs personnels ou portatifs en mode II doit comprendre un énoncé de conformité au niveau de précision indiqué.

13. Exigences relatives à l’accès des DEB à la BDEB

La présente section traite des exigences relatives à l’accès des DEB fixes et personnels ou portatifs à la BDEB. Pour connaître les procédures d’essai de l’accès à la base de données des DEB, voir l’annexe A.

13.1 DEB fixes

La présente section décrit les exigences relatives à l’accès d’un DEB à une BDEB.

13.1.1 Initialisation des DEB fixes

Le DEB fixe doit accéder à une BDEB par Internet pour découvrir les canaux disponibles et la puissance maximale permise pour chaque canal disponible basé sur ses coordonnées géographiques, en tenant compte de la hauteur de l’antenne du dispositif et de l’incertitude de la géolocalisation, avant d’effectuer sa première transmission de service à un emplacement donné.

Le DEB fixe doit être en mesure de fournir les données suivantes à une BDEB :

  • ID ISDE
  • Numéro de série du dispositif défini par le fabricant
  • Coordonnées géographiques (latitude et longitude [NAD 83])
  • Incertitude des coordonnées géographiques avec un taux de précision de 95 %
  • Hauteur de l’antenne au-dessus du sol (AGL) ou au-dessus du niveau moyen de la mer (AMSL)

13.1.2 Mise à jour de la base de données des DEB fixes

Les DEB fixes doivent accéder à la BDEB au moins une fois par jour (c.-à-d. au moins une fois toutes les 24 heures) pour vérifier que les canaux exploités demeurent disponibles. Si la base de données indique qu’un canal n’est plus disponible au niveau de fonctionnement actuel, le DEB fixe doit arrêter immédiatement d’exploiter ce canal ou réduire sa puissance à un niveau acceptable, conformément à la BDEB. Les DEB fixes doivent mettre à jour leurs canaux actifs conformément aux données d’horaire de disponibilité des canaux fournies par leur base de données. L’horaire de disponibilité des canaux doit être mis à jour quotidiennement et doit couvrir la période de 48 heures suivant le moment du dernier accès du dispositif à la BDEB.

13.1.3 Échec de communication d’un DEB fixe avec la base de données

Si un DEB fixe n’arrive pas à communiquer avec une BDEB durant une journée, il peut continuer de fonctionner jusqu’à 23 h 59 (heure locale) le jour suivant, heure à laquelle il doit cesser de fonctionner. Le DEB fixe ne doit alors recommencer à fonctionner qu’après avoir repris contact avec une BDEB autorisée et revérifié la liste de canaux disponibles.

13.1.4 DEB fixes sans connexion directe à Internet

Si un DEB fixe n’a pas de connexion directe à Internet, il peut transmettre sa demande d’initialisation et d’enregistrement par l’intermédiaire d’un autre DEB fixe. Dans ce cas, le DEB fixe demandeur peut émettre sur un canal que le DEB fixe de relais a précédemment utilisé ou sur un canal que le DEB de relais indique comme disponible pour l’accès à la base de données. Une fois inscrit dans une BDEB, le DEB fixe nouvellement inscrit ne doit utiliser que les canaux disponibles indiqués par la BDEB et ne peut pas utiliser la liste des canaux destinés à un autre DEB.

13.1.5 Perte d’alimentation du DEB fixe

Après une perte d’alimentation électrique, au redémarrage, le DEB fixe doit revérifier et rétablir la communication avec un DEB fixe ou un DEB personnel ou portatif en mode II, ou avec une BDEB, pour obtenir une liste de canaux disponibles. De plus, après avoir subi une perte d’alimentation et obtenu une nouvelle liste de canaux disponibles, le DEB fixe doit demander à tous les DEB en mode I qu’il dessert d’obtenir et d’employer la nouvelle liste de canaux disponibles.

13.2 DEB personnels ou portatifs en mode II

La présente section décrit les exigences relatives à l’accès d’un DEB personnel ou portatif en mode II à une BDEB.

13.2.1 Initialisation du DEB personnel ou portatif en mode II

Le DEB personnel ou portatif en mode II doit accéder à une BDEB par Internet pour découvrir les canaux disponibles et sa puissance maximale permise à ses coordonnées géographiques, en tenant compte de l’incertitude de la géolocalisation, avant d’effectuer sa première transmission de service à un emplacement donné. Il n’est autorisé à fonctionner qu’aux niveaux de rayonnement et sur les canaux libres indiqués dans la base de données pour le DEB personnel ou portatif.

Un DEB personnel ou portatif en mode II doit être en mesure de fournir les données suivantes à la base de données :

  • ID ISDE
  • Numéro de série du dispositif défini par le fabricant
  • Coordonnées géographiques (latitude et longitude [NAD 83])
  • Incertitude des coordonnées géographiques avec un taux d’exactitude de 95 %

Le DEB personnel ou portatif en mode II doit accéder à la base de données pour obtenir la liste des canaux disponibles chaque fois qu’il est mis sous tension à partir de l’état hors tension.

13.2.2 Changement de position du DEB personnel ou portatif en mode II

Si le DEB personnel ou portatif en mode II est déplacé pendant qu’il fonctionne à une distance plus grande que l’incertitude de géolocalisation par rapport à l’endroit d’où il a accédé à la base de données la dernière fois, il doit revérifier son emplacement et ses canaux disponibles dans la base de données, sauf pour les cas présentés à la section 13.2.4.

13.2.3 Mise à jour de la base de données des DEB personnels ou portatifs en mode II

Le DEB personnel ou portatif en mode II doit revérifier sa position et accéder à une BDEB au moins une fois par jour (c.-à-d. au moins une fois toutes les 24 heures) pour vérifier que le ou les canaux qu’il exploite demeurent disponibles. Il doit mettre à jour ses canaux actifs et ses niveaux de puissance correspondants conformément aux données d’horaire de disponibilité des canaux fournies par sa base de données. L’horaire de disponibilité des canaux doit être mis à jour quotidiennement et couvrir la période de 48 heures suivant le moment du dernier accès du dispositif à la base de données.

13.2.4 Listes de canaux de plusieurs emplacements des DEB personnels ou portatifs en mode II

Un DEB personnel ou portatif en mode II peut charger les données de disponibilité de canaux pour plusieurs emplacements autour de sa position courante et utiliser ces données pour définir une zone géographique à l’intérieur de laquelle il peut exploiter les mêmes canaux. Ainsi, un DEB personnel ou portatif en mode II pourrait calculer une zone délimitée à l’intérieur de laquelle un ou plusieurs canaux sont disponibles partout et pourrait fonctionner en régime personnel ou portatif dans l’ensemble de la zone. Dans ce cas, le DEB doit reprendre contact avec une BDEB s’il est transporté au-delà des limites de la zone dans laquelle les données de disponibilité des canaux sont valides. Le DEB personnel ou portatif en mode II doit accéder à une BDEB quotidiennement pour vérifier que le ou les canaux exploités sont toujours disponibles, même s’il n’a pas été déplacé au-delà des limites.

13.2.5 Échec de communication du DEB personnel ou portatif en mode II avec la base de données

Si un DEB personnel ou portatif en mode II n’arrive pas à communiquer avec une BDEB, il peut continuer de fonctionner jusqu’à 23 h 59 (heure locale) le jour suivant, heure à laquelle il doit cesser de fonctionner jusqu’à ce qu’il ait pu reprendre contact avec une BDEB et revérifier sa liste de canaux disponibles.

13.2.6 Perte d’alimentation d’un DEB personnel ou portatif en mode II

Après une perte d’alimentation électrique, le DEB personnel ou portatif en mode II doit revérifier sa liste de canaux disponibles et reprendre la communication avec un DEB fixe ou un autre DEB personnel ou portatif en mode II, ou avec une DBED, pour obtenir une liste de canaux disponibles. De plus, après avoir subi une perte d’alimentation et obtenu une nouvelle liste de canaux disponibles, le DEB en mode II doit demander à tous les DEB en mode I qu’il dessert d’obtenir et d’utiliser la nouvelle liste de canaux disponibles.

13.2.7 DEB en mode II sans connexion directe à Internet

Si un DEB personnel ou portatif en mode II n’a pas de connexion directe à Internet, il peut transmettre sa demande d’initialisation et d’inscription par l’intermédiaire d’un DEB fixe ou d’un autre DEB personnel ou portatif en mode II. Dans ce cas, le DEB personnel ou portatif en mode II demandeur peut émettre sur un canal que le DEB (fixe ou personnel ou portatif en mode II) de relais a précédemment utilisé ou sur un canal que le DEB de relais indique comme étant disponible pour l’accès à la base de données. Une fois inscrit dans une BDEB, le DEB personnel ou portatif en mode II nouvellement enregistré ne doit utiliser que les canaux disponibles indiqués par la BDEB et ne peut pas utiliser une liste de canaux destinées à un autre DEB.

13.3 DEB personnel ou portatif en mode I

Un DEB personnel ou portatif en mode I ne doit transmettre qu’après avoir reçu une liste de canaux disponibles d’un DEB fixe ou d’un DEB personnel ou portatif en mode II qui a préalablement communiqué avec une BDEB. La liste des canaux disponibles ne peut être fournie par le DEB fixe ou le DEB personnel ou portatif en mode II qu’après que ce dernier a pris contact avec la base de données, a fourni l’ID ISDE du dispositif personnel ou portatif en mode I et a reçu confirmation de la validité de l’ID ISDE. Le DEB n’est autorisé à exploiter que les canaux indiqués dans la base de données comme étant disponibles pour les DEB personnels ou portatifs.

13.3.1 Liste de canaux fournie par un DEB personnel ou portatif en mode II ou par un DEB fixe à un DEB personnel ou portatif en mode I

Un DEB personnel ou portatif en mode II doit fournir au DEB personnel ou portatif en mode I la même liste de canaux disponibles qu’il utilise.

Un DEB fixe doit fournir au DEB personnel ou portatif en mode I la même liste de canaux disponibles qu’il utilise. Toutefois, le DEB personnel ou portatif en mode I ne peut exploiter que les canaux qui sont indiqués dans la base de données comme étant disponibles pour les DEB personnels/portatifs. En revanche, un DEB fixe doit obtenir d’une BDEB une liste des canaux disponibles qui comprend les canaux adjacents disponibles pour un DEB personnel ou portatif en mode I, mais pas disponibles pour un DEB fixe.

13.3.2 Prise de contact d’un DEB personnel ou portatif en mode I avec un DEB fixe ou un DEB personnel ou portatif en mode II

Pour prendre contact avec un DEB fixe ou un DEB personnel ou portatif en mode II, le DEB personnel ou portatif en mode I peut transmettre :

  • sur un canal disponible utilisé par le DEB fixe or par le DEB personnel ou portatif en mode II; ou
  • sur un canal que le DEB fixe ou personnel ou portatif en mode II indique comme étant disponible pour l’utilisation par un dispositif en mode I.

Au moins une fois toutes les 60 secondes durant le fonctionnement, sauf en mode veille, le DEB personnel ou portatif en mode I doit :

  • recevoir un signal de vérification de contact du DEB en mode II ou du DEB fixe qui lui a antérieurement fourni sa liste actuelle de canaux disponibles; ou
  • communiquer avec le DEB personnel ou portatif en mode II ou le DEB fixe pour revérifier et/ou rétablir la disponibilité des canaux.

Le DEB personnel ou portatif en mode I doit cesser immédiatement de fonctionner s’il est impossible d’établir le contact tel qu’il est décrit ci-dessus dans l’intervalle de temps précisé (toutes les 60 secondes).

13.3.3 Dépendance à l’égard des limites de puissance du mode I

Un DEB personnel ou portatif en mode I doit limiter sa puissance à 40 mW, si le DEB qui le contrôle est lui-même limité à 40 mW.

13.4 Identification de l’opérabilité de la base de données

Au moment de l’homologation, le demandeur doit fournir une lettre officielle provenant d’au moins un ABDEB reconnu attestant que le DEB est autorisé à fonctionner avec cette BDEB.

14. Rapport d’essai

En plus des exigences de déclaration énoncées dans le CNR-Gen, le rapport d’essai doit indiquer :

  • le type de DEB (fixe, mode I ou mode II);
  • une description de la fonction de commande de la puissance d’émission;
  • les captures d’écran de la réponse de l’interface de la BDEB applicable à l’essai en question;
  • un énoncé selon lequel le DEB fixe est conçu pour être utilisé dans des zones moins congestionnées (le cas échéant);
  • le gain maximal de l’antenne d’émission utilisée avec un DEB fixe;
  • une description du mécanisme de contrôle des limites de puissance et de la conformité continue aux limites applicables aux DEB fixes dont le gain directionnel dépasse 6 dBi pour les dispositifs qui opèrent à 36 dBm de p.i.r.e., ou dont le gain excède 10 dBi pour les dispositifs qui fonctionnent à 40 dBm de p.i.r.e;
  • une description démontrant l’incertitude et le niveau de confiance de la méthode de géolocalisation;
  • une description d’une méthode de géolocalisation différente (s’il y a lieu);
  • une déclaration de conformité pour un dispositif personnel ou portatif en mode II avec capacité de géolocalisation.

Annexe A : Procédure de certification des DEB pour l’accès à une base de données d’espaces blancs (BDEB)

A1 Initialisation des DEB fixes

Les DEB fixes doivent fournir les données suivantes à une BDEB :

  • le numéro d’identification d’Innovation, Sciences et Développement Économique (ID ISDE);
  • le numéro de série du dispositif défini par le fabricant;
  • les coordonnées géographiques (latitude et longitude [NAD 83]);
  • l’incertitude des coordonnées géographiques avec un niveau de confiance de 95 %;
  • la hauteur de l’antenne au-dessus du sol (AGL) ou au-dessus du niveau moyen de la mer (AMSL).

Les DEB fixes sans connexion directe à Internet doivent confirmer leur propre inscription à la BDEB par l’intermédiaire d’un DEB fixe ou d’un DEB personnel ou portatif en mode II connecté à Internet. Des données de disponibilité des canaux distinctes sont fournies au DEB demandeur visant les canaux disponibles pour ce DEB inscrit.

Les DEB fixes doivent accéder à la base de données pour obtenir la liste des canaux disponibles chaque fois qu’ils sont mis sous tension.

A2 Initialisation des DEB personnels ou portatifs en mode II

Les DEB en mode II doivent fournir les données suivantes à une BDEB :

  • l’ID ISDE;
  • le numéro de série du dispositif défini par le fabricant;
  • les coordonnées géographiques (latitude et longitude [NAD 83]);
  • l’incertitude des coordonnées géographiques avec un niveau de confiance de 95 %.

Pour un DEB personnel ou portatif en mode II sans connexion directe à Internet, confirmer que l’enregistrement par l’intermédiaire d’un DEB enregistré n’a lieu que sur un canal mis à la disposition de ce DEB inscrit.

A3 Initialisation du DEB personnel ou portatif en mode I

Au moyen de l’interface de la BDEB, déclencher le DEB en mode I pour qu’il fournisse son ID ISDE. Toujours au moyen de l’interface de la BDEB, confirmer que les données envoyées par le DEB en mode I contiennent son ID ISDE.

A4 Échec de communication d’un DEB fixe et d’un DEB personnel ou portatif en mode II avec la base de données

Bloquer l’accès du DEB à la BDEB. Toutes les autres fonctions du dispositif, connectivité Internet comprise, doivent être maintenues. Confirmer que le DEB cesse d’opérer au plus tard à 23 h 59 (heure locale) le jour suivant.

A5 Vérification de la position d’un DEB personnel ou portatif en mode II

Au moyen du logiciel de gestion du système fourni avec le dispositif, valider que le DEB exécute la vérification de position et l’accès à la BDEB conformément aux exigences. Le DEB doit afficher la liste des canaux disponibles pour permettre la confirmation.

A6 Perte d’alimentation d’un DEB personnel ou portatif en mode II

Débrancher la source d’alimentation du DEB personnel ou portatif en mode II en fonctionnement. Rebrancher la source d’alimentation et utiliser le logiciel de gestion du système pour confirmer la réception d’une nouvelle liste de canaux disponibles d’une BDEB.

A7 Vérification du signal des DEB personnels ou portatifs en mode I

Utiliser le logiciel de gestion du système pour confirmer que le DEB personnel ou portatif en mode I ne fonctionne pas tant qu’il n’a pas reçu un signal de vérification de canal disponible, à la mise sous tension et toutes les 60 secondes par la suite.

A8 Mise à jour de la liste de canaux pour les DEB personnels ou portatifs en mode II

Débrancher la source d’alimentation ou déplacer le DEB personnel ou portatif en mode II, puis confirmer qu’une liste de canaux disponibles mise à jour est envoyée au DEB personnel ou portatif en mode I connecté.

A9 Mise à jour de la base de données des DEB

Utiliser le logiciel de gestion radio pour fournir une liste des canaux disponibles au dispositif soumis à l’essai (DSE), puis sélectionner un canal dans la liste. Ce canal est le canal exploité par le DSE. En utilisant le même logiciel, bloquer le canal exploité par le DSE dans la liste des canaux disponibles. Confirmer que le DSE met à jour sa liste de canaux disponibles dans les 24 heures (un jour) suivant l’heure à laquelle il a reçu la liste. Dans le logiciel de gestion du système, confirmer que le DEB passe à un autre canal disponible au moment prévu.

A10 Disponibilité des canaux d’espaces blancs

Au moyen du logiciel de gestion radio, spécifier un canal ou une liste de canaux disponibles et confirmer que le DEB exploite un canal disponible faisant partie de la liste, à la puissance autorisée, et qu’il est impossible de le faire fonctionner sur un canal non autorisé.

A11 Réduction de puissance du premier canal adjacent pour les DEB personnels ou portatifs

Au moyen du logiciel de gestion radio, spécifier que les canaux disponibles pour le dispositif sont assujettis à la limite de faible puissance. Utiliser les procédures d’essai de la section 11 visant les DEB personnels ou portatifs pour confirmer que la puissance de sortie, la densité spectrale de puissance (DSP) et la puissance dans les limites de bande et les canaux adjacents ne dépassent pas les valeurs de limite de p.i.r.e. à faible puissance spécifiées dans le tableau 2 de la section 11.3.2 et dans le tableau 4 de la section 11.4.2.

Date de modification :